Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Deuxième partie. Une volonté édificatrice (1540-1750)

Chapitre V. Un système d’exploitation

Texte intégral

1Les villages de réduction avaient permis à l’administration de mieux contrôler les populations indigènes et de les retirer d’entre les mains des premiers colonisateurs. Certes, ce contrôle ne fut pas absolu, et laissait aux Indiens une certaine marge de manoeuvre. Mais il n’empêche que la Couronne espagnole put, grâce à ce système, dominer l’Indien.

2Dominer ? L’intérêt en apparaîtrait limité, s’il ne s’accompagnait pas d’un profit. Aussi la réduction allait-elle de pair avec la recherche du contrôle sur ce qui pouvait la faire vivre : la terre. Ces deux éléments étaient totalement indissociables, les Indiens devant être avant tout des producteurs agricoles.

3Une fois élaborée l’infrastructure de la société coloniale, la Couronne put pratiquer ce qui constituait le véritable objectif de sa présence outre-Atlantique : l’exploitation. Celle-ci était encore loin d’être un phénomène simple, voire singulier. Pour Rabinal et sa région, il faudrait plutôt parler des exploitations qui se superposaient, et parfois même s’opposaient. A l’exploitation menée par l’Etat, qui semble la plus facile à saisir, s’ajoutaient de véritables parasites qui, par un biais ou un autre, tentaient de tirer un quelconque profit de ces populations indigènes, considérées comme de simples producteurs. Qu’il s’agisse de l’administration, de l’Eglise – ou plutôt des dominicains – ou des caciques et de leurs relais, tous, d’une manière ou d’une autre, cherchaient à détourner pour eux une part du travail indigène.

4Aussi ces exploitations différentes en venaient-elles à faire du système colonial un véritable système d’exploitation. C’est ce phénomène que nous tenterons d’analyser, en étudiant d’abord les exploitations directes auxquelles était soumis le monde indigène ; puis nous nous intéresserons au rôle très particulier des dominicains dans la région, avant d’examiner les traits de l’économie régionale façonnée par les différentes sources de prélèvement présentées.

I – LES PAYSANS INDIGENES A LA MERCI DES AUTORITES

5Les communautés indigènes étaient ‘soumises à un premier ensemble de prélèvements réguliers, quoique souvent illégaux pour certains d’entre eux, voire relevant parfois de l’escroquerie pure et simple. Ils étaient le fait, en descendant l’échelle du pouvoir, de l’Etat, de l’administration et des caciques.

A – LE TRIBUT

6Nous avons vu que ce fut pour régulariser son prélèvement que l’Etat espagnol pratiqua la politique des réductions et instaura, de manière régulière, le recensement des populations villageoises.

7Le tribut constituait un impôt versé exclusivement par les indigènes au roi ou, si c’était le cas, à l’encomendero. L’assiette de cet impôt était établie par l’administration. Il était personnel, et devait être payé par les hommes et par les femmes (F. García Peláez 1943-44 : 223). Son prélèvement rendait nécessaire des recensements réguliers qui, officiellement, devaient être révisés tous les quatre ans. En fait, ces révisions se faisaient de loin en loin. Aussi, un décalage parfois important pouvait-il exister entre le nombre de tributaires estimés et ceux existants. C’est ainsi que l’on prit la coutume de faire payer le tribut par l’ensemble de la communauté, chargée de compléter la différence entre les sommes prélevées réellement auprès des tributaires présents et celles attendues. Bien qu’il fût personnel, le tribut devenait ainsi un impôt collectif.

8Cette réglementation de base était amendée par tout un ensemble de mesures qui en atténuaient la portée. Il était d’abord prévu que les Indiens acceptant de former une réduction étaient exemptés du tribut pendant au moins dix ans (Col. Mata Linares, T. 98, Fol. 128, RAHM). Cette exemption pouvait être bien plus longue : les Choles, regroupés au village d’El Chol, furent ainsi exemptés pendant un siècle du paiement du tribut, et ne se virent imposés qu’à partir de 1777 (AGCA, A3, Exp. 41339, Leg. 2844).

9Par ailleurs, il était prévu un certain nombre d’exonérations d’impôt pour des cas précis : les veuves sans revenus réguliers ; les juges (justicias) âgés des villages ; les jeunes de moins de 18 ans ; ceux qui – muchachos teopantecas – bien qu’ayant l’âge de payer, étaient exemptés, car travaillant au service de l’Eglise (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 9).

10Enfin, une dernière exonération était prévue : les Indiens occupant des charges municipales étaient reservados, c’est-à-dire relevés pendant leur période d’exercice. Ces charges étaient souvent remplies au xvie siècle par les caciques des villages : la coutume, imposée malgré l’opposition du roi et de l’administration, voulut que cette exemption fût héréditaire, bien qu’à l’origine elle fût uniquement attachée à la fonction (N. Percheron 1981). Certes, la Couronne tentait bien de retrouver ceux qui, pour elle, échappaient à l’impôt. Mais la résistance indigène eut souvent raison de la ténacité espagnole.

11A ces exonérations totales s’ajoutaient des diminutions de la somme à verser. Les vieux et les célibataires ne devaient ainsi payer que la moitié de l’impôt dû par les tributaires à part entière, d’où leur appellation de “demi-tributaires”.

12Cette réglementation du tribut laissait une grande place aux possibilités de fraudes. Nous avons déjà évoqué celles des descendants des caciques qui voulaient continuer à bénéficier d’exemptions. Mais il existait d’autres détournements bien plus graves, car portant sur un plus grand nombre d’individus. C’est ce que dénonce un rapport sur le tribut, réalisé à une date inconnue par l’administration (BNM, Ms 8558, Fol. 70). Les pratiques les plus courantes consistaient à cacher les tributaires, afin d’en diminuer le nombre lors des recensements. Ces individus se voyaient ensuite obligés de verser une partie du tribut à celui qui les avait cachés. C’était notamment dans les haciendas que l’on trouvait un accueil intéressé. D’autres s’enfuyaient de leur village d’origine et tentaient de s’installer ailleurs en se faisant parfois passer pour métis.

  • 1 Citons par exemple la réforme proposée par un fonctionnaire royal qui voulait supprimer l’impôt pe (...)

13Afin de diminuer ces pertes pour le trésor royal, l’administration tenta de promouvoir des réformes de l’assiette1 qui n’aboutirent jamais. Elle essaya surtout d’être plus vigilante, en rendant les recensements plus réguliers, et en lançant la “chasse au fuyard”. Mais il est difficile de juger de l’efficacité de ces pratiques : disons simplement que le nombre des tributaires “absents” dans les villages de la région ne diminua pas pendant toute la période considérée.

14Dans le domaine du tribut, la Verapaz fut soumise au régime général. Aucune exemption, aucun régime particulier ne lui fut accordé. Notons simplement qu’au début de la conquête de la région, en 1540, on autorisa B. de Las Casas et les dominicains à réaliser eux-mêmes l’imposition des Indiens de la province. Il fut même prévu que la moitié des tributs pouvait être distribuée aux Espagnols qui s’installeraient dans la région, quand ils y seraient autorisés par les religieux (CD1U 1970(17) : 156). Est-il besoin de dire que cela ne fut jamais réalisé ? En effet, une décision royale ultérieure ordonna que le montant du tribut soit versé aux religieux (ibid. : 168). Il n’était plus question alors de reverser quoi que ce soit à qui que ce soit !

15Le tribut représentait pour le roi l’entrée de sommes considérables. En 1548-1550, le revenu total procuré par l’ensemble des tributs, en espèces et en nature, s’élevait à 36 537 pesos pour le seul district de Santiago de Guatemala. Pour l’ensemble de la région placée sous l’obédience de l’Audience de Guatemala, les tributs rapportèrent à cette même date 83 005 pesos (S. Becerra 1977). On comprend le souci de l’administration royale de lutter contre le déclin démographique et de protéger la source de tels revenus. En effet, la chute démographique atteignit durement les caisses royales. En 1608, période de l’étiage démographique au Guatemala, les tributs rapportaient encore, pour l’Audience de Guatemala, 89 284 pesos : la diminution de la population avait été “compensée” grâce à un meilleur contrôle, par le biais de la réduction des tributaires (A. Criado de Castilla dans BAGG 11 : 20).

16Le tribut à proprement parler était de deux tostones, soit un peso par tributaire entier. A cela s’ajoutaient des prélèvements en argent ou en nature, variables selon chaque village. Ceux de la région de Rabinal connaissaient dans ce domaine un traitement particulier. Certes, comme les autres villages de la province, ils devaient, chaque année, livrer des volailles et quelques fanègues de maïs. Mais, à la place d’un versement complémentaire en espèces et d’un prélèvement sur les récoltes de maïs, Rabinal et Cubulco livraient des montas, c’est-à-dire des tissus réalisés par les villageoises (voir, par exemple, AGCA, A3, Exp. 26415, Leg. 1603). Rabinal et Cubulco tissaient ainsi, en 1700, chacun 1 550 piernas de tissus (AGCA, A3, Exp. 26415, Leg. 1600). A ces versements, Rabinal ajoutait du miel, limité à six paniers (ibid. ). Le paiement du tribut se faisait en deux fois, à la Saint-Jean et à Noël.

17Ces versements codifiés ne furent appliqués qu’à la fin du xvie siècle. Avant cette période, le tribut était à peu près exclusivement payé en nature, dans les villages étudiés tout au moins. En 1549, Rabinal versait ainsi 40 xipiles de cacao par an, et devait livrer tous les quatre mois des mantas (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 128, Fol. 124). L’évolution économique régionale, la pénétration progressive d’une économie monétaire imposèrent une transformation dont malheureusement nous ne pouvons établir la chronologie avec précision. Nous savons simplement qu’à Rabinal, en 1631, les indigènes obtinrent de ne payer en nature que ce qui n’était pas dû en maïs (volaille, miel). La partie payée auparavant en céréales fut convertie en espèces (ACGA, A3, Exp. 34204, Leg. 2317).

18La lourdeur du tribut ne peut être mesurée que proportionnellement aux revenus des tributaires, très difficiles à connaître avec précision. Ainsi, seul guide en la matière, restent les remarques ou observations faites par les uns ou par les autres sur le système du tribut.

19La dénonciation du tribut est dans les villages l’oeuvre de l’Eglise d’abord, des Indiens ensuite. Ces protestations, et la remarque n’est pas négligeable, sont surtout fréquentes jusqu’au milieu du xviie siècle, pour réapparaître à nouveau plus nombreuses à la fin du xviiie siècle. Pourquoi ? Peut-on évoquer le phénomène de l’accoutumance à cet impôt qui reste néanmoins très impopulaire ? Peut-être... Plus sûrement, c’est la crise démographique qui le rend insupportable, par la diminution du nombre de bras par foyer. Au contraire, le renouveau démographique allège d’autant le tribut pour chaque famille, car il est alors supporté par un plus grand nombre de têtes.

20Les protestations des religieux dénonçant le tribut apparaissent dès le xvie siècle, c’est-à-dire dès son introduction. Les plus modérés demandent des suspensions temporaires des prélèvements, surtout quand éclatent les crises démographiques qui déciment les populations (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 163 n° 52). D’autres, plus radicaux, dénoncent le principe lui-même : ce fut le cas des frères Antonio de Noruena et Hieronimo de Soto qui, en 1577, incitaient les célibataires et les veuves à refuser de payer (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 10).

21Les contestations sont aussi le fait des Indiens eux-mêmes. A Rabinal, en 1631, c’est moins sur le principe de l’impôt lui-même que sur son prélèvement que les Indiens protestent. Ils dénoncent les abus des Espagnols à qui l’administration afferme le tribut, et qui exigent plus que leur dû. Appuyés en cela par le curé de leur village, ils obtinrent d’être chargés eux-mêmes de la collecte de l’impôt (AGCA, A3, Exp. 34204, Leg. 2317).

22S’élever contre le tribut relève plutôt d’un refus que d’une contestation de son poids. Cependant, deux remarques de l’évêque de Verapaz, à des époques différentes, semblent indiquer davantage la difficulté à payer de la part des villageois. En 1577, l’évêque régla lui-même 600 tostones du tribut, la crise démographique que connaissait la région rendant les Indiens insolvables (AGCA, Al, Leg. 1513, Fol. 522). Près de trente ans plus tard, le responsable du diocèse demanda que le servicio del tostón soit rabaissé, car c’était une exigence trop lourde pour beaucoup d’Indiens (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 156). Ces deux exemples laissent penser que le tribut fut un prélèvement souvent douloureux pour les villageois. Seule une étude plus précise des revenus des familles indigènes à l’époque coloniale permettrait d’aller plus loin.

B – UNE ADMINISTRATION LOCALE PREVARICATRICE

23A l’exploitation de l’Etat colonial, organisée à travers le prélèvement du tribut, s’en ajoutait une autre, d’autant plus insupportable qu’elle était illégale et difficilement contrôlable : celle de l’administration locale.

24Cette situation remonte en fait à l’établissement sur place de représentants du roi, et donc de détenteurs d’une parcelle de pouvoir. L’attitude de Bartolomé de Las Casas, dénonciateur implacable de cette situation, en est la meilleure illustration. Il accuse les représentants du roi de lui être infidèles, de ne rechercher que leur intérêt, et en fait de se comporter en véritables tyrans locaux (Cartas de Indias 1, 1877). Tout au long de la période coloniale – mais la situation a-t-elle changé réellement jusqu’à aujourd’hui ? – les dénonciations vis-à-vis de cette administration royale sont constantes et proviennent essentiellement d’ailleurs des gens d’Eglise.

25Les pouvoirs de l’alcalde mayor ou du corregidor dans sa province étaient très étendus. Il était responsable du maintien de l’ordre, du prélèvement du tribut, des impôts indirects tels que le papier timbré, le tabac, l’alcabala. Il avait pouvoir de contrôle sur les réductions : les grandes dépenses des communautés devaient recevoir son assentiment. De même, il était responsable de la protection royale vis-à-vis des indigènes. Nommé par l’Espagne, l’alcalde mayor avait donc un pouvoir dominant, à l’échelle régionale, et bénéficiait même d’une autonomie certaine vis-à-vis de l’Audience, pourtant chargée de le surveiller. C’était elle en effet qui devait réaliser, à la sortie de charge, l’enquête dite de residencia, permettant de prendre, au besoin, des sanctions à l’égard du fonctionnaire sortant.

26Les abus du pouvoir local étaient de plusieurs sortes, comme nous pouvons le saisir à travers l’exemple de la Verapaz. Dans le registre des fautes les moins graves, on trouve d’abord tout ce qui concerne un manque de rigueur, voire de conscience professionnelle, du fonctionnaire. C’est ainsi que l’alcalde mayor est accusé par son évêque, en 1582, d’être souvent absent de la province, la jugeant trop isolée, et “incommode” (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 163).

27En 1604, l’évêque dénonce la pratique des alcaldes mayores qui consiste à truquer les livres de comptes des amendes perçues : il les accuse de diviser les sommes par trois, accusation qui semble toutefois excessive (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 156). Beaucoup plus tard, lors du procès de fin d’exercice de l’alcalde mayor Barrueta, en 1739, il est retenu deux charges contre lui : il ne s’est pas déplacé, chaque année, pour la confirmación de varas dans les villages de la province, et il n’a pas tenu compte du tarif des sanctions pour les causes civiles (AGI, Escribanía de Gobierno, Leg. 348 A). Ces faiblesses de l’administration encourageaient ses adversaires les plus résolus, c’est-à-dire les évêques surtout, à réclamer la suppression des responsables régionaux (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 156 et C. Francos y Monroy 1956 : 21).

28Un ton au-dessus des exemples précédents, on trouve des fautes consistant à exploiter la force de travail des administrés. La forme la plus banale consiste à condamner les Indiens à des amendes en travail. Celui-ci est en général estimé à la moitié de sa valeur réelle, et est ensuite vendu un bon prix ailleurs (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 10). C’était une perte pour le fisc, et un gain substantiel pour le fonctionnaire, comme le dénoncent les dominicains en 1588.

29Une autre forme consiste à utiliser les villageois pour des services personnels. C’est ainsi que les Indiens se virent contraints, à raison de deux ou trois hommes par semaine dans chaque village, de travailler dans les haciendas des hauts fonctionnaires. C’est ce que l’évêque appelle les tequetines. Les déplacements qui s’ensuivaient pouvaient durer jusqu’à huit ou dix jours, voyage compris. Les femmes étaient également utilisées pour moudre le maïs et confectionner les tortillas. A ce propos, l’évêque insiste sur les problèmes que posent les tezines ou réquisitions des femmes : abandon des maisons et des familles, introduction dans les lieux de perdition que sont les haciendas. Ces travaux étaient souvent impayés ou très modérément rémunérés par l’employeur. L’évêque voit dans ces pratiques, au début du xviie siècle, une des causes du déclin démographique, du faible revenu des tributs, et des difficultés financières de l’Eglise, les paysans devant abandonner trop souvent leurs champs (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 156).

30Montant encore dans la hiérarchie des abus, les fonctionnaires locaux se voient enfin accusés de faire du commerce aux dépens de leurs administrés. Au niveau le plus simple, on trouve l’organisation de repartimientos de hilo. Il s’agissait de distribuer aux femmes du coton, puis, quelques semaines plus tard, de le récupérer une fois tissé, avant d’aller le faire vendre à la capitale, où la différence entre les salaires versés et les prix de vente rendait ce trafic très lucratif.

31A un stade plus développé, ce commerce, élargi à d’autres produits, aboutissait à la constitution d’une véritable économie parallèle. C’est ainsi que l’on associait, dans une même province, les régions productrices de richesses différentes. Par exemple, les régions de cacao abondant, c’est-à-dire bon marché, payaient amendes et redevances au moyen de ce produit, en grande quantité pour atteindre les sommes demandées. Ce cacao servait ensuite à payer, dans les régions où il était plus rare, et donc plus cher, le travail des tisse-randes. On pouvait imaginer ces échanges en modifiant les produits : cacao, pita, etc., selon les cas. Ce système avait “l’avantage”, par rapport au précédent, de procurer un double profit (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 156).

32A un dernier degré d’exploitation, on trouve les dénonciations qui ont trait aux violences imposées à ceux ou à celles qui se rebiffent. Pour prolonger l’exemple précédent, citons le fait que les Indiennes qui ne rendaient pas la totalité du coton tissé se voyaient infliger des sanctions parfois lourdes. Comme on ne tenait pas compte du fait que le tissage suppose toujours des pertes par rapport au coton brut, les Indiennes devaient, lors de chaque repartimiento mettre de l’argent de leur propre compte.

33En 1784, ces mauvais traitements sont encore dénoncés par l’archevêque de Guatemala, Cayetano Francos y Monroy, qui évoque les violences, les coups, ou encore la picota, c’est-à-dire un mât où l’on attachait les victimes pour les battre, puis les laisser au vu de tous (C. Francos y Monroy 1956 : 21).

34Ces abus des alcaldes mayores de Verapaz se retrouvaient en fait chez la plupart des fonctionnaires royaux de l’ensemble de la région, voire de l’empire espagnol. C’est cette généralisation qui, malgré les dénonciations, rendait leur disparition difficile. D’autant que ces fonctionnaires péninsulaires ou créoles ne briguaient des charges que pour faire fortune, comme le dénonce l’archevêque de Guatemala, et ils n’avaient pour cela que les quelques années de leur mandat. Aussi tous les moyens devenaient-ils bons... (C. Francos y Monroy 1956 :21).

C – LE POUVOIR INDIGENE : CONFLITS ET PROFITS

35Longtemps, trop longtemps sans doute, la vision que l’on s’est faite de la société indigène à l’époque coloniale a été faussée, car on voulait systématiquement opposer au colonisateur prévaricateur et destructeur une société homogène, cohérente, fondée sur la solidarité communautaire. On sait aujourd’hui qu’il n’en est rien, que la société indienne, comme tout corps social, était divisée en groupes aux intérêts rivaux. Dans le monde colonial latino-américain, ces conflits se compliquaient par le fait qu’intervenait, directement ou indirectement, le colonisateur, qui jouait précisément de ces oppositions et, en cela, la région de Rabinal ne faisait pas exception.

36Nous avons déjà évoqué les conflits entre les caciques et leurs communautés, les rivalités entre les vieilles lignées de caciques et celles parvenues par le biais de la collaboration. Cette concurrence pour le pouvoir cachait en fait une lutte pour l’obtention de profits et privilèges d’ordre matériel et économique.

37L’exercice du pouvoir municipal se trouvait, en général, associé au contrôle du fonctionnement des confréries. Comme le précise un observateur de la société indigène en 1821, il était fréquent que l’Indien qui se retirait des charges municipales entrât au service des confréries ou de l’église paroissiale (J.M. Méndez 1821). On trouvait également la situation inverse. Cette interpénétration – dans un sens ou dans un autre – faisait des confréries de véritables appendices du pouvoir municipal et les soumettait de ce fait aux mêmes conflits.

38A l’origine, les confréries avaient pour rôle d’aider l’Eglise dans sa mission évangélisatrice. Elles permettaient un contrôle plus étroit sur les populations, tout en les associant à la vie religieuse du village. Chaque confrérie devait pour cela célébrer avec quelques fastes la fête de son saint patron, et participer aux cérémonies religieuses des principales fêtes du calendrier chrétien. Aussi se devaient-elles de posséder des fonds, obtenus essentiellement grâce à des dons. Elles les géraient sous le contrôle du curé, par le biais des responsables des confréries, élus annuellement. Ceux-ci, par leurs relations privilégiées avec l’Eglise, servaient véritablement de relais – et en même temps de surveillants – vis-à-vis des autres membres de la communauté.

39Bien vite, les confréries sortirent de leur rôle d’auxiliaires religieux, pour devenir de véritables centres de pouvoir politique d’abord, de pouvoir économique ensuite. Dès le XVIIe siècle, l’administration coloniale se soucia de mieux contrôler ces organismes dont, probablement, l’importance ne cessait de croître. En 1624, le roi plaça toutes les confréries sous la tutelle des évêques et des archevêques, et non plus seulement des responsables paroissiaux (AGCA, Al, Exp. 13872, Leg. 2010, Fol. 46). C’est ainsi que les confréries devaient présenter, lors de chaque visite épiscopale, leurs livres de fonctionnement. Malgré cela, les confréries et leurs membres réussirent le plus souvent à échapper au contrôle ecclésiastique. En 1688, l’évêque raconte comment les macehuales d’un village de Verapaz – dont il ne précise pas le nom – ont volé les capitaux des confréries : il estime la perte à plus de 10 000 pesos (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 159).

40En fait, et malgré les recommandations royales qui ne font que se multiplier tout au long du xviiie siècle, les confréries semblent acquérir une indépendance de plus en plus grande vis-à-vis de l’Eglise et se comporter même en auxiliaires du pouvoir indigène. En 1802, par exemple, les confréries de Rabinal prêtèrent à la municipalité l’argent nécessaire aux mesures de terres, puis aux procès, lors d’un conflit avec les dominicains. Et les responsables de Rabinal expliquent que, lors d’un procès antérieur avec les dominicains, concernant San Francisco Panzú, au milieu du xviiie siècle ils eurent aussi recours à ce type d’aide (AGCA, Al, Exp. 3744, Leg. 182).

41Auxiliaires du pouvoir municipal, les confréries le sont aussi par le fait que l’on retrouve à la tête de l’un et des autres les mêmes familles (N. Percheron 1981). L’exercice du pouvoir communal devait donc passer par l’aide et le soutien de ces groupes à vocation religieuse, mais dont le poids dépassait la fonction initiale.

42L’importance prise par les confréries dans la société indigène réside avant tout dans la conjonction de l’autonomie conquise et de l’existence de moyens économiques puissants. C’est vers le milieu du xviiie siècle que se multiplient les dénonciations de cette richesse, ce qui ne signifie pas qu’elle ne soit pas antérieure.

43En ce qui concerne la région de Rabinal, aucun document n’évoque de problèmes avant les années 1750, mais il est probable qu’ils ont dû exister avant cette date. En Verapaz, la richesse a deux aspects complémentaires : une richesse foncière et une richesse mobilière. La première se rencontre dans les villages de Rabinal et de Cubulco, qui possèdent chacun une hacienda d’élevage au nom des confréries (voir Col. Larrazábal, T. 11, AGC, D. García de Palacios 1927, et M. Bertrand 1979). On y trouve réuni le bétail de toutes les associations du village. Lors des fêtes, ou quand se présente un problème quel qu’il soit, on vend quelques têtes de bétail afin de couvrir les frais. Théoriquement, la reproduction des animaux assure au moins le maintien du capital.

44Mais la richesse la plus importante des confréries est constituée par des biens mobiliers. Chacune possède un capital dont elle use à sa guise, afin de le faire fructifier. Comme l’explique P. Cortés y Larraz en 1775, le rôle des confréries est de faire du commerce avec leur capital, payant ensuite les fêtes avec les profits. En 1768, un rapport sur les confréries décrit avec précision cette activité commerciale, pour le village de Cubulco : il s’agit pour la plus grande part de commerce des tissus. Avec un capital de 100 pesos, la confrérie peut acquérir huit arrobas de fil ; une fois retirés les frais de transport, il reste un bénéfice de plus de six pesos (AGCA, Al, Exp. 2123, Leg. 99). Or, le capital moyen, à Rabinal par exemple, était bien souvent supérieur à 150 ou 200 pesos (AP Rabinal, Libros de Cofradía). D’autre part, la rotation de ce même capital était rapide, si l’on en juge par le temps requis pour le repartimiento de fil. On constate donc que, très vite, ces confréries pouvaient arriver à brasser de fortes sommes d’argent.

45Le fonctionnement de ce commerce reposait sur les mayordomos, et ne laissait aucune trace sur les livres de comptes. Lors de chaque entrée en fonction, le mayordomo recevait le capital de la confrérie, qu’il devait remettre lors de sa sortie. Entre ces deux dates, l’argent pouvait “travailler” hors de tout contrôle (AGCA, Al, Exp. 2123, Leg. 99). Au commerce de fil et de tissage, s’ajoutaient les prêts usuraires auprès des villageois, comme le dénonce P. Cortés y Larraz en 1775 (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 948, n° 8b). En période de prospérité, ce système pouvait rapporter aux responsables des confréries de forts profits.

46De plus, ces responsables bénéficiaient de privilèges non négligeables : ils échappaient aux repartimientos, et n’avaient donc pas à partir travailler ailleurs ; ils utilisaient aussi souvent une partie des revenus de la confrérie à “soulager leurs charges”, c’est-à-dire à payer leur tribut, ou à verser des salaires à ceux qui cultivaient leurs terres ; enfin, les épouses des mayordomos bénéficiaient de l’aide des femmes pour leurs travaux domestiques (AGCA, Al, Exp. 2123, Leg. 99 ; Al, Exp. 39589, Leg. 4636 ; et Al, Exp. 3708, Leg. 181).

47Mais, lorsque survenait une période de difficultés, les mayordomos se trouvaient souvent dans une situation délicate. Valcalde mayor de Verapaz décrit, en 1776, les problèmes auxquels se trouvaient confrontés les mayordomos. Très souvent, ils ne sortaient jamais de charge, car ils étaient élus dans une autre confrérie. Or chaque élu devait fournir à la confrérie un “service”, c’est-à-dire un don d’une quinzaine de pesos : année après année, et surtout si les profits ne remboursaient pas ces sommes, l’appauvrissement était garanti. Par ailleurs, les mayordomos étaient responsables du fil distribué ; les pertes et les retards étaient aussi mis à leur débit. Enfin, pour accroître les rentrées d’argent, on multipliait le nombre de mayordomos – qui pouvait atteindre jusqu’à 24 par confrérie – ce qui rendait la rotation plus difficile (AGCA, A1, Exp. 3708, Leg. 181).

48Ainsi, si la place de mayordomo fournissait un certain nombre de privilèges, il semble bien que ces privilèges n’étaient que temporaires, et en tout cas à la merci d’un revers de fortune, c’est-à-dire de conjoncture.

49Sans doute jusque vers 1750, les profits restèrent la règle. Mais par la suite, il semble bien que les difficultés ne cessèrent de croître, faisant de la fonction de mayordomo une véritable charge.

50Il n’empêche que le système des confréries, à travers ses dons plus ou moins forcés, et son système de distribution de fil à tisser, n’était autre, pour le macehual, qu’une exploitation supplémentaire s’ajoutant à celles qui existaient déjà.

II – LE ROLE CENTRAL DES HACIENDAS

51Les exactions que nous venons d’évoquer présentaient avec le tribut des points communs : elles se fondaient sur des prélèvements directs et surtout n’existaient qu’en relation avec le pouvoir colonial. A ces prélèvements “politiques” s’ajoutaient, pour le paysan indigène, des charges imposées par le pouvoir économique, c’est-à-dire la propriété foncière.

52La formation de la richesse foncière, telle que nous l’avons reconstituée pour la Verapaz, donna naissance, à partir du xviie siècle, aux haciendas. Elles sont peu étendues, à l’échelle hispano-américaine, mais importantes pour cette petite région. Ces propriétés, religieuses ou laïques, devinrent pour les villages voisins l’occasion de nouvelles obligations, plus ou moins bien acceptées.

53L’originalité de la région ici étudiée réside sans doute dans leur grand nombre, dès le xviie siècle. Cela n’alla pas sans conséquences notables sur la vie des villages.

A – HACIENDAS ET HACENDADOS

54Qu’il s’agisse des haciendas dominicaines de San Gerónimo et San Nicolás, ou des haciendas laïques du valle de Urrán, toutes imposaient aux populations indigènes une première obligation : celle du repartimiento.

55Il s’agissait de l’utilisation de la force de travail indienne, au bénéfice des propriétaires privés. Les droits aux repartimientos, comme ceux du tribut, étaient distribués par la Couronne à ceux qui en faisaient la demande et en justifiaient la nécessité.

56A l’origine, le repartimiento bénéficiait exclusivement à l’encomendero, qui avait l’habitude de louer, à son seul profit, “ses” Indiens et ce, malgré les interdictions précoces (CD1U 1970(9), RC du 17 août 1529). Avec la réforme de 1542, le repartimiento devint un travail temporaire salarié, et, selon la tradition bureaucratique de l’administration espagnole, les charges qu’il représentait furent strictement réglementées. Le travail ne pouvait ainsi se faire dans des régions géographiques lointaines et surtout de climats très différents (AGCA, Al, Leg. 4575, Fol. 39, RC du 30 mars 1536). Il ne pouvait concerner les enfants de moins de 14 ans (CD1U 1970(9), RC du 26 février 1538). Il devait être “modéré”, en rapport avec le salaire versé (AGCA, Al, Leg. 4575, Fol. 122, RC du 4 août 1550). Le travail dans les mines restait exclu des bénéfices du repartimiento au Guatemala : seuls les Indiens “volontaires” pouvaient y être embauchés (AGCA, Al, Leg. 4570, Fol. 47, verso). Tout travail devait être payé. Enfin, l’on établissait le nombre d’Indiens qui pouvaient être requis : un Indien par semaine pour cinquante habitants (Col. Muñoz, A/114, Fol. 324, RAHM). Toutes ces règles furent régulièrement répétées, notamment en 1601, date à laquelle fut envoyée une série de Cédules Royales à Alonso Criado de Castilla, président de l’Audience, lui rappelant la législation très stricte concernant les repartimientos (AGCA, A1, Leg. 4576, Fol. 45 à 49).

57En fait, l’objectif toujours recherché était, comme le rappelle le roi en 1609, la suppression progressive de ces pratiques (AGCA, Al, Leg. 4576, Fol. 7, verso). Mais devant les pressions des colons, toute mesure réfrénant ce système était rapidement annulée. La Couronne tentait en fait d’introduire une véritable liberté du travail, facilitant une meilleure mobilité de la main-d’oeuvre indigène. Les propriétaires risquaient, eux, de perdre une force de travail bon marché. Aussi, qu’en fut-il de la législation interdisant les repartimientos dans les champs de canne, d’élevage et de labour, et conseillant au contraire l’emploi d’une main-d’oeuvre embauchée temporairement (AGCA, Al, Leg. 4576, Fol. 45, RC de 1601) ? La région étudiée, par l’abondance précisément des haciendas pratiquant la culture du sucre, l’élevage et le labour, est un bon baromètre de l’application des décisions royales.

58A la fin du xvie siècle, les Indiens de Verapaz étaient encore utilisés à des repartimientos dans les haciendas (A. Saint-Lu 1968). Un siècle plus tard, et malgré toutes les réglementations, l’alcalde mayor fit un rapport sur ce qui se passait dans l’hacienda San Gerónimo : aux côtés des esclaves noirs qui se chargeaient de la culture du sucre, il confirmait la présence d’Indiens de Rabinal, présents au titre du repartimiento, utilisés essentiellement pour les cultures de maïs et le travail de nettoyage des champs (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 388, Fol. 132). Ces repartimientos requéraient 40 Indiens de Rabinal et 15 de Salamá, et avaient été octroyés par le gouverneur de la Capitainerie.

59Le roi en exigea la suppression en 1682, et en interdit la pratique pour l’ensemble de la région. Mais, comme le prouve la demande effectuée en 1639 par fray Thomas Velásquez, le recours à cette main-d’oeuvre restait indispensable. Dans sa requête, le responsable de San Gerónimo explique les besoins de son exploitation : entretien des bâtiments, ensemencement des champs, nettoyage des milpas et des champs de canne à sucre, réparation enfin des enclos pour le bétail. Travail considérable, on le voit ! Pour cela, l’hacienda proposait une rotation de 30 Indiens par semaine, fournis par le village de Rabinal. Le choix de ce village était lié, expliquait fray Thomas, à sa proximité des haciendas dominicaines, et surtout au fait qu’il était exempt de toute obligation (AGCA, A3, Exp. 40045, Leg. 2774). Par l’importance de la réquisition de main-d’oeuvre, on se rend compte du poids d’une telle pratique : indispensable au fonctionnement de San Gerónimo, mais excessivement lourde pour Rabinal. On comprend aisément la sourde opposition des Indiens à cette charge, et leur exigence de la voir disparaître.

60En fait, en Verapaz comme ailleurs, l’administration ne put obtenir la disparition de telles pratiques. L’inconstance dans l’application des décisions royales en est la principale responsable. Ainsi, tout au long du xviiie siècle, la région continue à connaître ces pratiques. En 1757, Pedro de Olamendi, qui tente d’ouvrir une nouvelle route commerciale entre Guatemala et le Golfo Dulce, à travers la Verapaz, demande un repartimiento de molenderas, c’est-à-dire de femmes pour travailler à la confection de tortillas de mais (AGCA, A1, Exp. 7942, Leg. 382). En 1778, ce sont les Cubuleros qui demandent une exemption du repartimiento imposé pour la construction de la nouvelle cathédrale à Guatemala (AGCA, Al, Exp. 4490, Leg. 63).

61A la fin du xviiie siècle encore, les populations de Rabinal et de Salamá se voyaient accablées par cette obligation au profit d’hacendados privés de la zone du valle (AGCA, A3, Exp. 4128, Leg. 226, et A3, Exp. 4133, Leg. 226).

62Toutes les restrictions imposées à la pratique du repartimiento n’aboutirent jamais à sa suppression. Seule concession, il semble bien que le salaire, modique il est vrai, ait toujours été versé. Par ailleurs, dans les villages de cette zone, si les Indiens ne partaient pas toujours très loin pour s’acquitter de cette obligation, c’est qu’ils avaient la “chance” de trouver auprès d’eux des domaines et des demandeurs à même de les utiliser sur place : la législation interdisant le déplacement lointain n’y était pour rien.

63Malgré les réticences des propriétaires, le repartimiento était loin d’être la seule source de main-d’oeuvre. En fait, très tôt, s’élabora un véritable marché du travail, où les déplacements n’étaient pas imposés par l’administration, mais par les nécessités de la vie quotidienne, et notamment le souci du paiement – en espèces – du tribut. Dès 1548, une Cédule Royale autorisait les indigènes à se louer pour travailler, et précisait qu’ils devaient être payés (AGCA, A1, Leg. 4575, Fol. 90). Tout au long de la période coloniale, l’administration répéta ces autorisations, qui se transformaient en obligation pour les vagabonds (par exemple en 1550, dans AGCA, Al, Leg. 4578, Fol. 137). Néanmoins, ce marché “libre” du travail était réglementé lui aussi : les haciendas de sucre, de coton, de lin, ne devaient pas les employer (AGCA, Al, Leg. 4576, Fol. 47, verso). Pour tous ces travaux, la Couronne préférait le recours aux esclaves noirs.

64Malgré cela, les déplacements de population semblent avoir existé dès la mise en place de la société coloniale. En cela, la Verapaz ne faisait nullement exception. En 1577, le roi demanda une enquête sur les déplacements des Indiens de la région, parfois lointains, Son-sonate, Zapotitlán ou Chiquimula (AGCA, Al, Leg. 1513, Fol. 520). Dans les villages eux-mêmes, ces départs étaient également anciens, bien qu’il nous soit difficile d’en établir l’histoire avec précision. Ce n’est qu’à partir de 1700 que les recensements précisent le nombre des tributaires absents. A cette date, ils représentaient 5,2 % du total des tributaires à Salamà, 7,3 % à Rabinal et autant à Cubulco. L’imprécision des recensements des années suivantes ne permet pas de suivre l’évolution de leur nombre, mais nous savons qu’à la fin du xviiie siècle, ils sont encore plus nombreux à être candidats au départ (M. Bertrand 1981). Il est par ailleurs intéressant de noter qu’à Rabinal et Cubulco, ces déplacements concernaient autant les femmes que les hommes, et qu’ils étaient pratiquement aussi nombreux à s’absenter les uns que les autres (AGCA, A3, Exp. 26415, Leg. 1603).

65Ces départs se faisaient essentiellement vers les haciendas voisines qui ne cessèrent de se développer pendant toute cette période. C’est ainsi qu’au milieu du xviiie siècle, les employés de l’hacienda dominicaine de San Nicolás étaient de Salamá, où ils résidaient pour la plupart (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 948). Parfois, les villageois pouvaient s’aventurer bien au-delà de leur région. Tel fut le cas de Pedro Gómez, fils d’une famille de principales de Rabinal : vers le milieu du xviie siècle, il partit de son village, à peine âgé de 12 ans. Il voyagea à travers toute l’Audience, se maria, avant de demander, en 1683, le droit de retourner dans son village. Sans doute l’aventure de Pedro Gómez apparaît-elle comme un cas limite mais elle montre l’ancienneté des déplacements indigènes (AGCA, A1, Exp. 10211, Leg. 1567, Fol. 141).

66Par la pratique du repartimiento et du salariat, les haciendas jouèrent dans la région le rôle de véritables centres économiques. Par la possibilité de travail, offert ou imposé, elles permettaient aux villageois d’acquitter les lourdes charges qui pesaient sur eux. Les haciendas facilitèrent donc, en grande partie, le maintien du système colonial d’exploitation. Sans elles, tribut, travaux de tissage, contribution aux confréries auraient connu une existence plus qu’aléatoire. Le système d’exploitation des populations indigènes manifestait ainsi une complémentarité suffisante pour garantir sa conservation.

B – LES TRANSFORMATIONS IMPOSEES

67Le rôle des haciendas ne se limitait pas au maintien de l’équilibre du système d’exploitation colonial. Elles eurent, pour certaines d’entre elles, la responsabilité de l’évolution de la vie socio-économique des villages. Dans cette modification, le rôle essentiel fut joué par les deux grandes haciendas dominicaines de San Gerónimo et San Nicolas, qui orientèrent véritablement la vie économique de la région.

68Il faut d’abord rappeler que ces haciendas furent parmi les plus anciennement implantées dans cette zone. Chacune d’elles, à la fin du xvie siècle, représentait une extension non négligeable. Par ailleurs, en ce qui concerne les activités économiques elles-mêmes, ces haciendas servirent véritablement d’“exemple”. Comme le précise la description dominicaine de 1574, les religieux introduisirent peut-être, mais pratiquèrent surtout la culture d’arbres fruitiers dans la région (Cárdenas, Gallegos et Viana 1958 : 18). Près de soixante ans plus tard, Th. Gage insistait, quant à lui, sur l’extension des orangeraies dans le bassin de Rabinal. Il faut bien croire qu’à cette date les Indiens s’étaient mis à cette production (Th. Gage 1948 : 198).

69Ces haciendas implantèrent dans la région une première activité jusque-là presque inédite : il s’agit de l’élevage. Lors de leur fondation, dans les années 1570, San Nicolás et San Gerónimo étaient essentiellement des haciendas d’élevage pour gros bétail (AGCA, A1, Exp. 5028, Leg. 214). Lors de sa visite en Verapaz, entre 1625 et 1637, Th. Gage souligne la célébrité des chevaux élevés à San Gerónimo, ainsi que celle des mules de San Nicolas (Th. Gage 1948 : 198). Par la suite, bien que d’autres cultures aient été introduites, elles gardèrent, l’une comme l’autre, une partie des terres à la disposition du bétail.

70Les villageois se mirent vite à bonne école, et s’inspirèrent de l’exemple dominicain. Cette initiation, en particulier à l’élevage, fut d’ailleurs encouragée par les autorités coloniales qui, lors de la fondation des villages, préconisèrent d’apprendre aux indigènes l’élevage des animaux (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 163). En 1561, le plan de réorganisation de la Verapaz, établi par le vice-roi Luis de Velasco et approuvé par l’évêque Pedro de Angulo, prévoyait, lui aussi, une initiation à l’élevage (A. Saint-Lu 1968 : 471 et 480, et AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 965). Néanmoins, en 1574 encore, les dominicains précisaient que le bétail restait encore trop peu nombreux, le plus souvent dévoré par les animaux sauvages (F. Montero de Miranda 1953-1954 : 352).

71Vers la fin du xvie siècle enfin, cette activité se développa. Une partie des terres communales fut ainsi utilisée pour l’élevage à Rabinal en 1588, dans la zone de San Miguel Chicaj (AGCA, Al, Exp. 52829, Leg. 6001). On observe la même évolution à Cubulco, quoique peut-être plus tardive : en 1622, le village ne possédait encore sur son ejido que 60 têtes de bétail, car, précise le document, c’était là une activité encore récente (AEG, Paq. 2, Exp. 6, BVP). On constate donc bien que c’est à l’époque où s’installèrent les haciendas dominicaines que les villageois adoptèrent une activité nouvelle pour eux. Il est probable qu’ils le firent d’ailleurs sur le “conseil” des religieux, ce développement économique assurant à ces derniers d’abord, à la Couronne ensuite, sous forme des prélèvements imposés, des revenus plus réguliers et plus importants.

72L’introduction de l’élevage dans l’économie indigène ne se limita pas aux terres communales. Les propriétaires indigènes, à cette même époque, s’initièrent aussi à cette activité. C’est ainsi que bon nombre des acquisitions réalisées par des indigènes aux xvie et xviie siècles dans la région, le furent expressément dans la perspective de constituer des haciendas d’élevage. C’est le cas – un exemple parmi d’autres – du cacique Marcos Rodriguez, en 1588, à Rabinal (AGCA, Al, Exp. 51857, Leg. 5931). Plus globalement, on constate que toutes les acquisitions de terres incultes, tant à Salamá qu’à Rabinal ou Cubulco, sont justifiées par le désir de l’acquéreur d’y installer quelques troupeaux. Cet élevage pouvait concerner la totalité des surfaces achetées. Mais le plus souvent les acquéreurs n’en destinaient qu’une partie aux pâturages, le reste devant porter des semences diverses.

73Les villageois de la région parachevèrent cette initiation somme toute rapide en organisant des haciendas communales fondées sur l’élevage. Leur existence à Rabinal et à Cubulco fut ainsi assurée dès la première moitié du xviie siècle et servit d’appui au fonctionnement des confréries. Nous en avons suivi l’évolution à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle à Rabinal, et constaté la forte rentabilité (M. Bertrand 1979). Probablement ces observations tardives sont-elles, pour l’essentiel, transposables aux xviie et xviiie siècles, mais l’indigence de la documentation ne nous permet pas d’en avoir la certitude.

74Les dominicains réussirent donc une véritable innovation économique à travers l’introduction de l’élevage. Avec le coton, ils imposèrent une profonde mutation aux populations des villages.

75Lors de leur prise de contrôle de la région, les dominicains trouvèrent très probablement sur place une production de coton non négligeable. En 1574, ceux qui décrivent la Verapaz précisent que le coton se trouve seulement à Cahabôn et dans la zone d’Acasa-guastlán (Cárdenas, Gallegos et Viana 1955 : 18 sq). Or, à cette période, Rabinal était justement rattaché administrativement au corregimiento d’Acasaguastán. Il est donc vraisemblable que le coton évoqué par les dominicains soit celui, en partie du moins, des villages de la zone. A la fin du xvie siècle encore, Juan de Pineda évoque aussi l’existence de la culture du coton à Rabinal (J. de Pineda 1925 : 350). Ces indications permettent de croire à la présence du coton, à Rabinal et dans sa région, avant l’arrivée des dominicains.

  • 2 Deux allusions sont à signaler. En 1773, un dossier de procès de terres le mentionne (AEG, Paq. 1, (...)

76Par la suite, les descriptions de l’économie régionale n’évoquent que rarement la présence d’une telle activité. En 1631, un Rabinaleb parle encore d’une telle culture dans la contrée mais ne dit rien de son importance (AGCA, A3, Exp. 34204, Leg. 2317). Au xviile siècle, sauf exception2, aucun document ne cite la culture du coton parmi les productions régionales. En 1740, une relation très précise de l’alcalde mayor mentionne qu’aucun des villages ne possède de production commercialisable ou digne d’un quelconque intérêt.

77Pourtant, la quasi-disparition du coton n’avait pas entraîné dans sa chute l’artisanat local fondé sur le tissage. Au contraire, celui-ci – fortement apprécié et réputé pour sa qualité – se maintint tout au long de la période coloniale. Rabinal et Cubulco devaient de fait payer une partie du tribut en tissage, tout comme Cahabón. Ces trois villages étaient les seuls de la Verapaz à connaître une telle obligation. A propos de cette activité, une description de la région précise en 1765 la grande qualité des filages de Rabinal, de même que celle du tissage.

78Une telle situation peut apparaître comme contradictoire, ou en tout cas surprenante. Comment comprendre que de deux activités si étroitement dépendantes, l’une disparaisse et l’autre se maintienne ? L’explication réside dans le rôle joué par les dominicains. Très vite, ceux-ci se rendirent compte du profit à tirer des tissages locaux. Ils instaurèrent donc la pratique des repartimientos de hilo très tôt, sans doute dans les années 1550-1560 (A. Cedeño 1969 : 73). Mais un tel système supposait que les dominicains restassent maîtres de la matière première distribuée. Aussi n’avaient-ils pas intérêt à ce que la culture elle-même continuât à se maintenir dans la région. Ils se chargeaient au contraire de faire venir la matière première nécessaire de Cahabón, où l’abondance de la production en faisait un produit bon marché. Le bénéfice était ainsi double : sur la matière première d’abord, sur le produit fini ensuite.

79La disparition du coton devait être compensée par une activité économique nouvelle. Ce fut le rôle dévolu à l’élevage d’abord, à la canne à sucre ensuite.

80Les haciendas dominicaines de San Nicolás et de San Gerónimo ne pouvaient être que de véritables modèles, orientant l’économie locale vers de nouvelles productions. Et la modification de l’économie régionale plaçait les villages de la province sous l’étroite tutelle des intermédiaires dominicains. C’était là, pour les religieux, un moyen supplémentaire de contrôle sur “leur” province de Verapaz.

81Introduction d’activités autrefois ignorées, disparition de productions traditionnelles, tel fut l’impact de la présence dominicaine et de leurs haciendas dans la région. Mais l’objectif des religieux ne s’arrêtait pas à une simple réorganisation économique. Pour eux, ces transformations imposées n’étaient qu’un moyen supplémentaire de contrôle sur la province et sur ses habitants. Devenus les modèles et les intermédiaires obligés dans le domaine économique, les frères prêcheurs purent ainsi renforcer leur mainmise sur la Verapaz. Une telle situation d’exclusivité laissa grande ouverte la porte aux abus. Les religieux la franchirent aisément, sans réelles inquiétudes de conscience.

C – UN MONOPOLE PROFITABLE

82Les haciendas jouèrent, nous l’avons vu, un rôle prépondérant dans la vie économique de la région. Mais, au sein du réseau qu’elles constituaient, c’étaient les propriétés dominicaines qui, par leur importance, assuraient l’essentiel de cette domination. Cette place privilégiée fut le résultat du monopole acquis par B. de Las Casas lors de la conquête évangélique. Depuis le contrat signé entre lui et Alonso de Maldonado en 1537, la présence des Espagnols était interdite en Verapaz. Seule une dérogation obtenue auprès des dominicains permettait de s’y aventurer légalement. Cette véritable “chasse gardée” dominicaine ne pouvait pas ne pas exciter les envieux, c’est-à-dire, tous ceux qui – fonctionnaires royaux, alcalde mayor en tête, membres du clergé séculier, dont les évêques de Verapaz puis de Guatemala – espéraient un assouplissement de l’exclusivité dominicaine sur la région. Aussi nous faut-il lire les accusations portées contre les dominicains pour ce qu’elles sont : des “ragots” montés en épingle, mais qui reposent bien souvent sur une base réelle, comme le prouve la concordance de témoignages d’origines diverses.

83On accuse d’abord les religieux de tirer profit de leur pouvoir dans la région. C’est ainsi qu’au xvie siècle, selon l’évêque A. de Hervias, les dominicains cachent le nombre exact des tributaires pour s’en réserver le revenu. De même, ils profitent, selon lui, de l’absence de l’alcalde mayor pour imposer leur loi (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 163). A la même époque, l’oidor Arévalo Cedeño explique la mauvaise rentabilité des tributs de la province par le fait que les dominicains font obstacle à leur paiement en imposant aux Indiens d’acheter d’abord avec leur argent le coton pour leurs tissages (A. Cedeño 1969 : 73). Mais les dominicains, selon leurs adversaires, ne se limitaient pas à faire obstacle aux intérêts royaux. Ils cherchaient, eux aussi, à s’enrichir aux dépens de leurs ouailles. C’est ainsi qu’en 1550 les frères furent accusés d’avoir des tamenes, c’est-à-dire des Indiens à leur service personnel (Col. Muñoz A/112, Fol. 342, RAHM). De même, quelques années plus tard, en 1581, l’évêque leur reprocha de faire des repartimientos sans payer leur dû aux Indiens, ou, pire, de louer la main-d’oeuvre indigène à des Espagnols. Ce même évêque dénonce la construction d’églises bien trop somptueuses, par les Indiens, et ce aux dépens des cultures (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 163).

84C’est à cette même époque qu’éclata en Verapaz ce que l’on pourrait qualifier de “scandale des frères prêcheurs”. Selon l’alcalde mayor, c’est en 1582-1583 que furent découverts par lui différents trafics auxquels se livraient les dominicains : selon lui, vin de messe, tissages, tribut en nature, aumônes des confréries, chevaux, rien de ce qui était commercialisable n’échappait à ce fructueux commerce. Au centre de ces trafics se trouvaient précisément les confréries du Rosaire. Présentes dans chaque village, elles servaient de véritable relais entre les religieux et les villageois. A Rabinal, au xviiie siècle, cette confrérie était parmi les plus riches : elle possédait en 1742 plus de 11 caballerías de terre, son capital liquide, et son bétail sur l’hacienda communale (AGCA, Al, Exp. 52645, Leg. 5986). Elle était d’ailleurs, à cette époque, réservée aux Espagnols, ce qui rend plus compréhensible le contrôle des religieux sur cette institution. En était-il de même au xvie siècle ? Selon l’alcalde mayor en tout cas, cette confrérie se chargeait de ramasser des dons en cacao, en plumes, en tissus, qu’elle remettait ensuite aux pères qui, eux, utilisaient l’argent obtenu à des fins autres que religieuses, notamment au bien-être des prêtres et des teopantecas, c’est-à-dire de leurs aides indigènes.

85De même, c’était aussi par le biais des Indiens que passaient les dominicains pour leurs repartimientos de coton. Les responsables en étaient les tlatoques qui se chargeaient de la distribution puis du ramassage, les dominicains intervenant ensuite dans la commercialisation. Lors de la découverte du trafic, ces tlatoques furent sanctionnés, mais, en fait, ce sont les dominicains qui payèrent de lourdes amendes en leur nom (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 10).

86Les charges sont graves et nombreuses. Et même si certaines sont excessives, l’essentiel peut-il être retenu ? Par des recoupements divers, il semble bien que la réponse doive être positive.

87Au xviiie siècle, Ximénez, dominicain lui-même, énumérant les belles églises du Guatemala, cite celle de Rabinal, de très belle facture, et si somptueuse selon lui qu’elle pourrait être une cathédrale en Espagne (F. Ximénez 1977). C’est précisément du xvie siècle que date cet édifice, et c’est la main-d’oeuvre indienne, contrainte et forcée sans doute, qui, pierre après pierre, mur après mur, le construisit. La même affirmation peut sans doute être faite pour Cubulco et Salamá.

88Le développement des haciendas de San Gerónimo et de San Nicolás supposait aussi des revenus importants, surtout pour la première qui devint au xviiie siècle, selon Cortés y Larraz, la plus belle des haciendas de la Capitainerie (P. Cortés y Larraz 1958). Il est d’ailleurs révélateur de constater que, de tous les ordres religieux présents au Guatemala, les dominicains furent, de loin, les plus fortunés. En 1726, les revenus de l’ordre étaient estimés à 53 230 pesos, alors que les franciscains, loin derrière, ne percevaient que 35 851 pesos (BNM, Ms n° 2675, Fol. 422). Et pourtant, Cortés y Larraz estimait qu’entre d’autres mains, les propriétés foncières dominicaines auraient pu rapporter bien davantage !

89Cette richesse, Th. Gage la constata lui aussi lors de son voyage guatémaltèque, entre 1625 et 1637. Il raconte qu’à Rabinal, il rencontra le dominicain fray Juan Bautista qui s’était installé là après avoir voyagé à travers tout le Guatemala et le Chiapas, de couvent en couvent. Th. Gage fut reçu dans l’hacienda, aussi somptueusement que dans la demeure d’un prince, selon ses dires (Th. Gage 1948 : 199).

90Tous ces témoignages, directs ou indirects, insistent sur le même point : la richesse. Les seuls revenus obtenus légalement des Indiens n’y auraient pas suffi. Il fallut bien que les dominicains missent à lourde contribution leurs protégés. Leur monopole sur la région rendait les choses plus aisées. On comprend ainsi leur souci de voir se prolonger, tout au long de la période coloniale, leur exclusivité sur la Verapaz !

III – L’ECONOMIE REGIONALE

91Soumise à des impératifs divers, nombreux et pressants, la population indigène de la Verapaz se trouva placée dans un ensemble économique dont la direction lui échappait. Par les prélèvements qu’elle avait à satisfaire, elle participait d’abord à une économie tournée vers la commercialisation des productions. Mais, pour satisfaire leurs propres besoins, notamment alimentaires, les villageois indigènes se plaçaient dans une économie de subsistance.

92C’est dans cette dualité que réside l’originalité de l’économie régionale, dont nous analyserons chacune des deux composantes.

A – UNE ECONOMIE DE SURVIE

  • 3 Voir, à titre d’exemple, la recommandation de 1694, faite par le procureur de l’Audience afin que (...)

93Dans toute société où la circulation monétaire est relativement limitée, comme dans le Guatemala colonial, la place de l’économie vivrière ne peut être que prépondérante. A Rabinal et dans sa région, ce type d’activité était pratiqué par tous. Et d’abord sur les terres communales des villages : la plus grande partie d’entre elles était consacrée en effet aux cultures de base, maïs et haricot. La Couronne insistait d’ailleurs beaucoup sur le développement de ces productions alimentaires, multipliant les recommandations aux responsables locaux afin qu’ils contrôlent la bonne tenue des cultures3. Les cultures vivrières étaient également présentes sur les terres privées. C’est ainsi que la plupart des haciendas de la région, quelles qu’elles fussent, utilisaient une partie de leurs terres à ce type de productions. L’hacienda San Gerónimo elle-même, tournée pourtant vers la commercialisation de sa production, se consacrait en partie à la culture du mais. L’idéal des propriétaires restait celui de l’autosuffisance alimentaire.

94Ces cultures vivrières se trouvaient présentes dans l’ensemble du bassin de Rabinal. En ce qui les concerne, on ne peut nullement parler de spécialisation des sols. La plupart du temps, ces productions se faisaient sans recours à l’irrigation, système trop coûteux pour un bien faible rapport. Les techniques agricoles étaient en fait des plus limitées. De même, les outils utilisés étaient très frustes. Aucun inventaire d’un domicile indigène ne nous est parvenu. Seul, l’oidor Miranda, dans son rapport sur la Verapaz, insiste sur la faiblesse de l’équipement des indigènes, et ce en 1574. Ils ne possédaient, selon ce qu’il a pu voir, que quelques casseroles ou calebasses, et, comme outils, des haches, des arcs ou des sarbacanes (A. Cedeno 1969 : 356). Les paysans métis du valle de Urrán n’étaient guère mieux lotis : en 1739, la famille Cárcamo disposait, pour tout outillage, de six haches, cinq houes, un pic, quatre machetes et trois extrémités en fer pouvant servir de pic. En 1754, dans un contrat de métayage, les outils laissés à disposition du métayer sont mentionnés : deux machetes, trois houes, deux haches et un escoplo (AGCA, Al, Exp. 52610, Leg. 5983 et Al, Exp. 52927, Leg. 6009).

95La faiblesse de l’outillage était sans doute le lot de la grande majorité des paysans, indigènes ou métis. Seuls les plus riches pouvaient posséder, qui un joug, qui des boeufs, qui un train de labour complet. Avec cet outillage réduit à sa plus simple expression, l’agriculteur ne pouvait bien souvent qu’écorcher le sol, sans vraiment le retourner. On se contentait de nettoyer la terre, parfois par le feu, avant un labour à l’efficacité douteuse. Puis, les semences réalisées, on attendait le moment de la récolte.

96Aussi, les accidents alimentaires étaient-ils des plus fréquents. Retards de la saison des pluies, plaies s’attaquant aux cultures, telle la langosta : les populations se trouvaient en général désarmées devant les destructions des récoltes à venir.

97L’économie vivrière des villages se complétait de tout un savoir-faire indigène qui venait ajouter ses productions à celles proprement agricoles. En 1574, l’oidor Miranda insiste précisément sur l’importance de cet artisanat, tel que le travail du fer, celui du cuir pour la fabrication de chaussures, ou celui du bois par les menuisiers. Néanmoins, il entrevoit le déclin de ces activités, qui ne bénéficiaient pas d’un marché suffisant (A. Cedeño 1969). C’est un fait que par la suite, ces productions ne sont plus mentionnées par les visiteurs de la région. Ainsi ces activités, si elles ne disparurent pas complètement, ne concernaient plus que le marché local.

B – L’ECONOMIE COMMERCIALE

98A côté des cultures vivrières, on trouve, dans la région, toute une économie fondée sur les productions commerciales. Son apparition et son développement sont le fait principalement des religieux dominicains et de leurs haciendas. A l’élevage qu’ils introduisirent vers la fin du xvie siècle, ils ajoutèrent par la suite des productions agricoles beaucoup plus lucratives.

  • 4 La connaissance précise des fondations pieuses et autres dons ne nous est donnée que pour une péri (...)

99Grâce aux profits accumulés à partir de l’élevage, aux revenus assurés par les fermages, et surtout semble-t-il, aux dons obtenus par des fondations pieuses4, ils introduisirent progressivement la canne à sucre. Dès 1625, lors du voyage de Th. Gage, San Gerónimo était devenu un ingenio plus rentable que celui, pourtant riche, d’Amatitlán (Th. Gage 1948 : 198). Par la suite, l’activité sucrière ne cessa de prendre de l’importance, sans éliminer toutefois l’élevage, toujours présent. On constate par exemple que les terres acquises aux xviie et xviiie siècles sont, pour la plupart d’entre elles, localisées au fond du bassin de Salamá et, pour partie, cultivables – comme à San José – en canne à sucre, car irrigables (AGCA, Exp. 52079, Leg. 6021).

100L’importance commerciale d’un tel ensemble était devenue considérable au xviiie siècle. Dans les années 1735, San Gerónimo rapportait en moyenne 12 427 pesos par an (AGCA, A1, Exp. 5028, Leg. 214). Lors de l’enquête menée par P. Cortés y Larraz, celui-ci estime le revenu minimum à 1 800 pesos par mois, ce qui représente le double des revenus des années 1730. Cette croissance est probablement la conjonction de plusieurs facteurs : une agriculture de plus en plus intensive, une valeur croissante du produit, une extension des surfaces cultivées.

101Le caractère intensif de l’agriculture se traduit essentiellement par une véritable mécanisation du travail de transformation de la canne à sucre. Il est instructif de lire la description émerveillée de P. Cortés y Larraz :

  • 5 “L’aménagement pour la fabrication du sucre est admirable, car pour mettre au soleil et pour proté (...)

“La disposición para las oficinas de azúcar es admirable pues para poner al sol y librar de las lluvias centenares o miles de arrobas, basta con el trabajo de un hombre o dos, en cuatro o cinco minutos. Pues consiste en correr los tejados de los almacenes de una y otra parte con un torno.” (P. Cortés y Larraz 1958 : 294)5.

102A cette modernisation remarquable s’ajoutait l’appui d’une main-d’oeuvre nombreuse. A cette même époque, c’est environ un millier d’esclaves que l’on trouvait sur l’hacienda. Il faut d’ailleurs ajouter que cette main-d’oeuvre particulièrement nombreuse possédait une excellente qualification professionnelle : ouvriers-maçons, menuisiers, métallurgistes (P. Cortés y Larraz 1958 : 294 sq et Col. Mata Linares, T. 106, Fol. 587, RAHM).

103Le recours à une culture de la canne à sucre de plus en plus intensive coïncida avec l’extension des zones irrigables. Celles-ci étaient systématiquement mises en valeur, aux dépens des terres plus sèches de l’hacienda, cédées de préférence à des fermiers. Un tel effort explique la croissance des revenus de l’ingenio San Gerónimo.

104Si l’hacienda San Gerónimo reste le prototype de cette économie commerciale, elle n’en avait pas pour autant le monopole. L’ensemble des propriétaires privés adoptèrent à la suite des dominicains cette activité profitable. Seules les terres communales ne semblent pas s’être orientées vers la production de canne à sucre. Jusqu’au milieu du xviiie siècle, les descriptions de la région, même les plus minutieuses, ne mentionnent pas l’existence, dans les villages ou sur leurs terres, de molinos, ingenios ou labores qui indiqueraient la présence de cette culture.

105Tel ne semble pas avoir été le cas des propriétaires d’haciendas, notamment dans le valle de Urrán. S’il est difficile de dater avec précision l’introduction de cette culture dans cette zone, il est certain qu’au xviiie siècle sa place était loin d’être négligeable. Une évaluation de la valeur des propriétés du valle de Urrán faite en 1712 par un représentant de l’administration coloniale révèle que sur 28 propriétaires comptabilisés, un seul ne cultivait pas de canne. On observe aussi que les surfaces ensemencées par les 27 propriétaires restants étaient relativement réduites : la plus importante était de 6 suertes, mais la surface la plus fréquente n’était que de 2 suertes, et la surface moyenne de 1,7 suerte à peine. Et pourtant, la plupart des propriétaires possédaient tout l’équipement nécessaire pour produire le sucre à partir de la canne : moulins, animaux pour les actionner, fours, grandes cuves, ce qui représentait un investissement considérable.

106Cette situation est d’autant plus surprenante que, malgré sa présence, la canne à sucre n’était encore qu’un revenu parmi d’autres. La grande majorité des propriétaires élevait sur les terres restantes du bétail. Les troupeaux étaient loin d’être négligeables, puisqu’ils pouvaient atteindre 45 têtes pour le plus gros éleveur.

107Une telle association de productions si hétérogènes pose immédiatement le problème de la rentabilité des capitaux investis. En capital, les haciendas de la région représentaient, pour les plus importantes, plus de 1 200 pesos. Et pourtant, à la fin de l’enquête mentionnée en guise de conclusion dans le rapport adressé au roi, l’auteur précise que la plupart des haciendas de la contrée étaient d’un faible revenu, qu’il estime à environ 200 pesos par an. Le manque de spécialisation d’une part, lié au milieu naturel défavorable, les investissements trop lourds d’autre part, seraient à l’origine de cette faible rentabilité (AGCA, A3, Exp. 5239, Leg. 19).

108Malgré cette situation inégalement favorable, le nombre des trapiches ne cessa de croître au xviiie siècle, s’installant dans la zone même du bassin de Rabinal. En 1768, le curé de Rabinal n’en compte pas moins de 20 autour du village ; ils sont la propriété personnelle d’Indiens qui ont acquis les terres sur lesquelles ils se trouvent.

109Si la production de sucre fut la principale culture commerciale de la région de Rabinal, il n’en faut pas pour autant oublier d’autres productions, sans doute moins importantes, mais présentes. On peut ainsi noter le maintien, pendant toute la période coloniale, des activités de cueillette, concernant notamment des plantes médicinales, ou plus simplement odoriférantes, telles que le copal. Pendant toute la période considérée, la Verapaz resta exportatrice de salsepareille et d’achiote (Vásquez de Espinosa 1969, et CDLA 1904(8) : 319).

110Les cultures commerciales étaient finalement peu nombreuses, mais ne cessèrent de prendre de l’importance, notamment au xviiie siècle. Avec les cultures vivrières, elles constituèrent la base de la vie économique des villages et leur donnèrent leur place dans la vie régionale.

111Le village indigène se trouva soumis à des prélèvements divers, tous plus efficaces les uns que les autres. Ceux de l’administration royale d’abord : tributs légaux, mais aussi repartimientos illégaux de toutes sortes, amendes excessives... Ceux imposés par les propriétaires fonciers, notamment dominicains, souvent de nature différente, n’étaient pas moins durs : le recours au travail forcé et le contrôle du commerce inter- et intrarégional, en constituaient l’essentiel. Enfin, les charges imposées par les autorités indigènes furent peut-être parmi les plus insupportables. Par le biais d’institutions, telles que les confréries, les villageois se voyaient obligés de couvrir des frais énormes parfois au profit d’un groupe privilégié dont le pouvoir venait le plus souvent de sa collaboration avec les autorités administratives ou religieuses. La réduction, stabilisant et regroupant une population jusqu’alors éparse, remplissait efficacement le rôle qui lui avait été en partie dévolu. Pour les villages de Verapaz et leurs habitants, la réduction signifia donc bien la mise au point d’un véritable système d’exploitation. Celui-ci fut sans doute moins cruel, mais plus efficace, que la tentative de mainmise des conquistadores au début du xvie siècle.

112Mais au-delà de ce simple constat, il est aussi important de noter que, du système mis au point, naquirent des relations économiques et sociales originales entre les différentes parties. Dans ce domaine, l’essentiel reste la domination et le rôle d’exemple exercés par les dominicains à travers leurs haciendas. Ils devinrent le modèle dans le domaine économique et stimulèrent des activités jusqu’alors ignorées ou négligées. Le développement d’une agriculture commerciale fut notamment leur fait. Il facilita la croissance d’échanges à l’intérieur de la région : coton du nord de la Verapaz contre du sucre ou bétail du sud. Certes, ces transformations assirent la domination dominicaine et celle de leurs haciendas, mais elles assurèrent aussi à la Verapaz, et à la région de Rabinal en particulier, une place originale dans l’ensemble guatémaltèque colonial. Celle-ci reposait surtout sur l’extension d’activités spéculatives au côté d’une économie vivrière. Bassin de main-d’oeuvre où la majorité de la population restait indigène, la région de Rabinal maintint des activités destinées à couvrir les besoins d’une population locale. La vie économique resta à Rabinal organisée majoritairement autour d’un schéma d’auto-suffisance. Il est vrai aussi que l’isolement imposé par les religieux ralentit toute pénétration d’une économie monétisée. L’argent ne circulait que peu et surtout suivait un véritable circuit fermé : des dominicains aux paysans sous forme de salaire, puis des paysans aux dominicains sous forme de redevances de toutes sortes. Il est donc clair que jusqu’en 1750 au moins, la domination religieuse fut au centre de la vie locale, à la fois élément d’innovation et facteur d’archaïsme et d’immobilisme.

Notes

1 Citons par exemple la réforme proposée par un fonctionnaire royal qui voulait supprimer l’impôt personnel pour le remplacer par un impôt sur les biens, afin d’en faire un prélèvement réel (BNM, Ms 8558, Fol. 70). En 1571, le président de l’Audience proposa de modifier les conditions donnant droit à l’exemption du tribut (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 9). En 1594, J. de Pineda proposa pour la Verapaz une suppression du tribut en argent et en nature, et son remplacement par une pièce de tissage, prélèvement qui, selon lui, devait rapporter trois fois plus, et serait mieux supporté (ASGHG 1 : 348, Guatemala 1925).

2 Deux allusions sont à signaler. En 1773, un dossier de procès de terres le mentionne (AEG, Paq. 1, Exp. 14, BVP), et en 1765, une description de la région précise l’existence de sa culture (BAGG, 2 : 297, Guatemala 1937).

3 Voir, à titre d’exemple, la recommandation de 1694, faite par le procureur de l’Audience afin que l’on favorise le développement de ces cultures (AGCA, Al, Exp. 10213, Leg. 1569, Fol. 235). Rappelons également que c’est dans cette perspective que furent créés les jueces de milpas, qui devaient précisément surveiller “l’entrain” des indigènes pour ces productions essentielles.

4 La connaissance précise des fondations pieuses et autres dons ne nous est donnée que pour une période relativement tardive (1776). A cette date, le capital total représenté par hacienda San Gerónimo était de 111 115 pesos, laissant un bénéfice net de 5 555 pesos. Sur cette hacienda reposaient 42 813 pesos de fondations pieuses rapportant en tout 2 141 pesos. On constate ainsi l’importance de ces dons qui s’accumulèrent tout au long de la période coloniale et permirent véritablement de faire de San Gerónimo la plus belle hacienda de la Capitainerie (Antiguas Posesiones de los Dominicos de Guatemala 1776-1777 ACDG).

5 “L’aménagement pour la fabrication du sucre est admirable, car pour mettre au soleil et pour protéger de la pluie des centaines et des milliers d’arrobes, il suffit du travail d’un seul homme ou de deux, et cela en quatre ou cinq minutes. Cela consiste à faire glisser le toit des magasins dans un sens ou dans l’autre avec un treuil.”

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter