Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Deuxième partie. Une volonté édificatrice (1540-1750)

Chapitre III. Un cadre administratif : la réduction

Texte intégral

1Vers 1540, la colonisation espagnole dans la région reste très faible. Cette faiblesse n’est d’ailleurs pas une exception. Dans l’ensemble du nouvel empire, les ferments de divisions, ou de soulèvements, sont présents, et la Couronne peut légitimement craindre le pire pour ses nouvelles richesses. Les méthodes employées jusque-là ont certes permis de mettre théoriquement sous l’autorité de la Couronne espagnole de nombreuses terres nouvelles. Mais le passage de la conquête à la colonisation semble des plus délicats, comme le montre l’exemple de Rabinal : contrôle très inégal de la population, pillage plutôt que mise en valeur des richesses locales, à travers l’esclavage et la lourdeur des charges (en travail de tissage notamment), présence espagnole épisodique et faible, comme c’est le cas de Cobán. La première colonisation menée par les compagnons d’Alvarado est loin de constituer, aux yeux mêmes des intérêts espagnols, un succès. Aussi, l’élaboration d’un nouveau cadre administratif de colonisation doit-elle être d’abord vue comme une réponse à l’échec de cette première tentative menée entre 1524 et 1540.

2Par ailleurs, la mise en place de la réduction participe aussi d’une autre remise en question : la quasi-totale délégation de pouvoirs aux conquérants. Pour la Couronne, une reprise en main s’imposait et signifiait une lutte pour le contrôle réel du pouvoir et de la richesse, c’est-à-dire des hommes. Il s’agissait donc bien de reprendre ce que les conquérants s’étaient aisément approprié.

3Cette réorganisation de l’empire fut à l’origine marquée par un prétexte humanitaire : la protection de l’Indien. Effrayée par la chute démographique, inquiète devant les abus, la Couronne espagnole emboîta le pas à celui qui ne cessait de dénoncer les méfaits de la colonisation : Bartolomé de Las Casas. La sincérité du “protecteur des Indiens” n’est pas ici en cause, mais simplement l’utilisation que la Couronne sut faire de son combat.

4Ainsi, vers 1540, s’organise une nouvelle colonisation fondée sur un nouveau cadre administratif, la réduction, dont nous étudierons le système et les conséquences sur le monde indigène. Mais, auparavant, il nous faut préciser les problèmes auxquels se heurtait la Couronne espagnole.

I – DES PROBLEMES MULTIPLES

A – LA CRISE DEMOGRAPHIQUE

5Au moment où l’Espagne s’interroge sur la meilleure façon de conserver ses conquêtes et d’éviter qu’elles ne tombent entre les mains des “hérétiques” protestants, la population américaine est en train de connaître la plus grande catastrophe démographique jamais subie par une population quelle qu’elle soit.

6Les travaux de S.F. Cook et W. Borah ont mis en évidence cette chute dramatique, vraie dans l’ensemble de l’espace américain confronté à la conquête européenne. L’intérêt pour nous est de mesurer si la région de Rabinal connut une diminution de population de même ampleur. C’est à cette question que nous répondrons ici.

7Au début du xvie siècle, la région du Chixoy avait atteint son niveau de peuplement le plus élevé. Les principaux sites de peuplement connaissaient à cette date leur extension maximale.

8Tel est le cas de Caüinal, dont la population peut être estimée à 2 500 personnes. Cette même situation se retrouve sans doute dans la zone des bassins, autour des sites de Cakyup et Chuitinamit. Selon L. Smith, le deuxième représenterait une population équivalente à celle de Caüinal. Quant au premier, sans donner d’estimation précise, L. Smith insiste sur la présence de nombreuses structures d’habitat. A l’arrivée des Espagnols, la population de la région pouvait donc compter plusieurs dizaines de milliers d’habitants.

9En effet, pour la seule vallée du Chixoy, A. Ichon a établi que la densité moyenne était d’environ 50 hab./km2, soit un total de 5 000 âmes (A. Ichon 19796). Pour la zone des bassins, où se trouvaient des cités aussi importantes que Caüinal, comme Chuitinamit, ou plus importantes encore, comme Tzamaneb, on peut estimer que cette même densité est acceptable. En fait, si l’on tient compte de la différence du milieu, bien plus accueillant dans la zone des bassins que dans celle du Chixoy, une densité de 50 hab./km2 doit être considérée comme un minimum. D’un autre côté, la position marginale de cette zone par rapport aux régions de fort peuplement indien, lors de l’arrivée des Espagnols, laisserait au contraire croire que la densité devait y être plus faible qu’ailleurs, où elle atteignait et dépassait 70 hab./km2. Aussi, la densité moyenne qui peut être retenue oscillerait entre 40 et 50 hab./km2 : le résultat donnerait pour la région de 50 à 60 000 habitants.

10Toute estimation postérieure n’est guère possible avant les premiers recensements réalisés, autour des années 1550, par le pouvoir colonial. Ceux-ci concernaient exclusivement les tributaires et couvraient l’ensemble de la Verapaz. Aussi, avant d’aborder l’étude de ces données, nous faut-il nous interroger sur l’adaptation nécessaire pour que ces recensements soient comparables aux estimations de l’époque antérieure.

11Une première difficulté ne pourra être résolue : la zone géographique couverte par les recensements du xvie siècle englobe la région, soit dans l’ensemble de la Verapaz, soit dans celui de la province d’Acasaguastlán. Aucun détail n’est fourni sur chacun des villages concernés. Aussi l’évolution précise de la région se trouve-t-elle englobée dans celle de l’ensemble avec lequel son histoire est liée à partir des années 1540. Il est probable que, du fait précisément de cette histoire commune, les écarts soient minimes, voire inexistants. En données brutes, les estimations du nombre des tributaires sont les suivantes :

121561 7 000 tributaires (Cárdenas, Gallegos et Viana 1955)

131566 3 856 - (ibid.)

141571 3 329 ou 3 135 tributaires (ibid. et A Cedeno 1969 : 73)

151574 2 400 - (Cárdenas, Gallegos et Viana 1955)

16Quelle peut être la valeur de ces recensements et quel en est le sens ?

17Certains des chiffres avancés semblent irréfutables, comme ceux de 1566 et 1571, fournis par le recensement de 1571 qui rappelle des données antérieures. Certes, les recensements sont loin d’être exacts, mais ce sont eux qui offrent les informations correspondant le mieux à la réalité. Celui de 1561 a été établi par les dominicains et ne peut être vérifié. Il faut toutefois constater que, dans le rapport où ils fournissent cette estimation pour 1561, ils précisent aussi le nombre des tributaires en 1571, soit 3 135 individus. Or ce dernier chiffre est en fait très proche de celui apporté par le recensement lui-même réalisé par les services de l’administration régionale. Les informations dominicaines semblent bien correspondre à la réalité, et rien ne permet donc de rejeter l’estimation de 1561.

18L’évaluation de 1574 est aussi fournie par les dominicains, et se trouve confirmée par le rapport de l’oidor A. Cedeno, datant lui aussi de 1574. Là encore, il faut souligner le souci de précision des religieux et leur désir d’exactitude dans l’information.

19Si les données peuvent donc être retenues, comment utiliser la notion de tributaire ? D’un démographe à l’autre, le “poids” démographique du tributaire varie de trois à cinq personnes. Sans prétendre trancher le débat, quelle valeur choisir pour la région ?La réponse nous est fournie par les recensements eux-mêmes. Une première estimation, simple, rapide, mais approximative, est de calculer le rapport entre le nombre de maisons recensées et la population totale du village concerné. Le recensement de 1571 permet d’obtenir pour trois villages voisins de la zone d’étude une estimation de trois à quatre personnes par maison.

  • 1 On peut l’estimer à environ 30 à 40 % des couples constitués.

20Cette première mesure peut être affinée en calculant le nombre d’enfants moyen par famille complète. La moyenne pour les trois villages oscille autour de deux enfants par famille. Contrairement à ce que nous écrivions en 1979 (M. Bertrand 1982), il ne nous semble plus possible de considérer l’importance des couples sans enfants comme le simple résultat d’un facteur externe et non pas structurel. Si l’on ne peut nier la médiocre qualité des recensements, liée au souci utilitariste des recenseurs — ils négligent de noter les enfants en bas âge car, étant donné la mortalité infantile, peu d’entre eux pourront devenir des tributaires — le fort pourcentage1 des familles sans enfants doit plutôt être vu comme le résultat du choc subi avec la conquête. Le pessimisme, le dégoût de la vie furent probablement des attitudes courantes que la destruction brutale de la civilisation indienne alimenta. Aussi, le coefficient à attribuer aux recensements dans la région, pour le xvie siècle, semble-t-il bien devoir être de quatre, autrement dit, chaque famille comptait deux enfants en moyenne.

21Les données en notre possession une fois décodées, nous pouvons maintenant tenter une estimation de leur évolution.

22Entre 1561 et 1566, la chute de la population représente 45 %, soit une diminution annuelle de 9 à 10 %. Après une légère accalmie entre 1566 et 1571, la situation s’aggrave à nouveau. La fin des années 1560 voit la diminution passer à un taux annuel de 2 à 3 %, pour revenir avec la décennie 1570 à un taux annuel de 10 %.

23Ces chiffres montrent à quel point les années 1560-1570 furent pour la région celles d’une véritable catastrophe. Et si la première crise de 1561 n’a pas laissé de véritable trace dans la documentation, il n’en est pas de même de celle de 1571-1574.

24Les dominicains de Cobán, dans leur rapport de 1574, laissent entrevoir l’importance de la crise, quand ils parlent de la chute de la population, mais surtout du risque de sa véritable disparition.

25Le recensement de 1571 lui-même permet d’aller plus avant en ce qui concerne deux villages périphériques de la région : Tucurub et Tamahú, voisins tous les deux du fleuve Polochic. De novembre 1570 à janvier 1571, 30 % des tributaires disparurent à Tucurub, et 21 % à Tamahú. Devant une telle diminution, la réalisation d’un nouveau recensement était indispensable. Il fut mené à bien, à la demande des autorités locales, en janvier 1573. A Tucurub, la population tributaire avait, vis-à-vis du précédent recensement, baissé de 23 %, et de 26 % à Tamahú.

26Partant de là, la crise va s’étendre à l’ensemble de la province. Les villages les plus proches, dont Santa Cruz, furent affectés les premiers. Fin 1571, dans ce dernier village, le taux de mortalité était de 8 à 9 %, c’est-à-dire qu’il correspondait à celui des périodes de crise démographique. Tactic, parce que plus éloigné, n’a, à cette même époque, qu’un taux de 5 %.

27Concernant Rabinal, Cubulco ou Salamá, les recensements de 1571 ne nous donnent aucune information. Mais, grâce à celui de 1608, nous pouvons analyser la situation des trois villages pendant ces années noires. Ce recensement nous a permis la reconstitution de la pyramide des âges de chacun d’entre eux (voir figure 1). Deux observations montrent combien ces villages subirent eux aussi cette crise de 1571. On constate d’abord une diminution des naissances correspondant à la tranche d’âge née autour de 1570. Par ailleurs, les pyramides montrent l’importance de la mortalité juvénile après cette même période.

28Le bilan de cette catastrophe démographique est finalement simple à établir. Des 60 000 habitants qui vivaient au début du xvie siècle, il n’en reste plus que 8 à 9 000 en 1574, soit une chute de 80 à 85 % de la population. On retrouve ici les mêmes proportions que celles mises en évidence, notamment au Mexique, dans les travaux de S.F. Cook et W. Borah. Inutile ici d’insister sur les causes d’une telle diminution. Les phénomènes épidémiques, bien plus que les mauvais traitements, furent à l’origine d’une telle chute. Loin d’être épargnée, malgré son statut particulier, la région étudiée connut une évolution démographique identique à celle du reste de l’empire américain.

29A ces explications générales, il faut ajouter des facteurs plus spécifiques de l’histoire de la zone de Rabinal. Dans les années 1570, l’oidor Montero de Miranda jugeait que la responsabilité principale des crises démographiques se trouvait dans le manque général d’hygiène des villages. Il mettait surtout en cause la pratique de la culture du maïs près des maisons, de même que l’étroitesse des rues, de telle sorte qu’air et soleil ne pouvaient y pénétrer (M. de Miranda 1954 : 342).

30Il faut aussi tenir compte de la véritable déportation dont souffrirent les indigènes de ces villages. Une bonne partie de la population avait, en effet, été extraite de la vallée du Chixoy et installée, de gré ou de force, dans la zone des bassins. Il s’ensuivit une modification profonde, autant des habitudes alimentaires, que des activités économiques. La population du Chixoy était au départ constituée, semble-t-il, d’artisans et de commerçants s’alimentant principalement de poissons pêchés dans la rivière. Or ceux-ci se trouvèrent projetés dans un univers totalement différent. Devenus agriculteurs, avec une alimentation composée surtout de céréales, ils subirent un changement qui était loin d’être négligeable.

31Au-delà des causes générales de la crise démographique, il semble bien que ce soit le choix politique fait par les autorités espagnoles — regrouper les Indiens en villages — qui aggrava la situation de la région.

32Loin de résoudre la crise, les mesures prises ne firent que la rendre plus aiguë. C’est ce que l’évolution démographique de la fin du siècle tend à prouver. On comprend ainsi mieux l’attitude de refus de la vie qui pouvait animer les indigènes, impuissants face au véritable cataclysme qui les atteignait. D’autant qu’à cette véritable désintégration humaine, s’ajoutait un facteur de conflit dont ils étaient l’objet : la lutte pour le contrôle des richesses américaines. Même s’ils n’y participèrent pas, les Indiens en subirent naturellement les conséquences.

B – LA LUTTE POUR LE POUVOIR

33La conquête du Nouveau Monde s’était déroulée sous le régime des capitulaciones, contrats privés qui, au nom du roi, autorisaient des particuliers à s’approprier les terres découvertes. Mais une fois en place, les conquérants furent bien vite tentés d’“oublier” l’autorité royale, trop lointaine,et se comportèrent en véritables monarques pour certains d’entre eux, tel Cortés, ou plus simplement se contentèrent d’exploiter à leur seul profit la population qu’ils avaient subjuguée.

34Celle-ci fut en effet soumise à l’encomienda, dont nous connaissons bien aujourd’hui le fonctionnement et les implications sociales (voir, entre autres, S. Zavala 1972). L’encomendero était celui qui détenait la réalité du pouvoir par son droit absolu de contrôle sur les hommes. Il se voyait octroyer la surveillance d’un nombre donné de villages, avec leur population. Sur le territoire de son encomienda, il se comportait en véritable seigneur, les limites de son pouvoir sur les hommes étant totalement absentes.

35Cette autorité absolue lui permettait d’extorquer à ses encomendados toutes sortes de biens et de corvées, sans aucun réel contrôle extérieur : journées de travail, tributs, tissages, etc. La seule obligation qui pesait sur l’encomendero était celle de christianiser les individus qui lui étaient confiés : obligation toute théorique et qui, de toute façon, ne se présentait pas véritablement comme une limitation du pouvoir de l’encomendero. C’est de ce pouvoir sur les hommes qui pouvait, secondairement et non de façon systématique, s’accompagner de richesses foncières, que naissait la puissance de l’encomendero.

36L’éparpillement de l’autorité et l’absence de véritable contrôle de la part de l’administration espagnole rendaient cette situation difficilement acceptable pour la Couronne. Aussi, dès qu’elle fut en mesure de réagir, celle-ci tenta-t-elle de reprendre le contrôle de la situation. Dès les années 1530, les encomiendas étaient distribuées avec plus de parcimonie. De plus, les représentants de la Couronne se firent de plus en plus présents, contrôlant, intervenant, sanctionnant parfois les excès commis. Cette progressive reprise en main fut parachevée en 1542 par la promulgation des “Lois Nouvelles” qui décidaient une réorganisation de l’encomienda. Celle-ci disparaissait dans son ancienne formule, pour réapparaître profondément transformée. Dans cette métamorphose, l’encomendero perdit l’essentiel de son pouvoir, c’est-à-dire le droit sur les hommes. En effet, la réforme décidée proclamait que tous les indigènes relevaient uniquement du roi et de son administration chargée de les protéger. Par ailleurs, l’encomienda prenait une nouvelle forme : son titulaire se voyait simplement octroyer un revenu annuel fondé sur le tribut. En effet, le roi pouvait décider de ne pas percevoir le tribut royal que devait payer dorénavant à la Couronne toute communauté indigène, et au contraire le faire verser à un encomendero. Ces nouvelles encomiendas ne pouvaient être distribuées que par le roi et ses représentants, et ne l’étaient que pour une vie : le principe de l’hérédité disparaissait.

37Face à la brutalité de la réforme, les protestations se multiplièrent (R. Arevalo 1856 et 1857). Dans un esprit d’apaisement, il fut alors décidé que l’encomienda pouvait être prolongée pour une, voire deux vies. En même temps, la Couronne décidait la transformation du repartimiento. Dorénavant, celui-ci offrait la possibilité aux hacendados d’obtenir une main-d’oeuvre bon marché lors des grands travaux, mais avec l’autorisation de l’administration. C’est en effet cette dernière qui se chargeait de faire la répartition de la force de travail disponible.

38Ces Lois de 1542 bouleversaient la répartition du pouvoir dans l’empire colonial. Elles parachevaient, de façon décisive, l’action menée depuis plus de dix ans par l’administration espagnole contre les premiers conquérants et leurs descendants pour exercer le contrôle sur les richesses américaines. Elles instauraient surtout la prépondérance de la Couronne et de ses représentants.

39Cette nouvelle situation, née au milieu du xvie siècle, coïncidait avec l’émergence d’une nouvelle doctrine vis-à-vis des Indiens. La royauté espagnole voulut être la protectrice de ces “nouveaux venus” au sein de l’humanité européenne, et se chargea de les amener sur les voies de la civilisation et surtout de la religion chrétienne. Condamnant les abus réalisés dans le cadre de l’encomienda, la monarchie ibérique était prête à admettre que les buts qu’elle poursuivait devaient se fonder sur des moyens autres que ceux utilisés jusqu’alors. La crise — politique, économique, démographique — qui frappait à cette même époque l’empire espagnol, ne fit qu’accélérer le processus de réforme, encouragé par l’Eglise et approuvé par la monarchie Habsbourg.

II – LA MISE AU POINT DU SYSTEME COLONIAL

40Dans le monde encore en gestation des années 1530-1550, le rôle de l’Eglise apparaît fondamental. Ce fut elle qui, par la personnalité de deux de ses membres, Bartolomé de Las Casas et Francisco Marroquín, imposa le nouveau système au Guatemala. Précisons d’ailleurs que, dans ce domaine, l’importance du Guatemala fut essentielle. Il joua véritablement le rôle de terrain d’expérimentation pour le monde colonial.

41C’est la raison pour laquelle nous nous attarderons sur les premières réalisations de la nouvelle politique coloniale, qui se trouvent précisément dans la région étudiée. Mais, auparavant, nous nous attacherons à préciser les principes organisateurs de ce qui devenait l’élément central de la société coloniale : la réduction. Nous pourrons ainsi constater que l’élaboration du système colonial répondait à la complémentarité des intérêts de la Couronne et de l’Eglise face à ceux des premiers conquérants.

A – LE ROLE DE L’EGLISE

42Les années 1530-1550 furent une période d’interrogation pour tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, se trouvaient concernés par la colonisation. Parmi ceux qui participèrent à cette réflexion, les membres du clergé tinrent une place dominante. Conscients de l’impasse vers laquelle se dirigeait l’empire espagnol entre les mains des conquérants, ils tentèrent de déterminer de nouvelles voies pour la colonisation.

43Très vite, l’idée vint que la meilleure façon de soumettre les Indiens à leur nouveau roi et à leur nouvelle religion ne pouvait qu’être pacifique ; il fallait rejeter tout recours au fracas des armes.

44Dès 1513, le requerimienlo avait cherché à limiter l’usage de la violence, sans efficacité réelle. Il n’en montrait pas moins une autre orientation dans les méthodes de la colonisation. Aussitôt après, des expériences furent tentées dans différentes zones de l’empire (A. Saint-Lu 1968 : 21-28). Toutes échouèrent, mais les tentatives ne furent pas inutiles, pour Las Casas notamment.

45Tirant le bilan de ses échecs, il élabora une nouvelle méthode d’évangélisation fondée sur la ségrégation des races et le pacifisme. L’évêque de Guatemala, partageant les idées de Las Casas, lui proposa alors un terrain d’expérimentation dans son diocèse (A. Saint-Lu 1968).

  • 2 Lors de la réunion des évêques de Nouvelle-Espagne, à México en 1537, Marroquín expliqua comment l (...)

46Il faut préciser qu’à cette époque, vers 1536-1537, la thèse de la conquête pacifique n’avait cessé de prendre de l’ampleur. Au Mexique, l’évêque Juan de Zumárraga, le vice-roi, l’Audience, tous défendaient, ou du moins approuvaient les tentatives missionnaires2. Les Cédules Royales elles-mêmes encourageaient à la modération même si jusqu’alors rien de fondamental n’avait encore changé. Si Las Casas put, le premier, donner la véritable mesure de ce que pouvait et devait être la conquête évangélique, c’est qu’il trouva au Guatemala un contexte général favorable. L’appui total de Francisco de Marroquín allait lui être indispensable, de même que l’attitude coopérative du nouveau gouverneur Alonso de Maldonado, qui remplaça le conquérant Pedro de Alvarado.

47Son expérience, B. de Las Casas put l’appliquer à une région où la conquête militaire n’avait pas, il s’en faut, fait les preuves de son efficacité. Les conquérants du Guatemala acceptèrent, goguenards selon A. de Remesal, de céder la place aux religieux, convaincus sans doute de leur futur échec dans ce qu’ils appelaient la tierra de guerra. Pour B. de Las Casas et les dominicains soutenus par leur évêque, la conquête qu’ils allaient entreprendre ne demandait rien, ni faveur, ni soutien matériel, mais l’application des conditions que, l’expérience aidant, B. de Las Casas considérait comme indispensables.

48C’est par le contrat signé le 2 mai 1537 avec le gouverneur Alonso de Maldonado, que les religieux obtinrent ce qu’ils exigeaient. L’accord prévoyait la soustraction totale, immédiate et définitive des Indiens réduits, à la mainmise des conquérants ou de tout autre Espagnol. Le roi d’Espagne devenait leur seul suzerain, sans autre intermédiaire. De plus, il était prévu qu’à partir de l’entrée des religieux dans la zone concernée, aucun Espagnol ne pouvait y pénétrer sans leur accord, et ce pour une durée de cinq ans. L’interdiction s’appliquait à Alonso de Maldonado lui-même, preuve de sa confiance et de sa bonne volonté (A. Saint-Lu 1968 : 19). Il restait alors à Las Casas et aux siens à concrétiser les objectifs généraux et généreux présentés comme le seul moyen de salut pour l’empire.

B – LES PRINCIPES ORGANISATEURS DE LA REDUCTION

49L’élaboration du système de la réduction se fondait sur quelques principes essentiels, qui avaient pour objectif de surmonter la crise dans laquelle se trouvait le monde colonial dans les années 1530-1540.

50Tout d’abord, la réduction cherchait à concrétiser l’isolement entre les deux mondes constitutifs de l’empire colonial. Pour cela, elle n’était ouverte qu’aux indigènes. La présence d’Européens était strictement réglementée et limitée : le représentant de l’Eglise y vivait à demeure, ceux de l’administration n’y faisaient que des visites, les commerçants espagnols ne devaient pas s’y installer mais pouvaient simplement y transiter ; la réduction ne devait donc être habitée que par des indigènes. L’activité essentielle de ces derniers devant être l’agriculture, fonction sédentaire par excellence, la réduction se vit dotée de terres qui devaient permettre d’assurer travail et alimentation à tous ses habitants.

  • 3 Selon le dominicain D. de Azcona, on avait regroupé à Cobán des indigènes de quatre villages diffé (...)

51Isolant du mieux qu’il était possible du reste de la colonie, la réduction devait aussi regrouper. L’habitat préhispanique était en effet bien souvent — et c’était le cas dans la zone étudiée ici — dispersé sur des étendues parfois importantes. Cette dissémination rendait impossible un véritable isolement. Aussi, les indigènes devaient-ils être regroupés en villages homogènes, afin qu’ils fussent mieux préservés du contact avec les Européens. Mais ces concentrations supposaient des déplacements de population, et amenaient parfois à faire voisiner des indigènes de villages originels différents, voire rivaux. Les difficultés de ce regroupement des populations furent donc parfois grandes ; à Cobán, par exemple, se retrouvaient des habitants des villages de Chamelco, Cajcoh, et d’autres plus lointains3.

52L’intérêt des regroupements était évident pour la Couronne ; elle pouvait en attendre un brassage plus aisé des indigènes, et donc une rupture avec leurs origines, leurs langues, leurs dieux. Mais en fait, bien souvent, comme ce fut le cas à Cobán, les différents quartiers abritaient chacun des populations d’une même origine géographique, ce qui maintenait les solidarités traditionnelles. D’ailleurs, ces barrios ne firent, le plus souvent, que se superposer aux calpulli préhispaniques, ou solidarités de clans.

53Ces populations, ainsi marginalisées par la Couronne espagnole, isolées de toute “mauvaise influence”, pouvaient être aisément évangélisées. C’était là un autre des principes justifiant la réduction : l’évangélisation. Ignorant tout de la nouvelle religion dominante, les indigènes ne pouvaient être traités de la même façon que les supposés chrétiens, c’est-à-dire les Européens. Aussi toute une structure propre aux réductions comme centres d’évangélisation fut-elle mise sur pied. Les réductions devaient être desservies par des religieux et non par des séculiers. Ces derniers se trouvaient exclusivement dans les paroisses d’Espagnols ou de métis, et les premiers pouvaient être des trois ordres dominants dans l’empire colonial : dominicains, franciscains ou mercédaires. Par la suite, après son arrivée en 1572 dans le Nouveau Monde, un dernier ordre religieux ne cessa de prendre de l’importance : il s’agit de celui des jésuites. D’autre part, le titre du responsable de la réduction était celui de doctrinero, alors que le titulaire d’une paroisse espagnole était un parroco. Cette distinction repose sur le fait que, dans la réduction, le rôle du curé était avant tout celui de dispensateur de la doctrine chrétienne (M. Morner 1974). Ces distinctions furent rappelées et précisées dans la Cédule Royale du 20 mai 1573, qui les établissait de façon définitive.

54La population indigène ainsi mise sous tutelle pouvait bénéficier de la protection royale : c’était là aussi un des objectifs de la réduction. Le regroupement de la population permettait en effet aux autorités de soustraire les Indiens à la domination des Espagnols. Cette protection de la Couronne se traduisait par le fait que, pour tout acte important, la communauté indigène devait demander l’accord de l’administration et, à l’intérieur de celle-ci, du “protecteur des Indiens”, c’est-à-dire du procureur de l’Audience. C’est ainsi que, par exemple, toute vente de terre devait recevoir l’aval du procureur, de même que toute transaction avec des non-indigènes.

55Un autre aspect de cette protection-domination réside dans le fait que les papiers de la communauté, dont les titres de terres, étaient enfermés dans un coffre dont une des trois clés était détenue par l’alcalde mayor. De même, les biens de la communauté qui parfois pouvaient atteindre des sommes élevées, étaient aussi surveillés par l’alcalde mayor. L’intérêt de ce principe était évident : il permettait d’éviter que toute dépense importante ne se fît à l’insu de l’administration. Il devait aussi empêcher que, comme au début de la colonisation, les Espagnols ne dépouillent les communautés de leurs biens. Mais, d’un autre côté, il avait pour effet de mettre totalement les villages indigènes à la merci d’une administration qui, nous le verrons, n’était souvent pas sans reproche et dont la protection se transformait, dans de nombreux cas, en une nouvelle exploitation.

56La réduction répondait enfin à un dernier principe : le désir de contrôler la population indigène. La Couronne, soucieuse de mieux tirer profit de son empire, prit conscience du fait que sa véritable richesse résidait dans les hommes. Or, leur nombre, nous l’avons vu, allait diminuant de façon rapide. Aussi, pour mieux tirer parti de ceux qui restaient, tout en les protégeant, s’agissait-il de bien les comptabiliser afin de pouvoir leur imposer le tribut. La réduction, qui n’était autre qu’un regroupement de population, rendait ces recensements plus aisés.

57La population indigène fut donc sévèrement encadrée avec la mise en place des réductions. Celles-ci, néanmoins, pour paraître plus supportables ou pour être implantées plus facilement, laissaient aux indigènes certaines libertés, voire certaines responsabilités.

58Le village était organisé selon le modèle hispanique. Il devait être dirigé par un gouverneur, deux alcaldes et quatre regidores. Ces responsables étaient aidés dans leurs tâches par des alguaciles. Ces charges étaient électives et annuelles. Si tout villageois pouvait théoriquement être élu, l’exemple de Rabinal montre que ces fonctions étaient réservées aux familles nobles, comme le précise un document de 1610 (AGCA, Al, Leg. 5452, Exp. 46774 et N. Percheron 1981). Ainsi, dans son fonctionnement, la réduction maintenait-elle la hiérarchie sociale préhispanique, confiant le pouvoir aux descendants des anciens caciques. Certes, les nobles indiens perdirent tout pouvoir de décision et devinrent de simples relais de l’administration espagnole (N. Percheron 1981 : 28-31), mais ils réussirent tout de même à se maintenir à la tête des réductions organisées par l’autorité coloniale, grâce à la collaboration qu’ils apportèrent au renforcement du pouvoir royal. Un exemple de cette collaboration est précisément fourni par les caciques don Juan, don Jorge, don Miguel et don Gaspar de Rabinal, qui obtinrent, en guise de remerciements, des privilèges royaux, l’exemption du tribut, du service personnel et un blason (RC du 17-10-1540 et du 30-06-1543. AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 393).

C – LES PREMIERES REALISATIONS

59Nous avons souligné l’importance du rôle de l’Eglise dans la mise au point du système de la réduction. Celle-ci se concrétise par le fait que c’est dans la région de Rabinal que fut appliqué, probablement pour la première fois, ce nouveau mode d’habitat. Le rôle expérimental de Rabinal et de la future Verapaz venait de ce que B. de Las Casas ne se contentait pas de défendre ses principes, mais proposait aussi de les traduire en expériences. C’est ainsi que le contrat signé entre lui et Alonso de Maldonado étendait à l’ensemble de la région à conquérir la politique de réduction à réaliser. Mais avant de s’installer définitivement dans le coeur de ce qui allait devenir la Verapaz, B. de Las Casas, assurant ses arrières, fonda la première réduction autour de la région convoitée, c’est-à-dire précisément dans le bassin de Rabinal.

60L’application des mesures de réduction des indigènes répondait à tout un ensemble de décisions administratives prises par le pouvoir espagnol sous la pression de l’Eglise. Des 1516, une instruction royale prévoyait la fondation de villages indiens de 300 habitants, possédant église, terres, logements... Cette décision, largement inspirée par B. de Las Casas, concédait tout de même le maintien du contact avec les Espagnols, voire envisageait le mélange comme souhaitable. L’idée du “bon exemple” espagnol restait encore largement dominante, même pour B. de Las Casas, nous l’avons vu (M. Morner 1970).

61Avec l’apparition de la théorie du mauvais exemple, vers les années 1530, les projets de contrôle sur la population indigène durent s’adapter. C’est vers 1537 que Francisco Marroquín – fortement influencé par le projet de B. de Las Casas en tierra de guerra, qu’il défend et approuve — lança l’idée de la généralisation des réductions. Près de dix ans plus tard, alors que l’expérience lascasienne semblait réussir, Francisco Marroquín n’eut de cesse de mettre en avant la politique appliquée en Verapaz ainsi que le zèle des religieux. Se chargeant de faire une véritable publicité auprès de ses collègues ainsi qu’auprès de l’administration, vantant les succès obtenus, il encouragea, voire favorisa la généralisation d’une telle méthode. En 1546, à México, en présence de B. de Las Casas et de F. Marroquín, les évêques affirmèrent la nécessité du recours à la politique de la réduction afin d’exercer un contrôle réel sur la population indigène (M. Morner 1974). A cette date, les villages de la Verapaz étaient, pour la plupart, fondés, et avaient apporté la preuve de la validité de la direction choisie.

62Si nous ne savons rien de très précis sur la fondation de Cubulco et de Salamá, celle de Rabinal nous est moins inconnue. Il semble bien que ce soit là que, pour la première fois, B. de Las Casas ait appliqué sa politique de réduction. En 1802 encore, les principales de Rabinal rappelaient que leur village était le plus ancien de toute la province (AGCA, A1, Leg. 182, Exp. 3744).

63La source qui, la première et de manière précise, raconte cette fondation, n’est autre que A. de Remesal (A. de Remesal 1932). Tous les récits concernant ce même événement sont ultérieurs et reprennent les faits présentés par ce dernier (A.M. Fabié 1842-1895 : 150 ; C.E. Brasseur de Bourbourg 1946a : 69 ; M.A. Tovilla 1960 et N. Teletor 1955 : 17).

64Selon lui, c’est vers 1537 que B. de Las Casas et P. de Angulo réussirent à convaincre le cacique don Juan de s’installer dans la zone du bassin de Rabinal. A. de Remesal précise même que cette installation ne se fit pas aisément en raison de l’hostilité de la plupart des indigènes qui refusaient d’en admettre la nécessité. A force de patience, d’efforts, et sans doute aussi de pressions, ils réussirent à regrouper autour du cacique 500 Indiens installés dans une centaine de maisons. Le site originel de Rabinal-Tecocistlán se trouvait à une lieue más abajo, selon A. de Remesal, localisation que N. Teletor situe à une lieue à l’ouest du village actuel. Rien ne permet, de toute façon, d’approuver la localisation choisie par R. Acuña qui place Rabinal au sud de la sierra de Chuacús, dans le valle de Urrán (R. Acuña 1975).

65Il est en tout cas probable que, lors de la réunion des évêques suffrageants de l’archevêché de México en 1546, le village de Rabinal, de même sans doute que celui de Cubulco, devait grouper plusieurs centaines de personnes. Tout laisse à penser que, pendant cette décennie décisive, les indigènes acceptèrent le déplacement imposé. Comme le précise N. Teletor, les villages de Rabinal et Cubulco accueillirent progressivement les Indiens dispersés entre Tzamaneb, Sacapulas, Sajcabajá et Nima Cubul (N. Teletor 1955). G E. Brasseur de Bourbourg semble avoir recueilli des informations semblables au siècle précédent. Il prétend connaître l’existence de sites archéologiques nombreux, sur les bords du Chixoy et voisins de Xeocok et Nipokom, c’est-à-dire Cubulco, d’où serait originaire une partie de la population du bassin de Rabinal.

66Une dernière indication confirme le lien existant entre ces villages et les populations indigènes dispersées tout au long du Chixoy. En 1903, lors d’une remesure de leur ejido, les autorités locales de Cubulco furent amenées à préciser les limites traditionnelles de leurs terres, et, concernant celle du nord, elles expliquèrent :

  • 4 “Cawinal : ce mot signifie ‘nos ancêtres’, et on a donné au fleuve ce nom parce qu’il naît à l’end (...)

“Cawinal : esta voz significa ‘nuestros abuelos’ y se ha dado al río este nombre porque viene del propio lugar donde antiguamente se hallaba situada la actual población de Cubulco, punto hasta donde hoy día se encuentran muchas ruinas de edificios Indios” (AEG, Paq. 22, Exp. 8, El Quiché)4.

  • 5 Cette analyse nous amène à rejeter la date de fondation de Rabinal retenue par R. Acuña qui la sit (...)

67La preuve du succès des déplacements des populations indiennes de la région semble indiscutable. Si on ajoute que les mêmes succès furent remportés par les dominicains dans la région dite “de guerre” – vers 1545 la Verapaz stricto sensu comptait une dizaine de réductions — on comprend aisément que la solution choisie soit apparue aux prélats comme la bonne. C’est sans doute là aussi la cause du ralliement de l’administration au système de la réduction vers les années 15505. Dans les années qui suivirent, cette dernière établit toute une législation permettant la généralisation de cette nouvelle institution.

68Dès 1549, il était interdit aux métis d’avoir la charge d’une encomienda. En 1563, interdiction fut faite à tous les non-Indiens, Espagnols comme métis, de s’installer dans les réductions du Guatemala. En 1578, cette décision fut étendue à l’ensemble de l’empire. Cette interdiction fut étendue aux Noirs en 1580, et répétée dans une dernière Cédule Royale en 1646, puis reprise dans la Recopilación de leyes de Indias de 1681. Dans ce même code, il était prévu que, pour ceux qui en auraient l’autorisation, le séjour dans les réductions devait être inférieur à trois jours (M. Morner 1970 : 125-128).

69C’est donc vers le milieu du xvie siècle, après les premières expériences réussies, que l’administration coloniale se rallia à la politique des réductions. Jusqu’à l’Indépendance cette structure resta le cadre idéologique de référence de la société coloniale guatémaltèque même si, en définitive, son application fut loin d’être parfaite.

III – VERS UNE NOUVELLE SOCIETE ?

70Les nouveaux cadres sociaux élaborés dans les années 1530-1540 devaient, dans l’esprit de leurs promoteurs, permettre à la société coloniale de se réorganiser, de se stabiliser, sous l’oeil vigilant de l’administration.

71Peut-on pour autant parler de bouleversement social ? Certes, les innovations sont grandes par rapport à la première moitié du xvie siècle. Mais cela a-t-il pu suffire pour éliminer tous les aspects sociaux que la Couronne jugeait responsables de la crise : promiscuité Espagnols/Indiens, exploitation éhontée de ces derniers, déplacements de populations indigènes, mauvais traitements, etc. ?

72C’est à cette question que nous tenterons de répondre à présent, en utilisant trois paramètres différents qui peuvent permettre de saisir le monde colonial.

73D’abord, à travers la démographie, nous tenterons de voir si la réduction a pu permettre une meilleure protection des populations indigènes. Puis, à l’aide de l’étude des hiérarchies sociales internes au monde indien, nous essayerons de percevoir en quoi elle permit leur évolution. Enfin, dans un dernier temps, nous nous interrogerons sur le rôle de l’administration promue “protectrice” de l’Indien, c’est-à-dire responsable de la surveillance des populations indigènes : a-t-elle pu véritablement contrôler ses administrés ?

A – UNE STABILISATION DEMOGRAPHIQUE

74La diminution dramatique de la population indigène de la zone étudiée ne semble en rien devoir s’arrêter après l’organisation des réductions. Au contraire, nous avons souligné en quoi la politique suivie devint, plus particulièrement dans les villages de la région, un facteur aggravant d’une situation déjà dramatique.

75De fait, jusqu’à la fin du xvie siècle, la baisse de la population se poursuivit à un rythme soutenu, entre 2 % et 3 % par an. En 1594, Juan de Pineda estima que la province devait compter environ 1 600 tributaires. C’est dire qu’au cours du xvie siècle près de 90 % des Indiens avaient bel et bien disparu !

76A la fin du siècle, la Verapaz, à l’image d’ailleurs de la plus grande partie de l’empire espagnol, est une province exsangue, dont l’essentiel des forces vives a disparu dans la tourmente démographique. Le système colonial organisé dans les années 1540-1550 n’a pour l’instant que des répercussions négatives. Ce n’est que progressivement que les implications bénéfiques pour le monde indien vont se faire sentir. A partir du xviie siècle, commence pour la démographie amérindienne une période de stabilisation préparatrice des progrès futurs.

77En effet, l’adaptation au nouveau milieu combinée avec un début d’immunisation des populations indigènes contre les maladies apportées par les Européens, permit à l’évolution démographique de ne pas franchir le seuil minimal atteint au début du xviie siècle.

78L’étude de la courbe de population de l’ensemble de la région de la Verapaz entre 1600 et 1750 montre que ce siècle et demi n’en est pas pour autant une période florissante. Deux observations illustrent le fait que, si cette époque est plus favorable que le siècle précédent, bien des difficultés subsistent.

79On remarque d’abord l’irrégularité de la courbe du nombre des tributaires. Aux périodes de reprises parfois fortes, succèdent de graves accidents démographiques. Toutes proportions gardées, cette évolution en dents de scie évoque celle que connaissaient à la même époque les populations européennes (P. Goubert 1960). Ces fortes diminutions sont le résultat d’épidémies toujours récurrentes. Ainsi, en 1631, à Rabinal, un témoin rapporte la forte diminution de la population indigène, suite à une mauvaise récolte de maïs (AGCA, A3, Leg. 2317, Exp. 34204). De même, à la fin du xviiesiècle, les religieux dénoncent l’utilisation des indigènes de toute la Verapaz dans la conquête du Petén et nombreux sont ceux qui n’en revinrent pas (A. Saint-Lu 1968). Ces accidents rendirent impossible toute augmentation régulière : entre 1630 et 1680, la population reste ainsi pratiquement étale.

80Néanmoins, la fin du xviie siècle est indiscutablement plus favorable aux populations indigènes. La courbe montre qu’au-delà de 1680. le mouvement ne s’infléchit plus jusqu’en 1750. Certes, et les documents le rappellent, les crises épidémiques éclatent encore, mais elles deviennent de toute évidence de moins en moins violentes (Cortés y Larraz 1958 et S. de Pérez-Lila 1969).

81L’observation des courbes des villages de la région confirme et complète l’analyse précédente. Pour Rabinal. Cubulco et Salamá, les années 1660-1670 constituent le point de rupture.

82Avant cette période, la croissance démographique est faible, voisine de 0,2 % par an. La première moitié du xviie siècle constitue donc une phase de stabilisation après les catastrophes antérieures. Au-delà de 1670. la croissance se fait plus vive : elle est à peine inférieure à 1 % par an. mais elle n’empêche pas l’existence d’accidents ponctuels et locaux.

83Seul Salamá présente une évolution plus originale : le rythme de croissance est beaucoup plus élevé après 1700. et celle-ci est régulière. Il est difficile d’expliquer ces particularités, mais on peut simplement tenter quelques hypothèses. Faut-il incriminer une documentation plus imprécise ? Rien ne permet de le dire. Peut-être son faible peuplement de départ fit-il de Salamá une région d’accueil. Mais là encore, rien dans la documentation ne le confirme, bien que certains arguments le justifieraient. Salamá n’étant pas une réduction, elle pouvait attirer ceux qui désiraient fuir les charges pesant sur eux. Et peut-être que, devant ces fuites, les recenseurs furent plus vigilants ?

84Quoi qu’il en soit, en 1750, la reprise démographique est assurée. Les villages étudiés, à demi-désertés en 1600, sont au contraire devenus des “mondes pleins”, parfois trop étroits pour certains, comme Salamá. Si le système de la réduction ne permit pas de stopper la chute démographique, il servit en tout cas de cadre au redressement. En aurait-il été de même sans ce système de protection pour la population indigène ? La question mérite d’être posée. Il est probable que la réduction assurait à une population désemparée par l’effondrement de sa civilisation une certaine stabilité, voire une sécurité que les premiers conquérants lui avaient niée.

B – UNE NOUVELLE HIERARCHIE SOCIALE ?

85La société indienne traditionnelle était divisée par “une ligne de partage d’ancienneté très lointaine” (R. Carmack 1979), celle distinguant caciques et macehuales, c’est-à-dire non nobles. La réduction, par les déplacements de population imposés, entraîna-t-elle une disparition ou un simple déplacement de cette ligne de partage ?

86La réponse à cette question doit tenir compte de l’évolution même de la réduction. Jusqu’à la fin du xvie siècle, loin de bouleverser les hiérarchies sociales préhispaniques, la réduction s’appuie sur elles. Comme le précise fray Luis Cancer en 1551, les caciques devaient être ceux par qui l’évangélisation devait pénétrer le monde indigène (Col. Muñoz A/113, Fol. 52, RAHM). Aussi, l’entreprise de réduction, en Verapaz comme ailleurs, ne put que renforcer l’emprise des caciques sur leurs villages. D’autant plus que, lors de la première période de colonisation, les encomenderos avaient pour pratiques, dénoncées par les franciscains dans un document adressé au roi, de nommer cacique celui qui réussirait à leur prélever le meilleur tribut possible. Ce “collaborateur” zélé recevait alors l’autorisation de voler, et pour son maître, et pour lui-même. Au contraire, les caciques “légitimes” se trouvaient souvent dans des situations difficiles. Ces mêmes franciscains précisent qu’ils étaient devenus les plus pauvres de leurs villages (Col. Muñoz A/111, Fol. 228, RAHM). Ce sont de telles pratiques que la réduction voulait faire disparaître.

87D’ailleurs, et l’histoire de la Verapaz le montre bien, la réduction ne put réussir que grâce à leur aide : tel fut le cas de Rabinal, fondé grâce à l’intervention de don Gaspar (A. de Remesal 1932). Conscient de l’importance fondamentale de cette aide, le roi, en 1551, rappelait que les caciques devaient être maintenus dans leurs charges et leurs pouvoirs (AGCA, Al, Leg. 4545, Fol. 115). Par la suite, cette décision fut régulièrement rappelée, au xvie siècle tout au moins.

88Le maintien en place des caciques, à Rabinal en tout cas, semble vrai jusqu’au début du xviie siècle. En 1610, on sait que les responsables du village étaient choisis parmi les descendants des anciens caciques (AGCA, Al, Leg. 5452, Exp. 46774). Cette reconnaissance en fit de véritables alliés du pouvoir colonial. Comme le rappelle l’évêque de Verapaz en 1602, ils aidaient au maintien de l’ordre en punissant les Indiens coupables, et en refusant de cacher les fautifs quels qu’ils soient (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 156).

89Ainsi, face à l’entreprise de remise en cause des hiérarchies traditionnelles menée par les encomenderos, l’Eglise et la Couronne permirent leur rétablissement. La justification était simple : les franciscains rappelaient au roi, dans leur mémoire, que les Indiens ne respectaient plus personne depuis la désorganisation du pouvoir des caciques. Aussi s’appuyèrent-ils sur eux pour réussir leur reprise en main du système colonial (Col. Muñoz A/113, Fol. 51, RAHM). Certes, le pouvoir de décision leur échappait, mais les caciques se retrouvaient à la tête de leurs villages (N. Percheron 1981).

  • 6 Ces Indiens bénéficiaient des mêmes avantages que les caciques : ni service personnel, ni tribut p (...)

90Au-delà du xviie siècle, la situation semble évoluer dans un sens bien moins favorable aux hiérarchies traditionnelles. Dès le xviie siècle, en effet, un certain nombre d’observations permettent de constater que les caciques se trouvent dans une situation de plus en plus difficile. En fait, les difficultés des caciques remontent à la fin du xvie siècle (M. MacLeod 1973). On constate que, dès cette période, l’Eglise et l’administration donnent la préférence aux Indiens reservados pour le service de l’Eglise6, et ceux-ci sont souvent d’origine non-noble. Ce furent ces Indiens qui, en général, prirent en main le cabildo aux dépens des caciques qui se trouvèrent ainsi marginalisés, puis rejetés. De ce fait, ces derniers, après avoir servi la Couronne, furent ramenés au simple rang de mace-huales.

91R. Carmack aboutit à la même constatation, bien qu’il ne la situe pas avant le xviie siècle (R. Carmack 1979). Il indique qu’à Tecpanaco, près de Momostenango, les caciques se trouvent rejetés par les Indiens eux-mêmes, et surtout perdent une partie de leurs richesses foncières, fondement de leur prestige social. Mais il remarque aussi que ces caciques appauvris font tout pour maintenir l’écart avec le reste des macehuales, pratique qui accentue leur marginalisation.

  • 7 Dès 1565, le roi lui-même constatait au Chiapas une telle situation. Il mettait en cause l’action (...)

92Rabinal connut probablement la même évolution : de nombreux indices permettent d’arriver à cette conclusion. On constate d’abord le tarissement de la propriété foncière des caciques. Par ailleurs, les villageois mettent en cause la gestion de la terre communale par les autorités traditionnelles. C’est ainsi qu’en 1740, ils accusent rétrospectivement le cacique Silvestre Grave d’avoir vendu, vers 1580, Tierra Blanca et San Francisco aux dominicains sans l’accord du village, et à son seul profit (AGCA, Al, Exp. 52548, Leg. 5980, et Al, Exp. 53025, Leg. 6017). On observe également l’apparition de nouveaux noms sur la liste des principales et la disparition des noms traditionnels (N. Percheron 1981). Cela confirme les dires d’un observateur du xviiie siècle qui met en cause les dominicains. Il les accuse d’avoir fait disparaître les anciens caciques afin de les remplacer par des “anoblis” plus fidèles, car redevables aux pères de leur nouvelle fortune7.

93Il semble donc bien que Rabinal, comme le reste du Guatemala colonial, connut dès le xviie siècle un renouvellement de ses élites indigènes. La réduction, qui avait permis aux caciques dans un premier temps de retrouver leur place, ne les laissa pas se maintenir longtemps. Une fois leur aide devenue moins utile, l’Eglise comme la Couronne les abandonnèrent et jouèrent à nouveau sur les rivalités internes à la société indigène, afin de laisser émerger des élites plus “sûres”. Ces modifications furent d’autant plus aisées que la réduction, en déplaçant les populations et en permettant leur christianisation, rompait les solidarités traditionnelles auxquelles s’attachait le pouvoir des caciques. De même, l’impossibilité dans laquelle se trouva l’administration coloniale d’imposer aux Indiens des réductions une sédentarité totale (M. Bertrand 1981), fit que les liens de dépendance vis-à-vis des autorités municipales ne cessèrent de s’affaiblir. Ainsi, la réduction, et la difficulté d’en appliquer réellement l’ensemble des principes énoncés au départ, rendirent possible un renouvellement des élites indigènes.

C – L’ADMINISTRATION COLONIALE EN QUESTION

94La mise en place des réductions, vers le milieu du xvie siècle, correspondait, au niveau de la population indienne, à une volonté d’organisation qui se voulait plus stricte, plus cohérente, de l’ensemble de l’administration coloniale. La première phase de la colonisation, entre 1520 et 1544, coïncide avec une première période de l’administration coloniale. C’est celle pendant laquelle le Guatemala fut soumis à un gouverneur, l’adelantado Pedro de Alvarado en l’occurence. Il se comportait de manière très indépendante vis-à-vis de l’Espagne, tout comme d’ailleurs les trois gouverneurs – ceux du Chiapas, du Honduras et du Nicaragua — nommés pour l’Amérique Centrale (R. Wauchope 1972(12) : 129).

95La reprise en main se traduisit en 1544 par la création d’une Audience distincte de celle de México, installée à Gracias a Dios, puis à Guatemala en 1549. Les gouverneurs étaient alors supprimés et remplacés par des alcaldes mayores et des corregidores, payés par l’Audience et surtout contrôlés par elle (ibid.). On constate donc une volonté de surveillance de la part des représentants directs du roi en Amérique, auprès des responsables provinciaux de l’administration. Mais, et c’est peut-être là une des faiblesses du pouvoir espagnol, cette réforme, qui aurait pu être décisive, fut suivie par de nombreux autres aménagements successifs et surtout contradictoires.

96En 1560, les gouverneurs étaient rétablis. Le président de l’Audience prenait le titre de gouverneur général, et devenait aussi gouverneur de la Province de Guatemala, qui comprenait alors le Guatemala actuel et le Chiapas. Et l’on plaçait à ses côtés des gouverneurs pour chacune des provinces de l’Amérique Centrale — Comayagua, Soconusco, Costa Rica et Nicaragua — nommés par l’Espagne. C’était le début d’une longue période de conflits entre le président-gouverneur d’une part, et les gouverneurs des autres provinces d’autre part (R. Wauchope 1972(12) : 129). La création en 1609 de la Capitainerie générale, dont le titre revenait au président de l’Audience, ne fit rien pour atténuer ces rivalités. D’autres décisions ultérieures ne firent qu’ajouter à la complexité et à l’enchevêtrement des circonscriptions administratives. Elles multiplièrent les rivalités tout en diminuant l’efficacité de l’administration. En 1568, après la décision de 1564, l’Audience dite de los confines quittait Guatemala et s’installait à Gracias a Dios, dont elle prenait le nom, puis revenait à nouveau à Guatemala en 1570 pour ne plus quitter cette dernière ville (BNM, Ms. 3026, Fol. 231).

97Cette instabilité administrative se retrouve en fait à tous les échelons inférieurs. L’exemple de Rabinal est, dans ce domaine, éclairant. Fondé par B. de Las Casas, véritable base arrière de la conquête de la Verapaz, Rabinal ne fut pourtant pas englobé dans l’Alcaldía mayor de Verapaz dont le premier titulaire fut nommé en 1567 (CDIU 1970 (17). Le village faisait partie du corregimiento de Acasaguastlán, dont l’extension couvrait la partie centrale de la vallée du Motagua.

98De la même façon, alors que Rabinal devait être exempté d’encomienda, en signe de reconnaissance, comme l’ensemble de la Verapaz d’ailleurs, il subissait tout de même la présence d’un corregidor, représentant de l’administration auprès du village. C’était en fait une encomienda déguisée, car le titulaire touchait 150 pesos mensuels, prélevés sur le village. Nous ne savons pas depuis combien de temps durait cette situation, mais en 1563 et 1582 nous avons retrouvé les titulaires de ces sinécures (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 9 et Leg. 10). Rabinal se trouvait placé dans la même situation que les villages du Valle de Guatemala.

99En 1582, tous les villages du bassin de Rabinal voyaient leur statut modifié. Ils devenaient des villages royaux, soit relevant de la Couronne, soit soumis à un encomendero. Cubulco fut ainsi confié en encomienda, alors que Rabinal et Salamá payaient tribut au roi (AGI, Patronato, Leg. 183, Ramo 1°, n° 1, et AGCA, A1, Leg. 4696, Exp. 40627). Au xviiie siècle encore, Cubulco restait placé dans le même système administratif. En 1735, le bénéficiaire de l’encomienda était don Francisco Gálvez. Mais, à sa mort, en juillet 1735, l’encomienda ne fut plus redistribuée, et Cubulco retomba dans le giron royal. A partir de cette date, il versa régulièrement son tribut aux caisses royales, et se trouva placé dans la même situation que ses proches voisins (AGCA, A3, Leg. 2324, Exp. 34311).

100La situation ambiguë de Rabinal se trouvait compliquée du fait que la circonscription administrative civile ne recoupait pas celle de l’Eglise. En 1582, l’évêque de Verapaz demanda, afin d’augmenter les revenus de l’évêché, d’inclure Rabinal et son valle dans la Verapaz (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 163), ce qui lui fut apparemment accordé, alors que ce même village restait exclu de l’Alcaldía mayor de Verapaz. Ce décalage entre le diocèse et la province était cause d’incohérence, dénoncée en 1604 par les fonctionnaires royaux (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 156).

101Aussi est-ce vers cette époque, au début du xviie siècle, que Rabinal et sa région furent inclus dans la province de Verapaz, et retirés du corregimiento d’Acasaguastlán. Parallèlement, l’évêché de Verapaz, aux revenus jugés insuffisants, était supprimé en 1608, et englobé dans l’évêché de Guatemala.

102Jusqu’au milieu du xviiie siècle, l’administration ne devait plus varier, tant au niveau local qu’au niveau de l’Audience. Celle-ci comptait ainsi, vers 1754, quatre évêques, dont les sièges se trouvaient à Guatemala, Comayagua, Nicaragua et Chiapas ; trois gouverneurs avec rang de capitaines généraux, à Guatemala, Honduras et Costa Rica ; deux gouverneurs à Soconusco et Nicaragua ; neuf alcaldes mayores, dont celui de Verapaz, et six corregidores (BNM, Ms 19312, Fol. 90).

103Les fluctuations des circonscriptions administratives rendaient le contrôle recherché sur la population indienne bien plus difficile à réaliser. C’est ainsi que, dès la fin du xvie siècle, nombreuses sont les protestations émises pour dénoncer la trop grande mobilité indigène.

104En 1583, un prébendier de la cathédrale de Cobán explique dans une lettre au tribunal de l’Inquisition de México que, tout au long de l’année, les habitants de la Verapaz vont et viennent sur le chemin royal qui parcourt la province afin de vendre leur excédent de maïs dans la région d’Acasaguastlán. Malgré la nature polémique du document, il y a là un trait important, qui réapparaît d’ailleurs aux siècles suivants (AGN, Ramo Inquisición, T. 133 n° 10, Fol. 104).

105C’est ainsi que les recensements réalisés comptabilisent de nombreux tributaires absents de leurs villages. En 1700, les chiffres sont les suivants (AGCA, A3, Leg. 1603, Exp. 26415) :

106Rabinal 53 absents

107Cubulco 31 -

108Salamá 12 -

109Les causes de ces absences (que nous étudierons ultérieurement à l’époque où elles se font de plus en plus nombreuses, c’est-à-dire dans la deuxième moitié du xviiie siècle), ces causes existent en réalité assez tôt, mais n’ont pas tout de suite de conséquences très visibles. Ce sont : le développement des haciendas de la région des valles qui offraient cachettes et travail aux villageois désireux de s’affranchir des lourdes charges imposées par l’administration coloniale ; la possibilité de fuir vers les terres vierges du nord du bassin, et enfin, l’attrait des déplacements temporaires sur les côtes, dans les grandes haciendas de coton ou de sucre.

110La réorganisation administrative opérée au milieu du xvie siècle devait permettre une meilleure mise en valeur des richesses locales, essentiellement au profit de la Couronne. Qu’en fut-il de l’efficacité de cette réforme ?

111La réduction, par la mobilité sociale qu’elle rendit possible, et le renouvellement des élites indigènes, signifia un total bouleversement de la société indienne. Ces transformations facilitèrent indiscutablement l’affaiblissement des liens traditionnels dans la société indigène : attachement à la terre ancestrale, aux chefs politico-religieux, aux lignages, aux cultes des forces naturelles incarnées dans des lieux précis. La réduction rendit l’Indien plus vulnérable, plus pénétrable aux nouvelles valeurs, par le simple fait de l’éloignement de tout ce qui constituait son ancien univers. Mais, en même temps, la Couronne espagnole voyait s’affaiblir ceux qui avaient été ses plus fidèles appuis au départ : les caciques. Ces relais disparus, il lui fallut bien en produire de nouveaux mais dont l’autorité était bien plus incertaine. La tranquilité de la société coloniale était ainsi loin d’être assurée par le système de la réduction.

112Parallèlement, la mise en place de la réduction, dans un premier temps, contribua à l’accentuation de la crise démographique. Aussi, au lieu d’assurer le renforcement du monde indien face au monde européen, elle faillit signifier sa disparition.

113Enfin, l’incapacité de la Couronne à maintenir une ligne politique ferme et précise rendit en partie illusoire le contrôle sur les indigènes, que l’on espérait plus étroit.

114Sur des aspects fondamentaux, la réforme n’avait donc pas permis d’atteindre les objectifs espérés. Fut-elle pour autant inutile ?

115La réduction permit d’abord l’exercice d’une réelle autonomie locale. Les villages, retirés des griffes de leurs encomenderos, gagnaient une indépendance non négligeable. Nombreux étaient les contrôles, les obligations, les charges, mais la réduction n’en était pas moins un ensemble qui se gouvernait avec certaines libertés.

116De même, si la réduction n’explique pas la remontée démographique qui se manifeste à partir de la fin du xviie siècle, elle la rendit sans doute possible. Assurant à chaque villageois des terres à cultiver, bénéficiant d’une législation très favorable, elle offrait aux indigènes un milieu protecteur favorisant l’effacement du traumatisme qu’avait été la disparition du monde préhispanique.

117La réduction rendit aussi possible la disparition de l’exploitation effrénée et éhontée à laquelle les premiers colonisateurs avaient soumis les populations indigènes. En fait, elle devint le cadre d’un nouveau type d’exploitation, plus rationnelle, plus efficace. Assurant le renouvellement de la force des travailleurs, leur laissant une certaine liberté, elle rendit plus tolérable le poids de la colonisation.

118Loin d’être inutile, la réduction assura la pérennité de la colonisation espagnole en Amérique. Certes, tous les objectifs n’avaient pas été atteints. Mais l’essentiel était préservé : la mainmise de la Couronne sur les richesses, humaines pour l’essentiel, de l’empire.

Notes

1 On peut l’estimer à environ 30 à 40 % des couples constitués.

2 Lors de la réunion des évêques de Nouvelle-Espagne, à México en 1537, Marroquín expliqua comment le vice-roi, les évêques de México, de Oaxaca et lui-même, réfléchirent sur les moyens à trouver pour améliorer la situation de la colonie. Et Marroquín de conclure sur le nécessaire regroupement des Indiens dans les réductions (Col. Muñoz A/108, Fol. 96, RAHM).

3 Selon le dominicain D. de Azcona, on avait regroupé à Cobán des indigènes de quatre villages différents qui s’appelaient Ninchol, Cacatepol, San Bartolomé et Acalá (A. Saint-Lu, La Verapaz... op. cit. 1968 :535). J. Pardo est plus précis encore. Selon lui, le barrio Santo Domingo était peuplé d’Indiens de Chichén et Xucaneb ; celui de Santo Tomás par des Lacandon de Chamá ; celui de San Juan par les Alcali de Chisec (Revista Alta Verapaz, Guatemala 1936).

4 “Cawinal : ce mot signifie ‘nos ancêtres’, et on a donné au fleuve ce nom parce qu’il naît à l’endroit même où était situé autrefois le village de Cubulco, endroit où l’on trouve encore aujourd’hui beaucoup de ruines d’édifices indiens.”

5 Cette analyse nous amène à rejeter la date de fondation de Rabinal retenue par R. Acuña qui la situe autour de 1548, bien trop tard si l’on considère que Rabinal servit de marchepied à la conquête de Cobán. Cependant, l’imprécision de la documentation peut laisser planer un doute sur la date exacte de la fondation. La fourchette la plus acceptable situerait la création de la première réduction par B. de Las Casas entre 1537 et 1539.

6 Ces Indiens bénéficiaient des mêmes avantages que les caciques : ni service personnel, ni tribut pendant la durée de leur charge.

7 Dès 1565, le roi lui-même constatait au Chiapas une telle situation. Il mettait en cause l’action du dominicain Barrientos qui, selon lui, avait éliminé les anciens caciques et les avait remplacés par des macehuales (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 394, T. 1, Fol. 271).

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter