Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Première partie. La fin d'un monde (des origines à la Conquête espagnole)

Chapitre II. La conquête espagnole (1524-1540)

Texte intégral

1La région qui deviendra plus tard la Verapaz est, à l’arrivée des Espagnols au Guatemala, relativement peuplée, bien que ce peuplement soit très diffus. Aussi ceux-ci, dès le début de la Conquête s’intéressèrent-ils à ces régions où il semblait facile de trouver une main-d’oeuvre abondante.

2Pourtant, par sa situation naturelle et climatique, il s’agissait d’un véritable “bout du monde” pour les conquérants. La zone centrale de la nouvelle colonie était éloignée ; la transition vers les terres chaudes et humides commençait à se faire sentir ; bref, la présence espagnole atteignait dans cette région un point où les difficultés – de contrôle, de présence, de mise en valeur – réduisaient largement les avantages d’une main-d’oeuvre potentielle.

3Sans doute, cette situation explique-t-elle en grande partie le bilan que l’on peut dresser de cette première tentative de colonisation. Celle-ci reste, en fait, comme nous le verrons, bien plus théorique que réelle, la concrétisation de l’exercice du contrôle sur les populations se manifestant surtout par l’éclosion de révoltes indiennes et le début d’une véritable résistance à l’occupant.

I – UNE REGION FRONTIERE

4Le bassin de Rabinal, et, au-delà, la région de la Verapaz, se trouvent être en position périphérique par rapport au centre colonial du Guatemala du début du xvie siècle. Cette position s’exprime en fait à travers plusieurs traits, dont trois semblent déterminants : un aspect géographique, un élément climatique, une situation de contact et de passage nord-sud.

A – UNE SITUATION GEOGRAPHIQUE “DECENTREE”

5Sans prétendre analyser les phénomènes historiques à travers une détermination géographique absolue et systématique, force nous est ici de prendre en considération ce facteur d’explication. Dans un milieu géographique tel que celui que connaît le Guatemala, ce genre de contrainte joue indiscutablement un rôle non négligeable.

6A l’arrivée des Espagnols en Amérique Centrale, les “terres utiles” étaient, pour l’essentiel, les Hautes Terres centrales. L’apogée des grandes cités maya des Basses Terres —Tikal, Palenque, etc. – était loin. Les concentrations de population qu’elles représentaient s’étaient dissoutes dans le collapsus dont elles avaient souffert vers le xe siècle. A leur place, le relais avait été pris par des cités installées de préférence dans la partie centrale du Guatemala : Kaminaljuyú, Iximché, Utatlán étaient les noms des centres politiques avec lesquels il fallait compter aux xve-xvie siècles.

7A l’égard de ces grands centres, la région de la Verapaz apparaît comme périphérique. Rappelons que lors des migrations toltèques, les Rabinaleb étaient dans une situation d’infériorité par rapport aux Quiché d’Utatlán. De ce fait, ils ne purent que s’installer à l’écart du “royaume” en train de se constituer. Au-delà, la Verapaz à proprement parler restait une zone lointaine, voire méconnue des Maya-Quiché récemment installés.

8Aussi, à leur arrivée, les Espagnols s’intéressèrent-ils tout de suite aux régions comprises entre Iximché et Utatlán – situées à l’ouest de notre zone – cherchant avant tout à soumettre cet embryon d’état dominé par les Quiché et les Cakchiquel.

  • 1 Le décompte de la distance s’établit ainsi : de la capitale à la vallée du Motagua : 18 lieues ; d (...)

9Par la suite, lors de la première fondation de Santiago de los Caballeros au pied du volcan de Agua, au sud du bassin de Rabinal, l’éloignement de la Verapaz ne fit que croître. Elle se trouvait à près de trois jours de marche de la capitale, à travers des montagnes et des forêts difficiles à parcourir. A la fin du xvie siècle, J. de Pineda, qui réalisa une description de la région, situe Rabinal à 20 lieues de la capitale (J. de Pineda 1925 : 366). En 1743, Pedro Luxân, qui établit à son tour un rapport d’information sur cette région, estime la distance à 34 lieues, en précisant la route empruntée (AGCA, Al, Exp. 5006, Leg. 210)1. De ce fait, cette estimation semble beaucoup plus fiable, et confirme l’éloignement de Rabinal. Celui-ci se trouvait encore accentué par le fait que l’un comme l’autre insistent sur la difficulté des déplacements dans la région.

10Rabinal et la Verapaz étaient donc loin du centre vital du Guatemala colonial. Ce simple phénomène de distance se trouvait aggravé par les caractéristiques de la répartition de la population dans le Guatemala d’hier qui d’ailleurs présente des prolongements jusqu’à nos jours.

11L’observation d’une carte actuelle traduit immédiatement cette donnée. Les très fortes densités du peuplement s’étendent d’ouest en est, le long d’un axe San Marcos-Guatemala (G. Lasserre 1974 : 150) : on trouve là des densités largement supérieures à la moyenne nationale, puisqu’elles oscillent entre 70 et 200 hab./km2. La région de Rabinal, qui correspond aujourd’hui au département de Baja Verapaz, est en revanche moins fortement peuplée : de 10 à 35 hab./km2, niveau inférieur à la moyenne nationale (47 hab./km2).

12Les racines de cette réalité actuelle plongent, à travers l’histoire, jusqu’à l’époque de la Conquête espagnole. La zone de très forte densité correspond en fait à la première région contrôlée par les conquistadores : ils l’utilisèrent comme base d’opérations pour tenter de soumettre le reste du pays.

13Rabinal et sa région se trouvent, et se sont toujours trouvés, à la limite nord de la zone de fort peuplement. Au-delà commencent les régions, sinon vides d’hommes, du moins beaucoup moins peuplées que le reste des terres indiennes, où les Espagnols ne s’aventurèrent que tard, au xviiie siècle, bien après la première traversée réalisée par Hernán Cortés en 1524. Ces observations se trouvent aujourd’hui encore confirmées par la faible densité des villages en Verapaz, comparativement aux départements voisins du sud et de l’ouest.

14Cette réalité rendait le contrôle de la zone plus difficile à exercer. Elle supposait aussi, pour le conquistador bénéficiaire d’une encomienda, des déplacements loin de la capitale, trop souvent pour des revenus incertains. La région de Rabinal ne pouvait être très convoitée qu’à partir du moment où les terres les plus prisées – c’est-à-dire les zones de forte concentration humaine – eurent été totalement distribuées et contrôlées.

15Ainsi, distance et densité se conjugaient-elles pour accroître la marginalité de la Verapaz, dès la pénétration des conquérants espagnols. Aux siècles suivants, Rabinal et la Verapaz restèrent à l’écart, notamment en ce qui concerne la vie économique de la Capitainerie générale.

16Un excellent exemple nous en est fourni par le choix de la route, vitale pour la capitale, devant relier Guatemala à l’Atlantique. A la fin du xvie siècle, ce fut celle de la vallée du Motagua qui s’imposa, aux dépens de celle du Polochic et du Golfo Dulce, qui aurait traversé la Verapaz du sud au nord-est. Ce choix, qui remonte à l’ouverture en 1605, par le gouverneur Alonso Criado de Castilla, du port d’Amatique – devenu par la suite Santo Tomás de Castilla – excluait la Verapaz des bénéfices de cet axe essentiel pour le commerce et les échanges (J.E. Thompson 1958). Or, la route de la Verapaz était en fait bien plus courte que celle de Zacapa, comme l’expliquait beaucoup plus tard D. Juarros dans son mémoire sur l’état de la Capitainerie (D. Juarros 1936). Ce choix, certes, s’explique par des données politiques précises – dont la faible présence espagnole en Verapaz – mais aussi par des raisons géographiques également importantes. La région du Polo-chic, au-delà de San Miguel Tucurub, était vide d’hommes et de villages pouvant servir de relais. D’autre part, et par le fait même de cette absence, la route du Polochic était pleine de risques et d’incertitudes. Cette mise à l’écart renforçait donc la marginalité de la Verapaz, alors qu’elle en était elle-même la conséquence.

17De la sorte, tout au long de l’histoire coloniale du Guatemala, la Verapaz resta une région pratiquement méconnue. Une preuve en est fournie par la description que Pedro Luxán fait de la région en 1743. Essayant de délimiter la Verapaz, il ne peut qu’en donner la limite sud : le Rio Grande, à 18 lieues de Guatemala. La limite nord reste floue, traversant, avoue-t-il, des régions inhabitées. Il ne peut en fait que mentionner le dernier village de Verapaz avant les immensités selvatiques : Cahabón. Quant aux limites est et ouest, il doit avouer son incapacité à les fixer : les montagnes sont trop hautes, personne ne s’est aventuré dans ces régions dont les limites sont inconnues (AGCA, Al, Exp. 5005, Leg. 210).

18A cette situation géographique défavorable, s’ajoute un facteur climatique qui renforce le rôle de transition, ou de frontière, que connaît la Verapaz.

B – UN CLIMAT HOSTILE

19Le climat du Guatemala répond à deux facteurs déterminants qui lui donnent ses caractères essentiels : la situation en latitude du pays d’une part, et l’importance des surfaces montagneuses d’autre part. La combinaison de ces variables explique tout d’abord l’extension des zones tempérées et froides, de même que la succession, selon l’altitude, des différents milieux climatiques et des formations végétales.

20Les Basses Terres atlantiques et les versants montagneux qui leur font suite sont les régions les plus arrosées du Guatemala. Ces régions portent des forêts sur l’ensemble de leur étendue : forêt sèche sur les sols calcaires du Petén, forêt tropicale humide ailleurs. Ces forêts, toujours vertes sur les terres les plus basses, deviennent rapidement mixtes avec l’altitude. Vers 1 500 mètres, elles laissent la place à une végétation de “climat tempéré” : forêts de chênes et de pins qui, le plus souvent, ont été remplacées par des zones cultivées. C’est là que se concentre près de la moitié de la population, constituant ainsi, pour l’essentiel, le “Guatemala utile”. Avec l’altitude, vers 2 500 mètres, apparaît la forêt de montagne qui cède la place, au-dessus de 3 500 mètres, à une végétation de plus en plus rare, composée de landes solitaires et de maigres prairies.

21Sur le versant pacifique, le même étagement de la végétation se retrouve, à la différence près qu’ici la pluviosité est moindre que sur le versant atlantique.

22Enfin la zone centrale des Hautes Terres, qui constitue un véritable altiplano à l’échelle du pays, est coupée de vallées et de bassins intérieurs, beaucoup plus secs, dont la vallée du Río Grande ou Motagua est le meilleur exemple, avec des altitudes toujours inférieures à 1 000 mètres. La végétation s’y dégrade plus vite et la forêt tempérée des hauteurs fait rapidement place à une savane sèche parsemée d’une végétation xérophile incluant des cactées.

23Dans cet ensemble climatique et végétal, la région de la Verapaz occupe une place tout à fait originale, qui est en fait de transition entre les Basses Terres chaudes et les Hautes Terres tempérées. La meilleure description du climat et de la végétation de la région nous est fournie par D. Juarros :

  • 2 “Le climat est variable suivant la situation des villages. Ceux de Rabinal, Cubulco, El Chol et Sa (...)

“El temperamento es vario según la situación de los pueblos. Los de Rabinal, Cubulco, El Chol, Salamá que están en la parte baja al sur de la Provincia son de clima caliente y seco. Subiendo a la Sierra que atraviesa esta comarca (Salamá) se encuentran el pueblo de Tactic, Santa Cruz, San Cristóbal, Cobán, Carchá, y Chamelco que son de temperamento frío y húmedo. Bajando por la parte del Norte hacia el Golfo Dulce está el pueblo de Tamajum (Tamahú), templado, y más abajo el de Tucurú, cálido y húmedo. En la parte baja, al poniente, camino al Petén, se hallan los de Cahabón y Lanquín, de clima muy caliente y húmedo” (D. Juarros 1936)2.

24En fait, comme l’expliquent les dominicains responsables de la mission évangélique dans leur rapport de 1574, la Verapaz connaît deux types de climats et de terres : une zone tempérée et humide dans la partie la plus élevée, autour de Cobán, prolongée dans la dépression de Rabinal par une tendance à la sécheresse ; et une deuxième zone, chaude et humide, qui correspond aux Basses Terres du piémont, avec le Petén au nord et la plaine littorale à l’est.

25Ainsi, mise à part la zone de Rabinal, sur la plus grande partie de la Verapaz l’abondance des précipitations est un facteur essentiel. Ce trait dominant du climat de la région est souligné par tous les voyageurs ou fonctionnaires s’attachant à faire un rapport sur la province. En 1574, les dominicains estiment que pour l’ensemble de la zone qu’ils contrôlent, il pleut neuf mois sur douze (Cárdenas, Gallegos et Viana 1955 : 18-31). J. de Pineda, dans sa description en 1594, estime qu’en moyenne, seule la période du Carême voit briller régulièrement le soleil, pendant une quarantaine de jours (J. de Pineda 1925 : 347).

26Cette importance des précipitations a pour la région deux conséquences néfastes.

27La première concerne l’abondance de la végétation. Toutes les chroniques insistent sur son aspect généreux, l’extension des forêts trop difficilement franchissables et la difficulté de leur mise en valeur, malgré les richesses que l’on peut y trouver. D. Juarros précise dans son ouvrage l’abondance des bois recherchés – tels que guayacán, dragos, copales, liquidambars, almorigos – mais aussi les difficultés rencontrées, ce qui fait que leur exploitation est très limitée (D. Juarros 1936(2) : 6 sq).

28Par ailleurs, la pluviométrie élevée pendant toute l’année rend difficiles les déplacements. En 1765, l’évêque dans un rapport au roi, insiste sur l’impraticabilité des chemins, malgré un entretien régulier réalisé par les villageois eux-mêmes (BAGG 1937 : 293).

29La difficulté de pénétration dans la Verapaz laisse peser sur tous ceux qui s’y aventurent un goût de risque non négligeable. D’ailleurs, ceux qui ont parcouru la région insistent sur l’existence d’une faune aussi diverse que menaçante, et qui relève autant de l’observation que de l’imagination. Outre les innombrables oiseaux qui accompagnent de leurs cris le voyageur, tels que les aigles, les perroquets (papagayos), et bien sûr l’invisible quetzal, les dominicains recensent, en 1574, la présence de :

  • 3 “Tapirs, lions, distincts de ceux d’Afrique et chassés pour leur viande, tigres, ours, licornes, s (...)

“...Dantas, Leones, distincto del âfrico y cazado por su came, Tigres, Osos, Unicornios, Monos, Gatos y cabras monteses, Puercos y Venados.” (Cârdenas, Gallegos et Viana 1955)3.

30A. de Alcedo y Herrera, dans son dictionnaire géographique, insiste sur la présence de ces animaux, très dangereux selon lui, parmi lesquels il classe surtout les tapirs et les serpents. Concluant sa présentation de la région, il insiste sur l’impression d’hostilité générale qui se dégage de la Verapaz, sur son climat excessif tant pour les températures que pour les précipitations, et termine en précisant :

  • 4 “Ce sont des tempêtes, vents, tonnerres et tremblements de terre continuels.”

Son continuos tempestades, vientos, truenos y terremotos.” (A. de Alcedo y Herrera 1962)4.

31Le milieu naturel de la région reste, tout au long de la période coloniale, considéré comme hostile. Il ne nous intéresse pas de savoir si ces descriptions sont ou non-conformes à la réalité observable. Elles révèlent surtout, par leur unanimité et leur convergence, la vision que les hommes du temps avaient de cette région très peu connue. Zone frontière de la colonisation, restée en marge du peuplement européen pendant longtemps, elle apparaît comme dangereuse, lointaine, peuplée d’animaux à la limite du fantastique parce qu’ignorés, où tous les éléments se conjuguent pour rendre la présence humaine impossible.

32Seule, dans ce contexte de peur et d’ignorance, la zone de Rabinal est mieux connue. Dans son rapport de 1765, l’évêque précise :

  • 5 “Seuls quatre villages de Verapaz ont un climat agréable, les autres étant situés au milieu des mo (...)

Sólo cuatro pueblos de Verapaz presentan un clima benigno, los demás estando colocados en medio de montañas.” (BAGG 1937)5.

33Zone à tendance plus sèche, plus proche aussi du Valle de Guatemala. Rabinal semble bien plus accueillant comparativement aux terres humides du nord et de l’ouest.

34La Verapaz dans son ensemble joue donc tout au long de la période coloniale le rôle de frontière, avant d’être, les nouvelles nécessités économiques aidant, massivement investie par le pouvoir métis au xixe siècle. Dans ce rôle, Rabinal et son bassin se trouvent être le point central. Région naturelle plus accueillante, avec un peuplement plus dense par rapport aux terres quasiment vides de Cobán et de Cahabón, Rabinal est le point de contact entre deux univers : le monde colonial rapidement organisé autour du Valle de Guatemala, et les terres insoumises du Petén et de la côte atlantique.

35Région de contact et donc de passage, Rabinal l’est aussi en raison de la présence du Chixoy.

C – UN AXE DE CONTACT

36Par son orientation, le Chixoy est le véritable lien entre les Hautes Terres quiché et les Basses Terres maya. Dès l’époque préhispanique, il eut cette fonction de lien entre les deux centres de la civilisation indienne. Sans doute est-ce là une des raisons qui expliquent le grand nombre de sites archéologiques découverts par la RCP 500. Zone de passage, donc zone à contrôler, l’intérêt stratégique du Chixoy était essentiel.

37Pendant toute la période préhispanique, la vallée du Chixoy constitua une zone de production et d’échanges essentielle. Les relations entre les Kekchí et les autres tribus du nord passaient en partie par cet axe naturel d’échange. Par exemple, c’est là que les Kekchí se fournissaient en sel quand ils se voyaient dans l’empêchement d’être approvisionnés par leurs voisins Chol-Manché. De la même façon, la région du Chixoy alimentait les tribus indiennes voisines en jade, qui était probablement exporté par le fleuve (J.E. Thompson 1970 : 135 sq).

38Cette importance économique de la vallée du Chixoy est renforcée par les observations de L. Feldmann. Il insiste sur le fait que les principaux marchés du sel se trouvent sur le fleuve, avec notamment Sacapulas et Santa Cruz. De même, il observe que, parmi les tributs payés par les habitants de Rabinal à leurs suzerains de Gumarcah, se trouvaient notamment des métaux précieux et du sel (L. Feldmann 1971).

39Il est donc aisé de démontrer l’intérêt stratégique du Chixoy aux différentes époques de l’histoire préhispanique, tant sur le plan des productions recherchées que sur celui de la circulation et des échanges.

40Grâce à ce cordon ombilical, Rabinal était au contact des deux centres de la civilisation préhispanique : les Basses Terres maya, d’une part, et les Hauts Plateaux où l’influence mexicaine se fit sentir très tôt, d’autre part (R. Carmack 1979 : 22). Cette situation renforce l’originalité de notre région par rapport au reste des Hautes Terres maya. Région isolée certes, mais en même temps région de passage et de contact ; cette double caractéristique majeure et contradictoire à la fois définit la première approche que nous pouvons avoir de Rabinal.

41Comme nous le verrons plus loin, B. de Las Casas comprit très vite le point d’appui que pouvait constituer la zone de Rabinal et du Chixoy. Aussi, avant de se lancer dans la “conquête” de la Verapaz, préféra-t-il installer dans le bassin de Rabinal les populations prélevées sur les bords du Chixoy.

42Ainsi, la Verapaz dans un premier temps, mais Rabinal et sa région surtout, constituèrent longtemps la pointe extrême de la colonisation espagnole. En raison de son climat, de ses caractères géographiques, de ses particularités humaines, la Verapaz resta une région aux contours flous et indéfinis. Dans ce contexte. Rabinal, plus facilement contrôlable et aux avantages stratégiques non négligeables, devint le point fort de la présence espagnole dans la région.

43C’est cette présence qu’il nous faut maintenant étudier, en en retraçant d’abord les premiers pas, c’est-à-dire la tentative de conquête militaire du premier tiers du xvie siècle.

II – UNE TENTATIVE DE CONQUETE

44Assoiffés d’or sans doute, mais aussi de terres, et de main-d’oeuvre pour les faire fructifier et produire, les Espagnols dévalèrent sur le Guatemala et tentèrent de s’en approprier l’essentiel des richesses, dans l’espoir de jouir au mieux de leurs conquêtes.

45Dans ce domaine, les tentatives de pénétration militaire de la Verapaz sont à rappeler, car elles déterminent en partie l’avenir de la région. Mais auparavant, il est nécessaire de préciser brièvement ce que fut la conquête coloniale du Guatemala.

A – LA CONQUETE DU GUATEMALA

46Dès la découverte du Nouveau Monde, les voyages se multiplièrent à partir des bases antillaises. Ceux-ci avaient pour but la reconnaissance des terres continentales en terre femme. C’est l’existence d’un empire puissant et riche sur les Hautes Terres de ce qui devint le Mexique, qui incita Hernán Cortés et ses hommes à partir à sa conquête. Celle-ci réussie, Hernán Cortés n’eut de cesse d’éloigner ceux de ses capitaines qui pouvaient porter ombrage à son pouvoir. C’est ainsi qu’il envoya Pedro de Alvarado à la conquête du Guatemala en 1524.

47Pedro de Alvarado organisa alors une armée, composée pour l’essentiel d’auxiliaires mexicains. Il entra au Guatemala par la côte sud, en traversant le Soconusco, jusqu’au fleuve Sichiate. La connaissance de l’avance étrangère par les indigènes amena ces derniers à s’organiser. Les Quiché prirent la tête de la résistance, alors que leurs rivaux Cakchiquel virent dans cette invasion un moyen d’éliminer leurs adversaires. Aussi s’allièrent-ils à Pedro de Alvarado, renforçant son armée, et lui fournissant, à n’en pas douter, une aide précieuse. C’est dans la région de Totonicapán que la résistance indienne commença à être la plus vive. Pedro de Alvarado réussit toutefois à s’en défaire en s’emparant de Zapotitlán, capitale du royaume Xochiltepec, allié des Quiché (D. Contreras 1961). Cette première victoire lui permit de remonter vers le nord et de tenter la prise de Xelajú. Les heurts se multiplièrent dans la région du volcan Santa María. C’est dans ces conditions qu’eut lieu la plus célèbre des batailles entre indigènes et étrangers, encore rappelée aujourd’hui dans le baile de la conquista.

48Les Indiens, regroupés autour des armées quiché d’Utatlán, étaient dirigées par le chef militaire Tecún Umán. B. Díaz del Castillo donne de cette armée une évaluation bien excessive, en l’estimant à des dizaines de milliers de combattants (B. Díaz del Castillo 1950). Toujours est-il que les troupes quiché furent battues, et leur chef lui-même tué dans les combats. La légende veut que, au moment de la mort de Tecún Umán, un quetzal – symbole de la liberté – se soit posé, mort lui aussi, sur la poitrine ensanglantée du vaincu. C’est dire que les Indiens entraient dans une phase de soumission à une domination étrangère, Pedro de Alvarado ayant réussi à écraser les armées indiennes.

49Aussi, les rois d’Utatlán se décidèrent-ils à traiter avec plus forts qu’eux. Ils espéraient pouvoir attirer Pedro de Alvarado et le piéger dans leurs villes. Celui-ci accepta l’invitation qui lui était faite de négocier à Utatlán, mais déjoua le piège qui lui était tendu. Il refusa en effet de rester dans la ville la nuit tombée, craignant une révolte. Apprenant alors la tentative de complot, il décida de raser la ville et d’exécuter ses rois. Les Quiché étaient éliminés de la scène guatémaltèque.

50Il restait à Pedro de Alvarado à dominer encore les autres puissantes tribus qui refusaient toujours la domination espagnole. C’est d’abord contre les Tzutuhil du lac Atitlán qu’il se tourna. Il réussit à les écraser et se dirigea alors, toujours appuyé par les Cakchiquel, vers le sud. Il rencontra là une résistance plus farouche des Pipil, et fut même blessé à la bataille d’Acajutlá. Il décida à ce moment de retourner vers la capitale de ses alliés indiens, Iximché, où il fonda, le 24 juillet 1524, la capitale des territoires conquis.

51Par la suite, les Cakchiquel eux-mêmes commencèrent à trouver la domination espagnole particulièrement brutale. Ils tentèrent donc un soulèvement contre l’occupant, mais n’obtinrent pas, on s’en doute, de vastes soutiens. Battus à leur tour, leur ville fut détruite et Pedro de Alvarado décida de fonder une nouvelle capitale, dans un lieu plus sûr. Il choisit, avec ses hommes, le plateau au pied des volcans Fuego et Agua, et fonda pour la deuxième fois la capitale de la nouvelle colonie, lui donnant le nom de Santiago de los Caballeros.

52La conquête avait été, on le voit, rapide, mais aussi particulièrement brutale. La répression systématique menée par Pedro de Alvarado multiplia les victimes et les destructions. Par ces méthodes pour le moins féroces, il réussit toutefois à soumettre à la Couronne espagnole de nouveaux territoires.

53Il faut cependant signaler que Pedro de Alvarado n’avait véritablement soumis que la zone centrale de ce qui est aujourd’hui le Guatemala. De vastes espaces restaient encore à contrôler. C’est ce à quoi il s’attacha avec plus ou moins de bonheur selon les régions. En ce qui concerne la future Verapaz en particulier, la conquête militaire de Pedro de Alvarado eut bien du mal à se concrétiser.

B – LES CONQUISTADORES ET LA VERAPAZ

54La Verapaz fut l’objet, avant la pénétration religieuse, de tentatives de contrôle par la force. Cette réalité, longtemps occultée, a été mise au jour de façon définitive par A. Saint-Lu dans son étude sur la région (A. Saint-Lu 1968). Comme il le démontre dans son ouvrage, A. de Remesal, porte-parole de l’ordre dominicain, a tout fait pour masquer ce qui pouvait remettre en cause le contrôle absolu de son ordre sur la région, et notamment la présence espagnole antérieure à celle des religieux (A. de Remesal 1932).

55Très tôt sans doute, dès la conquête d’Utatlán et de son “royaume” achevée, l’adelantado s’intéressa aux régions voisines, satellites du domaine quiché. Celle de Rabinal, qui à l’époque porte le nom de Tequicistlán, n’échappa pas à la soumission. Nous ne savons rien de très précis sur ces événements à travers les chroniques écrites de l’époque. Mais on peut aisément imaginer leur déroulement. Pedro de Alvarado et ses hommes franchirent la barrière de la sierra de Chuacús qui ne constitue, à cet endroit-là, auncun véritable obstacle, et s’intéressèrent probablement à la zone du bassin en priorité. Sans doute, les sites du Chi-xoy furent-ils visités, mais la difficulté des lieux découragea probablement les conquérants.

56Si l’on en juge par les vestiges archéologiques de la zone du bassin, la région nommée Tequicistlán, que l’on ne peut concevoir véritablement comme un village, devait regrouper une population assez importante. En se contentant des estimations très imprécises de A.L. Smith, on peut arriver à un chiffre de plusieurs milliers de personnes pour les principaux sites de Chuitinamit et de Cakyup (A.L. Smith 1955).

57Cette population, dispersée donc dans l’ensemble du bassin, fut probablement mise à contribution comme celle du reste du Guatemala. On sait simplement qu’elle relevait directement de l’adelantado et faisait partie de son patrimoine. En effet, en 1541, lors de la mort subite de Pedro de Alvarado, tous ses biens furent saisis par les représentants du roi. Cette saisie devait permettre de rembourser les dettes du conquistador, dettes considérables et probablement contractées lors de l’expédition péruvienne. L’inventaire réalisé à cette occasion précise l’existence de Tequicistlán comme possession de l’adelantado (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 46 et Col. Munoz T.82, RAHM).

58Occupé dès les premiers temps de la conquête du Guatemala, le bassin de Tequicistlán servit de point d’appui à des conquêtes ultérieures. Débordant la région, les conquérants se trouvèrent dans la vallée du Polochic et la zone de Cobán : c’est-à-dire dans ce qui deviendra la tierra de guerra.

59Les Espagnols tentèrent probablement de conquérir ces régions. Y parvinrent-ils ? Les documents conservés permettent de tenter de répondre à la question (AGI, Justicia, Leg. 290 et 292). Les pièces des procès à notre disposition se rapportent essentiellement au problème de la date du contrôle exercé sur le pueblo de Cobán.

60Point de départ connu : le 9 février 152,9, Jorge de Alvarado attribuait ce village à Sancho de Barahona, en encomienda. Le 9 février 1536, Pedro de Alvarado renouvelait cette donation. Enfin, le 31 mars 1540, Cobán était à nouveau cédé en encomienda, mais à Juan Rodríguez Cabrillo. Ces donations successives attestent une double réalité : d’une part, dès les années 1529-1530, une tentative de conquête eut lieu, et il est probable que l’encomendero essaya de tirer profit de son bien ; d’autre part, la succession des encomiendas, surtout dès avant 1537 – date du contrat Maldonado/Las Casas excluant les Espagnols de la région à conquérir pacifiquement – illustre probablement la difficulté à exercer un contrôle véritable sur la région. De ce fait, l’encomienda dut être plus théorique que rélle. Le village de Cobán, sans doute très petit, ne fut jamais véritablement soumis à son encomendero. Il semble que celui-ci ne l’ait d’ailleurs obtenu que comme complément de revenu, en plus d’autres encomiendas plus sûres, à Atitlán notamment.

61Conclusion probable : Cobán resta longtemps, plus encore que Tequicistlán, un poste avancé de la conquête militaire. Le contrôle était pour les conquérants un gage de plus dans la sécurité de la colonie. D’autant que, au-delà de Tequicistlán-Cobán, s’étendaient des zones totalement hostiles aux Espagnols : terres des Chol et Lacandon au nord, “terre de guerre” des Pokomchí au sud. Cette réalité explique la volonté répétée de tenir au mieux ce village, mais aussi la difficulté de concrétiser la présence espagnole.

62Aussi la conquête militaire de la région se traduisit-elle surtout par des échecs, ou peu s’en faut. Seule Tequicistlán fut véritablement soumise. Dans un mémoire adressé aux autorités coloniales en 1545, un missionnaire de la Verapaz décrit les atteintes supportées par les villageois de Tecucitlán, c’est-à-dire de Rabinal :

  • 6 “Don Francisco, celui de Tecucitlán, va à l’audience pour demander justice. Soyez-lui favorable ca (...)

Don Francisco, el de Tecucitlán, va a esa audiencia a pedir justicia. Favoresca cele que tiene varón. Y va ese memorial sobre los agravios que se han hecho y hacen que son incompostables. De solo Tecucitlán han hecho los de Guatemala 700 esclavos.” (Col. Muñoz A/111, Fol. 110, RAHM)6.

63Cette description révèle simplement, dans sa brutalité, que Rabinal était bel et bien contrôlé par les Espagnols, qui ne se privaient pas d’utiliser la force.

64Ces tentatives d’exploitation dans la région ne se firent pas sans mal, et très vite les Indiens répliquèrent par la révolte. Celle-ci lui donna son nom de tierra de guerra, et illustre une volonté acharnée de résistance.

65Sur celle-ci les informations sont rares, mais elles laissent tout de même entrevoir la réalité.

C – LA RESISTANCE INDIENNE

66Dans le bassin de Rabinal, il semble que la domination fut assez forte pour soumettre la population concernée. Il ne faut pas oublier que c’était l’adelantado lui-même qui s’était octroyé la région, et que, de ce fait, ses moyens de contrôle étaient probablement supérieurs à ceux d’un quelconque conquistador. Il faut néanmoins préciser que la population dominée par les Espagnols, à Rabinal-Tequicistlán même, représentait un faible pourcentage des habitants de la région. La preuve en est que, quand B. de Las Casas voudra fonder la reducción de Rabinal, il ira chercher ses habitants loin du futur emplacement du village :

  • 7 “Pour fonder le village, Bartolomé de Las Casas alla chercher des Indiens dispersés jusqu’à Tzeman (...)

Para fundar el pueblo, Bartolomé de Las Casas fue a buscar Indios esparcidos por Tzemaniel (¿i-e. Tzamaneb ?), Sacapula, San Andrés Sajcabajá y Nima Cubul (Cubul-co).” (N. Teletor 1955)7.

67Cela tendrait à prouver que, par leurs méthodes, les Espagnols n’avaient réussi à exploiter que peu d’Indiens. La plupart d’entre eux restaient disséminés dans les vallées profondes, comme celle du Chixoy, ou dans les montagnes de la sierra de Chuacús, tentant en fait d’échapper à la main-mise étrangère. Cette dispersion, propre à leur mode de vie, n’a pu être que renforcée par la conquête espagnole, d’autant que, dans la région de Rabinal, la topographie se prête aisément à une telle défense.

68Ainsi, la résistance des gens de Rabinal se manifesta surtout par une capacité à amortir les coups portés par l’adversaire. Tel ne fut pas le cas du reste de la Verapaz.

69A Cobán d’abord, la présence espagnole favorisa l’esprit de révolte. S’il est difficile de faire totalement confiance aux témoignages présentés lors des procès de Cobán, on peut cependant arriver à quelques conclusions par certains recoupements.

70Après leur mise en encomienda en 1530, il est à peu près certain que les Cobaneros se révoltèrent. Malgré les démentis du fils de l’encomendero d’alors, Sancho de Barahona, cinq Indiens présentés pour répondre à des questions formulées par le même Barahona, lors du second procès, certifient le contraire. Ils racontent que Cobán, attribué en encomienda à Barahona, lui paya tribut pendant trois ans ; ils continuent ensuite ainsi :

  • 8 “A la fin de cette période, comme ils ne payaient plus tribut, ledit Barahona m’envoya pour savoir (...)

Al cabo de dicho tiempo como no trayan el tributo, el dicho Barahona enbio a dicho este testigo ... a saber porque ... y antes que [llegase] al dicho pueblo [tuve] nuevas como los dichos Indios abían quemado a un Español... y se habían alzado y desde entonces nunca más tributaron.” (AGI, Justicia, Leg. 292, Fol. 35)8

71Pourquoi attacher foi à leurs dires ? D’abord, les Indiens sont présentés par Barahona lui-même, en même temps que huit Espagnols, qui témoignent d’ailleurs en sa faveur. Aussi prennent-ils un risque en n’allant pas dans le sens de celui qui les présente comme témoins. Ensuite, parce qu’ils sont d’anciens domestiques de l’encomendero, et donc bien placés pour connaître la vérité ; le nom de l’un d’entre eux, Alonso Barahona, précise bien sa condition et sa situation. Enfin, parce que leur témoignage précis correspond, dans l’esprit tout au moins, sinon dans les dates, à d’autres témoignages présentés par la partie adverse, dont ceux de onze Indiens de Cobán (AGI, Justicia, Leg. 292, Fol. 64). Cette hypothèse se trouve confortée par une lettre de l’évêque Marroquín, adressée au roi en 1545, dans laquelle il explique les étapes antérieures à la pénétration religieuse. Selon lui, la région de la Verapaz fut conquise par Alvarado qui y installa une centaine d’Espagnols. Mais au moment des affaires du Pérou, tous partirent avec Alvarado ; la région resta insoumise à partir de ce moment et jusqu’à l’arrivée de B. de Las Casas (CD1H 1970 (70) : 553). Or, il se trouve que c’est précisément en janvier 1534 que P. de Alvarado s’embarqua pour le Pérou (Col. Muñoz A/107, Fol. 274, RAHM). Il est donc probable que, après le départ des Espagnols, les Indiens de Cobán se soient soulevés et aient refusé toute soumission aux occupants.

72On peut donc tenir pour certaine une révolte dans ces années-là. Celle-ci fut, comme l’attestent beaucoup de témoignages – dont certains impartiaux – la conséquence de mauvais traitements. Peut-être l’exemple des voisins du nord des Cobaneros, Lacandon et Chol, eut-il aussi quelque influence ?

73Le fait est que, comme les Cobaneros, les Indiens de la vallée du Polochic refusèrent toute soumission aux Espagnols. Cette région, centrée autour du village de Tezulutlán-Tucurub, ne fut, semble-t-il, jamais soumise militairement. Il faut rappeler l’agressivité de cette tribu qui, bien avant l’arrivée des Espagnols, s’opposait déjà à ses voisins immédiats de San Cristóbal (J. Crespo 1968).

74Face à la pénétration espagnole, la réponse indienne de la zone orientale du Guatemala apparaît comme double.

75D’un côté, la dispersion, qui rend difficile l’emprise espagnole sur les hommes, de l’autre, la révolte ouverte, et l’élimination physique de toute présence étrangère.

76Cette double attitude amena, nous le verrons, les conquérants pacifiques à donner une double réponse au problème. De cette réponse naîtra l’originalité de l’entreprise de B. de Las Casas, qu’il faut donc concevoir, non comme une attitude définie à priori, mais comme une politique pragmatique adaptée à une situation donnée.

77Avant d’en étudier les traits de façon précise, il s’agit pour nous de dresser un rapide bilan de la situation avant 1540, c’est-à-dire voir la région telle que la trouvèrent les dominicains.

III – LE BASSIN DE RABINAL VERS 1540

78La conquête militaire, malgré ses difficultés, eut des conséquences importantes sur la vie de la région. Elle marqua profondément les esprits par les violences et les drames dont elle fut la cause. Elle explique sans doute en partie l’accueil réservé aux dominicains, qui promettaient une colonisation pacifique.

A – LA MISE SOUS TUTELLE

79Une partie de ce qui deviendra la Verapaz est, en 1540, confiée en encomienda. La situation de Rabinal, en particulier, ne peut être reconstituée que par déduction à partir de certains documents. Propriété de l’adelantado, ce dernier la donna en encomienda à Gaspar de Arias (R. Acuña 1975). R Acuña considère que ce dernier dut être encomendero à Rabinal à partir de 1529, et ce pour deux raisons : d’abord parce qu’à cette époque, don Gaspar de Arias était en guerre contre les Uspantec, et que les deux régions sont voisines : Rabinal aurait pu lui servir de base arrière ; ensuite parce que le cacique de Teco-cistlán s’appelait aussi don Gaspar : or il était de coutume de baptiser les Indiens du nom de leur “protecteur”.

80Si ce raisonnement peut sembler artificiel, il se trouve cependant conforté par une lettre de l’évêque Marroquín au roi, en date de 1542. Dans celle-ci, que R. Acuña ne fait que citer pour mémoire, l’évêque est en fait très précis sur la situation de Rabinal :

  • 9 “Si un village qui est à la frontière (de la Verapaz) et s’appelle Tequiciztlán était entre les ma (...)

“Si un pueblo que está en la frontera (de la Verapaz) que se llama Tequiciztlán estuviese en cabeza de Vuestra Majestad, haría mucho al caso de la conquista (de la Verapaz)” (Col. Muñoz A/110, Fol. 55, RAHM)9.

81A cette époque-là, donc, aucun doute n’est possible : Rabinal était en encomienda.

82Pourtant, dès 1540, les fonctionnaires royaux étaient intervenus pour que Rabinal ne fût plus attribué en encomienda. Malgré cela, il fut à nouveau distribué par les nouveaux gouverneurs. Aussi, en 1541, le 1er mai, une Cédule Royale établissait :

  • 10 “... que le village de Chichicastenango ne soit pas placé hors du contrôle de la Couronne, comme c (...)

“...que el pueblo de Chichicastenango no se enagenara en la Corona, i lo mismo los de Tecuscistlán, Atitlán, Tecpán-Atitlán i Caçatepeque.” (CD1U 1970(17) : 157) 10.

83Le 1er mai 1543, une nouvelle Cédule Royale renforçait les privilèges de Tecocistlán et supprimait les encomiendas antérieures :

  • 11 “On m’a demandé... que nous leur accordions d’être retirés du pouvoir de leurs encomenderos, afin (...)

Me ha sido supplicado... les hiciésemos merced de se los quitara quien les tenía encomendados y ponerlos en nuestra corona Réal y moderar los tributos que los dichos pueblos dan.” (AGI, Aud. de Guatemala, Leg. 393, Reg. 2, Fol. 190)11 .

84On sait que ce “cadeau royal” venait en remerciement des services rendus par le cacique de Rabinal et ceux des autres villages, dans la conquête menée par les dominicains (A. Saint-Lu 1968 : 146-147).

85Le roi décidait en contrepartie de dédommager les deux encomenderos de Rabinal en leur donnant des compensations par ailleurs.

86Ainsi, pour Rabinal, cette première décennie de conquête se traduisait par une situation somme toute banale : conquête, occupation, puis distribution à de fidèles serviteurs de Pedro de Alvarado. Tel fut le sort de la plupart des villages indiens des Hautes Terres à cette époque.

87Sur l’exploitation subie par Rabinal-Tecocistlân soumis à l’encomienda, on ne possède que quelques rares informations.

88Les encomenderos de Rabinal, comme tous les Espagnols du Guatemala d’alors, cherchaient avant tout de la main-d’oeuvre. Rappelons, pour mémoire, l’accusation portée en 1545 par les dominicains contre les Espagnols, d’avoir capturé plus de 700 Indiens, à Rabinal, pour en faire des esclaves.

89Mise à part cette fourniture de force de travail, les Espagnols ne trouvèrent pas à Rabinal ce qu’ils recherchaient. Ni or, ni pierres précieuses, ni cacao en abondance. Aussi, sont-ce d’autres atouts qui les attirèrent. Dans le document décrivant la situation de Rabinal avant son contrôle par les religieux, les dominicains précisent :

  • 12 “Le tribut qu’ils payent encore est intolérable ; tous les 80 jours, 250 pièces de tissus, et 2 me (...)

“El tributo que tienen agora es intolerable ; cada 80 días, 250 montas y dos ziqui-piles de cacao ; y lo de la sementera, creo que se los comen... los oficiales, que ese corregidor y ellos son todos uno” (CD1A 1970(7) ; 233 sq)12.

90Le tribut ainsi payé était donc double : d’une part, un prélèvement en nature, à base de céréales et de cacao, relativement faible ; d’autre part, un prélèvement beaucoup plus fort sur une production artisanale, le tissage.

91Il s’agissait donc, avant tout, d’exploiter, au mieux, la main-d’oeuvre, masculine comme féminine, car Rabinal n’avait que cela à offrir. Ce n’est en fait que plus tard, quand la colonisation espagnole dépassa le stade du pillage et de la jouissance immédiate des biens prélevés sur les Indiens (P. Chaunu 1964), que Rabinal et ses atouts prirent un tout autre sens.

92Seul Rabinal semble avoir ainsi subi une véritable exploitation coloniale, dès les premières années de la présence espagnole. Pour le reste de la Verapaz, l’occupation espagnole ne fut jamais véritablement concrétisée, ce qui mit la région à l’abri des problèmes accompagnant l’arrivée des conquistadores. Mais, en fait, il semble bien que, même en ce qui concerne Rabinal, la mise sous tutelle soit restée en grande partie limitée.

B – UNE COLONISATION PARTIELLE

93Si Rabinal ne se révolta pas pendant cette courte période, c’est que la situation de ses habitants leur laissait d’autres échappatoires. Pendant cette dizaine d’années, le contrôle exercé par les conquérants sur la région resta très inégal.

94Il faut d’abord bien voir que la présence espagnole demeura, sinon sporadique, du moins incapable de contrôler sérieusement l’ensemble du bassin de Rabinal. Il n’y eut, dans cette région, aucune présence espagnole fixe. Avant 1540, les Espagnols n’avaient encore constitué aucun village ou regroupement qui leur fût propre. Le métissage était, bien entendu, encore très limité, et n’avait donc pas donné naissance à un groupe social intermédiaire s’intercalant entre blancs et indigènes.

95Les encomenderos de la région ne cherchaient, pour l’instant, qu’à tirer profit des hommes. Aussi leur souci n’était-il pas de faire travailler ces hommes à cultiver la terre, mais d’utiliser leur force de travail dans la capitale. C’est ce que dit le dominicain qui se plaint des abus contre les Indiens. Il est aisé de comprendre qu’à cette date, nous n’en sommes qu’à une phase de construction, d’installation, et ce qui s’intitule Santiago de los Caballeros n’est sans doute qu’un vaste chantier, bientôt détruit par les colères, aussi violentes qu’imprévisibles, de la nature guatémaltèque.

96Cette déportation s’explique d’autant mieux que Rabinal était éloigné de la capitale. Les Indiens ne pouvaient, comme cela fut le cas dans le Valle de Guatemala, associer travail personnel et corvées au service de l’encomendero. Du fait de l’éloignement aussi, l’attrait pour des terres souvent à moitié vides d’hommes ne se manifestait pas encore. Vers 1540, pas une seule hacienda, pas une seule propriété foncière espagnole ne semble être présente. Cette appropriation foncière qui fleurira quelques années plus tard dans la région n’a pas encore fait ses premiers pas.

97Cette absence rendait la domination espagnole pour le moins très relative. La présence des conquérants ne se manifestait que de loin en loin, pour recueillir les tributs, rançonner les familles, enlever les bras qui leur seraient utiles. Entre ces passages, la population indienne continuait sa vie selon ses propres rythmes.

98La christianisation n’avait pas pu encore imposer un nouveau calendrier, de nouvelles croyances. Elle n’était pas parvenue à bouleverser les habitudes sociales, culturelles, alimentaires, ainsi que les relations économiques avec les régions voisines. En effet, si, comme le pense R. Acuña, le cacique a été baptisé vers 1529-1530, rien ne précise que Rabinal soit desservi par un prêtre, qu’une église ait été construite. En conséquence, le baptême du cacique ne dut rester que théorique, et ne changea rien aux comportements des Rabinaleb. Les modifications profondes commencèrent seulement à arriver, en fait, avec les dominicains, désireux de changer de fond en comble la vie indigène, à partir des années 1537-1538.

99La faiblesse du contrôle espagnol sur la région s’explique aussi par la proximité des zones révoltées ou non contrôlées. La présence de la tierra de guerra, toute proche, rendait la domination sur Rabinal plus qu’instable et incertaine. Même si les relations entre Rabinaleb et Pokom de Tucurub ne furent certainement pas bonnes, la présence d’un foyer d’agitation remettant en cause l’exploitation coloniale ne pouvait qu’influencer les populations déjà soumises.

100Aussi, bien qu’aucune révolte n’éclatât, il est aisé d’admettre que tout fut bon aux Rabinaleb pour affaiblir le joug étranger. Dans ce domaine, le recours à la fuite est à mettre en exergue. En effet, nous verrons par la suite que les habitants de la région utilisèrent ce moyen, peut-être plus que d’autres. Pour cette première époque, les documents sont muets sur ce sujet, la notion de comptage de la population étant encore étrangère aux conquistadores. Mais il est probable que, dès ces années, la fuite fut abondamment utilisée.

101Cela est sans doute à mettre en rapport avec la situation géographique de notre région. Au nord, à quelques kilomètres seulement, s’étendent des territoires immenses et incontrôlés par l’autorité étrangère. Il était facile, pour tout individu désirant échapper à l’exploitation coloniale brutale des premières années, de s’enfuir vers des lieux plus cléments. La position de frontière de colonisation rendait nécessairement le contrôle moins pesant. Bien que, comme dans toute civilisation sédentaire, l’attachement de l’individu à sa terre, sa maison, ses morts, lui rende pénible un départ, il est probable que de nombreux Indiens utilisèrent la fuite, parfois à quelques kilomètres seulement de leurs lieux d’origine, pour continuer leur vie selon leurs propres traditions.

102Une deuxième raison peut expliquer la faiblesse de la présence espagnole pendant les premières années de la colonisation. Elle tiendrait tout simplement à sa nature même pendant la première moitié du xvie siècle.

103Dans l’optique coloniale de cette époque, la Verapaz ne présentait pas un grand attrait. Le seul véritable intérêt à tenir la région n’est alors que stratégique. Dans cette optique, la Verapaz servait de base arrière aux tentatives militaires.

104Pour les encomenderos désignés pour Cobán, la région de Rabinal a dû jouer le même rôle que pour ceux qui tentèrent de contrôler militairement la tierra de guerra. Nous verrons d’ailleurs plus loin que, pour B. de Las Casas et ses frères dominicains, Rabinal joua exactement le même rôle de marchepied dans la pénétration pacifique de la Verapaz.

105Cette situation originale de Rabinal a eu naturellement des incidences sur sa colonisation. L’objectif était surtout d’assurer le calme et le maintien de l’ordre de la région. Aussi peut-on penser que, par rapport à d’autres contrées, Rabinal fut mieux traité, ou, en tout cas, moins durement exploité.

106Vers 1540, la région de la Verapaz n’était finalement qu’à peine contrôlée.

107Certes, l’hostilité du milieu peut expliquer cet échec de la colonisation militaire. La position excentrée et la relative faiblesse du peuplement sont également des éléments qui peuvent éclairer cette situation.

  • 13 Certes, comme l’ont montré depuis longtemps de nombreux travaux (voir M. Mhan-Lot La conquête de l (...)

108Il n’empêche que, à ces arguments trop déterministes, s’ajoutent des raisons plus directement humaines et historiques. La difficulté des Espagnols, trop peu nombreux pour contrôler des espaces trop étendus, l’impossibilité de pouvoir jouer ici sur les rivalités entre tribus voisines, tous ces éléments rendent aussi bien compte de la situation. Enfin, il ne faut pas oublier la capacité de résistance des populations dominées : la fuite, la révolte, la résistance passive furent, dès les années 1530, les réponses de ces populations démunies, qui ne pouvaient véritablement rendre coup pour coup aux Espagnols, mieux armés, mieux protégés, plus rapides à se déplacer13.

109Ainsi, quand, en 1537, B. de Las Casas signa avec Maldonado son contrat lui ouvrant la conquête évangélique de la région, c’est bien parce que la conquête militaire avait échoué qu’un tel contrat put voir le jour. Incapables de contrôler la région, les conquistadores espéraient secrètement que ce dominicain, si agressif à leur égard, ne ferait pas mieux qu’eux. C’était sans compter sur l’habileté des religieux, et sur leur capacité à utiliser les autorités indigènes dans leur conquête. A cet égard, l’histoire de Rabinal est exemplaire.

Notes

1 Le décompte de la distance s’établit ainsi : de la capitale à la vallée du Motagua : 18 lieues ; du fleuve à Salamá : 10 lieues ; de Salamá à Rabinal : 6 lieues. La pisté qui joint aujourd’hui encore Rabinal à Guatemala de la Asunción correspond pour l’essentiel à ce tracé.

2 “Le climat est variable suivant la situation des villages. Ceux de Rabinal, Cubulco, El Chol et Salamá, qui sont dans la partie inférieure au sud de la province, ont un climat chaud et sec. En montant vers les montagnes qui traversent cette zone (Salamá), on trouve les villages de Tactic, Santa Cruz, San Cristóbal, Cobán, Carchá et Chamelco, qui ont un climat froid et humide. En descendant le versant nord vers le Golfo Dulce, se trouvent, d'abord Tamahú, tempéré, puis plus bas Tucurú, chaud et humide. Dans la partie la plus basse, à l'ouest, vers le Petén, on trouve Cahabón et Lanquín, au climat très chaud et humide.”

3 “Tapirs, lions, distincts de ceux d’Afrique et chassés pour leur viande, tigres, ours, licornes, singes, chats et chèvres sauvages, porcs et cerfs.”

4 “Ce sont des tempêtes, vents, tonnerres et tremblements de terre continuels.”

5 “Seuls quatre villages de Verapaz ont un climat agréable, les autres étant situés au milieu des montagnes.” Les quatre villages sont les suivants : Cubulco, Rabinal, Salamá, El Chol.

6 “Don Francisco, celui de Tecucitlán, va à l’audience pour demander justice. Soyez-lui favorable car il a un fils. Il amène avec lui ce mémoire sur les abus qu’on a faits et qui se font, et qui sont immenses. A Tecucitlán seul, les Espagnols de Guatemala ont fait 700 esclaves.”

7 “Pour fonder le village, Bartolomé de Las Casas alla chercher des Indiens dispersés jusqu’à Tzemaniel, Sacapulas, San Andrés Sajcabajá et Nima Cubul.”

8 “A la fin de cette période, comme ils ne payaient plus tribut, ledit Barahona m’envoya pour savoir pourquoi. Et avant d’arriver au village, j’eus la nouvelle que ces Indiens avaient brûlé vif un Espagnol, qu’ils s’étaient soulevés et depuis lors ils n’ont plus jamais payé le tribut.”

9 “Si un village qui est à la frontière (de la Verapaz) et s’appelle Tequiciztlán était entre les mains de Votre Majesté, il aiderait beaucoup à la conquête (de la Verapaz).”

10 “... que le village de Chichicastenango ne soit pas placé hors du contrôle de la Couronne, comme ceux de Tecuscistlán, Atitlán, Tecpán-Atitlán et Caçatepeque.”

11 “On m’a demandé... que nous leur accordions d’être retirés du pouvoir de leurs encomenderos, afin de les mettre sous notre protection royale et de diminuer leurs tributs.”

12 “Le tribut qu’ils payent encore est intolérable ; tous les 80 jours, 250 pièces de tissus, et 2 mesures de cacao ; quant aux semences, je crois que ce sont... les fonctionnaires qui les pillent, car ce corregidor et les autres sont tout un.”

13 Certes, comme l’ont montré depuis longtemps de nombreux travaux (voir M. Mhan-Lot La conquête de l’Amérique espagnole, Paris 1974), il n’est pas possible d’expliquer la conquête de l’Amérique par une supériorité exclusivement de type militaire. Trop souvent en effet, les armements (canons, fusils, poudre, cuirasses) devenaient plus encombrants et inutiles que réellement efficaces. Il n’empêche que pour la région de Rabinal, ces inconvénients ne jouèrent qu’un rôle négligeable, compte tenu en particulier du climat (chaud et sec). En revanche, ils expliquent probablement davantage l’échec du contrôle de la tierra de guerra et de Cobán.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter