Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Première partie. La fin d'un monde (des origines à la Conquête espagnole)

Chapitre I. Le peuplement de la région de Rabinal

Texte intégral

1A l’arrivée des Espagnols, l’histoire du bassin de la région de Rabinal est déjà longue de plusieurs siècles. Sur ses terres se sont succédées différentes tribus à la recherche d’espace où s’installer. De ce fait, l’histoire du peuplement de la région doit être conçue comme une succession de vagues d’invasions qui s’imposent aux populations précédentes.

  • 1 Pour des raisons techniques, nous avons choisi de réduire à l’essentiel le chapitre présentant les (...)

2Pour pouvoir reconstruire un tel passé, les sources de l’historien sont en fait bien limitées. Pour les périodes les plus reculées, seule l’archéologie peut fournir des éléments d’information précis1. Aux apports archéologiques, il faut ajouter les informations fournies par la linguistique qui permet de mieux situer les peuples les uns par rapport aux autres. En ce qui concerne la période immédiatement antérieure à la colonisation, ces sources se trouvent complétées par des textes ethnohistoriques. La plupart d’entre eux furent rédigés après l’arrivée des Espagnols, mais ils rapportent, souvent avec beaucoup de précisions, des événements concernant les années antérieures (R. Carmack 1973 : introduction). Précisons enfin que notre objectif ici vise seulement à définir le contexte historique dans lequel va se dérouler l’histoire coloniale qui sera au centre de notre étude, et non à une étude exhaustive de l’histoire préhispanique.

I – LE PEUPLEMENT AUX PERIODES PRECLASSIQUE ET CLASSIQUE

3Dans la région de Rabinal le peuplement de ces périodes concerne essentiellement des populations maya. C’est en partie grâce à la linguistique que l’on peut aujourd’hui reconstituer l’histoire de cette région pour ces temps les plus anciens.

A – LES APPORTS DE LA LINGUISTIQUE

4Les récentes études effectuées dans ce domaine permettent de situer la région de Rabinal par rapport à l’ensemble des langues maya. Les classifications de langues les plus récentes, effectuées par Kaufman (T. Kaufman 1976 : 101), établissent qu’il y a deux grandes familles : le maya occidental et le maya oriental. Le premier concerne essentiellement les langues maya des Basses Terres, débordant sur le Chiapas mexicain et les Cuchumatanes guatémaltèques. Le deuxième groupe, ou maya oriental, couvre les Hautes Terres du Guatemala. C’est dans ce deuxième ensemble que s’intègre le groupe quiché, lui-même subdivisé en kekchí, pokom, uspantec et quiché en nucléaire.

5C’est vers 1600 avant J.-C. (T. Kaufman 1976) que les groupes parlant le maya oriental ont migré d’ouest en est vers le Chixoy dans sa partie amont, au nord de Rabinal. Le groupe Mam s’installa et se développa autour de l’actuelle Aguacatân et s’étendit vers l’ouest. Quant au groupe Quiché, il se centrait autour des actuels villages de Sacapulas, Cunén, Uspatân, cest-à-dire de part et d’autre des rives du Chixoy, dans la région voisine de Rabinal. Vers 600 avant J.-C, le groupe Kekchí se détacha du groupe quichéen et s’installa dans la Haute Verapaz actuelle, autour de Cobán. Puis vers 200 avant J.-C, le groupe Quiché se divisa encore et donna naissance au pokom, à l’uspantec et au quichéen nucléaire. Le groupe Uspantec resta sur place, sur la rive gauche du Chixoy ; les Pokom se déplacèrent vers le sud-est, et s’installèrent dans le bassin de Rabinal ; enfin, les Quiché nucléaires se localisèrent sur la rive droite du Chixoy, au sud de Sacapulas, dans le département actuel du Quiché.

  • 2 Les Kekchí de Lanquin et de Cahabón fournirent des hommes lors de l’expédition de 1695 qu’ils fina (...)

6Si les deux ensembles regroupant les langues maya sont nettement différenciés, les linguistes constatent toutefois l’existence d’échanges entre eux. Ces relations apparaissent à travers une mythologie commune (E. Thompson 1970) ou encore se manifestent par la présence, dans un des groupes, de mots originaires de l’autre groupe (L. Feldman 1971). Toutefois, les linguistes considèrent que ces échanges observés aujourd’hui peuvent ne remonter qu’à une période récente et seraient liés à l’arrivée espagnole puis à la conquête du Petén (F. von Houvald 1979(1) : 153)2.

7Ainsi, la linguistique a permis de replacer les groupes de notre région dans leur histoire de façon précisé. Rabinal fut donc, à son origine, une terre de langue pokom, elle-même participant du groupe quiché des Maya orientaux. A cette époque préclassique, le principal voisin avec lequel se fait l’essentiel des échanges est le groupe Kekchí, de même origine que les Pokom, et installé au nord-est de Rabinal. C’est l’histoire de ces groupes que nous allons étudier.

B – POKOM ET KEKCHI

8Rattachés à leur branche d’origine par les mises au point récentes de la linguistique, ces deux groupes vont évoluer parallèlement dans deux régions voisines.

9Les Pokom, installés dès la période préclassique dans la région de Rabinal, vont y demeurer près de mille ans, jusqu’à la fin de la période classique. Ce groupe resta en contact étroit avec ses voisins de même origine linguistique. De même, la langue pokom ne subit aucune diversification interne tout au long de cette période. Néanmoins, son extension maximale à cette époque, c’est-à-dire dès le Préclassique et jusqu’à la fin de l’époque classique, reste un sujet de discussion. Certains, comme Kaufman, étendent l’aire pokom jusqu’à Kaminaljuyú, alors que Campbell établit, lui, la limite sud de ce groupe au río Motagua.

10Quant aux Kekchí, isolés de leur groupe d’origine, ils restèrent dans la Haute Verapaz où ils s’étaient installés dès le Préclassique. Eux non plus ne connurent aucune diversification interne pendant cette période. La situation linguistique et ethnique de la région de Rabinal est donc simple avant l’arrivée des Toltèques. Elle connut, dans sa première phase de peuplement, une certaine continuité. Elle fut dès le IIe millénaire avant J.-C. peuplée par des Maya orientaux. Ceux-ci donnèrent naissance par la suite à des sous-groupes, dont les Kekchf et les Pokom.

  • 3 Selon cette étude ancienne, qui s’appuie autant sur les textes ethnohistoriques que sur les vestig (...)

11A Rabinal et dans la région, les Pokom imposèrent une organisation qui leur était propre. Avant les transformations apportées par les occupants ultérieurs, les Pokom semblent même avoir développé un embryon de structure étatique (S.W. Miles 1957)3. Mais cette évolution fut brutalement stoppée par de nouvelles migrations qui affectèrent notre région, progressivement, dès le xe siècle.

II – LES MAYA QUICHE DE LA PERIODE POSTCLASSIQUE

12A la fin de la période classique, la géographie humaine de la région maya est profondément bouleversée par l’arrivée de vagues de migrants venant des Hauts-Plateaux mexicains. Ces migrations sont celles qui, partant de Tula, se déplacèrent vers l’est, et s’installèrent dans la zone maya en pleine crise interne. En partant, ces Toltèques suivaient leur chef, Kukulcán, chassé de Tulán. Thompson date ce départ de façon précise en 987 (J.E. Thompson 1970). C’est donc aux xe-xie siècles que la zone maya fut progressivement occupée par les migrants “mexicains”.

13Cette irruption fut loin d’être brutale. Dès la période classique, les influences mexicaines de Teotihuacân se firent sentir, surtout dans la région de l’altiplano du Guatemala (R. Carmack 1979 : 22). De ce fait, dans les Hautes Terres centrales du Guatemala, où la crise finale du monde maya se fit aussi sentir à la fin du xe siècle, l’influence toltèque pénétra plus facilement et profondément et rendit possible un véritable renouveau. C’est ce renouveau que l’on définit comme celui des “Maya-Quiché”.

A – LES SOURCES

14Les documents concernant cette période de l’histoire préhispanique sont en fait souvent nombreux, mais leur interprétation est la plupart du temps délicate. En général, ces textes indigènes ont été écrits après l’arrivée des Espagnols, dans un but politique et souvent juridique : ils visaient surtout à établir la légitimité de certaines possessions, d’où leur nom de Títulos de Tierra. Cela en rend l’interprétation plus hasardeuse, car ils essaient souvent d’affirmer un certain nombre de droits – fonciers, fiscaux ou autres — aux dépens de la communauté voisine, en ayant recours à la mythologie et à l’histoire de la période antérieure à la conquête.

15Malgré ces difficultés d’interprétation, le título reste le document d’ethnohistoire le plus riche en renseignements de toutes sortes. Le problème est celui de l’introduction de la temporalité historique, qui en est souvent exclue par l’interprétation mythique du passé.

16Deux de ces documents, ou títulos, mentionnent la présence des Pokom face aux Quiché de Rabinal. Le Título Totonicapán raconte des combats entre Quiché et Vuc-Amag Tecpán, composés par les Rotzhaieb, Uxab, Quibaha et Quebatzumha. Le Título-Anales de los Cakchiqueles raconte, lui, les conflits ayant opposé les Cakchiquel et les Pokomam, explicitement cités. Mais le document présente aussi les tribus de Tecpán comme ennemies des Cakchiquel, ce qui laisse supposer, selon M.C. Arnauld, une possible alliance entre les tribus Vuc-Amag et les Pokom.

17On peut y ajouter des textes indigènes d’autre nature, tels que le Popol-Vuh, ou le Rabinal Achí, dont il faut maintenant dire quelques mots. Le Popol-Vuh, qu’on a souvent défini comme le livre sacré des Quiché du Guatemala, raconte la migration de ce groupe depuis Tulán jusqu’à son installation à Utatlán. Il précise donc les combats que durent livrer les Quiché contre les occupants antérieurs. Ces ennemis sont souvent qualifiés de Vuc-Amag, et nombreux sont les historiens qui les identifient aux Pokom (A. Recinos 1952 : 108,113,128-138).

18Le Rabinal Achí met lui aussi en présence les Quiché et leurs adversaires des régions voisines. Le ballet-drame raconte une guerre entre Quiché d’Utatlán et Rabinaleb, les Quiché de Rabinal. Rappelant les victoires antérieures des Rabinaleb, le texte mentionne les Pokom, appelés aussi Uxab, dont le territoire fut envahi par les Quiché de Rabinal.

19Ainsi, les sources présentées vont toutes dans le même sens. Les affrontements entre les tribus Quiché, quelles qu’elles soient, et les Pokom et leurs alliés ont bien eu lieu. Certes, quelques détails restent encore sujets à discussion, mais l’essentiel est acquis : les Quiché, dont les Rabinaleb, conquirent après le xie siècle la région pokom de Rabinal.

B – LA CONQUETE QUICHE

20L’histoire de la pénétration quiché dans la région de Rabinal nous a été transmise par un des documents que nous avons présentés. En effet, seules les Anales de los Cakchiqueles racontent de façon précise les combats opposant Quiché et Pokom, en localisant même la plupart d’entre eux. En fait, cette localisation a été, pour l’essentiel, précisée par C.E. Brasseur de Bourbourg, et confirmée dans l’ensemble par les recherches récentes, notamment celles de R. Carmack et R. Acuña.

  • 4 Tous ces lieux ont été localisés avec précision et se trouvent tous dans la zone du bassin de Rabi (...)

21Selon le Rabinal Achí, les principaux conflits se seraient déroulés dans le bassin de Rabinal. Mais les Anales de los Cakchiqueles précisent un certain nombre d’endroits où eurent lieu ces affrontements. Après avoir reçu l’investiture d’un seigneur “mexico-toltèque”, les Cakchiquel se heurtèrent aux Pokom de Valil, nom pokom de San Agustin Acasaguastlán selon S.W. Miles. Puis ils rencontrèrent les Pokomam à Nimpokom, Rax-chich et dans la région de Pazaktzuy. Après avoir pris, selon R. Carmack, la place pokom de Tzatzuy, ils y installèrent des vassaux, puis essayèrent de s’emparer de Cakhay avec l’aide des Quiché. Mais ils échouèrent4.

22Les événements racontés par les Anales ne laissent donc aucun doute. Les Quiché, dont sans doute les Rabinaleb, se heurtèrent aux Pokom qui, nous l’avons vu, occupaient précédemment tout le bassin de Rabinal. Ils conquirent progressivement l’ensemble de la région, d’ouest en est. Cette conquête est d’ailleurs restée vivace dans la mémoire collective des Rabinaleb puisque la tradition orale — aux xviiie, xixe et même xxe siècles — transmet des événements de même nature que ceux évoqués par les documents. F. de Ximénez raconte ainsi ce que les habitants de Rabinal savaient encore au début du xviiie siècle (F. de Ximénez 1929-1931). Selon ces derniers, les ruines préhispaniques proches de Rabinal furent érigées par los de Cobán, alors que les Rabinaleb étaient installés entre Cubulco et Joyabaj, dans les montagnes, en un lieu nommé Tzamanieb ou Tzamaneb. De là ils dominaient les terres basses occupées par leurs adversaires. Ceux-ci se livraient à des persécutions contre les Rabinaleb, et les sacrifiaient à leurs dieux. Les Rabinaleb décidèrent alors de leur faire la guerre et s’emparèrent de leurs terres et de leurs temples.

23La légende est donc claire. Elle rappelle la conquête de Rabinal par les Quiché, sans toutefois donner avec grande précision le nom de l’adversaire, l’expression los de Cobán gardant une certaine ambiguïté. Sur ces événements, une tradition orale circulait dans la région vers 1855, et fut recueillie par C.E. Brasseur de Bourbourg (1940 : 298). De même, vers le milieu du xxe siècle encore, A.L. Smith transcrit une anecdote voisine, entendue par Gann chez les villageois du bassin de Rabinal (A.L. Smith 1955).

24Elles transmettent ainsi, à un siècle d’écart, les mêmes événements qu’il est facile de reconstituer. Les Rabinaleb s’installèrent à l’origine à Tzamaneb, entre les Quiché d’Uta-tlán et les Pokom. Cette présence rabinaleb est confirmée par ce que rapporte F. de Ximénez : Joyabaj fut fondé par les mêmes tribus qu’à Santa Cruz Utatlán, et fut installé là pour défendre le passage contre ceux de Rabinal, jouant ainsi le rôle de frontière (F. de Ximénez 1929-1931 : 517,518).

25Une telle reconstitution de la conquête du bassin de Rabinal, satisfaisante pour l’esprit par sa cohérence, n’en pose pas moins quelques problèmes gênants.

26Certes, cette reconstruction s’appuie sur la chronologie de la formation de “l’Etat quiché”, qui apparaît vers 1200-1250. A partir de l’expansion de cet “Etat”, après 1350, et son apogée avec la fondation d’Utatlán vers 1400, les voisins immédiats, dont les Rabinaleb, furent poussés vers l’est. Logiquement donc, on pourrait dater l’installation à Tzamaneb vers 1250-1300, et la "descente" vers le bassin de Rabinal vers 1350-1400.

27Un premier inconvénient réside dans le fait que cette reconstruction donne aux Anales de los Cakchiqueles une mémoire historique trop grande : il est difficile d’admettre qu’à l’arrivée des Espagnols les Indiens se souvenaient avec précision des combats et de leurs lieux datant de près de trois siècles. Il est probable que la mémoire transmette des événements de dates différentes, en les plaçant tous à la même époque et sur le même plan, quitte à en modifier les acteurs réels !

28D’autre part, cette datation contredit les données de la linguistique. T. Kaufman, reprenant McQuown, place la division des Pokom, et donc leur retrait du bassin de Rabinal, entre 900 et 1200. L’archéologie confirme que, dès cette époque, des influences mexicaines se font déjà sentir, provoquant des changements, voire des ruptures brutales dans les Hautes Terres maya.

29On constate donc que la reconstitution de la conquête quiché de Rabinal demande encore à être renforcée pour aboutir à des résultats plus solides. Sauf, peut-être, comme l’admet M.C. Arnauld, à considérer que les événements historiques transmis par les documents indigènes ne sont que des épisodes récents certes, mais qui se placent dans une longue période de conflits. La mémoire des documents en serait réduite quant à la précision des événements rapportés ; elle ne ferait que transmettre une tradition de heurts et d’affrontements, oubliés dans l’exactitude des faits, mais profondément enracinés dans la mémoire collective.

C – LES REPERCUSSIONS DE LA CONQUETE QUICHE

30Quoi qu’il en soit de l’imprécision chronologique dans laquelle baigne l’histoire de la conquête quiché, sa réalité n’en est pas moins évidente, ne serait-ce qu’à travers les répercussions qu’elle eut dans la répartition des groupes ethniques. L’arrivée des Quiché-Achí de Rabinal déplaça vers l’est les Pokom du bassin. De ce fait, l’avancée rabinaleb ne put pas ne pas avoir des répercussions dans l’est de la Verapaz, dans la région de Cobán.

31Cette première constatation se trouve confortée par la mention faite par F. de Ximénez à propos des adversaires des Quiché, qu’il définit comme “ceux de Cobán”. Sans donner à cette notation, du xviiie siècle, une importance ethnohistorique très précise, elle permet sans doute de situer la direction prise par les vaincus à l’issue de la bataille.

32L’impact de la conquête quiché sur la région nord-est de Rabinal se trouve confirmé par le Título Cagcoh.

33Ce dernier cherche à justifier l’attitude des gens du village de San Cristóbal, et à conforter leurs exigences territoriales contre leurs voisins de Tactic et de Tucurub. Datant des années 1544-1560, il rappelle les victoires des Cagcoh aux dépens de leurs voisins, mais précise aussi l’origine de la tribu. Certes, les affirmations sont à manipuler avec méfiance, étant donné le but de ce document. Il n’en reste pas moins qu’il éclaire l’histoire de la région, à une époque antérieure de quelques décennies seulement à l’arrivée des Espagnols.

34Il rappelle tout d’abord que le groupe des Cagcoh comprenait les Chinantecos, dont ils furent séparés. Cette séparation donna naissance aux deux Chinautla que nous connaissons aujourd’hui : d’une part la Chinautla pokomam des Hautes Terres du sud ; d’autre part, Chignanta, citée par F. Fuentes y Guzmán, et identifiée par L. Campbell comme Belejú , et proche de Rabinal, car vassale. Ainsi, si cette reconstruction est exacte, la conclusion est évidente : les Cagcoh sont en fait des Pokom qui, chassés de la zone de Rabinal, s’enfuirent et se divisèrent en deux groupes : les uns partirent vers le sud, ce sont les Pokomam ; les autres s’installèrent au nord, vers ce qui deviendra San Cristóbal.

35En s’installant dans la zone nord, les Cagcoh se heurtèrent à ceux qui y vivaient déjà, c’est-à-dire à des groupes Pokom, voire peut-être à des Kekchí. C’est l’histoire de ces heurts entre Pokom installés et les nouveaux venus que transmet le Título Cagcoh, rivalités que la pénétration dominicaine et surtout la fondation des villages de réduction ne fit que raviver.

36Le document rappelle alors que, après la “naissance” de ceux de Tucurub, il y eut des conflits avec ceux de Cagcoh et ceux de Tactic. Ces combats auraient été très violents et les victimes innombrables. Les heurts se répétèrent plusieurs fois, ce que le document traduit en disant qu’ils commencèrent plus de mille ans avant la Conquête. Après leurs échecs, ceux de Tucurub se retirèrent et laissèrent les terres à ceux de Cagcoh.

37Les anecdotes ainsi rapportées amènent une première remarque. Le but du document est bien de légitimer la présence de ceux de Cagcoh sur des terres qui probablement étaient l’objet d’un litige lors de la fondation de la réduction. Aussi le texte cherche-t-il à responsabiliser l’adversaire des combats. En fait, il semblerait bien que la situation ait dû être exactement à l’inverse de ce que prétend le Título. Les envahisseurs durent être les Pokom de Cagcoh chassés par les Quiché. A leur tour, ils chassèrent les Pokom installés, qui durent probablement s’enfuir vers le sud, et s’établirent à Tucurub pour devenir “ceux de Tucurub”. L’archéologie renforce cette reconstruction historique. Les sites de la vallée du Polochic furent en effet dépeuplés au Postclassique récent, c’est-à-dire à la période des migrations.

38Ainsi, archéologie et ethnohistoire se conjuguent-elles pour prouver la réalité des phénomènes migratoires observés dans la région. Les déplacements qui s’y déroulèrent à partir du xie siècle bouleversèrent le visage de la zone étudiée. Les migrations quiché se répercutèrent, au-delà de cette région, vers les terres voisines, causant des heurts dont nous avons vu l’ampleur. Ces événements signifièrent le début d’une nouvelle et dernière phase de l’histoire préhispanique de la Verapaz. Il nous reste donc à en présenter ici les traits essentiels.

III – LA REGION DE RABINAL DANS L’HISTOIRE QUICHE

39Progressivement, les migrants toltèques occupèrent les Hautes Terres maya après le xie siècle. Cette occupation, nous l’avons vu, fut celle que connut peu à peu notre région, avec l’arrivée des Quiché. Ceux-ci s’installèrent petit à petit et transformèrent l’environnement préexistant, cette occupation se traduisant par des modifications dans de nombreux domaines.

40Nous ne pouvons connaître aujourd’hui ces transformations qu’à travers l’archéologie et l’ethnohistoire. Pour l’essentiel, elles nous permettent d’analyser deux aspects particulièrement importants : les relations des Rabinaleb avec leurs voisins, et les structures de la vie sociale quiché.

A – LES RABINALEB ET LEURS VOISINS

41Comme le raconte le Popol Vuh, les Rabinaleb faisaient partie de la nation quiché. Avec l’ensemble des autres tribus quiché, ils attendirent et reçurent l’aube et leurs dieux. Puis ces tribus se divisèrent et, explique le Popol Vuh, chacune utilisa alors une langue propre. C’est dire qu’alors ces Quiché devinrent en fait des peuples rivaux, et chacun suivit sa propre histoire (A. Recinos 1952 : 3e partie). Ces mythes transmis par la mémoire indigène éclairent aisément l’histoire quiché au moment des migrations. Partant tous d’un même point, ils poursuivirent alors chacun leur propre voie. Mais les Rabinaleb, dans leurs migrations, restèrent en fait proches de la tribu des Quiché, dont le dieu était Tohil ; le Popol Vuh précise en fait, par la parabole du feu, que les Rabinaleb étaient des tributaires, des servants de Tohil. Selon celle-ci, ils furent contraints de payer tribut en offrant des sacrifices humains pour obtenir le feu qu’ils n’avaient pas. Seuls les Cakchiquel refusèrent cette soumission, et réussirent à voler le feu (ibid.). D’autre part, le Popol Vuh précise que le dieu des Rabinaleb s’identifiait à celui de la branche quiché dominante, c’est-à-dire Tohil (ibid.). Ces annotations montrent en fait que les Rabinaleb se trouvaient en position inférieure vis-à-vis de la principale tribu du peuple quiché, c’est-à-dire les Quiché qui allaient plus tard s’installer à Utatlán.

42Les tribus Quiché, rivales mais interdépendantes, formèrent une confédération peu rigoureuse, mais réelle (R. Carmack 1975 : 20-21). Elle reposait sur l’alliance des quatre tribus essentielles : les Quiché, les Cakchiquel, les Rabinaleb et les Tzutujil. Le Popol Vuh précise en effet que, parties ensemble de Tulán, elles reçurent ensemble, sur le même lieu, leur aube (A. Recinos 1952 : 3e partie). Selon R. Carmack, après cet événement, ces groupes se partagèrent le territoire environnant, c’est-à-dire les Hautes Terres centrales du Guatemala (R. Carmack 1975).

43Si les tribus Quiché entretenaient entre elles des relations privilégiées, elles n’en gardaient pas moins une certaine autonomie. Les Rabinaleb, tout en soutenant leurs alliés quiché dans leurs guerres (Título Zapotitlán, A. Recinos 1953), n’en menaient pas moins leur propre combat contre les Pokom.

44Il est probable que cette extension rabinaleb n’était pas vue d’un bon oeil par leurs alliés quiché. C’est cette rivalité que nous raconte le Rabinal Achí. A partir du règne de Quicab, les Rabinaleb furent apparemment plus étroitement soumis à la domination quiché. Cette période correspond à la destruction de leur capitale, Tzamaneb. Par la suite, les Rabinaleb réussirent, semble-t-il, à se soulever contre les troupes quiché, et à les chasser du bassin de Rabinal. A partir de cette date, les Rabinaleb restèrent donc à l’écart de l’Etat quiché alors en formation autour de la capitale, Utatlán.

45Ainsi, un siècle avant l’arrivée des Espagnols dans la région, les Rabinaleb réussirent-ils à maintenir une autonomie relative vis-à-vis de leurs puissants voisins de l’ouest. S’ils n’avaient jamais joué un rôle dirigeant au sein du peuple quiché, ils réussirent cependant à maintenir leur originalité après leur installation à Rabinal.

46Mais, au-delà des rivalités politiques et territoriales, il reste que les Rabinaleb étaient organisés, en ce qui concerne leurs structures sociales internes, selon le modèle commun à tout le peuple quiché.

B – LA SOCIETE RABINALEB

47Au sein de la confédération quiché, les Rabinaleb constituaient en fait une unité de base de cette société, appelée par eux amak’ (R. Carmack 1975). On pourrait traduire cette notion par “tribu”. La cohésion de cette structure de la société quiché reposait d’autre part sur certains éléments qui étaient communs à tous ses membres.

48L’un des plus importants était l’identification du groupe à un dieu qui en était le protecteur particulier. Pour les Rabinaleb, ce dieu était Tohil. Chacun de ces dieux avait une représentation en relation avec les forces naturelles. Ces symboles avaient une véritable fonction totémique. C’est ainsi que Tohil était le dieu des tempêtes. Ces symboles étaient loin d’être négligeables pour chaque groupe de base de la société quiché. Ils étaient le canal nécessaire à la satisfaction des demandes, protections ou avantages sollicités auprès du dieu. De même, ils servaient à la représentation des divinités afin de rendre leur présence plus réelle. Ces idoles étaient en permanence servies par les membres du clergé ; surtout, elles accompagnaient le groupe lors de ses déplacements. C’est ainsi que le Popol Vuh raconte comment chaque tribu, au cours de ses migrations, se trouva dans la nécessité de cacher ses dieux sur leur ordre. Tohil, comme les autres dieux, se trouva ainsi dissimulé, selon le Popol Vuh, dans un ravin à la végétation particulièrement touffue. Cette action fit aussitôt sortir du bois toute une faune composée de tigres, vipères et autres serpents (A. Recinos 1952 : 118).

49Dotés d’une importance toute aussi grande que celle des dieux, les fondateurs de chacune des tribus jouaient un rôle non négligeable dans le maintien de la cohésion des groupes. Tous ceux des tribus Quiché se réclamaient d’une origine commune, qu’ils identifiaient aux Toltèques. Ils prétendaient ainsi tous être partis de Tulán. C’étaient des héros aux pouvoirs nombreux. Le Popol Vuh insiste sur les exploits des fondateurs de la tribu Quiché, Bolom Quitzé et Bolom Ak’ab.

  • 5 R. Carmack précise aussi qu’il existait une coutume plus fréquente, qui voulait que l’on donnât de (...)

50En fait, les fondateurs de chaque tribu étaient les serviteurs des dieux. Véritables chefs politiques de ces groupes, ils en étaient aussi les chefs religieux. Notamment, pour chaque tribu, ce furent eux qui organisèrent et présidèrent la cérémonie de “l’aube” dont nous avons vu l’importance. Ces fonctions religieuses et politiques étaient héréditaires patrilinéairement (R. Carmack 1975 : 19). Cette hérédité se traduisait dans la transmission des noms. La coutume voulait que l’on reprenne le nom du fondateur de la lignée pour celui qui, plus tard, allait en avoir la charge5. L’importance de cette transmission patrilinéaire se concrétise dans l’identification de la tribu à ses ancêtres. Ceux-ci sont ainsi régulièremant appelés “nos aïeux”, “nos parents”, notamment dans le Popol Vuh. Cette structure patriarcale et patrilinéaire ne cessa génération après génération de se compliquer, favorisant un phénomène de divisions. Celles-ci affaiblissaient la structure sociale fondamentale de la société quiché, freinant la formation d’un Etat cohérent et puissant.

51Si les divisions internes des Rabinaleb sont peu connues, celles des Quiché le sont bien mieux grâce autant à l’ethnohistoire qu’à l’archéologie. Mais il est probable que le monde des Rabinaleb connaissait une situation identique à celle de ses voisins.

52L’histoire du peuplement de la région de Rabinal a permis de constater la succession dans le temps de groupes ethniques différents et divers. Comme pour le reste de la Méso-amérique, cette succession coïncide avec de vastes mouvements migratoires concernant des espaces régionaux importants. Ces migrations, se déroulant selon une orientation géographique généralement identique, trouvaient leurs origines dans la région des Hauts-Plateaux mexicains. Ces migrations successives allaient progressivement modifier l’apparence de la région. Peuplée dès le Préclassique par des groupes Pokom, la région de Rabinal allait , après le xe siècle, connaître l’arrivée de migrants Toltèques. Ceux-ci chassèrent progressivement les occupants Pokom et s’installèrent sur leurs terres. Dans cette région, le groupe occupant était essentiellement composé de la tribu Quiché au nord, le long du Chixoy, et de la tribu Rabinaleb au sud, autour de Rabinal.

Notes

1 Pour des raisons techniques, nous avons choisi de réduire à l’essentiel le chapitre présentant les recherches des archéologues de la RCP 500 du CNRS, qui faisait partie intégrante de notre thèse. Celles-ci sont aujourd’hui publiées dans : Alain Ichon 1979 à 1983 et Cahiers de la RCP 500 1979 à 1982.

2 Les Kekchí de Lanquin et de Cahabón fournirent des hommes lors de l’expédition de 1695 qu’ils financèrent en partie grâce à des cotonnades.

3 Selon cette étude ancienne, qui s’appuie autant sur les textes ethnohistoriques que sur les vestiges archéologiques, la société pokom présentait une hiérarchie nettement marquée, en trois classes. Toutefois, les liens de parenté semblent y avoir joué un rôle non négligeable et recouper les hiérarchies précédentes. Enfin, l’auteur insiste sur l’inscription dans l’espace de ces clivages sociaux dont témoignent les vestiges archéologiques.

4 Tous ces lieux ont été localisés avec précision et se trouvent tous dans la zone du bassin de Rabinal, au sud de la vallée du Chixoy.

5 R. Carmack précise aussi qu’il existait une coutume plus fréquente, qui voulait que l’on donnât de préférence le nom du grand-père.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter