Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Prolégomènes a une recherche

Texte intégral

1Entreprendre une étude sur une région du Guatemala peut sembler, sinon une gageure, du moins un travail d’intérêt secondaire. Petit état d’Amérique Centrale, zone marginale de la colonisation espagnole, ne possédant que peu de richesses susceptibles d’attirer qui que ce soit; non décidément, un tel choix manque pour le moins d’attraits et de spectaculaire.

2Pourtant, il nous semble que ce sont précisément ces caractères qui fondent l’intérêt d’un tel travail.

3Petit pays? C’est là un atout non négligeable pour qui veut, dépassant l’histoire locale de quelques villages, intégrer celle-ci dans son ensemble plus vaste qu’était la Capitainerie générale, avant de devenir la République du Guatemala. Une telle prétention semblerait plus difficile à réaliser dans des pays plus vastes et donc plus divers. La possibilité d’appréhender, de découvrir le Guatemala dans sa totalité, permet de nuancer ou de marquer l’originalité de notre région d’étude.

4Zone marginale de la colonisation espagnole? Là encore, il nous apparaît que ceci constitue plutôt un atout qu’un inconvénient. N’ayant rien d’exceptionnel, notre région, et, au-delà, le Guatemala lui-même, ne purent attirer que les “secondes classes” de la colonisation. Pas de conquistador prestigieux, pas d’attrait exceptionnel. Non, mais une situation banale qui, par ce fait, en devient exemplaire de ce qui constituait l’essentiel des territoires colonisés par l’Espagne. Il n’y a pas des Potosí, des Tenochtitlan ou des marquisats d’Oaxaca partout! En ce sens, le Guatemala, et en partie les villages étudiés, sont plus représentatifs de ce que put être la réalité de la colonisation dans son ensemble.

5Un tel choix suppose toutefois des contraintes que l’on ne peut nier. Et parmi toutes celles, grandes ou petites, que nous avons rencontrées, le problème posé par les archives est essentiel.

6A Séville, aux Archives des Indes, les informations qui se sont accumulées tout au long de la colonisation ne pouvaient qu’être globales, générales, éliminant l’anecdote, l’immédiat, le vécu. Or, que peut être une étude de micro-histoire dépourvue de vie? Un cadre vide, sans réalité aucune.

7Aussi, malgré l’intérêt des archives sévillannes, l’essentiel ne pouvait se trouver pour nous qu’outre-Atlantique. Dans les villages d’abord, aux archives du Guatemala ensuite.

8Pour les premières, nous nous devons de reconnaître l’impossibilité d’y avoir eu accès comme nous l’aurions souhaité. Certes, les archives municipales ou paroissiales, sauf exception, nous furent ouvertes. Mais, celles des villageois eux-mêmes, conservées aujourd’hui encore par les confréries, nous sont restées invisibles. Méfiance, méconnaissance réciproque et manque de temps, tout cela nous maintint fermées les portes des archives locales.

9A Guatemala, seule l’hostilité manifeste du conservateur des archives de l’Archevêché fit obstacle à notre travail. Ailleurs, nous eûmes accès à la totalité des archives existantes, les plus importantes se trouvant aux archives d’Amérique Centrale (AGCA). Ces contraintes surmontées, les archives devenues accessibles, il nous restait à délimiter la région à étudier.

10Il faut préciser que le choix originel de la région de Rabinal fut avant tout imposé par les conditions mêmes dans lesquelles se déroulait notre travail.

11L’objectif prioritaire de la RCP 500 du CNRS dont nous étions membre, était un travail archéologique de sauvetage dans la vallée du fleuve Chixoy. Le projet étant pluridisciplinaire, le travail des autres membres devait porter sur la même région. Néanmoins, celle-ci pouvait s’entendre de façon assez large. Elle pouvait d’abord comprendre les deux rives du fleuve. Elle pouvait ensuite s’étendre à l’ensemble des villages voisins de ce même fleuve.

12Pour différentes raisons, nous nous sommes limité à la région de Rabinal. Géographi-quement, elle constitue un ensemble homogène. File comprend, sur la rive droite du Chixoy, ce qui constitue aujourd’hui l’essentiel du département de la Baja Verapaz. Il s’agit d’un bassin intérieur, s’étendant sur une quarantaine de kilomètres de long et une vingtaine de large, si l’on considère les distances maximales. Cette zone est en fait constituée de trois petits bassins séparés par des appendices montagneux qui s’échelonnent d’ouest en est: Cubulco, Rabinal et San Miguel-Salamâ. Chacun de ces trois bassins est occupé par un village, et correspond donc à l’unité de base de la région. Le plus vaste de ces bassins, celui de San Miguel-Salamâ, s’étend sur 17 kilomètres d’ouest en est, et sur 8 kilomètres du nord au sud. Celui de Rabinal, beaucoup plus petit, s’étend sur 7 à 8 kilomètres d’ouest en est et sur 3 à 4 kilomètres du nord au sud. Il est prolongé vers le nord-est par une vallée, celle de Xococ, sur 3 kilomètres environ. Enfin, le bassin de Cubulco, plus régulier, représente une surface équivalente à celui de Rabinal. Ces trois bassins se situent à des altitudes avoisinant les 900 mètres. Ils sont donc, à quelques nuances près, tous trois soumis à des conditions climatiques semblables.

13A cet ensemble, nous avons ajouté les versants de la sierra de Chuacûs, bordant au sud nos bassins. Bien que constituant un milieu géographique différent, cette zone vivait en fait en symbiose avec notre région. Par contre, les villages installés au-delà des montagnes bordant les bassins au nord, à l’ouest et à l’est, et sur la rive gauche du Chixoy, vécurent à un rythme différent de ceux de l’ensemble choisi. C’est dire que cette région formait un ensemble, non seulement géographique, mais aussi historique.

14D’ailleurs, elle servit de point de départ à la conquête de la Verapaz par Las Casas. C’est lui-même qui fonda le village de Rabinal, vers les années 1537-1540. Il utilisa la zone comme base avancée, proche de la région à conquérir, sans en faire partie à proprement parler. Cette situation particulière fit de la région une entité historique cohérente.

15Enfin, cette cohésion régionale apparaît manifeste dans l’économie. Zone sèche, aux espaces agricoles limités, tournée avant tout vers des cultures vivrières et l’élevage, tout fait de cette région de Rabinal un ensemble économique lui aussi homogène.

16Région cohérente, Rabinal et les villages voisins apparaissent également comme une zone de quelque originalité dans l’ensemble guatémaltèque. Celle-ci lui vient tout d’abord de son intégration à la Verapaz pendant la période coloniale. Région d’exclusivité dominicaine, Rabinal eut à connaître la lourdeur de l’administration des frères prêcheurs, mais, en même temps, cela lui épargna celle des conquistadores et des colons en général, qui sévit partout ailleurs. Ainsi, pour l’essentiel, la région n’eut pas à souffrir du poids de l’encomienda et de ses ravages.

17Cette originalité apparaît tout aussi grande vis-à-vis du reste de la Verapaz. Rabinal et sa région regroupent des populations d’origines ethniques homogènes, que l’on ne retrouve pas ailleurs: les Quiché-Achí. Pas de mélanges ni de conflits ici entre Kekchí, Pokomchí, Lacandon, Manché, etc. Dans cette même optique, Rabinal et sa région restèrent marginaux vis-à-vis du reste de la Verapaz par leur fonction de zone de contact. Celle-ci jouait essentiellement entre la province dominicaine et le reste du Guatemala colonial. Rattachés tardivement à l’ensemble administratif de la Verapaz, ils constituèrent la “porte” de la Verapaz. Il ne faut pas oublier que le chemin royal Guatemala-Cobán passait précisément par Rabinal et Salamá. Ce dernier demeura en fait jusqu’à l’Indépendance le carrefour entre deux mondes: les mondes indien et métis; le monde isolé des réductions et celui plus ouvert des haciendas, etc. Cette originalité fait de cette région un véritable monde à part dans l’ensemble guatémaltèque. Nulle autre zone ne peut prétendre posséder ce double caractère, plus complémentaire que contradictoire, d’être à la fois une région banale de l’empire et un ensemble cohérent par ses particularismes.

18Dans la zone ainsi définie, nous nous sommes donné comme objectif l’étude de la terre comme point central. Deux types de justification expliquent ce choix. Notre travail se situe dans une recherche délibérément pluridisciplinaire. L’ethnologie et la sociologie, par leurs observations sur ce problème vécu souvent de façon aiguë, nous amenèrent à tenter de le situer historiquement.

19Les observations ethnologiques sur l’insertion spaciale des cultes, sur l’organisation territoriale des groupes de solidarités, sur celle des structures d’habitats, amenaient l’historien à éclairer ces problèmes historiquement. Il en était de même pour les analyses sur la société de ces régions, et notamment sur l’existence de hameaux indépendants, mais dont les populations se rattachent elles-mêmes à des villages parfois lointains de six ou huit heures à pied. De quand date cette géographie de la population régionale? Remonte-t-elle aux temps préhispaniques?

20On peut aussi évoquer la volonté de comprendre les conflits interethniques, souvent d’origine foncière, dont la région, comme tout le Guatemala d’ailleurs, ne cesse de connaître le prix. Sont-ils de simples conflits de classe? Ou, plus profondément, sont-ils des conflits de nature différente, que l’on ne peut réduire aux schémas des sociétés occidentales? Que signifient aujourd’hui les notions d’Indien et de métis, de colon? Correspondent-elles à une réalité, et à laquelle? Enfin, et plus globalement, que veut dire être guatémaltèque aujourd’hui pour un villageois de Basse Verapaz? Une telle notion a-t-elle un sens? Et depuis quand?

21Une telle problématique pluridisciplinaire imposait une analyse aussi précise que possible, mais également concrète, à partir des interrogations soulevées. A notre désir d’un réel travail pluridisciplinaire s’ajoute un simple constat. Dans une société agraire, la terre ne peut qu’être un des révélateurs les plus fiables. A qui était la terre? Comment l’acquérait-on? Qui en exerçait le contrôle? Autant de questions dont les réponses devenaient essentielles pour définir le monde dans lequel vivaient les populations coloniales.

22Au-delà de ce constat d’évidence, la place de la terre dans le Guatemala d’aujourd’hui montre qu’un tel thème, par son actualité, reste un problème vécu par des millions de Guatémaltèques. Aussi, à travers l’histoire de la propriété, notre objectif était-il double: d’abord, comprendre et situer les structures agraires du présent dans un temps long, afin de relier les fils de l’histoire. Mais aussi, nous voulions, évitant tout anachronisme, éclairer le passé de la région à la lumière des réalités du présent. Ce va-et-vient intellectuel permet, nous semble-t-il, de mieux comprendre le vécu des indigènes et des métis d’aujourd’hui dans la région.

23Dans cette perspective de travail, les limites chronologiques de notre étude se sont imposées à nous. Nous avons recherché à remonter aussi “haut” que possible dans le temps, à l’aide des archéologues, pour définir ce que l’on pourrait appeler un point de départ. Quant à “l’arrivée”, elle s’affirma d’elle-même. Il nous fallait localiser dans le temps la mise en place des réalités observées aujourd’hui. Pour cela même, les années 1870, c’est-à-dire celles de la Révolution libérale, de la privatisation des terres, de la destruction recherchée des structures jugées archaïques, s’imposèrent à partir de la documentation. Ainsi, c’est cette histoire, riche et banale à la fois, violente souvent, toujours passionnante, que les documents concernant les villages étudiés nous dévoilent. C’est elle que nous avons voulu reconstituer. A travers elle, et au-delà des archives, ceux qui nous parlent sont les villageois d’hier et d’aujourd’hui, de la région de Rabinal.

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter