Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terre et société coloniale

 | 
Michel Bertrand

Remerciements

Texte intégral

1Le livre qui suit est la publication largement modifiée et réduite d’une thèse de 3e cycle, présentée en novembre 1983 à l’EHESS. Les contraintes de l’édition ont imposé de supprimer une partie du support scientifique – notes, développements ponctuels, précisions diverses, annexes — et certains passages, voire chapitres, qui faisaient partie intégrante de notre travail. C’est le cas des données archéologiques ; nous avions choisi de présenter les résultats des recherches réalisées par l’équipe de la RCP 500 dans la région. Ceux-ci étant maintenant disponibles, il nous a semblé inutile de les présenter à nouveau (voir A. Ichon direct 1979 à 1983 et Cahiers de la RCP 500 1979 à 1982).

2Par ailleurs, c’est grâce aux nombreuses collaborations qui m’ont été apportées avec générosité, que ce travail a pu être réalisé. Au terme de celui-ci, je voudrais exprimer à toutes celles et tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre m’ont prêté leur aide, leurs conseils ou leur soutien, ma vive reconnaissance.

3Je voudrais toutefois remercier plus spécialement monsieur Jean-Pierre Berthe, mon directeur de recherche, dont les conseils et les critiques m’ont toujours permis d’approfondir mon travail et d’éviter les écueils de la recherche, dont le moindre n’est pas le découragement.

4Je voudrais également remercier tous les membres de la RCP 500 du CNRS, dont la collaboration m’a fait entrevoir l’intérêt d’une recherche pluridisciplinaire. A ce propos, je tiens plus spécialement à exprimer ma reconnaissance à Alain Ichon, responsable de la RCP, pour son accueil et les nombreuses facilités de travail qu’il a toujours mises à ma disposition. Je tiens aussi à remercier Alain Breton, ethnologue de la RCP, qui a conduit, sur le terrain, mes premiers pas de chercheur, et m’a, pendant tous les mois de ma présence au Guatemala, et en particulier à Rabinal, prodigué aides et conseils. Qu’ils trouvent ici, tous deux, l’expression de ma profonde amitié.

5Par ailleurs, il me faut exprimer ici toute ma gratitude à madame Françoise Vergneault, du laboratoire graphique de l’EHESS. C’est grâce à sa collaboration attentive que les expressions cartographiques de cette thèse ont été élaborées. Mais surtout, la réflexion que nous avons menée en commun m’a permis de m’initier à une méthode de travail dont un des intérêts est de faire surgir de nombreuses pistes et interrogations.

6Mes remerciements vont aussi à tous ceux qui ont permis cette publication, et en premier lieu au Ministère des Affaires Etrangères qui a accepté de s’en charger par l’intermédiaire du CEMCA. Par ailleurs, c’est grâce à Dominique Michelet, directeur du CEMCA, et à ses collaborateurs que la fabrication de cet ouvrage a pu être menée à bien : Nathalie Gazeyeff pour la composition, Françoise Minelle pour la relecture des épreuves et Rodolfo Avila pour la formation et l’illustration. Que tous soient assurés de ma reconnaissance.

7Je tiens enfin à exprimer mes remerciements à mes proches qui, après avoir subi les longs mois d’une rédaction particulièrement absorbante, m’ont fourni sans compter une aide précieuse pour la correction et la mise en forme définitive. Ce travail, c’est en fait, d’une certaine manière, le leur. Qu’ils trouvent ici l’expression de ma profonde gratitude !

© Centro de estudios mexicanos y centroamericanos, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter