Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La campagne de contrôle des naissances en Égypte

 | 
Marie-Christine Aulas
, 
Hoda Youssef Fahmi
, 
Amira Machhour

G — Opinions sur le contrôle des naissances

Texte intégral

Octobre, 26 Avril 1981 N° 235

Ibrahim Mossabah. « Planning Familial et droit musulman »

1Le planning familial est à l’avantage de la société ; il l’aide à faire face aux problèmes de logement, de transport, d’enseignement, de sécurité alimentaire. Le Prophète a dit : « Vous êtes les plus capables de juger vos problèmes » (étant les plus concernés). Ceci appuie la tendance favorable au planning familial.

2Quelle est l’opinion de la religion concernant le planning familial ?

3Le planning familial ne signifie pas la lutte contre le mariage ou la naissance des enfants. Il ne signifie pas l’encouragement à l’avortement. Il n’est pas une opération basée sur l’obligation. Il signifie le recours aux divers moyens légaux et non nuisibles de contraception afin de répartir les maternités ou de les limiter, surtout si ces naissances nuisent au bien-être de la famille et de la société.

4De cette façon, le planning familial serait en faveur de la famille et de la société de façon à aider celle-ci à surmonter ses problèmes et les résoudre.

  • 1 (Traduction : licite et interdit).

5En ce qui concerne les principes islamiques relatifs au domaine « Halal et Haram »1, l’auteur de l’article dit : la base est de permettre. Rien n’est haram sauf s’il existe un texte religieux significatif le disant. Ainsi le cercle des choses haram ou défendues est restreint en Islam, et le cercle des choses halal est très large. Le Prophète a dit en la matière : « Ce que Dieu a permis dans son livre (le Coran) est halal, ce qu’il a défendu est haram, ce qu’il n’a pas mentionné est considéré comme permis... »

6De même, un des buts de la religion est de réaliser le bonheur de l’individu et de la société.

7Le droit musulman est basé sur le principe de l’intérêt de l’individu et de la société, sans nuire à quiconque : donc intérêt équilibré.

8De là, nous déduisons que la religion ne contredit pas le planning familial puisqu’il ne nuit pas à l’individu et à la société, bien au contraire, il est dans leur intérêt.

9Autres arguments en faveur du planning familial : ce que le Prophète a dit : « Vous êtes les plus capables de juger de vos problèmes ». De même, Dieu incite, dans le Coran, les mères à allaiter leurs enfants durant deux ans. Le Prophète a considéré que si une mère est enceinte durant la période d’allaitement, ceci reviendrait à tuer ses enfants.

10Les Arabes désapprouvaient cette situation et l’évitaient car elle affaiblissait le nouveau-né.

11Les non-partisans du planning familial se basent sur le hadith du Prophète disant : « Mariez-vous et apportez des enfants, je me vanterai de vous devant les autres peuples dans l’au-delà ».

12Mais ces personnes oublient que le droit musulman rejette la quantité considérée comme n’ayant aucune valeur, ce qui assure ce fait serait le hadith du Prophète : « Les peuples vous envahiront le jour où vous serez nombreux mais sans valeur » (comme les feuilles mortes des arbres).

13Autre hadith : « Le grand nombre d’enfants est l’un des états de pauvreté. Leur nombre restreint est l’un des états de satisfaction. » De même le Prophète priait Dieu disant : « Dieu, je te demande de m’éviter la misère », et il a défini la misère par le « grand nombre d’enfants ».

14Certains se basent sur le hadith du Prophète disant que c’est un genre d’avortement dissimulé. Mais les compagnons du Prophète ont dit qu’ils pratiquaient le contrôle des naissances durant la vie du Prophète. De même l’Imam El Ghazali a réfuté cet argument, ajoutant que l’avortement n’a lieu qu’après la conception.

Al Da’wa, Mai 1980 N° 48

Ahmad El Sioufi. Méfiez-vous de cette campagne déroutante pour le contrôle des naissances

Résumé de l’article

15Entretien avec le Dr Abdel Hamid EL GAZZALI (Professeur d’économie à la faculté des sciences politiques et économiques de l’Université du Caire.

  • Le surpeuplement en Egypte est-il la cause de la stagnation économique ?

  • Le problème économique égyptien a plusieurs aspects. Son origine remonte au colonialisme, qu’il soit occidental (ndlr : capitaliste) ou oriental (ndlr : socialiste). Celui-ci visait à exploiter l’économie égyptienne pour son intérêt personnel sans tenir compte des principes et des valeurs.

16L’Egypte, comme le groupe des 77, a été exploitée sous couvert d’alliance, de libération, ou sous forme d’aide économique. Cette exploitation venait des pays occidentaux ou orientaux, c’est à dire des pays développés.

17Cette alliance est très évidente dans les congrès. Par exemple, en 1964, le 1er Congrès du développement et du commerce qui se tient tous les quatres ans. A cette époque, les pays économiquement sous-développés avaient demandé aux pays développés, capitalistes ou socialistes, d’accorder 1 % de leurs revenus nationaux au développement des pays sous-développés. Les pays développés ont rejeté cette demande, pourtant minime. Ceci prouve comment les pays développés, malgré leurs profondes divergences idéologiques, harmonisent leur façon de résoudre les problèmes des pays sous-développés.

18Ce qui nous importe ici, c’est de dire que le colonialisme, ancien ou récent, a toujours été la cause essentielle de la présence et de la persistance des problèmes économiques en Egypte. Ces problèmes concernent, à mon avis, la production, l’offre. En Egypte, nous ne produisons pas convenablement. Les ressources que nous possédons quantitativement sont mal exploitées.

19Par exemple : les ressources naturelles, humaines, le capital, les forces de production, l’organisation de celle-ci, les aptitudes administratives, les connaissances techniques d’un côté, de même nous n’exploitons pas les ressources productives qui existent actuellement. Surtout, nous n’exploitons pas les ressources humaines.

20Pour se résumer : le problème économique en Egypte est dû au fait que nous n’essayons pas d’augmenter nos ressources productives, et nous n’exploitons pas de façon efficace celles que nous possédons.

21L’Etat et le colonialisme tentent d’implanter des principes et des valeurs qui nous sont étrangers, et qui ne visent pas à obtenir un développement sérieux et continu. La société s’éloigne des principes qu’elle a toujours suivis. Le processus s’opère de l’individu jusqu’à l’Etat. Même si nous avions toutes les ressources financières et matérielles pour qu’il y ait un développement, ce dernier n’aurait pas lieu et nous serions toujours exploités par les pays développés. Si l’on n’informe pas l’individu pour lui permettre de décider de son avenir, l’argent ne pourra aboutir de lui-même au développement de cette société.

22Donc pour le Dr. Ghazzali le problème est avant tout un problème de principes, de valeurs qui influencent quotidiennement le comportement de l’individu dans ses relations avec la société. C’est pourquoi, lorsque nous disons que le problème actuel est dû au surpeuplement, nous avançons vers une impasse. Nous devons trouver une autre solution que celle du contrôle des naissances qui limite le fond du problème. C’est une approche statique et non islamique.

23Les partisans du contrôle des naissances s’imaginent que pour élever le niveau de la société et procurer le minimum de bien-être aux individus, il faut contrôler la croissance de la population. Ils amenuisent le problème et s’éloignent des bases de l’Islam. Leur point de vue est également erroné du coté technique.

24Pour l’Islam chaque individu a une mission sur terre, celle de peupler et de développer les ressources qui s’y trouvent. Le culte religieux ne se limite pas seulement à la prière, il concerne aussi les relations sociales.

25Dieu a dit : « Je vous ai créés sur terre pour que vous la peupliez ». Plusieurs versets du Coran prouvent l’importance du travail productif de l’individu et évoquent « le bon travail », c’est à dire un travail qui implique le maximum d’efficacité productive pour exprimer la foi en Dieu. De même il est dit que la foi n’est pas seulement intérieure mais elle s’exprime aussi extérieurement par le travail. Si la société était fondée sur la foi et son aspect pratique, donc sur l’abstrait et le concret, le problème économique ne se limiterait pas au problème de population.

26Pour le Dr Ghazzali, le seul espoir pour le monde et les pays sous-développés en particulier, dont la plupart sont islamiques, serait de suivre le modèle économique islamique comme un modèle indépendant de ceux actuellement connus. Ce modèle résoud plusieurs questions en passant de la théorie à la pratique. C’est un modèle complet qui offre à l’individu plusieurs solutions concrètes.

La santé

27Le contrôle des naissances comporte plusieurs dangers pour la santé de la femme.

28Entretien avec le Dr Abdel-Ghani CHARI (Professeur de pédiatrie à l’Université d’Aïn Chams).

29Le docteur Abdel-Ghani déclare qu’il a été prouvé scientifiquement que la pilule anti-conceptionnelle comportait des dangers importants pour la santé de la femme et qu’elle était à l’origine de plusieurs maladies et complications comme le cancer, etc... Depuis que l’usage des pilules s’est répandu, le cancer s’est déclaré chez les enfants et est devenu plus fréquent chez les femmes.

30Le docteur Abdel-Ghani pense aussi que le travail de la femme hors de son foyer a engendré des problèmes autres que des problèmes de santé. Par exemple les communications, la main-d’œuvre excédentaire dans les emplois gouvernementaux, la nécessité de fournir du lait en poudre aux enfants. L’Etat dépense 50 millions de livres égyptiennes chaque année pour importer du lait en poudre. Si l’Etat donnait aux mères de famille la moitié de cette somme pour les inciter à allaiter leurs nouveaux-nés et leur accordait un congé de maternité de deux ans, il en serait bénéficiaire.

31Il a été prouvé que l’enfant allaité au sein était moins vulnérable aux maladies. Dieu a dit dans le Coran que les mères qui souhaitaient allaiter leur enfant, pouvaient le faire pendant deux ans. L’allaitement naturel est à la base de la santé physique et psychique de l’enfant, c’est aussi un moyen pour harmoniser la relation mère-enfant. Dans les pays développés, après avoir utilisé le lait en poudre, on a constaté que les relations familiales s’étaient détériorées.

32D’autre part, on a constaté un plus grand nombre de maladies féminines chez les mères qui n’allaitaient pas. Pour certaines d’entre elles, l’allaitement naturel peut être un moyen pour contrôler les naissances car pendant qu’elles allaitent, elles ne sont pas fécondes.

L’État n’est pas parvenu à faire baisser de 1 % le taux de naissance démographique alors que cela est possible naturellement

33Nous pouvons constater combien est erronée la campagne actuelle de contrôle des naissances tant du côté économique, présenté par le Dr Ghazzali que du côté santé, présenté par le Dr Abdel-Ghani.

34« Ce que je dis là vise à éveiller vos cœurs et vos esprits, pour faire ce qui est juste ». (Verset du Coran).

Al DacWa, Novembre 1979 No 42

Rouchdi Mohamed Ibrahim. « Voici le résultat du contrôle des naissances dans les pays développés. Qu’il soit pour nous un feu rouge »

Résumé de l’article

35L’auteur remonte aux sources de la campagne pour le contrôle des naissances, jusqu’à Malthus. A la suite de cet exposé historique, il aborde les résultats de cette approche.

36Il note qu’il y a eu un déséquilibre, d’une part entre les classes sociales, d’autre part dans la répartition de la population par tranches d’âge. Il s’en est suivi des problèmes sociaux tels les enfants naturels, l’adultère etc... Il s’appuie sur un article du Dr. Schwartz selon lequel 80 000 femmes donnent la vie chaque année à des enfants naturels.

37De même, le contrôle des naissances est à l’origine du recours à l’avortement.

38Par ailleurs, les crimes sexuels se sont répandus de même que les cas de divorce. Le divorce est devenu plus fréquent dans les couches sociales défavorisées.

39Il s’en est suivi que le taux des naissances a diminué au point de devenir un problème.

40Maintenant ces pays tentent de relever le taux d’accroissement démographique en incitant les familles à accroître le nombre d’enfants par tous les moyens.

« Al Siassi », 28 Décembre 1980

Dr. Salib Boutros. Lutte de la pauvreté entre le Nord et le Sud

41Une discussion a commencé dernièrement à propos du problème démographique en Egypte, à l’occasion de ce qu’a écrit M. Mohamed Zaki Abdel Kader dans sa colonne « Vers la lumière » et qui disait :

42Il est erroné de croire que nous avons des habitants en surnombre et que nous avons des richesses inférieures à ce qu’il nous faut. Depuis vingt ans quand l’idée de contrôle des naissances est apparue, j’ai écrit contestant cette idée, et invitant à abandonner toute restriction. Le développement de la main-d’œuvre est une bénédiction et non une malédiction. Dr. Salah Namek, ex-doyen de la Faculté de Commerce d’El Azhar a répondu : Nous ne devons pas laisser cet écrivain émettre de pareilles opinions pour éviter leur propagation parmi les personnes cultivées en Egypte, causant ainsi de graves préjudices aux efforts déployés actuellement pour la solution de ce problème au niveau officiel et social.

43Enfin Dr. Abdel Mooti Bayoumi, vice-doyen de la Faculté accentue le côté religieux pour faire cesser les discussions.

44En fait l’invitation à contrôler les naissances a commencé depuis plus de trente ans, vers la fin des années quarante. J’y ai participé lorsque j’étais critique économique du journal « El Masri », qui avait coutume de laisser blanches ses pages sur ce qui concernait la vie égyptienne. Ont pris part à ce mouvement des grands professeurs habitués à enseigner à leurs étudiants l’amour et le bien-être de l’Egypte. Je me souviens de feu le Dr. Mohamed Awad Mohamed, feu le Dr. Abdel Moneem El Chafei. Bien que le Cheikh Kichk ait trouvé qu’il était exagéré de ma part de parler du point de vue religieux, et qu’il ait blâmé un grand écrivain dont le commentaire dans la colonne « Fumée en l’air » venait appuyer mon article, en disant : « est-ce que cet écrivain « Salib » veut nous légiférer ? » Malgré tout cela je ne trouve aucun embarras à dire que le contrôle des naissances est une mesure préventive, ne contenant aucune invitation à l’homicide en général. Le Coran qui n’a laissé aucun point de côté, ne l’a pas mentionné, l’Evangile non plus. Les opposants daigneront-ils nous indiquer les versets inspirés dans ce domaine ? Dans la Sunnah, il est dit (prière et paix sur lui) : « La femme s’isole pour son consentement », ce qui veut dire qu’il a autorisé la femme à mettre sur l’ouverture de sa matrice tout ce qui entraverait l’introduction du sperme de l’homme. L’écart entre les gens du Nord et ceux du Sud — symbole respectif des pays riches et des pays pauvres — alors que le monde entre dans la troisième décade du développement, s’accroît après deux décades dites première et deuxième décennie du développement.

45Le dialogue entre les gens du Nord et ceux du Sud a abouti à une impasse, et il ne reste plus aux gens du Sud qu’à dépendre d’eux-mêmes pour briser le cercle vicieux de la pauvreté. Les pays indépendants ou autonomes doivent, pour obtenir les fruits espérés, suivre un des deux moyens : développer leur production, limiter ou réglementer leurs naissances, et ceci pour atteindre un équilibre entre ressources matérielles et ressources humaines. Conformément au plus récent rapport de la Banque Mondiale, le taux moyen annuel d’accroissement total de la production nationale des pays dits poliment pays sous-développés, et qui sont en réalité pauvres, ne dépassera pas 2,6 % dans les cinq années à venir, alors que le taux de développement de la population atteindra probablement près de 3 % chaque année.

46Comment combler ce gouffre entre l’augmentation du revenu et le surnombre des habitants ? Comment corriger le passé, le cumul des habitants, alors que la plupart des pays du Tiers-monde ne sont pas parvenus à atteindre des taux satisfaisants dans ces deux domaines ?

47Il est souhaitable que les pays développés participent au sort des pays sous-développés. Mais est-ce que ces derniers continueront à réclamer à ceux-là des subventions, alors qu’il a été établi d’une manière définitive que les pays développés ont bouché les oreilles aux appels de tous les forums internationaux durant les vingt dernières années, et qu’il ne reste plus qu’à s’en tenir au slogan de l’autonomie au lieu de dépendre sur autrui.

48L’histoire économique est pleine d’exemples qui mettent en relief la validité de ce slogan : d’après les rapports des forums internationaux, la Chine serait parvenue à limiter le taux d’accroissement de la population qui a baissé de 2,2 % en 1970 à un peu moins que 1 % en 1980.

49En Egypte, le nombre des habitants s’est multiplié en moins de vingt ans, alors que son revenu national, estimé en prix fixes, n ‘a pas suivi cette progression Elle n’a — comme tous les autres pays du Tiers-monde — qu’à recourir à la réglementation des naissances sur une large étendue, et à s’appliquer en même temps à augmenter sa production et ses ressources, dans le but d’arriver a au point d’équilibre entre les deux alternatives.

50Les autorités intéressées, et à leur tête les hommes de religion qui ont une influence sur les fidèles, sont priées d’apporter leur concours.

51Ce retard a pour conséquence d’aggraver la crise démographique en Egypte. A partir de là une action rapide s’avère nécessaire.

Al Ahrar, Lundi 11 Juin 1979

Dr. Abdel-Guélil El Emari. Le problème de la population... et l’austérité

52La question démographique a été mentionnée comme faisant partie du programme du Parti National Démocrate, qui l’a considérée comme le problème N° 1. Pourtant, il n’aborde pas les solutions qui pourraient remédier de façon positive à la surpopulation. Il se contente de parler des médias comme de l’un des moyens du planning familial. Il est vrai qu’il est en lui-même un facteur important pour orienter les citoyens, mais seul il ne suffit pas à remédier à ce problème priomordial.

53Les lecteurs ont eu connaissance du crédit de 110 millions de dollars attribué aux projets du planning familial. La publication de cette nouvelle signifie que le gouvernement est conscient du problème, et qu’il cherche à lui trouver certains remèdes. Mais que ce moyen soit la publicité dans les media, ou le recours aux visiteurs médicaux auxquels sera confiée la charge d’exécuter les projets du planning familial, comme il a été publié dans les quotidiens, le cas relève d’un espoir. Le problème démographique dépasse cette étape, il nécessite un processus tendant à stimuler et à pousser les citoyens à s’abstenir de procréer de nouveaux enfants après le troisième ou le dernier au cas où il s’agit de familles ayant déjà trois enfants ou plus. Les parents doivent être conscients qu’ils sacrifieront certains de leurs avantages s’ils engendrent une nombreuse lignée.

54On propose de faire passer des lois visant à priver les individus concernés de toute augmentation de salaire, de tout approvisionnement supplémentaire destiné aux enfants nés en contravention des dites lois, et de tout autre avantage comme le droit à un nouveau logement. Il y a sans doute d’autres méthodes pour stimuler les citoyens et les amener à limiter le nombre de leurs enfants. Mieux vaudrait que tous ceux intéressés au problème démographique donnent leurs avis. Nous n’exagérerons jamais assez le danger de la surpopulation, malgré tout ce que nous écrivons, malgré toutes les solutions que nous proposons. A cause de l’accroissement de la population dans les trente dernières années (son taux a dépassé les 100 % en 1978, par rapport au nombre des habitants en 1948, époque où le nombre n’atteignait pas les vingt millions. Il a atteint et même dépassé les quarante millions en 1978), et à cause de la pénurie des ressources naturelles du pays et de l’absence d’accroissement de la production en proportion de l’accroissement démographique, ceci ajouté aux dépenses des trois guerres successives durant la même période à cause de tout cela, les dépenses globales du gouvernement ont dépassé ou presque le montant de la production. Il n’existe par conséquent aucune chance pour l’économie nationale, laquelle vise habituellement des buts de développement. Le résultat de tout cela a donné les chiffres astronomiques de notre endettement à l’égard des pays étrangers, et ils ne cessent d’augmenter. On peut dire, sans entrer dans les détails, que nous devenons de plus en plus pauvres, et que l’Egypte, d’après l’estimation des autorités internationales, se trouve au niveau des pays les moins développés et les plus appauvris.

55Cet état de chose ne saurait continuer : lorsque dans les vingt années à venir la population aura atteint soixante dix millions, cela ira de mal en pis si nous ne parvenons pas à arrêter cet accroissement permanent de la population. C’est pourquoi, le nouveau Parti National Démocrate ou tout autre parti ne saurait trop donner à ce problème le soin qu’il mérite, et inscrire, en tête de son programme, le détail des solutions qu’il propose pour y remédier, vu que ces détails sont en réalité la plateforme électorale du Parti sur la question démographique, qu’il aura à soumettre aux électeurs.

L’Austérité

56Puisque nous avons admis que le problème démographique était primordial, qu’il était le facteur principal de l’état de pauvreté où nous nous trouvons, le programme du Parti doit avouer en toute sincérité que nous sommes pauvres voire très pauvres. Il n’est pas honteux d’avouer notre pauvreté mais il est honteux que nous agissions comme des gens riches alors que nous savons le degré de notre pauvreté.

57Comment un pays pauvre, voire très pauvre, peut-il avoir des missions diplomatiques dans tous les pays du monde, avec tout ce qu’exigent comme frais ces représentations ? Comment un pays pauvre, voire très pauvre, peut-il inviter des conférences régionales et internationales à tenir leurs séances sur son territoire, alors qu’il est conscient des frais considérables que ces conférences entraînent ? Comment un pays pauvre, voire même très pauvre, peut-il inviter des convives les uns à la suite des autres, se charger avec faste de leurs frais, aller jusqu’à bâtir des palais pour leur séjour ? Comment un pays pauvre, voire même très pauvre, adrnet-il que ses ministres aient des voitures luxueuses, comment admet-il que sa prodigalité aille jusqu’à maintenir aux anciens ministres certains avantages dont ils jouissaient lors de leur mandat, les mêmes avantages et au delà aux anciens membres du commandement de la Révolution.

58Cette prodigalité quelqu’en soit le montant, l’Egypte pauvre, voire même très pauvre, ne devrait la supporter. Je sollicite de la direction du nouveau Parti de demander au gouvernement d’arrêter cette hémorragie qui a atteint le budget « Beit El Mal » d’un surcroit d’anémie.

59En résumé, je suggère que le nouveau Parti annonce et mette à exécution cette politique d’austérité, je ne veux pas dire par la réduction des traitements et salaires qui ne doivent, en aucun cas, être réduits, vu qu’avec leurs traitements et salaires les employés du gouvernement et du secteur public arrivent, avec peine, à faire face aux charges de famille.

60Si nous voulons que le peuple supporte la pauvreté et la peine dont il souffre, nous devons, en premier lieu, nous débarrasser de toutes les formes de prodigalité du gouvernement.

61A mon avis, si le gouvernement examinait minutieusement ses dépenses publiques, il trouverait nombre d’articles dont il pourrait se dispenser sans peine, et dont le montant pourrait concerner des dizaines et des dizaines de millions dépensés en grande partie pour la publicité. Mais l’Egypte pauvre, voire même très pauvre, ne peut supporter les frais de publicité, que serait-ce alors des autres frais faits avec faste et prodigalité ?

62Plusieurs auteurs ont traité ce sujet mais je rappelle certains problèmes aigus. Le but de l’austérité gouvernementale et populaire ne se réalise et ne se réalisera que si un commencement d’austérité se manifeste dans les hautes sphères. C’est la nature des choses en tout temps et en tout lieu et l’Egypte d’aujourd’hui a plus que jamais besoin de voir ses leaders donner l’exemple de l’austérité au peuple.

63L’Egypte pauvre ne peut — sans sacrifier certaines nécessités — pourvoir aux besoins de chaque égyptien.

64L’Egypte pauvre ne peut supporter tous les frais exigés pour la sauvegarde des apparences des hauts dignitaires dans les conditions ordinaires. Mais nous sommes dans des conditions extraordinaires qui approchent, sinon plus, de l’état de guerre, en certains points. Je suis sûr que Monsieur le Président de la République et chef du Parti, qui a beaucoup souffert pour l’Egypte et qui a beaucoup fait pour l’Egypte, est capable de donner le meilleur exemple d’austérité susceptible d’être suivi par tous : le gouvernement et le peuple. Il est de notorité publique que l’austérité des gouvernants de la Chine a donné les meilleurs résultats sur le peuple chinois, sur ces actes et sur son moral. Mais pourquoi aller ailleurs alors que nous avons le meilleur exemple dans nos précédents gouvernants. Nous donnons comme exemple Omar Ebn El Khattab, qui par son austérité et son équité a renforcé les piliers de l’Islam. Nous devrions suivre son exemple et marcher sur ses pas puisqu’il est dans notre intention de reconstruire notre pays moralement, socialement et économiquement.

Al Chabab, Février 1980. N° 7 — 3ème année

Opinions : « Ils ont dit à propos du planning familial »

65* Cheikh Dr. Mohamed Abdel Rahman BISSAR (Cheikh de Azhar)

  • La valeur de l’individu, selon l’Islam, est dans le travail.

  • Le chemin conduisant vers la vie que nous espérons est le développement.

  • La contraception doit être appliquée pour empêcher les Musulmans de devenir nombreux, faibles, et par la-même sans importance.

  • Les jeunes universitaires doivent être formés pour accomplir plusieurs travaux afin d’augmenter leurs revenus.

66* Dr. Abdel Hamid YOUNES (Professeur de littérature populaire et consultant au centre d’arts folkloriques à l’Académie des Arts).

67(Il a obtenu un prix en 1935 pour avoir fait une recherche sur le problème démographique).

  • « El Hakim »,Tawfik, a prêché pour le retour de l’âme et de la conscience, moi, j’appelle au retour d’une volonté consciencieuse et éveillée.

  • A chaque seconde, l’accroissement démographique pèse sur mon système nerveux.

— L’esprit et le corps doivent aller de pair dans les premières années d’études

68* L’Ingénieur Ibrahim CHOUKRI du Parti du Travail Socialiste et leader de l’opposition).

  • L’accroissement de la population dévore l’accroissement du revenu.

  • Nous devons orienter cet accroissement démographique pour le bénéfice du pays.

  • L’extension de l’analphabétisme est un obstacle au planning familial.

  • La solution pour notre pays se trouve dans le développement et l’extension de l’emploi des moyens contraceptifs.

69* Cheikh Ahmed Hassan EL BAKOURI

  • L’Islam ne défend pas le contrôle des naissances à condition que ce soit sans désordre.

  • Le Prophète a permis à l’homme de s’éloigner de sa femme pour éviter la procréation.

  • Notre pays a besoin d’un programme de planning familial.

  • L’intérêt de la nation est plus sacré que les coutumes, les habitudes et les conventions.

70* Salah TAHER (Artiste et consultant artistique d’Al Ahram)

  • Le problème des pays du Tiers-Monde est que l’on y trouve des personnes dont le revenu s’élève à 30 L.E. avec 7 enfants.

  • Je suis hostile à l’art qui anesthésie les hommes au lieu de les inciter à travailler.

  • Après avoir traduit dans mes œuvres le surpeuplement du monde, j’exprime maintenant mon espoir de retrouver le calme pour moi et pour le monde entier.

71* Hafez MAHMOUD (Ex-Président du syndicat des journalistes).

  • L’organisme du planning familial a bien fait d’orienter ses projets de développement vers la campagne égyptienne.

  • Le manque de nourriture dans les pays du Tiers-Monde est dû à l’incapacité d’exploiter au maximum les ressources naturelles.

72* « Mohamed Abdel Fattah EL KASSAS (Président de l’Union internationale pour la protection de la nature et des ressources naturelles).

  • A partir de 1980, la population mondiale augmentera d’un milliard tous les 10 ans.

  • Le Japon ne possède pas de ressources naturelles mais est l’un des plus riches pays du monde grâce au travail productif.

  • La consommation d’eau potable de chaque individu était 69 litres en 1936. Elle est de 210 litres en 1970.

  • Le nombre de voitures en Egypte est plus élevé qu’en Chine, alors que la population égyptienne compte 40 millions et la population chinoise un milliard.

73* Ali Fahmi EL DAGHESTANI (Ministre des transports et communications).

  • Pour le bien de la société et de l’individu, il faudrait limiter la croissance de la population.

  • La croissance de la population a un effet négatif sur tous les moyens de transport.

  • Le kilomètre de chemin de fer coûtait 7 000 L.E. Il coûte actuellement 100 000 L.E.

  • Il y avait 350 000 lignes téléphoniques quand la population égyptienne comptait 20 millions. Le même nombre de lignes dessert aujourd’hui une population de 40 millions.

74* Soliman METWALLI (Ministre d’Etat pour les affaires du Conseil des ministres, d’El Azhar, et du pouvoir régional).

  • Le Président de la République s’intéresse au problème démographique.

  • Il faudrait profiter du désert pour accomplir les projets de développement sans toucher aux terres agricoles.

  • Il faudrait développer les programmes d’études des écoles techniques de façon à ce que chaque élève maîtrise un métier.

  • Les plans de développement doivent être accompagnés de l’augmentation de l’efficacité de la production, et de l’organisation sensée des dépenses.

Al-Chabab, Avril 1980, N° 9 — 3ème année

Questions que se posent les jeunes :

L’Islam et le planning familial

75La revue, ici, s’adresse aux jeunes pour tenter d’apporter des réponses aux questions qu’ils peuvent se poser à propos de l’attitude de l’Islam quant au planning familial. Les réponses sont faites avec l’appui de versets du Coran, des Hadith du Prophète, et autres sources (opinions des Ulémas de droit islamique...)

761) Est-ce que la campagne lancée pour le planning familial est contraire à l’Islam ?

77Non, car la religion appelle à l’organisation de toute chose. Pour la pratique des cultes religieux par exemple, l’Islam a fixé des directives précises pour le jeûne, la « zakat », le pélerinage, la prière, il a aussi établi des bases pour organiser les relations sociales : mariage, héritage...

78L’organisation est à la base de toute responsabilité, et le planning familial veut dire : la responsabilité envers les générations futures, c’est-à-dire que chaque famille doit avoir le nombre d’enfants qu’elle peut élever correctement selon les directives établies par la religion. L’Islam a exigé que les parents recherchent le bien-être de leurs enfants : éducation, dépenses, éviter la pauvreté... Le Prohpète a dit : « Le droit du père envers son fils est de lui apprendre à écrire, à nager, à chasser, et de lui fournir ce qui est pour son bien. »

792) Comment invite-t-on les gens à contrôler les naissances alors que le Prophète dit : « Mariez-vous, procréez, et augmentez en nombre ; je serai fier de vous parmi les autres peuples dans l’au-delà » ?

80Ce Hadith a été le Prophète au début de l’Islam alors que les Musulmans n’étaient que quelques milliers. Aujourd’hui, ils comptent plus de 800 millions. De même le Prophète ne se vantera pas du nombre mais de la « qualité » des Musulmans. Il dit : « Un croyant fort est meilleur qu’un croyant faible », Dieu dit que le bon et le mauvais ne sont pas égaux même si la quantité (ou le grand nombre) des mauvais t’attire.

81Le Prophète nous in vite à craindre le jour où les Musulmans se contenteraient de leur nombre seulement et non de la force, de l’utilité et de la qualité de ce nombre. La quantité n’est pas un but en soi, mais il faut en profiter sur le plan familial, social et national. La clémence de l’Islam ne rejette pas le contrôle des naissances, si le grand nombre pouvait causer des crises et des problèmes pour la famille et la société.

823) Est-ce que la religion encourage les gens à avoir des enfants en préférant la femme fertile à la femme belle mais stérile comme l’a dit le Prophète ?

83Réponse — Dr. Ahmed El Sharabassi

84Le Prophète, par ce hadith, n’ordonne pas. Il a voulu seulement dire que le plaisir charnel n’est pas le seul but du mariage. Le but du mariage est de fonder une famille unie et heureuse. La préférence indiquée dans le hadith, réalise ce but à travers une famille peu nombreuse.

854) Comment encourage-t-on le contrôle des naissances alors que le Prophète s’est marié 9 fois, ce qui peut suggérer qu’il encourage la procréation nombreuse ?

86— Nous devons, en premier lieu, corriger un préjugé selon lequel on croit que la polygamie conduit au surpeuplement. Le fait est que le nombre d’épouses dans une famille influe seulement sur le nombre des enfants dans cette même famille et non sur le nombre de la population d’une société. Car le nombre d’enfants qui naissent dans une famille polygame peut être équivalent au nombre d’enfants qu’auraient eus ces mêmes femmes en épousant des hommes séparément.

87Quant au point de vue de l’Islam concernant la polygamie : la base islamique est que chaque homme épouse une seule femme, qu’il lui soit fidèle, et qu’il accomplisse tous ses devoirs envers elle selon les directives divines. Si les circonstances (santé — sociales..) étaient peu favorables, l’homme peut épouser une seconde femme à condition qu’il puisse être équitable entre les deux du point de vue matériel. Dieu a dit que si vous craignez d’être injuste, contentez-vous d’une seule femme.

88— Pour ce qui est du Prophète, la polygamie ici, est un cas spécial. Elle a été dictée par les conditions de sa mission, et non pour le plaisir sensuel. Ceci est évident puisque certaines épouses du Prophète étaient âgées et avaient perdu toute beauté ou attrait physique. Elles avaient perdu leurs maris dans les champs de bataille et le Prophète les a épousées pour leur donner protection et dignité. De même que le Prophète a vécu 25 ans à peu près avec une seule épouse (Khadiga) qui était plus âgée que lui.

895) Quelle est l’opinion de l’Islam quant aux moyens contraceptifs.

90Réponse  La religion n’est pas contre les moyens contraceptifs qui ont pour but de contrôler les naissances. Au temps du Prophète, les Arabes employaient le « coïtus interruptus ».

91En 1937, le Mufti (feu Cheikh Abdel Meguid Sélim) a dit que les époux, s’ils sont d’accord, peuvent employer tout moyen qui éviterait de faire passer le sperme dans le vagin.

926) Est-ce que le planning familial est opposé aux versets coraniques et Hadiths suivants ?

  • Dieu a dit qu’il est responsable de toute créature sur terre.

  • Dieu a dit que votre nourriture, vos besoins et tout ce qu’il promet sont aux Cieux.

93Le Prophète a dit que si vous comptez sur Dieu, il vous fournira tous vos besoins comme il le fait pour les oiseaux.

94Ces textes ne s’opposent pas au contrôle des naissances. C’est vrai que Dieu prend à sa charge toutes les créatures, mais ceci ne s’oppose aux moyens employés par ces créatures pour combler leurs besoins. Comme le revenu des individus est entre les mains de Dieu, la guérison l’est aussi ; ceci ne veut pas dire que les remèdes sont interdits.

95De même que l’Islam, qui certifie que tout est entre les mains de Dieu, oblige tout Musulman à travailler pour son présent et son futur et pour ceux des siens, le Prophète a dit qu’il est préférable de laisser nos héritiers riches plutôt que de les laisser pauvres et dépendants d’autrui.

96De ce qui précède, nous pouvons conclure que l’Islam n’interdit pas le principe du contrôle des naissances s’il est accompli avec l’approbation des deux époux et en fonction de leur prise de conscience de leur responsabilité envers leurs enfants. Le but du contrôle des naissances est de relever le niveau de vie de la famille économiquement, socialement, et du point de vue santé. C’est ce qu’encourage la religion dans toutes les circonstances.

Obstacles à la communication pour réussir à convaincre les gens d’employer les moyens contraceptifs

  1. Crainte pour la santé pouvant résulter du long emploi de la pilule, du diaphragme ou autre.

  2. Crainte des effets secondaires et momentanés de la pilule ou du diaphragme.

  3. Manque de conscience du côté des responsables, du désir des gens de mieux connaître tout ce qui a trait au domaine de la contraception.

  4. Insuffisance de communication et d’entente entre les époux à propos du nombre idéal des membres de la famille, de la durée entre deux naissances et des moyens contraceptifs.

  5. Insuffisance de la connaissance des fiancés et des nouveaux mariés des moyens contraceptifs.

  6. Non distinction entre le sexe et la contraception.

  7. Influence négative des personnes âgées, amis et parents.

  8. Manque de campagne publicitaire concernant les services du planning familial.

  9. Echec de suppléer le programme national de planning familial par le secteur privé.

  10. Parti pris contre certains contraceptifs.

  11. Mauvais statut de la femme dans la société.

  12. Négligence des personnes qui emploient les moyens contraceptifs.

  13. Désir d’avoir une grande famille pour des raisons personnelles.

Al Ahram, 8 Février 1981

97Dialogue entre le Ministre des Waqfs et le Doyen du syndicat des médecins à propos du planning familial.

98Le planning familial est-il approuvé (« Halal ») ou interdit (« Haram ») par la religion ?

99Le docteur Zakaria EL BARRI, Ministre des Waqfs, déclare : le problème du planning familial devrait être une fois pour toute bien discuté du point de vue de l’Islam. L’Islam est une religion de foi qui n’est pas en contradiction avec la prise en considération des causes, ni avec une bonne planification. Si on cherche dans l’Islam, on sera vraiment étonné de trouver que la foi en Dieu ne se contredit pas du tout avec la prise en considération d’autres causes et raisons. Ainsi un Hadith du Prophète dit : « Raisonne d’abord, puis laisse tout entre les mains de Dieu ».

100Ce Hadith signifie que deux grands problèmes sont complémentaires et non contradictoires. L’être humain doit d’abord étudier ses problèmes, les comprendre et raisonner, puis décider ensuite ce qui est pour son bien. En agissant de la sorte, l’individu ne s’éloigne pas de la foi en Dieu. Au contraire, c’est le fait de ne pas prendre en considération les facteurs et les causes nécessaires qui est en contradiction avec la foi véritable, puisque le Prophète s’adressant aux jeunes et les conseillant, a déclaré « que celui qui s’estime capable de se marier, se marie ». A travers ce hadith, il est clair qu’il existe un certain système, ce qui signifie que celui qui ne se sent pas capable de se marier, devrait s’abstenir jusqu’à ce qu’il s’en sente capable. Le Prophète lui, conseille de s’occuper de l’esprit de l’âme et donc de combattre son instinct.

101Le Docteur Zakaria BARRI poursuit en disant : Il faudrait trouver un équilibre entre la croissance de la population et celle du revenu national. J’invite la population à améliorer le sort de sa descendance car le problème de la quantité des naissances ne signifie pas qu’il ne faut pas s’occuper de la qualité. L’Islam a été la première religion à prêcher cet aspect qualitatif, et à discuter le problème du point de vue scientifique en n’encourageant pas le mariage. Car inviter la population à venir au planning familial c’est avant tout l’inviter à améliorer la condition de ses enfants, à donner naissance à des enfants vigoureux.

102L’Islam a enseigné : « Eloignez-vous du mariage entre parents ». Alors pourquoi ne pas suivre l’Islam en introduisant cet aspect : améliorer les naissances et inviter la population à limiter les naissances. Le Ministre des Waqfs dit encore : L’ignorance est un obstacle à tout ce qui améliore le niveau de vie. Il n’existe aucun projet en cours de réalisation qui ne se heurte à des obstacles et à des problèmes. La religion n’est pas hostile à la planification pour des raisons économiques, culturelles ou médicales.

103Le docteur Hamdi EL SAYYED, directeur et Doyendu syndicat des médecins, qui participa à la discussion, déclare :

104Je voudrais demander à Monsieur le Ministre comment il conçoit qu’une femme totalement anémique, vienne à ma clinique, ayant perdu beaucoup de sang et se trouvant enceinte du 7ème enfant ? Cette personne souffre d’une faible tension, compte tenu de ce qu’elle a perdu comme sang lors des six précédentes maternités. Son âge ne dépasse pas 28 ans. Son mari est un petit employé dont le salaire mensuel ne dépasse pas 30 L.E. J’ai demandé à cette femme pourquoi elle ne limitait pas ses maternités. Voilà qu’elle m’a répondu que chaque Vendredi en écoutant le prêche du Cheikh, elle l’entendait dire que la limitation des naissances était hostile (« haram ») à la religion. Est-il raisonnable, ou humain, Monsieur le Ministre, de laisser cette personne mourir à cause d’un sermon religieux qui dit que c’est « haram » ? Le Docteur Hamdi El Sayyed poursuit en disant que les résultats d’examens médicaux réalisés sur des aviateurs ont démontré que seul le premier enfant d’une famille est celui qui réussit bien aux examens. Quant aux autres enfants de la même famille, ils ont tendance à échouer.

105A cela le Docteur Zakaria El barri répond en disant que la religion n’est pas opposée à la science. La religion dit que l’enfant prend l’énergie de sa mère, et qu’une mère déjà faible sera plus affaiblie par son enfant, et aura par conséquent des enfants faibles dont elle ne sera pas fière le jour du jugement dernier.

106Il poursuit : Ceux qui revêtent les vêtements de Cheikh et prêchent dans les mosquées ne sont pas nécessairement qualifiés pour émettre des opinions sur la religion. Les mosquées publiques ou gouvernementales souffrent d’un manque de 30 % de cheikhs ou d’imams qualifiés. Il y a actuellement 40 000 imams dans les mosquées nationales, et il faut absolument pouvoir les atteindre pour leur donner des programmes de formation. C’est ce qui est en train de se faire dans le cadre des activités du Ministère.

107Il n’y a pas d’opinions divergentes entre le monde des médecins et celui des Ulémas. La question requiert simplement une coopération pour combattre tout ce qui nuit au rapprochement des points de vue.

108Il ne faut pas davantage négliger les courants politiques qui orientent la population tantôt vers la droite, tantôt vers la gauche.

109Mais pour les Ulémas le problème est clair.

110Une des personnes participant à ce dialogue a demandé au Docteur EL BARRI ce qu’il pensait de l’avortement. Il a répondu :

111Certaines sectes religieuses interdisent l’avortement en ayant pour argument que l’être humain existe au moment où le sperme rencontre l’ovule. Dans le Coran la Sourate des Croyants explique le développement des étapes de la conception jusqu’à ce que se soit développée la science de l’anatomie, puis la radiographie qui nous ont beaucoup éclairés sur le domaine de la conception. Ces sciences nous ont appris qu’il y avait une période avant la formation de l’âme pendant laquelle l’avortement pouvait avoir lieu et une période postérieure à la formation de l’âme où l’avortement est interdit.

112Le Docteur EL BARRI dit ensuite qu’il existe plusieurs points de vue contradictoires sur ce sujet.

113Le Docteur Abdel Rahim OMRAN de l’Université de Caroline du Nord, lui demande : « Existe-t-il dans le Coran une citation quelconque empêchant la stérilité dans le cas d’une épouse souffrant d’anémie aigue et d’une baisse de tension à cause de plusieurs maternités ? ».

114Le Docteur EL BARRI répond : « Les sources légales des lois musulmanes sont nombreuses. Ce sont le Coran, la Sunna, les Hadith. Le Coran a fait le point sur le problème de la stérilité, disant que les individus concernés devraient se rendre chez des spécialistes.

Al Chaab, 7 Août 1979

« Le planning familial est un crime »

115Certains prétendent que la solution de tous nos problèmes réside dans la « limitation des naissances » ou le « planning familial ».

116Est-il vrai que l’absence de limitation des naissances est la cause de nos problèmes ?

117A la demande du lecteur Karim Abdel Rahman du village de Kalioubiya cette question est discutée dans les pages d’El Chaab avec un scientifique, le Docteur Abdel Azim EL MATA’INI, professeur de la Faculté de langue arabe et d’études islamiques de l’Université d’Al Azhar, qui y répond.

La position de l’Islam

118Le docteur EL MATA’ANNI explique la position de l’Islam en ce qui concerne le contrôle des naissances :

119L’Islam a interdit le planning familial, ne l’autorisant que dans un seul cas : là où la santé de la mère serait mise en cause. Si la conception, ou l’allaitement, risquait de lui nuire, il faudrait un certificat médical écrit par un médecin musulman croyant. Dieu a dit : « Ne tuez pas vos enfants par crainte de la misère car Dieu prend soin d’eux et leur fournit ce qui est nécessaire pour les garder en vie ».

120A cause de cela, ajoute le Docteur MATA’ANNI, il est formellement interdit à un Musulman de craindre la misère sous prétexte qu’il a plusieurs enfants car Dieu garantit la sécurité de ses enfants quelque soit leur nombre.

121Le Coran dit aussi : « Il n’y a pas de créature sur terre dont la subsistance n’incombe à Dieu qui connaît son gîte et son repaire, tout est consigné dans le livre explicite ».

122Le Prophète a dit : « Aucune créature ne mourra sans être prise par Dieu et sans être assurée de ses besoins nécessaires pour vivre ».

123Nous avons de nombreux exemples prouvant que des pères de famille sont devenus riches et prospères grâce à un nombre d’enfants important.

Explication des ressources

124Le Docteur MATA’ANNI poursuit en déclarant :

125Ce qui se dit sur le fait que la limitation des naissances vise à fournir davantage de nourriture et à éviter les crises est hostile aux préceptes de l’Islam. Dieu nous a fourni la terre et a créé tout ce qu’il faut pour y vivre. En Egypte, par exemple, nous avons les déserts, les minéraux et les terres.

126A-t-on exploité toutes nos énergies, nos ressources avant de penser à limiter nos naissances ?

Les problèmes et leurs solutions

127Des problèmes comme ceux de la crise du logement, de l’enseignement, de la santé etc... sont faciles à résoudre avec l’esprit de l’Islam, grâce à la « zakat », les dépenses libres, la coopération sans limite. Si chacun de nous accomplit son devoir avec fidélité dans le domaine de l’éducation, il n’y aura que deux problèmes propres à l’éducation : l’espace pour les élèves et le coût élevé des leçons particulières.

128Le problème de l’espace pourrait être résolu grâce aux nombreuses mosquées susceptibles d’être utilisées comme écoles.

129Le problème des leçons particulières incombe au professeur qui devrait faire son devoir, ce qui ne nécessiterait plus le recours aux leçons, sauf dans le cas de retard mental de l’élève.

Une arme à double tranchant

130Le docteur MATA’ANNI poursuit en disant que l’idée du contrôle des naissances est une arme à double tranchant. En premier lieu : c’est une idée colonialiste. Et l’auteur de poser la question : est-ce que ceux qui songent à lutter contre les « invités de la vie » ont pensé à la façon dont l’Egypte a pu aider ses frères des pays arabes dans le domaine du travail ? C’est en envoyant un grand nombre d’Egyptiens à travers les pays arabes. Une fois de retour dans leur pays d’origine, l’Egypte, ces émigrés rapportent avec eux beaucoup de prospérité.

131Ce grand nombre d’individus, d’expériences, n’a pas été le résultat de la stérilité, mais a répondu à l’instinct humain et à l’utilisation de ce que Dieu a voulu nous donner.

132L’autre tranchant de cette arme est de profiter de davantage de prospérité pour un nombre d’individus moins élevé. A ceci nous pouvons répondre — dit le Docteur MATA’ANNI — que la prospérité est le résultat d’efforts humains et n’est donc pas créée par la stérilité.

Un exemple : le Japon

133Le Docteur MATA’ANNI cite l’exemple japonais disant que ce pays exploite chaque petite parcelle de terre. Les Japonais se sont orientés du niveau horizontal au niveau vertical.

134Le Japon avec sa vitalité et son énergie continue à résoudre ses problèmes et à devenir le pays le plus puissant du monde.

Avant de blâmer les « Invités de la vie »

135L’auteur poursuit en disant qu’avant de blâmer les « invités de la vie », il faudrait commencer par exploiter toutes nos ressources, celles qui se trouvent dans la mer et sur terre. Et si nous nous trouvons à court de ressources sur terre, il nous faut aller verticalement, comme a fait le Japon.

Les nouvelles constructions

136En conclusion, le Docteur MATA’ANNI cite l’exemple de toutes les nouvelles constructions qui se créent, et des villes nouvelles qui augmentent jour après jour. Selon lui, toutes ces nouvelles constructions en cours de réalisation sont possibles car il y a beaucoup de main-d’œuvre. Cela signifie que les gens mettent de la vie partout.

137Nous pouvons former immédiatement une armée de trois millions de combattants contrairement à Israël qui ne peut pas se permettre d’avoir une armée avec un si grand nombre de combattants. Ceci présente un avantage énorme pour l’Egypte.

En conclusion

138Il faudrait que nous fassions de notre mieux pour savoir profiter de nos ressources et laisser le reste à Dieu.

Al Goumhouriya, Vendredi 19 Décembre 1980 — p. 7

Courrier des lecteurs : Questions et réponses

Présentation

139Le courrier, ce jour-ci, est réservé aux réponses personnelles. Les lecteurs préférant que les questions restent anonymes.

140En grand titre en tête du courrier :

141« Laisse ta femme avoir des enfants sans contraceptifs ».

142Le cheikh Ahmed Hassen Moslem (dont la photo apparaît au milieu des réponses), répond à ces questions.

143Seules figurent les réponses faisant référence aux questions personnelles relatives à la sexualité.

Texte :

144La question qui nous intéresse ici, concerne la contraception : Sous-titre : « Ma femme refuse la contraception ». Un lecteur soufi de Sharkieh demande :

145« Nous avons 4 enfants et ma femme veut en avoir plus. Elle refuse tous les moyens de contraception. Que puis-je faire ? ».

146Le cheikh répond :

147« Ta femme a le droit d’avoir le nombre d’enfants qu’elle désire puisque sa santé ne s’altère pas par la grossesse et l’accouchement, et puisqu’elle veut, par cela, suivre le hadith du Prophète : « Mariez-vous et multipliez-vous, je me vanterai de vous devant les peuples dans l’au-delà ». Elle se base ainsi sur un argument légal.

148Le mari doit en l’absence d’obstacles légitimes, lui reconnaître ce droit et ne pas empêcher la réalisation de son désir. Dieu a dit : « Il n’y a pas de créature sur la terre dont la subsistance n’incombe à Dieu qui connaît son gîte et son repaire, tout est consigné dans le Livre explicite ».

Al Ahram, 15 Août 1980

149Dr. Saad Maher HAMZA.

150Directeur du département d’économie de l’Université du Caire

Deux problèmes liés l’un à l’autre

151Il existe une étroite relation entre le problème démographique et celui du développement du niveau de vie.

152Le problème démographique est très complexe, spécialement en Egypte. Il se répartit entre d’une part le problème démographique lui-même, et d’autre part le problème de la répartition de la population à travers les différentes régions du pays. Il n’est pas utile de limiter notre attention à l’importance de l’augmentation du taux moyen d’espérance de vie en Egypte. Ce taux équivaut à la différence entre le taux de natalité et le taux de mortalité.

153En d’autres termes, il est inutile de limiter notre attention au taux de croissance démographique car, en Egypte, ce problème est la conséquence de deux éléments essentiels : le manque d’investissements et la faiblesse du mécanisme de développement.

154Quant au problème de la mauvaise répartition de la population au niveau géographique : l’auteur précise qu’en ce qui concerne le contrôle des naissances, il est hostile à la stérilisation telle qu’elle a eu lieu aux Indes. Il n’est pas d’avantage d’accord avec la proposition du Dr. Hussein Nassar qui suggérait de punir les pères de familles nombreuses. Selon ce dernier, l’Etat devrait négliger les familles ayant plus de trois enfants en leur imposant les taxes supplémentaires, en ne fournissant pas les services publiques à ces enfants. Pour l’auteur, cette opinion revient à guérir les malades sans exercer la médecine.

I — Mauvaise répartition de la population en Egypte

155Le phénomène accroît le problème démographique au point de le rendre plus complexe qu’en réalité. Ainsi, est-il illogique que Le Caire ait 10 millions d’habitants, c’est-à-dire, le quart de la population du pays ?. Le gouvernement tunisien, par exemple, a limité le nombre d’habitants et des personnes qui y travaillent. Ceci, grâce à la vérification des cartes d’identité. La population de Tunis s’élève à un million d’habitants seulement et reste quasiment stable. Il serait possible de suivre une politique identique en Egypte mais en la rendant plus souple surtout dans les premières étapes. Une autre politique pourrait être de développer les gouvernorats et les grandes villes régionales. Ceci accorderait plus d’importance à la politique de l’administration locale et à celle de la décentralisation. S’il était possible de développer les petites villes et les villages de telle sorte qu’ils puissent attirer un nombre croissant d’habitants du Caire, la migration vers la capitale diminuerait. Il est illogique de centraliser tous les services et activités économiques dans deux villes : Le Caire et Alexandrie. Nul doute que si les citoyens pouvaient résoudre leurs problèmes et recevoir éducation, services sanitaires et distractions dans leurs villages, ils ne songeraient pas à émigrer vers la capitale.

156Il serait souhaitable d’avoir une politique d’attraction plutôt que de menace.

157La création de villes nouvelles pourrait être une option, mais il faut noter que ceci ne résoudrait pas le problème. Si la ville nouvelle était proche du Caire de 30 ou 40 kms seulement, cette distance limitée amènerait les gens à habiter Le Caire et à se rendre à leur travail dans ces villes durant les matinées. Nous proposons de créer ce type de ville à une distance minimum de 100, 120 ou 150 Kms du Caire. Un des facteurs importants pour redistribuer la population est la création de nouvelles communautés agricoles et industrielles tel Nag Hammadi. Ceci pourrait être réalisé sur la route du Caire à Suez ; du Caire au Fayoum ou entre Suez et El Arish. Nous saisissons toute l’importance qu’il y a à peupler le Sinaï, à y créer des centres miniers et touristiques. Nous suggérons la création d’un ministère spécialisé, ou d’un organisme chargé du peuplement du Sinaï qui aurait la responsabilité de faire participer cette région au développement visant à une intégration économique entre l’Egypte et le Sinaï, ce qui est très important tout comme l’intégration économique de l’Egypte aux autres pays arabes.

II — Importance du facteur économique

158Nous accordons trop d’importance au problème du contrôle des naissances alors que nous devrions nous concentrer sur celui du développement, sur l’exécution des plans économiques en particulier. La planification devrait avoir une portée à long terme car il serait peu rentable de faire des plans sur papier sans les exécuter. Ainsi, le changement continu des plans, chaque année, pour des arguments divers, ne donne pas les résultats escomptés.

159L’importance d’un ministère de la planification est vitale ici, et le plan devrait être obligatoire. De même, la création d’une banque d’invertissement est capitale pour assurer la continuité du plan, de façon à ce qu’il ne soit pas en désaccord avec le budget annuel, mais qu’au contraire, il soit continuel et régulier jusqu’à l’exécution du projet, le contrôle se faisant par la Banque centrale d’investissement et une banque commerciale externe.

160L’Egypte est riche en ressources naturelles, en matières premières, en terres agricoles, tant dans le désert occidental que sur la côte méditerranéenne du Sinaï. Si l’économie égyptienne est actuellement basée sur le pétrole, le Canal de Suez, l’agriculture, nous devons ajouter d’autres ressources importantes comme le tourisme, l’industrie du poisson.

161Si je cite le tourisme en premier lieu, c’est que je suis persuadé qu’il pourrait devenir une source de revenu importante en Egypte pour peu qu’on accorde l’attention nécessaire aux monuments, aux routes, aux hôtels et à l’artisanat. Nous avons des exemples de l’importance du tourisme en Espagne, Tunisie, Italie. Il est vraiment étonnant que l’Espagne qui compte environ 37 millions d’habitants reçoive chaque année un nombre de touristes équivalent.

162De même, les ressources en poisson devraient être développées car c’est une source de protéines et une alimentation bon marché pour l’Egypte, étant donné l’importance de ses surfaces aquatiques.

163Ceci nécessite des investissements pour la création d’une flotte de pêche moderne et pour la mise en place de moyens de marketing monopolisés. L’exemple en ce domaine nous est donné par le Japon.

164Pour nous, la solution des problèmes démographiques en Egypte se situe avant tout dans le développement économique.

165Tous les autres moyens utilisés ne sont que des procédures inadéquates et momentanées.

Al Ahram, 5 Juin 1980

166Dr. Mamdouh GABR : Ministre de la Santé.

167Cet article est une réponse à un article publié deux jours auparavant sous la plume du Dr. Mohamed Sadek SABBOUR. Le Docteur GABR précise qu’il écrit cet article non pas en tant que ministre mais en sa qualité de pédiatre et citoyen égyptien.

Article :

168Le Dr. SABBOUR déclare que le développement est la seule solution valable pour résoudre le problème en Egypte. Le développement de l’éducation visant à alphabétiser la population, le développement de la santé pour diminuer le taux de mortalité des nouveaux-nés : tout ceci conduirait au contrôle des naissances et à la solution du problème démographique.

169Tout le monde s’accorde sur le point qu’on peut résoudre le problème démographique à travers le développement, mais c’est un problème de longue haleine, un chemin rempli d’obstacles puisque le taux de croissance démographique est continu et dépasse de beaucoup les effets même du développement.

170Mais comment pouvons-nous alphabétiser la population alors que le nombre d’enfants ne cesse d’augmenter dans les écoles à un rythme plus rapide que celui des écoles et des professeurs ? Nous savons que l’analphabétisme est très répandu en Egypte quels qu’aient été les efforts dans ce domaine depuis plus de 10 ans. Le taux de la croissance démographique en Egypte demeure ce qu’il est, le nombre des enfants entre 6 et 12 ans doublera en l’an 2000 ; il y aura 12,2 millions d’enfants.

171Pouvons-nous dire que le nombre d’écoles doublera lui aussi, ainsi que le nombre des enseignants de façon à garder un niveau d’instruction comparable à ce qu’il est actuellement, et ceci alors que nous demandons aujourd’hui une amélioration ?

172Autre question : comment pouvons-nous développer la société au niveau économique alors que la croissance démographique est supérieure aux possibilités d’augmentation du revenu individuel ?

173Troisième question : Comment pouvons-nous développer une société lorsque le nombre des membres d’une famille ne cesse d’augmenter, ne laissant plus aux parents le temps d’accomplir leurs tâches dans le développement social, et de participer à ce développement ?

174Quatrième question : Comment pouvons-nous développer une société sur le plan sanitaire, lorsque nous savons qu’une des causes de la sous-alimentation et des maladies qui en découlent, ainsi que l’augmentation du taux de mortalité chez les enfants, est due à la mauvaise santé des mères, au nombre de leurs maternités et à la courte durée entre chacune d’elle, ceci ne laissant pas à la mère le temps de reprendre ses forces ? Tout ceci conduit à ce que les enfants sont négligés, atteints de plusieurs maladies, à ce que la mère est épuisée.

175Si le nombre des lits d’hôpitaux est de 2 pour 1 000 et que nous souhaitions garder cette proportion, pourrons-nous fournir 80 000 lits supplémentaires au cours des vingt prochaines années, c’est-à-dire une moyenne de 4 000 nouveaux lits chaque année lorsqu’on sait que, en fonction des prix actuels, les frais s’élèveraient à 100 millions de L.E. ?

176Il en découle qu’il nous faudrait doubler le nombre d’hôpitaux, augmenter celui des médecins, des infirmières et de tous les secteurs techniques liés aux services de santé pour faire face à l’augmentation du nombre des naissances au cours de cette même période. Et tout ceci dans le but de conserver les services sanitaires dans la situation où ils se trouvent, sans même chercher à les améliorer.

177Nous promettons la sécurité alimentaire alors que jusqu’à présent nous importons beaucoup. La croissance démographique dépasse les efforts dans la production et même les efforts dans l’importation. Tout le monde s’accorde à dire que le développement social, économique, sanitaire et alimentaire est une importante solution au problème démographique, mais cette solution là, aussi importante soit-elle, ne résoud pas le problème, surtout à court terme. C’est pourquoi, nous devons affirmer que, pour que les efforts accomplis portent leurs fruits, nous devons tout d’abord diminuer le taux de croissance démographique avec une grande campagne de planning familial, ceci afin de répandre dans la population la prise de conscience du problème. Les efforts du planning familial devraient donc être plus importants, plus rapides, plus efficaces à court terme.

178Le débat relatif à ce qui devrait précéder, du développement ou du planning familial, est devenu historique. Les efforts du planning familial sont nécessaires à la réussite des plans de développement et à celle de toutes les autres questions relatives au problème démographique.

179Pour revenir à ce que le Dr. Sabbour a écrit dans son article à propos des crédits accordés au planning familial, qui devraient être utilisés pour résoudre les problèmes sociaux et médicaux, permettant d’avoir ensuite des résultats au niveau démographique : le conseil supérieur du planning familial et de la population a longuement discuté les moyens de financement disponibles, qu’ils soient locaux ou extérieurs. L’étude a démontré que 3 % seulement du financement concerne directement le planning familial, 4 % est destiné à l’information sur le planning familial, alors que le reste du financement sert des projets de développement sanitaires et sociaux réalisés en collaboration avec les ministères concernés : construction d’unités sanitaires et sociales, formation du personnel travaillant dans ces unités. Par exemple : en ce qui concerne le projet de la Banque Mondiale relatif à la population, sur son budget de 40 millions de L. E., 36 millions sont utilisés à la création et à l’équipement de nouvelles unités médicales dans cinq gouvernorats, qui commenceront à exercer vers la fin de 1981. Il n’existe pas de projets relatifs à la formation de dispensaires pour le seul planning familial, parce que les services du planning familial sont intégrés aux principaux services médicaux concernant la mère et l’enfant. De même, il existe trois autres projets dont le budget atteint 18 millions de L.E. Ils sont financés par les Nations Unies et l’US-AID sous forme d’aide aux projets de population. Ces projets concernent, en général, le développement social dans les villages.

180A partir de là, nous pouvons dire que le gouvernement égyptien cherche à résoudre le problème démographique sur les bases suivantes :

  1. — D’abord par l’information du public sur l’étendue du problème démographique dans les domaines médicaux, sociaux et économiques.

  2. — Par la fourniture de moyens contraceptifs.

  3. — Par la réunion des efforts locaux et étrangers pour participer aux projets de développement social dans les villages, et accorder une importance particulière au rôle de la femme.

  4. — Pour accroître les solutions à long terme, encourager la création de villes nouvelles, le défrichement des terres, etc...

181Je voudrais, ici, rassurer les citoyens. Les efforts de l’Etat au cours de l’année précédente ont commencé à donner des résultats encourageants tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Le pourcentage d’utilisation des moyens contraceptifs a triplé au cours du premier trimestre de 1980 par rapport à 1979. Le succès des projets de développement rural a incité les organisations internationales et les pays alliés à doubler leur aide en 1980, par rapport à 1979.

Notes de fin

1 (Traduction : licite et interdit).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable