Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La campagne de contrôle des naissances en Égypte

 | 
Marie-Christine Aulas
, 
Hoda Youssef Fahmi
, 
Amira Machhour

E — Enquêtes sur le terrain

Texte intégral

1Pour élargir au domaine du concret ce dossier relatif à la campagne actuelle du planning familial en Egypte, nous avons entrepris de faire quelques enquêtes sur le terrain.

2Ces entretiens, ces observations réalisées en milieu rural comme en milieu urbain ne prétendent pas avoir un caractère exhaustif. Ils se veulent être un « coup d’œil » sur la vie — objet, s’il en est, du thème choisi par le C.E.D.E.J. pour la constitution de ce dossier.

3Le village de Kirdassa a été choisi du fait de sa proximité (20 Kms environ) du Caire, en conséquence village proche des différents media utilisés dans la campagne pour le contrôle des naissances. D’autre part Mme Hoda Youssef FAHMY, qui a participé à l’élaboration de ce dossier en tant que chercheur au CEDEJ, avait déjà enquêté à Kerdassa. Son sujet d’étude, « Le rôle productif des femmes », était alors destiné au B.I.T. (Bureau international du Travail).

4Les entretiens avec des femmes du village présentés dans ce dossier ont été réalisés au cours des mois de janvier, février 1981. Ils ont bénéficié d’une connaissance déjà établie du village, et des contacts chaleureux que Mme Hoda Youssef FAHMY entretenait avec de nombreux d’habitants de Kerdassa. D’autre part, la diversité du milieu urbain et les contacts que nous avons pu avoir avec les différents organismes collaborant à la campagne du planning familial nous ont conduit à demander à l’organisation non gouvernementale « la famille de l’avenir » d’assister à leurs réunions publiques. Ce type de réunion nous permettait de saisir sans détour le public concerné et motivé par le contrôle des naissances. De plus l’organisation « la famille de l’avenir » nous parut être parmi les plus dynamiques pour débattre de la question et la mettre en pratique sans recourir à des gadgets relevant davantage d’une campagne de publicité à l’américaine suscitant donc peu de prise de conscience de la part de la population.

Entretiens dans un village

5Situé à environ 20 Kms à l’Ouest du Caire, avec une population d’environ 52 000 habitants, le village de Kerdassa présente les caractéristiques d’un village en « transition ».

6La majorité de ses habitants, hommes et femmes, participent d’une manière ou d’une autre, à une activité artisanale ou commerciale, à l’exception des paysans qui représentent 30 % de la population.

7Bien que l’électricité ait été introduite dans le village depuis 1971-1972, un grand nombre de foyers ne la possède pas encore. Par ailleurs, le courant électrique est très faible et les pannes d’électricité sont fréquentes. La grande majorité des maisons de Kerdassa n’a pas d’eau potable. Il existe plusieurs fontaines publiques où les femmes peuvent se procurer de l’eau, mais cela nécessite de longues marches.

8Quant à l’éducation, le nombre des établissements scolaires est limité à :

  • Trois écoles primaires.

  • Une école préparatoire.

  • Une école secondaire.

  • Un institut d’enseignement du Coran.

9Il existe dans le village une importante unité médico-sociale chargée de donner des services gratuits en matière sociale et surtout médicale.

10Toutes les femmes interrogées disent avoir eu des informations sur les méthodes contraceptives, non pas à l’unité médicale, mais avec des représentantes d’organismes non gouvernementaux qui, de temps à autre, viennent s’entretenir avec elles. L’essentiel de l’information circule entre les femmes, de bouche à oreille : méthode qui véhicule certains préjugés.

Femmes du village de Kerdassa.

I — Hayatt 21 ans

11Est allée à l’école jusqu’à la classe de 3ème secondaire, ce qui n’est pas courant dans le village. Hayatt se considère comme plus éduquée que les autres femmes et ce thème revient sans cesse dans la conversation. Mariée depuis trois ans, elle ne travaille pas.

12Dans les normes du village, ses revenus peuvent être considérés comme aisés. Son mari est artisan (tailleur de gallabieh) pour le compte du riche marchand du village. Lui aussi a obtenu un diplôme de fin d’études secondaires. A un bébé de 5 mois et est enceinte de 2 mois.

13N’a pas été enceinte aussitôt après son mariage. Elle a dû aller voir une femme gynécologue à Kerdassa qui l’a opérée. Après quoi elle a pu avoir un bébé mais son accouchement a été difficile. A eu recours à la daya puis au médecin car la sage-femme jugeait que les couches étaient difficiles.

14Elle pense que le contrôle des naissances est positif mais ne se pose pas encore la question car elle veut avoir trois ou quatre enfants. Son mari pense que le contrôle des naissances est le problème de l’épouse. Est-elle au courant des moyens contraceptifs ?

15Elle connaît le stérilet, la pilule. Elle sait qu’il existe des moyens contraceptifs masculins mais y est hostile : « C’est la femme qui doit employer des méthodes ».

16Elle ne va jamais à la clinique médicale du gouvernement car elle la juge mauvaise. Elle préfère payer un médecin privé dans la mesure où elle peut se le permettre.

II — Mahassan 34 ans

17Analphabète.

18Pauvre, selon les normes du village.

19Travaille toute la journée à la fabrication de paniers en osier, qu’elle vend ensuite elle-même sur les marchés.

20Mariée à 13 ans, elle a eu 15 grossesses dont une seule fausse couche.

21A 6 enfants (3 garçons et 3 filles) et compte en avoir encore.

22Elle allait souvent à l’hôpital gouvernemental populaire du Caire et en garde un très mauvais souvenir car il y a perdu plusieurs enfants, de même son oncle et sa sœur y sont morts. La plupart de ses enfants sont morts entre une semaine et un mois.

23Après avoir eu ses deux premiers enfants (restés en vie) à l’hôpital, pendant six ans, plusieurs enfants sont décédés. A partir de là, a décidé d’accoucher chez elle, ce qu’elle considère comme plus pratique et moins onéreux. La daya l’assiste dans ses accouchements.

24Elle allaite son dernier enfant et considère que c’est la raison pour laquelle elle ne risque pas d’être enceinte.

25Son mari souhaiterait ne plus avoir d’enfants, quant à elle, elle s’en remet à Dieu. Elle est hostile au contrôle des naissances et ne veut pas aller contre la volonté de Dieu : « Dieu ne crée pas quelqu’un et l’oublie ».

26Elle a entendu parler de la pilule, mais a aussi entendu dire que ça causait des hémorragies. Une de ses cousines a mis un stérilet « qui lui a fait une grande coupure dans son ventre. »

27Elle doit travailler et pense que les méthodes contraceptives nuiraient à sa santé.

28Elle ne se rend jamais à l’unité médicale car, selon elle, on n’y donne aucun remède. Le médecin n’ausculte pas et ne fait que prescrire des remèdes qu’il faut acheter à la pharmacie.

29Récemment, on est passé dans les maisons du village pour vacciner les enfants, sans préciser de quel vaccin il s’agissait.

III — Soraya — 29 ans

30Sait à peine lire et écrire.

31Relativement pauvre selon les normes du village.

32Travaille toute la journée à aider son mari et à s’occuper de sa maison.

33Elève des volailles.

34A 5 enfants (4 filles et un garçon)

35Est restée trois ans après son mariage sans avoir d’enfant.

36A reçu des conseils de son entourage qui lui ont permis d’être enceinte.

37Aucun de ses enfants n’est décédé, n’a pas eu d’accouchement difficile. Elle accouche avec l’aide de la daya.

38Elle croit à « l’histoire » (hikaya) du contrôle des naissances mais pas son époux qui pense que les moyens contraceptifs ne sont pas efficaces et qu’il faut s’en remettre au destin.

39Son mari qui travaille dans une entreprise en plus de son travail d’artisan a accès au médecin de l’entreprise.

40D’une façon générale ils n’ont pas suffisamment d’argent pour s’occuper de leur santé.

IV — Fatma — 35 ans

41Fait des paniers en osier que son mari termine. Se charge ensuite de les vendre.

42Elle a 5 enfants (4 filles — 1 garçon).

43Sa fille ainée (17 ans) est divorcée avec un bébé. Elle vit chez ses parents et s’occupe des travaux ménagers.

44Quand elle s’est mariée, elle est restée deux ans sans avoir d’enfants.

45Elle est allée voir un médecin qui lui a dit qu’elle était trop jeune (12 ans).

46A eu dix grossesses, sans couches difficiles. 5 enfants sont vivants, 5 autres sont morts en bas-âge.

47A chacun de ses accouchements a eu recours à la « daya ».

48Elle allaite son dernier enfant (5 mois) et pense que pendant l’allaitement, elle ne peut pas être enceinte. Elle ne pense pas encore limiter les naissances mais compte s’en préoccuper par la suite. Elle l’a dit à son mari qui l’a approuvée. Parmi les différentes méthodes contraceptives, c’est le stérilet qu’elle compte choisir.

49Elle se rend à l’unité médicale tout en sachant — dit elle — qu’on n’y ausculte pas et qu’on n’y donne pas de remède. La seule chose qu’on y donne c’est les vaccins mais elle ignore lesquels.

50Elle n’a jamais eu recours au médecin.

V — Wedad — 27 ans

51Revenus modestes selon les normes du village.

52Elle a son propre atelier de couture où elle travaille beaucoup.

53Elle dispose de ses revenus.

54A quatre enfants (3 filles et 1 garçon).

55A accouché avec la « daya ». Elle n’est jamais allée à l’hopital parce que ses couches sont faciles.

56Actuellement, elle ne veut pas d’enfant et prend la pilule qu’elle achète 45 p.t. à la pharmacie. Elle ne prend pas la pilule de l’unité médicale, vendue 5 p.t. qui ne lui convient pas car — dit elle — elle ne contient pas de vitamine.

57Son mari est hostile à la pilule, il veut davantage d’enfants. Elle n’en veut pas car elle se fatigue assez dans ses activités.

58Lorsqu’elle est malade, elle va chez le médecin privé où elle paye 75 p.t.

VI — Soheir — 28 ans

59Revenus modestes selon les normes du village.

60S’occupe uniquement de sa maison.

61Est mariée depuis 11 ans.

62A eu 5 enfants dont 2 seulement sont en vie. Trois sont décédés dans des accidents.

63A accouché avec l’aide d’une « daya ».

64Prend désormais la pilule après avoir convaincu son mari qui voulait davantage d’enfants.

65Elle se rend à l’unité médicale où on lui donne parfois des remèdes.

66Elle achète la pilule.

67Son mari n’a pas d’emploi fixe. C’est une des raisons pour lesquelles elle ne veut pas avoir trop d’enfants.

La « daya » dans le village de Kerdassa

68Avec une population de 52 000 habitants, Kerdassa compte quatre « dayas » ou sages-femmes. Ces femmes n’ont reçu aucune formation médicale mais jouissent par contre d’une longue expérience dans leur spécialité. Les quatre deyas représentent pour les habitants de ce village, le moyen d’accouchement le plus sûr, puisqu’elles sont du village, disponibles matin et soir, ce qui donne une grande sécurité aux femmes. La fonction de daya a toujours existé dans le village. Nous avons interrogé l’une des dayas du village pour savoir dans quelle mesure elle serait capable d’aider les habitants de Kerdassa à pratiquer le contrôle des naissances.

69La personne interrogée est agée d’environ 60 ans, et a toujours été presque aveugle (sa semi-cécité n’est pas due à son âge). Sa propre mère était daya et elle l’a aidée dans sa tâche dès l’âge de douze ans. Elle-même a onze enfants (5 filles, 6 garçons). Ses filles, dont la plus jeune a quatorze ans, l’assistent dans son travail, ou font elles-mêmes le travail sous la surveillance de leur mère. Au delà de ses filles, la daya a aussi des nièces qui apprennent le métier de leur tante. Que ce soit ses filles ou ses nièces qui pratiquent l’accouchement, c’est en dernier ressort la daya qui prend la responsabilité de l’accouchement. La daya interogée pense que le métier de sage-femme est très délicat, et que ce n’est pas n’importe qui qui peut l’exercer : « il faut avoir l’étoffe » dit-elle, et aussi aimer les enfants.

70Elle ne considère pas sa cécité comme un handicap, car selon elle ce métier est surtout une question de « sentiment » : sentir l’enfant qui va naître, sentir la mère. C’est pour cela qu’à Kerdassa les femmes préfèrent accoucher chez la daya et non chez des médecins qualifiés car la daya offre une plus grande sécurité. Quand les femmes accouchent, elles ont surtout besoin de confiance, elles ont besoin de se sentir en sécurité, sinon les choses se compliquent.

71La daya ne comprend pas pourquoi, il y a quelques années, le Ministère de la Santé lui a fait la guerre et n’était pas convaincu de son rôle dans le village. Le résultat, c’est que les responsables eux-mêmes ont été convaincus de l’utilité de la daya, de la nécessité de collaborer avec elle plutôt que de l’abolir. Elle dit aussi que son métier est un « métier de conscience » puisqu’elle a entre ses mains la responsabilité d’une vie nouvelle, fragile. D’ailleurs, quand elle sent que l’accouchement risque d’être difficile et qu’il faut une intervention médicale, elle envoie la femme chez le médecin. Elle sait très vite que l’accouchement va être difficile en auscultant la femme superficiellement : si son utérus est étroit, elle sait qu’il y aura des difficultés. Elle refuse aussitôt le cas et envoie la femme chez le médecin tout en restant à ses côtés. Pendant l’accouchement, la daya ne porte aucun instrument médical sur elle, sinon une lame qu’elle trempe dans l’eau chaude avant de couper le cordon ombilical. Elle dit que sa plus grande joie, c’est de revenir une semaine plus tard et d’assister aux festivités du « Soubour ». Les villageois fêtent l’évènement, et c’est lors de la cérémonie que la daya reçoit sa rémunération et des douceurs préparées par la famille du nouveau-né.

  • 1 Lors d’une recherche antérieure dans le village de Kerdasa, Hoda FAHMY avait remarqué que la moyenn (...)

72Elle n’a plus le souvenir du nombre d’accouchements qu’elle a assistés dans sa vie : il y en a eu tellement ! Il n’y a pas de compétition entre les dayas car il y a tout le temps beaucoup de travail et, en fait, pas assez de dayas. Elle pense que le contrôle des naissances ne peut être pratiqué dans le village et réussir à 100 % car les mères savent que beaucoup de leurs enfants meurent avant d’atteindre l’âge d’un an. C’est pourquoi, les mères veulent avoir beaucoup d’enfants afin que si certains d’entre eux meurent, il leur en reste quand même.1.

73A la question délicate « Combien de femmes meurent en accouchant et pour quelle raison ? La daya n’a pas voulu répondre. Elle a dit qu’aucune femme n’est morte entre ses bras, et que si cela arrivait ce serait « la volonté de Dieu ».

La campagne d’information en milieu urbain

  • 2 Association non gouvernementale.

74La famille de l’avenir « tanzim al-osra »2 organise chaque semaine plusieurs conférences publiques pour faire prendre conscience à la population des problèmes relatifs au contrôle des naissances. Ces conférences sont dirigées par de jeunes médecins qui n’ont pas encore leur propre clinique.

75L’organisation dispose d’un comité de formation permanente, composé de gynécologues et de pharmaciens. Ceux-ci organisent des stages à l’intention des jeunes médecins, pour leur expliquer le type d’information à diffuser parmi la population, et la façon de le faire pour parvenir à convaincre le public de la nécessité du contrôle des naissances.

76Au mois d’avril 1981, nous nous sommes rendues à plusieurs conférences publiques organisées par la famille de l’avenir afin de mieux comprendre et apprécier les activités de l’organisation.

77Les conférences se tiennent un peu partout à travers le pays, s’adressent à un public relativement homogène — soit sur le lieu de travail, soit dans un quartier. De ce fait, l’assistance est tantôt masculine, tantôt féminie, tantôt mixte.

78L’une des conférences dont nous avons été témoins s’adressait aux troupes de la Sécurité nationale (àmn al-markazi), un public exclusivement masculin, dans une de leur caserne située non loin de la route agricole le Caire-Alexandrie (gouvernorat de Charkieh). Environ mille personnes étaient présentes après que la famille de l’avenir se soit chargée de la publicité de la rencontre, de son organisation, étant seule responsable de l’ensemble. Comme lors de chaque réunion, un médecin, deux jeunes volontaires, et une pharmacienne (qui travaille à temps complet dans l’organisation) dirigeaient le débat. Il est fréquent qu’un homme de religion s’y associe.

79Une autre conférence s’est tenue dans le quartier de Daher au Caire et était destinée à un groupe d’environ trente personnes, femmes et hommes. Le local étant une crèche, beaucoup de mères ont assisté au débat alors qu’elles venaient chercher leurs enfants.

80La pharmacienne s’est adressée au public pour expliquer l’utilité du contrôle des naissances pour la vie de chacun. Son discours, son langage étaient simples, convaincants. Ce fut le début d’un dialogue animé qui n’a fait que croître d’intensité avec la présentation du médecin.

81Ayant assisté à ces conférences où rien n’avait été spécialement préparé à notre intention, nous avons pu apprécier le sérieux du travail de la famille de l’avenir. Le discours était convaincant, les conférences — conçues sous l’angle d’un dialogue — bien travaillées, le langage simple et dépouillé.

82Au-delà, le mouvement organise des consultations pour ceux qui le souhaitent, fournit gratuitement les services médicaux et les moyens contraceptifs.

83Un exemple de l’intérêt de ces activités en matière de contraception : la famille de l’avenir se charge de placer gratuitement le stérilet qu’elle vend 1.50 L.E. tandis que celui-ci s’achète 5 L.E. en pharmacie. (Un médecin demande environ 35 L.E. pour placer un stérilet, qu’il enlève pour 10 L.E.). Tandis que la publicité préparant la conférence destinée aux troupes de la Sécurité nationale a été organisée par la famille de l’avenir, c’est le Ministère des Affaires Sociales qui était chargé de l’information préparant la réunion dans le quartier de Daher. L’organisation la famille de l’avenir, étant une structure non-gouvernementale qui souhaiterait être reconnue par les instances dirigeantes, tend à adopter cette politique de partage des responsabilités. De même, elle demande à ce que des membres du Ministère des Affaires Sociales collaborent à ses activités. S’il faut en juger par la réunion de Daher à laquelle nous avons assisté, il faut reconnaître que la publicité a été très mal faite.

84Le public se limitait à environ trente personnes alors qu’on escomptait le double. Toujours est-il qu’après la réunion le public était très satisfait, et demandait l’adresse du siège de l’organisation. Autre résultat positif : femmes et hommes étaient réunis. Les femmes parlaient ouvertement de leurs problèmes. A travers la discussion, une chose paraissait évidente : beaucoup de femmes continuent à avoir plus d’enfants qu’elles n’en souhaitent par ignorance des méthodes contraceptives.

85En second lieu, la non-disponibilité des moyens anti-conceptionnels pose souvent des problèmes aux femmes déjà convaincues de l’utilité du contrôle des naissances. Ainsi, celles qui adoptent la pilule se heurtent à l’absence sur le marché de la marque qui leur convient. Elles doivent en acheter une autre. Ces pilules mal adaptées provoquent vertige, nausée etc...

86Beaucoup de femmes se découragent et en viennent à croire que la pilule est nuisible à leur santé. Elles l’abandonnent et se retrouvent enceintes. La consultation d’un gynécoloque revient à 5 L.E. environ, ce qui est généralement inaccessible à la femme appartenant aux milieux concernés par la campagne de contrôle des naissances.

87Citons par ailleurs un cas : celui d’une femme qui souffrait d’hémorragies importantes qui nécessitaient l’enlèvement du stérilet qu’elle avait fait placer. L’intervention allait lui coûter 10 L.E., ce qu’elle ne pouvait se permettre... Mauvaise publicité pour le stérilet.

88Les activités de la famille de l’avenir tendent à remédier à ce type de problèmes, dans les limites des possibilités de l’organisation.

Notes

1 Lors d’une recherche antérieure dans le village de Kerdasa, Hoda FAHMY avait remarqué que la moyenne des grossesses des femmes de Kerdassa s’élevait à environ 10 ou 15, le nombre moyen des enfants étant de 4 à 8. Celà permet de situer la différence entre le nombre de « ventres » (traduction du terme arabe « batn » utilisé dans la circonstance) et le nombre d’enfants survivants.

2 Association non gouvernementale.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/961/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Femmes du village de Kerdassa.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/961/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 486k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable