Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La campagne de contrôle des naissances en Égypte

 | 
Marie-Christine Aulas
, 
Hoda Youssef Fahmi
, 
Amira Machhour

D — Réactions à la campagne de contrôle des naissances

Texte intégral

1 — Articles

Al-Ahrar, 5 Janvier 1981

1Suggestion pour abolir l’Organisation du Planning Familial

2Mohamed Gab Allah, membre de l’Assemblée du Peuple, a présenté une suggestion visant à abolir l’Organisme du Planning Familial. Son argument étant que l’Organisme en question est totalement inutile puisque la population s’accroissait d’un million par an et que depuis la création de l’Organisme du Planning Familial, elle augmente d’un million tous les neuf mois.
MAYO,
15 Juin 1981

Question urgente !

3Que pensent les individus de la campagne du planning familial à travers les différents moyens de communication et est-ce que cette campagne a réalisé ses objectifs ?

41 — Abdel Nasser Mustafa Salama - étudiant à l’université d’Al-Azhar

5Je pense que cette campagne n’a pas du tout réalisé ses objectifs. Elle ne s’est pas intéressée de quelque façon que ce soit, à la souffrance et à la misère que peuvent causer trop d’enfants dans une famille de bas niveau économique. De même, cette campagne ne s’est pas adressée au milieu rural, là où réside vraiment le problème de la surpopulation et de l’ignorance. S’il n’y a pas d’efforts déployés, la campagne publicitaire à travers les moyens de communication ne fera qu’accroître le problème.

62 — Mona El Kadi - employée du gouvernement

7La campagne publicitaire de planning familial devrait s’adresser en priorité aux femmes dans le but de les convaincre de limiter les naissances. La femme en milieu rural s’imagine que plus elle a d’enfants, moins son mari l’abandonnera. Le planning familial a commencé en Egypte voilà 20 ans et la preuve de son échec c’est l’augmentation considérable de la population durant cette période. Nous avons besoin de regarder, et de nos propres yeux, des résultats positifs concrets au lieu de « regarder autour de nous » !

83 — Ali Abdel Makssoud - Syndicat des ouvriers.

9La campagne publicitaire s’est transformée en une anecdote. Les slogans de la campagne sont devenus un divertissement pour les individus, surtout après la loi obligeant les magasins et ateliers à fermer plus tôt, donnant ainsi à chacun l’occasion de se divertir chez soi devant la télévision.

Revue « Radiodiffusion et télévision », 6 Juin 1981

10Dans le courrier des lecteurs, une lettre de Mohamed El Mahdi Ismail, membre du Parti National à Alexandrie :

11« Le planning familial ne se fait pas par des slogans »

12Plusieurs slogans actuels sont incompréhensibles et irréels. Par exemple les slogans du planning familial « C’est ton choix », « Regarde autour de toi », « Découpe et Colle », et autres slogans incompris par les mères de famille et les paysans. Ne serait-il pas préférable d’utiliser des slogans plus simples et plus clairs comme : trop d’accouchements nuisent à la santé ou influencent négativement le revenu de la famille, la science moderne a prouvé que le quatrième enfant est fréquemment faible et impotent.

13Nous en avons assez des slogans et des symboles médiocres.

Al Ahram, 8 Juillet 1980

14(Cet article se situe dans le cadre d’une série d’articles publiés dans le même quotidien et traitant du contrôle des naissances à la suite de la campagne lancée par le gouvernement).

15Titre : « POURQUOI VEULENT-ILS ACCROITRE LES NAISSANCES CHEZ EUX ET NOUS DEMANDENT-ILS DE LES CONTROLER CHEZ NOUS ? ».

16Auteur : Dr. Mohamed Sadek SABOUR : (Professeur à la faculté de médecine de l’Université d’Aïn Chams)

1 — Est-ce que l’augmentation du taux des naissances est la cause essentielle du surpeuplement en Egypte ?

17La population est influencée par deux facteurs : le taux de natalité et le taux de mortalité. Le premier s’accroît au contraire du second qui décroît. La population de tout le monde augmente depuis le début du siècle, parallèlement au contrôle progressif de la nature et des maladies. Il est très important d’avoir un équilibre entre population et ressources économiques, mais le contrôle des naissances est-il toujours la seule solution pour parvenir à cet équilibre ?

  • 1 Kamal Mansour in revue « Masr et Moassra Janvier 1964

18Pourquoi ne respectons-nous pas la loi scientifique selon laquelle la science est infinie.1

19Ceux qui sont favorables à la diminution du taux de natalité, croient à la théorie de Malthus (1798). Malthus ne possédait pas toutes les informations nécessaires entre autres les statistiques de population, sans parler des moyens nécessaires à une analyse détaillée pour prouver sa théorie. Ainsi Malthus avait prédit que le revenu des individus au 19° siècle allait diminuer dans la proportion de 16 à 5 par rapport au siècle précédent. Cette prévision ne s’est pas réalisée, au contraire le revenu de la production mondiale par individu est multiplié par », comme le prouvent les statistiques.

20Le taux de population à l’échelle internationale s’accroît de 2 % chaque année. En fonction de cela il faudrait augmenter la production alimentaire de 2 % ou plutôt de 4 % pour pallier les famines qui sévissent dans certaines parties du monde. Ceci est possible si l’on emploie les méthodes actuelles de production sans changement radical, mais seulement en adoptant certains modes de consommation. Ceci sans avoir à exploiter toutes les ressources d’énergie mais en espérant pouvoir utiliser l’eau de mer, en la rendant potable.

21Par exemple en 1885, aux Etats Unis, avant d’employer la technologie, l’agriculteur produisait ce qui était nécessaire à 4 individus. Après avoir utilisé des méthodes relativement simples, en 1945 l’agriculteur américain pouvait fournir les besoins alimentaires de 11 personnes.

  • 2 Conférence faite par le Dr Mohsen TEWFICK le 19 Juin 1980 « Magma El Masri El Sakafa el Eameya » (c (...)

22Avec des méthodes technologiques plus avancées, il nourrissait 75 personnes en 1979. Donc la production de l’agriculture a augmenté de 700 % en l’espace de ces 30 dernières années.2.

23Autre exemple : s’il est juste qu’il existe une diminution continuelle dans la production de viande, les recherches scientifiques réalisées au cours des 20 dernières années, surtout au Japon et en Suède, ont prouvé qu’il était possible de produire des protéines venant des algues marines. Ceci pourrait multiplier par 700 la production de protéines. On retrouve encore ici le principe de l’infinité de la science.

2 — L’absence d’efficacité du programme de planning familial

24L’auteur analyse là ce qui a été publié en 1973 de part le monde à propos du programme du contrôle des naissances. Il en conclut que ces programmes n’ont pas eu pour résultat la diminution du taux de natalité à l’exception du Japon où l’avortement a été autorisé et d’un village mexicain où chaque couple marié était suivi par un contrôleur. ( !..) à l’exception de ces deux exemples, le taux de natalité est resté ailleurs le même et peut être même a-t-il augmenté dans certains cas. C’est le cas de l’Egypte où le taux de naissance démographique qui était de 2,4 % depuis 15 ans est passé à 2,8 %.

3 — La campagne de planning familial est suspecte

25Cependant, on remarque que la campagne ne concerne pas certains pays. Par exemple les Etats-Unis avec une population de 220 millions d’habitants encouragent l’immigration, l’Union Soviétique avec 260 millions est favorable à l’augmentation de la population pour peupler des régions inhabitées comme la Sibérie. Si l’on observe attentivement le conflit sino-soviétique, on note qu’il s’agit en partie d’un conflit à propos de territoires à peupler. Les deux grands pays tendent plutôt à accroître leur taux de natalité, car le nombre d’habitants est considéré comme une force productive au niveau matériel et intellectuel. Il n’existe aucun prétexte ou d’argument nous autorisant à dire que les ressources naturelles sont à l’origine de la campagne actuelle.

26Le problème concerne avant tout la distribution des ressources. Alors que 20 % de la population des pays du Tiers-monde est sous alimentée, que 60 % ne dispose que du strict minimum vital, on remarque que les autres pays se plaignent d’un surplus alimentaire.

27La plupart de ceux favorables au contrôle des naissances dans les pays sous-développés, et qui sont généralement originaires des Etats-Unis ou d’Angleterre, ne considèrent pas le problème des ressources économiques en fonction de la population. Ils sont plutôt motivés par la peur de voir la population des pays sous-développés augmenter au risque de mettre en péril les caractéristiques occidentales de type racial comme le disait, le britannique Julien Harksuy et l’américain Clark Brown.

28En 1961, la télévision britannique diffusa un programme où la personne interrogée insistait à ce que l’on ne diminue pas le taux de natalité en Angleterre tout en proposant de contrôler les naissances des peuples asiatiques et africains...

4 — La campagne du contrôle des naisances a toujours utilisé comme argument que la surpopulation est la cause de notre sous-développement

29L’Egypte possède des ressources et en même temps est pauvre. Ceci n’est pas dû au-surpeuplement mais à l’ignorance de la population...

30Le Nil et sa vallée peuvent produire pour des millions et des millions d’individus l’essentiel étant d’avoir une nouvelle planification. C’est un déficit mental de la part des planificateurs plus qu’un problème de surpopulation. On rappelle toujours qu’à l’époque de Mohamed Aly la population égyptienne comptait moins de 4 millions alors que nous sommes plus de 40 millions aujourd’hui. Mais on oublie de dire qu’à l’époque des 18ème et 19ème dynasties pharaoniques, la population de l’Egypte s’élevait à 30 millions comme cela a été prouvé sur les fresques de l’époque. En ce temps là, il existait un bien être général. De même à l’époque ptolémaïque la production d’orge de l’Egypte était telle qu’on pouvait exporter les surplus.

31La côte méditerranéenne était un paradis agricole qui exportait elle aussi les surplus de l’Egypte.

El Da’wa, No 48/1980

32Ahmed EL SOUFI

33Attention : Cette campagne prend le mauvais chemin pour contrôler les naissances.

34Titre : LE PROBLEME EN EGYPTE N’EST PAS LE SURPEUPLEMENT. C’EST UN PROBLEME DE VALEURS ET DE PRINCIPES.

35Cette campagne de contrôle des naissances n’est pas nouvelle. Elle est née en Europe au début du 19ème siècle puis elle est arrivée en Egypte dans les fourgons du colonialisme. Celui-ci a donné un aspect attrayant et des formes diverses pour attirer les individus et les encourager. Cette campagne a échoué de façon manifeste ces jours-ci. Et nous ignorons dans l’intérêt de qui elle est maintenue. Dans l’intérêt de qui l’Etat dépense des sommes énormes à travers les moyens d’information ? Est-il exact que ce soit pour résoudre les problèmes économiques comme on le dit ?... Cette campagne épouse une vision étroite de la situation, le problème économique en Egypte n’est pas dû à la surpopulation mais à une mauvaise planification...

36La solution serait une bonne planification permettant à la jeunesse de penser de façon saine.

El Goumhourya, 15 Février 1981

37« LE PLANNING FAMILIAL... PENETRE CHEZ LES PAYSANS ».

38Djihan El Sadate a commencé l’expérience en se rendant à Minieh, Beni Suef Dakahlia et Baheira.
par Nahed EL MENCHAOUI

39La campagne du planning familial en Egypte entame une nouvelle étape. L’étape visant à communiquer directement avec la population dans les différents gouvernorats dans le but de les convaincre d’utiliser les méthodes anticonceptionnelles d’une manière non traditionnelle.

40Lors de la conférence internationale du planning familial qui s’est tenue voilà deux semaines, Madame Sadate a déclaré combien les résultats positifs de la campagne publicitaire du planning familial étaient nombreux. Quant aux aspects négatifs, peu nombreux, ils se limitent au fait qu’il n’y a pas eu suffisamment de contacts individuels avec les paysans, avec le milieu rural en général, surtout parmi la population analphabète.

41Madame Sadate a donc commencé elle-même à mettre en pratique cette recommandation en visitant le gouvernorat de Minieh. Là-bas, elle a rencontré des paysannes, a discuté avec elles des méthodes contraceptives, les a écoutées, et a corrigé certains préjugés.

Le Parti fait sienne la campagne publicitaire

42Le docteur Mamdouh Gabr, Ministre de la santé, a déclaré que la communication directe est une nouvelle méthode de la campagne publicitaire du planning familial. Cette méthode a été adoptée par le parti National. Mme. Djihan El Sadate a commencé à établir cette communication directe avec la population à Minieh en tant que Présidente du Comité de supervision, créé par le Conseil supérieur du planning familial. Elle a l’intention de visiter ensuite Beni Suef, Dakahlia et Baheira.

43Le Ministre de la Santé, le docteur Mamdouh Gabr a déclaré que la campagne est basée sur la communication individuelle entre la population et les dirigeants dans tous les gouvernorats aux niveaux rural et urbain. Il a ajouté que cette année pour réussir cette campagne de planning familial par la communication individuelle dans chaque village, une loi doit être votée par l’Assemblée du Peuple afin de permettre à l’infirmière compétente d’offrir ses services au niveau du village dans le domaine du planning familial et surtout dans l’utilisation des méthodes contraceptives, la pilule et le diaphragme en particulier.

44Monsieur Kamal El Hadida, gouverneur de Minieh, qui a accompagné Mme. Djihan El Sadate au cours de sa visite, a déclaré que le programme a commencé par Minieh parce que sa part de budget dans le second programme de planning familial qui concerne 8 gouvernorats s’élève à 55 000 L.E. pour la publicité du planning familial.

45Minieh a eu aussi droit à plusieurs ambulances pour assurer les services du programme ainsi qu’à de nombreuses voitures pour pouvoir se déplacer et sensibiliser la population dans le domaine médical et publicitaire.

Des visites dans les maisons

46Dans sa nouvelle formule, le projet a pour but de développer la méthode visant à offrir des services à la population en ville et dans les villages, en allant visiter les familles chez elles, avec l’aide des médecins, des infirmières, renforçant ainsi les liens entre les centres médico-sociaux et les familles.

47Tout ceci a lieu grâce à l’amélioration de la qualité des services dans le village, en créant des centres de formation pour les infirmières et les médecins, un centre médical dans la ville de Dar Mawan, et des unités médicales développées dans les villages du gouvernorat. Le projet vise 280 villages.

Les traditions ne sont pas un obstacle

48Selon le gouverneur de Minieh, les traditions de la Haute Egypte ne sont pas un obstacle au planning familial. Elles sont presque identiques à celles qui existent dans le Delta. Dans le village, une bonne publicité requiert le contact personnel avec la population. Ceci doit se faire par l’intermédiaire des gens de religion, des infirmières, des « dayas » (sages femmes), des responsables locaux. Il faut ensuite utiliser les méthodes d’information qui existent dans les centres d’enseignement de chaque gouvernorat en présentant des films, des pièces de théâtre qui visent à encourager la population à appliquer le planning familial.

Le Développement... une autre méthode

49Ama’a Eleiwa, membre du Comité du Peuple et précédemment présidente de la publicité immobilière, a trois enfants. Selon elle, les gens de religion, musulmans ou chrétiens, ont un rôle primordial visant à dialoguer avec les paysannes, à leur expliquer que le planning familial n’est pas un péché. Ce contact direct pourrait être extrêmement efficace puisque nous savons tous très bien combien la religion joue un rôle important dans les villages et à quel point la religion est respectée.

50Madame Eleiwa ajoute qu’en dehors du contact personnel, il serait souhaitable d’apprendre aux paysannes un nouveau métier artisanal pour aider au développement du village.

51Quant au docteur Afaf Ismaïl, directrice des affaires médicales à Minieh et spécialiste de la formation des infirmières dans le cadre du second projet, elle pense que former les infirmières à apprendre aux épouses à utiliser le diaphragme par exemple permet d’encourager les femmes à utiliser les méthodes contraceptives qui ne nécessitent pas de consultation préalable. Ceci leur épargne une visite chez le médecin, chose qui n’est pas toujours facile du fait des traditions du Saïd (n.d.l.t. : Haute et Moyenne Egypte).

Les « Dayas » (Sages femmes)

52Madame Rifai Saïd, directrice de la section médicale à Samalout (village du gouvernorat de Minieh), a demandé s’il allait exister un lien entre la « dayas » et l’infirmière de façon à ce que la « dayas » tire un profit matériel et dispose d’un salaire qui la compense de son rôle de sage femme. Le Ministre de la Santé a approuvé cette requête.

53Ce dernier a même ajouté que les « dayas » font partie du programme et seront sous la tutelle du Ministère de la Santé, et en bénéficieront matériellement. Les « dayas » pourront jouer un rôle important dans le projet compte tenu de leurs connaissances et de la confiance dont elles jouissent au sein de la population.

Les étudiants aussi...

54Madame Kawsar El Nazhi, directrice des institutrices à Minieh, pense qu’il faudrait se faire aider par les étudiantes et les institutrices, celles-ci pouvant visiter chaque maison de la ville de Minieh afin de sensibiliser la population sur le planning familial.

En conclusion

55Cette nouvelle étape du programme du planning familial qui a commencé à Minieh devrait s’étendre aux autres gouvernorats. Pour qu’elle réussisse, il faudrait la contribution de tous les efforts.

Al Ahram, 9 Mars 1981

56Reportage de Bahira Moukhtar

Entretien franc et sincère entre la première dame d’Egypte et une paysanne de haute Egypte sur le planning familial. La sage-femme est le « charançon » du projet. Elle s’applique toujours à le détruire. Pour parer son mal il faut la joindre au planning familial

57La première dame d’Egypte s’est rendue dans les villages de la Haute Egypte. Elle a eu une première rencontre avec les villageoises de Minieh lors d’un entretien franc et sincère sur le planning familial. Les villageoises ont dit à la première dame d’Egypte : « Nous employons les méthodes contraceptives, mais nous n’allons pas chez le médecin pour être examinées ». Les paysannes ont dit : « La sage-femme est le « charançon » du projet du contrôle des naissances, c’est elle qui s’applique à le détruire dans toutes les maisons ».

58Ce n’était pas la première fois que Mme. Gihane El Sadat, la première dame d’Egypte se rendait dans les villages d’Egypte pour discuter avec les villageoises à propos du planning familial.

59Cette expérience débuta dans le gouvernorat de Menoufia, où les dames guides de religion et les infirmières ont été formées pour ce projet, supervisé par le Dr. Saad Gadallah, directeur du Centre des Recherches Sociales à l’Université Américaine, dans le but de faire du porte à porte et de distribuer les pilules après examen médical à la clinique. Le projet a permis d’accroître le nombre des patientes à Ménoufia. Mme. Gihane El Sadat concentrait ses activités dans des discussions avec les guides de campagne, les directions médicales, à propos de l’importance qu’il y a à répandre des méthodes différentes comme le « stérilet », « le diaphragme », en évitant de se concentrer sur les pilules. Le problème de l’oubli dans lequel tombaient les citadines était plus dangereux à la campagne où l’on ne peut jamais être sûre que la paysanne fait usage des pilules de façon efficace. Lors de sa visite au gouvernorat de Minieh pour voir les nouveaux centres médicaux qui offrent des soins intensifs, dans le cadre du deuxième projet d’habitat, supervisé par le Ministère de la Santé, un entretien direct s’est tenu avec une villageoise qui fréquente les centres de contrôle des naissances. Au village de Kolosna, à Ménieh, la première dame d’Egypte a demandé à l’une des villageoises quelle méthode contraceptive elle employait. Celle-ci a répondu : « J’ai mis un « stérilet » depuis six ans ». Elle lui a demandé : « Est ce que tu consultes le médecin pour faire un examen médical ». « Non ! » a-t-elle répondu.

60L’entretien s’est poursuivi ensuite sur te même sujet avec le Dr. Mamdouh Gabr, Ministre de la Santé, qui a dit que le deuxième projet d’habitat vise à accroître les moyens des employés aux projets sanitaires et au planning familial, en vue d’éviter ces lacunes.

61« La sage-femme à la campagne nous met en garde contre les pilules contraceptives et toutes autres méthodes de contrôle des naissances » a avoué une paysanne. Raïfa Said, à l’Administration Sanitaire de Samalloutta, a déclaré que la sage-femme est le « charançon » du projet. C’est elle qui s’applique à détruire toute initiative. « Nous devons la joindre au projet », a-t-elle ajouté. Dr. Mamdouh Gabr, Ministre de la Santé, a approuvé. « L’opinion de base à la campagne diffère de celle des directions des syndicats qui s’imaginent que le corps des infirmières refusera d’admettre les sages femmes dans son sein » a-t-il dit.

62Beaucoup d’autres idées qu’on n’avait jamais entendues jusque là à la campagne ont surgi. Une paysanne a dit à la première dame d’Egypte : « Les frais que nécessitent les enfants sont très élevés. Je limite le nombre de mes enfants grâce aux pilules car j’en ai déjà trois ».

63« J’ai deux enfants seulement et j’emploie la pilule » a déclaré une guide de campagne.

64Dr. Raïfa Said a dit : « Il faut former le plus grand nombre de médecins aux méthodes contraceptives, en vue de propager celles-ci dans les villages éloignés. Il faut aussi convaincre les hommes d’utiliser des moyens contraceptifs ».

65Dr. Mamdouh Gabr, Ministre de la Santé, a dit à la première dame d’Egypte : « C’est pourquoi nous veillons lors de la répartition des médecins dans les centres médicaux, à renforcer ces centres avec des femmes médecins, et plus particulièrement en Haute Egypte, ceci dans le but de surmonter cette difficulté. J’élabore actuellement un projet de loi, qui sera soumis à l’Assemblée du Peuple, autorisant les infirmières et les infirmières itinérantes à pratiquer l’insertion du « stérilet » après les avoir formées à un niveau élevé. Nous choisirons les meilleures ».

66Une villageoise a dit : « Nous voulons une garderie de jour pour les nourrissons dans notre village ».

  • 1 n.d.l.t. : stimulants matériels.

67Le corps des infirmières a entamé le débat sur les « stimulants »1

68La première dame a répondu : « Le calcul des stimulants est très facile. Il faut d’abord que le centre donne un résultat satisfaisant. Il doit indiquer l’augmentation du nombre de femmes qui le fréquentent, le nombre des défaillantes, et les raisons de leur défaillance. Subissent-elles un examen médical périodique ? Poursuit-on celles qui cessent de prendre les pilules ? Arrive-t-on à les convaincre de suivre une autre méthode ? Le nombre des enfants nés a-t-il diminué ? Si le centre réussit à donner de bons résultats avec les directions populaires, le compte des « stimulants » sera très facile au cas où le centre parvient à donner les soins médicaux ».

69Au village d’EL AWAYSSA, et dans l’entretien direct entre Mme. Gihan El Sadat et les villageoises, le problème était plus manifeste.

70La première dame a demandé à l’une d’entre elles si elle employait une méthode contraceptive. « Oui, les pilules » a-t-elle répondu. Elle lui a demandé le nombre de ses enfants. « Trois » a-t-elle répondu à voix basse. La première dame lui a dit en souriant « Il parait qu’ils sont plus nombreux ». La villageoise a souri aussi : « Oui, ils sont plus nombreux ».

71Une autre paysanne portait un enfant de huit mois, « C’est mon sixième enfant » a-t-elle répondu à la première dame d’Egypte, ajoutant qu’elle n’employait aucune méthode contraceptive parce qu’elle allaitait son nouveau né. Elle a dit qu’elle avait pris la pilule, mais qu’elle avait été atteinte de maux de tête et a cessé pour cela de l’employer.

72Une paysanne de 28 ans, qui avait trois enfants, a dit qu’elle prenait la pilule mais qu’elle a actuellement cessé de la prendre parce qu’elle éprouvait un malaise. Une paysanne ayant son certificat d’études préparatoires a dit que son poids a augmenté, qu’elle est continuellement atteinte de céphalgie à cause des pilules qu’elle prenait.

73La première dame d’Egypte a répondu que des millions de femmes dans le monde entier prenaient la pilule contraceptive. Ces symptômes étaient sûrement dus à d’autres causes. Elle a demandé d’étudier les cas des personnes qui ont cessé de prendre les pilules, d’essayer de les convaincre d’employer une autre méthode comme le « stérilet » ou toute autre méthode contraceptive traditionnelle.

74Ce tableau nous dévoile ce que les recherches menées par l’organisation des informations ont établi, à savoir 50 % des deux mille époux et épouses ont déclaré que les « effets secondaires » des pilules se prolongeaient même en prenant les pilules. Une proportion de 13 % d’entre eux a déclaré n’en rien connaître. 20 % de cet échantillon croient que les effets secondaires sont une raison suffisante pour cesser d’employer cette méthode.

75Nous devons convaincre les jeunes épouses de limiter la naissance de leurs enfants sans se limiter seulement à celles qui ont déjà donné naissance à six ou sept enfants. Nous devons les aider à choisir la méthode qui leur convient, mais nous devons encourager les jeunes.

Al Akhbar, Vendredi 28 novembre 1980

Présentation :

76La rubrique quotidienne « Vers la lumière » est publiée en page 4 du journal à grand tirage AI Akhbar par le journaliste Mohamed Zaki Abdel Kader. Ce dernier présente et parfois commente le courrier des lecteurs.

77La plupart des lettres publiées concernent des problèmes personnels ou généraux, des opinions ou des critiques de certaines questions d’actualité sociale.

78La quatrième lettre publiée ce jour dans cette rubrique a été envoyée par une étudiante à la faculté de médecine de Kasr El Aïni.

79Texte : « Je ne comprends pas combien de temps durera encore cette cette campagne pour le planning familial puisqu’elle n’a donné jusqu’à présent aucun signe de réussite ou d’intérêt quelconque auprès de la majorité de la population. Ne serait-il pas plus profitable d’accorder davantage d’intérêt à l’augmentation de la production. Les terres agricoles diminuent sans cesse sous l’effet de nouvelles constructions. La production agricole baisse continuellement car personne n’est intéressé à l’accroître.

80La main-d’œuvre agricole diminue à cause de la migration vers d’autres secteurs... Comment peut-on mettre tout ceci de côté sans y concentrer notre intérêt qui est actuellement monopolisé par une campagne sans succès visant à contrôler les naissances et à intervenir en vue d’arrêter la procréation d’une vie que Dieu a voulu donner. »

Al Ahram, 13 Mars 1981

Signature d’une convention avec les Etats-Unis : augmentation de la subvention du planning familial de 26 millions à 45 millions de dollars

81Une convention tendant à augmenter le volume de la subvention américaine pour le projet de Planning familial, de 26 millions de Dollars à 45 millions, nous écrit Farouk Abdel Méguid.

82Cette subvention a pour but de former des médecins et des techniciens dans le domaine de la sécurité médicale notamment le contrôle des naissances, et de fournir les moyens nécessaires à sa réalisation, outre l’hôpital d’El Galaa. Ont signé ladite convention : Dr Abdel Razzak Abdel Méguid, Vice-Premier Ministre, M. Alfred Atherton, Ambassadeur des Etats-Unis au Caire et M. Donald Brown, Président de l’Organisme des aides et subventions. Madame Dr. Amal Osman, Ministre des Affaires Sociales, affirme que cette convention a une grande importance du point de vue économique, social et médical, et que le planning familial est notre but dans l’avenir.

83Dr. Mamdouh Gabr, Ministre de l’Hygiène déclare que le montant de l’aide a augmenté grâce aux efforts des préposés à l’Agence de Développement des Affaires et Assurances Sociales, de l’Ambassadeur des Etats-Unis, et que le succès de cette convention est dû à la politique de paix dont l’Egypte a établi les bases sous la conduite du Président Sadat.

84Le gouvernement des Etats-Unis conclut avec l’Egypte des dizaines de conventions, conscient de son rôle dans la région du Moyen-Orient, a enfin déclaré l’ambassadeur américain.

Al Ahram, 10 Décembre 1977

85Reportage de Ahmed NASR EL DIN

86Titre : Pourquoi le programme du Planning familial a-t-il échoué à Minieh ?

87Le bureau du programme du planning familial dans le gouvernorat de Minieh dépend du centre du planning familial égyptien. Ce bureau, comme le Centre général du Planning familial, n’a pas pu parvenir à diminuer le taux de croissance démographique. Le responsable social du bureau de Minieh, M. Mohamed Rachid KASSEM, avoue l’échec du bureau qui contrôle 230 unités dans les villages et villes moyennes du gouvernorat. Ils n’ont pas pu attirer plus de 19 000 mères de famille, soit 1 /16 de la population féminine du gouvernorat qui compte 325 000 mères de famille.

  • 3 [N. d. l.t. : nous reprenons le chiffre tel qu’il a été publié dans AL-AHRAM].

88Selon le responsable, l’échec est dû au manque de moyens disponibles. Le Centre n’a qu’une voiture pour réaliser la campagne, faire des séminaires, contrôler le travail des bureaux secondaires. Le budget du bureau se limite à 3 000 L. E. par mois alors qu’il y a 11 000 responsables3 pour exécuter les programmes de planning familial. Chaque bureau du village dispose d’un médecin, celui de l’unité médicale, un contrôleur social, les membres de l’enseignement ceux du Parti socialiste. Toutes ces personnes sont à la disposition du bureau du planning familial pour exécuter le programme à l’intérieur du village. Il y a eu 35 séminaires en 1975, 4 en 1976. Après quoi, des difficultés ont empêché la tenue d’autres séminaires.

89L’auteur de l’article se demande si l’échec a été avoué de la sorte par le responsable du bureau du planning familial à Minieh. Que penser de ce qui se passe dans les autres gouvernorats surtout lorsque qu’on sait que l’Egypte est le 5ème pays au monde utilisant des ordinateurs pour ses recherches en matière de contrôle des naissances ?

90Le programme du planning familial a commencé, selon les sources officielles, avec une loi spéciale à propos du contrôle des naissances en 1957 après la création de 30 unités de planning familial. Si nous revoyons les principales étapes dans la campagne pour le contrôle des naissances, on remarque que chacune a rencontré beaucoup d’obstacles, ayant pour résultat de n’obtenir aucune solution au problème initial.

91En Janvier 1964, a été créé un conseil supérieur du planning familial. Le Cheikh Mahmoud Chaltout, cheikh d’Al Azhar, a déclaré que l’Islam n’était pas hostile au contrôle des naissances au moment où certains avançaient que le programme du planning familial allait à l’encontre de la religion.

92Au mois de Janvier 1965, la direction du conseil a été formée. Sept ministères étaient représentés de même que l’Union Socialiste Arabe. Le Vice-Président de la République, ainsi que le ministère de la culture y ont été associés. Après quoi, la routine et les lois ont contredit le bon fonctionnement de ce conseil. Et le 14 novembre 1965, une loi spéciale a été votée spécifiant que le conseil serait présidé par le Premier Ministre. Ceci pour libérer le conseil de la routine et répartir son travail dans les gouvernorats.

93Plusieurs congrès ont été organisés pour encourager le travail du conseil. A la suite de quoi on a mis sur pied 240 unités itinérantes pour travailler dans les villages éloignés. Ensuite les différents ministères se sont disputés la direction du conseil. Le nouveau conseil a été créé en 1967 sous la présidence de M. Hussein EL CHAFE1 avec la participation du ministère des Affaires Sociales.

94En juillet 1968, nouvel obstacle : 75 % des mères de famille ont cessé de fréquenter les bureaux de planning familial. Le comité a été constitué en octobre 1968 pour évaluer les besoins du programme et 7 millions de L. E. ont été attribués.

95En 1969, on a constaté une nouvelle diminution du nombre de femmes fréquentant les bureaux du planning familial.

96Plusieurs d’entre eux ont été fermés, surtout dans les villages éloignés.

97Après quoi, il y a eu une série de lois, de comités et de démarches souvent contradictoires.

98L’échec du bureau du planning familial de Minieh semble être la conséquence normale de l’échec global du programme.

Al Ahram, 29 Mars 1980

99Bahira MOUKHTAR

100Titre : Pourquoi les gens ne se rendent-ils pas aux centres du planning familial ?
- Deux millions de dollars dépensés pour cette campagne publicitaire.
Où va cet argent ?
Comment est-il dépensé ?

Article

101Il commence à propos d’une critique faite à la campagne publicitaire en cours.

102Il est dit que la critique va presque prendre la forme d’une campagne opposée à celle de la campagne publicitaire.

103Le slogan de la campagne « Regarde autour de toi, nous avons un problème de surpeuplement », a engendré une large hostilité tant à travers la presse qu’à travers les comités de publicité. Les articles publiés dans Al Ahram avaient prévu une telle critique et avaient demandé d’évaluer la campagne avant de l’entreprendre. De même Al Ahram avait attiré l’attention sur l’importance à accorder à la prise de conscience des paysans et non des citadins sur le problème démographique, car le problème est surtout localisé à la campagne.

104L’article évoque ensuite le grave problème qui a porté un coup sérieux à la campagne : celui du vol des œuvres artistiques de Salah Abdel Karim, directeur du département de décoration à la Faculté des Beaux-Arts.

105La campagne de planning familial a utilisé comme emblème la statue de l’artiste représentant la Maternité. Le vol s’est passé de la façon suivante : une nouvelle diplômée des Beaux-Arts a présenté comme étant sienne l’œuvre de Salah Abdel Karim au concours lancé pour choisir un emblème à la campagne publicitaire. La candidate a obtenu le premier prix comme s’il s’était agi de son propre travail. Cet incident est révélateur. Beaucoup se posent des questions sur la valeur de cette campagne. Beaucoup se demandent aussi quelle est la base du programme du planning familial en Egypte.

106Le responsable de cette campagne publicitaire est le docteur Robert HIGGINS, expert en publicité. Il est vrai qu’il existe d’autres comités consultatifs appelés à prendre les décisions définitives. Mais ces comités sont devenus des organes sans opinion. Aussi l’expert américain, ne connaissant pas les œuvres de Salah Abdel Karim, a apprécié l’emblème présenté par la jeune diplômée des Beaux-Arts en tant que tel. Comme il n’a pas consulté les autres personnes censées être coresponsables de la campagne publicitaire, il a choisi cet emblème pour la campagne. L’erreur a commencé là. Ceci révèle d’autre part comment cet expert prend seul les décisions sans consultation des autres responsables.

107L’article cite alors plusieurs comités responsables de la campagne publicitaire comme le comité exécutif de publicité subordonné au comité supérieur d’information, lui même subordonné au conseil supérieur du planning familial. Toutes ces organisations responsables de la campagne publicitaire ne sont que des marionnettes sans pouvoir décisif.

108A la suite d’un entretien entre le Dr Higgins et la journaliste, Bahira Mokhtar rapporte que « selon lui, la campagne publicitaire a réussi puisqu’on a pu distribuer des millions de prospectus expliquant les différentes méthodes contraceptives. De même, tous les chiffres relatifs au problème démographique sont diffusés à plusieurs reprises à la radio et à la télévision.

109Lors d’une visite à un centre médical dans un village de Charkieh, un médecin a déclaré au Dr Higgins qu’il ne pensait pas que le problème démographique en Egypte était si important que cela. Par ailleurs, le docteur Higgins a l’intention de faire distribuer gratuitement des pochettes d’allumettes portant le slogan « Regarde autour de toi » ainsi qu’une information sur le taux de natalité hebdomadaire : 30 000 naissances. Le spécialiste en publicité se demande pourquoi on distribue gratuitement les bottes d’allumettes. Selon lui, d’une part les personnes chargées de distribuer gratuitement les boîtes d’allumettes les gardent pour elles. Ce même spécialiste pense d’autre part que si l’on a décidé d’employer les boîtes d’allumettes comme un moyen de publicité, il serait préférable de les vendre comme n’importe quelle autre marchandise. Comme la population achète chaque jour des allumettes pour son usage personnel, elle achètera ces boîtes au lieu d’en acheter d’autres. Ce serait par là une source de financement pour la campagne, et donc une diminution de ses frais.

110Le docteur Higgins a plusieurs idées au sujet de la campagne publicitaire. Il compte faire distribuer des échantillons des moyens contraceptifs par les unités publicitaires à travers les différents gouvernorats, pensant ainsi inciter les gens à se poser des questions sur ce à quoi ils servent, comme ils le font lorsqu’est lancée, par exemple, une nouvelle marque de cigarettes.

111Nous constatons là que le Dr Higgins a une approche essentiellement publicitaire et non une approche faisant appel à la prise de conscience, ce dont nous avons besoin pour une campagne de contrôle des naissances.

112Les annonces publicitaires diffusées entre les programmes de radio et de télévision n’incitent pas la population à se rendre aux centres de planning familial pour employer des moyens contraceptifs. Avant de prendre cette décision, d’autres étapes précèdent. Ce sont des étapes de prise de conscience du problème démographique. La population sait qu’il existe un problème démographique comme il a été prouvé dans une étude « Jehaz el Tac bi a Wal-Ihsa’ ». ((CAPMAS). Cette recherche sur la fertilité a prouvé que 87 % de la population égyptienne sait qu’il existe un problème démographique, mais cela ne signifie pas pour autant que les gens vont aller de leur plein gré dans les centres de planning familial. C’est pourtant ce type d’information dont nous avons besoin pour inciter la population à contrôler les naissances.

113Cette campagne publicitaire doit se terminer fin avril mais ne sera pas la dernière. Elle doit se poursuivre avec une autre campagne qui commencera début juillet. Chaque campagne devrait corriger les erreurs et les failles de la campagne précédente.

114Nous devons soulever aussi le problème du Comité d’information. Celui-ci possède une étude réalisée par le Dr Mohieddin Khattab, responsable du centre des études sociales et économiques du Delta. L’organisation du Caire avait confié à ce dernier une recherche visant à connaître ce qui a trait au planning familial au Caire, et recueillir le type d’informations qui lui serait nécessaire. Cette recherche qui portait sur un échantillon de 1 000 personnes, a prouvé que 70 % des femmes et 30 % des hommes préféraient les petites familles avec 2 ou 3 enfants tout au plus, qu’ils étaient hostiles aux grandes familles de » enfants ou plus. Selon l’échantillon, 42 % des habitants du Caire pensent que 2 enfants constituent l’idéal, pour 48 % c’est 3 enfants. La recherche a encore prouvé que la question d’avoir une fille ou un garçon n’était pas un problème primordial, l’essentiel étant d’avoir un nombre d’enfants compatible avec la possibilité que l’on avait de subvenir à leurs besoins. Donc 92 % de l’échantillon a manifesté sa préférence pour les petites familles, citant les multiples bienfaits de celles-ci. 10 % a vanté les qualités d’une famille nombreuse. A travers cette recherche, on note que Le Caire ne doit pas être l’objectif essentiel de la campagne publicitaire puisque le facteur économique a déjà eu des effets quant au choix des individus pour avoir un nombre limité d’enfants.

115La recherche a également démontré que le projet du planning familial est connu, tant dans les couches moyennes que dans les quartiers pauvres, la campagne publicitaire ne doit donc pas viser les habitants du Caire.

116Par ailleurs, l’étude en question a prouvé que la pilule est un moyen contraceptif très connu des habitants de la capitale : 96 % de l’échantillon est au courant,59 % connaît le diaphragme, 27 % emploie des moyens contraceptifs masculins,5 % des procédés localisés, 71 % n’emploie pas la pilule mais sait très bien comment l’employer. Deux tiers des personnes interrogées connaissent un moyen autre que la pilule, et selon elles savent comment l’utiliser. Ce dont les habitants de la capitale ont besoin, c’est d’une information directe concernant l’emploi des méthodes contraceptives et non d’une prise de conscience. De même, la recherche a montré que tous les membres de l’échantillon savent qu’il existe des centres de planning familial...

117Nous constatons ainsi qu’il existe des recherches permettant de connaître la perception qu’a la population du problème. Toutes ces recherches devraient être prise en compte pour toute campagne publicitaire.

118Bahira Mokhtar, l’auteur de l’article, s’intéresse ensuite aux émissions diffusées à la radio et à la télévision. Selon, elle, il ne semble pas opportun qu’à la suite de ces émissions, on mentionne « avec les salutations du comité d’information ». Car ainsi, la population a conscience de l’influence directe qu’on tente d’exercer sur elle pour contrôler les naissances. Il serait préférable d’exercer une influence indirecte à travers les programmes présentés. De même, la plupart de ces types de programmes devraient être suivis de discussions visant à avoir une certaine efficacité.

119L’auteur aborde les effets des programmes publicitaires sur la population, prenant pour exemple le cas d’un groupe dans un quartier populaire de la capitale ayant pour nom la famille de l’avenir. Ce groupe avait monté un stand où se trouvaient beaucoup de personnes venues suivre un séminaire sur le contrôle des naissances. L’expert américain se trouvait là, ne comprenant évidemment pas ce qui s’y disait puisqu’il ne comprend pas l’arabe. Lorsqu’il y a eu une certaine agitation dans l’audience, l’expert a demandé ce qui se passait. On lui a répondu que les chiffres cités par l’orateur énervaient les auditeurs plus qu’ils ne les intéressaient car il y en avait trop. Après quoi, il y eut un silence total dans le centre. L’expert a alors demandé pourquoi il y avait un tel silence, on lui a expliqué que l’orateur parlait des effets du planning familial sur la santé de la famille.

120Autre récit concernant un film produit par le planning familial dans le cadre de la campagne en cours.

121Lors de l’une des séquences, le scénariste demande à un élève se rendant à l’école du village : « Que signifie le planning familial ? », et l’enfant de répondre : « Le planning familial signifie politesse, organisation à l’intérieur de la famille et respect des parents ». La réponse de l’enfant n’était pas fausse en soi, ce qui était erroné c’est la façon dont la question était posée. C’est une erreur totale du point de vue scientifique. Pour obtenir une bonne réponse à ce type de question, la tournure même de celle-ci devrait être différente. Dans ce genre de circonstances, il y a une façon particulière de poser les questions que connaissent les personnes chargées des recherches scientifiques. Pourquoi poser une telle question à un enfant ? Veut-on dire par là que le village égyptien ne connaît rien sur le contrôle des naissances ou autre ?

122Autre incident : lors d’un séminaire national organisé par le planning familial, une personne dans l’auditoire a déclaré que les citoyens qui payent des taxes se demandaient où allaient celles-ci et comment ces sommes étaient dépensées. La personne demandait par là pourquoi le gouvernement avait échoué dans sa tentative visant à limiter le taux de natalité, et ceci malgré tous les moyens dont il disposait. Cet incident nous amène à considérer les frais que représente cette campagne publicitaire pour le contrôle des naissances et à connaître la somme qui lui a été attribuée.

123La somme utilisée pour publier des annonces dans les journaux s’est élevée à 75 000 dollars. Nous savons par ailleurs que la campagne publicitaire dispose de 2 millions de dollars, comme budget préliminaire.

124La question se pose alors de savoir qui est responsable de l’utilisation de ces aides ? Car il s’agit là d’aides qui nous viennent de l’étranger. Le docteur Robert Higgins nous a dit que : « Cette campagne doit être rapide — il s’agit de la première — parce que je ne peux pas attendre les résultats d’une campagne de longue durée qui devrait se poursuivre à travers des contacts personnels. Ceci nécessiterait que je vive assez longtemps ».

125Pour l’auteur de l’article, une telle campagne exigerait des efforts plus importants. Si les experts internationaux en publicité ont obtenu des résultats dans d’autres pays sous-développés, l’Egypte a des caractéristiques particulières, des conditions économiques et sociales spéciales qu’il faudrait prendre en considération.

Al-Ahram, 21 décembre 1980

126La rubrique « Point de Vue » est écrite chaque jour par un journaliste différent. Ici : Naguib EL MESTEKAWI (journaliste de la rubrique sportive).

127Titre : « Regarde autour de toi »

128J’ai vu à la T.V. une interview réalisée à la Société du développement de l’environnement à Mehallah El Kobra.

129La discussion traitait de la campagne du planning familial. Le journaliste posait quelques questions aux femmes consultant le centre médical, à propos des moyens contraceptifs qu’elles employaient, du nombre d’enfants qu’elles avaient, des effets positifs de la contraception.

130Toutes les réponses relatives aux effets positifs de la contraception tournaient autour de la santé de la femme ; quelques unes citaient l’économie dans les dépenses. Aucune n’a parlé du surpeuplement et de ses effets sur la situation économique, ou de l’amélioration des soins portés aux enfants, leur santé, enseignement, éducation, qui sont inversement proportionnels à leur nombre. J’ai été vraiment étonné par l’absence d’une telle argumentation. Mon étonnement a disparu lorsque les femmes travaillant dans ce dispensaire ont donné des réponses identiques aux questions posées. Je jure par Hassanein et Mohamadein (personnages des films publicitaires diffusés par la campagne actuelle), par les efforts publicitaires, par le bâtiment luxueux en cours de construction au bord du Nil à Méadi qui doit servir de siège au centre de planning familial, je jure aussi par les millions de livres et de dollars dépensés en vain que la population est en croissance continue, que les gens se moquent bien de l’organisme responsable au point de l’appeler l’organisme de lutte contre le planning familial.

131Pour vous assurer de ce propos, il suffit de « regarder autour de vous ».

Al-Chabab, Mai 1980 n° 8/3° année

Présentation

132Cette revue a consacré dans chaque numéro plusieurs pages au problème démographique en Egypte.

133Dans cet article nous retrouvons quelques chiffres concernant la population égyptienne. (Recensement 1976 de l’Agence centrale de statistiques).

134En 1975, la population égyptienne comptait 37 726 000 habitants. En 2000 la population atteindra 66 millions environ.

135Texte : Nous devons faire quelque chose pour ralentir le taux de croissance démographique énorme en Egypte.

136Nous avons la chance que rien dans le Coran ne s’oppose à la contraception.

137Est-ce que vous savez que :

  • L’Egypte dépense un milliard de L. E. environ annuellement pour nourrir sa population.

  • Parce que l’Egypte doit dépenser la moitié de son budget en devises étrangères pour l’importation de produits alimentaires, il reste peu pour moderniser son économie.

  • A cause de la croissance rapide de la population, les écoles sont insuffisantes. Cela signifie que la moitié de la population égyptienne restera analphabète si la croissance démographique conserve son taux actuel.

  • Insuffisance de logements adéquats.

  • Main d’œuvre abondante d’où chômage et bas salaires.

  • Emigration des habitants de la campagne vers les villes.

  • En 1975, 51,2 % de la population vivaient dans les milieux urbains, cette proportion atteindra 64,4 % en l’an 2 000, c’est à dire 19 327 .000 habitants urbains en 1975 et 38 630 000 en l’an 2 000. Donc l’évolution est de 100 % en 25 ans seulement.

  • Pour diminuer l’analphabétisme, l’Egypte devra enregistrer dans les écoles 11,3 millions d’élèves en l’an 2000 (6,7 millions en 1975). Cela signifie davantage d’écoles et d’enseignants.

Données approximatives

  1. — En 1980, la population atteindra environ 41 640 000 habitants.

  2. — Le taux de croissance annuel est de 2,87 %, donc 1 166 000 habitants de plus en 1980.

  3. — Selon ce taux, la population doublera chaque 25 ans.

  4. — Un bébé naît chaque 20 secondes.

  5. — Actuellement la population augmente de :
    3 190 personnes par jour.
    133 personnes par heure.
    2 % personnes par minute.
    1 personne chaque 25 secondes.

  6. — Pour conserver un état de bien-être, le taux ne devrait pas dépasser 1 % par an. Donc l’Egypte croît 3 fois plus vite qu’elle ne devrait.

— Pourquoi la croissance démographique rapide est-elle nuisible ?

  1. — Plus de dépenses pour l’alimentation, pour l’habitat, et pour l’enseignement.

  2. — La lutte contre l’analphabétisme devient plus difficile. De même, difficulté de fournir emploi et salaire à la main-d’œuvre excessive.

  3. — Plus d’enfants et de grandes familles donc un revenu par personne plus limité, moins d’aliments, d’habits et un habitat inadéquat et encombré, davantage de maladies et un taux de mortalité infantile plus élevé.

— Quelle est la solution ?

  1. — Diminuer le taux de croissance à 1 %.

  2. — 2 ou 3 enfants par famille.

  3. — Efforts de développement et moins d’enfants.

— La production des produits alimentaires et la croissance démographique

  1. —Les terres agricoles atteignent 6 millions de feddans (1978). Chaque feddan nourrit 7 habitants à la campagne.

  2. — 70 % du blé consommé est importé.

  3. — La terre agricole est en majeure partie cultivée de produits destinés à l’industrie et au commerce (coton, etc.…)

  4. — En 1952, la superficie agricole était de 4 650 000 feddans et la population comptait 21 437 000 habitants, donc 4,6 personnes par feddan.

  5. — Si la croissance démographique conserve son taux actuel, en 20 ans seulement 1 feddan devra nourrir 10 personnes.

  6. — L’Egypte perd annuellement 40 000 feddans utilisés pour l’habitat et la construction.

  7. — Si le taux de croissance ne diminue pas, en l’an 2 000 la dépendance extérieure de l’Egypte pour l’acquisition des produits alimentaires sera énorme.

— L’habitat

  • Une grande part des logements actuels est inadéquate.

  • La densité des logements est grande. La moyenne de l’unité d’habitat est d’une ou 2 pièces seulement avec une densité de 5 personnes. La situation empire chaque année.

  • La densité par pièce est de 2,8 personnes, alors que la densité souhaitée devrait être de 1,5 personne par pièce.

— L’analphabétisme

  • Selon le recensement de 1976, 56,5 % de la population (au-dessus de 10 ans) sont analphabètes.

  • 43,2 % des hommes et 71 % des femmes sont analphabètes.

  • La proportion de la population capable de lire et écrire est très basse. (25 % seulement de la population au-dessus de 10 ans. 33,2 % des hommes et 16,2 % des femmes).

— La religion et la croissance démographique

  • Sur 16 personnes, 15 sont musulmanes. Les non-Musulmans sont pour la plupart chrétiens.

  • Les Musulmans croissent plus vite que les Chrétiens.

Al Ahram, 28 Février 1981

Le planning familial. Par Zaghloul Abdel Mottaleb

138Point de vue « Missive... Sans adresse »

139Il est de notoriété publique que les stratégies de contrôle des naissances reposent sur plusieurs bases importantes dont entre autres et sans doute la plus importante : la volonté d’atteindre une catégorie de la population, la plus concernée par les slogans des organes d’information, les enseignes, le contact direct ou par tout autre moyen...

140Mais il semble que la stratégie ne tienne pas beaucoup compte de la population visée et que partout les slogans lancés n’atteignent que la catégorie des gens qui ont déjà acquis un certain degré de culture et d’enseignement qui a pu les convaincre d’adopter le planning familial, ou bien à qui les charges de famille ont donné plus de conviction. Même « Mohamadein et Hassanein » qui, quant à la forme, peut être considérée comme la meilleure campagne émanant de l’organe du planning familial, est une missive sans adresse : si elle arrive à destination à la population qu’elle vise c’est-à-dire au paysan égyptien, elle ne s’adresse pas à ses sentiments ; il semble qu’elle ignore ses conditions de vie.

141Le paysan considère le nombre de ses enfants comme une main-d’œuvre gratuite qui l’aide dans les travaux des champs, et par conséquent comme une augmentation de son revenu. L’on ne saurait donc traiter cette question comme étant une charge pour lui. De même que parler à la paysanne égyptienne des conséquences qu’une nombreuse progéniture peut avoir sur sa jeunesse et sa beauté est un luxe que la paysanne égyptienne n’a jamais pu atteindre jusque là.

142Les stratégies du contrôle des naissances sont beaucoup plus difficiles que les stratégies militaires, parce qu’elles visent les consciences, le changement des conditions de vie, des usages et coutumes, et non l’occupation du terrain. Nous n’avons d’autre issue que de nous efforcer à réaliser des plans si nous voulons remporter une victoire dans cette bataille.

Sabah El Kheir, 19 Février 1981

143« A qui sont destinées ces conférences ? »

144Evaluations des nombreuses conférences nationales et internationales visant à débattre du problème de la limitation des naissances.

145Par Nahed FARID.

146« Une conférence internationale s’est tenue pendant une semaine dans la salle du Comité central, pour débattre d’un problème très complexe — peut être le plus complexe en Egypte actuellement — à savoir l’utilisation des méthodes anticonceptionnelles en Egypte.

147Cette conférence s’est tenue à l’initiative du Ministère de la Santé, du Syndicat des médecins et du Conseil Général de l’information. Deux mille cinq cents personnes, intéressées par le problème, y étaient invitées : des députés de l’Assemblée du Peuple, des journalistes couvrant l’ensemble des mass media, des spécialistes internationaux des questions relatives à la famille et à la démographie.

148Au début, on pouvait éprouver un certain enthousiasme à la vue du nombre de personnes intéressées par le problème démographique en Egypte. Puis, les heures passant, ce fut un sentiment de déception. Certes tout le monde semblait d’accord sur le fait que la population égyptienne augmenterait de 70 % en l’an 2000.

149Les recherches présentées et discutées ne paraissaient pas conscientes des risques et des dangers du problème. Ces recherches ne proposaient rien de nouveau, tout avait déjà été discuté au cours de conférences antérieures. L’essentiel est de se poser la question : « A qui sont destinées ces conférences ? A qui sont destinées les recommandations qui y sont faites ? » Les recommandations n’ont rien apporté de nouveau au problème, alors qu’on dépense des sommes énormes pour organiser ces conférences. A nouveau la question se pose : « Qui recommande qui » ? Est-ce le Ministère de la Santé qui présente des recommandations pour lui-même ? Est-ce que ces recommandations sont destinées au syndicat de la médecine ou au Conseil général d’information qui sont eux-mêmes de hauts responsables du planning familial en Egypte ?.

150On s’attendait à ce que cette conférence s’oriente vers une action pratique, proposant un plan concret pour lutter contre le problème. Hélas, les Egyptiens sont habitués à parler et rien que cela. Il est important de se demander jusqu’à quand on va continuer à parler ?

Al Ahram, 27 Février 1980

Compte rendu des discussions qui ont eu lieu lors du séminaire international « population et planning familial. »

151— Y-a-t-il un espoir de diminuer le taux des naissances en Egypte ?

152* Dr. Donald BOGUE (Professeur américain d’études démographiques) parle de la situation démographique dans le monde.

153La tendance générale (90 % des pays du monde) s’oriente vers la diminution du taux des naissances. Selon lui, les efforts en vue d’accomplir le développement doivent aller de pair avec les services de planning familial pour aboutir en Egypte à un résultat positif.

154* Dr. Fouad EL HEFNA OUI (Directeur de l’unité de population — Université El Azhar) Dans son étude, le Dr. El Hefnaoui démontre que l’augmentation des services sanitaires, s’accompagne d’une diminution du niveau de travail.

155En 64 /65, 890 mères ont eu recours aux centres médicaux privés.

156En 70 /71 leur nombre s’est limité à 540. De même le nombre des femmes accouchant dans ces centres est passé de 160 à 90 au cours de la même période.

157Une étude de l’US AID pour le Ministère de la Santé (1978), a prouvé que 40 % des femmes employant des moyens contraceptifs avaient recours au centres médicaux de maternité, 38 % consultaient des pharmaciens, le reste avait recours à d’autres sources.

158* Dr. Nawal EL MESS1RI (Anthropologue)

159De son étude effectuée en 1979, il ressort que, les villageois préfèrent les services médicaux non-officiels (« daya » ou sage-femme non diplômée, barbier ou personnes non qualifiées en médecine qui travaillent dans des cliniques). Au Caire, les gens préfèrent s’adresser au médecin privé pour adopter telle ou telle méthode contraceptive.

160* Dr. EL HEFNOUI :

161Insiste sur l’importance qu’il y a à former des gens qui travaillent dans le domaine de planning familial afin de rassurer et de gagner la confiance du public.

162Il existe un institut de formation au planning familial à Alexandrie. Quelques-uns des séminaires qu’il organise sont financés par US.AID. La directrice de l’institut est Mme Saleha Awad.

163* Dr. Bedlawi FAHMl (Directeur de la société générale de planning familial)

164Les unités médicales présentent les services de planning familial comme des travaux accessoires à leurs fonctions ; les travailleurs dans ces unités reçoivent une prime équivalent à 30 % de leur salaire, ou rétributions proportionnées au travail accompli (nombre de diaphragmes, nombre de boîtes de pillules distribuées)

165— Point de vue des responsables

166* Gamal ASKAR : (Directeur de l’Agence centrale de mobilisation et de statistiques - CAPMAS)

167Le taux de natalité est passé de 35,7 % en 1973 à 38,7 % en 1978.

168Si le nombre des femmes recourant aux moyens contraceptifs atteint 35 % des femmes à l’âge de procréation, le taux de natalité sera de 30 % annuellement (comme au Costa Rica). Si leur nombre atteint 55 % en 1990, le taux de natalité s’élevera 23 %.

169Le Dr. Gamal ASKAR insiste sur un fait important : l’Agence devrait être la référence définitive pour toutes les statistiques publiées concernant la population et le développement national, ceci afin d’éviter les informations contradictoires, comme il arrive souvent.

170* Dr. Mamdouh GABR : (Ministre de la Santé et directeur du Conseil supérieur de la population et du planning familial)

171Il est responsable, par sa fonction, du développement des services de planning familial afin de diminuer le taux de natalité. Il est aussi responsable de la direction de 2 700 unités médicales situées dans les régions rurales, et de la politique de population.

172* Mme. Aziza HUSSEIN (Directrice de l’Association égyptienne pour le planning familial au Caire). La formation des médecins est limitée. Le Ministère de la Santé forme3 000 médecins depuis le mois de mars. 3 500 nouveaux médecins dont 250 seulement ont demandé à travailler dans les villes, alors que tous les autres ont choisi la campagne ; tendance nouvelle pouvant avoir un effet positif sur le programme de planning familial.

173* Mr. Le Vice-Ministre de la Santé :

174La plupart des aides concernant le programme de planning familial proviennent de US. AID, ensuite de la Banque Mondiale, puis de l’Allemagne Fédérale.

175* Mr. Safwat EL SHERIF : (Directeur du Conseil supérieur pour l’information et l’Education en matière de planning familial, responsable de la campagne publicitaire « regarde autour de toi, nous souffrons du problème du surpeuplement ») Cette campagne émane du Dr. Robert HIGGINS (expert américain en publicité auprès de l’unité de communication à l’organisme d’information). Elle est menée à travers la radio, la T. V., les affiches dans les rues, les revues. Il faut évaluer cette campagne qui a pour but de susciter des conversations parmi la population sur le problème démographique.

176Les chiffres obtenus par l’Agence statistique au sujet des caractéristiques démographiques ont prouvé que87 % du public égyptien a conscience du problème et sait qu’il existe des centres de planning familial. Ce qu’il faudrait envisager maintenant, ce sont les relations ou les contacts personnels dans les villages.

177* Dr. Hayfaa EL CHANAWANI : (Experte en démographie à l’Agence de planning familial) Les gens savent mais ne réagissent pas. Ils ne vont pas aux centres de planning familial pour profiter de leurs services pour diverses raisons : religion, mauvais services, manque d’informations.

178* Dr. Aziz EL B1NDARI : (Directeur de l’Agence nationale pour la population et le planning familial).

179L’Agence a pour mission principale d’organiser le travail entre les Ministères et les Organisations membres du Conseil supérieur de population.

180L’Agence fournit les études, recherches et projets nécessaires au bon fonctionnement du Conseil.

181Dr. EL BINDARI a présenté au Conseil un plan pour dix ans (73-82) dans lequel il explique que les moyens essentiels pour abaisser le taux de natalité seraient le développement social et économique ainsi que l’information et les services en liaison avec eux. Il propose 9 points :

  1. — L’élévation du niveau économique et social de la famille

  2. — L’enseignement

  3. — Le travail féminin

  4. — La mécanisation de l’agriculture

  5. — L’industrialisation de la campagne

  6. — La diminution du taux de mortalité.

  7. — La sécurité sociale

  8. — L’information

  9. — La qualité des services fournis et leur assurance y compris les services familiaux.

182Ce plan a été largement critiqué, mais le Dr. Bindari a réussi à expliquer son point de vue. La politique démographique nationale prévue doit prendre en considération tous les facteurs qui ont tous une importance primordiale.

2 — Caricatures

Al Goumhourya, 10 Février 1981

183A propos des vacances scolaires de la mi-année

184Texte : « Je ne sais pas pourquoi, Docteur, j’ai une migraine qui me vient chaque année, à cette époque. »

Approche de l’image

185Une femme, entourée d’une ribambelle d’enfants, s’adresse au médecin en lui expliquant ses problèmes. Ce sont les vacances scolaires, les enfants s’amusent se querellent, font du bruit autour d’elle.

186Une femme se demande pourquoi elle souffre de migraine au point de demander conseil à un médecin.

Commentaire

187Cette caricature révèle l’ignorance de la population sur les conséquences d’un trop nombre d’enfants.

Al Goumhourya, 12 Février 1981

188Texte : En-tête : « La dernière statistique relative à la population indienne est de 672 millions d’habitants. »

189L’homme déclare : « Ils méritent cela en Inde. Puisqu’on leur a dit de lancer le slogan Regarde autour du toi en arabe et qu’ils l’ont fait en indien.

Approche de l’image

190Un homme assis derrière un bureau avec deux téléphones qui laissent sous-entendre son rang.

191Sur son bureau, l’inscription « Planning familial », une femme journaliste lui demande son opinion sur la situation actuelle en Inde.

Commentaire

  • Critique qui vise à faire croire que le slogan a une portée magique valable partout.

  • Critique aussi des responsables du planning familial qui n’ont pas de contacts avec la population et ignorent comment s’adresser à elle. Ils se croient capables de donner des conseils aux autres, l’Inde en l’occurence, alors qu’il existe un problème analogue en Egypte.

Al Ahram, 21 Juillet 1980

192Caricature de Salah JAHIN

193Texte : — Ce n’est pas honteux qu’une petite fille comme toi parle de ces choses ?

Approche de l’image

194La jeune fille travaillant pour la campagne de planning familial tient un prospectus concernant le diaphragme. La petite valise posée par terre contient les autres moyens de contraception. On voit la jeune fille taper à la porte d’un appartement. La conversation se tient sur le palier de la maison. Le couple concerné est en tenue d’intérieur. Ils sont tous les deux « furieux » d’être dérangés pour un tel sujet. C’est la femme qui parle d’un ton énervé. Elle paraît beaucoup plus âgée que la jeune fille.

Commentaire

195Cette caricature touche deux points critiques concernant la campagne de planning familial :

  1. Les gens chargés de s’adresser au public sont pour la plupart des jeunes : non mariés et nouveaux diplômés — en majorité — qui font leur service social pendant un an avant de pouvoir travailler. Le service social pour les filles est l’équivalent du service militaire pour les garçons : c’est une obligation.

  2. Cette caricature révèle une des façons de s’adresser au public. On va chez les gens puisqu’ils ne viennent pas aux centres de planning. Mais ce moyen dérange ceux qui veulent rester chez eux tranquillement, mais qui se trouvent harcelés de partout : T.V. radio, visites à domicile... Ils en ont assez d’entendre parler de contrôle des naissances. C’est un problème personnel qu’ils n’aiment pas discuter ouvertement surtout si c’est avec des « petites » jeunes filles non mariées.

196Autre détail important : une conception profonde chez beaucoup, surtout les personnes de 40 ans et plus, d’éducation moyenne, fait qu’il est honteux de parler sexe, contraception, etc...

Al-Ahram, 22 juillet 1980

197Caricature de Salah JAHIN

198Texte : — Et aussi la grossesse déforme le physique... et ton mari s’ennuiera de toi.

Approche de l’image

199L’infirmière chargée de contacter les femmes à domicile parle. La scène se passe à la campagne, devant une maison paysanne. La femme à qui s’adresse l’infirmière, est une paysanne entourée de 7 enfants. Elle porte un nouveau-né mais conserve toujours un physique équilibré. Par opposition, la personne chargée du service de planning familial paraît physiquement déformée par une ou plusieurs grossesses : image caricaturale des femmes qui se laissent aller et négligent leur physique.

Commentaire

200Cette caricature soulève à son tour des questions sur la campagne de planning familial : l’argument employé pour convaincre la jeune paysanne de contrôler ses grossesses successives, n’est pas respecté par la personne même qui le prêche. Comment convaincre le public de faire quelque chose que les responsables eux-mêmes ne respectent pas ? Rappelons pour information, le cas du Ministre des Affaires Sociales chargé de la précédente campagne de planning familial qui avait 11 enfants.

Al-Akhbar, 17 avril 1980

Présentation

201Le quotidien Al-Akhbar consacre chaque jeudi une page aux caricatures. La moitié d’entre elles est l’œuvre du caricaturiste Mostafa HUSSEIN, l’autre est celle des lecteurs.

202Précédemment, il avait été proposé comme sujet aux lecteurs « le contrôle des naissances », ceci à la suite de la campagne commençée début février 1980 par le planning familial.

203En résumé, cette série de caricatures adressées par les lecteurs traduit l’échec de la campagne publicitaire.

Caricature n° 1 : Envoyée par une lectrice égyptienne résidant à Londres et qui représente là deux voleurs disant. « C’est vraiment le chômage pour nous... tout le monde est en train de regarder autour de soi ».

204La remarque veut tourner en dérision le slogan même de la campagne de planning familial qui est « regarde autour de toi ».

Caricature n° 2 : Envoyée par un lieutenant attaché aux services de renseignement. Elle représente deux paysans discutant. L’un d’eux dit à l’autre : « Chaque jour je regarde autour de moi et je ne vois que la maison du’Omdeh (maire du village) et le canal ». Comme dans la précédente caricature, il s’agit de tourner en dérision le slogan même de la campagne. Mais il s’agit ici de paysans, c’est à dire la couche de la population la plus visée par la campagne de planning familial. Pour eux, comme pour beaucoup d’autres Egyptiens, le slogan reste obscur et d’un style recherché. Il ne correspond pas au langage de chaque jour.

Caricature n° 3 : Envoyée par un médecin.

205Une journaliste interroge un responsable du planning familial qui lui répond : « Et certainement, si chaque citoyen obéit à cette campagne et se met à regarder toute la journée autour de lui, il aura le vertige et par la suite ne pourra pas avoir d’enfants ».

206Le lecteur ironise à nouveau à propos du slogan « regarde autour de toi ». Il semble qu’il cherche aussi à ridiculiser les responsables de la campagne.

Caricature n° 4 : Adressée par le même lieutenant attaché aux services de renseignement que la caricature n° 2.

207Au poste de police on arrête un homme qui avou : « Oui, j’ai tué ma femme, Monsieur l’Officier, pour que je puisse ainsi contrôler le nombre de mes enfants. » C’est ainsi que la campagne publicitaire porte ses fruits.

Octobre, 5 octobre 1980

208Caricatures de MAHMOUD

209Sur le thème « Regarde autour de toi », qui sert de slogan à la campagne d’information du planning familial.

210Texte : « Je marchais et je regardais autour de moi. Ensuite, je suis tombé dans la bouche d’égoûts ».

Approche de l’image

211Il s’agit de deux hommes décédés, qui se retrouvent au ciel. L’un explique à l’autre comment il est mort.

Commentaire

212Cette caricature ridiculise le slogan de la campagne du planning familial : « Regarde autour de toi ». Trop abstrait, il ne touche pas la population.

213Texte : Sur l’affiche est écrit : « Regarde autour de toi ». Un homme dit à l’autre : « Cela signifie que le quartier est plein de flics. »

Approche de l’image

214Il s’agit de deux voleurs portant sur l’épaule un sac rempli d’objets volés avec à la main un trousseau de clés destiné à de futurs méfaits. Ils regardent, affolés, l’affiche de la campagne du planning familial.

Commentaire

215A nouveau, la caricature met en question le caractère abstrait du slogan de la campagne du planning familial. Il peut être interprété par chacun de façon différente, adaptée à leurs propres préoccupations. Pour ces deux voleurs, le slogan signifie la présence de policiers.

216Texte : « Et alors ma chérie, est-ce que celle qui monte dans les autobus a le temps de regarder autour d’elle ? Comment peut-elle regarder autour d’elle ? ».

Approche de l’image

217Une femme négligée, appartenant aux couches moyennes de la société, qui n’a pas des revenus suffisants pour avoir un véhicule personnel ou prendre un taxi, répond à une jeune journaliste fringante venue l’interroger.

Commentaire

  • La réponse de la femme paraît tout à fait logique en ce sens que le slogan est supposé viser les classes pauvres, or ces couches sociales sont tellement accablées par les problèmes de la vie quotidienne qu’elles n’ont pas le temps de regarder autour d’elles.

218Ainsi en est-il des transports publics surchargés, où il n’y a même pas la place de tourner la tête. Comment peuvent-elles regarder autour calmement ?

  • Là encore, critique du slogan montrant qu’il ne concerne pas la population. Il n’est même pas pratique pour leur vie de tous les jours. Il faut avoir une voiture ou le temps de se promener calmement pour pouvoir voir autour de soi.

Al Akhbar, 1980

Caricature

219L’affiche reproduit le slogan de la troisième campagne de planning familial.

220Texte : « Je suis allé choisir, mais rien ne m’a plu ».

Al Goumhouriya, 19 Février 1981

221Texte : Le Centre National de la Recherche Scientifique découvre une matière contraceptive dans la tomate.

Approche de l’image n° 1

222Caricature figurant un mariage.

223Un invité vient féliciter les nouveaux mariés et leur offre comme cadeau de noce un grand sac de tomates. « Ceci est un cadeau du bureau du planning familial » leur dit-il.

Approche de l’image n°2

224La caricature présente un pharmacien s’adressant à une cliente qui lui demande probablement un moyen contraceptif. « Les pilules anti-conceptionnelles sont terminées, les tomates aussi... voulez-vous une boîte de sauce tomate ? ».

Sabah El Kheir, 11 Juin 1981

225Texte : « Je vous assure, Docteur, depuis que j’ai su que j’étais enceinte, je n’ai pas cessé de prendre la pilule mais il semble qu’il n’y ait rien à faire et que la pilule ne soit pas efficace ! ».

Al Goumhouriya, 18 Juin 1981

Approche de l’image

226Devant la maison d’un paysan égyptien. La scène représente la famille du fellah (sa femme et ses sept enfants) étonnés et bouche bée face au délégué du planning familial accompagné d’une phtographe.

227Titre de la caricature : « Le langage de l’organisation du planning familial ».

Commentaire

228Le délégué de l’organisation est américain s’il faut en juger par ses vêtements et son accent étranger. Il dit : « Tu dois contrôler les naissances pour que ta famille soit « bien » ». La caricature ridiculise l’expert importé de la campagne de planning familial d’une façon à peine détournée l’expert R. HIGGINS.

Notes

1 Kamal Mansour in revue « Masr et Moassra Janvier 1964

2 Conférence faite par le Dr Mohsen TEWFICK le 19 Juin 1980 « Magma El Masri El Sakafa el Eameya » (centre égyptien pour la culture populaire).

3 [N. d. l.t. : nous reprenons le chiffre tel qu’il a été publié dans AL-AHRAM].

Notes de fin

1 n.d.l.t. : stimulants matériels.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Caricature n° 1 : Envoyée par une lectrice égyptienne résidant à Londres et qui représente là deux voleurs disant. « C’est vraiment le chômage pour nous... tout le monde est en train de regarder autour de soi ».
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Caricature n° 2 : Envoyée par un lieutenant attaché aux services de renseignement. Elle représente deux paysans discutant. L’un d’eux dit à l’autre : « Chaque jour je regarde autour de moi et je ne vois que la maison du’Omdeh (maire du village) et le canal ». Comme dans la précédente caricature, il s’agit de tourner en dérision le slogan même de la campagne. Mais il s’agit ici de paysans, c’est à dire la couche de la population la plus visée par la campagne de planning familial. Pour eux, comme pour beaucoup d’autres Egyptiens, le slogan reste obscur et d’un style recherché. Il ne correspond pas au langage de chaque jour.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Caricature n° 3 : Envoyée par un médecin.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Caricature n° 4 : Adressée par le même lieutenant attaché aux services de renseignement que la caricature n° 2.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Caricature n° 1
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Caricature n° 2
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Caricature n° 3
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/960/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 430k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable