Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La campagne de contrôle des naissances en Égypte

 | 
Marie-Christine Aulas
, 
Hoda Youssef Fahmi
, 
Amira Machhour

Présentation

Marie-Christine Aulas

Texte intégral

1De mémoire d’Egyptien, le pays n’a jamais connu une telle campagne d’information. Sur les murs, les autobus, sur les écrans de télévision et de cinéma, sur les ondes de la radio nationale comme dans les pages des journaux et des magazines, les thèmes choisis par l’Organisation Gouvernementale du Planning Familial martèlent l’ouïe et la vue du citoyen. Quand ce n’est pas les multiples gadgets — stylos, sous-verre, porte-clefs etc... — qui viennent rappeler : « regarde autour de toi » ou bien : « c’est ton choix ».

2Le souci du contrôle des naissances paraît permanent en Egypte depuis le début de cette campagne d’information commencée en février 1980 et qui se poursuit par étapes. Et les moyens mis à la disposition de cette vaste entreprise ne sont pas moins considérables... ils ont été augmentés au cours de l’hiver 1981, au point d’être presque doublés.

3Nul n’ignore le problème démographique que connaît l’Egypte : les statistiques le mesurent, chacun le vit. Le but de l’Organisme Général du Planning Familial est donc clair : il s’agit de porter remède à la croissance de la population en alertant le citoyen. Après d’autres pays du Sud, l’Egypte entre, à son tour, dans la lutte pour le contrôle des naissances.

4L’omniprésence de la campagne, le débat d’idées et les critiques qu’elle suscite dans la presse égyptienne, sa simultanéité avec la crise de dénatalité en Occident ont retenu l’attention du service de documentation du Centre d’Etude et de Documentation Economique, Juridique et Sociale (C.E.D.E.J.). On ne peut effectivement s’intéresser à l’Egypte actuelle et vivre le quotidien de la Vallée du Nil sans être témoin de cette campagne nationale pour le contrôle des naissances.

5Sur cette base, le service de documentation du C.E.D.E.J. s’est attaché à relever articles et réflexions relatifs à la campagne en cours, et ce, à travers un large éventail de la presse égyptienne et de ses courants d’idées. Le but n’était pas d’analyser le problème démographique de la Vallée du Nil — tâche à laquelle s’occupent de nombreux chercheurs égyptiens et occidentaux et qui donne lieu à une imposante littérature — mais de se faire l’écho, le plus fidèle possible, de ce phénomène de société qu’est aujourd’hui la campagne d’information sur le contrôle des naissances : qui l’organise ? avec quels moyens ? comment est-elle perçue ?

6Privilégiant les sources écrites, au détriment des sources audio-visuelles trop évanescentes, il a paru indispensable à l’équipe de recherche de compléter la traduction d’articles par des entretiens et observations sur le terrain. Toutefois, faute d’avoir pu les reproduire ici, reste à imaginer les multiples feuilletons, dessins animés diffusés sur les ondes de la radio et de la télévision aux heures de grande écoute. Quant au cinéma, il apporte son concours avec des films à succès tel « afwah wa araneb » (« des bouches et des lapins ») auquel a participé la célèbre comédienne Faten Hamama.

7Conscient du fait que le problème démographique demeure la toile de fond du débat, l’observation des méthodes utilisées et des réactions suscitées par la campagne présente un intérêt particulier à la lumière de cette « étape de transition » que connaît l’Egypte actuellement. A plus d’un égard, elle reflète les multiples inadéquations, contradictions, sinon irritations qui en découlent.

8D’un côté, il est vrai, une campagne d’inspiration américaine, orchestrée par un expert en publicité d’Outre Atlantique, qui utilise les méthodes classiques pour le lancement d’un produit de consommation : le slogan qui frappe, la répétition qui conditionne, le gadget qui gratifie. Ceci avec des moyens financiers considérables, fournis par l’Agence Internationale pour le Développement (US.AID) qui subventionne la campagne dans le cadre de l’enveloppe budgétaire globale accordée chaque année par les Etats Unis à l’Egypte. L’entretien avec le Docteur HIGGINS, dans les pages qui suivent, permet d’apprécier la logique du raisonnement. Pour cet « homme de communication », comme il se qualifie, il s’agit de transformer le comportement par la persuasion. Ce souci d’efficacité repose sur l’approche suivante : avoir trop d’enfants est une charge financière supplémentaire pour la famille, et partant pour la Nation. Le discours sur ce thème paraît limpide dans le cadre de la logique « coût-profit » qui est la sienne, si limpide qu’on peut se demander pourquoi une population ne disposant en moyenne d’un revenu ne s’élevant qu’à 400 $ par individu et par an n’est-elle pas déjà consciente du problème et reste, si l’on en juge par les réactions, imperméable sinon hostile à la campagne du Docteur HIGGINS ? Se voulant rationnelle, la logique de l’expert occidental a recours à la religion, en l’occurence l’Islam, pour expliquer le décalage qui existe entre la campagne d’information et ses effets. Ainsi, sa logique est sauve, les difficultés ne viennent pas d’elle mais de l’Autre, dans la part d’irrationnel qui lui est propre.

9Ainsi donc se poursuit cette campagne coûteuse et sûre d’elle, dans une optique visant à responsabiliser l’individu dans les nombreux problèmes de sa vie quotidienne. Insuffisance d’emploi, de logement, de transport ? Qui en porte la responsabilité sinon le citoyen, le voisin, le collègue, bref celui qui a trop d’enfants ? Chacun, ou son frère, est donc responsable des difficultés de l’heure : habile mécanisme pour désamorcer les éventuels griefs contre l’orientation économique globale.

10Du côté égyptien, chacun paraît avoir conscience du problème démographique, mais on relève des différences d’appréciation profondes par rapport à la campagne en cours.

11Les responsables gouvernementaux l’approuvent en reprenant le discours de l’expert étranger.

12D’autres, concernés par la campagne pour le contrôle des naissances dans le cadre d’associations privées, préfèrent avoir recours à la conscientisation de la population en mettant l’accent sur l’information sexuelle, l’hygiène des enfants, et la distribution régulière des moyens contraceptifs. Ceci, avec des collaborateurs bénévoles.

13Parmi les divers articles et témoignages consacrés à la campagne de contrôle des naissances, la critique domine. Elle concerne sa forme comme son fond. L’expression de rejet a de multiples aspects, allant de la dérision jusqu’à des attitudes dogmatiques.

14Comme souvent, la caricature parvient, en quelques traits, à synthétiser le message.

15Au-delà du panorama d’idées qu’offrent ces recherches documentaires, il a été jugé utile de tenter quelques observations sur le terrain. Cette échappée n’a pas manqué de saveur : elle a permis d’apprécier le décalage entre le discours et la réalité et les contraintes auxquelles se heurtent une campagne de contrôle des naissances. Nul doute que l’information, comme la distribution des méthodes contracepttives, sont déterminantes pour assurer un quelconque succès de l’entreprise.

16Mais au-delà, on prend conscience du rôle de l’enfant dans les milieux les plus démunis. Le plus souvent, il n’est pas perçu comme une charge matérielle mais, au contraire, comme une source de revenu supplémentaire puisque, très tôt, il peut accroître les sources de revenu de la famille, du fait de l’extension du travail des enfants qui tend à se répandre actuellement en Egypte, sous l’effet de plusieurs variables économiques et sociales.

17Comme on pouvait le pressentir,1e contrôle des naissances, partie intrinsèque d’un phéonomène social global, nous introduit aux multiples facettes de la réalité égyptienne actuelle. Celles, précisemment, que le service de documentation du C.E.D.E.J. se propose d’étudier.

18Le Caire — août 1981

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable