Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’effendiyya ou la modernité contestée

 | 
Lucie Ryzova

Conclusion

Texte intégral

L’assassin, ce héros

  • 1 Berque Jacques, 1967, Égypte, impérialisme et révolution, p. 646.

1En juin 1946, al-Ithnayn publia un long article consacré à l’assassinat, un an plus tôt, d’Ahmad Mâhir, premier ministre en exercice, par un présumé Frère musulman, alors qu’il prononçait un discours devant le Parlement. Un dessin présente l’assassin comme un effendî, portant une élégante veste et un tarbûsh, et affichant une fière prestance. Ce dessin est remarquable par son ambiguïté dans la représentation du crime. L’assassin ressemble tellement à d’autres jeunes hommes photographiés ou représentés dans le magazine qu’il faut véritablement se concentrer avec attention sur le dessin pour réaliser qu’en fait il y a là un criminel en pleine action. Non seulement on peut confondre cette image avec les représentations, fréquentes dans al-Ithnayn, d’acteurs populaires ou de mannequins faisant de la publicité, mais encore ce portrait est à l’image du lecteur moyen du magazine, son reflet. Ce n’est pas un hasard si une ambiguïté similaire dans la représentation, oscillant entre assassin et héros, peut être constatée, par exemple, dans le cas de l’assassinat d’Amîn cUthmân. Son meurtrier accorda une interview au très populaire Ruz al-Yûsuf La cour qui le jugea ne put le libérer. Par contre, elle n’osa pas réellement le condamner.1

2On peut soutenir qu’une classe moyenne est essentielle pour les systèmes politiques pluralistes qui s’autoqualifient de libéraux. Toute réflexion sur le « succès » ou l’« échec » de ces systèmes doit s’interroger sur la position de la classe moyenne et ses relations avec l’État/centre de pouvoir. Les jeunes effendîs, cette classe moyenne potentielle des années trente et quarante, étaient, vis-à-vis de leur patron, l’État, dans une position ambiguë. Le langage de l’État libéral leur fournissait une lexicologie pour leurs rôle et action. Les médias structuraient l’horizon de leurs attentes. Cependant, il existe une similitude entre la production culturelle qui attirait l’audience en vendant des « promesses d’objectif et d’espoir » et les mouvements radicaux, qui faisaient la même chose.

3Ma première conclusion sera que la culture bourgeoise, qui était au départ une sœur non voulue de la haute culture officielle des intellectuels libéraux des années vingt et trente, réussit ensuite à séduire les audiences et à congédier l’imaginaire hégémonique des classes supérieures légitimant un ordre libéral perverti. Plutôt que d’affirmer, à l’instar de Smith, que les intellectuels libéraux étendirent leurs systèmes de références pour inclure les thèmes arabes et islamiques afin de séduire un nouveau public, il semble tentant d’écrire qu’ils le firent pour pouvoir demeurer pertinents. Le public incarnant la nouvelle classe émergente possible avait sa propre culture et les Haykal et autres Amîn devenaient de plus en plus marginaux. Dans l’Égypte des années quarante, la culture de masse, à défaut d’autre chose, était démocratique.

Notes

1 Berque Jacques, 1967, Égypte, impérialisme et révolution, p. 646.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable