Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’effendiyya ou la modernité contestée

 | 
Lucie Ryzova

I. Lire l'effendiyya

Chapitre I. Développement historique de la catégorie de l’Effendî et de son objet

Entrées d'index

Mots clés :

enseignement, histoire, modernité

Texte intégral

1Le sens du terme effendî change de manière significative entre la fin du xixe siècle et l’entre-deux guerres. Les évolutions et mutations des groupes sociaux désignés par ce terme reflètent celles de l’ordre social égyptien mais aussi, et surtout, celles des processus structurant et négociant la modernité égyptienne.

DES « EXÉCUTANTS DE LA MODERNITÉ » AUX CRÉATEURS DE L’ÉGYPTE MODERNE

  • 1 Pour les origines et les usages ottomans du terme qui, au cours du xixe siècle, deviennent très dif (...)

2Le terme effendî est d’origine grecque. Son sens originel est « maître », « seigneur ». Il fut utilisé par les Ottomans comme titre pour les dignitaires et les hauts fonctionnaires1. En Égypte, durant le xixe siècle, il acquit un sens spécifique, étroitement, voire organiquement, lié à l’émergence de la bureaucratie moderne, à la construction d’un État moderne et au caractère égyptien et sécularisé de son élite.

  • 2 « Noble entourage » – membres de la famille et esclaves mamelouks affranchis. Certains étaient simu (...)

3L’élite de Muhammad cAlî était essentiellement composée de son entourage personnel (ma’yya saniyya2). La transformation future de celle-ci fut induite par les politiques qu’il mit en œuvre : établissement d’écoles modernes sur le modèle européen, sélection d’hommes ou d’enfants issus de la notabilité provinciale pour l’étude dans ces écoles, envoi de « missions » d’étudiants en

  • 3 Hunter, op. cit., p. 17.

4Europe. Politiques et mesures qui sont l’expression d’une conception précise de la fonction de l’État3 et d’un projet modernisateur qui devait survivre à Muhammad cAlî et être poursuivi avec plus ou moins de vigueur par ses successeurs, notamment Ismâcîl. Certes, le changement fut lent et graduel. Mais comme l’affirme Hunter :

  • 4 Hunter, op. cit., p. 113. Sous Muhammad cAlî, ces hommes nouveaux n’étaient pas seulement un phénom (...)

« Durant le règne de Muhammad cAlî, une catégorie d’“hommes nouveaux” – médecins, ingénieurs, géographes, métallurgistes, imprimeurs – commença à émerger. Employés par Muhammad cAlî à diverses tâches, de la traduction des codes de loi français jusqu’à la direction de dispensaires de campagne, ces jeunes hommes se frayèrent un chemin à travers les rangs de la bureaucratie au point que, dans les années 1860, beaucoup d’entre eux étaient devenus une partie de l’élite administrative de l’Égypte… Ils se situaient à la pointe de la nouvelle société. »4

  • 5 L’émergence de cette élite spécifique doit être mise en contexte avec 1) la croissance de l’Etat et (...)
  • 6 Hunter, op. cit., p. 35-36, 51-52, 78-80 et Tignor, op. cit., montrent le rôle de cette élite dans (...)
  • 7 Le recours à des fonctionnaires et à des « officiels » issus de la notabilité provinciale plutôt qu (...)
  • 8 Les effendîs étaient souvent originaires de la province. Cependant, après leur formation, ils serva (...)

5Les « hommes nouveaux » furent éduqués et formés pour l’application des politiques de l’État et de ses nouvelles fonctions ; pour superviser et exécuter les projets de développement et pour assurer et maintenir l’ordre5. Mais ils développèrent très vite leur propre agenda et leurs propres « centres d’intérêt »6. Ils étaient, on l’a dit, en majorité recrutés dans les rangs de la notabilité provinciale7. La haute fonction publique étant de plus en plus associée à la propriété terrienne, la relation entre la terre et cette haute fonction s’en trouva considérablement renforcée8.

  • 9 Hunter, op. cit., p. 83.
  • 10 Selon les historiens, ils sont marqués par leur culture occidentalisée. Hunter, op. cit., p. 113-11 (...)

6Ces hommes nouveaux, que l’on allait très vite appeler effendîs, étaient recrutés par l’État en tant que détenteurs d’une compétence professionnelle et/ou en tant que maîtrisant une langue européenne. Une corrélation entre fonction et service administratifs, d’une part, et savoir et connaissance scientifiques, d’autre part, fut ainsi instaurée et ne cessa de se développer9. Éduqués en Europe ou dans les écoles égyptiennes modernes construites par l’État sur le modèle occidental, les effendîs du xixe siècle assumaient de hautes fonctions au service de l’État, juste en dessous de celles occupées par les détenteurs des titres et rangs supérieurs de pacha et de bey. Ils se distinguaient non seulement par leurs emplois et fonctions, mais aussi par leur « culture » spécifique, comprendre : par leur manière d’être « occidentale » (signifiée avant tout par leurs vêtements « à l’européenne ») et par leur approche de la société au sein de laquelle ils vivaient10. Ils avaient en effet développé un rapport spécifique et technocratique à la réalité :

  • 11 Hunter, op. cit., p. 92. Il poursuit : « Il y avait en ces hommes une certaine vanité et leur espri (...)

« Ils avaient tendance à penser que la solution aux problèmes passait par la définition de la technique appropriée. Les réponses devaient être une organisation et une méthode correctes. Comme l’économie hydraulique égyptienne était maîtrisée par les techniques appropriées d’irrigation, le peuple égyptien pouvait être “amélioré” par l’éducation appropriée »11.

  • 12 Hunter, op. cit., p. 144 et sq., et Tignor, 1966, op. cit., p. 25.
  • 13 Cette dimension de la production intellectuelle est mise en évidence, entre autres, dans les études (...)

7Leur vision était celle d’une Égypte plus moderne : ils étaient tous globalement acquis au principe de la réforme, « entendue, dans un sens général, comme l’introduction de la science et du savoir-faire européens »12. L’on voit l’émergence d’une vision et d’une approche des problèmes spécifiquement effendîs et d’un discours réformiste qui continueront à se manifester (avec des variantes et des évolutions) à travers les générations ultérieures d’effendîs jusqu’à la fin des années vingt : en général sécularisés mais non anti-religieux, privilégiant une approche technocratico-scientifique de la réalité et des problèmes, prônant un changement graduel par l’éducation, insistant sur le maintien de l’ordre social existant allant de pair avec un plaidoyer pour une réforme du système politique13.

8Muwaylihî, dans son portrait satirique de la société égyptienne de 1900, parodia et railla les « nouveaux officiels », produits des écoles du khédive Ismâcîl,

  • 14 Cf. Allen, op. cit., p. 77.

« éduqués en ville et ayant étudié en Europe, aux idées et manières européennes, qui se sentaient supérieurs à ceux qui étaient leurs subalternes et leurs administrés »14.

9Cette « vision du monde (weltanschauung) effendîe » n’est pas le produit d’une « essence » quelconque de l’effendiyya. Elle est le résultat du statut de ses membres, bénéficiaires d’une éducation qui les place « au-dessus » du reste de la société et de leur relation structurelle à l’Etat modernisateur et à son projet en tant que produits et agents du type de modernisation en cours. Avec l’évolution de ce projet, cette relation allait devenir plus complexe.

  • 15 Les écoles gouvernementales privaient les diplômés d’al-Azhar de leurs emplois de professeurs, la s (...)
  • 16 Il faut bien noter dans ce contexte que le statut des mutarbashûn et des mu’ammamûn n’est pas fixe  (...)

10Vers le début du xxe siècle, cette élite émergente sécularisée allait devenir un « type social nouveau », appelé mutarbashûn (porteurs de tarbûsh). Elle allait éventuellement entrer en conflit avec les mucammamûn (porteurs de cimmas, turbans) qui, eux, avaient suivi le cursus d’al-Azhar, pour des questions de rivalités relatives aux carrières des uns et des autres15. Conflit qui allait être celui de deux hiérarchies et types de savoir, l’un religieux et l’autre sécularisé, mais aussi l’affrontement des perceptions différentes des intérêts de la nouvel-le société avec, pour enjeu ultime, l’inclusion des uns et l’exclusion des autres16.

  • 17 Je traite ici de la notabilité provinciale égyptienne et de sa descendance, l’effendiyya du début d (...)
  • 18 Les enfants de l’élite avaient auparavant trois choix possibles : l’armée, la bureaucratie et al-Az (...)
  • 19 Le cursus des écoles gouvernementales est établi et formalisé autour du début du siècle, ainsi que (...)

11Dans les années 1880, l’on pouvait encore hésiter sur les choix du cursus, sécularisé ou azhari, pour ses enfants. L’idéal était de combiner, si possible, les deux. Au début du siècle, la situation s’était clarifiée. Les fils des familles égyptiennes aisées17 commencèrent à quitter al-Azhar pour les écoles secondaires (lycées) gouvernementales et autres instituts, qui offraient de meilleures perspectives d’avenir et de carrière et qui passaient de plus en plus pour la voie d’accès au « pouvoir et à l’influence »18. Ce changement de préférence en matière de stratégies d’éducation et de carrière correspond à une codification de l’accès à la fonction publique19 et à l’émergence de nouveaux métiers : les professions libérales.

  • 20 Voir notes 7 et 8 plus haut.
  • 21 L’élite égyptienne des dernières décennies du xixe siècle avait pour ainsi dire deux ailes : les ef (...)

12Les effendîs avaient toujours été une composante ou un secteur de la notabilité provinciale (certains, bien sûr, étaient issus de familles urbaines, mais ils semblent avoir été moins nombreux20). Ils étaient, en général, les fils de notables provinciaux de l’élite d’Ismâcîl qui servaient dans l’administration, quoique n’ayant pas fait d’études « modernes », et dont certains des membres réussirent même à devenir députés du « Parlement », cette chambre consultative du dernier tiers du xixe siècle, ou des institutions qui lui succédèrent21.

  • 22 Davis, op. cit., p. 46-48.
  • 23 Il s’agit souvent des mêmes familles, voire des mêmes personnes. L’on observe donc le changement de (...)

13Les lentes ascensions et améliorations des statuts de ces familles, comme leur « inclusion » ou leur cooptation au sein de l’élite « nationale », peuvent être suivies en étudiant leur obtention de titres honorifiques précédemment réservés à l’élite turco-circassienne (avec quelques exceptions, comme cAlî Bey Mubârak). Davis a étudié la progression, sur le plan du statut social, des délégués ruraux au sein des « parlements » égyptiens de 1866 à 191422. En 1866, 8 % des délégués étaient des effendîs, 4 % des beys et aucun n’était pacha. En 1914, nous avons 66 % de beys et plusieurs pachas. Les titres typiquement ruraux (cumdah) ou, au contraire, le titre turc aghâ disparaissent. En ce qui concerne les effendîs, on part de 8 % en 1866 pour culminer à 58 % dans les années quatre-vingt du xixe siècle et décliner ensuite : ils n’étaient plus que 13 % dans le « Parlement » de 1914. Ceci illustre le fait que la notabilité rurale, de plus en plus riche et influente, progresse lentement à travers les titres, passant d’effendî aux échelons supérieurs, signifiés par les titres de bey et de pacha23.

  • 24 Je parle, bien sûr, de la voie normale. Il y a en permanence des exceptions. Les gouvernants, qu’il (...)

14Sous Ismâcîl et jusqu’à la fin du xixe siècle, les titres de bey (et plus rarement de pacha) pouvaient être accordés à un candidat rural qui avait gravi les échelons de la hiérarchie provinciale (un cumdah ou un shaykh de village, qui pouvait être à peine capable de lire et d’écrire mais que l’on récompensait pour services rendus : comme l’illettré Muhammad Sultân pacha). Mais, à partir du début du xxe siècle, un nouveau schéma est graduellement établi et la voie vers les titres de bey et de pacha (donc vers l’élite sociale et, de plus en plus, vers l’élite politique) doit passer par celui d’effendî et, donc, par l’obtention d’un diplôme dans les instituts supérieurs gouvernementaux24.

  • 25 « L’Égypte ne fait plus partie de l’Afrique » était l’autre leitmotiv du khédive Ismâ’îl. Cf. Houra (...)
  • 26 Ce que j’appelle modernisation ou « élites modernisatrices » est appelé par d’autres auteurs « réfo (...)

15Ainsi, le xixe siècle vit apparaître un prototype d’« hommes nouveaux », incarnant les premières tentatives de modernisation inspirées des desseins de Muhammad cAlî et de ses descendants, plus ou moins résumées par le slogan d’Ismâcîl : « L’Égypte fait partie de l’Europe »25. Il fallut plusieurs décennies pour définir et codifier les voies de recrutement et les moyens « produisant » ces hommes. Les fonctions de « modernisation par l’État » furent de plus en plus assumées par les effendîs produits par l’éducation « à l’européenne » mise en place par ce même État. À la fin du xixe siècle, effendî cessa de signifier simplement « bureaucrate » et les effendîs devinrent un groupe plus ou moins lâche d’individus bénéficiant d’un statut et ayant des intérêts communs et une sorte de « culture de la modernisation » (réforme)26. Issus, en règle générale, de la notabilité provinciale, ils provenaient de milieux privilégiés. Cependant, en termes « nationaux », ils constituaient une élite marginale assujettie à l’aristocratie turque.

  • 27 Pour ces points, voir l’ouvrage précité de Davis, p. 27-29, 39-50.
  • 28 Le premier « Égyptien de souche » (ce terme est opposé dans la littérature à Turco-circassien) à de (...)
  • 29 Ce mouvement d’ascension d’une élite locale, provinciale, perçue par le centre comme constituée de (...)

16Vers le début du xxe siècle, la situation de ces « hommes nouveaux » subit des transformations : outre des relations à la terre plus étroites, ils commencèrent à s’allier matrimonialement à l’aristocratie turco-circassienne27 et, simultanément, à occuper d’importantes positions politiques au niveau national28. Pour les familles « égyptiennes » de propriétaires terriens, faire d’un de leurs enfants un effendî – c’est-à-dire l’envoyer suivre le programme étatique « moderne » plutôt que celui d’al-Azhar et lui faire éventuellement poursuivre des études dans les instituts supérieurs – revenait à « passer de la marginalité à la centralité »29 : de la notabilité provinciale au statut d’élite nationale vivant dans les centres urbains et fréquentant l’aristocratie turque, même si elles demeuraient « dominées » par cette dernière, même si l’élite qu’elles constituaient n’était pas encore l’égale de celle-ci. Sans sous-entendre qu’il y avait un quelconque calcul conscient et rationnel orienté vers cette fin, je souligne que ces évolutions induisaient et, simultanément, étaient la conséquence d’un processus de constitution d’une élite « égyptienne » (qui résultait aussi de l’acquisition de terres, de l’adhésion à la couche de l’effendiyya, de l’urbanisation et de mariages avec l’aristocratie turco-circassienne).

  • 30 Voir plus loin la citation de Sayyid Uways décrivant la culture effendî de sa tante, page 74.

17À la fin du xixe siècle et au début du xxe, le profil de l’effendiyya se modifia sensiblement. D’abord, avec l’émergence de nouveaux métiers et de nouveaux instituts, le terme effendî cessa d’être automatiquement associé à « bureaucratie étatique ». Certes, la majorité de ceux qui exerçaient des professions modernes continuaient d’être fonctionnaires de l’État. Mais ils n’étaient plus simplement « bureaucrates ». Ils incarnaient et représentaient un nouveau champ sémantique, un nouvel « univers cognitif » : la nouvelle société urbaine, les nouvelles institutions sociales et de nouveaux modes de vie30. L’effendî n’est plus seulement un simple bureaucrate, il se caractérise avant tout par son éducation et sa culture. Il est habituellement ingénieur, juriste ou médecin. Mais il est aussi de plus en plus souvent journaliste ou activiste politique.

  • 31 Sur l’effendî et son rôle dans la politique autour du début du siècle et ultérieurement, voir Tigno (...)
  • 32 Tignor, 1966, op. cit., étudie de manière exhaustive la provocation britannique, p. 178, 180-184. V (...)
  • 33 Pour les problèmes auxquels étaient confrontés les « nouveaux professionnels » voir Reid, « The Ris (...)
  • 34 Encore une fois, un problème mentionné par le Hadith Isa Bin Hisham et étudié dans Allen, op. cit., (...)

18Ensuite, mais ce second point est étroitement corrélé au premier, les effendîs prennent une nouvelle dimension : ils sont des « nationaux égyptiens ». Ils deviennent, en ce moment de crise, les défenseurs de l’indépendance égyptienne et les porte-parole de la nation31. Le facteur décisif expliquant l’apparition de cette nouvelle auto-identification est, bien sûr, la prise de conscience du caractère durable de l’occupation britannique. En effet, après une première décennie transitoire (décrite par les historiens comme « politiquement calme »), la lourde présence britannique commence à ressembler à une occupation permanente, se manifestant entre autres par la pénétration des institutions étatiques et par l’afflux de personnel britannique qualifié occupant les positions de contrôle et d’autorité32. Les effendîs, en tant qu’élite égyptienne éduquée, sécularisée et urbaine, voient partout devant eux les portes du sommet fermées : les Britanniques occupent les hautes positions administratives et technocratiques au sein de la bureaucratie étatique et les Levantins les échelons supérieurs des professions libérales33. Ils ne peuvent non plus se lancer dans les « affaires », car victimes d’une importante discrimination : les entreprises et compagnies étrangères, bénéficiant des capitulations, paient moins de taxes et d’impôts qu’eux34. Les sentiments de frustration éprouvés par les Égyptiens éduqués et urbains sont bien décrits dans les pages, déjà citées, du livre de Muwaylihî Hadîth cÎsa Ibn Hishâm :

  • 35 Ibid., p. 245.

« Les Britanniques touchent d’énormes salaires et ont une autorité considérable. Ils tiennent les rênes du pouvoir et nous étouffent. Les portes des promotions sont fermées devant nous et les moyens du progrès ne sont pas à notre disposition. Si seulement la France pouvait retrouver sa puissance passée… nous pourrions alors diriger par nous-mêmes notre propre gouvernement35. »

  • 36 Cette transition est causée par des évènements politiques : l’Occident passe du rôle de conseiller (...)

19Pour les effendîs du début du xxe siècle, la modernité (comprise ici comme la construction d’un État égyptien moderne) n’est plus définie comme l’importation de savoirs et de compétences européennes, mais comme une défense de la modernité égyptienne contre un Occident devenu impérialiste36. Houranî insiste sur une autre facette de l’évolution des dilemmes : les intellectuels du début du xxe siècle étaient confrontés à des problèmes différents de ceux qu’avaient affrontés leurs prédécesseurs. Il ne s’agissait plus de savoir s’il fallait ou non être moderne. Il fallait désormais définir une réponse à la question du contenu de la modernité. Ce « contenu » (quel type de modernité devons-nous construire, quel type d’État devons-nous ériger) deviendrait vite l’objet de débats et de controverses qui allaient caractériser la longue période de construction d’un État et d’une société moderne et qui seraient illustrés par les travaux préparatoires de la Constitution de 1923 et les équilibres et compromis instables qui les accompagnèrent. Débats et controverses qui allaient aussi définir les contours du projet réformiste, ce qu’il « incluait » et ce qu’il « excluait ». Débats et controverses, enfin, qui allaient porter sur les sources de légitimité et sur les pouvoirs du roi et du Parlement, sur la définition des sphères et compétences respectives du religieux et du sécularisé, sur les utilisations légitimes de l’un et de l’autre, pour ne mentionner que quelques contentieux particulièrement sensibles dont la gestion, négociée ou non, constitua le moteur du projet de construction d’un État. Pendant les dix ou quinze premières années suivant la promulgation de la Constitution, ces controverses et débats n’impliqueraient, en règle générale, que les membres des générations ayant participé au mouvement national entre 1919 et 1924. Mais la seconde moitié des années trente verrait l’arrivée sur le devant de la scène d’une nouvelle génération qui allait bientôt poser de nouvelles questions, tout en proposant ses propres et multiples vues sur les débats et controverses antérieurs.

  • 37 Le nombre d’emplois au sein de la bureaucratie étatique augmente de 61 %, cf. Berger Morroe, 1958, (...)
  • 38 Vitalis, 1995, op. cit., XIV-XV.
  • 39 Le monde de la presse en est une. Cf. Gershoni et Jankowski, 1995, op. cit., p. 13.

20L’indépendance et la Constitution de 1923 instaurèrent un nouvel « ordre », un nouveau pacte politique, qui peuvent être décrits comme un nouvel État égyptien, avec un nouveau cadre institutionnel et légal et une nouvelle configuration de forces et d’alliances sociales. Les élites politiques et les institutions étaient désormais égyptiennes. La bureaucratie étatique connut une croissance significative37 et fut profondément (mais non complètement) égyptiannisée38. Les élites étrangères se retirant de la vie publique (mais conservant un pouvoir économique et politique très important), les Égyptiens firent irruption dans plusieurs « forteresses » à l’accès auparavant difficile, voire impossible39.

  • 40 Malak Badrawi (2000) a utilisé les registres et archives de la police britannique pour écrire une h (...)
  • 41 Deeb a analysé le mouvement nationaliste de 1919 comme une alliance des effendîs urbains et des pro (...)
  • 42 Ceci est le résultat du processus décrit ci-dessus, celui des familles égyptiennes aisées envoyant (...)

21La passation de pouvoirs qui fut mise en route en 1923 fit des lanceurs de bombes de 1919 des bâtisseurs d’État40. Les effendîs « idéaux » devinrent les citoyens modèles de l’État nouveau qui avait besoin de leurs services et qui en fit son élite sociale et politique, ainsi que ses interlocuteurs et ses partenaires privilégiés. Mais, en fait, les effendîs « réels » allaient être unis par leurs mérites et galons nationalistes, par le rôle qu’ils avaient joué dans les évènements de 1919 à 1923, par un ethos partagé par toute une société unie qui s’était unanimement soulevée en 1919 dans une révolution dont ils avaient constitué l’avant-garde41. Plus concrètement, ils allaient occuper les postes de responsabilité et d’autorité au sein des nouvelles institutions. Il convient d’insister sur le fait que les effendîs de 1919 sont très différents de ceux qui apparaissent quinze ou vingt ans plus tard. Les premiers proviennent de milieux (en moyenne) privilégiés42, les seconds de milieux plus modestes. Ils diffèrent aussi de par le moment historique qui fut le leur et qui en fit, avec les propriétaires terriens, les « hommes de l’indépendance » et de par le rôle qu’ils jouèrent dans la construction de la nouvelle bureaucratie étatique.

« CITOYENS NOUVEAUX » ou « FAUTEURS DE TROUBLES » ?

  • 43 Owen et Pamuk, op. cit., p. 33 ; Mabro Robert, 1974, The Egyptian Economy 1952-1972, Oxford, Claren (...)
  • 44 Pour l’examen de la pensée de ces intellectuels, voir, sur Muhammad Husain Haikal : Smith, op. cit. (...)
  • 45 Il faut néanmoins ajouter que cette élite économique ne devenait « égyptienne nationale » qu’au niv (...)
  • 46 Pour une analyse systématique de la culture et du discours du « pharaonisme », voir Gershoni Israel (...)

22Un projet de construction d’État basé sur une idéologie et des institutions libérales a besoin d’une classe moyenne. Mais les politiques et discours de l’État égyptien post-1923 étaient contradictoires. Le langage de l’élite politique réclamait avec insistance des droits et devoirs pour tous les citoyens et la diffusion de l’éducation était la première priorité de l’État43. Les intellectuels organiques du régime, par contre, propageaient une vision de la société selon laquelle les « intellectuels éclairés », possédant le savoir approprié et requis, mèneraient les masses sur la voie du progrès et de la modernité44. Ils étaient les porte-parole d’une élite aux contours clairement délimités, contrôlant les institutions politiques et les ressources économiques45. Cette élite produisait et diffusait des images et une « idéologie » alliant pharaonisme46et occidentalisation.

  • 47 Beinin, « Egypt : Society and Economy, » p. 314. Ces mots-clés apparaissent bien sûr auparavant dan (...)
  • 48 Beinin, op. cit., p. 314.
  • 49 Jankowski, op. cit., p. 2-3.
  • 50 Jankowski, op. cit., p. 3. Cf. aussi Safran, op. cit., p. 148-150, pour l’ethos de l’idéalisme poli (...)
  • 51 Cf. A. Butovski, op. cit.
  • 52 Une observatrice attentive des effendiyya est Freya Stark (1893-1993, anoblie), la célèbre voyageus (...)
  • 53 Ce terme est utilisé par Gershoni et Jankowski, Redefining the Egyptian Nation, p. 7. Je l’em-ploie (...)

23Il convient d’évoquer le rôle des effendîs dans l’État nouveau. « L’institution d’un État national moderne (…) entraîna la création de nouveaux “sujets politiques” – les citoyens – et de nouveaux “privilèges” – les droits »47. Selon Beinin, une éducation à l’occidentale accrût considérablement les effectifs de l’effendiyya et fournit le vocabulaire et la lexicologie permettant de concevoir l’Égypte comme un espace politique comparable aux États-nations européens. « (…) L’effendiyya se présentait comme porteuse d’une mission nationale »48. Le cursus éducatif institué par l’establishment libéral accordait une place privilégiée aux notions de droits et devoirs du citoyen et à leurs implications en termes de participation politique49. Les programmes scolaires répétaient, insistaient sur les concepts de souveraineté populaire et de participation et percevaient les droits et obligations politiques comme étant « des valeurs éthiques »50. Ces programmes n’étaient pas une exception. L’on pouvait dire la même chose de l’ethos de l’establishment libéral : le langage de l’élite et sa lexicologie étaient juridiques, mettaient en valeur le rôle central de la Constitution et faisaient de la nation la « source de tous les pouvoirs »51. Il est intéressant de comparer ce discours des programmes éducatifs, reflet de l’ethos général et du langage de l’État libéral (tels que décrits par les travaux académiques des historiens) avec d’autres sources, de nature différente. Je compte utiliser les textes écrits par et pour les effendîs, tels que les romans, mémoires, articles de la presse populaire et, bien sûr, le cinéma. Mais il n’est pas inutile de commencer par l’examen des documents et archives accumulés par ces observateurs privilégiés que furent les Britanniques, véritables insiders-outsiders.52 Les effendîs des années trente sont différents de leurs prédécesseurs. Ils ont été qualifiés de « nouveaux effendiyya »53. Comment les décrire ?

  • 54 Les dossiers PRO explicitement consacrés au « problème effendî » sont : FO 371/52365 (Relations bet (...)
  • 55 Walter Smart, 3 December 1946, FO 371/ 52365.

24Les diplomates et autres fonctionnaires, tant au Caire qu’au Moyen-Orient, étudiaient avec une attention croissante ce qu’ils allaient bientôt appeler « le problème des effendîs »54. Walter Smart, le « secrétaire oriental » de l’ambassade britannique au Caire, résumait ainsi son analyse : « Les effendîs sont la classe qui sera amenée à avoir une influence prédominante sur le développement politique futur de leur pays »55. Bevin, qui reçut et lut la dépêche de Smart, répondit :

  • 56 Circulaire de Bevin, datée du 15.1.1947, 371/52365.

« J’ai réfléchi au problème des effendîs… Je pense que ce terme (problème) est approprié car les rapports donnent l’impression que les effendîs (j’appelle ainsi les produits éduqués et semi-éduqués des universités et écoles orientales) sont en période de transition. Ils semblent être en train de devenir rapidement une classe moyenne professionnelle, destinée à revendiquer une position bien définie dans l’ordre social des pays arabes et à jouer un rôle sans cesse croissant et important dans le façonnement des destinées politiques du Moyen-Orient. »56

  • 57 Il convient de noter que malgré le fait que les effendîs Frères musulmans sont beaucoup plus nombre (...)

25Il va de soi que les Britanniques avaient intérêt à comprendre correctement le fait qu’ils observaient, l’émergence d’une « classe d’effendîs ». Ils décrivaient les effendîs comme un « nouveau » phénomène, produit par l’éducation moderne. À leurs yeux, les effendîs étaient « en transition » de par la tension entre leurs attentes (ils « revendiquent » un rôle) et la rareté ou la mauvaise qualité des opportunités offertes par leur pays. Ils semblaient en général « méfiants et hostiles » à la Grande-Bretagne et la propagande communiste était largement diffusée et gagnait du terrain dans leurs rangs57. Du fait de leurs capacités, de leur éducation et de leur culture « moderne », ils étaient perçus comme une force politique. Développer des relations amicales avec eux était donc d’une importance cruciale pour les intérêts britanniques dans la région.

  • 58 P.G.D. Adams memorandum, FO 141/1223.

26À l’arrière-plan du débat portant sur la façon de « gérer » les effendîs pour qu’ils soient mieux disposés à l’égard de la Grande-Bretagne, les rapports diplomatiques fournissent d’intéressantes et très pertinentes indications. Dans la correspondance entre Londres et les ambassades du Moyen-Orient, chaque officiel se concentrait sur ses « propres » effendîs. Le Liban n’avait pas de véritable « problème » d’effendîs. C’était encore plus vrai de l’Arabie Saoudite où les effendîs étaient très rares, le pays manquant d’universités, de cafés et de clubs58.

  • 59 Bird to Bevin, Baghdad, 10.3.1947, FO 141/1223.

27Pour l’Irak, l’esprit analytique de H. S. Bird distinguait trois types d’effendîs. Son approche semble pourvue d’une grande valeur heuristique pour le cas égyptien. Pour lui, les effendîs issus de familles aisées ou assez riches pouvaient briguer et obtenir les meilleures fonctions dans l’appareil d’État ou les meilleurs emplois dans les commerces et entreprises. De ce groupe étaient originaires les ministres, les directeurs généraux des administrations et les gouverneurs de province. Le second groupe était constitué par les officiers de l’armée (« entretenant avec nous des relations très amicales », selon lui). Le troisième groupe d’effendîs représentait l’« organisme vital de l’opinion publique » et « regroupait les autres urbains instruits… professeurs, avocats, journalistes, employés de bureau et de magasins ». Bird concluait que le problème des effendîs était « surtout un problème d’argent. Si seulement les Britanniques étaient capables d’offrir assez d’ouvrages – les effendîs, très clairement, adorent lire – dans des éditions bon marché car, tout aussi clairement, ils sont désargentés »59.

  • 60 W. E Houston-Boswall to Bevin, Beirut 15.5.1947, FO 141/1223.
  • 61 « Et envoyer davantage de professeurs de gymnastique… » : phrase qui semble indiquer que les sports (...)

28Une autre indication intéressante et utile provient de Beyrouth. Là-bas, les effendîs ne pouvaient être décrits comme représentant une « classe moyenne professionnelle » : le terme effendî était plutôt péjoratif (comme il pouvait l’être dans certains contextes en Égypte). « Les médecins, avocats et autres professionnels ayant “réussi” ne seraient pas flattés si on s’adressait à eux en les qualifiant d’effendîs ou si on les incluait dans ce groupe… lequel, composé de “produits semi-éduqués”, comprend les professionnels n’ayant pas réussi, les petits fonctionnaires, les employés de bureau des affaires et magasins commerciaux et, jusqu’à un certain point, les étudiants. » Les véritables effendîs sont « les dépourvus, les have-nots, dont les salaires sont modestes et qui n’ont pas beaucoup de perspectives d’avenir »60. De Beyrouth toujours, Houston-Boswall envoyait à Londres ses suggestions pour séduire ces effendîs désargentés. Et, là aussi, il proposait d’approvisionner le marché en livres rédigés en arabe dans des éditions bon marché, d’organiser plus de conférences et d’offrir davantage de bourses d’études en Grande-Bretagne61. De surcroît, il affirmait que les films britanniques devaient être moins chers pour pouvoir concurrencer les films américains et français et rappelait que le public libanais était très cinéphile.

  • 62 W. Smart, 3.12.1946, 371/52365.

29Les rapports diplomatiques en provenance d’Égypte accordent moins d’attention aux habitudes et modes de vie qu’aux facteurs socioéconomiques produisant l’effendiyya. Smart décrit les effendîs égyptiens comme « souffrant et ayant de puissants griefs sociaux » dus à la « perception croissante des inégalités sociales au sein de leur société »62. W.F. Crawford étudie la dimension économique du problème :

« Le véritable problème effendî est celui des fonctionnaires mal payés, des employés de bureau et magasins commerciaux et des diplômés au chômage. » [Ils sont beaucoup trop nombreux, ajoute Crawford, car le nombre de diplômés] « est plus important que la demande sur leurs produits… Ces pays n’ont ni le commerce, ni l’industrie, ni la structure sociale pouvant absorber ces grands nombres de diplômés (…) Les universités sont empoisonnées par la politique… Et, enfin, l’actuel coût de la vie est trop élevé. »

  • 63 W. F. Crawford to Bevin, 9.6.1947, FO141/1223.

30Il conclut son étude en affirmant que l’organisation de tournois de tennis à l’ambassade et la mise sur le marché de livres peu chers « feraient l’affaire »63.

31Pour résumer : ce que ces sources nous apprennent sur les effendîs est très stimulant, même quand les textes sont – avec l’effet du recul – souvent comiques. Leur description et diagnostic offrent des ressemblances avec ce que je trouve en examinant l’effendiyya en Égypte : malgré quelques similitudes avec les classes supérieures, notamment en ce qui concerne l’éducation et les apparences, le « véritable effendî » est désargenté, un have-not, qui ne peut être décrit ou assimilé à un membre des classes moyennes professionnelles. Les effendîs sont seulement, et au mieux, en passe de « devenir une classe moyenne » et ils sont, comme l’a bien vu Bevin, « en transition ». L’effendî a de « puissants griefs sociaux », est constamment menacé par le chômage, la pauvreté et le coût de la vie. Il en est conscient. Il est nécessaire de l’appréhender ou de le comprendre comme un « être politique », fait qu’illustrent fort bien les efforts britanniques pour le mettre de leur côté. Enfin, ses habitudes culturelles et ses modes de consommation – université, cafés, clubs – sont cruciaux. Il lit, fait du sport et va au cinéma. Les producteurs de médias de masse égyptiens qui ciblent le nouvel effendî, ce membre potentiel d’une éventuelle classe moyenne, font le même diagnostic et formulent les mêmes hypothèses.

Notes

1 Pour les origines et les usages ottomans du terme qui, au cours du xixe siècle, deviennent très différents de ceux en cours en Égypte, voir Lewis Bernard, « Effendî », Encyclopedia of Islam, p. 687. Dans l’Égypte du xixe siècle, effendî est de plus en plus associé aux hiérarchies sécularisées du savoir et à un grade de la fonction publique. Mais, polysémique, il est simultanément utilisé de plusieurs manières différentes, par exemple pour dire « seigneur ». On disait ainsi Muhammad Sharîf pacha effendî. Cité dans Hunter Robert F., 1984, Egypt under the Khédives, 1805-1879, Pennsylvania, University of Pittsburgh Press, p. 81. L’on appelait les khédives effen-dînâ : voir, par exemple en ce qui concerne Ismâcîl, Hunter, op. cit., p. 75, et pour cAbbas II, Mahfouz Naguib, 1991, Palace of Désire, Londres, Black Swan, p. 186. L’usage du terme pour dire « seigneur » perdura pendant le xxe siècle, comme un titre en usage dans certaines confréries sûfies. (Cf. Mohi El Din Khaled, 1995, Memoirs of a Révolution, Le Caire, AUC Press, p. 7), mais aussi comme un titre pour les rabbins de la communauté juive égytienne.

2 « Noble entourage » – membres de la famille et esclaves mamelouks affranchis. Certains étaient simultanément l’un et l’autre. Pour l’élite de Muhammad cAlî et sa transformation, voir Hunter, op. cit., p. 22 et sq.

3 Hunter, op. cit., p. 17.

4 Hunter, op. cit., p. 113. Sous Muhammad cAlî, ces hommes nouveaux n’étaient pas seulement un phénomène rare : ils étaient aussi assujettis aux membres de la ma’iyya saniyya qui occupaient les plus hautes fonctions. Mais la balance pencha de plus en plus en leur faveur. Pour la notion de new men, hommes nouveaux, voir aussi Tignor Robert L., 1966, op. cit., p. 25 et 34-35.

5 L’émergence de cette élite spécifique doit être mise en contexte avec 1) la croissance de l’Etat et la multiplication de ses fonctions, 2) l’intégration dans l’économie capitaliste : développement de l’agriculture du coton et construction de l’infrastructure adéquate (irrigation, transport). Hunter, op. cit., p. 37-41, et Davis Eric, 1983, Challenging Colonialism : Bank Misr and Egyptian Industrialisation, 1920-41, Princeton University Press, ch. 2. Le développement de l’administration, de la scolarité et de la propriété foncière est lui aussi la conséquence des processus liés à l’agriculture cotonnière, de la naissance d’une économie de marché et de l’intégration de l’Égypte dans le système capitaliste mondial de production.

6 Hunter, op. cit., p. 35-36, 51-52, 78-80 et Tignor, op. cit., montrent le rôle de cette élite dans la révolte de cUrâbî et son appui à cette dernière : l’élite était favorable à une plus grande ouverture de l’armée et de la bureaucratie aux éléments « égyptiens » de souche.

7 Le recours à des fonctionnaires et à des « officiels » issus de la notabilité provinciale plutôt que des classes moyennes urbaines (culamâ’et a’yân) est noté par Davis, op. cit., p. 19-20, puis p. 28-31, et aussi par Hunter, op. cit., p. 39, 41, 85-88.

8 Les effendîs étaient souvent originaires de la province. Cependant, après leur formation, ils servaient dans l’administration centrale et étaient donc « coupés » de leurs lieux d’origine. Mais ils commencèrent à acquérir de plus en plus de terres, données par l’État pour les récompenser de leurs services. De surcroît, les notables provinciaux commencèrent à envoyer leurs enfants dans les écoles gouvernementales pour leur assurer la formation leur permettant de briguer des emplois au service de l’État. Quoi qu’il en soit, État et élite indigène croissent et se consolident de manière à la fois concomitante et interdépendante. Voir Hunter, op. cit., p. 67, qui montre comment Ismâ’îl fait don de propriétés foncières à ses nouveaux officiels. Il dépend des hommes nouveaux, entre autres parce que de nombreux anciens fonctionnaires et officiels ont dû être éliminés à la suite des querelles et luttes de succession (Hunter, op. cit., p. 72-74). Enfin, l’État coopte les notables locaux et leur confie des positions au sein de l’administration provinciale (Hunter, op. cit., p. 83). Pendant quelque temps, il y aura deux types d’élite administrative, les « hommes nouveaux » et les notables provinciaux, qui sont souvent à peine alphabétisés. Mais leurs tâches sont séparées et distinctes. Cf. infra.

9 Hunter, op. cit., p. 83.

10 Selon les historiens, ils sont marqués par leur culture occidentalisée. Hunter, op. cit., p. 113-114, Tignor, op. cit., chapitre 5.

11 Hunter, op. cit., p. 92. Il poursuit : « Il y avait en ces hommes une certaine vanité et leur esprit de corps dérivait de leur conscience d’être indispensables et de la conviction qu’ils étaient supérieurs ». Comparer avec le portrait des « hommes nouveaux » par Muwaylihî in Hadith’Isa Bin Hisham, étudié dans Allen Roger, 1992, A Period of Time. A Study and Translation of Hadith ‘Isa Ibn Hisham by Muhammad al-Muwaylihî, Reading, Ithaca Press. Je le cite partiellement plus bas.

12 Hunter, op. cit., p. 144 et sq., et Tignor, 1966, op. cit., p. 25.

13 Cette dimension de la production intellectuelle est mise en évidence, entre autres, dans les études suivantes : Smith, 1983, op. cit., Meijer, op. cit., chapitre 1, Shepard William, 1980, « The Dilemma of a Liberal. Some Political Implications in the Writings of the Egyptian Scholar, Ahmad Amin (1886-1954) » dans Kedourie Elie et Haim Sylvia (dir.), 1980, Modem Egypt : Studies in Politics and Society, Londres, F. Cass, et l’ouvrage collectif sous la direction de Roussillon Alain, 1995, Entre réforme sociale et mouvement national : identité et modernisation en Égypte, Le Caire, CEDEJ.

14 Cf. Allen, op. cit., p. 77.

15 Les écoles gouvernementales privaient les diplômés d’al-Azhar de leurs emplois de professeurs, la sécularisation du droit et des tribunaux menaçait leur rôle judiciaire. Cf. Reid Donald M., 1977, « Educational and Career Choices among Egyptian Students, 1882-1922 », IJMES 8, p. 351-_353, ou du même auteur, 1974, « The Rise of Professions and Professional Organisation in Modern Egypt » dans Comparative Studies in History and Society XVI, p. 25-26. Des tentatives d’atténuation de la dichotomie à partir d’une optique effendîe aboutirent à la fondation de Dâr al’Ulûm et de l’école Qadis. Cf. Reid, Donald M. 1990, Cairo University and the Making of Modem Egypt, Le Caire, AUC Press, p. 34-35, ou, du même auteur, « Educational and Career Choices », p. 353. Les shaykhs considéraient apparemment la modernisation (et ses agents, les effendîs) comme une menace pour l’islam. Cf. Allen, op. cit., p. 90 : « Les shaykhs avaient de très fortes objections contre les habitudes des porteurs de tarbûsh qui osaient discuter, contester et manifester leur désaccord avec les shaykhs enturbannés et leur savoir et érudition. » De leur côté, les effendîs considéraient les shaykhs comme inférieurs à eux et comme un élément arriéré. Les textes de cette période abondent en railleries mutuelles. Booth affirme que railler le shaykh était une pratique usuelle (Booth Marilyn, 1990, Bayram al-Tunsi’s Egypt : Social Criticism and Narrative Strategies, Exeter, Ithaca Press, p. 404, note 1.).

16 Il faut bien noter dans ce contexte que le statut des mutarbashûn et des mu’ammamûn n’est pas fixe : outre le fait qu’il résulte désormais du choix, éducatif ou culturel, de la personne, le « changement » en cours de trajectoire est possible mais ne s’effectue que dans un sens (c’est dans la logique de la chose) : les shaykhs (ou turbans) déserteurs pour le tarbûsh sont Rifa’a al-Tahtawî, Muhammad ‘Abdoh, Sa’ad Zaghlûl, Taha Husayn, pour ne citer que les plus célèbres.

17 Je traite ici de la notabilité provinciale égyptienne et de sa descendance, l’effendiyya du début du siècle. Pour les attitudes, très différentes, de l’élite turque, cf. Reid, « Educational and Career Choices », p. 365.

18 Les enfants de l’élite avaient auparavant trois choix possibles : l’armée, la bureaucratie et al-Azhar. Mais la bureaucratie devint le seul débouché souhaité. Reid étudie ce problème dans son article précité. Dans les années 1880, les pères provinciaux tentaient de fournir à leurs enfants les deux éducations, azharie et gouvernementale, et développaient à cet effet de nombreuses stratégies : soit en tentant d’assurer à chaque fils une double éducation, autant et aussi longtemps que possible avant le choix définitif, soit en envoyant un fils suivre un cursus et en inscrivant le second dans l’autre. Autour du début du xxe siècle, le pouvoir et l’influence échappaient aux azharis pour passer aux diplômés des écoles gouvernementales sécularisées. Plus on laissait derrière soi son passé azhari, plus on avait de chances de réussir sa carrière.

19 Le cursus des écoles gouvernementales est établi et formalisé autour du début du siècle, ainsi que son système d’épreuves et d’examens. Voir Reid, « Educational and Career Choices », p. 358-359, et Tignor, 1966, op. cit., p. 202 et sq. Pour l’État, ceci est une formation spécifique, les disciplines occidentales étant utiles pour l’administration. Pour les étudiants, il y a là la voie vers une carrière assurée. Cf. Tignor, mais aussi les commentaires de Muwaylihî’s dans Allen, op. cit., p. 89-91.

20 Voir notes 7 et 8 plus haut.

21 L’élite égyptienne des dernières décennies du xixe siècle avait pour ainsi dire deux ailes : les effendîs éduqués à l’européenne qui, en général, servaient au sein de l’administration centrale, et les notables provinciaux, souvent analphabètes, qui occupaient des postes dans l’administration locale et provinciale. À travers cette « filière » ou ce « canal », ces derniers pouvaient accéder à la Chambre (consultative) des délégués. Il convient de noter que la différence entre ces deux élites réside dans l’éducation et la fonction de leurs membres. Par contre, elle n’est pas relative à leurs origines : ils proviennent souvent des mêmes familles. Cf. Hunter, op. cit., p. 88 et sq.

22 Davis, op. cit., p. 46-48.

23 Il s’agit souvent des mêmes familles, voire des mêmes personnes. L’on observe donc le changement de statut des délégués ruraux en fonction du changement de leurs titres. Je consacre infra (chapitre II) de nombreux développements à la question des titres. De surcroît, Davis note qu’après 1881 le titre ‘umda disparaît progressivement des registres, ce qui implique que les titres typiquement ruraux sont remplacés par d’autres à la signification « nationale » ou, pour paraphraser Hunter, qu’ils reculent devant la rationalisation bureaucratique (Hunter, op. cit., p. 56-62).

24 Je parle, bien sûr, de la voie normale. Il y a en permanence des exceptions. Les gouvernants, qu’il s’agisse du khédive ou des hommes politiques de l’après-1923, offrent ces titres à leurs clients politiques selon leur bon plaisir. Les titres pouvaient être achetés. Les caricatures et les scènes comiques, dans les films, montrent les marchands « traditionnels » portant la galabiyya, riches mais politiquement marginaux, auxquels il ne manque que le titre, acheter ce dernier (voir Mahfouz, Midaq Alley [Passage des miracles]). Ce faisant, ils accèdent à un univers différent, celui de l’élite dhacwât. Pour les sens précis de ces catégories, voir infra.

25 « L’Égypte ne fait plus partie de l’Afrique » était l’autre leitmotiv du khédive Ismâ’îl. Cf. Hourani, op. cit., p. 349.

26 Ce que j’appelle modernisation ou « élites modernisatrices » est appelé par d’autres auteurs « réformisme » ou « élites réformistes ». Voir Roussillon Alain, 1995, op. cit.

27 Pour ces points, voir l’ouvrage précité de Davis, p. 27-29, 39-50.

28 Le premier « Égyptien de souche » (ce terme est opposé dans la littérature à Turco-circassien) à devenir ministre est Sa’ad Zaghlûl en 1904. Il assume le portefeuille de l’Éducation nationale.

29 Ce mouvement d’ascension d’une élite locale, provinciale, perçue par le centre comme constituée de fillahîn – sales paysans –, qui devient une élite nationale ayant sa propre place au sein des institutions politiques explique, je pense, la phénoménale popularité des « licenciés en droit » et des études dans les écoles de droit. Reid a très bien mis en évidence le rôle de ces écoles et leur popularité, notamment parmi les fils des notables ruraux, mais n’explique pas cette dernière. Je pense que la problématique développée dans le texte peut offrir des explications et favoriser la compréhension du fait constaté.

30 Voir plus loin la citation de Sayyid Uways décrivant la culture effendî de sa tante, page 74.

31 Sur l’effendî et son rôle dans la politique autour du début du siècle et ultérieurement, voir Tignor, 1966, op. cit., p. 38, 147-150, ou encore chapitre VII, etc. Beinin, « Egypt : Society and Economy » p. 309-311, Deeb, 1979, op. cit., p. 43, 53.

32 Tignor, 1966, op. cit., étudie de manière exhaustive la provocation britannique, p. 178, 180-184. Voir aussi le nombre croissant d’étrangers employés dans l’administration après les crises de 1892-1894 : la commission Milner, qui effectua en 1920 une mission en Égypte pour étudier les causes des troubles nationalistes, révéla que moins du quart des postes de la Haute fonction publique était occupé par des Égyptiens ; et la tendance ne cessait de s’aggraver depuis 1905 : voir Berger Morroe, 1957, Bureaucracy and Society in Modem Egypt : A Study in the Civil Service, Princeton University Press, p. 32, et Tignor, op. cit., p. 181.

33 Pour les problèmes auxquels étaient confrontés les « nouveaux professionnels » voir Reid, « The Rise of Professions, » p. 25, 29, ou encore « Career and Educational Choices, » p. 365, 369, ou Tignor, 1966, op. cit., 150, 161 et chapitre VI. Noter aussi que les leaders nationalistes de l’effendiyya des années 1900 sont, souvent, des avocats ou des membres des professions libérales et non des bureaucrates – ils apparaissent avec la création d’un marché « indigène » pour ces professions. De nombreux juristes employés par l’État (le Parquet) démissionnent et ouvrent leur propre cabinet.

34 Encore une fois, un problème mentionné par le Hadith Isa Bin Hisham et étudié dans Allen, op. cit., p. 86.

35 Ibid., p. 245.

36 Cette transition est causée par des évènements politiques : l’Occident passe du rôle de conseiller et de fournisseur de technologie à celui d’occupant en Tunisie en 1881 et en Égypte un an plus tard. Au niveau de l’histoire intellectuelle, cette transition est bien illustrée par les évolutions des interprétations de l’Occident d’une génération à l’autre. La comparaison entre celle de Tahtâwî ou de Khaireddin et celle d’al-Afghanî est frappante. Hourani étudie cette évolution in Arabic Thought in the Liberal Age, p. 103 et sq.

37 Le nombre d’emplois au sein de la bureaucratie étatique augmente de 61 %, cf. Berger Morroe, 1958, « The Middle Class in the Arab World, » dans Laqueur Walter Z. (dir.), The Middle East in Transition, Londres, p. 82.

38 Vitalis, 1995, op. cit., XIV-XV.

39 Le monde de la presse en est une. Cf. Gershoni et Jankowski, 1995, op. cit., p. 13.

40 Malak Badrawi (2000) a utilisé les registres et archives de la police britannique pour écrire une histoire de la violence politique urbaine, s’arrêtant au début des années vingt : Political Violence in Egypt 1910-1924. Secret Societies, plots and Assassinations, Londres, Curzon Press. Les protagonistes de son ouvrage sont naturellement des effendîs issus des classes moyennes urbaines. Parmi les terroristes effendîs de 1919, l’on retrouve Mahmûd Fahmî al-Nuqrashî et Ibrâhîm ῾Abd al-Hadi al-Millîgi, tous deux premiers ministres deux décennies plus tard. Badrawi, op. cit., p. 135, 142.

41 Deeb a analysé le mouvement nationaliste de 1919 comme une alliance des effendîs urbains et des propriétaires moyens de la campagne. Cf. Deeb Marius, 1979, op. cit., p. 39-45. De son côté Davis, op. cit., considère que les hommes qui appuyaient le mouvement nationaliste étaient des propriétaires terriens. Selon moi, le premier tend à exagérer les différences entre les deux groupes, propriétaires terriens et effendîs urbains, et le second les sous-estime. Effendîs (d’origine provinciale) et propriétaires terriens sont à la fois identiques et différents : les effendîs n’ont certainement jamais perdu de vue les intérêts agraires de leurs familles et se considèrent – en tant qu’élite égyptienne émergente – comme un groupe distinctement national et comme une élite urbaine éduquée, chargée d’une mission spécifique, la construction d’un nouvel État. Il convient aussi de souligner la différence entre les effendîs issus de familles de propriétaires ruraux devenues riches et ceux qui sont les fils des classes moyennes urbaines (notables urbains et ‘ulamâ).

42 Ceci est le résultat du processus décrit ci-dessus, celui des familles égyptiennes aisées envoyant leurs enfants poursuivre des études dans les lycées et les instituts supérieurs (la future université Fu῾âd). Les hommes politiques qui gravitent autour du Wafd durant la révolution de 1919 sont d’anciens camarades de la faculté de droit. Cf. par exemple Reid, 1990, op. cit., p. 15, 33 ; Davis, op. cit., p. 88.

43 Owen et Pamuk, op. cit., p. 33 ; Mabro Robert, 1974, The Egyptian Economy 1952-1972, Oxford, Clarendon Press, p. 12, 16 ; Issawi, 1954, op. cit., p. 43.

44 Pour l’examen de la pensée de ces intellectuels, voir, sur Muhammad Husain Haikal : Smith, op. cit. ; sur Ahmad Amin : Shepard William, op. cit. ; sur le groupe Jarida-Uma : Kazziha, op. cit., et Meijer, op. cit., ch. 1.

45 Il faut néanmoins ajouter que cette élite économique ne devenait « égyptienne nationale » qu’au niveau du discours. D’un point de vue des intérêts et des activités économiques, l’élite égyptienne se confond avec l’élite économique étrangère. Cf. R. Vitalis, 1995, op. cit.

46 Pour une analyse systématique de la culture et du discours du « pharaonisme », voir Gershoni Israel et Jankowski James, 1986, Egypt, Islam and the Arabs. The Search for Egyptian Nationhood, 1900-1930, Oxford University Press.

47 Beinin, « Egypt : Society and Economy, » p. 314. Ces mots-clés apparaissent bien sûr auparavant dans les écrits des intellectuels (le groupe de Jarida-Uma). Cette élite s’opposait à la fois aux Britanniques et au gouvernement autocratique des khédives. Ces mots devinrent en 1923 le discours de l’État et se frayèrent un chemin jusqu’aux programmes scolaires, la Constitution et, plus généralement, jusqu’à la sphère publique. Cf. Butovski, op. cit. Pour l’examen de l’instruction et de son rôle dans les processus de construction d’un État moderne (certes à partir d’une perspective différente), voir Mitchell Timothy, 1988, Colonising Egypt, Cambridge University Press, p. 74-75, 102-104 et la discussion critique de cet ouvrage dans Starrett Gregory, 1998, Putting Islam to Work : Education, Politics and Religious Transformation in Egypt, Berkeley, University of California Press, p. 24, 57-58.

48 Beinin, op. cit., p. 314.

49 Jankowski, op. cit., p. 2-3.

50 Jankowski, op. cit., p. 3. Cf. aussi Safran, op. cit., p. 148-150, pour l’ethos de l’idéalisme politique.

51 Cf. A. Butovski, op. cit.

52 Une observatrice attentive des effendiyya est Freya Stark (1893-1993, anoblie), la célèbre voyageuse britannique, explorateur amateur et photographe, qui passa l’essentiel de sa vie à voyager à travers le Moyen-Orient. Elle vécut au Caire entre 1940 et 1942 et fonda une sorte de club culturel, les Ikhwân al hurriyya (Frères de la liberté). Le but de cette société, qui ciblait les effendîs, était de contrer la propagande hostile des pays de l’Axe, qui remportait à l’époque de grands succès en Égypte, de proposer services culturels et sociaux aux Égyptiens éduqués et urbains et de leur expliquer que les Britanniques étaient leurs meilleurs amis.

53 Ce terme est utilisé par Gershoni et Jankowski, Redefining the Egyptian Nation, p. 7. Je l’em-ploie dans ce texte pour désigner la génération des effendîs qui arrivent sur le devant de la scène dans les années trente et quarante.

54 Les dossiers PRO explicitement consacrés au « problème effendî » sont : FO 371/52365 (Relations between Great Britain and Middle East Effendîs, 1946), FO 371/61538 (The « effendî » problem in the Middle East, 1947) et FO 141/1223 (Propaganda : British : The Effendî class, 1947). D’autres dossiers évoquent l’effendiyya en étudiant d’autres questions, par exemple : FO 371/61542 (Youth movements in the Middle East, 1947), FO141/892 (Education and student employment, 1943). Certains dossiers datent de la décennie précédente : FO 141/543 et FO141/618 (Students : political activities and strikes, 1936 and 1935).

55 Walter Smart, 3 December 1946, FO 371/ 52365.

56 Circulaire de Bevin, datée du 15.1.1947, 371/52365.

57 Il convient de noter que malgré le fait que les effendîs Frères musulmans sont beaucoup plus nombreux que les effendîs communistes, les Britanniques sont relativement indifférents aux premiers et très alarmés par l’existence des seconds. Ceci révèle une optique spécifiquement britannique.

58 P.G.D. Adams memorandum, FO 141/1223.

59 Bird to Bevin, Baghdad, 10.3.1947, FO 141/1223.

60 W. E Houston-Boswall to Bevin, Beirut 15.5.1947, FO 141/1223.

61 « Et envoyer davantage de professeurs de gymnastique… » : phrase qui semble indiquer que les sports étaient populaires au sein de la jeunesse urbaine, assertion qui est confirmée par l’étude des périodiques et magazines populaires. L’on retrouve de nombreux magazines sportifs, dont certains ciblant un public aisé (Al-Abtâl, publié par Dâr al-Hilât) et d’autres un public aux ressources faibles (Al-Riyâda al-Badaniyya, publié par un petit éditeur privé).

62 W. Smart, 3.12.1946, 371/52365.

63 W. F. Crawford to Bevin, 9.6.1947, FO141/1223.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable