Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le logement en Égypte

 | 
Milad Hanna

La question du logement en Égypte. Une vision critique

Chapitre I. Le logement, un problème universel

Entrées d'index

Mots clés :

logement, développement, histoire

Texte intégral

Panorama : Est, Ouest et Sud. - Le logement, piège des nouvelles nations. - Le béton armé n’est pas l’unique solution. - Les usines de logements préfabriqués : une catastrophe ! Hassan Fathi, une tentative sans lendemain. Les mécanismes de la dépendance et de l’exploitation. - Le logement au détriment de la croissance. - Logement et endettement.

1On peut affirmer sans risque d’exagération, que tous les pays du monde ont à affronter, sous une forme ou sous une autre, un problème de logement et d’habitat. Ce problème peut, dans certains cas, atteindre la dimension d’une « crise ». Mais la majorité des pays n’ont pris conscience de l’existence d’une telle crise que récemment, depuis une dizaine d’années à peine.

2Avant la seconde guerre mondiale, très peu d’entre eux étaient sensibles à la question et par conséquent rares étaient les pays qui disposaient d’un « ministère de l’Habitat ». Il existait tout au plus quelques administrations gouvernementales chargées de la planification urbaine et de l’attribution de permis de construire, limitées aux grandes villes.

  • 1 Nous évoquerons plus en détail les formes prises par les diverses subventions.

3La seconde guerre mondiale et son cortège de destructions frappant l’Europe, tout comme l’Union soviétique et le Japon, entraîna d’importants changements. Tout d’abord, une grande partie des ressourcés de chaque pays a du être affectée à la reconstruction des logements, des quartiers et des villes. C’est ainsi que des centaines de quartiers ont vu le jour et que les décennies 50 et 60 ont été celles d’un « boom urbain » sans précédent. Par contre, les années 70 ont enregistré une énorme récession en matière de construction, tout se passant comme si l’Europe occidentale - puisqu’il s’agit essentiellement de celle-ci - avait pu satisfaire la demande de tous les citoyens dans ce domaine et n’avait plus besoin de nouvelles constructions, de nouveaux bâtiments. Par ailleurs, l’objectif à atteindre, l’extension de la propriété individuelle, soutenu par l’octroi de subventions1, s’est trouvé consacré par la pratique. Il s’agit là d’un phénomène général touchant le monde industrialisé - soit l’Europe, les États-Unis et le Japon - qui n’a été remis en cause ni par les partis conservateurs, ni par les socialistes, même s’il existe des nuances entre les uns et les autres : gain de voix électorales oblige... !

4Quant au bloc de l’Est, il a subi une destruction quasi totale des capitales, des grandes villes se sont trouvées entièrement défigurées. Il a donc fallu élaborer des plans économiques, politiques et sociaux pour assurer la répartition équilibrée des investissements entre les différents secteurs de services et notamment en ce qui concerne le logement et la construction.

5Des millions de familles ont alors été contraintes de s’entasser dans d’étroits logements ou encore de partager avec d’autres un même appartement.

6Cet état de chose perdure mais l’objectif recherché par les pays de l’Est est très clair : assurer à chaque famille un logement - certes de petite surface - mais d’occupation individuelle. Cet objectif, pour ce qui est de l’Union soviétique, devrait être atteint au début de la décennie 90.

7Les États-Unis ont également subi une crise du logement en dépit du fait que la seconde guerre n’ait pas affecté leur sol. Les Réformistes ont très vite compris que la stabilité politique était largement dépendante du niveau de vie assuré à la population. Plusieurs programmes ont été proposés ayant pour objectif commun la résorption des zones d’habitat insalubre notamment dans les quartiers noirs. Il n’en reste pas moins cependant que 42 millions de personnes consacrent aujourd’hui encore plus du tiers de leurs revenus au paiement de leur logement, que 12 millions de familles vivent encore dans des immeubles délabrés menaçant de s’effondrer. Et le problème du logement figure encore à l’heure actuelle parmi les priorités des programmes électoraux - républicains comme démocrates - à l’échelle fédérale comme à celle de chacun des États.

8Certains loyers sont toujours gelés et les autorités régionales n’ont pas le pouvoir de lever cette mesure. Celui-ci revient aux assemblées législatives élues quand il ne s’avère pas nécessaire – comme ce fut le cas en Virginie – de recourir au référendum : blocage et déblocage des loyers sont des décrets de souveraineté dont l’enjeu est énorme au regard des intérêts fondamentaux de la société et sont soumis à l’assentiment populaire sous une forme nécessairement démocratique. Au pays du capitalisme triomphant, le gouvernement fédéral accorde aides et subventions aux États pour qu’ils soient en mesure de faciliter aux citoyens démunis l’accès au logement. Ceux-ci bénéficient selon les cas de dons ou de prêts à taux d’intérêt réduit. Par ailleurs, le gouvernement fédéral garantit les emprunts lancés auprès de la population pour permettre aux divers organismes des États de l’Union d’assurer un logement aux plus déshérités (vente ou location en fonction des ressources individuelles).

9En général, parmi les priorités politiques des pays du Tiers-monde la question du logement se situe en bonne place peu après celle des ressources alimentaires.

10Trente-huit ans après la Révolution maoïste, le gouvernement de la Chine populaire - venu à bout du problème alimentaire - décide de donner la priorité absolue à la question du logement considérée à juste titre comme le défit le plus important qu’elle ait à relever à l’heure actuelle. Un logement pour chaque famille, tel est l’objectif qui ne sera atteint qu’au début du xxie siècle en dépit d’investissements massifs dans le secteur de l’habitat « populaire » : il s’agit de loger un milliard de personnes... ! « Sauf événement politique imprévisible, m’a déclaré le ministre chinois de l’Habitat à Pékin, chaque famille possèdera un logement indépendant en 2010 ». En attendant, 5 % des familles habitant en ville ne disposent que de 2 m2 pour chacun de ses membres.

11Les États africains, asiatiques et latino-américains ont tous à faire face, de façon plus ou moins dramatique, au problème du logement. Il ne s’agit pas ici des suites de la seconde guerre mondiale, mais la question est liée - curieux paradoxe - à l’accession de ces pays à l’indépendance. En effet, gouvernements et citoyens des nouvelles nations n’ont eu qu’une ambition : améliorer d’une façon rapide et sensible le niveau de vie des couches les plus déshéritées. Ainsi alimentation, logement, instruction, santé ont figuré comme autant de priorités dans les différents programmes politiques.

Le logement dans le Tiers-monde

12L’examen de la réalité met en évidence certaines similitudes dans la question du logement telle qu’elle se présente d’un pays à l’autre : l’acuité de la crise, l’importance des phénomènes relevés variant essentiellement en fonction de la conjoncture, de l’histoire, du climat, de la culture et de l’économie.

1.- Les points communs

13a.- Il faut tout d’abord rappeler que la construction en milieu rural se caractérise par le recours à des matériaux locaux et par l’usage de techniques très simples.

14En Afrique par exemple, un mode de construction très répandu - connu des Soudanais sous le nom d’al-Qatiyya - se caractérise par des murs montés en briques crues, circulaires et d’une hauteur de 1,50 m à 2 m permettant de se tenir debout ou légèrement incliné ainsi que par un toit constitué de troncs d’arbres. Dans le sud-est asiatique, on utilise les tiges des bambous poussant le long des fleuves et des canaux. Les civilisations rurales nées le long des vallées - Égypte, Irak, certaines régions de l’Inde et de la Chine - ont créé la brique faite de limon et de divers produits de culture, ces derniers empêchant qu’elle ne se fende au soleil. La plus ancienne est la célèbre brique laban faite de limon et de paille, qui apparut avec les premières cultures de blé, utilisée par les civilisations fluviales depuis des milliers d’années. Quant au toit, il est fait de troncs de palmiers en Égypte et en Irak, de troncs de cocotiers ailleurs, et recouvert de palmes ou autre pour protéger l’intérieur et l’habitacle. D’autres pays connaissaient la voûte, ce qui a permis la construction de toits en briques.

  • 2 Trad. française : Construire avec le peuple, Paris, Sindbad.

15Hassan Fathi, architecte égyptien, a tenté de renouer avec ce patrimoine architectural : ainsi est née Gurna, près de Louxor, belle construction n’utilisant que des matériaux locaux. L’architecte a rapporté cette expérience dans un ouvrage désormais célèbre, intitulé Architecture for the poor (Chicago, University Press)2.

  • 3 Le ciment de Portland ne fut découvert qu'au xixe siècle.

16De la même façon, en zone montagneuse, les hommes ont su construire leur logement en se servant des matériaux locaux : pierres et blocs de pierre cimentés à l’aide d’un mélange fait de sable et de chaux vive, ou encore à l’aide de glaise3.

17En résumé, la construction de logements, dans l’ensemble des villages des pays en voie de développement, avait un prix de revient très peu élevé dans la mesure où celle-ci utilisait des matériaux présents en abondance sur le marché local et qu’elle n’avait pas à faire appel à une main-d’oeuvre spécialisée. On construisait son logement en dehors des saisons de culture ou de chasse, avec l’aide de la famille et des voisins. La formule d’Hassan Fathi est dans ce contexte justement célèbre : un ouvrier ne peut seul construire une maison ; dix individus ordinaires peuvent ensemble construire dix maisons.

18b.- Précisons ensuite qu’il n’était ni possible ni concevable de fournir à l’immense majorité de la population des logements dotés d’équipements : tels que l’eau potable, l’évacuation des eaux usées, l’électricité...

19Il était pourtant naturel que les peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine réclament la mise en pratique du slogan « un verre d’eau potable pour chaque citoyen », l’installation de l’électricité pour pouvoir veiller quelques heures et raccourcir leurs longues nuits, l’accès à la radio, à la télévision... Un pacte social tacite fut alors adopté : l’Etat se chargeait d’apporter le loisir mais imposait en contrepartie son idéologie et s’assurait des moyens de l’étendre. Ce n’est que plus tard que magnétoscope et films vidéo permirent à la population de réduire - partiellement bien sûr - la mainmise de l’Etat sur les mass média.

20Plusieurs projets d’équipement furent menés à bien mais leur coût eut de profondes répercussions sur le système économique comme sur l’endettement des pays du Tiers-monde. On estime, de source proche de l’ONU, que l’équipement, d’ici l’an 2000, des régions les plus défavorisées, nécessiterait quelque 116 milliards de $.

21c.- Au xixe et dans la première moitié du xxe siècle, les puissances colonisatrices construisirent de nouvelles villes ou favorisèrent le développement de celles déjà existantes, tant pour disposer de l’infrastructure nécessaire à l’instauration d’un gouvernement central que pour loger convenablement leurs ressortissants. Les nouvelles constructions présentèrent donc un caractère nettement européen : français, britannique, portugais, hollandais, etc. Les classes aisées indigènes, éblouies, se mirent à singer le mode de vie européen. Lente à l’origine, la croissance des villes nouvelles s’accéléra ensuite sous l’effet du raz-de-marée humain qui les envahit. Le nombre des sans-abri, qui s’élève aujourd’hui à plus de 100 millions selon l’ONU, qui fit de 1987 l’« année des sans-abris », sera très lourd en l’an 2000.

22d.- Après les indépendances, les habitants des campagnes affluèrent massivement vers les villes, fuyant le chômage et un niveau de vie trop précaire.

23L’infrastructure urbaine n’était évidemment pas en mesure de faire face à cette « émigration surprise » et n’y était aucunement préparée. Ces nouveaux arrivants ne pouvaient accéder aux logements existants du fait de leur coût, ils se mirent donc à construire, selon leurs moyens, et sans permis, provoquant l’émergence de quartiers informels ceinturant les villes : logements élevés à la hâte, à partir des résidus de la ville, ferrailles et cartons, auxquels s’ajoutent parfois la brique. Dans certains cas, ces constructions reconduisirent des formes de logements traditionnels.

  • 4 Le taux de croissance des quartiers pauvres est deux fois supérieur à celui de l'ensemble de la vil (...)

24La plupart des capitales et des grandes villes du Tiers-monde furent très vite cernées par ces quartiers informels dont les populations suscitaient l’hostilité des habitants de la ville qui les craignaient et s’opposaient à leur présence. Ces quartiers furent rasés au bulldozer, les gouvernements - qui ne se donnaient pas la peine d’étudier le phénomène et d’en chercher les causes - les considérant comme une maladie, une épidémie. D’ici l’an 2000, les zones urbaines abriteront plus de la moitié de la population du globe4 ; plus de 60 villes (45 pour le seul Tiers-monde) compteront plus de 5 millions d’habitants, dont Le Caire et Alexandrie.

2.- Le mariage du fer et du béton

25À partir du moment où les pays du Tiers-monde ont choisi d’utiliser le béton dans la construction, ils sont tombés - consciemment ou inconsciemment - dans un véritable piège, celui de l’adoption en matière d’architecture des modèles occidentaux venus d’Europe, des États-Unis et de l’Union soviétique.

26La fabrication du béton nécessite la présence de sable, cailloux et graviers disponibles sur toute la surface du globe, qu’il convient de mélanger à l’eau et au ciment suivant des techniques simples et faciles à maîtriser. Le ciment fait d’argile et de calcaire, matières également fréquentes et peu coûteuses, demande quant à lui une température de cuisson très haute, ce qui représente une importante dépense d’énergie et par conséquent un prix de revient élevé, surtout depuis la crise pétrolière. Le prix de la tonne de ciment est passé de 5 à 30 $ au cours de la décennie 70, sans compter les frais de transport.

27Pourtant « le ciment est à la construction ce que le pain est à l’homme », indispensable. Et les scientifiques du Tiers-monde auraient pu chercher à améliorer les performances de ces matières premières disponibles en quantité sur le marché local... ce qu’ils n’ont pas fait.

28La fabrication du fer à béton ressortit à l’industrie lourde. Rares sont les pays du Tiers-monde pouvant réunir à la fois les matières premières, la technologie appropriée et les investissements nécessaires. Ils ont donc eu recours à l’importation du fer à béton et par contrecoup les complexes sidérurgiques ont proliféré de par le monde. La concurrence est devenue telle que le Japon, par exemple, a renoncé à la plupart des industries lourdes, lesquelles étant de surcroît polluantes et dangereuses pour l’environnement. Ce pays a alors joué la carte de l’électronique, industrie dans laquelle il est passé maître, et qui lui assure une présence internationale de « super-puissance économique ».

  • 5 Soit environ 100 kgs de fer/m3 de béton armé.

29Pour en revenir au fer à béton, je voudrais souligner combien l’homme a réussi là un mariage heureux : deux matériaux aux coefficients de dilatation voisins, pouvant affronter ensemble la chaleur... ! Reste que le fer à béton coûte cher. Il ne prend part que pour 0,5 à 1 % du m3 de béton armé5, dans le cadre des constructions ordinaires, mais représente pourtant environ la moitié du prix de ce m3.

3.- Logement et indépendance

30Les pays nouvellement indépendants ont opté pour un système basé sur l’économie de marché, se rapprochant par là de l’Occident. Ils se sont alors littéralement jetés dans les bras des sociétés opérant sur place avant l’indépendance, faisant largement appel, selon le cas, aux firmes britanniques (le fait que le pays soit membre ou non du Commonwealth n’ayant aucun impact), françaises ou hollandaises. Une même logique poussait les ex-puissances coloniales à renforcer leurs liens avec leurs anciennes colonies2 ; en effet, les pays du Tiers-monde apparaissaient comme un enjeu économique vital, marchés trop évidents pour la production occidentale. Entrait également en jeu dans ce maintien des relations entre pays colonisés et pays colonisateurs, ce que l’on peut appeler le « prestige culturel » encore exercé par les derniers sur les premiers, en dépit de l’intrusion dans certaines régions, des Etats-Unis et de l’URSS, intrusion qui modifia sensiblement les données.

31L’importation des matériaux nécessaires à la réalisation des logements affecte sérieusement le revenu national d’autant qu’au béton armé, au ciment et au fer à béton s’ajoutent l’infrastructure sanitaire, les appareils électro-ménagers, les moquettes et papiers peints, etc. L’attrait du produit occidental est puissant. Pour les pays du Tiers-monde, il s’agit par là de se faire ouvrir « les portes de la civilisation et du progrès » ; ils n’ont pas conscience de la réalité cachée des choses.

32Cet état de fait est maintenu - phénomène commun à la plupart des pays du Tiers-monde - par des catégories sociales dont l’ascension est liée à l’avènement de l’indépendance, état de fait qui leur garantit l’opulence, leur permet de s’approprier des terrains constructibles, dans les nouvelles capitales ou dans leurs zones d’influence politique, d’y construire des logements pour eux-mêmes, leurs proches ou leurs clients, qui font figure de véritables palais. Car pour les membres de ces groupes récemment montés en puissance, l’habitation a valeur de symbole, doit être l’illustration de la richesse et du pouvoir de son propriétaire.

33Étalage des richesses, imitation du mode d’habitat occidental, le béton armé envahit les villes. Les ressources de l’État nouvellement indépendant sont gaspillées parce qu’il tombe dans le piège consistant à copier un modèle occidental en oubliant que celui-ci est le fruit d’une autre civilisation, le résultat d’une longue histoire.

4.- Habitat : recettes socialistes

34D’autres pays ont par contre choisi l’option socialiste : la longue oppression coloniale, l’expérience acquise au cours de la lutte pour l’indépendance ont forgé leur opposition à ce qui relève d’un fonctionnement de type capitaliste. Ils ont donc eu recours à la planification en matière agricole, industrielle et sociale.

35Et pourtant, eux-aussi sont tombé dans le piège, en ce qui concerne le logement. Faute d’examen approfondi, suivant l’avis de leurs experts formés en Occident, ils ont également fixé leur choix sur le béton armé et la construction d’immeubles destinés à l’habitat populaire afin de répondre à l’ampleur des besoins aux premières années de l’indépendance. Il s’agit bien sûr de logements à loyer modéré, voire symbolique, fortement subventionnés par l’État, loin de permettre l’amortissement de l’investissement consenti. Avec les années, l’État s’essouffle et ne parvient plus à mener à bien les plans initiaux - par trop ambitieux -, se montrant dans l’incapacité de satisfaire la demande et les espoirs de millions d’individus en quête de logement.

36Dans ce contexte, l’État envisage alors d’investir pour l’implantation d’usines élaborant sur place les matériaux nécessaires à la construction, depuis le ciment jusqu’à l’infrastructure sanitaire, voire même - selon le cas - dans la réalisation de complexes sidérurgiques fournissant le fer à béton. Comme le financement de tels projets nécessite le recours au crédit international, ces pays tombent alors dans le piège de la dépendance.

5.- Logements préfabriqués : le revers de la médaille

37Quant aux pays d’Afrique et d’Asie figurant parmi les pays riches (de par la présence du pétrole ou toute autre matière première), ils ont été attirés par les experts occidentaux dans un piège aussi dangereux que séduisant : celui du préfabriqué. Ce fut le cas de la Libye, de l’Algérie, de l’Arabie Saoudite, des États du Golfe. Tentative a été faite auprès de l’Égypte au cours des années 1970 : j’ai moi-même été témoin d’un plan minutieusement préparé et soigneusement conduit à cet effet.

  • 6 Froids mortels, tempêtes de neige qui s'étendent sur de longues périodes de l'année.

38C’est l’Union soviétique qui est à l’origine de ce type de construction exécutée à partir d’éléments préfabriqués : les conditions naturelles difficiles6 qui sont les siennes ont conduit à élaborer les unités de logement à l’abri des intempéries, dans un lieu fermé ou couvert ; ainsi les murs et éléments de structure (plafond, poutres) en béton armé furent fabriqués en usine et montés sur les chantiers pendant la belle saison.

39La préfabrication a eu son heure de gloire en Europe, à la fin de la seconde guerre mondiale : c’était en effet un moyen efficace – face à l’ampleur de la tâche et compte tenu de la rareté de la main-d’oeuvre – de produire en série, et rapidement, un très grand nombre de logements.

40Avec les années 70 s’achève la construction des logements dont l’Europe occidentale avait besoin : les usines de préfabriqués devenant par conséquent inutiles, on tenta de les écouler dans les pays du Tiers-monde.

  • 7 Ouverture vers l'Occident, sous prétexte de libéralisation économique.

41Après la guerre de 1973, à l’annonce de la libéralisation économique7, l’Egypte eut à faire face à des nuées d’intermédiaires et de représentants commerciaux qui tentaient de vendre ces usines. Le courageux ministre de l’Habitat et de la Construction de l’époque était favorable – de bonne ou mauvaise foi, peu importe – à l’importation de celles-ci sous prétexte que cela contribuerait à résoudre rapidement le problème du logement : « Chaque usine ayant une capacité de production de 2000 unités par an, précisait-il notamment, l’achat d’une dizaine d’entre elles devrait permettre de résoudre la crise du logement d’ici quelques années ». J’ai rédigé à l’époque de nombreuses mises en garde contre ce que je considérais comme un véritable piège.

42Hélas ! Des scientifiques et des ingénieurs renommés participèrent à des congrès et colloques relatifs aux logements préfabriqués et réussirent à donner à une opération purement commerciale une caution scientifique séduisante. Certains furent récompensés en encaissant des commissions lors des transactions, ce qui leur a permis de quitter le métier d’ingénieur et de devenir « hommes d’affaires ».

43A l’expérimentation, il s’est très rapidement avéré que le coût de production d’une unité de logement préfabriqué excédait de loin celui d’une construction classique : le montage sur place d’un immeuble faisant appel aux grues semblait plutôt complexe ; les opérations de soudure et d’assemblage des divers éléments demandaient une certaine expérience et exigeaient un travail soigné... Bref, l’opération se soldait par une perte sèche.

  • 8 Le recensement de 1986 fait état de 6 673 bâtiments construits à partir de préfabriqué dont 2 199 p (...)

44Le ministère de l’Habitat acquit onze usines, les forces armées quatre. L’État a « avalé le morceau » et personne n’a eu de comptes à rendre8. Il s’agit là d’un exemple de gestion à l’égyptienne ; haut responsable et personne au sommet de la hiérarchie du pouvoir en connaissent le fonctionnement : donner libre cours à sa volonté, rester en place et laisser les erreurs s’enterrer avec le temps.

45Lé cas égyptien n’est qu’un exemple parmi d’autres du piège dans lequel sont tombés les pays sous-développés qui s’efforçaient de résoudre la question du logement. Les Etats pétroliers en font partie pour lesquels la perspective d’une solution rapide et suscitant l’approbation populaire ont servi d’appâts au temps de la prospérité pétrolière... Le piège s’est refermé et l’Occident a réussi ainsi à récupérer une part des revenus pétroliers de ces Etats.

6.- Le mécanisme de la dépendance et de l’exploitation

46La question du logement était donc cruciale pour les pays du Tiers-monde et la plupart des gouvernements et des institutions internationales n’étaient pas sans le savoir. Ils surent mettre à profit les projets ambitieux des pays du Tiers-monde : des « dons » - un montant modeste - pour financer « l’étude des problèmes » ont été suivi de « prêts » à faible taux d’intérêt pour permettre aux travaux de débuter... Et bientôt, c’est l’engrenage. Les Etats, inéluctablement, sont amenés à avoir recours au crédit international, à emprunter à court terme et fort taux d’intérêt.

47Les années passant, les dettes s’accumulent et le service de la dette s’alourdit. Les Etats industrialisés ont ainsi tissé une toile qui maintient les pays piégés dans la dépendance plus sûrement que la force armée.

48Un tel procédé - parmi tant d’autres - a assuré aux pays capitalistes un important profit aux dépends des plus faibles États du Tiers-monde. Ces mêmes pays capitalistes jouissent par ailleurs de divers avantages dans le cadre de la construction proprement dite.

Les bureaux de consultation et d’expertise

  • 9 Le "don" finance une étude de faisabilité de tel ou tel élément de solution au problème du logement (...)

49La gratuité des services des bureaux de consultation, des bureaux d’expertise polytechnique, fonctionne comme un premier appât. Ceux-ci assurent en effet l’étude de faisabilité sous forme de don de la part des pays avancés qui « participent ainsi à l’élaboration d’une solution aux problèmes aigus dont souffre le Tiers-monde ». Pour sauver les apparences, protocoles et accords relatifs au financement des études sont approuvés par les organisations parlementaires. Ces études, portant sur différents aspects de la question du logement9, suscitent immanquablement l’intérêt du responsable à la porte de qui on vient frapper pour proposer, sur un plateau d’argent, un savoir gratuit fourni par un État généreux assurant lui-même la rémunération de ses experts...

50Il est bien établi qu’il n’y a pas de dons gratuits, sans contrepartie. « There is no free lunch » rappelle un proverbe américain. La pratique en Égypte et ailleurs montre bien que l’envoi d’experts représente un moyen peu onéreux et efficace permettant aux États industrialisés d’asseoir leur influence, de mieux cerner la morphologie économique, sociale et politique de chacun des différents pays du Tiers-monde.

  • 10 Le montant n'étant pas fixé au préalable, l'ardoise peut être très lourde.

51Ces experts établissent des contacts et sous prétexte de « collectes de données » fournissent des rapports scientifiques - dont la valeur effective dépasse de loin celle du don originel - pour le plus grand bénéfice des services de renseignement internationaux. Par ailleurs, aux yeux des responsables interpellés, ce premier rapport en appelle un autre, plus détaillé et qui cette fois-ci sera financé par un « emprunt », certes accompagné de « facilités de paiement ». Le ministre aura alors recours aux bureaux de consultation spécialisés qui s’occuperont des plans, définiront le cahier des charges, examineront les demandes d’adjudication et présenteront des recommandations. Celles-ci seront écoutées et ordre sera donné de commencer les travaux sous le contrôle technique du bureau consultatif qui les suivra10 jusqu’à leur achèvement.

52Le contrat relatif aux honoraires du bureau consultatif est en général « ouvert »: le montant des honoraires oscillant entre 6 % et 15 % de la valeur totale du projet en fonction de la conjoncture, payable en devises. Les États sous-développés, essoufflés, se figurent ainsi payer des services et une technologie moderne qu’ils n’auraient pu trouver sur place.

53Voilà donc le circuit suivi par un projet. Voilà également comment sont organisés les colloques (dans quel esprit) traitant du « transfert de technologie » vers les pays sous-développés. En dernière analyse, il s’agit moins de transmission de savoir que de conquête de nouveaux marchés où les pays industrialisés pourront écouler les dernières réalisations technologiques.

54Un « plan-complot » au résultat évident : une dépendance des pays du Tiers-monde qui perdure. Libération nationale et indépendance n’ont rien changé : ils courent encore derrière les produits et les experts des pays industrialisés qu’ils payent au prix fort. Et si, par hasard, des ressortissants du Tiers-monde acquièrent un certain bagage scientifique, les Etats industrialisés les achètent aussitôt en leur offrant la possibilité d’immigrer.

Les outils et matériaux de construction

55L’importation des matériaux et des outils nécessaires à la réalisation du projet fait partie – en règle générale – des clauses des protocoles d’aide ou de prêt de sorte que l’Etat créancier se garantit ainsi un débouché pour sa propre production. C’est pourquoi la concurrence est très forte entre les pays industrialisés dès lors qu’il s’agit de l’octroi de prêts ou de dons aux pays du Tiers-monde : l’enjeu étant le plein-emploi local.

56L’aide à l’importation se substitue ainsi à l’assurance-chômage et c’est en somme l’ouvrier du monde sous-développé qui assure le plein-emploi de celui du monde capitaliste. Quel paradoxe... ! Cette même logique amène l’Occident à considérer les projets relatifs au logement comme nécessitant obligatoirement de grands travaux et la présence des équipements ad hoc : grues, bulldozers, camions, etc., autrement dit de gros investissements en matière de matériel, de maintenance et de formation dont bénéficie par contrecoup le pays fournisseur de crédits.

  • 11 Sanitaire, moquette, papiers peints, etc.

57Les pays du Tiers-monde ont - attraction de l’Occident aidant - brûlé les étapes entre le stade de l’artisanat utilisant la main-d’oeuvre locale et celui de la mécanisation et de l’automatisation à outrance. Le temps de la préparation des briques à la main, sur une table à proximité de la construction, a fait place à celui de la briqueterie, de la cimenterie, de la faïencerie, bref, de toutes les fabriques des différents éléments11 entrant dans la construction des logements. Autant de lourds investissements dont il faut - autre facette du piège - éviter le « vieillissement précoce » et s’assurer qu’ils suivent la marche perpétuelle du progrès.

Les services

58Il s’agit ici d’un problème tout autre, qui tient aux nécessités de la croissance urbaine et qui concerne aussi bien le réseau routier que les stations d’épuration de l’eau, l’évacuation des eaux usées, la distribution de l’eau, de l’électricité, la pose des câbles téléphoniques, etc. Un milliard deux cents millions d’habitants n’ont pas directement accès à l’eau potable, un milliard neuf cents millions au tout-à-l’égout précisent différents rapports établis par l’ONU.

59Noyer les pays du Tiers-monde sous un océan de dettes fut donc une chose facile d’autant que la question du logement n’était pas la seule à résoudre. Il fallait également conduire les projets dans d’autres domaines prioritaires : l’agriculture, l’industrie, la santé, l’éducation... L’erreur initiale tient moins dans le désir naturel d’une amélioration du niveau de vie que dans le recours au modèle occidental pour satisfaire celui-ci, tout particulièrement en matière de logement.

60J’espère avoir dans mes propos nettement mis en évidence cet aspect des choses.

La situation dans le monde arabe

  • 12 Dans le cadre d'une communication intitulée "Le secteur de la construction et du bâtiment dans le m (...)

61Dans l’ensemble du monde arabe au cours des vingt dernières années, le secteur de la construction a connu une croissance démesurée comme en témoignent les chiffres cités lors du premier Congrès des entrepreneurs arabes (Casablanca, octobre 1983) par Nabil Cha’th12. L’économiste palestinien fait état, pour 1982, de quelque 100 milliards de $ d’investissement (soit 60 à 70 % du total des investissements réalisés) contre 88 en 1980 et 3 en 1963. Un tel montant assure au monde arabe le troisième rang derrière les États-Unis (223) et le Japon (218).

  • 13 Un même aéroport, construit aux États-Unis ou en Europe, ne coûte que 40 % du prix de revient de ce (...)

62Il est important d’avoir conscience de la hausse des prix en matière de construction : logement individuel ou familial mis à part, la réalisation d’un projet s’élève en moyenne à 35 millions de $, coût en général supérieur de 250 % au coût américain ou européen. Un même aéroport verra ainsi le coût de sa réalisation fluctuer selon son implantation géographique : les États-Unis, l’Europe ou le monde arabe13. Il en est ainsi pour la plupart des projets. Entre 1963 et 1980, le montant total des dépenses concernant le secteur de la construction dans le monde arabe s’est élevé à 600 milliards de $ environ dont 75 % furent affectés à l’importation des matériaux de construction, d’outils, de machines et instruments ainsi qu’aux frais d’expertise ou au salaire de la main-d’oeuvre étrangère. Par ailleurs, 600 bureaux de consultation et quelque 1000 entrepreneurs étrangers ont dessiné et réalisé environ 85 % des bâtiments publics.

63Bien que les États pétroliers n’aient pas été contraints de recourir aux emprunts internationaux, le processus de dépendance s’est néanmoins enclenché : en effet, un bureau de consultation, par exemple britannique, s’efforce de maximiser les chances des entrepreneurs britanniques qui obtiendront alors les adjudications et les importations de matériaux nécessaires, elles aussi britanniques...

1.- Habitat nassérien, habitat sadatien

64Une telle analyse laisse à penser qu’une solution au problème du logement pour bon nombre des États d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique du sud, est quasiment inexistante. Or, tel n’est pas le cas : quel serait alors le but de cette étude ?

65Avant d’envisager la ou les solutions réalisables, rappelons brièvement l’expérience faite par l’Égypte au cours des deux périodes - l’ère Nasser, l’ère Sadate - expérience qui a valeur d’exemple en ce qui concerne les pays du Tiers-monde.

66De 1952 à 1970, de nombreux projets de développement furent menés à terme dans le domaine de l’agriculture (bonification des terres, augmentation de la capacité productive des terres agricoles), en matière d’industrialisation (implantation de complexes sidérurgiques, naissance d’industries mécaniques, textiles, pharmaceutiques, pétrochimiques, construction de cimenteries, de fabriques de produits détergents ou de traitement de dattes séchées...), mais il y eut avant tout la réalisation du Haut-Barrage.

67Certes la question du logement se posait déjà mais pas de façon cruciale : des logements étaient disponibles, le loyer accessible, en rapport avec le pouvoir d’achat des différentes couches sociales. Au rythme modeste de 20 à 40 000 unités annuelles, des logements populaires à loyer modéré et subventionné ont été construits dans la plupart des grandes villes du pays.

  • 14 L'unité était estimée à 500 LE pour une superficie moyenne de 50 à 60 m2, soit, à l'époque, 8 à 10 (...)

68Le manque de logements se fit effectivement sentir en 1964, les travaux du Haut-Barrage ayant mobilisé le gros des entrepreneurs et des matériaux. « Le plan Nasser pour le logement d’urgence » fut alors lancé affectant 5 millions de LE de crédits supplémentaires au financement de la construction de 10 000 unités de logement « populaire »14.

69On trouve encore aujourd’hui, dans la plupart des villes, de nombreuses traces de ce plan dont le coût total suffirait à peine, à l’heure actuelle, à régler les honoraires des bureaux de consultation ou à établir les plans d’aménagement d’un village touristique...

70La période Nasser a fortement mis l’accent sur les impératifs du développement, sans donner la priorité à la question du logement et de l’habitat. La société n’a cependant rien perdu de sa cohésion. L’Etat a gardé la mainmise sur l’économie. Le contexte n’était pas conflictuel : les masses égyptiennes, au contraire, semblaient accepter cet ordre des choses, cette hiérarchie des priorités.

  • 15 N.d.t. = 50 milliards de $ avant le 2.08.1990.

71La période Sadate, quant à elle, se caractérise par de nombreux déséquilibres (voir les chapitres suivants). Elle a pour sa part largement contribué à l’expansion du secteur de la construction. La production de logements a progressé à un rythme régulier pour atteindre 170 000 unités en 1985-86. Et pourtant, en dépit d’importants investissements consentis par l’État, les couches les plus défavorisées ont ressenti de plus en plus durement les effets de la crise. Par ailleurs, l’Égypte - avis partagé par le pouvoir comme par l’opposition - s’est trouvée noyée sous les dettes. Le montant global de la dette atteignait 40 milliards15. La valeur des 1 800 000 unités de logements - vides et non utilisés - avoisinerait ce chiffre. La conclusion est simple : nous nous sommes lourdement endettés pour construire des logements et ne pas les utiliser.

72Bien sûr le problème de la répartition des investissements entre les différents secteurs - des services et de la production - n’est pas simple et bon nombre de pays du Tiers-monde sont tombés dans le piège désormais classique de donner la priorité au secteur des équipements et du logement et de crouler sous les dettes en attendant que les secteurs de production constituent leurs propres ressources et soient en mesure de fournir des revenus.

73Je fais partie de ceux qui souhaitent trouver une solution à la crise du logement qui touche durement les classes les plus défavorisées et toute solution susceptible d’améliorer la situation a ma faveur. Je pense toutefois que le montant des crédits alloués à la construction par le premier plan quinquennal de l’ère Moubarak est à l’origine de l’échec de celui-ci. Il faut équilibrer les investissements entre les différents secteurs et si les choses restent ce qu’elles sont, l’échec du second plan quinquennal sera encore plus retentissant.

74Il ne s’agit pas uniquement des investissements relatifs au logement mais également de ceux concernant les équipements allant de pair avec la construction : eau, voirie, égouts, électricité, téléphone, etc. dont l’importance n’est pas contestable mais dont la réalisation devrait être différée ou s’étaler dans le temps.

2.- Logement et développement

75Mon intérêt ne se porte pas ici sur la planification en matière économique des pays sous-développés, mais sur quelques points particuliers qui mettent en valeur l’interaction entre l’économie en général et la question du logement.

76a.- Il faut garder à l’esprit que nos ancêtres ont vécu, pendant des milliers d’années, dans des habitations en briques crues. De nombreuses générations continueront à vivre dans des constructions faites de matériaux locaux et il n’est pas réaliste de chercher à caser des millions d’individus dans des ensembles de béton armé dotés de tous les équipements et de tous les services en se fixant comme délai la fin du xxe siècle ou la première moitié du xxie : il n’y a qu’une seule solution pratique et réalisable, c’est de faire appel, en règle générale, aux matériaux locaux et aux techniques traditionnelles.

77On s’accorde aujourd’hui à penser que le mode de construction du logement dans une région donnée n’est pas le fait du hasard mais le résultat d’une accumulation de savoirs et d’expériences au fil des générations, le résultat des tentatives et des échecs qui ont précédé la solution retenue. Rejeter ce patrimoine parce qu’il existe ailleurs un autre mode de construction ayant fait ses preuves (dans un autre contexte) est une grave erreur.

78C’est pourquoi je tiens à rendre hommage à Hassan Fathi, architecte de renommée, pour ses travaux sur le patrimoine architectural des périodes fatimide et mamelouke, qui a vécu dans les profondeurs des vieux quartiers coptes et islamiques du Caire et a su faire naître de ses connaissances acquises de véritables chefs-d’oeuvre d’architecture locale.

79Malheureusement, son heure est passée, Hassan Fathi n’est plus et ses idées – le recours au savoir-faire du fellah tant pour la construction des murs que pour l’élaboration des plafonds, des coupoles et des enduits, l’utilisation de la brique crue, etc. – ne lui ont pas survécu.

80La réalisation du Haut-Barrage a mis fin à l’ère Hassan Fathi : plus de limon donc plus de briques ; le savoir-faire des fellahs/ouvriers en bâtiment des gouvernorats d’Assouan, de Qena et de Sohag est également perdu : ceux-ci ont émigré dans différents pays arabes qui ont su tirer parti de leur compétence en matière de construction. Ils ont acquis sur place de nouvelles techniques mais à leur retour en Égypte, les modes de vie, à la campagne comme à la ville, avaient profondément changé (et leur savoir s’est trouvé sans application).

81Il reste néanmoins que les réalisations architecturales d’Hassan Fathi se posent comme un défi, sont un appel à la créativité tant pour trouver de nouvelles techniques plus appropriées à l’époque que pour améliorer les qualités des matériaux locaux auxquels la construction doit essentiellement avoir recours. L’Égypte offre en abondance le sable, le goudron, le granit, les tiges de coton et de canne à sucre, les troncs de palmiers, etc. Dans cet esprit, au début des années 40, j’ai publié un article dans Al-Ahram suggérant d’utiliser – dans le cadre d’un projet d’électrification des campagnes – les troncs des palmiers comme poteaux électriques. J’ai d’autre part soutenu cette même idée lors de différents colloques relatifs à l’électrification des campagnes, problème central à l’époque. Seuls quelques collègues finlandais et danois ont paru intéressés.

82Il reste beaucoup à faire en matière de perfectionnement des matériaux locaux et des techniques traditionnelles. Or, il est impératif d’élaborer des solutions appropriées à l’économie du Tiers-monde. Si recherche il y a dans ce domaine, elle est surtout le fait des organismes spécialisés relevant de l’ONU et non pas des pays du Tiers-monde.

83Je souhaite pour ma part voir s’élaborer une coopération en la matière avec la Chine, pays le plus peuplé du monde, qui a eu à affronter un énorme problème démographique et pour qui s’est gravement posée la question du logement. Pays de vieille civilisation, au riche patrimoine architectural, la Chine a beaucoup de traits communs avec l’Egypte. Une coopération technique sino-égyptienne dans ce domaine ne pourrait qu’avoir d’importantes répercussions dans les pays en voie de développement.

84b.- L’exode rural massif figure parmi les principales raisons à l’origine de l’aggravation de la crise de logement dans les grandes villes du Tiers-monde. Il est donc nécessaire de chercher à améliorer les conditions de vie dans les zones d’émigration, de créer de nouvelles sources de revenus et de nouveaux emplois, mais aussi d’améliorer l’habitat. L’expérience a montré que les investissements dans les villages permettaient de soulager notablement la pression sur les grandes villes. Au contraire, l’amélioration des conditions de vie urbaine est en fait un gaspillage de ressources, fonctionne comme un attrait (une motivation) supplémentaire pour l’émigration rurale.

85Le problème du logement doit donc être considéré comme un problème social à traiter en considération de l’ensemble des projets de développement. L’inverse (l’isoler) aboutirait à une aggravation de la situation qui pourrait rapidement devenir explosive.

86Ainsi la recherche de solutions à la crise du logement dans les grandes villes est-elle liée à la recherche de solutions à l’exode rural. Cette même logique m’a amené à lier « explosion démographique » et « habitat » et à proposer un régime particulier de distribution de logements subventionnés (Cf. Doc. de travail I, 2e partie de l’ouvrage).

87c.- De nombreux responsables et intellectuels du Tiers-monde portent un regard ébloui sur la campagne européenne ou américaine. Certains ont donc pensé que les conditions de vie rurale s’amélioreraient si de nouveaux villages étaient bâtis sur de nouveaux sites. Plusieurs tentatives ont été faites : au Soudan, dans le cadre de l’aménagement de la région de Ruhd ; en Irak, où des villages de logements préfabriqués ont été implantés ; en Algérie, enfin, avec la réalisation de « nouveaux » villages de conception « moderne ». En Chine même, chose curieuse, des dirigeants m’ont montré avec fierté un « nouveau » village, près de Pékin, constitué d’un ensemble d’immeubles de béton armé. J’ai vu en fait un village misérable, artificiel et sec, ne pouvant soutenir la comparaison avec les villages de conception traditionnelle et leurs vieilles maisons de briques rouges, aux toits de bois, ou de troncs d’arbres, si caractéristiques de la Chine.

88Les tentatives de certains États du Tiers-monde, pour créer, dans le cadre d’une planification moderne, des villages en béton armé sont vouées à l’échec parce qu’elles épuisent leurs modestes ressources (qu’il s’agisse ou non d’États pétroliers). De plus, une rénovation des constructions existantes est une solution écologiquement et climatologiquement plus appropriée, plus conforme aux modes de vie en vigueur. J’ai encore en mémoire la tristesse des habitants de la vieille Nubie, logés dans du béton armé après avoir quitté leur village d’origine en passe d’être submergé par les eaux du Haut-Barrage.

89En Égypte, depuis des milliers d’années, les villages n’ont pas changé d’aspect : ensemble de couleur brune, maisons de briques crues, ruelles au parcours accidenté... Par contre, le mode de vie dans ces villages a changé, notamment depuis le raccordement des habitations au réseau électrique, à l’époque nassérienne. L’implantation des autres réseaux (eaux, égouts) devrait également avoir des répercussions positives sur le mode de vie des villageois.

  • 16 Se servant par exemple de la main-d'oeuvre que représente la jeunesse locale.

90Des projets bien conçus, simples et réalisables16, au service d’une action politique lucide, qu’il s’agisse de voies d’accès au village (amélioration des voies existantes, construction des voies principales permettant le passage des pompiers), de l’embellissement des habitations (à l’intérieur comme à l’extérieur, à l’aidé de matériaux peu onéreux comme la chaux) ou du confort des intérieurs (diminution du volume de poussière en tassant le sol des habitations sans plancher ou en posant des planchers bon marché), aboutiraient à l’amélioration notable du mode de vie rural.

91Il faudrait par ailleurs prévoir la construction de bâtiments abritant des services collectifs : bains, latrines, bibliothèques, terrains de sports, créés à l’initiative des collectivités locales. De telles améliorations ne mettraient pas en danger le caractère architectural propre au village. Le financement des travaux pourrait provenir de donations et de la participation des habitants. Expertise et conseils pourraient être le fait des autorités locales qui fourniraient par ailleurs une subvention égale au montant des donations.

92d.- Les conditions de vie de certains quartiers des grandes villes d’Asie ou d’Afrique sont déplorables autant qu’affligeantes : les plus pauvres, souvent originaires des campagnes, s’installent tant bien que mal à la périphérie des cités, construisent avec leurs maigres revenus et sans autorisation préalable.

  • 17 C'est-à-dire sans planification préalable.

93Ces zones d’habitat informel17, du fait de leur situation excentrée, échappent au contrôle de l’Etat. Les autorités - raisonnement simpliste - font face aux phénomènes en ayant recours aux forces de police qui expulsent les habitants et procèdent à la destruction des habitations. Et pourtant, ces zones n’auraient pas eu d’existence si les responsables avaient su prévoir l’évolution de la société, de ses besoins, et planifier en fonction la construction des logements.

94La capitale soudanaise offre un des plus bels exemples de ce phénomène : la moitié de la population, en effet, vit dans la zone périphérique d’habitat informel qui encercle littéralement le triangle Khartoum/Om Dourman/Khartoum-nord. Les gouvernements successifs se sont vainement attaqué au problème dont il faut bien pourtant reconnaître l’existence. Il faudrait s’efforcer d’améliorer l’habitat, de hausser le niveau de vie de la population de ces quartiers, de créer des services et de rapprocher peu à peu habitants du centre et habitants de la périphérie dans le sens d’une assimilation.

95e.- Pire que l’habitat informel : l’habitat défiguré, ainsi appelé non parce qu’il défigure l’esthétique d’une ville, selon les critères de conception bourgeoise, mais parce qu’il défigure la « nature même » de ses habitants. Faites de bric et de broc, avec les rejets de la ville (ferrailles, cartons, plastiques...), ces habitations sont en général si basses qu’il est impossible de se tenir debout ; les ouvertures ne suffisent ni à l’éclairage ni à l’aération ; les sanitaires sont absents et les services inconnus. Ces refuges (abris) - que je me refuse à appeler logement - ne permettent pas de « vivre » et à peine de dormir : la densité d’habitants y est très élevée, véritable « entassement de chair humaine ».

96De telles zones sont inacceptables, doivent disparaître après une analyse approfondie des origines de leur naissance afin d’éviter leur extension et a fortiori leur résurgence.

97La question du logement se pose à l’échelle internationale et touche, de façon plus ou moins spécifique la plupart du pays ; elle présente toutefois certaines constantes - que ce premier chapitre a recensées - en ce qui concerne les pays en voie de développement.

Architecture locale

Architecture locale

Notes

1 Nous évoquerons plus en détail les formes prises par les diverses subventions.

2 Trad. française : Construire avec le peuple, Paris, Sindbad.

3 Le ciment de Portland ne fut découvert qu'au xixe siècle.

4 Le taux de croissance des quartiers pauvres est deux fois supérieur à celui de l'ensemble de la ville et quatre fois plus élevé que celui de la population mondiale.

5 Soit environ 100 kgs de fer/m3 de béton armé.

6 Froids mortels, tempêtes de neige qui s'étendent sur de longues périodes de l'année.

7 Ouverture vers l'Occident, sous prétexte de libéralisation économique.

8 Le recensement de 1986 fait état de 6 673 bâtiments construits à partir de préfabriqué dont 2 199 pour Le Caire, 670 pour Alexandrie. Or chaque usine devait fournir 2 000 unités annuellement, soit 300 000 en 10 ans.

9 Le "don" finance une étude de faisabilité de tel ou tel élément de solution au problème du logement ; il peut également servir à l'élaboration d'un rapport relatif à divers sujets tels "l'état de l'infrastructure et des services", "l'hygiène publique", "l'introduction de la technologie moderne", "la restructuration de l'industrie du ciment" afin de réduire les dépenses d'énergie, "la modernisation des centres de formation" pour préparer une génération d'ouvriers du bâtiment qualifiés, etc.

10 Le montant n'étant pas fixé au préalable, l'ardoise peut être très lourde.

11 Sanitaire, moquette, papiers peints, etc.

12 Dans le cadre d'une communication intitulée "Le secteur de la construction et du bâtiment dans le monde arabe".

13 Un même aéroport, construit aux États-Unis ou en Europe, ne coûte que 40 % du prix de revient de celui construit dans le monde arabe.

14 L'unité était estimée à 500 LE pour une superficie moyenne de 50 à 60 m2, soit, à l'époque, 8 à 10 LE le m2.

15 N.d.t. = 50 milliards de $ avant le 2.08.1990.

16 Se servant par exemple de la main-d'oeuvre que représente la jeunesse locale.

17 C'est-à-dire sans planification préalable.

Table des illustrations

Titre Architecture locale
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540