Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le logement en Égypte

 | 
Milad Hanna

Préface

Galila El-Kadi

Texte intégral

1Parmi les pays du Tiers-monde, l’Égypte se singularise par l’absence de pénurie de logements. Le recensement de 1986 a révélé l’existence de 1,8 million de logements vacants, soit 17 % du parc existant. D’autres données, moins frappantes, permettent de nuancer le discours alarmant des années 70 sur le problème du logement. On constate en effet une nette amélioration des conditions d’habitat notamment en milieu urbain, baisse du pourcentage des logements d’une seule pièce, diminution des taux d’occupation par pièce et par logement, amélioration des raccordements aux réseaux divers.

2L’optimisme ressenti à la lecture de ces premières données est vite dissipé lorsqu’on apprend que le nombre de huttes et d’habitations précaires s’est multiplié par trois au cours des dix dernières années ; il est passé de 40 000 à 144 000. S’il existe donc des logements vacants en surnombre et bien équipés, des dizaines de milliers d’habitants sont sans logements décents. Ainsi beaucoup considèrent aujourd’hui qu’il n’y a pas de problème de logement en Égypte, mais seulement une inadéquation entre l’offre et la demande et une mauvaise répartition du parc existant.

3Il suffit de se promener dans les villes nouvelles ou d’aller visiter les grands ensembles construits par l’État sur la route de Suez pour se rendre compte d’un gaspillage de ressources sans précédent. Dans ces cités du désert, le silence et la vacuité sont les seuls habitants des lieux.

4Combien de briques, de tonnes de ciment, de mètres cubes de fer à béton, ont servi à la construction de ces bâtiments ? Combien de kilomètres de routes, de canalisations d’eau, d’égouts, de câbles électriques les desservent ? Combien d’heures de travail furent dépensées pour produire tant de valeurs d’usage « congelées ». Ayant effectué ce calcul fastidieux, Milad Hanna a estimé la valeur de l’ensemble des logements vacants à 40 milliards de livres égyptiennes, c’est-à-dire l’équivalent de la dette extérieure de l’Égypte en 1987. Ceci sans compter la valeur de centaines d’hectares de terres agricoles dévorées tous les ans par l’urbanisation spontanée pour héberger les exclus des appartements inoccupés.

5Comment en est-on arrivé là et par quels moyens peut-on remédier à cette situation ? Telles sont les deux préoccupations majeures de cet ouvrage.

6L’auteur aborde le problème du logement de deux façons. D’une part, en une analyse critique impitoyable, fondée sur une étude documentaire approfondie de la question, que nourrissent à la fois ses observations personnelles et les données disponibles, il dénonce les « auteurs du crime » qui ont entraîné l’Égypte dans le piège de l’endettement. En surévaluant intentionnellement les besoins réels en matière d’habitat, des commissions locales et étrangères ont forgé un déficit imaginaire qui a abouti à la surproduction révélée par le dernier recensement officiel de 1986. Les conséquences de ce « complot » furent : le déséquilibre dans la répartition des investissements, l’augmentation de la dette extérieure de l’Égypte, le dérèglement du marché du logement et l’exacerbation des contradictions sociales.

7D’autre part, l’auteur s’attaque, non plus à une situation de fait, mais aux politiques poursuivies pour y remédier depuis l’indépendance. Il condamne les solutions provisoires et pragmatiques : le problème du logement n’est à ses yeux qu’un aspect partiel d’une question plus globale dont il ne peut être dissocié : la nature de l’État, sa politique économique et sociale. Dès lors seule l’action révolutionnaire permettra de le résoudre. Ce n’est pas la voie que l’auteur préconise. Il opte plutôt pour une réforme qui repose sur les idées des socialistes utopistes, prenant tantôt les figures de la nostalgie : retour aux matériaux locaux, aux techniques rudimentaires, apologie des modèles de l’architecte Hassan Fathi, tantôt les figures du progressisme : l’analyse rationnelle qui va permettre la définition d’un nouvel ordre pouvant s’appliquer à n’importe quelle société, en n’importe quel temps, en n’importe quel lieu. Les traits caractéristiques de cet ordre sont : l’augmentation graduelle des loyers bloqués depuis 1961 selon des critères bien déterminés, l’imposition des appartements en condominium et des villas, touchant essentiellement les plus nantis, le prélèvement de taxes sur les appartements vacants, la création d’un fonds de logements alimenté par ces nouvelles taxes et impôts afin d’assurer l’entretien du parc immobilier d’une part, et d’offrir des allocations-logements pour les plus démunis de l’autre, l’instauration de mesures coercitives et incitatrices pour le contrôle des naissances par le biais de l’aide au logement.

8Ce nouvel ordre, auquel l’auteur consacre une grande partie de l’ouvrage, a été progressivement élaboré et présenté, sous la forme de documents de travail, à la Commission du logement de la Chambre des Députés que l’auteur a présidée entre 1984 et 1986. Certaines de ses idées ont été accueillies favorablement par quelques députés éclairés, d’autres furent récusées et farouchement combattues par la majorité des membres de la commission qu’il présidait. Au bout de deux ans d’exercice, M. Hanna se rend compte qu’il se trouve à la tête d’une instance qui n’a aucune prise sur la réalité et qu’il mène un combat solitaire sur deux fronts : contre les membres de la commission et contre la majorité parlementaire. Désillusionné, il démissionne. Il continue dans les médias, à se battre pour ses idées. Lesquelles ne semblent pas encore avoir fait leur chemin, puisque le projet de la nouvelle loi sur les « rapports entre propriétaires et locataires », toujours en cours de discussion au Parlement, ne prend en considération aucun des principes de la réforme proposée par l’auteur. Plus déconcertante encore est la construction de 1,25 million de logements pour le prochain plan quinquennal, annoncée récemment par le Premier ministre.

9La politique du « plus de », plus de logements, plus de dilapidation de ressources, plus de contradictions et plus d’endettement, triomphe.

10Cet ouvrage, le seul existant sur le problème du logement en Égypte, est à la fois un essai critique et un témoignage vécu des enjeux et des conflits qui se sont noués autour de ce problème entre 1984 et 1986. Pour qui s’intéresse à l’habitat et au mieux-être des hommes, ignorer Milad Hanna, c’est agir sans réfléchir. Le CEDEJ, en décidant de le faire traduire et de le publier, contribue non seulement à faire connaître aux chercheurs francophones un des aspects de la crise urbaine en Égypte, mais à diffuser auprès d’un public plus large, les doctrines d’un visonnaire qui énonce les règles devant régir la société future.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540