Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’architecture moderne en Égypte et la revue Al-’Imara

 | 
Mercedes Volait

Le rôle de l’architecture pour la mise en valeur de l’identité nationale

Ahmad Fikri

Texte intégral

1Chaque nation (umma) d’entre les nations possède une nature qui la caractérise en ce monde. Et la nature a voulu que deux pays ne se ressemblent pas dans leur formation. C’est-à-dire que les littoraux, les fleuves, les vallées, le relief y diffèrent et confèrent à chaque pays une morphologie particulière, de même qu’ils en font une entité unique en son genre.

2L’architecture est, quant à elle, l’habit de ce corps. Comme l’être humain n’est pas satisfait de la manière dont la nature a façonné son pays, il veut le particulariser par le biais « d’habits » architecturaux. Cependant, c’est bien la nature en premier lieu qui lui permet cela, puisque c’est elle qui lui fournit les matériaux mêmes de l’architecture. Ainsi le granit en Egypte a conféré à son architecture un aspect distinct de celui que le marbre a conféré à l’architecture en Grèce, ou la brique à celle de l’Iran.

3Puis à la nature sont venues se superposer les croyances religieuses, dans la conception des « habits » architecturaux. Ainsi l’architecture civile en Grèce provient de l’organisation des temples, tandis que dans les pays chrétiens, elle emprunte ses éléments aux églises, et que dans les pays musulmans, elle s’inspire des arches et des motifs décoratifs des mosquées. Voilà ce qui constitue les différences fondamentales entre ces divers types d’architecture.

4A la nature et aux croyances, sont venues ensuite s’ajouter la réflexion et l’imagination, puis les conjonctures de la vie sociale et politique, lesquelles ont dicté à l’être humain, dans chaque pays, les formes de son architecture et leur ont donné un sens.

5Ainsi le patrimoine architectural du Portugal, par exemple, possède une morphologie différente de celle de sa voisine espagnole, et il en va de même en ce qui concerne les patrimoines belge et hollandais. De même les monuments antiques n’avaient pas en Grèce la même structure que dans l’empire romain. Et l’on ne trouvera point dans l’histoire de nation, qui n’ait été fière de son identité, sans avoir laissé de traces éminentes de cet orgueil dans son architecture.

6Ainsi l’architecture de chaque peuple se différencie par ses formes, ses composantes, ses structures dans la mesure où ces peuples se distinguent par leur nature, leur réflexion, leurs croyances, et leur imagination, mais également par leur vie sociale et politique. Si tous les éléments formant une nation, et parmi eux les facteurs naturels et historiques, s’unissent afin de travailler ensemble à l’élaboration de son architecture, et s’accordent afin de créer par le biais de l’architecture des « habits » qui soient reconnaissables, alors cette architecture, à son tour, occupera une position à la fois de pilier et d’avant-garde, du fait de ses spécificités.

7Car l’histoire nous parle de la renaissance des peuples, et il nous semble que l’architecture est bien la marque éternelle et le reflet particulièrement évocateur de cette renaissance. Des archives du passé, l’architecture est celle qui possède la plus grande qualité d’évidence, et permet le mieux de visualiser ce passé. La grandeur des anciens Egyptiens ne se manifeste-t-elle pas en premier lieu par les monuments antiques qu’ils nous ont légués ? Leurs pyramides ne sont-elles pas les signes les plus grandioses des gloires d’antan ? Leurs temples splendides et monumentaux ne constituent-ils pas la plus paisible représentation de ces époques magnifiques ? Le Nil d’Egypte, avec ses déserts et ses cultures, sa science et sa littérature ; les souverains d’Egypte avec leurs guerres et leurs conquêtes n’ont-ils pas formé sans conteste, dans le passé, une grandeur inoubliable, que les gens ont continué d’évoquer en tout temps et tout lieu ? Mais ceci a-t-il pu atteindre l’émerveillement produit par l’architecture des anciens Egyptiens ? Et cette civilisation serait-elle devenue immortelle si les vestiges architecturaux avaient été effacés d’Egypte, et si l’on n’avait pu y recueillir les déclarations et les principes sur lesquels s’appuyer ?

8Chaque communauté possède une langue qui définit son appartenance nationale. Des Grecs, le monde a retenu la langue et ce qu’elle a produit comme littérature, science et philosophie, dont le monde a été redevable pendant plus de 2 000 ans. Ce sont cependant leurs antiquités qui ont constitué un langage international que l’ensemble des gens peuvent comprendre. Un langage, sans aucun doute, plus clair dans son énonciation et plus éloquent que ne l’était la langue grecque elle-même.

9Chaque nation possède des spécificités nationales autres que linguistiques, telles que des croyances, des costumes, des pratiques, des caractères, des arts, une structure politique, des modes de pensée. Et lorsqu’un individu déambule dans l’une des métropoles mondiales, il perçoit, représentées devant lui, les traces de ces spécificités. Car les édifices ou l’architecture d’une ville ont pour qualité de représenter une plus grande réalité pour l’esprit et de provoquer une empreinte plus durable pour le souvenir que ne pourrait le faire tout autre élément.

10Mais où en sommes-nous à propos de tout ceci ? Notre pays a connu dans son histoire deux périodes de splendeur et deux civilisations d’entre les plus sublimes des civilisations, qui nous ont légué un patrimoine architectural exprimant puissamment leur niveau de supériorité, et caractérisant fortement les deux aspects de notre esprit national. Que certains d’entre nous veuillent que notre temps se rattache plutôt à la première période, et soit en continuité avec l’histoire antique, ou qu’ils [pensent] que ce lien a été irrémédiablement coupé du fait de la conquête islamique, et que donc notre pays n’est fondé que sur ce qui s’est développé depuis le début de cette deuxième ère - en matière linguistique, religieuse, intellectuelle et juridique, ainsi que dans la vie sociale et politique - ; et que l’on donne raison à l’une ou l’autre de ces opinions, où sont les expressions de notre esprit national actuel ?

11Qu’est le Caire contemporain comparé à celui des Fatimides ? Quel est le rôle de notre gouvernement et du Palais, comparé au pouvoir du sultanat et du khalifat ? La réalité c’est que n’importe lequel d’entre nous, lorsqu’il parcourt les grandes villes de notre pays, perçoit le déclin de notre pays et son attachement à d’autres valeurs que celles qui le caractérisaient autrefois.

12Y a-t-il actuellement des espaces susceptibles de nous rappeller les cours de nos mosquées, où se produisaient, du temps de nos ancêtres, les sciences, les lettres et les arts, ainsi que les valeurs des civilisations antiques et modernes ?

13Y a-t-il, dans les bâtiments de nos tribunaux, le moindre élément susceptible de nous évoquer la création de notre législation et de notre jurisprudence, qui surent naguère régler les relations entre individus ?

14Avons-nous veillé à ce que l’agencement de nos logements et la conception de nos façades soient l’écho de la nature qui nous entoure, de la foi qui nous emplit, et de la vie sociale qui nous a été donnée ?

15Que sont nos maisons comparées à celles de Fustat et du Caire, avec leurs cours, leurs jardins et leurs fontaines ainsi que tout ce qu’elles réunissaient comme éléments-de confort et d’hygiène, ou encore tout ce que l’on pouvait y trouver comme manifestation des arts et de la beauté ?

16Les formes de notre architecture actuelle sont un mélange d’architecture grecque, romaine et moderne. Notre esprit national a disparu derrière ces façades et c’est comme si nos antiquités étaient devenues étrangères dans leur propre pays.

17Il n’y a donc pas d’autre voie possible pour la renaissance de nos spécificités nationales, et leur consolidation, si ce n’est le retour à une expression nationale adaptée aux bâtiments que nous construisons. Notre architecture pourrait alors acquérir la qualité qui est la sienne pour l’ensemble des peuples nobles : celle de jouer un rôle décisif pour l’exaltation de la fierté nationale.

18(Texte publié in magalla al-chu’un al-igtima’iyya, n° 7, juillet 1940, pp. -39-41).

Auteur

conservateur du musée de l’art arabe

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540