Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’architecture moderne en Égypte et la revue Al-’Imara

 | 
Mercedes Volait

En guise de conclusion

Texte intégral

53. Immeuble à Zamalek, Max Balsiano, architecte. Projet publié dans le catalogue Dunia al-mabani.

1Les réactions au texte de Sayyid Karim, simultanément publié dans la revue al- ‘imara et dans al-magalla al-chu’un al-igtima’iyya [La revue des affaires sociales], dans son n° 6 daté de juin 1940, ne se Firent pas attendre. Le mois suivant, cette même revue publie en effet un article de Ahmad Fikri, directeur du Musée arabe, qui reprend l’intitulé de la séance du colloque de l’Association de la Réforme Sociale, à laquelle Sayyid Karim avait été convié, et point par point, les principaux éléments de l’argumentation de ce dernier (l’on a renvoyé en annexe la version intégrale de ce texte). Ahmad Fikri n’en est pas moins fort critique. Certes, reconnaît-il, l’architecture est bien le langage qui caractérise le mieux l’évolution d’un peuple, par sa capacité à synthétiser, dans les œuvres construites, aussi bien les contraintes naturelles et climatiques, que la spiritualité propre à chaque nation, ainsi que son développement politique et social.

2Passons, poursuit l’auteur, sur le débat portant sur la culture - pharaonique ou arabe - qui est supposée le mieux représenter l’Egypte, car tel n’est pas l’enjeu principal du conflit qui l’oppose à Sayyid Karim. De fait, pour Ahmad Fikri, que « certains » perçoivent l’Egypte dans une Filiation directe avec la civilisation pharaonique, ou que d’autres n’en appréhendent que ce qu’elle est devenue depuis la conquête islamique, ne peut rien changer au fait qu’aujourd’hui (nous sommes en 1940) l’Egypte connaît une profonde « décadence », eu égard à sa splendeur passée. Ainsi, en adoptant une position « universaliste », l’on en est arrivé à produire tout au plus une architecture abâtardie, pâle imitation des styles étrangers. C’est donc par la redécouverte du patrimoine archéologique égyptien, et notamment arabe, que peut resurgir une architecture noble et digne de la nation.

3Si il semble cependant que la volonté d’ouverture à la pensée occidentale ait pu prédominer durant les années 1940, il n’en reste pas moins que l’on reconnaîtra, dans l’un et l’autre de ces textes, les termes d’une polémique durable, qui n’a de fait toujours pas été tranchée.

4Pourtant, tout l’intérêt du discours tenu par al-’imara - ce qui en fait du moins l’originalité - est d’avoir tenté, autour des années 1940/1960, d’engager les architectes à dépasser les questions d’ordre stylistique. Un tel projet sut entraîner une réflexion enrichissante dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme, orientée notamment vers la nécessaire réévaluation de l’activité professionnelle, en fonction de la prise en compte des réalités sociales. Dès lors, les architectes se tournèrent vers cette autre discipline que constituait la recherche sociologique, pour renouveler les fondements de leur pratique. Leurs préoccupations se diversifièrent, qu’il s’agisse du logement social ou ouvrier, de la réforme du village, de l’adaptation des villes à la circulation, des règlements de construction, de la mise en place de programmes d’équipements, de la conception de typologies pour une cellule d’habitation minimale, de l’action municipale, ou encore de l’industrialisation de la production des matériaux de construction.

5Au terme d’une étude sur l’architecture moderne en Turquie, les éditeurs de l’ouvrage collectif qui en résulta se demandaient avec quels critères évaluer la production moderne dans les pays de la « périphérie ». La question n’est pourtant guère pertinente, dans un monde, où comme le remarque fort justement Todorov, « l’esthétique romantique l’a désormais définitivement emporté ». A voir le succès que rencontrent, dans le grand public, les architectures « post-modernistes », toutes empreintes de la nostalgie du passé, l’on imagine mal comment les propositions « brutalistes » et fonctionnelles du courant conduit par Sayyid Karim pourraient encore séduire l’observateur contemporain. Par contre, du fait même de cette évolution du goût moyen, les tentatives inspirées de « l’authenticité » arabe ont conservé, quant à elles, un charme certain.

6Sans préjuger de l’opportunité et de la justesse des présupposés véhiculés par l’option moderne égyptienne, il est tentant de regretter - a posteriori - qu’elle ait conduit à un « certain nivellement » des formes architecturales urbaines, (dans un contexte, par ailleurs, de dégradation constante des techniques de construction) et non pas à leur renouvellement. Pourtant tous les préalables énoncés par Sayyid Karim pour que puisse émerger une architecture « nationale » furent progressivement réunis : la réglementation professionnelle fut promulguée en 1946, la législation sur les constructions et les lotissements fut établie à partir de 1940, une municipalité fut créée au Caire en 1949, l’industrie des matériaux fut renforcée dès 1952 (jusqu’en 1970, l’Egypte demeura exportatrice de ciment : pour 4 000 tonnes en 1952, 650 000 en 1961, 918 000 tonnes en 1970), et le programme de logements sociaux fut mis en place dès 1947. Sans doute ce courant moderne, mésestima-t-il le poids des contraintes économiques et Financières, qui fabriquent, le plus souvent, à elles seules, la physionomie des villes contemporaines. Ou bien, est-ce qu’au bout du compte, le développement économique et social de l’Egypte, fut moins rapide, et ses effets moins positifs, que l’on ne pouvait l’escompter dans les années d’après-guerre, au moment où le pays connaissait une prospérité inégalée ?

7Par ailleurs, dans un système fort demandeur d’ingénieurs et de techniciens, et démuni de cadres intermédiaires, les architectes, du fait de leur formation, eurent à exercer leurs compétences dans les domaines les plus divers. Au point que la définition de leurs activités devint, avec le temps, de plus en plus complexe. L’on peut se demander dans quelle mesure cet élargissement de l’exercice professionnel n’a pas eu comme effet premier de conduire à la perte ou à l’appauvrissement de ce qui constitue en principe la compétence première des architectes : à savoir la capacité à formaliser et à conceptualiser une commande répondant à un programme donné ?

8Enfin, pas plus que leurs confrères d’autres pays, les architectes égyptiens ne surent résister à la « tentation du modèle ». Dès 1930, apparaissent en Egypte des catalogues de bâtiments et d’éléments décoratifs mis au point par des professionnels égyptiens. Les premiers ouvrages de ce type sont les traités de Nagib Gubran (Wasif Fi fan al-’imara) et de ‘Abd al-Mun’im ‘Arif (Handassa al-’imara), tous deux publiés à compte d’auteur, respectivement en 1929 et en 1932, suivis par les publications de Muhammad Hammad (et notamment Al-turaz al-mi’mariyya [Les styles architecturaux], paru en 1952) ou encore la somme de Ahmad Salama, sorte de « Neufert » arabe en 4 volumes intitulés Dunia al-mabani [Le monde des bâtiments], et parus à partir de 1950. La compilation de Ahmad Salama est d’autant plus intéressante que les édifices qu’il présente comme modèles ne sont autres que les réalisations d’architectes égyptiens, classées par superficie des parcelles. C’est donc à partir d’elle-même que se reproduisit ainsi l’architecture égyptienne, et non plus à partir d’emprunts extérieurs.

LA TENTATION DU MODELE

LA TENTATION DU MODELE

54. Modèle de façade et plan-type d’une villa à 2 étages sur une superFie au. sol de 190 m2. Planche extraite du traité Handassa al-’imara. Publié en 1932.

9Au terme de ces différentes mises en perspective de l’option moderne égyptienne, il est cependant assez tentant de la définir - de manière nécessairement polémique - dans la dialectique d’un double mouvement, dont les termes pourraient se résumer à ceci :

  • en ouvrant, par les questions du logement, du village et de la ville, un espace de l’enquête (sociale), Ton peut estimer que la revue a su identifier clairement les grands problèmes contemporains, et, parce que visionnaire, a cherché les moyens de les résoudre ;

  • ce faisant, en instituant la modernité comme principe de réalité, puis comme principe de production, l’architecture s’est, dans un deuxième temps, trouvée confrontée à l’uniformité des objets construits, soit à leur banalisation.

10Mais n’est-ce pas dans cette conjonction, précisément, que s’est noué, en Egypte comme ailleurs, tout le drame de l’architecture moderne ?

55. Villa à 2 étages, sur une superficie au sol de 108 m2, par l’architecte Ruchdi Nassif. Planche extraite du catalogue Dunia al-mabani. Publié en 1950

Table des illustrations

Légende 53. Immeuble à Zamalek, Max Balsiano, architecte. Projet publié dans le catalogue Dunia al-mabani.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre LA TENTATION DU MODELE
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende 54. Modèle de façade et plan-type d’une villa à 2 étages sur une superFie au. sol de 190 m2. Planche extraite du traité Handassa al-’imara. Publié en 1932.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 55. Villa à 2 étages, sur une superficie au sol de 108 m2, par l’architecte Ruchdi Nassif. Planche extraite du catalogue Dunia al-mabani. Publié en 1950
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540