Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’architecture moderne en Égypte et la revue Al-’Imara

 | 
Mercedes Volait

Thematique de la revue

Texte intégral

30. Maquette de la couverture de la revue.

1De 1939 à 1962, la revue paraît au rythme de cinq à sept livraisons par an, hormis les années 1943 et 1944 au cours desquelles la revue cessa de paraître. Chaque numéro comporte en moyenne 60 pages, sans compter les espaces réservés aux encarts publicitaires, non paginés et qui peuvent occuper, selon les livraisons, jusqu’à un tiers de la revue.

2Celle-ci totalise ainsi plus de 6 000 pages et s’avère être, en quelque sorte, une véritable « encyclopédie » d’architecture, pour laquelle cependant il n’existe aucun index. Sans pour autant prétendre à combler cette lacune, il nous a semblé intéressant de donner un premier aperçu du contenu de la revue, en en présentant successivement un numéro- type ainsi que les numéros spéciaux.

3Par son sous-titre même : « Architecture, Urbanisme, Construction, Technique, Arts Modernes, Décoration, Photographie », la revue indique bien la diversité de ses domaines d’intérêt. Cette diversité apparaît tout autant dans la construction d’un numéro courant de la revue. Et c’est donc à partir de la trame commune à chaque livraison, que nous essayerons de restituer les différents propos de la revue. Tout au long de ses quelque vingt années de parution, la présentation de la revue ne connut guère de changements : nos tentatives de classification s’en sont trouvées grandement facilitées. Outre cette formule courante, la revue publia également une vingtaine de numéros spéciaux, centrés sur un thème unique.

Un numéro-type de la revue :

4La revue est le plus souvent construite autour de six rubriques régulières.

5En ouverture, l’on trouve généralement un éditorial d’une page ou plus, rédigé par la « Rédaction » ou quelque fois signé par le rédacteur en chef lui-même de la revue, Sayyid Karim.

1 - Les projets :

  • 1 Si les débuts de Ahmad Abbud, ingénieur de formation, furent modestes, son esprit d’entreprise et s (...)

6Vient ensuite la présentation de réalisations architecturales. La revue se conforme ainsi à ce qui demeure l’activité première et somme toute classique de toute presse architecturale : celle qui consiste donc à « publier » des projets, qu’ils aient été réalisés ou non. Le nombre de bâtiments ainsi présentés dans les pages de la revue varia beaucoup d’un numéro à l’autre. Selon le décompte effectué par nous, la revue contribua à faire ainsi connaître environ 215 constructions. Pour certaines d’entre elles, la « publication » consista en une simple photo, ou un plan de distribution, accompagnés d’un bref commentaire. Pour d’autres, cela put mener à la constitution de véritables dossiers techniques, décrivant tous les aspects du bâtiment sur une trentaine de pages. L’un des dossiers les plus fournis fut consacré en 1940 au tout premier « gratte-ciel » cairote : l’IMMOBILIA, siège social de la Société de promotion foncière et immobilière du même nom, fondée par le légendaire Abbud Pacha1 (voir n° 7/8 de 1940, pp. 344-375).

L’IMMEUBLE DE L’IMMOBILIA

7Description du projet :

  • Superficie de la parcelle : 6 712 m2

  • Superficie bâtie : 5 444 m2 (soit 80 %)

  • Hauteur totale : 70 m (bloc sud : 18 Étages ; bloc nord : 16 étages)

  • Capacité du garage sous-terrain : 120 emplacements

  • Locaux commerciaux : 38 magasins répartis entrez-de-chaussée et en mezzanine, 82 bureaux à l’entresol

  • Unités d’habitation : 23 appartements par étage, soit un total de 218 appartements.

8Entreprises ayant participé à la construction :

  • Gros-œuvre : Société Lang & Rotin.

  • Ascenseurs et monte-charge: The Tractor and Engineering Company

  • Menuiseries: Ibrahim Ahmad Ahmad, Said Ibrahim Hamdy

  • Peintures : Enrico Nistri

  • Vitrerie : Les fils de A. Douenias

  • Installations sanitaires : Joseph Buhagiar & Co

  • Téléphones intérieurs et ferronnerie : Luciano Berté

  • Electricité : Walker, Becker & Co.

  • Portes coulissantes : A. Sinigallia & P. Sasson

  • Parquets en chêne : Société Veuve Borsa et Maison Smaga

  • Quincaillerie : Etablissements Gérard, Fontaine & Guiragossian

  • Etanchéité : Matsa, Choremi & Co

  • Carrelage : Vita Mory & Frères

  • Pierre artificielle : Albert Champion

  • Carreaux de faïence : Gattegno Brothers

  • Marbres : M. & P. Michaïlidis

  • Installation du gaz : Compagnie Lebon.

32. Bloc sud de l’Immobilia. En 1937, cette société acquit le terrain occupé par l’ancienne Légation de France au coin de la rue Chérif et de la rue Qasr al-Nil La même année, un règlement de concours fut élaboré. Réuni le 10 juin 1937, le jury prima le projet présenté par les architectes Max Edrei et Gaston Rossi. Mis en adjudication dès la fin de l’année 1937, les travaux commencèrent en février 1938 et s’achevèrent en janvier 1940.

  • 2 Il s’agit de ceux-là mêmes que Tawfiq ‘Abd al-Gawwad présente dans son essai (‘Amalaqa al-’imara... (...)

9Pour l’ensemble de ces projets, nous avons pu relever une cinquantaine de noms d’architectes. Jusque dans les années 1945, dominent les œuvres d’architectes « levantins », tels que Antoine Salim Nahhas, Albert Khuri, Albert Zananiri, Max Edrei, Charles Ayrout, Farid Negm, Ferdinand Debbane...2ou encore celles d’architectes étrangers installés de longue date en Egypte, tels le suisse Max Zollikofer, les français Georges Parcq, Jacques Hardy et Victor Erlanger, les italiens Guiseppe Mazza, V. Beruschi et Henri Frisco ou encore Arnold Zarb, d’origine maltaise, l’arménien Ara Charakian, le belge Henry Bernau...

10Dans l’immédiat après-guerre, une place grandissante sera accordée aux architectes égyptiens, ainsi qu’à la nouvelle génération, où s’illustrent plus particulièrement les architectes formés à l’Ecole des Beaux-Arts du Caire.

33. Immeuble Zahrab à Hèliopolis, Albert Khuri. architecte (1940).

34-35-36. Locaux de travail et locaux administratifs de l’usine Chinawi àMansura, « Abd al-Ra’uf Machhutr et Yahia al-Zayni, architectes (1947).

11Par la suite, la revue deviendra surtout le support d’une auto-promotion, celle de Sayyid Karim, dont les projets envahissent alors la quasi totalité des pages de la revue, ainsi que ceux de son assistant, Tawfiq ‘Abd al-Gawwad. Sans doute faut-il voir là les conséquences des innombrables polémiques, qui ont successivement brouillé Sayyid Karim avec l’ensemble de la profession.

  • 3 Le cours d’histoire de l’architecture contemporaine, donné par ‘Ali Labib Gabr aux élèves de l’Ecol (...)

12Ce n’est qu’exceptionnellement que la revue ouvrira ses colonnes à l’architecture moderne européenne ou américaine. Il y a là sans aucun doute un choix manifeste, et qui ne relève nullement du manque d’informations. Car tant Sayyid Karim, que ses proches collaborateurs ou même les contributeurs de la revue, n’ignoraient rien de la production internationale. Les revues internationales d’architecture arrivaient régulièrement au Caire, et trouvaient tout naturellement leur place dans la documentation scientifique des agences égyptiennes. Les architectes, de manière générale, se rendaient fréquemment à l’étranger, tant pour des raisons professionnelles (salons techniques, congrès professionnels...) que personnelles3. Et ils avaient également eu l’occasion, au cours des séjours d’étude effectués pour un grand nombre d’entre eux en Europe, de se familiariser avec les formes tant modernes que traditionnelles de l’architecture européenne.

13Mais l’objectif de la revue n’était pas de diffuser, en Egypte et en arabe, de telles réalisations. Son projet était plutôt de promouvoir une architecture égyptienne indépendante, ou de tenter de la susciter à partir des réalités égyptiennes, et non pas comme pâle reflet de modèles allogènes. Pour ce faire, elle lança notamment une série de concours, permettant à des architectes peu connus de s’exprimer. De par ses options, la revue n’encouragea en aucun cas l’imitation, puisse-t-elle être réussie ou pas.

14La sélection des références étrangères resta donc volontairement limitée à quelques grands noms de l’architecture, dont le trait commun est sans doute d’avoir été relié, d’une manière ou d’une autre, à l’Egypte. L’on trouve ainsi tout naturellement le nom de Otto Salvisberg, que Sayyid Karim reconnaissait comme son principal maître. Les projets de Salvisberg furent présentés à diverses reprises dans la revue et notamment dans les n° 1, 2, 3/4 de 1939 et le n° 9/10 de 1940. Ils firent également l’objet d’un numéro spécial de la revue en 1942 (n° 1/2) en un hommage posthume d’élève à maître, publié deux ans après la mort de ce dernier.

  • 4 Muhammad Hammad : Frank Lloyd Wright, préface de Sayyid Karim, Le Caire, 1966, 231 p.

15Après le nom de Salvisberg, c’est celui de Frank Lloyd Wright qui revient le plus souvent : ses théories sur l’architecture connurent en effet un vif succès en Egypte (cf. notamment le n° 8 de 1945). Une monographie en langue arabe lui fut consacrée en 1966, due à la plume de Muhammad Hammad4 ; c’est le seul architecte étranger à avoir reçu une telle marque de reconnaissance. Lors de sa visite au Caire en mai 1957, diverses festivités officielles furent organisées en son honneur par la Société des Architectes égyptiens (cf. n° 5 de 1957).

16La revue publia également plusieurs projets de Le Corbusier — notoriété oblige —, mais il ne semble pas que l’œuvre corbuséenne ait connu une réelle popularité, à l’exception toutefois de l’Unité d’habitation de Marseille, qui fut plus particulièrement commentée par les rédacteurs de la revue (sur Le Corbusier, voir n° 1/2 de 1946,4/5 de 1949,9/10 de 1953/1954 et n° 7/8 de 1957).

  • 5 Il s’agit de la résidence Agaoglu, conçue par Seddad Hakki Eldem en 1938 à Istanbul. Cette villa, q (...)

17Incidemment la revue mentionna également les réalisations de Dudok, architecte hollandais qui eut une influence décisive sur ‘Ali Labib Gabr, de Mies van Der Rohe, qui marqua plus particulièrement Yussuf Chafiq, mais aussi celles de Peter Behrens, Alvar Alto, Oscar Niemeyer, André Lurçat à l’occasion de différents numéros thématiques, tel celui consacré aux villas (3/4-1939), à la brique (3/4-1940) ou à l’architecture moderne au Brésil (8/9/10-1952). La revue fit aussi connaître en Egypte des architectes de moindre renommée, du moins à cette époque, tel le turc Seddad Hakki Eldem, dont la curieuse villa d’inspiration traditionnelle parut dans le numéro consacré aux villas5, tandis que l’auteur même de la très controversée pyramide du Louvre, I.M. Pei, attirait dès 1957 l’attention de la revue par sa « tour de villas » newyorkaise (cf. n° 7/8 de 1957).

2 - Des articles techniques :

18S’il ne s’agissait pas de reproduire des modèles allogènes, il était par contre indispensable de connaître et d’assimiler de nouvelles techniques, certes toutes venues de l’étranger. Les articles techniques occupèrent donc une grande place dans cette revue, dont le propos didactique fut posé d’emblée. A raison de deux ou trois articles par livraison, ces études techniques traitaient de questions intéressant directement l’exercice professionnel, et faisaient de la revue un véritable outil de travail pour les praticiens. Sous forme de feuillets détachables, ces documents étaient prévus pour être intégrés à une documentation professionnelle. Les sujets proposés couvrirent plus particulièrement quatre aspects de la pratique du métier : à savoir les aspects conceptuel, constructif, réglementaire et corporatiste.

19Dans la première catégorie se regroupent les articles liés à l’activité de « programmation » ou de conception. Ils tentent de répondre aux problèmes que posent les programmes d’équipements lourds en traitant par exemple, des potentialités de l’éclairage zénithal (n° 1-1939), de l’acoustique des grandes salles de conférences (n° 2-1939), des batteries d’ascenseurs pour gratte-ciels (7/8-1940), du conditionnement central de l’air (n° 3/4-1953) ou des règles de conception propres aux hôpitaux (n° 2-1940, 5/6-1940, 7/8-1941). Mais ils abordent également la question des séries et des dimensions minimum : normes et cotes standard pour la rationalisation du dessin des pièces d’eau (n° 1/2-1942), propositions de typologies combinatoires pour réduire le coût de construction de l’habitat pavillonnaire (n° 1-1957), ou à l’échelle urbaine, le dessin des échangeurs ou encore les schémas de circulation sur les places (n° 1/2-1952).

20Ils rendent compte enfin de nouveaux procédés : tels que l’éclairage urbain au sodium (n° 3/4-1946), le chauffage par circulation d’eau chaude (n° 5/6-1940), l’évacuation et l’épuration des eaux usées, ou encore les techniques d’isolation thermique (n° 6-1939).

37. Types de distribution, intérieure de duplex avec 2 pièces par étage, à partir d’une cellule minimum de 30 m2, projet de Sayyid Karim, publié dans La socialisation de la villa (1957).

21Dans les études relatives aux procédés de construction, l’on retrouve d’innombrables articles sur les possibilités qu’offre le béton, qu’il soit armé, précontraint ou projeté, mais aussi sur les composants tels que le parpaing, la brique crue ou cuite, le fibrociment, le plastique, la céramique, le verre industriel, les matériaux isolants, le bois, le fer et l’acier (c’est à ces deux derniers matériaux que l’industrialisation naissante va donner une place de choix si l’on en croit le n° 4/5 qui leur est consacré en 1957). D’autres articles portent, quant à eux, sur les systèmes de mise en œuvre, avec un accent mis sur la préfabrication et les techniques de fondation en compression.

22Le domaine juridique tient également une place non négligeable dans la revue, la question fondamentale demeurant celle de la répartition des responsabilités entre l’entrepreneur et l’architecte en cas de désordres survenant, après livraison du chantier, dans les bâtiments (phénomène alors fréquent). A cette occasion, la revue aborde également le problème de la garantie à durée déterminée. Quatre longs articles (n° 1-1940,4/5-1949, 9/10-1949, 6-1957) tentent de faire le point sur ces questions qui, en l’absence de règlement organique des architectes, restent soumises à la jurisprudence.

  • 6 Ainsi, lors du concours lancé pour l’édifice de l’Immobilia, la revue avait déploré que le jury n’a (...)

23Un autre texte, daté de 1945 (n° 1), souligne, quant à lui, la nécessité de réglementer précisément les modalités des concours ; pour son auteur, une garantie de qualité passe par une juste mise en concurrence des candidats à partir de programmes dûment diffusés et grâce à la constitution de jurys compétents, où les architectes souhaitent une représentation plus importante6.

24L’on trouve par ailleurs dans les pages de la revue les textes des premières législations applicables aux bâtiments (qanun tanzim al-mabani) : soit la loi 51 de 1940 (publié dans le n° 9/10-1940), complétée par la loi 93 de 1948 (cf. n° 4-1948), dont le décret d’application fut publié deux ans plus tard (cf. le n° 8/9/10 de 1950).

  • 7 Traduction peu satisfaisante d’un terme dont il est pourtant difficile de trouver un équivalent fra (...)

25Pour indépendante qu’elle fut, la revue ne se désintéressait pas pour autant des intérêts de la corporation. Elle indiquait donc annuellement les activités de la Société des Architectes égyptiens, créée, on l’a dit, en 1917, avec le compte-rendu de son assemblée générale et la composition de son conseil d’administration, où Sayyid Karim et Tawfiq ‘Abd al-Gawwad siégèrent à diverses reprises. A partir de 1947, elle fournit également des informations régulières sur le Syndicat des professions techniques, fondé l’année précédente ; elle présente les programmes des congrès techniques arabes7 et publie, entre autres, le règlement intérieur de la Société coopérative pour la construction de logements destinés aux ingénieurs (n° 9/10 de 1953/1954). C’est à cette Société que l’on doit la majeure partie des premiers immeubles du quartier de Muhandissin.

3 - Des contributions théoriques :

26Celles-ci trouvaient aussi leur place dans la revue. Une dizaine d’articles au total semblent particulièrement fondamentaux : certains tentant de proposer une définition de l’architecture (n° 1-1939, n° 2-1939), d’autres soulignant son caractère organique (n° 8-1945, 1/2-1947, 3-1949) ou encore sa suprématie sur les autres arts, idée qui fut pendant un temps le credo récurrent des architectes égyptiens (cf. notamment les n° 5/6 de 1946 et 7/8 de 1946).

38. Projet d’aménagement d’une cité ouvrière à Imbaba (Le Caire), conçu par ‘AU al-Maligy Massa’ud. Première cité de ce type en Egypte, elle couvre 138 hectares et compte 6.000 logements prévus pour 30.000 habitants.

39. Type de logement à 2 chambres avec 4 appartements par étage.
40. Type à 3 chambres en duplex.

27L’évolution de l’architecture domestique fut abondamment traitée dans les n° 3/4 de 1939 et 3/4 de 1947, notamment en ce qui se rapporte à l’habitat individuel ; la conception de la villa uni-familiale semblant être l’exercice de prédilection des architectes publiés dans la revue. D’autres contributions portent sur l’importance de la formation théorique des architectes (cf. n° 5/1939, 4/5-1945, 7/8-1957). La « question nationale » sera maintes fois abordée : Sayyid Karim, Muhammad Nuzhat Qutry, Yahia al-Zayni, Tawfiq ‘Abd al-Gawwad donnant notamment leurs points de vue, respectivement dans les n° 5/6 de 1940,4/5 de 1945, 7/8 de 1947, et 6/7 de 1950. Nous aurons l’occasion dans notre dernier chapitre de revenir sur cette question.

  • 8 Né en 1898, ‘Ali al-Maligy Massa’ud obtint en 1924 son diplôme de l’Ecole Polytechnique. Il fut ens (...)

28Enfin une attention accrue sera accordée au domaine de l’urbanisme. Les divers numéros spéciaux que lui consacre la revue montre bien le réel intérêt qui lui est porté. Il se manifeste, dès le deuxième volume de la revue, avec un texte didactique, publié en deux parties (n° 1 et 2 de 1940), où ‘Ali al-Maligy Massa’ud, qui est sans conteste le père de l’urbanisme égyptien8, rappelle les principes généraux de la planification urbaine.

4 - Rubrique d’histoire de l’architecture :

  • 9 Pour les textes sur l’architecture islamique, cf. les n° 2, 3/4, 5/6, 7/8 et 9/10 de 1940 ; les n°  (...)

29L’histoire est curieusement fort présente dans la revue. Curieusement parce que l’on aurait pu penser qu’une revue « moderne », de plus fort hostile aux pastiches et autres « revival », ne s’intéresserait que de loin en loin au patrimoine architectural, selon une attitude commune à bien des revues d’architecture de cette époque. La prégnance tout à fait singulière de l’héritage égyptien explique sans doute que cela n’ait pas été le cas, qu’il s’agisse d’histoire architecturale ou d’histoire urbaine. La revue explora ainsi les différentes périodes de l’architecture égyptienne : la rubrique la plus régulière demeura cependant celle de « l’architecture islamique », confiée à celui qui en était tout à la fois, le plus fervent admirateur, défenseur et connaisseur : l’archéologue Hasan ‘Abd al-Wahhab (1899-1967), qui avait commencé modestement sa carrière en tant que photographe au Comité de Conservation des Monuments de l’Art Arabe, mais devait recevoir en 1967 le prix national d’Archéologie. 15 articles inédits de cet auteur9 furent donc publiés par la revue, présentés suivant un ordre strictement chronologique, allant de l’époque toulounide à l’époque mamelouke ; la « grande » époque sur laquelle Hasan ‘Abd al-Wahhab va s’attarder plus particulièrement. Ces mêmes textes, complétés par d’autres, furent par la suite repris dans son livre, publié en 1946 sous le titre : Tarikh al-masagid al-athariyya [Histoire des mosquées historiques], et qui demeure jusqu’à nos jours l’ouvrage de référence en la matière.

30L’héritage pharaonique n’était pas délaissé pour autant : qu’il s’agisse des textes de l’amateur éclairé que fut Emile Mansur, ingénieur du service du Tanzim (cf. n° 1-1940, 2-1940, 3/4-1940, 7/8-1942) ou de ceux de Alexandre Badawi, égyptologue réputé et auteur du célèbre ouvrage : Le dessin architectural chez les anciens égyptiens, publié par l’IFAO en 1948 (cf. ses articles dans les n° 9/10-1940, 1-1941, 2-1941, 5/6-1941, 7/8-1942).

31La rubrique d’histoire de l’architecture sera par la suite reprise par Muhammad Hammad, avec des textes sur l’architecture des Pharaons (n° 7/8-1948, n° 4/5-1957, n° 6-1957), ainsi que sur l’art copte (n° 3/4-1952), mais aussi sur la nécessité de conserver le patrimoine (cf. son appel à la restauration dans le n° 9/10-1949). S’il s’agit là d’articles plutôt descriptifs, d’autres auteurs tenteront par contre de formuler des hypothèses explicatives, tel Dr. Abu al-Naga ‘Abd Allah, concernant l’influence des salles hypostyles sur l’architecture (n° 9/10-1948), ou Kamal al-Din Samih, à propos de l’impact de l’art grec sur le style persan (n° 3/4-1953/1954), ou encore Alexandre Badawi sur ce que l’architecture égyptienne doit à l’architecture grecque ancienne (n° 7/8-1942).

32Pour al- ‘imara, l’histoire de l’architecture en Egypte, ne s’arrêtait pas pour autant aux périodes mamelouke ou ottomane. C’est ainsi qu’elle publia deux numéros spéciaux consacrés au xixe siècle, qui constituent de nos jours l’une des sources premières pour l’étude de l’architecture du siècle passé. Le premier numéro (n° 3/4-1941) couvre l’époque de Muhammad ‘Ali ; la rédaction en fut confiée à nouveau à Hasan ‘Abd al-Wahhab, qui possédait également pour cette époque une vaste documentation iconographique, à laquelle Gaston Wiet fera largement appel pour illustrer son livre intitulé Mohammed Aly et les Beaux-Arts, paru au Caire en 1951. Un second numéro spécial sera également consacré aux réalisations architecturales et urbaines du Khédive Isma’il (n° 6/7-1945) avec une longue introduction de Mustafa Pacha Fahmy.

33Enfin l’histoire des villes de Assuan, Louxor, Suez, Ismai’liyya et Heliopolis, et de leur aménagement, fut présentée dans différentes livraisons de la revue par ‘Ali al-Maligy Massa’ud ou Fuad Farag, ce qui vaudra à ce dernier la responsabilité d’une série intitulée « Villes égyptiennes » parue à partir de 1946 aux éditions Dar al-Ma’rif.

5 - La chronique des Beaux-Arts :

34Tous les numéros de al-’imara comportent une chronique des Beaux-Arts, plutôt fournie, présentant l’œuvre d’artistes égyptiens ou d’étrangers résidant en Egypte ou rendant compte des différentes manifestations artistiques organisées au Caire (salons, expositions, concours...). Le diplomate et homme de lettres Ahmad Rassim bey en eut longtemps la responsabilité. Puis cette chronique fut confiée à un peintre, Muhammad Sidqi al-Gabakhangi, qui était, depuis 1935, engagé dans la critique d’art. Le thème d’un art national égyptien était également présent dans cette chronique, et la revue publia même à ce propos un court texte du célèbre Ahmad Lutfi al-Sayyid (n° 3/4-1940).

Les numéros spéciaux :

35Vingt numéros spéciaux (dont la liste est donnée ci-contre) furent publiés par la revue. A cette occasion, la revue faisait appel à des contributeurs extérieurs, et c’est là que réside en partie leur intérêt. Car, par l’ouverture du cercle de ses rédacteurs habituels, le propos de la revue s’en trouvait en quelque sorte diversifié, enrichi et renouvelé. Si dans ces premiers numéros spéciaux, l’on retrouve des domaines classiques de la discipline architecturale, tels que la conception des villas ou l’utilisation de la brique en architecture, l’on peut surtout y voir se dessiner de nouvelles orientations de la revue, centrées autour de trois axes majeurs : l’ouverture de l’Egypte sur les pays arabes de la région, la nécessité de réformer la campagne égyptienne, et la planification urbaine. Tout en proposant un élargissement des activités propres aux architectes, ces trois axes nous semblent le mieux stigmatiser, en quelque sorte, le programme de la revue.

1 - L’ouverture sur les pays arabes :

  • 10 A propos de ces rencontres (al-mu’tamar al-tibbi al-’arabi, al-mu’tamar al-talaba al- ‘arabi et al- (...)
  • 11 Pour une synthèse de leurs recommandations, voir Yahia Muhammad ‘Ayd : « Qararat al-mu’tamarat al-h (...)

36Quelques jours avant que, le 22 mars 1945, sept pays arabes (Egypte, Syrie, Iraq, Arabie Saoudite, Liban, Yemen et Transjordanie) ne s’accordent pour créer la Ligue Arabe, les ingénieurs de la région tenaient à Alexandrie leurs premières « assises », sous le titre de « Congrès technique arabe », du 15 au 19 mars. Il y a là sans doute plus qu’une simple coïncidence. Si l’histoire de ces congrès nous demeure mal connue, tout porte à croire qu’il s’agissait en fait d’une initiative purement égyptienne, à laquelle prit part activement l’un des plus proches collaborateurs de la revue al-’imara : Sayyid Murtada, qui assuma le secrétariat général du congrès et en rédigea l’allocution introductive (cf. n° 2/3-1945). L’idée, au demeurant, n’était pas nouvelle : tant les médecins que les étudiants du Proche-Orient avaient tenu des réunions similaires, dès 1938, sous une appellation strictement identique10 ; tandis que Huda Cha’rawi avait convoqué au Caire, la même année, un Congrès des Femmes orientales. Ces premières associations connurent cependant une existence assez éphémère, tandis que les « congrès techniques » allaient s’institutionnaliser de manière plus durable. 11 congrès furent ainsi réunis entre 1945 et 196911.

37Si dès 1945, la revue choisit de donner un large écho à ces manifestations professionnelles, c’est au troisième congrès (réuni à Damas du 8 au 11 septembre 1947) et à ceux qui lui feront suite, que la revue va ouvrir plus particulièrement ses pages en leur consacrant plusieurs numéros spéciaux. Elle rendit donc systématiquement compte de leurs travaux, grâce à Tawfiq ‘Abd al-Gawwad, délégué de la revue, mais qui y représentait également la Société des Architectes égyptiens. Ces congrès semblent avoir eu un succès certain : au troisième congrès, la revue note la présence de 440 participants, tous ingénieurs ou administrateurs de services techniques, venus de six pays de l’Orient arabe : Liban, Palestine, Egypte, Syrie, Iraq et Transjordanie (cf. n° 5/6-1947). Bien que l’appellation de ces réunions ne soit pas très explicite, il y est beaucoup — et peut-être surtout — question d’architecture et d’urbanisme.

LES NUMÉROS SPÉCIAUX DE AL-’IMARA

n° 3/4-1939 La villa

n° 7/8-1939 Les Beaux-Arts

n° 3/4-1940 La brique

n° 3/4-1941 L’architecture au temps de Muhammad ‘Ali

n° 1/2-1942 Hommage à Otto Salvisberg

n° 2/3-1945 Le premier congrès technique

n° 4/5-1945 L’Ecole des Beaux-Arts du Caire

n° 6/7-1945 L’architecture au temps d’Isma’il

n° 5/6-1947 Le troisième congrès technique arabe

n° 7/8-1947 L’Union des Beaux-Arts

n° 6/7/8-1949 L’urbanisme

n° 1/2/3-1950 La villa

n° 6/7-1950 Le quatrième congrès technique

n° 5-1952 Les Beaux-Arts

n° 8/9/10-1952 L’architecture moderne au Brésil

n° 1/2-1953 La réforme du village égyptien

n° 5/6-1953 La planification urbaine et les transports

n° 7/8-1953/54 Le cinquième congrès technique

n° 2-1957 Les bâtiments scolaires

n° 4/5-1957 Le fer et l’acier

n° 7/8-1957 Les gratte-ciels

38Ainsi au deuxième congrès (Le Caire, avril 1946), les travaux s’étaient déroulés dans quatre commissions principales traitant :

  • du style architectural

  • de la gestion des villes

  • des communications aériennes

  • de la production des matériaux de construction.

39Lors du congrès suivant (Damas, 1947), il fut plutôt question des réseaux d’alimentation des villes en eau potable (et notamment du projet en cours de réalisation à Damas), ainsi que des logements économiques.

40Le quatrième congrès eut lieu à Beyrouth, du 19 au 23 juillet 1950 : on y dénombre alors 950 participants (n° 6/7-1950). Les intervenants étaient groupés dans trois commissions, ayant pour thème :

  • l’équipement du Liban

  • la planification industrielle

  • les transports et les réseaux routiers.

  • 12 Yahia Muhammad ‘Ayd, article cité.

41Ce congrès aborda également dans ses recommandations une question déjà soulevée au cours du congrès de 1946, à savoir celle concernant les styles architecturaux. Il s’agissait ainsi de confirmer à nouveau les décisions prises au cours de ce précédent colloque, demandant « aux ingénieurs arabes d’intensifier la mise en œuvre de styles architecturaux contemporains (al-turuz al-mi’mariyya al-’asariyya) dans leurs projets, tout en prenant en compte les types d’usage, les facteurs économiques, l’évolution des techniques de construction et les matériaux modernes ». Il leur était donc demandé « de freiner leur tendance à produire des pastiches du passé, ceux-ci ne pouvant se justifier que lorsqu’il s’agissait de bâtiments ayant un caractère national (qawmi) ; religieux ou historique (athari)"12.

42Un cinquième congrès fut convoqué une nouvelle fois au Caire du 22 au 26 février 1954. Aux pays habituellement représentés à ces manifestations, vinrent s’ajouter la Tunisie, le Soudan, le Koweit et la Lybie. Au total, 500 ingénieurs et 200 organismes publics y participèrent. Sur les 75 communications présentées, 16 portaient sur les règlements d’urbanisme et de construction, qui formaient l’un des thèmes retenus par le congrès, aux côtés de l’industrialisation, du développement de la production agricole, de la gestion des villes, de la responsabilité de l’ingénieur et de la formation professionnelle (cf. le compte-rendu du colloque et une synthèse des communications dans le n° 7/8 de 1953/1954). Les résolutions de ce congrès soulignèrent avec force la nécessité :

  • d’élaborer des règlements d’urbanisme et de construction visant l’harmonie du cadre urbain,

  • de réaliser des schémas directeurs, prenant en compte les problèmes de circulation,

  • de développer le logement social,

  • de créer une Union des architectes arabes.

LES CONGRES TECHNIQUES ARABES

43(Principaux thèmes abordés dans les commissions consacrées à l’architecture et à l’urbanisme)

Premier congrès, Alexandrie, mars 1945

Thèmes :

Extensions urbaines des grandes villes

Règlement des constructions

Cahiers des charges

Encouragement de l’exercice libéral

Deuxième congrès, Le Caire, avril 1946

Thèmes :

Le style architectural

La réforme de la campagne égyptienne

Extensions urbaines

Cités ouvrières

Troisième congrès, Damas, sept. 1947

Thèmes :

Les logements ouvriers

Les coopératives de logement

Participation de l’État

Gestion des villes

Normalisation des matériaux

Quatrièmes congrès, Beyrouth, juillet 1950

Thèmes :

Le style architectural

L’équipement du Liban

La planification industrielle

Les transports et les réseaux routiers

Cinquième congrès, Le Caire, février 1954

Thèmes :

Règlements d’urbanisme et de construction

L’industrialisation

Le développement de la production agricole

La gestion des villes

La responsabilité de l’ingénieur

La formation professionnelle

Sixième congrès, Bagdad, novembre 1955

Thèmes :

Le logement social

Les infrastructures

Septièmes congrès, Beyrouth, août 1959

Thèmes :

Politique générale du logement à long terme

Aspects fonciers, sociaux et techniques

La formation des ouvriers qualifiés

Huitièmes congrès, Le Caire, mai 1963

Thèmes :

La planification des villes

La réforme de la campagne

Le style architectural

Le logement et la standardisation des composants

Neuvième congrès, Bagdad, déc. 1964

Thèmes :

La pensée architecturale et l’héritage arabe

L’approche pluridisciplinaire

Dixième congrès, Jérusalem, août 1966

Thèmes :

La préservation de Jérusalem

Autonomie de la formation architecturale

Unification des législations dans les pays arabes

Onzième congrès, Koweit, mars 1969

Thèmes :

L’environnement

Développement de la recherche architecturale

Le style arabe

La conservation du partimoine

44Sources : La revue al-’imara pour les cinq premiers congrès et al-magalla al-mi’mariyya (n° 6 de 1986) pour les congrès suivants.

45Malgré ces quelques éléments, nous ignorons quel fut le statut réel de ces congrès, ceux qui en furent successivement les instigateurs, et l’impact qu’ils obtinrent dans les différents pays arabes concernés. Les seuls comptes-rendus, ainsi que la sélection des contributions, publiés dans la revue, s’ils sont des documents précieux par leur contenu, ne nous éclairent guère sur le contexte dans lequel ils furent produits. Mais ces initiatives semblent, à tout le moins, originales, et l’on peut discerner dans ces confrontations interarabes (ou mieux « inter-proche-orientales »), la genèse et la mise en place d’une expertise technique arabe cherchant à se constituer à partir d’un dialogue régional, et non plus par le développement d’agents « intermédiaires », par lesquels s’opère le transfert de technologies. En ce sens, de telles rencontres professionnelles (cf. liste supra) pourraient à elles seules faire l’objet d’une étude approfondie, qui reste cependant hors de nos moyens actuellement. Les ingénieurs égyptiens en furent, très vraisemblablement, les principaux bénéficiaires, ne serait-ce que de par leur antériorité, en tant que profession constituée, sur les autres pays de la région. Cela ne pouvait que leur ouvrir de nouveaux marchés, et c’est aussi dans ce sens qu’il faut comprendre l’écho qu’accorda la revue à de telles réunions.

2 - La réforme de la campagne égyptienne :

  • 13 Les ‘izba-s, dans l’Egypte moderne, sont des villages où logent habituellement les ouvriers agricol (...)

46Si un seul numéro spécial de la revue fut consacré à ce thème, il n’en demeure pas moins l’un des axes de réflexion les plus importants de al-’imara. Dès 1941, à l’occasion d’une communication présentée lors du douzième colloque de l’Association égyptienne pour la culture, Sayyid Karim avait lancé un appel pour la nécessaire réforme du village égyptien (cf. n° 2-1941). Cet appel n’avait rien d’abstrait : c’était pour Sayyid Karim, l’occasion de présenter un projet de village-modèle, conçu dans sa propre agence en dehors de toute commande particulière. Il semble que le projet lui tenait particulièrement à cœur. A d’autres reprises, Sayyid Karim abordera à nouveau cette question : avec un article sur l’éducation en milieu rural (n° 1/2-1948), et un autre sur l’habitat coopératif dans les zones agricoles (n° 5/6-1948), tandis que Tawfiq ‘Abd al-Gawwad fait le point, à l’occasion du troisième congrès technique, sur les réalisations de l’Administration égyptienne des Affaires rurales et municipales dans ce domaine (n° 5/6-1947). Au total, une vingtaine d’articles traitent de cette question dans différentes livraisons de la revue, ainsi qu’à l’occasion du numéro spécial sur la réhabilitation du village égyptien (n° 1/2- 1953). Ce dernier numéro regroupe huit interventions présentées par des architectes au onzième congrès de médecine arabe, qui eut lieu au Caire, du 24 au 29 mars 1953, et portait précisément sur ce thème. Pour la circonstance, plusieurs projets expérimentaux furent exposés aux participants, dont celui de Sayyid Karim pour le Wadi Kom Ombo, en Haute-Egypte (projet qui sera, quant à lui, mis en exécution), tandis que Ibrahim Nagib expose les dernières opérations pilotes lancées par l’Administration des Domaines de l’Etat ou par la Société d’Agriculture. Cette Société, patronnée par le prince ‘Umar Tussun, avait déjà accumulé une expérience importante en madère d’habitat rural et avait entrepris d’ériger dès 1933 une izba modèle sur des terrains d’une superficie de 3 feddans qu’elle possédait à Bahtim, au nord du Caire. Le projet était prévu pour loger 30 familles d’ouvriers agricoles, tout en leur fournissant sur place un certain nombre d’équipements, tels qu’une mosquée, des bains-douches, une salle de réunion, une école ainsi que des dépôts pour les récoltes13 C’est d’ailleurs de cette société que Hasan Fathy, en 1940, reçut sa première commande, la Société le chargeant de réaliser une nouvelle tranche du projet expérimental de Bahtim : soit la construction d’une nouvelle ‘izba, nommée Abu Ragab.

41. Projet de village-modèle par Sayyid Karim (1941).

  • 14 J.M. Richards, I. Serageldin & al.: Hassan Fathy, Concept Media Ltd, Singapour, 1985

47Il est donc tout à fait inexact d’affirmer, comme le fait J.M. Richards dans une monographie récente consacrée à l’œuvre de Hasan Fathy, que ce dernier se distingue des architectes du Mouvement moderne par sa réflexion originale sur l’habitat rural, tandis que ceux-ci se seraient cantonnés à une pensée sur la ville14. Or, en Egypte du moins, ce sont précisément les architectes modernes qui vont ouvrir la réflexion sur les modes d’habitat à la campagne, sur les questions d’hygiène, sur la rationalisation de la cohabitation entre hommes et bêtes, sur la hiérarchisation du sale et du propre dans les villages... L’originalité de Hasan Fathy réside plutôt dans le fait d’avoir posé ces questions également en termes de formes, et d’avoir donc songé à construire, à partir de la forme rurale, une pensée sur l’architecture.

48C’est donc dans le cadre d’une réflexion assez générale que Hasan Fathy va ultérieurement élaborer son projet le plus ambitieux : celui du nouveau village de Guma, mis en œuvre à partir de 1947.

  • 15 Cf. Alain Roussillon : « Projet colonial et traditions scientifiques : aux origines de la sociologi (...)
  • 16 Fondée en 1933, cette Association était présidée par Muhammad Husayn Haykal, qui sera ministre de l (...)

49Car ce souci d’améliorer les conditions de vie et d’habitat des paysans égyptiens n’était pas l’apanage des seuls architectes, ingénieurs agronomes ou grands propriétaires fonciers progressistes. Leur action militante et réformatrice dans ce domaine apparaît en fait très liée à celle qu’entreprenaient au même moment les premiers sociologues égyptiens. Ainsi, à peine deux ans après sa fondation en 1937, l’Association égyptienne des études sociales, qui s’avérait être alors la plus importante institution dédiée aux sciences sociales, lançait une vaste opération de recherche sur le terrain, selon un programme portant précisément ce même intitulé de « Réforme de la campagne égyptienne »15. Dans le même temps, des associations de bienfaisance, telle l’Association de la Réforme sociale16, donnaient priorité à cette question dans leurs programmes d’action.

42. Architecture rubienne

50Tout en revendiquant le dialogue pan-arabe comme source de renouvellement et de renforcement du savoir technique, la revue se tourna également vers les sciences sociales, ou plutôt vers les sciences sociales appliquées, puisque telle est l’orientation générale qu’elles allaient poursuivre en Egypte.

3 - L’urbanisme :

  • 17 Voir cependant l’article de Willy Bursisky, professeur à l’Université de Berlin, « Réhabilitation d (...)

51Au fond, cette nécessité de recueillir un savoir sur la société, rurale tout d’abord, urbaine ensuite, est aussi au cœur même de la démarche des urbanistes que vont devenir les architectes en Egypte. A l’époque moderne, il n’y a plus en effet d’urbanisme possible sans un ensemble articulé et organisé de connaissances sur la ville, sur son évolution et sur sa composante humaine. La tâche de l’architecte-urbaniste ne peut plus se contenter d’être purement formelle. Il ne s’agit plus de composer des ordonnancements monumentaux, ni des tracés viaires prestigieux, ni même des percées hygiénistes. Et si la ville est confiée aux architectes, on attend d’eux tout d’abord qu’ils puissent acquérir et traiter cette masse de connaissances en fonction de leur propre problématique, et qu’ils élaborent à partir de là des programmes adéquats et des propositions rationnelles pour les extensions urbaines futures. Car la ville, au cours des années cinquante, fut, en Egypte comme ailleurs, pensée dans une logique d’expansion, et non pas de recomposition ; la rénovation des tissus existants ou la reconversion des centres anciens étant une problématique bien plus tardive, datant en Europe des années 1970, mais peu prise en compte en Egypte par le milieu professionnel17

52Témoin de cette reconversion professionnelle (ou la devançant ?), la revue va multiplier dans ses pages les articles consacrés à l’urbanisme, avec notamment deux numéros spéciaux (6/7/8-1949, et 5/6-1953), mais aussi une longue série d’articles traitant des questions de circulation, de démographie, de réglementation, de densité résidentielle, et de planification aussi bien que de celles concernant les cités ouvrières ou la gestion municipale.

53Faisant preuve de réalisme, la revue abordera avant l’heure des sujets aujourd’hui d’une actualité brûlante, telle que l’urbanisation des terres agricoles. Ainsi Muhammad Darhus s’interroge, dans le n° 8 de 1945, sur l’opportunité d’édifier le nouveau quartier de Madina al-Awqaf sur les terres agricoles situées sur la rive orientale du Nil, alors même que le plateau du Muqattam aurait pu fournir un site plus intéressant pour les futures extensions du Caire, et aurait donc permis de maintenir en culture les terrains de la rive gauche. Car la perte des terres arables est alors déjà ressentie comme une question sensible : d’autant que, comme le note Sayyid Murtada dans son allocution introductive au premier congrès technique de 1945, l’accroissement de la population n’est plus proportionnelle à celle des superficies cultivées en Egypte. D’où la nécessité de choisir judicieusement les sites à urbaniser, et de bien évaluer la demande avant que la pression démographique sur les villes ne devienne trop forte.

54Mais si les projets d’urbanisme constituent, à partir des années 1950, l’une des principales activités de l’agence de Sayyid Karim, il demeure difficile de mesurer la place acquise par les architectes de manière générale dans ce nouveau champ d’intervention. L’accroissement des contributions traitant des affaires d’urbanisme dans les pages de la revue laisse néanmoins penser que la profession des architectes leur portait une réelle attention - attention qui ne semble pas leur avoir été disputée par les ingénieurs civils. De nos jours encore, bien des architectes sont employés dans les agences publiques d’urbanisme ou dans les bureaux d’études travaillant dans ce domaine.

Notes

1 Si les débuts de Ahmad Abbud, ingénieur de formation, furent modestes, son esprit d’entreprise et son sens aigu des affaires lui permirent de se retrouver rapidement à la tête d’un important empire industriel, aux activités très diversifiées (sociétés foncières et immobilières, production de sucre...). Sur cette figure légendaire du capitalisme national, cf. notamment Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot : Egypt’s liberal experiment : 1922-1936, California Press, Berkeley, 1977, p. 205.

2 Il s’agit de ceux-là mêmes que Tawfiq ‘Abd al-Gawwad présente dans son essai (‘Amalaqa al-’imara..., op. cit ;) comme les « semi-égyptiens », qu’il oppose à leurs prédécesseurs désignés comme les « semi-architectes », entendant par là tous les intervenants plus ou moins qualifiés qui « s’illustrèrent » dans la construction dans l’Egypte du xixe siècle. Dans la mémoire égyptienne, ce groupe porte aussi le qualificatif de chammi (syro-libanais), puisque ses membres se caractérisaient par une origine nationale commune. Mais l’homogénéité de ce groupe provenait également d’une même formation, effectuée directement aux Beaux-Arts de Paris, sans passer auparavant par les bancs des Ecoles égyptiennes.

3 Le cours d’histoire de l’architecture contemporaine, donné par ‘Ali Labib Gabr aux élèves de l’Ecole Polytechnique, était ainsi entièrement basé sur sa diapothèque personnelle : chaque été, ce dernier parcourait l’Europe pour ce cours, et ce, même après 1952, alors que les autorisations de sortie du territoire étaient difficiles à obtenir (Entretien avec ‘Ali Gabr, le 11/2/1986). ‘Ali Labib Gabr ne manquait pas de conclure chaque projection par une formule demeurée célèbre parmi ses étudiants : « Certes, cela est intéressant, mais cela ne veut pas dire qu’il faille reproduire ces types d’architecture en Egypte » (Entretien avec Muhsin Charara, le 21/5/1986).

4 Muhammad Hammad : Frank Lloyd Wright, préface de Sayyid Karim, Le Caire, 1966, 231 p.

5 Il s’agit de la résidence Agaoglu, conçue par Seddad Hakki Eldem en 1938 à Istanbul. Cette villa, qui fut démolie par la suite, est considérée comme l’oeuvre la plus représentative de la pensée de Eldem, développée à partir de ses études sur la typologie des maisons turques du xixe siècle... Eldem fut aussi le fondateur en 1934 du séminaire sur l’architecture nationale. Les locaux qu’il édifia en 1970 pour le compte de la Sécurité Sociale à Istanbul furent primés en 1986 par la Fondation Aga Khan. A propos de l’œuvre de Eldem, voir Turkish modem architecture, Holod and Evin (ed.) Pennsylvania University Press, 1984.

6 Ainsi, lors du concours lancé pour l’édifice de l’Immobilia, la revue avait déploré que le jury n’ait comporté qu’un seul architecte (cf. al-’imara, n° 7/8-1940)

7 Traduction peu satisfaisante d’un terme dont il est pourtant difficile de trouver un équivalent français. L’expression originale en arabe : al-mu’tamar al-handassi al- ‘arabi, si elle ne pose pas de problème en anglais ("Congress of Arab Engineering"), demeure intraduisible en français, d’autant que le terme d’ingénierie, calqué sur engineering, a acquis un sens différent, et fait désormais référence aux travaux d’expertise des bureaux d’études.

8 Né en 1898, ‘Ali al-Maligy Massa’ud obtint en 1924 son diplôme de l’Ecole Polytechnique. Il fut ensuite envoyé en Angleterre pour acquérir une expérience pratique dans le domaine de l’urbanisme et travailla donc pendant un an au Department of Town Planning (Ministry of Health) à Londres. Puis il séjourna trois ans en Iraq. En 1947, il dirige le département de l’Urbanisme à l’Administration des Municipalités, qui dépend alors du ministère égyptien de la Santé (ce département sera par la suite transféré au ministère des Affaires Rurales et Municipales). A ce titre, il est amené à concevoir la cité ouvrière de Imbaba (cf. le plan p 69). Il est ensuite détaché pour réaliser le plan d’aménagement de Jaffa en Palestine (cf. n° 6/7/8-1949 et 9/10-1949 de al-’imara). En 1952, il devient inspecteur général du ministère des Affaires rurales et municipales, et travaille alors au nouveau plan d’aménagement d’Alexandrie (cf. Guide to technical and scientific workers in Egypt, op. cit.)

9 Pour les textes sur l’architecture islamique, cf. les n° 2, 3/4, 5/6, 7/8 et 9/10 de 1940 ; les n° 1, 2, 5/6, 7/8 de 1941 ; les n° 1/2, 3/4, 5/6 de 1942, ainsi que les n° 1-1945, 3/4-1946 ; Hasan ‘Abd al-Wahhab publiait auparavant ses articles dans la revue al- handassa (1920-1937)

10 A propos de ces rencontres (al-mu’tamar al-tibbi al-’arabi, al-mu’tamar al-talaba al- ‘arabi et al-mu’tamar al-nisa’i al-charqï), cf. I. Gershoni : The emergence of Pan-Arabism in Egypt, Tel Aviv, 1981, pp. 42 et sq

11 Pour une synthèse de leurs recommandations, voir Yahia Muhammad ‘Ayd : « Qararat al-mu’tamarat al-handassiyya fï al-balad al-’arabiyya fi al-handassa al-mi’mariyya w al- takhtit (1945-1969) », al-magalla al-mi’mariyya, vol. 2, n° 26, 1986, pp. 96-104.

12 Yahia Muhammad ‘Ayd, article cité.

13 Les ‘izba-s, dans l’Egypte moderne, sont des villages où logent habituellement les ouvriers agricoles travaillant dans une même exploitation. A propos du projet de Bahtim, voir Elie Nassif : L’Egypte est-elle surpeuplée ?, Thèse de droit, Paris 1943, pp. 710 et sq.

14 J.M. Richards, I. Serageldin & al.: Hassan Fathy, Concept Media Ltd, Singapour, 1985

15 Cf. Alain Roussillon : « Projet colonial et traditions scientifiques : aux origines de la sociologie égyptienne », art. cité

16 Fondée en 1933, cette Association était présidée par Muhammad Husayn Haykal, qui sera ministre de l’Instruction publique, à diverses reprises, au cours des années 1940

17 Voir cependant l’article de Willy Bursisky, professeur à l’Université de Berlin, « Réhabilitation des quartiers surpeuplés dans les villes égyptiennes », publié dans le n° 1/2-1947 de al-’imara

Table des illustrations

Légende 30. Maquette de la couverture de la revue.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende L’IMMEUBLE DE L’IMMOBILIA
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende 32. Bloc sud de l’Immobilia. En 1937, cette société acquit le terrain occupé par l’ancienne Légation de France au coin de la rue Chérif et de la rue Qasr al-Nil La même année, un règlement de concours fut élaboré. Réuni le 10 juin 1937, le jury prima le projet présenté par les architectes Max Edrei et Gaston Rossi. Mis en adjudication dès la fin de l’année 1937, les travaux commencèrent en février 1938 et s’achevèrent en janvier 1940.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende 33. Immeuble Zahrab à Hèliopolis, Albert Khuri. architecte (1940).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende 34-35-36. Locaux de travail et locaux administratifs de l’usine Chinawi àMansura, « Abd al-Ra’uf Machhutr et Yahia al-Zayni, architectes (1947).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 37. Types de distribution, intérieure de duplex avec 2 pièces par étage, à partir d’une cellule minimum de 30 m2, projet de Sayyid Karim, publié dans La socialisation de la villa (1957).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 38. Projet d’aménagement d’une cité ouvrière à Imbaba (Le Caire), conçu par ‘AU al-Maligy Massa’ud. Première cité de ce type en Egypte, elle couvre 138 hectares et compte 6.000 logements prévus pour 30.000 habitants.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende 39. Type de logement à 2 chambres avec 4 appartements par étage.40. Type à 3 chambres en duplex.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 41. Projet de village-modèle par Sayyid Karim (1941).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende 42. Architecture rubienne
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/881/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540