Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’architecture moderne en Égypte et la revue Al-’Imara

 | 
Mercedes Volait

Production architecturale et pensée nationale

Texte intégral

9. Mausolée de Sa’ad Zaghkd, Mustafa Pacha Fahmy, architecte (1927-1928) - Le Caire.

1Si, à partir des années 1940, la revue al-’imara va tenter de mobiliser les architectes autour de nouveaux objets de réflexion, la pensée professionnelle semble avoir été dominée jusque là par la question de l’identité nationale des formes construites.

2Depuis les manifestations révolutionnaires de 1919, qui allaient amener la Grande- Bretagne à reconsidérer les revendications nationales des Egyptiens, le mouvement d’indépendance était en effet devenu omniprésent sur la scène politique, et imprégnait tout autant la vie culturelle et artistique du pays. Ses effets se faisaient sentir y compris dans le domaine de L’économie : en 1920, un groupe d’industriels égyptiens, avec à leur tête Tala’t Harb, fondait la banque Misr avec pour objectif de développer l’industrie égyptienne, sans avoir à dépendre des sources de capitaux étrangères, tandis que l’indépendance toute « formelle » accordée à l’Egypte en 1922 allait du moins entamer le processus d’égyptianisation de la fonction publique, processus encore accéléré par les accords de Montreux de 1936.

  • 1 Cf. Yahia al-Zayni : « al-’imara w al-qawmiyya » [Architecture et nationalisme], al- ’imara, n° 7/8 (...)

3La « question nationale » s’imposait donc par la force des choses aux architectes, et comme le note l’un des collaborateurs de al-’imara quelques vingt ans plus tard : « Depuis le début du siècle, un vent de nationalisme souffle en Egypte (...), (et) c’était devenu une nécessité pour les architectes de ne pas se dissocier de ce mouvement, et d’En porter le flambeau dans leurs réalisations »1.

Les pionniers de la stylistique nationale :

4Ce questionnement et cette recherche sont d’autant plus au centre des préoccupations des architectes égyptiens au cours des années 1920-1940, que jusqu’à cette époque la commande architecturale était pour l’essentiel revenue à des étrangers, qu’il s’agisse du plus modeste immeuble de rapport comme des demeures princières, en passant par les bâtiments officiels. Tout au long du xixe siècle, Muhammad ’Ali et ses successeurs (notamment le Khédive Isma’il qui régna de 1863 à 1879) n’avaient en effet cessé d’Encourager l’installation des étrangers en Egypte. Pour bon nombre de ces émigrés, l’egypte représentait une sorte « d’Eldorado », où les possibilités de faire fortune semblaient infinies, tandis que les Capitulations leur accordaient un statut des plus privilégiés. Les projets dispendieux du Khédive Isma’il en matière de construction et de travaux publics, s’ils devaient précipiter le pays dans un endettement dont il allait mettre plus d’un demi-siècle à se remettre, profitèrent tout particulièrement à toutes sortes de banquiers et « d’Entrepreneurs », chargés de leur exécution. En quelques décennies à peine, le paysage traditionnel des grandes villes égyptiennes fut totalement bouleversé et les styles successifs alors en vogue en Europe fleurirent, tour à tour, sur les façades des nouvelles constructions.

5Si l’emprise des étrangers dans le domaine de la construction ne prit réellement fin qu’avec les différentes mesures économiques adoptées par le régime nassérien au cours des années 1950, elle fut concurrencée, dès les années 1920, par les premiers architectes égyptiens qui tentèrent alors d’élaborer des formes distinctes, dictées par L’élan d’indépendance et marquées par les références au patrimoine national.

  • 2 I. Gershoni: The emergence of pan-arabism in Egypt-, Syracuse University Press, 1981 pp. 29 et sq.

6L’entreprise était pourtant complexe, car pour qu’une production artistique puisse être l’expression d’un sentiment national, il lui faut le soutien d’un principe unificateur, défini à partir d’une société et d’une culture unifiée. Or, en Egypte, la définition de « L’égyptianité » est d’abord une source de conflits, conflits dont le mouvement national n’était pas exempt. « From its very beginning the evolution of Egyptian national identity was marked by ambivalence », note Gershoni dans son ouvrage sur le pan-arabisme2. Par les différentes sédimentations qui la composent, l’egypte résiste à une définition unitaire. Est-elle morceau d’Europe ou encore porte de l’Orient, car loyale à un empire ottoman sur le déclin puis fidèle à des solidarités régionales basées sur une langue et une religion commune, ou est-elle surtout l’héritière d’une civilisation prestigieuse, exclusivement attachée à un territoire ?

  • 3 Architecte d’origine marseillaise, Pascal Coste eut l’Occasion de relever durant son séjour en Egyp (...)
  • 4 Si l’On en croit K.A. Cresswell, le premier appel à la constitution d’un Comité de Conservation des (...)
  • 5 L’œuvre de l’architecte italien Antoine Lasciac est, à cet égard, particulièrement intéressante. A (...)

7Les premières tentatives pour faire revivre l’architecture traditionnelle locale datent néanmoins de la deuxième moitié du xixe siècle. Elles furent d’abord le fait d’une poignée d’architectes étrangers, découvrant avec enthousiasme à la suite de Pascal Coste3 l’héritage architectural des époques mamelouke et ottomane,- car plus d’un demi-siècle après l’engouement pour le style « Retour d’Egypte », l’On ne se passionne plus guère pour l’architecture des anciens Egyptiens. Avec une démarche qu’inspire tant l’exotisme que l’Orientalisme, l’action de ces précurseurs va ouvrir deux voies parallèles : la première est celle de la conservation du patrimoine4, la deuxième en est une conséquence directe : soit la perpétuation de certaines traditions techniques, notamment ornementales. Les productions qui en résultèrent furent de qualité très inégale : les pastiches les plus médiocres côtoyant les réalisations les plus sophistiquées, faisant montre d’une érudition certaine en matière d’art arabe5.

  • 6 S’il ne fut pas très assidu aux séances, Mustafa Pacha Fahmy fut néanmoins membre du Comité de cons (...)

8Pour distincte qu’elle soit, sans doute moins « respectueuse » des traditions, mais aussi peut-être plus originale, la réflexion introduite par Mustafa Pacha Fahmy et ses disciples (Ahmad Charmi, Ahmad Sidqi, Hassan Chaf i...) est en partie l’héritière de cette démarche d’initiative étrangère, puisqu’elle s’ancre tout autant dans un savoir traditionnel6, sauf que leur projet est légèrement différent, puisque la prise en compte du patrimoine vient servir L’élaboration d’une architecture exprimant en premier lieu une idéologie nationale. Elle renvoie donc au second plan la mise en place des programmes de conservation.

10. Club Muhammad ’Ali, rue Soliman Pacha (Le Caire), par l’architecte Alexandre Marcel (1907). Le bâtiment, à l’Origine, ne comptait qu’un seul étage sur rez-de-chaussée. Il fut surélevé en 1930 selon le projet de Michel Roux- Spitz.

11. Cinéma Radio, rue Soliman Pacha, par l’architecte Max Edrei, également ancien élève des Beaux-Arts de Paris (1945).

12. Salamlik du prince ’Umar Sultan, au Caire, Antoine Lasciac, architecte (1907-1908). Bâtiment démoli vers 1960.

13. Ecole des Arts et Métiers à Abbasiyya, Adolfo Brandani, architecte (1933).

9Par ailleurs, à la différence des premières tentatives, qui répondaient surtout à une commande privée, cette réflexion va désormais s’opérer dans le cadre d’une politique des pouvoirs publics. Elle ne correspond plus aux exigences de clients individuels, mais tente de trouver pour un programme d’Etat (la construction de bâtiments officiels) des formes significatives - parlantes - de l’appartenance nationale.

  • 7 Projet publié dans al-’imara, n° 3/4-1940.

10Tant dans son œuvre privée, que dans ses réalisations publiques, celles notamment conçues au sein de al-maslaha al-mabani al-amiriyya, Mustafa Pacha Fahmy va œuvrer à la mise en route d’un tel programme. Du moindre commissariat de police (tel celui du quartier de al-Khalifa au pied de la Citadelle), à des opérations de plus grande envergure (hôpital de ’Aguza, Ecole de Mansura7 Ecole des Arts et Métiers de ’Abassiyya, siège administratif de al-Azhar...), les édifices gouvernementaux devront porter les signes, même imperceptibles, d’une allégeance au patrimoine égyptien. Des instructions similaires seront données à d’autres services publics, telle l’administration des Chemins de fer.

Entre pharaonisme et arabisance :

  • 8 Voir notamment l’article de ’Abd al-Hakim Adib : « Ihia’ al-qawmiyya ’an tariq al-fann al-mi’mari « (...)
  • 9 Pour un premier inventaire de l’architecture néo-pharaonique en Egypte, cf. Mercedes Volait : « L’é (...)

11Selon les bâtiments, l’On va tantôt faire appel au répertoire pharaonique (mausolée de Saad Zaghlul (1928), salle des pas perdus du Parlement (1931), gare de Giza (1925)...) et tantôt au répertoire arabe (gare de Tanta (1933), gare du Caire...), sans qu’il soit pour autant possible de restituer les critères d’un tel choix, ni même d’En établir une périodisation claire. Selon une légende tenace dans la profession8, l’On attribue généralement à ’Uthman Muharram, qui fut ministre des Travaux Publics à diverses reprises entre 1924 et 1950, la décision de créer une ligne de partage, géographique, coupant Le Caire, de part en part : au nord, les bâtiments publics devant dorénavant être « néo-arabes », et au sud, « néo-pharaoniques »... Cependant, il est aisé de trouver bien des contre-exemples, indiquant que si une telle décision fut réellement prise, elle ne fut pas en tout cas rigoureusement appliquée9.

12L’engouement pour le style néo-pharaonique semble néanmoins avoir été une mode plus passagère : hormis la Faculté des ingénieurs d’Alexandrie, achevée en 1954, mais dont le projet est bien antérieur, et le pavillon des Pyramides, la majorité des édifices pharaonisants fut construite entre 1925 et 1930, et accompagna un mouvement culturel et artistique, lui aussi de courte durée.

  • 10 Son projet fut publié dans le musawwar, n° 325 du 2 janvier 1931.
  • 11 Projet publié par al- ’imara, n° 5/6-1941.

13La tendance arabisante représenta, quant à elle, un mouvement plus profond, et mieux ancré dans le goût moyen. Le salon « arabe » était, par exemple, un élément indispensable à toute maison respectable. La survivance de savoir-faire artisanaux, dans ce domaine, put également jouer un rôle déterminant dans la pérennité du style néo-arabe. Par ailleurs, cet exercice stylistique représentait en quelque sorte un passage obligé pour les architectes. Ainsi ’Ali Labib Gabr, s’il se désintéressa rapidement de cette problématique, dut lui aussi sacrifier au « rite" : l’un des premiers projets qui lui fut confié fut l’Orphelinat de Minia, achevé en 1931, et pour lequel il choisit de traiter la façade à la manière arabisante10. Il en fut de même pour Mahmud Ryad, lorsqu’il fut chargé en 1939 de construire pour le compte de la Société protectrice de l’enfance un hôpital à ’Abbassiyya11.

14. Hôpital à l’abbastyya, Mahmud Ryad, architecte. Détails

14Que ce soit leur formation française, à l’Ecole des Beaux-Arts, qui prédispose le mieux les architectes à pratiquer avec aisance ces exercices stylistiques est sans doute pour le moins paradoxal. Non moins paradoxal est le fait que la source de ces motifs se trouve plus souvent dans l’architecture de l’Espagne mauresque, que dans celle de l’egypte mamelouke. Et si les signes les plus visibles de ces constructions sont ceux de l’arabité, suggérée par l’emploi de motifs décoratifs et d’éléments classiques (arcs, chapiteaux, consoles, filets, moulures à boucles...), ce qui apparaît, en dernière analyse, est surtout leur caractère « syncrétique », soit la superposition et l’interaction de divers registres du vocabulaire formel.

15Ainsi les motifs décoratifs de ces bâtiments arabisants, s’ils sont plaqués et non plus taillés dans la masse, sont plus fréquemment traités à la manière « Arts Déco » qu’à la manière classique. Contrairement également aux principes classiques de l’architecture traditionnelle, la façade tend à s’autonomiser. Ce qui la règle n’est plus le système des distributions intérieures, mais bien les besoins de la symétrie externe. Par contre, la masse souvent compacte de ces bâtiments tient sans doute à des proportions plus antiques (millénaires ?) que modernes, tandis que la courbure des corniches, ou la légère obliquité des parois viennent rappeler ce même héritage ancestral. Les tombes conçues par Ahmad Charmi sont parmi les exemples les plus frappants de ces syncrétismes.

16Exercice périlleux donc que cette masse de « messages » à tranformer en signes. Il fit pourtant les beaux jours de ce « style Fuad » qu’évoque Jacques Berque, dans Egypte, impérialisme et révolution, fleurissant du temps du souverain, et qui survécut durant les premières annees du règne de son fils et successeur sur le trône d’Egypte, le roi Faruq. Les résultats d’une telle démarche ne furent pas toujours très convaincants. Seule peut- être la maîtrise qu’avait Mustafa Pacha Fahmy de son métier, et donc ses solides connaissances en matière de mise en œuvre, lui permirent de dessiner des ensembles, sinon de qualité, du moins cohérents et efficaces au regard de la problématique initiale. Son œuvre la plus achevée et la plus significative, demeure le Dar al-Hikma, daté de 1939. Durant les années 1930, il conçoit également le siège de l’association de la jeunesse musulmane, ainsi que celui de la Société des Ingénieurs (1930), tous deux situés sur l’avenue Ramsès. En 1936, il signe un projet de plus grande envergure : celui du tout nouveau Parc des Expositions du Caire, sur un vaste terrain occupant la pointe sud de l’île de Gazira, où furent édifiés différents pavillons, dont l’un devint l’actuel planétarium, et deux portails monumentaux.

15. Ecole de l’union Féminine patronée par Huda Cha’rawi, rue Qasr al-‘Ayni. Mustafa Fahmy, architecte (1939).

16. Tombe de Mustafa Kamel, place Salah al-Din, Ahmad Charmi architecte (c. 1940).

17. Tombe de Ahmad Maher, à ‘Abbasiyya, Ahmad Charmi architecte (c. 1950).

18. Administration d’al-Azhar, rue al-Azhar, Ahmad Charmi, architecte (1936).

19. Pavillon néo-pharaonique des Pyramides, Mustafa Fahmy, architecte (1946)

20-21. Cobras à queue en spirale, ornant le pavillon des Pyramides (pierre artificielle et bronze)

22. Tombe anonyme au cimetière de Sayyida Nafisa (c. 1940).

23. Détail du portique de la gare de Giza (1925).

24. Entrée du mausolée de Sa’ad Zaghlul (1927).

25. Salon arabe du palais du prince Yusuf Kamal à Matariyya, Antoine Lasciac, architecte (1920).

26. Salon arabe de la villa Mugib Fathy bey à Giza, ‘Ali Labib Gabr, architecte (c. 1940)

27. Dar al-Hikma, rue Qasr al-‘Ayni, Le Caire.

En Egypte comme ailleurs...

  • 12 Sur la musique et le théâtre, voir notamment les interventions au séminaire CEDEJ- IFAO de J.-F. Be (...)

17Si pour certains architectes, cette « question nationale » fut un faux problème, il n’en reste pas moins que national et nationalisme sont depuis les années 1920 les thèmes majeurs d’un débat culturel, qui est venu à l’architecture comme il est venu à la musique et au théâtre, à la peinture et à la sculpture. Hormis la musique et l’architecture éventuellement, ce sont là de nouveaux modes d’Expression, tenus de « s’égyptianiser », de « s’arabiser », pour pouvoir s’affirmer. Des études en cours conduites sur la musique et le théâtre confirment ce phénomène, avec des périodisations néanmoins variables selon les disciplines12.

  • 13 Pour l’analyse de cette œuvre, cf. Liliane Karnouk: « The new face of a Nation as old as the wolrd: (...)
  • 14 Robin Ostle : « Litterature and art in Egypt, 1914-1950 : Form, structure and ideology », à paraîtr (...)

18L’On connaît mieux, en sculpture, l’œuvre emblématique de Mahmud Mukhtar (1883-1934), dont la célèbre statue monumentale, le Réveil de l’egypte (Nahda Misr), fut inaugurée en 1928. D’Expression néo-pharaonique, la statue met en scène une paysanne dévoilée, se tenant auprès d’un sphinx redressé : l’ensemble symbolisant la nouvelle Egypte renaissante13. Une étude récente14 a mis ainsi en relief les liens qu’entretiennent en Egypte, entre 1914 et 1950, littérature moderne et iconographie de la conscience nationale. Une telle problématique picturale se retrouve, on le verra, dans les pages de la revue al- ’imara.

19Pour ne pas être propre à l’architecture, la problématique nationale n’est pas non plus propre à l’egypte. En d’autres termes et lieux, artistes et intellectuels ont été mobilisés à cette fin, et furent donc amenés à rechercher une expression nationale, c’est-à- dire à produire les symboles visibles des mutations politiques survenues dans leur pays, avec l’appui — ou la suggestion — de mouvements sociaux, ou encore sous la pression de pouvoirs forts. Luttes d’indépendance ou revendications d’unification de territoires autonomes soutiennent les exemples les plus connus d’une telle démarche. La constitution de la Grèce en Etat autonome, le Risorgimento et l’unité italienne, le démembrement de l’empire ottoman avec L’émergence de la République de Turquie, mais aussi, dans une toute autre mesure, l’expansionnisme de l’allemagne hitlérienne, se caractérisent ainsi par une même volonté de produire une architecture nationale. L’affirmation d’un Etat nouvellement constitué passe en premier lieu par l’inscription dans la « pierre » — trace durable... — et ce, par un recours à une histoire « nationale » (quels que soient les problèmes que pose sa définition) et donc aux formes issues de la tradition, qui lui fournissent ainsi une indéniable légitimité.

  • 15 Cf. François Béguin : Arabisances, Paris, Dunod, 1983.

20En Afrique du Nord, l’administration coloniale française pratiqua, quant à elle, la folklorisation, et la diffusion massive, des décors « indigènes », pour mieux asseoir son pouvoir15 Il ne semble pas toutefois que l’Occupation britannique ait eu en Egypte de telles préoccupations. Et c’est surtout l’exemple turc qui, à notre sens, se rapproche le plus de la problématique égyptienne.

  • 16 André Barey : « Istanbul (1453-1980) », in Archives d’architecture moderne, n° 23, 1982, pp. 1-103.
  • 17 Sur l’architecte A. Kemalettin bey, voir la monographie de Yildirim Yavuz : Mimar Kemalettin ve Bir (...)
  • 18 Bernard Lewis : Comment l’Islam a découvert l’europe, Paris, La Découverte, 1984, p. 246 et sq.

21En 1908, soit près de deux décennies avant qu’un mouvement de même type ne se développe en Egypte, se constitua ainsi, au cœur même de l’empire, un mouvement architectural connu sous le nom de « Premier national »16. Etait-ce là un mode de résistance à l’Occidentalisation effrénée de l’empire ou plutôt le dernier soubresaut de sa splendeur passée ? L’architecte A. Kemalettin (1877-1927) en fut le principal théoricien17. A sa suite, une poignée de jeunes architectes entendait ainsi lutter et réagir contre les influences occidentales que subissait, depuis le xviiie siècle déjà18, l’architecture ottomane traditionnelle, du fait de L’évolution des goûts sans doute, mais aussi de par l’action qu’exerçaient, dans ce domaine d’activités, les groupes étrangers et minoritaires. Par réaction, ces architectes travaillèrent à « purifier » l’architecture en faisant appel aux grandes époques de l’architecture ottomane. Il s’agissait donc de « nationaliser » l’architecture du point de vue stylistique, par l’emploi d’ordonnancements classiques. Leur action, comme plus tard en Egypte, se fit principalement au sein des administrations gouvernementales, telles le ministère de la Guerre ou celui des Evkaf (équivalent des Waqf-s). L’édification de la nouvelle capitale d’Ankara, à partir de 1927, leur donna également l’Occasion d’Exprimer leurs conceptions.

22Au terme d’une monographie consacrée à Kemalettin bey, son auteur souligne néanmoins la contradiction originelle sur laquelle reposait tout ce mouvement, quelle que soit au demeurant la séduction que de telles formes peuvent encore exercer sur un observateur contemporain.

  • 19 Yildirim Yavuz, op. cit.

23"As can be observed from (its) design principles, national Turkish architecture, which came as a reaction to Western Revivalism, was merely longing for the glorious Ottoman architecture of the classical period, therefore creating a different type of revivalism itself. This contradiction was to cause its expiration around 1930, where the new Turkish Republic was turning towards West for progress, while cutting all its ties with the traditional past"19.

24L’auteur ajoute par ailleurs que la problématique nationale était déjà, en elle-même, une problématique importée, et enracinée dans la Révolution française, mais qu’elle demeura étrangère au système politique de l’empire.

  • 20 Cf Ustüm Alsaç: « The second period of turkish national architecture », in Modern Turkish Architect (...)

25Quelques années plus tard, un autre mouvement émergea, sous l’impulsion de Seddad Hakki Eldem. Son objectif n’était plus de réinterpréter les formes de l’architecture savante et religieuse, mais plutôt d’Entreprendre au préalable L’étude approfondie et systématique de l’architecture courante traditionnelle, afin de dégager de nouveaux principes pour une architecture locale, mieux enracinée dans le territoire20. Mais tandis qu’une génération complète d’architectes allait, en Turquie, être formée à une telle démarche, cette dernière ne devait pas connaître d’équivalent en Egypte.

Notes

1 Cf. Yahia al-Zayni : « al-’imara w al-qawmiyya » [Architecture et nationalisme], al- ’imara, n° 7/8-1947, pp. 14-17.

2 I. Gershoni: The emergence of pan-arabism in Egypt-, Syracuse University Press, 1981 pp. 29 et sq.

3 Architecte d’origine marseillaise, Pascal Coste eut l’Occasion de relever durant son séjour en Egypte différents monuments du Caire, dont les dessins furent publiés dans un ouvrage célèbre : Architecture arabe ou monuments du Kaire, Paris, 1834.

4 Si l’On en croit K.A. Cresswell, le premier appel à la constitution d’un Comité de Conservation des monuments historiques du Caire fut lancé en 1874. Il cite en effet un article de Stanley Lane-Poole : « Arab art Monuments », The Academy, 1874, VI, p. 361. Cf. Cresswell: A bibliography of the muslim architecture of Egypt, Le Caire, 1956

5 L’œuvre de l’architecte italien Antoine Lasciac est, à cet égard, particulièrement intéressante. A ce propos, voir R. Ilbert & Mercedes Volait : « Neo-Arabic Renaissance in Egypt, 1870-1930 », Mimar,n° 13, pp. 26-34, et Mercedes Volait : « Antoine Lasciac (1856-1946) : un architecte face à l’Orient », communication présentée aux journées d’études Supplément aux voyages européens, Le Caire, 17-18 avril 1986

6 S’il ne fut pas très assidu aux séances, Mustafa Pacha Fahmy fut néanmoins membre du Comité de conservation des monuments de l’art arabe.

7 Projet publié dans al-’imara, n° 3/4-1940.

8 Voir notamment l’article de ’Abd al-Hakim Adib : « Ihia’ al-qawmiyya ’an tariq al-fann al-mi’mari « [La renaissance nationale par le biais de l’architecture] in al-finun al- mi’mariyya, 1953, pp. 51-52.

9 Pour un premier inventaire de l’architecture néo-pharaonique en Egypte, cf. Mercedes Volait : « L’égyptomanie dans l’architecture égyptienne contemporaine », à paraître in L’Egypte dans l’iconographie et la bande dessinée » CEDEJ, Le Caire.

10 Son projet fut publié dans le musawwar, n° 325 du 2 janvier 1931.

11 Projet publié par al- ’imara, n° 5/6-1941.

12 Sur la musique et le théâtre, voir notamment les interventions au séminaire CEDEJ- IFAO de J.-F. Belleface : « Aux origines de la chanson égyptienne moderne » (séance du 8 avril 1986) et de Hoda Wasfi : « Notes pour une théorie dramatique égyptienne » (séance du 20 mai 1986).

13 Pour l’analyse de cette œuvre, cf. Liliane Karnouk: « The new face of a Nation as old as the wolrd: modern egyptian art », in Arts of the islamic World, n° 3, automne 1985.

14 Robin Ostle : « Litterature and art in Egypt, 1914-1950 : Form, structure and ideology », à paraître in D’un Orient l’autre, ouvrage cité

15 Cf. François Béguin : Arabisances, Paris, Dunod, 1983.

16 André Barey : « Istanbul (1453-1980) », in Archives d’architecture moderne, n° 23, 1982, pp. 1-103.

17 Sur l’architecte A. Kemalettin bey, voir la monographie de Yildirim Yavuz : Mimar Kemalettin ve Birinci Ulusal Mimarlik Dönemi, Ankara, CDTU Mimarlik Fakültesi asim Içligi, 1981, et son article publié in Fifth International Congress of Turkish Art (ed. G. Feher), Budapest, 1978: « European influence in turkish national architecture during the second constitutional period », pp. 891-905.

18 Bernard Lewis : Comment l’Islam a découvert l’europe, Paris, La Découverte, 1984, p. 246 et sq.

19 Yildirim Yavuz, op. cit.

20 Cf Ustüm Alsaç: « The second period of turkish national architecture », in Modern Turkish Architecture, Pennsylvania University Press, 1984, pp. 94-104.

Table des illustrations

Légende 9. Mausolée de Sa’ad Zaghkd, Mustafa Pacha Fahmy, architecte (1927-1928) - Le Caire.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende 10. Club Muhammad ’Ali, rue Soliman Pacha (Le Caire), par l’architecte Alexandre Marcel (1907). Le bâtiment, à l’Origine, ne comptait qu’un seul étage sur rez-de-chaussée. Il fut surélevé en 1930 selon le projet de Michel Roux- Spitz.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende 11. Cinéma Radio, rue Soliman Pacha, par l’architecte Max Edrei, également ancien élève des Beaux-Arts de Paris (1945).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende 12. Salamlik du prince ’Umar Sultan, au Caire, Antoine Lasciac, architecte (1907-1908). Bâtiment démoli vers 1960.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende 13. Ecole des Arts et Métiers à Abbasiyya, Adolfo Brandani, architecte (1933).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende 14. Hôpital à l’abbastyya, Mahmud Ryad, architecte. Détails
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 15. Ecole de l’union Féminine patronée par Huda Cha’rawi, rue Qasr al-‘Ayni. Mustafa Fahmy, architecte (1939).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende 16. Tombe de Mustafa Kamel, place Salah al-Din, Ahmad Charmi architecte (c. 1940).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 17. Tombe de Ahmad Maher, à ‘Abbasiyya, Ahmad Charmi architecte (c. 1950).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 18. Administration d’al-Azhar, rue al-Azhar, Ahmad Charmi, architecte (1936).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende 19. Pavillon néo-pharaonique des Pyramides, Mustafa Fahmy, architecte (1946)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende 20-21. Cobras à queue en spirale, ornant le pavillon des Pyramides (pierre artificielle et bronze)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende 22. Tombe anonyme au cimetière de Sayyida Nafisa (c. 1940).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende 23. Détail du portique de la gare de Giza (1925).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende 24. Entrée du mausolée de Sa’ad Zaghlul (1927).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende 25. Salon arabe du palais du prince Yusuf Kamal à Matariyya, Antoine Lasciac, architecte (1920).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende 26. Salon arabe de la villa Mugib Fathy bey à Giza, ‘Ali Labib Gabr, architecte (c. 1940)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende 27. Dar al-Hikma, rue Qasr al-‘Ayni, Le Caire.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/879/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540