Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’architecture moderne en Égypte et la revue Al-’Imara

 | 
Mercedes Volait

Naissance d’une profession

Texte intégral

4. Siège de la Société des ingénieurs, rue Ramsès, Mustafa Pacha Fahmy architecte (1930)

1Ainsi, trois caractéristiques essentielles distinguent les architectes égyptiens de leurs confrères français, comme nous l’avons noté en introduction. Cette perspective comparative ne nous est pas dictée par un goût inné pour l’Ethnocentrisme ; il ne s’agit pas tant de dessiner une image « en creux » de la profession en Egypte, que de mettre en lumière quelques uns de ses traits les plus saillants, que l’on peut définir somme toute comme autant de facteurs de « perméabilité » aux idées modernes.

2La pénétration en Egypte des principes de l’architecture moderne semble en effet avoir été aussi rapide que décisive. Les mutations du paysage urbain le prouvent à l’évidence, même si la rupture introduite relève plutôt d’un modernisme « tardif », en quelque sorte banalisé — nous y reviendrons —, que des options radicales caractérisant les expériences européennes et américaines issues du Mouvement moderne dès les années 1920. Mais cette diffusion des idées modernes, si elle correspond à la demande bourgeoise de formes nouvelles ainsi qu’aux exigences de l’Urbanisation, nous semble de plus intimement liée aux conditions spécifiques de formation et d’exercice qu’a connu, et que connaît encore, l’architecte égyptien.

  • 1 Cf. Annie Jacques : La carrière de l’architecte au xixe siècle, Paris, 1986, p. 5 et sq.

3Dans la pensée moderne, l’architecture ne procède plus à partir d’une connaissance, codifiée et érudite, de savoirs accumulés, c’est-à-dire, en référence constante aux traditions antiques, mais opère en réponse aux besoins déterminés par l’analyse des réalités sociales contemporaines. En ce sens, la modernité est, en premier lieu, principe de réalité. Dans le système français, cette redéfinition du champ d’intervention et du métier des architectes déstabilisera durablement, à partir du xixe siècle, la corporation : « l’architecte déchiré entre les sciences et les arts, trouve difficilement sa place face aux nouvelles professions, notamment les ingénieurs »1. Le débat de fond qui s’engagea, dès cette époque, entre architectes, ingénieurs et entrepreneurs est apparu a posteriori quelque peu disproportionné — du moins au siècle passé — eu égard à la réalité des enjeux en présence. Au delà du conflit (d’intérêts) entre artistes et scientifiques et de la concurrence sur le marché du travail, il s’agissait pour l’Essentiel de défendre des monopoles, progressivement remis en cause.

4Un tel questionnement perd de son sens dès lors que l’on considère la situation égyptienne. L’architecte y est d’abord un ingénieur et l’attachement, devenu anachronique, de l’architecte au mythe de l’homme universel de la Renaissance, tout à la fois savant et humaniste, a d’autant moins lieu d’être que la tradition professionnelle égyptienne s’est interrompue au cours du xixe siècle, si elle ne s’est perdue. Ainsi la voix était laissée libre à toutes sortes d’innovations, qu’elles soient importées ou non. Et seule la conscience individuelle, plus ou moins aiguë, des architectes concernant les problèmes prioritaires de leur propre société va générer, en dernier ressort, des modes spécifiques de régulation de ces innovations.

5Coupé de ses origines, dépourvu d’histoire pourrait-on dire, l’architecte égyptien a pu accueillir sans réticence une pensée novatrice. Et par sa formation, qui est d’abord celle d’un ingénieur, doublée le plus souvent d’un cursus complémentaire à l’étranger, il a pu aisément acquérir la capacité d’intégrer et de maîtriser l’avancement technologique indispensable à l’Exercice de sa discipline. Enfin par les possibilités d’intervention au sein de l’Etat, il a pu participer aux grands projets d’orientation du pays : il ne fut pas exclu du politique.

  • 2 « Illégalité » est ici employé dans le sens où ces constructions ne se soumettent pas à la procédur (...)

6Ces trois éléments lui ont permis de conserver, jusqu’à très récemment, un statut élevé. Un statut qui n’a pas subi encore de réelles remises en cause, qu’elles soient d’ordre interne ou externe, même si l’architecte ne peut rester insensible aujourd’hui aux interrogations traversant le corps social égyptien (nous pensons ici au débat sur les valeurs culturelles et artistiques « islamiques », auquel la revue ’alam al-bina’ donne un écho certain), ou même si, depuis une dizaine d’années, la majorité de la commande du logement lui échappe du fait de « l’illégalité » dans laquelle sont réalisées bon nombre de constructions2.

7Ajoutons enfin que le code de la profession semble peu contraignant, ce que les architectes ne manquent pas de déplorer aujourd’hui. Soumis au règlement général des ingénieurs, institué lors de la création du Syndicat des professions techniques en 1946, les architectes ne sont pas assujettis à la règle de l’Exercice libéral exclusif. Lorsqu’ils sont employés dans la fonction publique, ils peuvent, dans le même temps, posséder leur propre agence. Et ils peuvent être architectes et entrepreneurs, ce que l’Ordre français ne tolère que pour une minorité d’agréés en architecture. Leur pratique connaît, de ce fait, peu d’entraves, et cette grande souplesse d’activité a pu, elle aussi, contribuer à faciliter leur adaptation aux nouvelles conditions du marché de la construction.

« L’ignorance des origines » :

  • 3 Cité in L’habitat urbain dans l’Orient arabe : éléments d’architecture, op.cit., qui présente et tr (...)

(...) « L’histoire de l’architecture islamique restera, jusqu’à un certain point, anonyme ». L.A. MAYER3

8Si l’architecte européen a pu s’imaginer pendant longtemps être l’héritier d’une tradition prestigieuse, remontant à la Renaissance, il n’en va pas de même pour l’architecte égyptien, selon l’acceptation moderne du terme munhandis mi’mari (ingénieur architecte).

  • 4 Cité in L'habitat urbain..., op.cit., p. 26 et sq
  • 5 Pratique encore largement répandue, puisque les immeubles contemporains portent plus volontiers le (...)

9Est-il en effet vraiment possible d’établir une filiation directe entre ce professionnel d’un type nouveau, tel qu’il apparaît en Egypte au tournant du siècle, et celui, dont de trop rares textes ou inscriptions attestent l’Existence dans les sociétés musulmanes classiques ? Grâce aux travaux de L.A. Mayer, nous savons que l’architecte, en terre d’Islam, n’occupait pas une place centrale et remarquable dans le processus de construction ; et que sa position n’était pas des plus élevées, hormis certes l’Exception notable que constitue la figure de Mimar Sinan. Il y a là, d’ailleurs, un paradoxe que souligne Mayer : « une des caractéristiques frappantes d’une civilisation aussi riche en architecture que l’Islam est l’absence notable de légendes concernant les architectes »4. Rarement mentionné dans les textes, l’architecte n’apparaît guère plus dans les inscriptions des monuments, qui portent de préférence les noms et titres de leurs commanditaires5. Bien que difficiles à cerner précisément, le rôle, les compétences et le statut de cet architecte semblent néanmoins avoir été mineurs. Si nous en croyons toujours Mayer, ses compétences techniques furent certainement limitées : l’auteur en voit, pour preuve première, le recours fréquent au surdimensionnement des ouvrages, qui indique bien une absence notoire de formation théorique, même si le choix des proportions et des agencements relève d’une logique spatiale opérationnelle.

  • 6 Cf. Nelly Hanna: Construction work in Ottoman Cairo (1517-1798). Cahier n° 4, supplément aux Annale (...)
  • 7 Cf. Nelly Hanna, op.cit. ainsi que Howard Crane (ed.): Risale-i mi'mariyye: An early seventeenth-ce (...)

10Pour ce qui concerne l’Egypte, des indications plus précises nous sont données par les travaux de Nelly Hanna6. A partir du dépouillement des archives des Tribunaux religieux, Nelly Hanna note que l’architecte (muhandis, selon la terminologie alors employée) était surtout consulté pour déterminer le volume de matériaux à acheminer sur un chantier donné, ainsi que le nombre d’ouvriers à recruter. Dans le langage moderne, ce muhandis serait plutôt l’équivalent du « métreur" : et c’est d’ailleurs le sens qu’en donne le dictionnaire. De fait, le sens premier.de la racine handasa dont est issu ce terme est bien « géométrie », et elle-même dériverait du mot persan hindaz, qui signifie « quantité, mesure"7. Ces mêmes documents fournissent également des données sur les rémunérations des différents acteurs intervenant dans le processus de construction : on y apprend que le muhandis percevait un salaire doublement inférieur à celui du banna’ (maçon).

  • 8 Gaston Wiet : Mohammed Aly et les Beaux-Arts, Le Caire, 1953.

11Ces deux études n’abordent pas la période postérieure à 1800. Nous ne pouvons donc pas suivre le destin ultérieur de cet architecte « islamique ». Mais le fait que Muhammad ’Ali et ses successeurs aient fait fréquemment appel à des architectes étrangers (venus d’Europe mais aussi des provinces centrales de l’Empire Ottoman8 nous laisse néanmoins penser que l’architecte traditionnel ne participait plus guère aux grands travaux de l’Etat, non plus qu’à la commande privée, si ce n’est de manière marginale et subalterne. Naguère déjà peu valorisé, ce métier aurait donc connu un déclin progressif tout au long du xixe siècle, avant même que ne se démantèlent les grandes corporations.

  • 9 Un cours d'architecture existait auparavant dans cette même Ecole ; la responsabilité en était conf (...)

12Une formation spécifique aux architectes ne se mettra en place que dans les toutes dernières années du xixe siècle. C’est en effet en 1886 qu’est ouverte à l’Ecole Polytechnique la première section d’enseignement de l’architecture9, cette Ecole devenant ainsi l’Ecole d’Irrigation et d’Architecture. Cette date correspond donc à l’émergence, dans l’Egypte moderne, de l’architecture comme discipline autonome.

Une formation d’ingénieur :

  • 10 Pour l'histoire de cette Ecole, nommée successivement Dar al-Handassa, Muhandiskhanna, Madrassa al- (...)

13C’est donc dans le cadre d’une École d’ingénieurs, ou Ecole Polytechnique10 que les premiers architectes égyptiens vont acquérir les éléments théoriques du savoir propre à leur métier, et ce, à partir de la réorganisation de l’Ecole en 1886. C’est là vraisemblablement l’œuvre de l’Occupant britannique, qui, présent dans le pays depuis 1882, a entrepris d’en restructurer tout l’appareil administratif, et donc le système éducatif, principal fournisseur d’employés de la fonction publique. Cependant les facteurs ayant conduit à la mise en place de cette nouvelle formation ne sont pas précisément connus.

  • 11 C'est le cas notamment de Mahmud Pacha Fahmy (1856-1927), un ingénieur d'irrigation, « devenu » arc (...)

14Auparavant, la formation « sur le tas » était la règle : elle s’effectuait notamment dans le cadre des services techniques de certaines administrations de l’Etat, telle celle des Waqf-s11. Cela expliquerait du moins la transmission de savoir-faire particuliers, attachés principalement à la construction de mosquées, encore que l’observation approfondie des réalisations de cette Administration, telles celles des années 1900-1920, par exemple, pourrait montrer comment celles-ci doivent de moins en moins de choses aux techniques traditionnelles.

  • 12 Voir, à ce propos, l'intervention de Ghislaine Alleaume au séminaire CEDEJ-IFAO, séance du 4 févrie (...)

151886 reste néanmoins une date centrale : c’est à partir de ce moment que l’architecture devient une discipline institutionnellement reconnue, pour laquelle sont délivrés des diplômes, sanctionnant des études particulières qui participent des sciences de l’ingénieur. Les travaux de Ghislaine Alleaume devraient nous permettre de mieux connaître l’histoire mouvementée de cette Ecole, conçue à l’origine pour former des ingénieurs d’irrigation et dont la création remonte à 1820 ou 1834, selon les sources12. Maintes fois déplacée avant d’emménager en 1905 dans ses locaux définitifs, placée sous différentes tutelles avant d’être intégrée en 1935 à l’Université égyptienne, cette Ecole connut, pour la période qui nous intéresse ici, trois principales réorganisations : en 1886, en 1916, en 1926.

  • 13 Dont les programmes furent publiés dans le Bulletin des Lois et Décrets et Documents Officiels du G (...)
  • 14 Selon la loi n° 23 de 1916, publiée dans le Journal Officiel du 9 novembre 1916. (15) Cent ans de v (...)

16En 1886, est créé, on l’a vu, le cursus architectural13, tandis que les modifications apportées en 191614 au règlement initial concernent surtout l’ouverture de nouvelles sections d’enseignement : Mécanique, Electronique et Affaires Municipales, ainsi que de légers changements dans les matières enseignées (cf. le tableau comparatif n° 1), soit la disparition des cours de langues et le renforcement des cours et travaux pratiques de dessin.

  • 15 Cents ans de vie suisse au Caire, Livre d’Or publié en 1948, avec des documents réunis par J.R. Fle (...)
  • 16 Ce que confirme Clément Moore in Images of development: Egyptian Engineers in search of Industry, P (...)
  • 17 Loi du 10 mai 1926, publiée dans le Journal Officiel, n° 46, en date du 17 mai 1926. Les programmes (...)
  • 18 Charles Andreae fut le dernier doyen étranger de l’Ecole Polytechnique égyptienne. Robert Miche y e (...)

17En 1925, la réorganisation radicale de l’Ecole est confiée à une commission d’experts suisses, conduite par le professeur Potterat, qui était alors doyen de la section architecture du Polytechnicum de Zurich, encore appelé ETH : Eidg. Technische Hochschule15. Dans ses propositions et recommandations, la commission s’inspira largement du système alors en vigueur à l’ETH16 ; il fit la base du nouveau règlement de 192617. Par la suite, le professeur Potterat fit venir à l’Ecole Polytechnique du Caire trois enseignants suisses de l’ETH : Schwyzer, Miche et Geering. Lui-même assuma pendant un an la direction de l’Ecole du Caire. Lorsqu’il démissionna en juillet 1927, pour raisons de santé, la direction de l’Ecole Polytechnique fut confiée à l’Un de ses compatriotes, le professeur Charles Andreae, qui avait été jusqu’alors recteur de 1’ETH et président de la Société des Ingénieurs et des Architectes suisses. C. Andreae assuma cette charge jusqu’en 193718, date à laquelle il fut remplacé par un confrère égyptien.

5. Façade du ministère des Waqfs, Mahmud Fahmy, architecte (c. 1915) — Le Caire.

18Né en 1856, diplômé de l’Ecole Polytechnique en 1878, Mahmud Fahmy commença sa carrière à l’administration des Waqfs. Il entra par la suite, sur concours, au ministère des Travaux Publics. En 1897, il fut promu au poste de directeur des villes et bâtiments pour la Haute-Egypte. En 1907, il retourne à l’administration des Waqfs comme ingénieur en chef (soit le plus haut poste technique). A ce titre, il participa aux travaux du Comité de conservation des monuments de l’art arabe. Outre le complexe de Ka’b al-Akbar (mosquée et maison de rapport édifiées rue al-Nasriyya, au Caire, vers 1920), on lui doit également la nouvelle aile du ministère des Waqfs (ci-dessus) et la mosquée al-Khawass, rue Qantara al-Dikka (1912). Sa démarche professionnelle influença largement l’œuvre de son fils Mustqfa Pacha Fahmy.

19Le nouveau système mis en place en 1926 entraîne tout d’abord la refonte des sections. Ainsi celle des Affaires Municipales est supprimée : elle ne sera réintroduite qu’en 1948 au sein de la jeune Faculté des ingénieurs d’Alexandrie, mais finira par être définitivement supprimée en 1969. La section Irrigation disparaît également, ou plus exactement devient une simple spécialisation de la nouvelle section du Génie civil, tandis que la section Mécanique englobe la sous-section Electronique et qu’une nouvelle section est ouverte : celle de Chimie industrielle. Le tronc commun est réduit à une année, mais si les élèves suivent des cours propres à leur section à partir de la deuxième année, ils poursuivent néanmoins un enseignement général jusqu’en dernière année. Sans entrer dans une analyse détaillée des programmes de ce nouvel enseignement architectural, force est de constater que si celui-ci accorde une place accrue à l’activité de projet, cherchant par ce biais à mieux développer les capacités créatives des élèves, il conserve, par contre, une forte dominante technique. Ce choix n’est pas le fruit du hasard, mais correspond à une politique d’enseignement clairement affichée. A. Wickenden, l’Un des principaux enseignants de la section d’architecture, s’en explique fort clairement dans une brochure consacrée en 1933 aux travaux de cette section :

  • 19 The Department of Architecture, Le Caire, 1933. Plaquette publiée à l'occasion de la 7e exposition (...)

"The idea used to be prevalent that the study of scientific and technological subjects by architectural students is of very minor importance as compared with the purely artistic side of the training. This idea was presumably based on a belief that the true artist is so idealistic as to be above scientific and economic facts. Such a theory may be a possible basis for the treatment of a very few exceptional students but I think it is now generally recognised as an extremely dangerous base upon which to formulate the studies of architectural students in general. In a world that is becoming more scientific every day and in which the commercial problems and complications are ever increasing, I am sure there can be a very small demand for architects who have not the ability to take advantage of the development of modern scientific construction, or are enable to understand the economic conditions under which their work must be carried out"19.

  • 20 D.M. Reid: « Educational and career choices of Egyptian Students: 1882-1922 », in IJMES, vol. 8, n° (...)

20La section architecture ne connut pas de grands succès à ses débuts, et fut même supprimée entre 1896 et 1908 : la carrière d’ingénieur demeura peu prestigieuse de manière générale jusque dans les années 192020. Et si les effectifs globaux de l’Ecole, toutes sections confondues, augmentèrent sensiblement à partir de 1906 (un doublement par rapport à 1886) et doublèrent une nouvelle fois entre 1917 et 1921 pour atteindre 500 élèves, la section d’architecture restera quant à elle faiblement fréquentée jusqu’à l’immédiate après-guerre : l’on dénombre tout au plus une demi-douzaine d’élèves environ par année aux alentours des années 1920, puis entre 1926 et 1946, la moyenne s’élèvera à quelque cinquante élèves répartis dans les trois années.

TABLEAU N° 1. Tableau comparatif des cours dispensés à la section d’architecture selon les trois règlements

TABLEAU N° 1. Tableau comparatif des cours dispensés à la section d’architecture selon les trois règlements
  • 1 Cours dispensés dans le cadre de l’Enseignement général et donc communs à toutes les sections.
  • 1 Programmes publiés dans Décrets et lois du gouvernement égyptien, 1887, pp. 471,513.
  • 2 Selon la loi n° 23 de 1916, programmes publiés dans le Journal Officiel, n° 96 du 9 novembre 1916.
  • 3 Programmes établis par l’arrêté ministériel n° 2782, publié dans le Journal Officiel, supp. n° 72 d (...)

Note *1
Note (1)1
Note (2)2
Note (3)3

6-7. Projets d’élèves de l’Ecole Polytechnique pour l’année 1933 (classe du professeur ’Ali Labib Gabr, élèves de 3e année).

  • 21 Il s'agit du Bulletin des décrets et lois et Documents officiels du gouvernement égyptien (1886-190 (...)
  • 22 Engineering Studies: First Seminar of the deans of the Faculty, décembre 1971, Basra, Le Caire, Ass (...)

21Nous avons pu reconstituer, à partir de quatre sources différentes21, le nombre d’architectes ayant obtenu le diplôme de l’Ecole Polytechnique du Caire, depuis la création de cette section jusqu’en 1946. Jusqu’à cette date en effet, les diplômés sortent d’un seul et unique Département. Par la suite, les lieux de formation vont se diversifier : en 1942, une nouvelle Faculté des Ingénieurs ouvre ses portes à Alexandrie (première promotion en 1947), tandis qu’en 1950, l’ancienne Ecole des Arts et Métiers de ’Ayn Chams est transformée en Faculté des Ingénieurs (première promotion en 1951). En 1957, est également créée à Assiut une Faculté des Ingénieurs (première promotion 1962), suivie, quelques années plus tard par celle de al-Azhar, où l’Enseignement débute en 1964 (première promotion en 1969)22. Au total, depuis la mise en place d’un enseignement autonome jusqu’en 1969, les Ecoles Polytechniques (ou Facultés des Ingénieurs) ont formé 2661 architectes (cf. tableau n° 2).

22La série des chiffres rassemblés montre que, globalement, la proportion de diplômes délivrés à des architectes reste de l’ordre de 9 % du nombre total de diplômes, tout au long de la période postérieure à 1925, ce qui fait de l’architecture l’Une des plus importantes spécialisations des Ecoles Polytechniques. Entre 1886 et 1946, période qui nous intéresse plus particulièrement car elle permet de se faire une idée du lectorat potentiel de la revue al-’imara, l’Ecole Polytechnique a formé 431 architectes.

  • 23 Cf. article sur la Société des Architectes égyptiens publié dans al-'imara, n° 10, 1939.

23Dès 1917, et avant même que leurs confrères de la section Irrigation ne s’engagent dans une initiative de même ordre, les architectes se regroupent au sein d’une Société des Architectes égyptiens, qui recueille 45 adhésions au moment de sa création, soit la quasi- totalité des diplômés (au nombre de 47 en cette même année). Près de vingt ans plus tard, elle compte 220 membres, c’est-à-dire à nouveau une proportion importante des diplômés (273 en 1936)23.

TABLEAU N° 2. Nombre d’architectes diplômés de l’Ecole Polytechnique

TABLEAU N° 2. Nombre d’architectes diplômés de l’Ecole Polytechnique
  • 24 Des fiches biographiques ont pu être établies pour plus de soixante d'entre eux à partir des trois (...)

24Jusqu’en 1946, les jeunes ingénieurs ne purent poursuivre des études au-delà du « Baccalaureus » obtenu au bout de cinq ans d’études. Pour bon nombre de diplômés, les meilleurs éléments de l’Ecole Polytechnique sans doute, et en tout cas pour la totalité de ceux dont l’historiographie égyptienne a retenu le nom24, cette première formation se complétait nécessairement par un séjour à l’étranger, dont la durée pouvait varier de deux à cinq ans. Certains se rendaient dans les écoles européennes à leurs propres frais, d’autres y étaient officiellement envoyés, et donc pris en charge, par leur structure de rattachement, c’est-à-dire par le ministère où ils avaient été recrutés dès leur sortie de l’école.

  • 25 Muhammad 'Alwy 'Abd al-Hadi: A research and a case study in the Administration of Educational Missi (...)
  • 26 Cf. les rapports annuels du ministère des Travaux Publics.

25De 1908 à 1931, les missions scolaires du gouvernement dans le domaine de l’architecture auraient concerné 44 architectes25, dont une grande majorité, soit 32, était envoyée par ce qui demeura longtemps le principal organisme gouvernemental employeur d’architectes : le service des Bâtiments Publics du ministère des Travaux Publics : al-maslaha al-mabani al-amiriyya26.

26Pour 28 d’entre eux, leur destination est connue : et des 16 architectes envoyés à Paris, 2 revinrent diplômés de l’ENS AD (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) dans la section architecture intérieure, et 14 obtinrent le DPLG délivré par l’ENSBA (Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts) ; tandis que 12 autres furent envoyés en Angleterre, à l’Ecole d’Architecture de Liverpool.

  • 27 Cf. les souvenirs de 'Abd al-Mun'im Haykal, lui-même envoyé par al-maslaha al- mabani aux Beaux-Art (...)

27On peut pressentir les raisons de ce double choix. Celui de l’Ecole parisienne des Beaux-Arts doit beaucoup à l’architecte Mustafa Pacha Fahmy (1886-1972), qui dès son entrée au ministère des Travaux Publics en 1920 s’intéressa de près aux missions scolaires de ce ministère. Lui-même était de formation française puisque diplômé de l’ENPC (Ecole des Ponts et Chaussées) et avait assidûment fréquenté les ateliers des Beaux-Arts lors de son séjour à Paris entre 1909 et 1912. S’il n’alla pas jusqu’à obtenir le titre d’architecte, c’est ce métier qu’il exercera pleinement dès son retour en Egypte ; et ses réalisations montrent combien il resta sensible au classicisme académique de l’Ecole de Paris. C’est lui qui encouragea les architectes de al-maslaha al-mabani à se rendre aux Beaux-Arts de Paris, auparavant cette filière concernait principalement les élèves des Beaux-Arts du Caire27.

  • 28 David Watkin: The rise of Architectural History, London, Architectural Press, 1980. Dans son n° 5/6 (...)
  • 29 Le projet fut publié dans The Town Planning Review, vol. XV, décembre 1933, pp. 233-248: Mahmud Rya (...)

28L’administration égyptienne, à dominante britannique, envoyait cependant, de préférence, les membres des Missions scolaires en Angleterre. Le choix de Liverpool doit être surtout attribué au prestige que connaissait alors cette jeune Ecole d’architecture, réputée pour être la meilleure en Angleterre. Créée en 1893 au sein de l’Université de Liverpool, comme Faculté des Arts, des Lettres et d’Architecture, elle fut par la suite rattachée à la Faculté des Ingénieurs de Liverpool. Elle bénéficia de l’ouverture en 1909 de la première chaire d’Urbanisme créée en Angleterre, soit le « Department of civic design »28. Ce fut un domaine où l’Université de Liverpool, par le biais de ce département, joua un rôle pionnier avec la publication, dès 1910, de la revue The Town Planning Review (une référence toujours d’actualité), et une participation importante au premier colloque international de planification urbaine : the Town Planning Conference, organisé à Londres en octobre 1910 à l’initiative du RIBA (Royal Institute of British Architects). Cette ouverture des études d’architecture aux questions urbaines devait nécessairement marquer les élèves égyptiens de l’Ecole : l’Un d’eux, Mahmud Ryad, présenta comme sujet de diplôme, en 1931, un projet de relogement des habitants des ’ichach (habitat précaire et insalubre encore très répandu alors dans les villes égyptiennes) dans le cadre de la restructuration d’Alexandrie29. De manière plus générale, l’on parle encore de nos jours d’un style « Liverpool » inhérent aux œuvres des architectes formés dans cette École.

  • 30 Cf. la brochure L’Université Fouad 1er, Le Caire, Imprimerie de l’Université, 1950.
  • 31 Cf. la plaquette The Department of Architecture, op.cit.

29Cette formation étrangère permit progressivement aux anciens élèves de l’Ecole Polytechnique d’accéder aux postes d’enseignants. Les premiers à être intégrés au personnel de l’Ecole furent deux ingénieurs d’Irrigation, revenus d’Angleterre en 1910. L’Un d’entre eux devint membre du corps enseignant au rang d’assistant, et l’autre fut employé dans l’administration de l’Ecole. Mustafa Pacha Fahmy et ’Ali Labib Gabr (diplômé de Liverpool en 1924) furent les premiers égyptiens à enseigner dès 1925 dans la section d’Architecture et obtinrent des chaires (au rang de ustaz) en 1934, suivis par Hassan et Mustafa Chaf’i à partir de 1943 (tous deux DPLG en 1930 et 1931), puis par Muhammad Charif Na’man en 1945 (Liverpool 1928) et William Salim Hanna en 1950 (PHD Birmingham en 1926)30. Ce mouvement d’égyptianisation demeura cependant timide. Ainsi en 1932, si les 23 assistants (mudarris musa’id) et les 8 maîtres-assistants (mudarris) que compte l’Ecole sont tous égyptiens, 8 des 10 postes de professeurs (ustaz) sont encore occupés par des ingénieurs anglais ou suisses31.

Vers une nouvelle filière :

30Enfin, il faut mentionner la nouvelle filière ouverte dans les années 1910-1920 : celle de l’Ecole des Beaux-Arts, où une formation moins technique mais plus artistique est proposée aux élèves architectes.

31L’école avait été créée par le prince Yussuf Kamal en 1908, et sa direction confiée au sculpteur Guillaume Laplagne, qui s’inspira largement du système français des Beaux- Arts pour l’organisation des études. En 1912, l’Ecole, bien que privée et gérée grâce aux revenus du waqf constitué par le prince à cet effet, fut placée sous le contrôle de l’Etat, en tant qu’École musulmane libre. Elle connut un certain succès dans les années 1920 : plus d’une centaine d’élèves fréquentait alors les cinq classes de l’Ecole : dessin, sculpture, peinture, architecture et décoration. Le sculpteur Mukhtar en fut sans doute l’élève le plus prestigieux. Une vingtaine d’élèves y suivait chaque année l’Enseignement d’architecture dispensé par Henri Piéron, mais le diplôme obtenu après deux ou trois années d’études n’était guère reconnu. Fermée en 1928, alors que ses effectifs n’avaient cessé de décroître, l’Ecole fut réorganisée la même année par son administration de tutelle : le Département de l’Enseignement technique, industriel et commercial du ministère de l’Instruction Publique. La durée du cursus architectural fut dès lors portée à cinq ans et demi, et le diplôme délivré fut désormais reconnu équivalent au « Baccalaureus » de l’Ecole

32Polytechnique. Le peintre Muhammad Nagi (1888-1956) dirigea l’Ecole à partir de 1937, date à laquelle elle devint l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts du Caire.

  • 32 Décompte effectué à partir des listes des diplômes délivrés par année, fournies par l'étude du CAPM (...)

33La section architecture était de loin la plus importante dans le nouveau système ; sa première promotion fut diplômée dès 1933. De 1943 à 1949, c’est d’ailleurs un architecte, formé à Paris mais ancien élève de l’Ecole Polytechnique (promotion 1924), que l’on trouve à la direction de l’Ecole : ’Abd al-Mun’im Haykal (DPLG 1931), tandis que Antoine Salim Nahhas (DPLG 1930) dirige le département d’architecture, où enseignent notamment Hassan Fathy, et Ramsis Wissa Wassef (DPLG 1935). Entre 1920 et 1946, 183 architectes furent formés par les Beaux-Arts du Caire32 (cf. Tableau n° 3).

TABLEAU N° 3. Nombre d’architectes diplômés par l’Ecole des Beaux-Arts du Caire

TABLEAU N° 3. Nombre d’architectes diplômés par l’Ecole des Beaux-Arts du Caire
  • * Il n'y a pas de diplômes délivrés avant 1922, ni entre 1928 et 1933.
  • * * A partir de 1966, le total des diplômes comprend également ceux délivrés par la nouvelle Ecole de (...)

Note **
Note ****

  • 33 La notice sur les formations techniques présentée dans l’annuaire général de l'industrie égyptienne (...)
  • 34 Circulaire n° 8 de 1931 à propos du « Traitement et classe à accorder aux diplômés de l’Ecole des B (...)

34Bien que rattachée en 1950 à l’Université et devenant donc une Faculté, l’Ecole des Beaux-Arts resta néanmoins marginale pendant longtemps. Elle avait pour réputation de former plutôt de bons dessinateurs que de véritables architectes33. Dans la fonction publique, ses diplômés n’obtenaient que des postes mineurs. Une circulaire ministérielle datée de 1931 précise que : « les porteurs du diplôme de l’Ecole des Beaux-Arts pourront être désignés dans la fonction de professeurs de dessin au ministère de l’Instruction Publique et de dessinateurs dans les administrations de l’Etat »34. Par ailleurs, le cursus post-diplôme y fut mis en place plus tardivement qu’à l’Ecole Polytechnique (en 1967 au lieu de 1945).

  • 35 « L’Egypte architecturale actuelle », op.cit.
  • 36 Amalaqa al- 'imara fi al-qarn al- 'ichrin, op.cit.
  • 37 Tawfiq 'Abd al-Gawwad vise ici les réalisations entreprises par les architectes de al-maslaha al-ma (...)

35Ce fut pourtant de cette Ecole minoritaire et marginale que l’on attendit les promesses d’un renouveau architectural, ainsi que le soulignent Max Edrei35 et Tawfiq ’Abd al-Gawwad36 Pour ce dernier, issu cependant de Polytechnique, les Beaux-Arts représentaient la meilleure école : « par son style libre, elle rompit avec la monotonie de l’architecture officielle37, et participa de manière active à la Renaissance artistique du pays ».

36La revue al-’imara lui rendit hommage à sa façon en consacrant un numéro spécial à cette Ecole (n° 4/5 - 1945), présentant les travaux d’une vingtaine de jeunes diplômés.

  • 38 Chiffre donné par Shaban Taha: « The architectural education and needs of the community in Egypt »,(...)

37De nos jours, neuf départements universitaires forment des architectes : sept sont rattachés à des Facultés Polytechniques, et deux à des Facultés des Beaux-Arts. De 1886 à 1972, ces différents départements ont délivré quelque 7300 diplômes. Au total, et jusqu’en 1985, environ 12 000 architectes en seraient issus38.

Les architectes et l’Etat :

38Dans un marché largement dominé par des entreprises générales et des architectes étrangers, qui s’y étaient taillés une réputation difficile à concurrencer, c’est d’abord au service de l’Etat que les architectes égyptiens vont trouver leurs premières possibilités d’expression et de promotion.

  • 39 Nous avons principalement utilisé les études suivantes : Morroe Berger : Bureaucracy and Society in (...)
  • 40 Enquête en 4 volumes publiée par le CAPMAS, entre 1969 et 1976 (cf. note 21). L'échantillon enquêté (...)

39Il est malheureusement difficile, voire impossible, d’avoir une vision statistique homogène de ce phénomène. Les quelques éléments que nous avons pu rassembler sont en effet d’inégale précision suivant les périodes considérées. Pour la première moitié du xxe siècle, nous disposons essentiellement des recensements décennaux, des études menées sur l’évolution de la fonction publique égyptienne39, ainsi que de quelques indicateurs concernant plus particulièrement la place qu’y acquirent les ingénieurs (auxquels les architectes sont assimilés par formation). Les enquêtes sur les professions techniques entreprises vers la fin des années 1960, bien que couvrant une période plus tardive (essentiellement 1945-1965) fournissent par contre un bilan très riche sur la formation et les activités professionnelles des architectes40.

40L’Exploitation des données fournies au chapitre « Emploi » des recensements décennaux s’est révélée au fond plutôt décevante. De 1897 à 1917, les architectes sont englobés dans la catégorie des ingénieurs au sous-chapitre « Professions libérales », sans distinction de nationalité (sauf pour 1897) et de type d’emploi (fonction publique ou exercice libéral). 3611 ingénieurs et architectes sont ainsi recensés en 1897, dont 1011 exerçent au Caire et 1120 sont de nationalité étrangère. Si l’on met en regard ce chiffre avec les promotions de l’Ecole Polytechnique ou même de l’Ecole des Arts et Métiers antérieures à cette date, il apparaît clairement que la définition de « l’ingénieur » ou de « l’architecte » y est pour le moins peu restrictive. L’évaluation de 1917 a vrai semblablement été faite selon des critères plus stricts : le nombre d’ingénieurs et architectes recensés est alors tombé à 3163, dont 51,8 % sont des employés de la fonction publique.

TABLEAU N° 4. Architectes recensés/Architectes diplômés

TABLEAU N° 4. Architectes recensés/Architectes diplômés
  • * Dont 236 travaillent comme employés dans le secteur de l'industrie, des communications et des trans (...)
  • * * Dont 150 travaillent comme employés dans le secteur de l'industrie, des communications et des tra (...)

Note **
Note ****

41De 1927 à 1947, le décompte concerne uniquement les « architectes », et non plus l’Ensemble des ingénieurs, mais n’indique pas toujours la ventilation par type d’emploi et jamais celle par nationalité. La définition de la catégorie professionnelle des « architectes » n’en reste pas moins d’une certaine élasticité ; l’obtention d’un diplôme universitaire n’en constitue pas l’élément déterminant. Le croisement du nombre d’architectes recensés avec le nombre d’architectes diplômés (cf. tableau n° 4) montre néanmoins une légère évolution dans le temps. En 1927, seul le dixième de la profession recensée peut se prévaloir du titre d’architecte en fonction d’une formation spécifique effectuée en Egypte. En 1947, la proportion est passée au tiers.

42L’écart entre ces chiffres peut s’expliquer en partie par le grand nombre d’architectes étrangers que l’on trouve encore en Egypte jusque dans les années 1940, mais surtout par la faible défense du titre, puisque nombreux étaient ceux qui faisaient office d’architectes sans en avoir réellement la qualification dûment sanctionnée par des études. Ainsi la maîtrise d’œuvre pouvait être assumée aussi bien par des entreprises générales, que par des ingénieurs civils, par des dessinateurs ou encore par des techniciens diplômés de l’Ecole des Arts et Métiers, tels que contremaîtres et conducteurs de travaux... A Alexandrie, par exemple, dans les années 1930, l’ingénieur civil-entrepreneur Muhammad ’Awad, effectuait un travail d’architecte lorsqu’il était seul maître d’œuvre (les projets portaient alors la mention d’entrepreneur-architecte), et redevenait simple entrepreneur lorsqu’un architecte avait été choisi par le client.

  • 41 Cf. William Angliker: Industrial and commercial education in Egypt, Le Caire, 1935, p. 51.
  • 42 Chiffres fournis par la Statistique scolaire, op.cit. Moore, op.cit., indique qu'en 1946, les 4/5 d (...)
  • 43 Enquête CAPMAS, op.cit. Il s'agit là, bien entendu, de l’Emploi principal des individus enquêtés, c (...)

43Le recensement de 1947 indique par ailleurs que 36,4 % des architectes, soit 710 individus, travaillaient alors dans les administrations de l’Etat. Il s’agit là vraisemblablement des diplômés. De fait, jusqu’en 1933, la quasi totalité des élèves de l’Ecole Polytechnique entrait dans la fonction publique dès la fin des études41. Au cours de la décennie suivante, le pourcentage oscilla entre 60 et 70 % des promotions42. Selon l’Enquête effectuée par le CAPMAS, et qui porte sur 65 % des architectes diplômés par l’Ecole Polytechnique ou l’Ecole des Beaux-Arts depuis leur fondation respective jusqu’en 1970, les 9/10 de l’échantillon enquêté étaient effectivement employés par le secteur public43.

44La fonction publique en Egypte, du moins jusqu’à très récemment, n’était pas — faut-il souligner ? — une fonction au rabais, même si les salaires qui y étaient proposés étaient une source constante de mécontentement pour les fonctionnaires.

  • 44 Cf Ayubi, op.cit., p. 116 et sq.
  • 45 Cf. D.M. Reid, article cité.
  • 46 Morroe Berger, op.cit., p. 29 et sq

45En tant qu’ingénieurs, les architectes allaient y trouver naturellement leur place : on sait les liens étroits qu’entretiennent, dans l’Egypte moderne, Etat, formation universitaire et compétencé technique44. Concrètement, depuis les réorganisations administratives de Cromer en 1892, un certificat universitaire était devenu une garantie d’emploi. Au même moment certes, le recrutement anglais des postes de responsabilité était systématisé, et notamment dans l’armée, les finances et les travaux publics. Ainsi jusqu’à la première guerre mondiale, la totalité des promotions annuelles de l’Ecole Polytechnique fut absorbée par le ministère des Travaux Publics. Le personnel égyptien de ce ministère tripla de ce fait entre 1896 et 1919, passant de 514 employés en 1896 à 1414 aux lendemains de la guerre. Mais le nombre de fonctionnaires étrangers, monopolisant les postes les plus élevés, s’accrut, quant à lui, dans des proportions beaucoup plus importantes dans le même intervalle de temps : l’on dénombrait en effet 72 fonctionnaires européens en 1898 (dont 28 britanniques) contre 438 en 191945. En 1920, la mission Milner décomptait moins d’un quart d’Egyptiens dans les hautes fonctions, mais la proportion allait être amenée à s’accroître, étant donné que le processus d’égyptianisation fut accéléré à partir de 1922, date à laquelle l’Egypte acquit, du moins formellement, son indépendance46.

  • 47 Cf Anne Lazarev : La communauté italienne en Egypte, 1919-1939 : une italianité à l'épreuve des nat (...)

46La loi n° 28 de 1923, publié au Journal Officiel du 21 juillet 1923, précise en effet les conditions de mise à la retraite ou de licenciement des fonctionnaires, employés ou agents de nationalité étrangère travaillant au service de l’Etat égyptien. Elle concerne tous les fonctionnaires ressortissants des puissances capitulaires (mais non pas les anciens sujets de l’Empire Ottoman) à l’Exception du personnel des Tribunaux Mixtes, de la Caisse de la Dette Publique, de la Municipalité d’Alexandrie et du Service Quarantenaire. Les modalités de démobilisation graduelle du personnel étranger prévoyaient plusieurs systèmes d’indemnisation suivant les délais de départ proposés par les intéressés eux- mêmes. Dans tous les cas de figure, les indemnités versées étaient tout à fait confortables, à tel point que l’on ne compta plus les fonctionnaires immédiatement démissionnaires. Il se trouva même des associations d’employés étrangers, telle celle regroupant les Italiens, pour demander que la liquidation soit étendue aux quatre administrations exclues par la loi, afin que leur personnel puisse également bénéficier des généreuses mesures d’indemnisation47

47Les architectes égyptiens sauront tirer parti d’un tel processus. Quasi inexistants, numériquement parlant, avant les années 1920, ce processus les concerne pleinement. D’une certaine manière, l’histoire leur sourit.

  • 48 Ministry of Education: Final report of the University Commission, Cairo, 1921.

48Par ailleurs la demande est forte, et surtout au ministère des Travaux Publics, qui reste leur principal employeur. Pour couvrir ses besoins, ce ministère avait estimé qu’il lui faudrait recruter 100 ingénieurs par an pendant 10 ans pour la période 1920-193048. Or les promotions de l’Ecole Polytechnique ne pouvaient que pour moitié satisfaire cette demande : on eut largement recours aux étrangers au sommet de la hiérarchie ainsi qu’à du personnel moins qualifié (tel celui issu des Beaux-Arts ou des Arts et Métiers) pour le cadre de base ; mais l’on travailla également au développement de l’Ecole Polytechnique.

  • 49 A.H. Perry: Annual report on the Department of Towns and State Buildings for 1910, Le Caire, 1912.
  • 50 Ministère des Finances : Budget du gouvernement égyptien pour 1935/36, Le Caire, 1936.

49Bien que cette demande concernât surtout les grands travaux d’irrigation, elle était aussi motivée par l’Essor donné à al-maslaha al-mabani (qui, outre un programme ambitieux de constructions neuves, gérait déjà en 1910 un parc de 1137 bâtiments publics49), ainsi qu’aux services de la voirie, des égouts, et de la ville du Caire, où les architectes trouvèrent aisément à s’employer. En 1935, al-maslaha al-mabani n’employait pas moins de 304 fonctionnaires, dont pour moitié des ingénieurs de grade élevé (grade acquis soit par expérience, soit sur titre : c’est-à-dire en premier lieu les diplômés de l’Ecole Polytechnique), et comptait 8 postes de direction réservés aux ingénieurs de grade 1 ou 250.

  • 51 Ayubi, op.cit. pp. 354 et sq.
  • 52 En 1969, 3,5 % des ingénieurs issus de l’Ecole Polytechnique et 3,2 % des architectes issus de la m (...)
  • 53 Une circulaire datée de 1930 apporte à cet égard une mise au point intéressante. Répondant à une de (...)

50Dans l’élite bureaucratique, graduellement égyptianisée (le processus est conforté par les accords de Montreux de 1936), les ingénieurs vont se réserver une place de choix. Ils grimpent aisément dans la hiérarchie : dans le cabinet de 1952, l’on dénombre 13,3 % d’ingénieurs parmi les ministres. La tendance ira croissant puisqu’en 1964, ce même pourcentage est passé à 31,4 %51. Par ailleurs, les salaires qu’ils obtiennent dans la fonction publique sont les plus élevés, et dépassent largement ceux des médecins, par exemple52. Les architectes, quant à eux, vont tenter de faire valoir leur formation à l’étranger53 : toutes proportions gardées les détenteurs de diplômes supérieurs (PHD ou équivalent, tel le DPLG) sont plus nombreux parmi les architectes, que parmi les ingénieurs des autres disciplines. Certains totalisent ainsi plus de dix années d’études, ce qui leur donne des compétences accrues, et leur permet de solliciter l’accès aux plus hautes fonctions - mais pas nécessairement dans leur domaine principal de compétence. Ainsi, dans les années 1960, le directeur général de la Banque Centrale n’est autre qu’un architecte, Mahmud Fikri al-Alfi, ayant poursuivi ses études aux Etats-Unis (MA en 1952) après un cursus architectural effectué en Egypte. D’autres deviendront ministres - cas de figure inconnu dans le système français.

  • 54 Une biographie de Mustafa Pacha Fahmy fut notamment publiée par Tawfiq 'Abd al- Gawwad, in 'Amalaqa (...)

51La carrière la plus prestigieuse et la plus exemplaire est sans conteste celle de l’architecte Mustafa Pacha Fahmy, que la profession célèbre aujourd’hui comme l’Un de ses pères. Dès son retour de France, Mustafa Fahmy travailla comme ingénieur du Palais de Ras al-Tin à Alexandrie, entre 1912 et 1920. En 1921, il entre, à un grade déjà important, à al-maslaha al-mabani al-amiriyya, dont il sera promu architecte en chef deux ans plus tard - jusqu’alors le poste était occupé par des étrangers. En 1927, il en devient directeur général adjoint ; et en 1933 directeur général. En 1940, il prend la direction générale du Tanzim, tout en assumant les fonctions d’architecte en chef des Palais Royaux. En 1945, il est nommé directeur général de la Municipalité d’Alexandrie, et demeure à ce poste jusqu’en 1949, bien qu’il ait dépassé, depuis 1946, l’âge de la retraite. En novembre 1949, il devient ministre des Travaux Publics, puis dirige, à partir de 1950, la toute jeune Municipalité du Caire, créée l’année précédente54. En tant qu’homme de l’ancien régime, sa carrière s’interrompit brutalement en 1952.

8. Immeuble du rapport Chawarbi, rue Emad al-Din, Mustafa Pacha Fahrmy, architecte (1925J.

  • 55 Son PHD avait, significativement, pour titre Industrialization of Egypt and a case study of the iro (...)
  • 56 Cf. sa biographie in 'Alam al-bina', n° 10, mai 1981.

52Pour être particulière, la carrière de Mustafa Pacha Fahmy ne représente pourtant pas un cas unique. Ainsi l’architecte ’Aziz Sidqy, né en 1920, suivra un itinéraire sensiblement identique. De formation solide puisqu’il cumule un diplôme de l’Ecole Polytechnique du Caire obtenu en 1944, un Master en Architecture de l’Université de Oregon en 1947, puis un Master d’Urbanisme de l’Université de Harvard (1949) et enfin un PHD de Planification régionale de la même université (1951)55, ’Aziz Sidqy débuta comme enseignant à la Faculté des Ingénieurs d’Alexandrie, puis travailla à des projets de nouveaux villages, après 1952, dans la province de la Libération, prévus pour accompagner les travaux de bonification des terres. En 1956, il est nommé ministre de l’Industrie et demeure à ce poste jusqu’en 1965. Entre 1967 et 1972, il assume les fonctions de premier ministre. Plus récemment encore, un autre architecte, Hassan Muhammad Hassan, diplômé de l’Ecole Polytechnique en 1938, deviendra également ministre. Lui aussi commence sa carrière au ministère des Travaux Publics et la poursuivra comme président des conseils d’administration de différentes sociétés publiques d’aménagement, entre 1963 et 1973. En 1972, il préside la Chambre des industries du bâtiment et de la construction. En 1975, il dirige l’administration générale des coopératives d’habitat et devient ministre de l’Habitat en 197656.

53Moins spectaculaires, mais néanmoins brillantes, sont les carrières de Muhammad Raafat, de ’Uthman Rifky Rustum, ou encore de Mahmud Ryad. Né en 1892, Muhammad Raafat sortit de l’Ecole Polytechnique en 1918, et fut le premier « Bachelor of Architecture » égyptien issu de l’Ecole d’Architecture de Liverpool (1923). Il entre alors au service des bâtiments de l’administration des Chemins de fer de l’Etat. En 1940, il en assume la direction : là encore, c’est le premier égyptien à obtenir ce poste. En 1947, il est ingénieur en chef de la Municipalité d’Alexandrie, et en deviendra le directeur général trois ans plus tard, succédant ainsi à Mustafa Pacha Fahmy.

  • 57 Guide to technical and scientific workers, op.cit.

54’Uthman Rifky Rustum, né en 1895, diplômé en 1920 de l’Ecole Polytechnique, effectua, quant à lui un séjour d’études aux Beaux-Arts de Paris, entre 1922 et 1925, avant d’entrer à al-maslaha al-mabani. En 1927, il est détaché au ministère des Waqf-s. De 1941 à 1950, il occupe un poste important au Département des Antiquités ; en 1950, il prend la direction du Musée copte tout en assumant la chaire d’histoire de l’architecture à l’Université de’Ayn Chams à partir de 195257.

55Quant à Mahmud Ryad (promotion 1928 de l’Ecole Polytechnique et promotion 1931 de l’Ecole de Liverpool), il commença sa carrière au ministère des Waqf-s. En 1942, il devint directeur de travaux du service des bâtiments de ce même ministère. A ce titre, il put mettre à profit ses compétences d’urbaniste acquises à Liverpool, en dirigeant les travaux d’aménagement de Madina al-Awqaf sur la rive gauche du Nil, dont une partie des terrains fut par la suite concédée à une Coopérative d’ingénieurs et forma donc le quartier de Muhandissin. Entre 1953 et 1960, Mahmud Ryad dirigea la Municipalité du Caire, et c’est ainsi qu’il fut amené à en dessiner les nouveaux locaux, situés sur la place Tahrir. Sur cette même place, lui fut également confiée la conception du siège social de la Ligue Arabe, dont les travaux furent achevés en 1960.

56Il serait fastidieux de multiplier plus avant les exemples. D’autant qu’en l’absence de données précises, il demeure difficile de distinguer entre le lot commun et les cas d’espèce. Ces quelques éléments nous permettent cependant d’entrevoir l’étendue des pouvoirs obtenus par les architectes au sein de l’Etat. La perte de vitesse que connaissait alors le corps des ingénieurs d’irrigation, selon l’hypothèse développée par Ghislaine Alleaume, explique sûrement pour partie la genèse de « l’irrésistible ascension » de leurs collègues architectes dans les structures administratives égyptiennes. Ils vont aussi profiter de l’émergence pressante des questions d’urbanisme, qui leur seront tout naturellement confiées. La mise en place d’une formation spécifique dans le domaine de l’aménagement urbain sera tardive : la première section d’urbanisme sera en effet ouverte en 1964, lorsqu’est créée une Faculté des Ingénieurs au sein de l’Université de al-Azhar. Or les architectes surent montrer qu’ils étaient sensibles aux questions urbaines et capables de les affronter, grâce en partie à l’Enseignement reçu dans les Universités étrangères.

57L’évolution des préoccupations de la revue al-’imara et des sujets traités dans ses pages indique clairement la volonté de sa rédaction de réorienter la pratique professionnelle vers l’aménagement du territoire. Mais dans un pays qui, en 1937, possédait une population encore rurale à 70 %, il était logique que cette nouvelle préoccupation se traduise en premier lieu par une réflexion sur la « Réforme de la campagne égyptienne ».

Notes

1 Cf. Annie Jacques : La carrière de l’architecte au xixe siècle, Paris, 1986, p. 5 et sq.

2 « Illégalité » est ici employé dans le sens où ces constructions ne se soumettent pas à la procédure de dépôt de permis de construire, et sont édifiées sur des terrains en principe inconstructibles, pour lesquels les titres de propriété ne sont pas toujours légaux. Il est généralement estimé que ce type de production représente 80 % de la production totale de logements.

3 Cité in L’habitat urbain dans l’Orient arabe : éléments d’architecture, op.cit., qui présente et traduit divers passages de l’ouvrages de L.A. Mayer : Islamic architects and their works, Genève, Albert Kundig, 1956.

4 Cité in L'habitat urbain..., op.cit., p. 26 et sq

5 Pratique encore largement répandue, puisque les immeubles contemporains portent plus volontiers le nom de leur propriétaire que celui de leur architecte, lorsque ces immeubles ne sont pas tout bonnement anonymes ; ce qui demeure le cas le plus fréquent.

6 Cf. Nelly Hanna: Construction work in Ottoman Cairo (1517-1798). Cahier n° 4, supplément aux Annales Islamologiques, Le Caire, IFAO, 1984, p. 38 et sq.

7 Cf. Nelly Hanna, op.cit. ainsi que Howard Crane (ed.): Risale-i mi'mariyye: An early seventeenth-century ottoman treatise on Architecture, Leyden, 1987, p. 30 et sq.

8 Gaston Wiet : Mohammed Aly et les Beaux-Arts, Le Caire, 1953.

9 Un cours d'architecture existait auparavant dans cette même Ecole ; la responsabilité en était confiée à l’architecte allemand Julius Franz (1831-1915) dans les années 1870 (cf. Edouard Dor : L'instruction publique en Egypte, Paris, 1872). Ce cours était plutôt destiné à fournir une culture générale aux futurs ingénieurs d'irrigation qu'à former réellement des architectes. Certains de ces ingénieurs, tels 'Ali Pacha Mubarak ou Mahmud Pacha Fahmy, séduits par la construction, eurent d'ailleurs l'occasion de réaliser des bâtiments publics, bien que n'ayant pas reçu une réelle formation d'architecte.

10 Pour l'histoire de cette Ecole, nommée successivement Dar al-Handassa, Muhandiskhanna, Madrassa al-Handassa et Kulliyya al-Handassa, cf. J. Heyworth-Dune : An introduction to history of education in Modem Egypt, 1968.

11 C'est le cas notamment de Mahmud Pacha Fahmy (1856-1927), un ingénieur d'irrigation, « devenu » architecte au cours de sa carrière

12 Voir, à ce propos, l'intervention de Ghislaine Alleaume au séminaire CEDEJ-IFAO, séance du 4 février 1986, sous le titre : « Le génie des ingénieurs"

13 Dont les programmes furent publiés dans le Bulletin des Lois et Décrets et Documents Officiels du Gouvernement égyptien. Le Caire, Imprimerie Nationale, 1887, pp. 471-513.

14 Selon la loi n° 23 de 1916, publiée dans le Journal Officiel du 9 novembre 1916. (15) Cent ans de vie suisse au Caire, Livre d'Or publié en 1948, avec des documents réunis par J.R. Flechter.

15 Cents ans de vie suisse au Caire, Livre d’Or publié en 1948, avec des documents réunis par J.R. Flechter.

16 Ce que confirme Clément Moore in Images of development: Egyptian Engineers in search of Industry, Princeton, MIT Press, 1980. Pour Clément Moore, 1926 est bien une date-clé: « The Anglo-swiss engineering pedagogy of the 1920s had apparently been institutionalized » (p. 64). Peu de changements interviendront par la suite.

17 Loi du 10 mai 1926, publiée dans le Journal Officiel, n° 46, en date du 17 mai 1926. Les programmes furent fixés par l’arrêté ministériel n° 2782 de 1926, publiés in J.O., supplément au n° 72, 1926.

18 Charles Andreae fut le dernier doyen étranger de l’Ecole Polytechnique égyptienne. Robert Miche y enseigna la statistique de 1925 à 1930, tandis qu'au Département d'Architecture, Geering enseigna les constructions civiles et le béton armé et Schwyzer la théorie des structures entre 1925 et 1937, cf. Cent ans de vie suisse au Caire, op.cit.

19 The Department of Architecture, Le Caire, 1933. Plaquette publiée à l'occasion de la 7e exposition annuelle des travaux des élèves.

20 D.M. Reid: « Educational and career choices of Egyptian Students: 1882-1922 », in IJMES, vol. 8, n° 3, 1977, pp. 349-378.

21 Il s'agit du Bulletin des décrets et lois et Documents officiels du gouvernement égyptien (1886-1902), du Journal Officiel (1911-1921), de La Statistique scolaire (1912- 1948), et de l’Enquête menée par le CAPMAS entre 1969 et 1972 sur les professions techniques en Egypte : Al-mu'ahhilat w al-kifayyat al-'ilmiyya fi misr, min mugtama' al- mihan al-handassiyya hata 'am 1969 [Diplômes et compétences scientifiques de l’Ensemble des professions techniques en Egypte jusqu'en 1969]. Le rapport publié compte 4 volumes, le premier est consacré aux diplômés de l’Ecole Polytechnique, le deuxième à ceux des Instituts supérieurs de l'Industrie, le troisième à ceux du département d'architecture de l’Ecole des Beaux-Arts, et le dernier aux diplômés des Ecoles des Arts et Métiers.

22 Engineering Studies: First Seminar of the deans of the Faculty, décembre 1971, Basra, Le Caire, Association of arab Universities, 1973

23 Cf. article sur la Société des Architectes égyptiens publié dans al-'imara, n° 10, 1939.

24 Des fiches biographiques ont pu être établies pour plus de soixante d'entre eux à partir des trois sources suivantes : Guide of technical and scientific workers in Egypt, Cairo, National Research Council, 1953, 'An al-mi'mariyyin al-misriyyin al-rahilin al-hasilin 'ala chahadat al-taqdiriyya [A propos de quelques architectes égyptiens, qui furent primés pour leurs œuvres, mais sont aujourd'hui disparus], doc. miméo, Le Caire, 1985, Bibliographical guide of arab cultural values, op.cit. Par ailleurs, L’annuaire des scientifiques égyptiens, publié en deux volumes (1976 et 1980) par l’académie de la Recherche scientifique du Caire recense 185 architectes ayant poursuivi leurs études au-delà du Baccalaureus : 85 % d'entre eux ont effectué leurs études post-diplômes à l'étranger.

25 Muhammad 'Alwy 'Abd al-Hadi: A research and a case study in the Administration of Educational Missions program in Egypt from 1813 to 1955, PHD, Le Caire, 1956 et notamment le tableau 124.

26 Cf. les rapports annuels du ministère des Travaux Publics.

27 Cf. les souvenirs de 'Abd al-Mun'im Haykal, lui-même envoyé par al-maslaha al- mabani aux Beaux-Arts de Paris, in Rihla haya, op.cit., p. 51 et sq

28 David Watkin: The rise of Architectural History, London, Architectural Press, 1980. Dans son n° 5/6 de 1942 (pp. 163-170), al-'imara présente un historique de l’Ecole de Liverpool, ainsi qu'une liste des diplômés égyptiens de cette Ecole avec leur fonction en 1942. L’article est dû à Tawfiq 'Abd al-Gawwad, lui-même ancien élève de Liverpool.

29 Le projet fut publié dans The Town Planning Review, vol. XV, décembre 1933, pp. 233-248: Mahmud Ryad: « Alexandria: its town planning developments ». Sur la question des 'ichach à Alexandrie, voir Robert Ilbert : « Egypte 1900, habitat populaire, société coloniale », communication présentée en mai 1986 au colloque franco-britannique Etats, villes et mouvements sociaux dans le monde arabe.

30 Cf. la brochure L’Université Fouad 1er, Le Caire, Imprimerie de l’Université, 1950.

31 Cf. la plaquette The Department of Architecture, op.cit.

32 Décompte effectué à partir des listes des diplômes délivrés par année, fournies par l'étude du CAPMAS (cf. note 21).

33 La notice sur les formations techniques présentée dans l’annuaire général de l'industrie égyptienne, Le Caire, 1939, indique : Il existe des cours d'architecture à l’Ecole Polytechnique, de dessin architectural à l’Ecole des Beaux-Arts, de devis de bâtiments à l’Ecole des Arts et Métiers ».

34 Circulaire n° 8 de 1931 à propos du « Traitement et classe à accorder aux diplômés de l’Ecole des Beaux-Arts fondée par S.E. le prince Yussuf Kamal », Journal Officiel, n° 31, 30 mars 1931.

35 « L’Egypte architecturale actuelle », op.cit.

36 Amalaqa al- 'imara fi al-qarn al- 'ichrin, op.cit.

37 Tawfiq 'Abd al-Gawwad vise ici les réalisations entreprises par les architectes de al-maslaha al-mabani, dont il juge l’action nécessaire et pionnière, mais aussi routinière et encore limitée.

38 Chiffre donné par Shaban Taha: « The architectural education and needs of the community in Egypt », UIA reports, doc. miméo., Le Caire, 1985, pp. 297 et sq. A titre de comparaison, l’angleterre compte aujourd'hui 30 000 architectes et 6 000 urbanistes, et la France 23 000 architectes, dont 50 % ont moins de 40 ans. Les chiffres égyptiens se rapprochent plutôt de ceux de la Turquie, puisqu'en 1950, l'on y dénombrait moins de 400 architectes, en 1960 moins de 900, en 1970 environ 4.000, et en 1980 plus de 10.000 (d'après la Turkish Chamber of Architects, cité par Atilla Yücel, in Modem Turkish Architecture, Holod and Evin (ed.), Pennsylvania, 1984, p. 150.

39 Nous avons principalement utilisé les études suivantes : Morroe Berger : Bureaucracy and Society in Modem Egypt : a study of the higher civil service, Princeton, 1957. Nazih N.M. Ayubi: Bureaucracy and politics in contemporary Egypt, London, St. Anthony's, 1980.

40 Enquête en 4 volumes publiée par le CAPMAS, entre 1969 et 1976 (cf. note 21). L'échantillon enquêté portait sur 1815 diplômés de l’Ecole Polytechnique (soit 73 % des architectes ayant obtenu leur titre entre 1910 et 1969) et 627 diplômés de l’Ecole des Beaux-Arts du Caire (soit 46 % des architectes diplômés entre 1933 et 1972).

41 Cf. William Angliker: Industrial and commercial education in Egypt, Le Caire, 1935, p. 51.

42 Chiffres fournis par la Statistique scolaire, op.cit. Moore, op.cit., indique qu'en 1946, les 4/5 des ingénieurs de la classe A (c'est-à-dire la plus haute classe à laquelle permet d'accéder le diplôme de l’Ecole Polytechnique) travaillaient encore dans les administrations publiques.

43 Enquête CAPMAS, op.cit. Il s'agit là, bien entendu, de l’Emploi principal des individus enquêtés, ce qui n'exclue nullement un exercice libéral en parallèle. Rappelons, par ailleurs, que depuis 1964, l’Etat est tenu de fournir un emploi aux diplômés des universités égyptiennes.

44 Cf Ayubi, op.cit., p. 116 et sq.

45 Cf. D.M. Reid, article cité.

46 Morroe Berger, op.cit., p. 29 et sq

47 Cf Anne Lazarev : La communauté italienne en Egypte, 1919-1939 : une italianité à l'épreuve des nationalismes. Mémoire de maîtrise, Paris I, 1987, pp. 76 et sq.

48 Ministry of Education: Final report of the University Commission, Cairo, 1921.

49 A.H. Perry: Annual report on the Department of Towns and State Buildings for 1910, Le Caire, 1912.

50 Ministère des Finances : Budget du gouvernement égyptien pour 1935/36, Le Caire, 1936.

51 Ayubi, op.cit. pp. 354 et sq.

52 En 1969, 3,5 % des ingénieurs issus de l’Ecole Polytechnique et 3,2 % des architectes issus de la même Ecole touchent des salaires supérieurs à 150 L.E. par mois, tandis que dans cette même catégorie ne se regroupent que 0,37 % des médecins et 1,5 % des pharmaciens.

53 Une circulaire datée de 1930 apporte à cet égard une mise au point intéressante. Répondant à une demande formulée par de nombreux fonctionnaires, celle-ci indique que les formations à l'étranger ne peuvent à elles seules justifier une majoration des traitements, et que le fonctionnaire concerné « devra faire la preuve pendant 4 ans d'une capacité exceptionnelle et d'une certaine supériorité, grâce à ses connaissances acquises à l'étranger », cf. circulaire n° 40 de 1930, Journal Officiel, n° 119 de 1930.

54 Une biographie de Mustafa Pacha Fahmy fut notamment publiée par Tawfiq 'Abd al- Gawwad, in 'Amalaqa al-'imara fi al-qarn al-'ichrin, op.cit. Les dates, quelque peu fantaisistes, indiquées par cet auteur ont été rectifiées grâce aux arrêtés de nomination parus dans différentes livraisons des J.O.

55 Son PHD avait, significativement, pour titre Industrialization of Egypt and a case study of the iron and steel industry, Harvard, 1951.

56 Cf. sa biographie in 'Alam al-bina', n° 10, mai 1981.

57 Guide to technical and scientific workers, op.cit.

Notes de fin

1 Cours dispensés dans le cadre de l’Enseignement général et donc communs à toutes les sections.

1 Programmes publiés dans Décrets et lois du gouvernement égyptien, 1887, pp. 471,513.

2 Selon la loi n° 23 de 1916, programmes publiés dans le Journal Officiel, n° 96 du 9 novembre 1916.

3 Programmes établis par l’arrêté ministériel n° 2782, publié dans le Journal Officiel, supp. n° 72 de 1926.

* Il n'y a pas de diplômes délivrés avant 1922, ni entre 1928 et 1933.

* * A partir de 1966, le total des diplômes comprend également ceux délivrés par la nouvelle Ecole des Beaux-Arts d'Alexandrie.

* Dont 236 travaillent comme employés dans le secteur de l'industrie, des communications et des transports.

* * Dont 150 travaillent comme employés dans le secteur de l'industrie, des communications et des transports.

Table des illustrations

Légende 4. Siège de la Société des ingénieurs, rue Ramsès, Mustafa Pacha Fahmy architecte (1930)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 5. Façade du ministère des Waqfs, Mahmud Fahmy, architecte (c. 1915) — Le Caire.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre TABLEAU N° 1. Tableau comparatif des cours dispensés à la section d’architecture selon les trois règlements
Légende Note *1Note (1)1Note (2)2Note (3)3
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 6-7. Projets d’élèves de l’Ecole Polytechnique pour l’année 1933 (classe du professeur ’Ali Labib Gabr, élèves de 3e année).
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre TABLEAU N° 2. Nombre d’architectes diplômés de l’Ecole Polytechnique
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/878/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU N° 3. Nombre d’architectes diplômés par l’Ecole des Beaux-Arts du Caire
Légende Note **Note ****
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/878/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU N° 4. Architectes recensés/Architectes diplômés
Légende Note **Note ****
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/878/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 8. Immeuble du rapport Chawarbi, rue Emad al-Din, Mustafa Pacha Fahrmy, architecte (1925J.
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/878/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 827k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540