Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ONG et autoritarisme au Soudan : l’eau en question

 | 
Micaël Nègre

II - l'association coopérative du bloc 27 : un projet de développement local à l'épreuve de l'emprise du régime

Chapitre III. Les limites d’un si bel exemple de développement auto-géré

Entrées d'index

Mots clés :

autoritarisme, eau, Soudan

Texte intégral

Les compétences personnelles : un élément déterminant ?

1Avant d’aborder ce nouveau point, il semble nécessaire de préciser qu’il ne s’agit pas, ici, de critiquer le travail concret et les réalisations des membres de l’Association qui répondent aux besoins d’une population démunie et font preuve d’efficacité et de dynamisme dans ce domaine. Cependant, il paraît important de tenter d’éclairer le positionnement social et politique des membres de l’instance dirigeante. Si les membres de l’Association étaient hors de la société, il conviendrait à ce titre de ne s’intéresser qu’à leur capacité à remplir leur fonction. Cependant, ils sont aussi socialement insérés au sein de la communauté des habitants du secteur et, donc, dans le système des tribus qui la composent. Par ailleurs, la plupart d’entre eux font aussi partie de la société politique soudanaise au moins au niveau local, en étant impliqués au sein du comité populaire local. On peut donc se demander si l’appartenance sociale et l’activité politique peuvent jouer en faveur, ou non, de l’accessibilité à des postes de responsabilité au sein de l’Association. La réponse à cette question est importante pour deux raisons. Premièrement, du fait des ambiguïtés qu’elle recèle. Il n’est, en effet, pas aisé de cerner lequel de ces facteurs est déterminant dans le processus d’accession aux postes à responsabilités. D’autant plus que, comme on le verra, la plupart des membres sont des acteurs nodaux qui bénéficient à la fois des compétences nécessaires à leur fonction et d’un statut privilégié au sein du système tribal et, ce, tout en étant impliqués politiquement. D’autre part, tout en éclairant la position des membres de l’Association sur la scène politique soudanaise, cette analyse éclaire sur les risques de récupération par les autorités publiques liées au régime de tels projets communautaires en d’autres lieux.

2En première approche, les membres du Conseil d’administration ne justifient leur présence à ce niveau de responsabilités qu’en fonction de leurs compétences personnelles qui ont été démontrées par leurs actions depuis le lancement du projet par ACF et jusqu’à ce jour. Dans leur discours, le fait d’appartenir à telle ou telle tribu ne constitue pas un avantage décisif dans l’accession au Conseil d’administration, pas plus que le fait de jouer un rôle politique local. De plus, le critère de la compétence individuelle a été, selon eux, déterminant dans les deux phases de l’évolution du comité. Dans un premier temps, le responsable d’ACF avait rencontré divers membres du comité populaire local, ce qui avait abouti à la création d’un quartette chargé de préparer la mise en route du projet et du comité. Les représentants des habitants au sein du comité avaient ensuite été choisis selon un processus en deux temps : tout d’abord, via la désignation par la communauté de quinze grands électeurs pour chacun des quatre blocs ; puis à travers le vote de ces derniers.

  • 1 Entretien avec Hassan, avril 2003.

« ACF a d’abord parlé aux membres du comité populaire. Ensuite, la communauté a choisi les hommes qui étaient reconnus pour leur sérieux et qui travaillaient bien, pas forcément les chefs des tribus les plus importantes.1 »

3Aujourd’hui, l’Association est ouverte à tous les résidents désireux d’en faire partie, et toujours selon les dires des différents membres du Conseil d’administration, c’est encore le critère de la compétence qui a primé lors des votes de l’Assemblée générale et qui devra primer lors des élections qui se tiendront dans le futur.

  • 2 Entretien avec Abashar, avril 2003.

« Lors de l’élection du Conseil d’administration, les gens choisissent qui ils veulent, qu’il fasse parti du comité populaire ou pas, d’une tribu importante ou pas. Il y a des élections tous les deux ans et la communauté peut dire à celui-là : “Tu restes encore deux ans”, et à celui-là : “Tu pars”, en fonction de comment il a travaillé. Ça peut être un chef de tribu, l’imâm de la mosquée, une femme importante, un professeur ou n’importe qui d’autre.2 »

4Abdallah, vice-président du Comité exécutif, ajoute par ailleurs que le fait que les membres soient choisis en fonction de leurs compétences explique le fait que 90 % des membres du premier comité aient été réélus au sein du Conseil d’administration actuel.

  • 3 Ali et Takhna, op.cit., p.85-88.

5Que penser de ces affirmations ? Est-ce que le rôle des affiliations tribales et politiques est si secondaire que ça, alors même qu’ACF a cherché explicitement à mettre sur pied un comité représentatif et respectueux des structures sociales et politiques existantes ? Pour tenter d’apporter des éléments de réponse, il convient de s’appuyer sur les renseignements obtenus quant au statut social et à l’activité politique de différents membres. D’autre part, quelques indications données par les auteurs de l’évaluation finale du programme « eau et assainissement » se révèlent utiles : elles livrent, en effet, une courte analyse socio-politique des quartiers visés par le projet d’ACF et fournissent, de ce fait, quelques éléments de comparaison avec les autres blocs où un projet similaire a été mené3.

Ambiguïtés quant à l’importance de l’appartenance tribale

6Aux yeux des membres du Conseil d’administration, la légitimité de l’Association dépend en partie de sa capacité à représenter les différents segments et, donc, les différentes tribus de la communauté. Néanmoins, cette nécessité n’aboutit pas à la monopolisation des différents postes de direction par les représentants traditionnels des tribus les plus importantes. Seul Youssef, président de l’Association, affirme être le chef local d’une tribu relativement importante sur le plan numérique dans le secteur : les Chawaya, originaires des monts Nuba. Abashar et Hassan, tous deux membres du Bureau exécutif, déclarent quant à eux appartenir respectivement à la tribu des Ta’aicha et à celle des Rachidi. Selon leurs dires, ces deux tribus ne compteraient respectivement pas plus de trois et quatre familles résidant à l’intérieur des quatre blocs concernés par l’Association. En outre, s’ils reconnaissent occuper une position prépondérante au sein de leur affiliation tribale, ils ne se déclarent pas comme en étant les chefs locaux. Dans le cas présent, l’appartenance tribale semble donc avoir une importance toute relative.

  • 4 Idem

7Un statut prépondérant au sein même de la tribu semble être, tout au plus, un facteur favorisant. La situation est d’autant plus surprenante que l’affiliation tribale joue un rôle beaucoup plus important et plus explicite au sein des autres comités issus du projet d’ACF et des associations qui en découlent4. L’explication avancée par Ali et Takhna est simple et tiendrait à la singularité de la composition sociale de la population du bloc 27. L’élément déterminant serait l’absence de suprématie numérique claire d’une ou de plusieurs tribus. D’autres facteurs entreraient cependant en jeu. D’une part, les habitants, arrivés majoritairement dans la région de Khartoum depuis plus longtemps que la moyenne des habitants d’as-Salam, auraient, en quelque sorte, vu leur sentiment d’appartenance tribale s’éroder. Cette explication se heurte toutefois à la revendication de Youssef d’être le « chef » des Chawaya à as-Salam, preuve d’un sentiment d’appartenance tribale encore fort. Les auteurs de l’évaluation avancent un troisième élément explicatif : le choix d’organiser la désignation des « grands électeurs » sur un mode géographique, chacun des quatre blocs désignant ses représentants, plutôt que sur une base tribale. Toutefois, étant donné les stratégies de rapprochement familial et ethnique qu’effectuent les résidents, cet argument est remis en cause. Quoi qu’il en soit, si le poids des affiliations tribales semble secondaire dans le cas qui nous intéresse, cette situation tient vraisemblablement aux caractéristiques spécifiques du contexte social du quartier et, en particulier, à son hétérogénéité tribale. En d’autres lieux, et notamment dans les autres blocs visés par ACF, le même processus mène de façon beaucoup plus nette à une prépondérance des leaders tribaux au sein des instances en charge du projet, et contribue donc à conforter leur prééminence sociale.

Surreprésentation du comité populaire : un noyautage politique de l’association au profit du régime ?

8La corrélation entre affiliation politique et accession aux postes de responsabilités au sein de l’Association semble plus claire. À l’exception d’Abashar, tous les membres du Conseil d’administration rencontrés sont membres du comité populaire local. D’autre part, le comité populaire semble avoir joué un rôle prépondérant dès le début du projet de développement. Comme nous l’avons vu, le responsable d’ACF initiateur du projet, cherchant des interlocuteurs locaux, fut amené à discuter en premier lieu avec quatre membres du comité populaire. Trois d’entre eux sont encore aujourd’hui membres du Conseil d’administration. Si l’on s’en tient à considérer les comités populaires comme le bras politique local du régime, la dénonciation véhémente de l’incapacité gestionnaire des comités administratifs de la localité et de la SWC semble tout de même paradoxale. Pour sortir de ce paradoxe, il convient d’affiner la définition du rôle des comités populaires.

  • 5 Entretien avec Youssef, président de l’Association coopérative, avril 2003, qui exprime ici un avis (...)
  • 6 Entretien avec un professeur de science politique à l’université de Khartoum, avril 2003.
  • 7 Ali et Takhna, op.cit., p.86.

9Si, de manière générale, les membres des comités populaires, tout comme les responsables politiques des différents niveaux administratifs, sont affiliés au parti hégémonique du Congrès national, les comités sont aussi un lieu de cooptation des élites locales. L’emprise du parti du Congrès national sur le système des comités populaires est d’autant plus floue que ces derniers ont été officiellement dissous en 1999 mais continuent de fonctionner, sur un mode plus informel, en relation avec les localités en tant que « comités de quartier ». Dans ce cadre, ils sont parfois désignés sous le terme de « comités administratifs », mais restent majoritairement invoqués sous le terme de comités populaires. Compte tenu de ces éléments, l’affiliation des membres du Conseil d’administration au comité populaire n’est pas forcément le signe de leur adhésion à la politique du régime. Dans leur discours, les membres du comité interrogés à ce sujet assimilent en premier lieu le comité populaire dont ils font partie à « une émanation des différentes tribus5 ». En tant que tel, le comité populaire qui, selon les membres de l’Association, joue un rôle politique, peut être dans le cas présent un lieu de cooptation sur une base minimale des élites locales bien plus qu’une émanation directe du parti du président al-Bashir. Ceci correspond à l’attitude générale du régime qui, dans les quartiers les plus récemment urbanisés, tente de contrôler une population faiblement intégrée en jouant sur les affiliations tribales6. Cette cooptation semble minimale dans le cas qui nous intéresse puisque la principale force politique à laquelle seraient affiliés les habitants concernés par le projet d’ACF serait l’Association des monts Nuba, qui vit le jour précisément lorsque le Parti national, représentatif de ce segment de la population, décida d’intégrer le parti du Congrès national7. La question mériterait d’être approfondie. Malheureusement, le sujet de l’affiliation politique n’est pas le plus aisément abordable pour la population soudanaise en dehors de liens de confiances préalablement tissés. Toutefois, une chose est sûre, étant donné le verrouillage de la scène politique que connaît encore aujourd’hui le Soudan, l’idée que le comité populaire, auquel participent les membres de l’Association et auquel ils attribuent un rôle politique, mène une activité de contestation contre le régime semble très improbable.

Acteurs nodaux et risque d’appropriation politique

10Dans le cas présent, du fait de la prégnance du sentiment tribal malgré la multiplicité des tribus en présence, du fait de la relative ruralité des habitants du bloc, du fait, enfin, de l’origine ethnique de ces derniers (venant en grande partie en provenance des monts Nuba), on peut penser, sans grand risque de se tromper, que les membres dirigeants de l’Association sont politiquement moins liés au régime que la localité ou les comités administratifs qui travaillent en collaboration avec la SWC. Cependant, il est intéressant de constater que, de manière générale, le régime qui, comme ACF, a besoin de dégager des interlocuteurs politiques locaux afin d’avoir prise sur la population, fait globalement les mêmes choix que l’organisation française. Finalement, les objectifs et la stratégie générale du régime soudanais et de l’organisation sont étonnamment similaires. Il s’agit dans les deux cas de fondre l’intervention d’un acteur extérieur dans les structures préexistantes au sein de la population et, finalement, de tenter de faire corps avec elle. Pour l’État, cette stratégie relève de la nécessité d’assurer un minimum de contrôle politique. Pour l’ONG, elle relève de la nécessité de promouvoir la participation communautaire. La solution consiste, dans un cas comme dans l’autre, à s’adresser aux groupes sociaux préexistants. Dans le cas spécifique de l’Association coopérative du bloc 27, cette situation n’aboutit pourtant pas à une forte emprise du système tribal sur l’Association, ni à une affiliation directe de cette dernière au régime. Cette situation est sans aucun doute liée au contexte politico-social spécifique du quartier qui favorise le choix à partir d’un critère de compétence.

11Il en va de même concernant le critère du positionnement politique qui se traduit univoquement par la participation au comité populaire qui, de l’avis même de ses membres, est plaqué sur le système tribal. En résumé, on peut supposer que l’habitant du secteur amené à faire un choix sur le représentant qu’il souhaite désigner (quel que soit le mode de désignation) pour siéger au sein du Conseil d’administration, va l’effectuer en fonction de sa proximité tribale et de sa proximité politique avec le candidat, et en fonction de la compétence supposée de celui-ci. Il faut cependant souligner que la compétence dont se targuent les membres du Conseil d’administration, aussi déterminante soit- elle, est aussi la conséquence de l’action de la formation, y compris idéologique, menée par ACF ; formation qui s’adresse de manière générale aux représentants des différents segments de la société. Finalement, avec toutes les ambiguïtés que recèle la situation spécifique de l’Association coopérative du bloc 27, l’action de cooptation de l’État et les choix stratégiques globaux d’ACF contribuent à l’émergence d’acteurs nodaux. Ces derniers bénéficient tout à la fois d’une prééminence sociale au sein de leur tribu, d’un monopole de la représentation politique locale et du dialogue avec les autorités. Enfin, ils bénéficient de la formation dispensée par ACF qui les rend aptes à gérer l’activité de l’Association. Refusant de remettre en cause les structures politico- sociales préexistantes, l’action d’ACF comporte donc le risque intrinsèque de donner de nouvelles ressources aux représentants locaux du régime et, finalement, de permettre l’insertion du projet, au moment de sa privatisation, dans le champ politique contrôlé par l’État. Si cette emprise n’est pas manifeste dans le cas de l’Association coopérative du bloc 27, il n’en demeure pas moins que son fonctionnement est soumis à un certain nombre de règles déterminant son rapport au politique et aux autorités.

  • 8 Statuts de l’Association, article V, point 1.
  • 9 Ibid., article IV, point 7.
  • 10 Ibid., article V, point 3.
  • 11 Ibid., article IV, point 5.
  • 12 Ibid., article IV

12Comme on l’a vu, l’action quotidienne de l’Association ne semble pas entravée par les autorités locales. On a d’ailleurs émis l’hypothèse que cette apparente liberté découlait du rôle de vitrine que remplit l’Association pour l’État. Ce qui ne signifie pas pour autant que l’Association bénéficie d’une indépendance totale vis-à-vis de l’appareil d’État. La question de l’emprise de l’État sur l’Association mérite donc d’être approfondie. Globalement, elle se traduit par une soumission formelle de son activité aux autorités. Concernant spécifiquement les statuts de l’Association, il en ressort que celle-ci est placée plus ou moins explicitement sous la tutelle du Bureau des enregistrements du ministère des Finances, sans que la traduction pratique de cette mise sous tutelle puisse être extrapolée. Le signe le plus visible de cette mise sous tutelle est la présence obligatoire au sein du comité exécutif de l’Association d’un représentant de cette instance8. D’autre part, le même article prévoit que l’Association peut permettre à un représentant de la localité de participer aux réunions. Dans la pratique, le représentant du ministère des Finances est aussi attaché à la localité et son rôle quotidien, tel qu’on a pu l’observer, consiste essentiellement à transmettre les résultats des rapports financiers et techniques aux deux institutions. Néanmoins, les statuts de l’Association donnent d’autres prérogatives au ministère des Finances, prérogatives qui prennent corps par l’intermédiaire de l’auditeur attaché à l’Association. Ainsi, celui-ci donne son accord, et le ministère à travers lui, aux éventuelles modifications internes du fonctionnement du comité9. Il est responsable de la supervision des élections lors de l’Assemblée générale10 et peut, par ailleurs, prendre l’initiative de convoquer cette dernière11. Finalement, le signe le plus évident des rapports de domination entre l’Association et le ministère des Finances est sans doute la possibilité que détient ce dernier de dissoudre l’Association en cas de non respect des règles de fonctionnement fixées par les statuts12. Toutefois, la procédure de dissolution est soumise à un certain nombre de règles. L’auditeur doit informer par écrit les membres du comité exécutif de l’intention du ministère et doit par ailleurs convoquer l’Assemblée générale.

13L’activité de l’Association coopérative est donc placée formellement sous la supervision du ministère des Finances. Dès lors, quel sens donner au processus de privatisation qui constitue l’aboutissement de l’action d’ACF ? Si la gestion des infrastructures est effectivement assurée par un collectif de personnes privées, le contrôle officiel des autorités publiques amène à affiner cette analyse. Gestion privée assurément, mais dans les limites imposées par l’État. L’activité de l’Association semble finalement s’inscrire dans le cadre d’une concession qui peut être analysée dans le double sens de l’exploitation d’une ressource sur un territoire déterminé concédée ou déléguée à l’Association, mais aussi en tant que concession vis-à-vis d’un ordre « normal » au sein duquel l’appareil d’État assurerait la gestion et l’exploitation de l’ensemble des ressources du territoire soudanais. Dans le domaine spécifique de la gestion des ressources hydrauliques, ceci correspond d’ailleurs à la vision exposée par les responsables de la SWC qui, du fait de la position hégémonique qu’ils revendiquent, tendent à minimiser l’implication des acteurs locaux, institutionnels ou non.

L’épée de Damoclès : une possible prise de contrôle directe par les autorités publiques

  • 13 Ibid., article IX.

14La concession accordée à l’Association en terme de liberté d’exploitation des ressources locales et en terme de concession à l’ordre « normal » qui voudrait que la SWC ait en charge la gestion des infrastructures, découle sans doute des revendications qu’a su imposer ACF lors de la négociation sur l’avenir du projet. Sans cette intervention de l’organisation française, et sans la valeur exemplaire que peut jouer l’association au sein du champ du dhat, il est probable que l’Association aurait subi un contrôle plus direct de la part des autorités publiques. Cette hypothèse est d’autant plus vraisemblable que l’infrastructure est rentable financièrement. C’est, d’autre part, ce que laissent supposer les auteurs de l’évaluation finale du projet « eau et assainissement » lorsqu’ils suggèrent que la SWC a accepté le lancement du projet dans l’objectif de prendre le contrôle des infrastructures à terme. Il est d’ailleurs important de souligner que les statuts de l’Association prévoient la possibilité, en cas de dissolution, d’une cession des infrastructures et des actifs financiers à la SWC ou à la localité d’as-Salam13, ACF, dans ce cas, détenant un droit de préemption. Néanmoins, la cession aux autorités publiques est d’autant plus envisageable que, pour ACF, l’objectif même du projet est d’éviter une perfusion financière et technique continue et qu’une telle cession a déjà eu lieu concernant le forage du bloc 42. La concession accordée semble donc aussi inscrite dans une temporalité qui n’exclut pas à terme une prise de contrôle par l’appareil d’État. De par ses statuts, l’activité de l’Association semble placée dans le cadre d’une délégation de pouvoirs, les autorités publiques restant officiellement les acteurs légitimes des activités d’exploitation des ressources et des services publics offerts à la population. Ce point est d’ailleurs corroboré par l’obligation faite à l’Association de limiter son action à des projets de petite envergure, ce qui place cette dernière dans l’impossibilité légale d’entrer en concurrence avec les services de l’État. Finalement, cette analyse est sans doute extrapolable à l’ensemble du champ de la participation, promu par les réformes engagées depuis 1989. La mobilisation des ressources locales individuelles et collectives en vue du développement du pays, bien que rendue nécessaire par la défaillance de l’État, ne signifie pourtant pas que celui-ci remet en cause sa légitimité propre à être le maître d’œuvre de ce développement. Dans ce cadre, même les projets dont l’État n’a pas eu l’initiative, y compris au travers de ses émanations locales, sont explicitement placés sous sa domination.

15Pourtant, dans le cas qui nous intéresse, l’application pratique de ce rapport de domination semble être essentiellement symbolique : le représentant du ministère des Finances et de la localité, affichant une certaine passivité dans les débats, décrit son rôle essentiel, et celui des institutions qu’il représente, comme consistant à « mettre le tampon » officiel sur les projets et les rapports de l’Association. Ce qui reflète la situation générale au Soudan où l’État cherche à mettre en place un contrôle serré et global de la société sans en avoir réellement les moyens. Ainsi, une autorisation officielle est nécessaire dès qu’il s’agit de mener une activité sortant un tant soit peu de l’ordinaire : obtention ou prolongation d’un visa, prise de photos, enquête de terrain et entretiens, visite de camps de déplacés, etc. Pourtant, la plupart de ces autorisations relèvent de la simple formalité administrative et sont par ailleurs souvent contournables. Il n’en reste pas moins qu’elles visent à placer l’activité quotidienne du citoyen dans un rapport de soumission symbolique au cadre légal et à l’État. Du fait des faibles moyens de contrôle de l’État soudanais, l’autorisation acquise permet une certaine marge de liberté. Concernant l’Association coopérative, l’enregistrement auprès du ministère des Finances participe de ce processus de soumission symbolique. Les paroles de Caesar sont, de ce point de vue, significatives :

« Après 2001, le Comité est devenu une association coopérative qui est enregistrée, donc légale, mais ce n’est pas une association politique. Cela permet d’utiliser librement l’argent. Par exemple, l’argent de la vente de l’eau a permis de réhabiliter l’école du bloc 27. »

16Enregistrement et légalisation semblent ici rimer avec liberté. Néanmoins, les paroles de Caesar ouvrent sur un autre champ, celui du refus explicite par les membres de l’Association d’attribuer tout caractère politique à leur activité associative.

Refus du politique et compréhension des règles implicites

17Ce refus d’inscrire l’action de l’Association dans le champ du politique participe finalement de la même soumission symbolique. Cependant, contrairement à ce qui précède, il repose sur des règles beaucoup moins formalisées mais sans doute plus intériorisées par les membres de l’Association. Découlant du contexte autoritaire soudanais au sein duquel la société politique doit se soumettre aux règles du jeu imposées par le régime et, bien souvent, entrer dans des processus de cooptation pour avoir une existence légale à l’intérieur du pays, ce refus du politique est en outre en accord avec les principes d’intervention d’ACF. Néanmoins, si les deux discours peuvent justifier cette dissociation du champ associatif et du champ politique, c’est bien l’action du régime qui impose définitivement à l’Association son positionnement en dehors du champ politique. Il semble ainsi viser à écarter toute action de contestation politique qui prendrait corps grâce aux moyens humains et matériels dont dispose l’Association. Si cette exclusion du politique ne fait pas l’objet de règles écrites, il semble toutefois qu’elle ait été explicitement formalisée par les autorités lors de l’enregistrement de l’Association. C’est, du moins, ce qui ressort des propos de Youssef, président de l’Association, qui rapporte que celle-ci n’a pu voir le jour qu’à la condition, exprimée oralement par un responsable de la SWC, qu’elle n’ait pas d’activités politiques. Par ailleurs, si cette interdiction du politique, qui participe d’une soumission formelle aux autorités étatiques, est parfaitement intégrée par les membres de l’Association, elle doit être en outre être explicitement réaffirmée par le discours et les pratiques quotidiennes de celle-ci. Ainsi, les élections de l’Assemblée générale se déroulent, non seulement sous la supervision de la localité et du ministère des Finances, mais aussi en présence du comité populaire local qui constitue la principale institution politique du secteur reconnue par le régime. Comme le résume Abdallah :

  • 14 Entretien avec Abdallah, président de l’Association, avril 2003.

« Pour éviter les problèmes, les élections se font sous le contrôle (tahta ichraf) du comité exécutif, de la localité, du ministère des Finances et du comité populaire.14 »

18En ce qui concerne la présence du comité populaire, il s’agit donc bien d’éviter les problèmes par une expression surérogatoire de la soumission à l’État, y compris dans sa composante politique. Ce refus est pourtant porteur de contradictions.

19En premier lieu, quel sens donner à la présence, explicite dans le discours d’Abdallah, de l’institution politique que représente le comité populaire, alors même que l’écrasante majorité des membres du Conseil d’administration fait partie de ce même comité populaire ? Ce paradoxe apparent participe d’un élément récurrent dans le discours des différents membres de l’Association. À la limite de la schizophrénie, ces derniers mettent un point d’honneur à distinguer leur rôle politique au sein du comité populaire et leur rôle apolitique au sein de l’Association. Il est difficile d’apprécier la sincérité de ce discours tenu à un étranger introduit par ACF et n’ayant pas d’accointances supposées avec le régime. Cependant, du fait que la règle de la non implication politique a été formalisée, au moins oralement, par les autorités et du fait de l’attitude générale des membres vis-à-vis des autorités, il semble que cette dissociation des rôles participe des règles du jeu implicites que sont tenus de respecter les membres du comité. Il est d’ailleurs piquant de constater que du fait de ces règles du jeu, les membres du comité populaire se voient discursivement privés des moyens qui leur permettraient de remplir la mission officielle dont les comités populaires sont pourtant officiellement investis en tant que mobilisateurs des énergies locales. Bien sûr, en dehors du champ du symbolique, ces règles du jeu imposées par le régime et qui visent à écarter toute contestation politique semblent bien vaines. Comment nier que l’activité de l’Association revêt un caractère contestataire alors que, du fait même des moyens dont elle dispose et des services qu’elle rend à la population, elle met en évidence l’inefficacité des services de l’État ? La soumission formelle aux autorités vise sans doute à masquer cette réalité. Cependant, pour symbolique qu’elle soit, cette soumission n’en est pas moins prégnante. Elle révèle l’emprise que garde ou tente de garder le régime soudanais sur la société et l’inanité d’une vision cherchant à promouvoir un développement en dehors de l’État dans un tel contexte autoritaire.

Notes

1 Entretien avec Hassan, avril 2003.

2 Entretien avec Abashar, avril 2003.

3 Ali et Takhna, op.cit., p.85-88.

4 Idem

5 Entretien avec Youssef, président de l’Association coopérative, avril 2003, qui exprime ici un avis similaire à celui des autres membres interrogés à ce sujet.

6 Entretien avec un professeur de science politique à l’université de Khartoum, avril 2003.

7 Ali et Takhna, op.cit., p.86.

8 Statuts de l’Association, article V, point 1.

9 Ibid., article IV, point 7.

10 Ibid., article V, point 3.

11 Ibid., article IV, point 5.

12 Ibid., article IV

13 Ibid., article IX.

14 Entretien avec Abdallah, président de l’Association, avril 2003.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable