Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ONG et autoritarisme au Soudan : l’eau en question

 | 
Micaël Nègre

II - l'association coopérative du bloc 27 : un projet de développement local à l'épreuve de l'emprise du régime

Chapitre II. De l’eau pour tous et par tous

Entrées d'index

Mots clés :

eau, gestion de l'eau, Soudan

Texte intégral

De la conception à la pratique : un ajustement (trop) parfait ?

  • 1 Ali et Takhna, op.cit., p.59.

1Tout semble donc concourir à faire de l’Association coopérative du bloc 27, et plus généralement des trois associations coopératives qui découlent de l’action d’ACF, un modèle de réussite qui confirme le bien-fondé du mode d’intervention choisi par ACF et, de manière générale, par les intervenants internationaux en matière de développement. Au sein de ces trois associations, l’Association coopérative du bloc 27 détient encore une place prépondérante que lui confère son dynamisme. De fait, ACF semble avoir toutes les raisons de se montrer satisfaite de son projet. Sur le plan du bénéfice qu’en tire la population, cela ne fait même aucun doute. Autre élément de satisfaction : la conformité entre le mode de fonctionnement de l’Association et le discours global dans lequel l’ONG inscrit son action. En premier lieu, le développement local assuré par l’Association repose sur une insertion de celle-ci dans le marché à travers des activités qui, pour solidaires qu’elles soient, n’en sont pas moins rémunératrices. La participation de la population et l’appropriation de la structure qui en découle semblent avoir abouti à la constitution d’une Association ouverte à tous. En outre, cette dernière semble fonctionner sur le mode de la transparence comme en témoigne la tenue régulière de réunions qui permettent des élections internes, ainsi que la remise de rapports d’activités détaillés. Enfin, les populations constituant des cibles prioritaires pour l’ONG, en particulier les femmes mais aussi, par exemple, les groupes tribaux minoritaires, semblent faire l’objet d’une attention particulière et bénéficient de postes au sein du Conseil d’administration. La gestion locale par les comités semble donc constituer une réussite évidente. À ce titre, l’évaluation finale du « projet eau et assainissement » effectuée pour le compte d’ACF préconise de s’en inspirer pour les projets futurs que mènera l’ONG française1.

2Le discours d’un membre du personnel de l’ambassade de France, qui reprend au passage les conditions fixées par le FSD pour bénéficier du fonds, résume la situation :

  • 2 Après vérification, employé ici explicitement comme substitut à l’anglicisme sustainability.

« Le FSD, comme son nom l’indique, est destiné à soutenir des projets de développement social plutôt que des projets d’urgence humanitaire. Il y a un certain nombre de conditions pour être éligible. Tout d’abord, il doit s’agir d’ONG soudanaises ou alors d’institutions, mais au niveau local. Les projets doivent s’adresser à des groupes vulnérables, femmes, enfants, IDP... Ils doivent créer des emplois ou générer des revenus. Dans ce cadre, la viabilité2 du projet est très importante afin qu’il puisse continuer à porter ses fruits après la fin du financement. Les projets sont variés : micro-crédits, fourniture de services de base (eau, écoles, santé), activités génératrices de revenus. L’association doit au moins prendre en charge 30 % du coût, ce qui peut être réglé en cash ou en nature, en matériel, en employés... La plupart des autres bailleurs de fonds internationaux n’exigent pas de participation des demandeurs, alors qu’elle permet pourtant de les impliquer davantage et de renforcer la durabilité. (...)
– Et concernant l’Association coopérative ?
– C’est l’une des meilleures organisations. L’idée de la pépinière est géniale, ils doivent acheter deux minibus... Ils ont construit une école, ils ont un projet d’électricité. Bref, ils ont plein d’idées. En plus, c’est très bien pour nous d’avoir vu comment ça marche avant de financer (...) Cette association avait déjà mis en œuvre un projet similaire à celui financé par le FSD, ce qui nous avait permis de bien évaluer le projet. Le financement vise à forer un puits et à développer des activités autour de la vente de l’eau. Le projet a été approuvé en février 2003 et le premier versement de la subvention aura lieu en juin 2003. L’association apporte le matériel : ciment, briques, sable, papeterie, fuel, transport et les frais de maintenance. »

Construction de l’exemplarité en opposition aux services de l’État

3L’ajustement de l’activité de l’Association avec les modes d’intervention et le discours des institutions et organisations internationales semble donc total. Comme dit précédemment, ce discours et ses pratiques sont en général sous-tendus par un dénigrement de l’État et constituent bien souvent une tentative de contournement de ce dernier. Bien que l’État soudanais et les institutions étatiques ne fassent pas ouvertement l’objet d’une critique véhémente d’ACF (du fait de la nécessité de pouvoir continuer à mener une action à l’intérieur du pays), le projet « eau et assainissement » semble bien participer de cette tentative commune de promouvoir une « société civile » en dehors de l’État ou, du moins, en n’ayant que des relations minimales avec ce dernier. En première approche, ce point semble également avoir été couronné de succès. Ainsi, à l’occasion d’une communication sur le projet, les anciens responsables du programme déclarent au sujet de l’intérêt de la gestion communautaire au travers des comités que

  • 3 Compte rendu de conférence daté de février 2002, intitulé « Community Management of Deep Boreholes (...)

« c’est aussi le seul moyen de ne pas soutenir indirectement les autorités de l’État ou les corps à qui l’on délègue habituellement ce type d’infrastructures...3 ».

4De manière plus générale, la gestion des puits par les comités puis par les associations coopératives est mise en regard de celle effectuée par la SWC en collaboration avec les « comités administratifs » (termes qui désignent ici les collaborateurs de la localité par quartier et qui, dans la pratique, constituent une résurgence des comités populaires officiellement dissous).

  • 4 Ali et Takhna, op.cit., p.51.

5C’est notamment le cas dans l’évaluation finale du projet effectuée pour le compte d’ACF. Prenant en compte le contexte soudanais, les auteurs commencent par des précautions d’usage déclarant qu’il ne s’agit pas pour eux « d’évaluer le système de gestion des forages appliqué par la SWC et les comités administratifs », mais de mener une comparaison analytique4. La comparaison, qui fait l’objet d’un tableau récapitulatif, est sans équivoque du point de vue technique. Elle porte sur le choix de la pompe effectué par la SWC qui est sujette à des pannes plus fréquentes que le modèle préféré par ACF, sur la conception technique de la rampe d’approvisionnement ne comptant qu’une seule lance de remplissage pour les puits de la SWC - contre trois pour les puits installés par ACF - et sur les bénéfices dégagés par les diverses structures. Outre ces aspects techniques, la gestion même des puits se révèle défectueuse. Le système de collaboration entre la SWC et les localités repose sur un partage des bénéfices à hauteur de 40 % pour la SWC et de 60 % pour la localité. La localité prend en charge les coûts de fonctionnement et les deux partenaires assument chacun 50 % du coût des réparations et de la maintenance. Selon les auteurs du rapport, la collaboration pose cependant des problèmes. D’une part, les comités administratifs se plaignent de la lenteur de la SWC lorsqu’il y a nécessité de faire appel à elle. D’autre part, la SWC accuse ces derniers de détourner de l’argent. La comparaison analytique apparaît donc bien, non sans raison, comme une critique plus ou moins ouverte des autorités en charge de la gestion de l’eau.

6Pourtant, aussi paradoxale que cela puisse paraître, l’Association coopérative peut, dans le même temps, s’inscrire parfaitement comme un exemple de réussite dans le discours développé par le régime.

Le champ du dhat : discours et pratiques du régime

  • 5 Baillard I. et Haenni P., 1997, op.cit.

7Comme il a été dit précédemment, le discours officiel sur les réformes engagées depuis 1989 place la mobilisation des ressources au niveau local et la participation de la communauté au développement du pays parmi les objectifs à atteindre à travers la décentralisation et la libéralisation économique. Dans ce cadre, le développement autogéré effectué par l’Association coopérative peut revêtir un caractère exemplaire, prouvant la réussite et le bien- fondé des réformes entreprises. Néanmoins, pour tenter de pousser plus loin cette analyse, il est nécessaire de s’appuyer, dans un premier temps, sur le travail d’Isabelle Baillard et de Patrick Haenni, et de déterminer dans quelle mesure il est opératoire dans le cas présent5.

8Il est bon de souligner, comme le rappellent les deux chercheurs, que l’édification de l’espace public et la production urbaine par la société civile ne constituent pas une particularité soudanaise. L’État n’en est jamais le seul producteur, au Soudan comme ailleurs. Néanmoins, la part que prend la société à l’édification de cet espace public augmente lorsque l’État se désintéresse de la question ou quand il n’a pas les moyens de cette production. Dans ce cadre, la société civile « doit » pallier les défaillances de l’État. Une expression commune de cette prise en main de la société civile, au Soudan comme dans le reste du monde arabe, est l’évergétisme souvent sous-tendu par les conceptions religieuses qui font de la redistribution des richesses à la communauté une vertu.

9Dans le Soudan réformé d’al-Bashir, l’évergétisme n’est pourtant qu’une partie d’un champ de pratiques plus large analysé par les auteurs comme le champ du dhat, en référence au discours même du régime. La meilleure traduction du terme dhat est sans doute l’anglicisme self. Par la suite, il donne lieu à une série de déclinaisons : ‘awn dhati (self-help), i’timad ‘ala-dhat (self-reliance),juhud dhatiyya (self-efforts). Il ne faut pourtant pas se tromper sur le sens à donner à l’utilisation par le régime d’un tel vocabulaire faisant l’apologie des initiatives personnelles.

  • 6 Idem

10« Mais proclamation n’est pas raison : l’empressement avec lequel les têtes pensantes du régime actuel invoquent et saluent les juhud dhatiyya - ces initiatives civiques dont l’existence est pourtant le symptôme le plus flagrant de l’échec de l’entreprise centralisatrice de l’État -, incite à penser que le champ de pratiques recouvert par le qualificatif dhat entretient avec l’État des rapports complexes qui ne sont pas purement de l’ordre de la compensation ou de l’évitement.6 »

11En d’autres termes, l’État n’est pas forcément aussi absent des entreprises qu’il contribue à qualifier lui-même comme relevant du champ du dhat. De fait, l’évergétisme n’est pas toujours gratuit. Les compensations tirées de l’État par les généreux donateurs, pourvu que l’action entreprise aille dans le sens général du discours de celui-ci, peuvent être importantes, ne serait-ce qu’en termes d’appui politique. La question ne se réduit pourtant pas à celle de l’évergétisme puisque sous le régime d’al-Bashir, c’est l’ensemble de la société, y compris les couches populaires, qui est appelé à se mobiliser.

12Selon Isabelle Baillard et Patrick Haenni, la notion de juhud dhatiyya fait son apparition dans le vocabulaire officiel en 1991 à la faveur de la prise en main par le régime de la question des quartiers informels. Le mot d’ordre officiel est à la réhabilitation plutôt qu’à la destruction - nous avons vu dans quelle mesure il fut appliqué inégalement - et il s’agit donc de mobiliser les énergies et les finances des habitants. Pas plus que l’évergétisme, ces efforts populaires ne signifient une exclusion de l’État. Suivant Isabelle Baillard et Patrick Haenni, l’implication de l’État a pour vecteur essentiel les comités populaires qui prennent dans ce cadre le relais des cellules de l’Union socialiste soudanaise créées par le régime de Nimeiri. Les auteurs illustrent leurs propos à travers deux exemples. D’une part, le monopole sur la vente du sucre accordé pendant une période aux comités populaires a permis de dégager des fonds en dehors de la taxation officielle largement ponctionnée par les dépenses militaires. D’autre part, les comités populaires ont pu servir à collecter les « dons » forcés dans le cadre d’un effort personnel décidé par les autorités et purement et simplement imposé aux habitants, comme ce fut le cas dans l’expérience que vécurent les commerçants du marché de Sajjana. Bien souvent, le champ du dhat recouvre donc tout à la fois des phénomènes de cooptation et d’allégeance à l’État - dont découle d’ailleurs une certaine corruption - et, éventuellement, la réalisation de projets par la communauté mais imposés par l’État à travers ses représentations locales.

Une possible inclusion de l’activité de l’association dans le champ du dhat ?

13Dans quelle mesure cette analyse s’applique-t-elle au cas de l’Association coopérative du bloc 27 ? Un premier élément intéressant est le fait que le discours sur le dhat s’est largement développé dans le cadre de la politique de reprise en main des zones informelles d’habitat. Les quartiers de réimplantation, tels que ceux d’as-Salam, constituent donc les lieux privilégiés de l’expression du dhat dans le discours de l’État. Il y a néanmoins de réelles différences entre les processus décrits par Isabelle Baillard et Patrick Haenni et le mode de fonctionnement de l’Association coopérative tel qu’observé. Contrairement à la situation décrite par les auteurs, l’activité de l’Association et ses différents projets ne sont pas imposés par le haut mais sont issus d’un travail et d’une conceptualisation par l’Association elle-même. L’implication des comités populaires y est, comme nous le verrons, discutable, mais n’est, en tout cas, ni affirmée, ni affichée. Enfin, aucune corruption n’y est décelable. En définitive, l’activité de l’Association est plus proche du discours officiel que ne semblent l’être les pratiques générales que recouvre le champ du dhat, telles que décrites par les deux chercheurs. Pourtant, les rapports entre l’État et l’Association ne semblent pas marqués par l’opposition, et l’État semble laisser à cette dernière une certaine marge de liberté.

14Comment expliquer cette libéralité ? En premier lieu, elle résulte certainement du désintérêt de l’État pour l’aménagement d’un quartier excentré dont le niveau de vie général ne laisse pas entrevoir de bénéfices importants. Ce désintérêt est par ailleurs aggravé par le manque de moyens dont disposent les autorités. Cependant, en allant un peu plus loin, on peut avancer l’hypothèse que l’Association maintenant indépendante d’ACF détient le même statut d’exemplarité au sein du discours officiel sur le dhat que celui dont elle bénéficie pour les institutions et les organisations internationales. L’Association jouerait donc un rôle de vitrine pour l’État, vitrine à usage interne et sans doute aussi vitrine à usage externe, à l’attention précisément des donateurs internationaux dont l’État n’a pas les moyens de se passer lorsqu’il souhaite promouvoir le développement du pays.

15Plusieurs éléments concourent à étayer cette hypothèse. En premier lieu, les statuts de l’Association, négociés avec l’office des enregistrements du ministère des Finances, et suivant le modèle général des statuts des associations locales de développement, placent explicitement son action dans le champ du dhat. Ainsi, au chapitre des objectifs de l’Association, on peut lire que l’un d’entre eux consiste à :

« améliorer la santé et les standards de vie des résidents des blocs 26, 27, 28 et 30 de la localité d’as-Salam, État de Khartoum, en accord avec les principes de self-help par la fourniture d’eau propre, saine et en quantité suffisante à la communauté ».

16De même, la mission de l’Association en matière d’éducation consiste entre autres à :

« élever l’esprit de solidarité et de self-reliance parmi les citoyens en ce qui concerne leurs besoins communautaires ».

17Il ne faut pourtant pas oublier que si l’État, à travers le ministère des Finances, a pris part à l’établissement des statuts, ACF a aussi participé à leur conception. Dans ce contexte, au-delà de l’effet de la traduction, l’Association s’inscrit-elle dans le champ du dhat promu par l’État soudanais ou dans celui du self promu par ACF ? Assurément dans les deux à la fois. La proximité des deux registres discursifs permet cette double inscription et c’est précisément cette proximité qui amène à s’interroger sur le bien-fondé d’interventions extérieures qui, cherchant à contourner l’État, sont en parfait accord avec le discours de ce dernier. Ce constat ne remet toutefois pas en cause le rôle de vitrine que peut jouer l’Association pour l’État.

Le surprenant discours du représentant du ministère

18Le représentant de la localité et du ministère des Finances, délégué au Conseil d’administration de l’Association, n’hésite pas à encenser l’activité de l’Association en prenant en contrepoint la gestion de la SWC. Ainsi, répondant à une question sur la différence entre la gestion effectuée par l’Association et celle des puits des localités et de la SWC, il répond spontanément :

  • 7 Entretien avec le représentant de la localité et du ministère des Finances, mai 2003.

« C’est une très bonne question. La gestion ici est un exemple pour la région et le pays. Ici, tout est ok à 100 %. Chaque dépense est écrite au sou près. Ça, c’est parce qu’il y a un comité qui surveille tout ça. Ailleurs, il y a juste trois ou quatre personnes et c’est souvent des voleurs (haramiya). Ils prennent l’argent et se le mettent dans la poche. Parce qu’il n’y a pas de contrôle. Ici, il y a un contrôle effectué par le comité alors quand ils préparent un projet, on n’a plus qu’à mettre le tampon et voilà. On ne regarde pas les dépenses tous les jours mais, à la fin de l’année, il y a une balance complète. Les dépenses doivent être, si possible, rentables et profiter à la communauté comme par exemple dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’eau. Dans ce cas-là, il n’y a pas de problèmes.7 »

19Que penser de ce discours qui tend à dénigrer la gestion effectuée conjointement par la SWC et les comités administratifs dépendants des localités ? Il est en effet formulé par un représentant de la localité qui est aussi fonctionnaire au ministère des Finances, deux institutions auxquelles il remet des rapports sur l’activité de l’Association. Tout d’abord, il ne faut peut-être pas surestimer la valeur de son discours qui n’est pas forcément celui de l’institution dont il dépend. Il n’est pas impossible que ce fonctionnaire se sente quelques affinités avec les membres de l’Association qu’il est amené à côtoyer régulièrement et dont il est socialement proche. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que, aussi prégnante que soit l’emprise du régime sur l’appareil étatique, celui-ci ne constitue pas un tout homogène. Critiquer la gestion de la SWC et des comités administratifs ne revient donc pas à critiquer le régime lui-même. Enfin, et peut-être, surtout, ce discours d’un fonctionnaire, rencontré une seule et unique fois, s’adressait à un enquêteur occidental, sans doute plus ou moins assimilé à ACF ou à quelque bailleur de fonds. Si l’on se place dans ce point de vue, et dans l’hypothèse où l’Association joue un rôle de vitrine à usage externe, il est somme toute normal pour un représentant de l’appareil d’État de la mettre en valeur. Il faut donc considérer le discours du représentant du ministère des Finances à sa juste mesure. La critique qu’il contient à l’égard de la gestion ne contribue qu’à établir des présomptions quant à l’attitude générale de l’État ou même du ministère des Finances vis-à-vis de l’Association et de la gestion par la SWC.

20La marge de liberté d’action accordée officiellement par l’État à travers les statuts de l’Association semble, elle, plus avérée. Dans le passage sus-mentionné, le représentant de la localité et du ministère des Finances tend à limiter le rôle de ces institutions à « mettre le tampon » et à vérifier la régularité des comptes. Plus encore, si l’action de l’appareil d’État ne semble pas entraver l’action de l’Association, il semble parfois soutenir ses initiatives. Ainsi, la localité mène des contrôles sur l’hygiène des caro et applique des amendes lorsque ceux-ci s’approvisionnent au puits du bloc 27 sans respecter les règles d’hygiène établies par l’Association.

  • 8 Idem

« Quand ils viennent ici, les conducteurs de caro ont conscience que le puits est géré par une association coopérative alors, en général, ils respectent les règles. Mais, de toutes façons, la localité contrôle si les caro sont propres et donne une carte qui permet d’aller chercher de l’eau dans le bloc 27.8 »

  • 9 Observation de la réunion du Conseil d’administration, mai 2003.

21L’impression de liberté d’action dont dispose l’Association ne repose pas simplement sur les dires du représentant du ministère mais est confirmée par son attitude générale lors de la séance du Conseil d’administration9, attitude qui ne tient pas qu’à sa personnalité mais aussi aux responsabilités que lui imposent sa fonction. Dans ce cadre, il se montre visiblement peu concerné par la discussion des projets en cours, ne prenant aucunement part aux débats et ne s’armant de son carnet de notes qu’à l’occasion du rapport financier.

22L’autonomie que lui confèrent ses statuts semble respectée. Si toute emprise de l’État, y compris via ses représentations locales, censées être « participatives », n’est pas exclue, du moins celle-ci n’est-elle pas affirmée et elle semble, en première approche, minimale. Avant de poursuivre notre analyse sur ce point, il convient cependant d’aborder la question de l’inscription des membres de l’Association au sein de l’un ou l’autre des cadres de référence.

Assimilation du discours...

23Les entretiens menés semblent démontrer que les membres de l’Association inscrivent explicitement leur action dans le cadre de référence que leur a légué ACF. Le discours par lequel ils décrivent le fonctionnement de l’Association et son histoire est marqué par les valeurs de participation, de démocratie interne et de transparence, que l’organisation française a cherché à promouvoir à travers son projet. Ce discours connaît une traduction pratique puisque l’Association a prolongé l’activité d’ACF à travers des projets relevant de la même optique générale. Par ailleurs, le travail effectué par ACF pour impliquer la communauté dès les premières phases du projet est visible. Les membres du comité exécutif revendiquent le fait d’avoir participé à la conceptualisation des différentes moutures qu’a connues l’Association dans son histoire. Le fait de créer un comité de quinze membres apparaît ainsi comme le fruit d’une négociation entre un quartette de membres pré-comités et le responsable d’ACF de l’époque. Le passage de la structure du comité à celui de l’Association coopérative serait, lui aussi, le fruit d’une négociation entre le comité désormais constitué et ACF. Il ne s’agit en aucun cas de mettre en doute le fait qu’il y ait eu des discussions entre ACF et les membres du comité à ces deux occasions. Cependant, il apparaît clairement que les membres de l’Association surévaluent l’influence qu’ils ont pu avoir sur un processus largement conceptualisé par ACF avant même le commencement du projet. Preuve en est, par ailleurs, la répétition du processus à l’identique autour des quatre forages réalisés par ACF. En définitive, cette surévaluation du rôle que s’attribuent les membres du comité semble relever, non pas d’une stratégie d’ACF visant à leur faire croire qu’il en était ainsi mais plutôt de l’appropriation par les membres de l’Association du discours sur la participation, discours qui les place au centre du projet.

... jusque dans ses ambiguïtés et incohérences

24Cette appropriation transparaît en d’autres occasions. L’Association revendique ainsi un mode de fonctionnement interne démocratique, le Conseil d’administration et le Comité exécutif étant représentatifs de la communauté des habitants et, donc, légitimes. Néanmoins, la représentativité de ces derniers résulte d’un compromis accepté par ACF et par la majorité des intervenants de l’aide au développement local. Comme il a été dit précédemment, toute la difficulté pour ces derniers est de concilier la promotion d’un mode de représentativité passant par la tenue d’élections tout en ne remettant pas en cause les structures politico-sociales existantes. Dans une société encore fortement segmentarisée, ce problème s’apparente à celui de la quadrature du cercle. Dans un tel contexte, les diverses organisations aboutissent typiquement à un compromis qui consiste à adopter un système de premier tour fonctionnant sur le mode de la désignation, et donc de la représentation communautaire, suivi d’un deuxième tour où les « grands électeurs » élisent par scrutin individuel les membres de l’instance dirigeante. Par ailleurs, la représentativité telle que conçue par les ONG est aussi sujette à l’application de quotas en faveur des femmes et des populations fragilisées. Cette conception particulière de la représentativité est intégralement reprise dans le discours des membres de l’Association.

25Aujourd’hui, la question de la représentation communautaire au premier tour ne se pose plus puisque l’Association est ouverte à toute personne désirant s’y inscrire individuellement. Pourtant, aux dires de divers membres, la légitimité de l’Association semble encore découler de sa capacité à représenter les différentes tribus installées dans le secteur. Cette conception de la légitimité n’a sans doute rien d’anormal dans le cas du Soudan et particulièrement à as-Salam où la majorité de la population est d’origine rurale ; mais l’empreinte d’ACF est d’autant plus visible que, dans le même temps, cette légitimité semble également reposer sur la capacité de l’Association à représenter et à promouvoir les groupes défavorisés. Ainsi, Youssef, président de l’Association, déclare :

« L’Association représente les diverses tribus et segments de la communauté avec une attention particulière pour représenter les plus défavorisés et les tribus qui n’ont pas beaucoup de membres dans le secteur. Dans ce cadre, il y a, par exemple, l’unité des femmes qui a deux représentantes au sein du Conseil d’administration. On a des projets pour les aider et on fait, par exemple, pousser des fruits et des légumes qui ont permis de développer le petit marché au profit des femmes. Même si elles ne gagnent pas grand-chose, avant elles ne travaillaient pas, alors c’est toujours mieux que rien. »

26Le but de cette citation n’est évidemment pas de remettre en cause le bien- fondé de la promotion sociale des femmes soudanaises. Mais, il apparaît clairement qu’elle est significative de la situation des membres de l’Association. S’étant approprié les conceptions d’ACF en la matière, ils se trouvent dans l’obligation de jongler avec plusieurs registres : celui de la légitimité traditionnelle et celui de la promotion des victimes, ou supposées telles, de l’ordre traditionnel. En outre, ils doivent aussi s’accommoder du registre de la légitimité de type légal-rationnel, impliquée par la tenue d’élections tous les deux ans. Ainsi, Youssef, répondant à une demande d’éclaircissement sur le pouvoir de l’auditeur nommé auprès de l’Association, répond :

« Il est responsable de la coopération avec les autorités mais il n’a pas de pouvoir. Son rôle est d’éviter les conflits. Ce n’est pas lui qui décide si tel ou tel projet doit être lancé. Il regarde juste s’il n’y a pas d’irrégularités. Le véritable pouvoir, c’est l’Assemblée générale qui le détient et le Conseil d’administration qu’elle élit. »

27Le véritable pouvoir serait donc dans les urnes. Miracle de la représentativité électorale qui fait du vote individuel l’acte fondant la légitimité de l’action future des heureux élus. Il n’y a pourtant pas lieu de remettre en cause le modèle de la démocratie représentative, ni même de le considérer comme totalement externe à la société soudanaise, alors même que le pays a connu trois périodes « démocratiques ». Cependant, encore une fois, il s’agit de mettre en évidence l’appropriation du discours d’ACF par les membres de l’Association et le fait qu’elle aboutit à une légitimation reposant sur le compromis initial de l’ONG française.

Le dénigrement des pouvoirs publics

28Inscrivant leurs actions dans la droite ligne du discours d’ACF, les membres de l’Association ont, en outre, conscience du statut d’exemplarité dont bénéficie cette dernière. C’est ce qui apparaît dans les paroles de Youssef :

« En fait, la gestion par le Comité est un exemple pour le monde entier. Peut-être qu’ACF va reprendre le modèle d’ici. Peut-être que, bientôt, on va retrouver le même modèle de comité en Amérique latine et dans le reste du pays. »

29En outre, comme dans le discours d’ACF, l’exemplarité de la gestion associative est confortée par la comparaison avec l’inefficacité des services publics.

30En effet, la défaillance de l’État est, dans le cas présent, difficilement niable. Avant l’intervention d’ACF, les services publics étaient pour ainsi dire inexistants dans le secteur et les projets d’extension des réseaux électriques et hydrauliques sont encore loin de concerner la zone couverte par l’Association. Néanmoins, le discours des membres de l’Association sur les services publics de l’État ne se limite pas à déplorer leur absence mais comporte également une remise en cause de la capacité des pouvoirs publics à gérer efficacement les rares infrastructures existantes.

  • 10 Entretien avec un responsable d’ACF, avril 2003.
  • 11 Ali et Takhna, op.cit., p.49-51.

31À titre d’exemple, lors d’une visite des blocs avoisinants, passant à proximité d’une école construite par l’État de Khartoum, un des membres de l’Association affirmait qu’avec l’argent investi dans cette école, l’Association coopérative aurait pu construire une dizaine d’établissements. Globalement, c’est la gestion des puits par la SWC et les localités qui est le plus fréquemment critiquée. À ce sujet, l’échec du projet d’ACF dans le bloc 42, dont la gestion a été cédée à la localité, est particulièrement significatif. Selon les dires du responsable d’ACF rencontré, les raisons de cet échec seraient en premier lieu techniques10. D’une part, le forage ne serait pas parfaitement vertical, ce qui entraînerait une baisse de production ; d’autre part, la salinité de la nappe à cet endroit précis aggraverait encore la non rentabilité du projet. Les auteurs de l’évaluation finale du programme « eau et assainissement » retiennent, quant à eux, les problèmes techniques et évoquent des facteurs aggravants11. La population du bloc 42 ne se serait pas vraiment appropriée l’infrastructure du fait de sa faible rentabilité et de la relative proximité du souk Libya qui assure à la population des moyens d’autosubsistance plus importants que dans les autres blocs. Quoi qu’il en soit, la gestion du puits par la localité n’apparaît pas comme la cause première du mauvais fonctionnement actuel du forage. Ce n’est pourtant pas l’opinion des divers membres de l’Association. Dans leur conception, c’est bien la gestion même des autorités publiques qui est remise en cause :

  • 12 Entretien avec Youssef, président de l’Association coopérative, avril 2003.

« Dans le secteur, il y a trois forages creusés par ACF encore gérés par les comités. Le quatrième a été laissé à la localité, personne ne s’en occupe. Il y a aussi des puits privés, surtout pour l’agriculture, mais quand ils tombent en panne, ils peuvent rester en panne entre trois jours et trois mois. Quand un puits de la SWC tombe en panne, là, il peut rester un an avant d’être réparé. De plus, les heures de travail ne sont pas bonnes. Ici, on fait une pause de quatre heures entre deux heures et six heures. Là- bas, c’est pas géré correctement.12 »

32Revenant plus tard, lors d’une discussion informelle, sur les raisons du mauvais fonctionnement du puits du bloc 42, un membre du comité affirmera qu’il n’a rien à voir avec des problèmes techniques et que le forage fonctionnait bien jusqu’à la reprise en main de celui-ci par la localité. Comme le discours d’ACF, celui des membres de l’Association dénonce l’inefficacité des pouvoirs publics. Concernant le forage du bloc 42, peut-être en partie par manque d’informations, il est même plus véhément que celui de l’ONG. Cela signifie-t-il que l’Association se positionne en opposition à l’État ? Rien n’est moins sûr : critiquer la SWC ou les localités, en particulier sur un plan technique, n’équivaut pas à affirmer une opposition à l’appareil étatique dans son ensemble. Cela n’exclut pas non plus des rapports d’allégeance et de soumission moins apparents, peut-être, mais toutefois profondément enracinés.

Notes

1 Ali et Takhna, op.cit., p.59.

2 Après vérification, employé ici explicitement comme substitut à l’anglicisme sustainability.

3 Compte rendu de conférence daté de février 2002, intitulé « Community Management of Deep Boreholes in Omdurman District, Sudan », transmis par ACF lors des entretiens.

4 Ali et Takhna, op.cit., p.51.

5 Baillard I. et Haenni P., 1997, op.cit.

6 Idem

7 Entretien avec le représentant de la localité et du ministère des Finances, mai 2003.

8 Idem

9 Observation de la réunion du Conseil d’administration, mai 2003.

10 Entretien avec un responsable d’ACF, avril 2003.

11 Ali et Takhna, op.cit., p.49-51.

12 Entretien avec Youssef, président de l’Association coopérative, avril 2003.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable