Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ONG et autoritarisme au Soudan : l’eau en question

 | 
Micaël Nègre

II - l'association coopérative du bloc 27 : un projet de développement local à l'épreuve de l'emprise du régime

Chapitre I. Un substitut aux services de l’État ?

Entrées d'index

Mots clés :

gestion de l'eau, eau, Soudan

Texte intégral

Le cadre géographique et social

  • 1 « al-jama’iyya at-ta’âwuniyya li-khidmât al-miyâh wa-t-ta’lîm wa-s-saha, murabba’ 27 »

1Le projet mené par Action contre la faim, qui a abouti à la création de « l’Association coopérative pour la fourniture d’eau, l’éducation et la santé du bloc 271 », s’insère dans le cadre particulier des resettlement areas de Dar as- Salam (souvent désigné simplement par as-Salam) et de al-Bugga qui constituent des localités de la province d’Um Badda dans l’État de Khartoum. La zone concernée se situe donc à l’extrémité ouest des extensions de la ville d’Omdurman. L’originalité du projet d’ACF tient d’ailleurs pour beaucoup au lieu d’intervention choisi et donc à la population bénéficiaire du projet. Il s’agit, en effet, de populations déplacées et relogées ou « réimplantées » dans le désert de manière autoritaire. Les habitants du secteur bénéficient d’un emplacement officiellement alloué pour établir leur résidence. Pourtant, la situation de précarité de ces populations est souvent équivalente à celle que connaissent les populations parquées dans les camps où se concentre l’essentiel de l’aide humanitaire. Il convient donc, dans un premier temps, de décrire un peu plus précisément le cadre géographique et humain dans lequel s’est inséré le projet d’ACF.

2Plus d’une demi-heure de voiture tout terrain sépare as-Salam et al-Bugga des derniers centres d’activité urbaine et, en particulier, du souk Libya à Um Badda qui concentre commerces et moyens de locomotion. La zone concernée ne bénéficiait, pour ainsi dire, d’aucune infrastructure urbaine avant l’intervention d’ACF. Pour l’atteindre, il faut quitter les derniers axes goudronnés et s’enfoncer dans le désert vers l’ouest sur des pistes uniformément plates, bordées par les habitations en terre cuite ou les emplacements rectangulaires encore vacants et simplement délimités par un amoncellement de terre. Aucune végétation n’y pousse et les lits des oueds, tout comme les fosses résultant de l’extraction de la terre nécessaire à la fabrication des briques, sont à sec. Très rapidement, les dernières infrastructures urbaines, signes de l’intervention des pouvoirs publics, disparaissent. Les réservoirs surélevés des forages de la SWC, du Croissant rouge et d’ACF constituent les seuls points de repère à l’horizon. Concernant les puits de la SWC, c’est d’ailleurs bien souvent leur seule utilité puisqu’il n’est pas rare de s’apercevoir qu’ils sont laissés à l’abandon.

  • 2 Hassan Ali A. A., 2000, « The Role of NGO’s in Humanitarian Aid. A Case Study of Action contre la f (...)
  • 3 Ali H. O. et Takhna Y., 2002, « Khartoum Water and Sanitation Project. Final Evaluation », Khartoum (...)
  • 4 Hassan, op.cit., p.60-95.
  • 5 D’après les estimations concordantes de Hassan et de Ali et Takhna.
  • 6 Ali et Takhna, op.cit., p.12.

3Les données statistiques concernant cette zone et sa population sont peu nombreuses, le développement des resettlement areas d’as-Salam et d’al-Bugga étant souvent postérieur aux travaux sur la question des populations déplacées. Il a été impossible de mener un véritable travail statistique du fait du manque de temps et de moyens mais aussi de la nécessité d’obtenir l’agrément des autorités soudanaises et des notables locaux pour effectuer ce type d’enquête. Néanmoins, en s’appuyant sur les documents d’ACF et sur le travail universitaire d’Asmahan Ali Hassan Ali2 qui contient les résultats d’un questionnaire distribué à la population de la zone, il est possible de donner les indications suivantes. La localité d’as-Salam occupe une superficie de 60 km2 regroupant trente-huit blocs d’habitations, ce qui correspond à un total de 79 040 logements. Elle accueille environ 310 000 personnes dont 100 000 à l’intérieur du camp de Wad al-Bechir (aussi dénommé camp d’as-Salam). La localité voisine d’al-Bugga regroupe, quant à elle, environ 430 000 personnes3. La population est majoritairement originaire de l’Ouest du Soudan, en particulier du Darfour, du Nord-Kordofan et du Sud-Kordofan où se trouvent les monts Nuba. Viennent ensuite les populations du Sud. Concernant trois blocs d’habitations, dont le bloc 27 d’as-Salam, Hassan Ali donne les proportions suivantes : 97 % d’habitants en provenance de l’Ouest, 1 % en provenance du Sud, 5 % du Nord, 15 % du Centre et 2 % de Khartoum4. Ces chiffres ne représentent pourtant pas une indication de la composition globale de la population puisque la plupart des blocs d’habitations sont marqués ethniquement, les habitants cherchant à se regrouper en fonction de leurs origines. Pour ne prendre qu’un exemple, dans le bloc 42 d’as-Salam, la population est constituée à 80 %, environ, de tribus équatoriennes5. La plupart se sont installées dans la zone à la fin des années quatre-vingt-dix lorsqu’elles ont dû quitter les zones informelles où elles séjournaient. Il s’agit, globalement, d’une population d’origine rurale donc peu scolarisée, majoritairement jeune du fait du fort taux de natalité (la famille nucléaire étant constituée en moyenne de huit personnes6), et plus pauvre que la moyenne des citadins. Cette pauvreté est d’autant plus importante dans les blocs les plus éloignés des centres urbains, l’éloignement constituant un handicap pour exercer une activité rémunérée. Ali et Takhna estiment que la majorité des familles a des revenus mensuels inférieurs à 30 000 dinars soudanais (correspondant à environ cent euros). Hassan Ali évoque une moyenne équivalente. Quoi qu’il en soit, le dénuement général est tel qu’il interdit toute création d’infrastructures par la communauté de manière autonome et, dans ce cadre, l’intervention d’ACF est tout à fait justifiée. Il convient toutefois de revenir sur la nature du projet.

Conceptualisation technique du projet d’ACF

  • 7 Entretien avec un responsable d’ACF, avril 2003.
  • 8 Ali et Takhna, op.cit., p.15.

4ACF, qui intervient au Soudan depuis 1986, a d’abord limité son action au Sud du pays et n’a commencé à entreprendre des actions dans le Nord, pour répondre aux problèmes suscités par les déplacés internes, qu’à partir de 19967. L’organisation est intervenue initialement à as-Salam à cette date en créant trois centres de nutrition thérapeutique. Les responsables ont alors pris conscience du problème d’approvisionnement en eau de la population qui, à l’époque, du fait de l’éloignement des puits et du prix de l’eau, ne consommait en moyenne que 4,5 litres par jour et par habitant, soit un quart des recommandations de l’OMS pour les zones rurales8. ACF lança donc le projet « eau et assainissement de l’État de Khartoum » en 1997. La fourniture d’eau aux populations fait partie intégrante de la mission de nutrition que s’est fixée l’association, comme l’explique le responsable rencontré.

  • 9 Entretien avec Laurent Campigotto, coordinateur de programmes à ACF, avril 2003.

« ACF a pour mandat de lutter contre la malnutrition et intervient donc selon quatre approches complémentaires et qui se recoupent : l’eau et l’assainissement, la santé, l’alimentation et la sécurité alimentaire (...). Au Sud-Soudan, dans les enclaves gouvernementales, où il y a une situation de guerre ouverte, au Nord, et bientôt à Port-Soudan. ACF doit faire face à la fuite des populations et aux destructions d’infrastructures, y compris des réseaux d’eau. Les actions peuvent, par exemple, consister à mettre en place des systèmes de filtration. Dans le Nord, le problème vient essentiellement de la sécheresse et du désintérêt du gouvernement9. »

  • 10 Ali et Takhna, op.cit., p.15.

5Techniquement, le projet s’articule autour de quatre forages mécaniques, profonds d’environ 70 mètres (la profondeur de la nappe empêche l’installation de pompes manuelles moins onéreuses), situés dans les blocs 23 et 27 d’as-Salam et les blocs 42 et 43 d’al-Bugga. À l’origine, chacun de ces puits est censé fournir de l’eau à quatre blocs d’habitations, soit à une population de dix à vingt-mille habitants pour chacun d’entre eux10. Chacun est relié par un système de rampe inclinée à un caro, chargé de récupérer les eaux perdues, et à des bornes-fontaines pour l’approvisionnement direct des particuliers. Ces spécifications techniques sont plus adaptées que celles des puits gérés par la SWC en collaboration avec la localité. Classiquement, ces derniers ne sont reliés qu’à une seule lance d’approvisionnement pour les caro et ne disposent pas de système de récupération des eaux, ce qui entraîne, entre autres, la formation de flaques de boue. Bien que centraux dans le projet, les puits ne constituent pas les seules réalisations d’ACF. Parallèlement, l’organisation a mené un programme d’éducation à la santé et à l’hygiène et a permis la construction d’environ mille six-cent latrines individuelles. L’ensemble de ces mesures est censé participer d’une vision intégrée visant à améliorer la situation sanitaire globale des habitants. Les actions en matière de santé et d’hygiène sont assumées par les associations chargées de gérer les puits, maintenant indépendantes d’ACF. Cela conduit donc à s’intéresser à présent aux comités de gestion établis par ACF et à leur évolution, en centrant plus spécifiquement cette étude sur celui du bloc 27.

Le comité local de gestion

6Au-delà des réalisations techniques, c’est en effet la mise sur pied de quatre comités locaux de gestion qui constitue la réalisation majeure d’ACF. Dans la conception de l’organisation, suivant en cela le schème général dont il a déjà été question, c’est la réussite globale du projet qui dépend du bon fonctionnement des comités. Le comité est conçu comme un des éléments déterminants qui assurera la sustainability du projet, c’est-à-dire sa capacité à perdurer, y compris après le retrait d’ACF du projet.

7La rentabilité, assurée par les bénéfices de la vente de l’eau, et la participation de la communauté sont les éléments indispensables à la réussite du projet. Cette participation doit reposer sur le sentiment de propriété que la communauté développe à l’égard de l’infrastructure. C’est en cela que le comité est primordial puisqu’il doit susciter ce sentiment, d’une part, en utilisant les revenus tirés de l’infrastructure au profit de l’ensemble de la communauté et, d’autre part, en constituant une institution locale représentative de la communauté. En outre, ACF, tout en s’appuyant sur les compétences locales, forme à la gestion les membres du comité et le personnel chargés de faire fonctionner et d’entretenir les infrastructures. La conception générale d’ACF est donc en tout point conforme au modèle d’intervention des ONG, décrit plus haut. Une fois les conditions de la sustainability réunies, elle vise à l’autonomisation des comités vis-à-vis d’ACF et, tant que faire se peut, vis-à-vis des autorités politiques. Le développement de la communauté par la communauté est finalement assuré par son insertion dans le marché. Même si cette dernière permet en définitive un développement solidaire, il s’agit bien de privatiser une infrastructure hydraulique au profit d’une collectivité bien déterminée.

  • 11 Voir p.97.

8Trois des quatre comités créés initialement par ACF ont atteint ce stade ultime qui a été marqué par leur enregistrement en tant qu’associations coopératives auprès du ministère des Finances. La gestion du puits du bloc 42 à al-Bugga a, quant à elle, été cédée à la localité pour des raisons qui seront évoquées plus loin11.

L’expérience du bloc 27

  • 12 Ali et Takhna, op.cit., p.16.

9Une fois le projet conceptualisé, la première étape pour ACF a été d’entrer en négociation avec les autorités soudanaises, et en particulier avec la SWC, afin d’obtenir l’approbation de cette dernière et, éventuellement, sa participation technique dans la réalisation des forages. Si l’on en croit l’évaluation finale du projet effectuée pour ACF, la SWC était plutôt défavorable à l’idée d’une gestion communautaire et accepta de fournir un minimum d’aide technique dans l’espoir de récupérer l’infrastructure12 (dans le cas du bloc 27, en fournissant le réservoir) ; ce qui ne s’est pas passé jusqu’à présent. Par ailleurs, et pour éviter des tensions éventuelles, les localités ont été conviées à désigner une personne chargée de les représenter au sein des comités de gestion mis en place par ACF.

10Cependant, dans un premier temps, et pour impliquer la population dès les phases initiales du projet, ACF a été amenée à entrer en relation avec un nombre restreint de représentants de la population formant une sorte de premier comité informel. Hassan, membre actuel du comité exécutif de l’Association coopérative du bloc 27, raconte :

  • 13 Entretiens avec différents membres du comité exécutif de l’Association coopérative du bloc 27, avri (...)

« Je me souviens, quand Sébastien d’ACF est venu la première fois et a visité la région, il a vu qu’il y avait des puits là et là et qu’il n’y avait rien ici. C’est comme ça qu’il a eu l’idée de faire une station (mahata) en considérant quatre blocs ensemble. Alors, il a rencontré les membres du comité populaire et il a discuté avec eux (...) Quand on a eu l’idée de faire un puits, on a mis en place un comité de quatre membres, un pour chacun des quatre blocs concernés. Il y avait Abashar pour le bloc 26, Youssef pour le bloc 27, Sadiq pour le bloc 28 et moi pour le bloc 30. Le fait de n’être que quatre, c’était pour éviter qu’il y ait trop d’avis différents, que celui-là veuille ça, que l’autre veuille ça...13 »

  • 14 Entretien avec Laurent Campigotto, coordinateur de programmes à ACF, avril 2003.
  • 15 Ali et Takhna, op.cit., p.18-20.

11Ce n’est donc que dans un deuxième temps que la population a « choisi librement » ses représentants dans chacun des quatre blocs. Dans ce cadre, ACF a cherché explicitement à limiter l’impact socio-politique du projet en ménageant une place aux différents groupes existants, groupes tribaux, associations de jeunes, comités populaires14, tout en cherchant à ce que les groupes défavorisés soient représentés, en particulier les femmes. Il est pourtant difficile d’avoir une idée claire sur l’affiliation des différents membres puisque celle-ci est rarement univoque. Cette question sera abordée plus avant et il suffit de retenir pour l’instant que, typiquement, les différents comités formés par ACF étaient composés d’une dizaine de membres de la communauté, d’une à trois femmes, d’un représentant d’ACF et d’un membre du personnel technique en charge de l’infrastructure. À partir de leur formation, ces comités ont pris une part croissante dans la gestion des projets puisqu’ils ont été progressivement chargés, de manière indépendante, de collecter les revenus de la vente de l’eau, de s’assurer de l’approvisionnement en fuel et en lubrifiant, de superviser et de gérer le forage, d’acheter le matériel pour les opérations mineures de maintenance, de faire face aux coûts de maintenance et de réhabilitation, de préparer les rapports techniques hebdomadaires et de gérer tous les sous-projets financés par les revenus du forage15. Finalement, la vente de l’eau dégageant des revenus suffisants, ACF a pu mettre un terme à son intervention une fois la structure du comité enregistrée en tant qu’association coopérative en 2001.

12Les statuts de l’Association lui donnent pour objectif de continuer l’œuvre initiée et lui concèdent une relative liberté pour mener des projets de développement au bénéfice des habitants des quatre blocs concernés, en matière d’approvisionnement en eau, de santé et d’hygiène, d’éducation et de services et projets de proximité. La principale restriction concerne l’envergure des projets qui doivent se limiter à une petite échelle. Pour le reste, l’organisation interne de l’Association peut être résumée selon les paroles d’Abashar qui en est l’actuel trésorier :

  • 16 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association coopérative du bloc 27, le 15 mai 2003. Il fait (...)

« À la base, il y a l’Assemblée générale (al-jama’iyya al-’umu- miyya) qui comptait au début soixante membres, quinze pour chacun des quatre blocs. Chacun de ceux-ci doit payer une cotisation de 500 dinars [moins de deux euros]. Le nombre des membres peut ensuite augmenter, tous ceux qui habitent les blocs peuvent être membres (...) Par contre, dans la loi sur les associations, il y a des règles pour pouvoir exclure les gens qui n’ont pas une attitude droite (ghair mustaqim), ceux qui se mettent de l’argent dans les poches (...) L’Assemblée générale se réunit une fois par an et il y a des élections tous les deux ans où les membres de chaque bloc choisissent trois membres pour faire partie du Conseil d’administration (majlis al-idara). À ces douze membres, il faut ajouter un représentant de la localité, un représentant de l’Office des enregistrements (majlis al- jama’iyat) et un mécanicien. Ça fait donc quinze membres qui élisent entre eux les six membres du Bureau exécutif (al-maktab at-tanfidhi), un président, un substitut du président, un trésorier, un secrétaire général, un sous-secrétaire général et un mécanicien. Ensuite, il y a des comités formés autour de projets particuliers, l’eau, l’éducation, etc.16 »

Perpétuation autonome des activités initiées par ACF

  • 17 Ali et Takhna, op.cit., p.26.

13Faisant preuve d’un dynamisme certain et bénéficiant de revenus importants en comparaison du niveau de vie de la population, l’Association coopérative détient aujourd’hui une place hégémonique en ce qui concerne les services publics fournis à la population. En 2002, peu de temps après la sortie d’ACF du projet, l’Association coopérative possédait quelque 23 millions de dinars soudanais placés en banque (soit environ 85 000 euros)17. Ces sommes sont donc considérables et les revenus d’une semaine d’activité conservés dans un coffre-fort nécessitent la présence d’un garde armé en permanence. Ces revenus sont utilisés pour assurer le fonctionnement du forage mais aussi pour mettre en œuvre un ensemble de sous-projets profitant aux habitants des quatre blocs d’habitations (26, 27, 28 et 40). Les différents membres insistent sur le fait que, si la communauté ne perçoit pas les revenus de la vente de l’eau en espèces, elle en bénéficie toutefois par les services rendus. Les faits semblent leur donner raison.

  • 18 Ibid., p.40.
  • 19 Entretien avec les membres du Comité exécutif de l’Association, avril 2003.
  • 20 Idem

14Concernant l’approvisionnement en eau, alors que la consommation individuelle journalière était auparavant estimée à 4,5 litres, elle serait actuellement d’environ 20 litres, ce qui correspond aux recommandations de l’OMS pour les zones rurales18 au Soudan. Il ne s’agit pourtant que d’une estimation puisque ce chiffre doit prendre en compte une évaluation des pertes entre l’eau produite et l’eau vendue. En outre, le système de vente indirecte par l’intermédiaire de vendeurs ambulants ajoute une incertitude quant à la quantité d’eau effectivement consommée par les habitants des quatre blocs. Néanmoins, il est certain que celle-ci a considérablement augmenté. À cela plusieurs raisons : en premier lieu, la proximité même du forage facilite l’approvisionnement individuel et augmente le nombre de caro en circulation dans le secteur ; par ailleurs, l’intervention d’ACF a entraîné une baisse considérable du coût de l’eau. Les vendeurs ambulants sont en effet tenus de respecter un prix de vente fixe à l’intérieur des quatre blocs alors que celui-ci est, en règle générale, fonction de la distance parcourue entre le lieu d’approvisionnement et le lieu de vente. Ils ont le droit de pratiquer des prix libres à l’extérieur des quatre blocs19. Dans ce contexte, avant l’intervention d’ACF, le prix de l’eau était plus de deux fois supérieur aux prix pratiqués dans les zones proches des forages. La population profite donc quantitativement et économiquement de l’activité de l’Association. En outre, l’amélioration est aussi qualitative puisque l’eau distribuée fait l’objet de mesures d’hygiène. D’une part, les caro sont tenus d’être désinfectés sur place une fois par mois et leurs conducteurs reçoivent à cet effet une carte qui prouve que l’opération a bien été effectuée20. D’autre part, la qualité de l’eau extraite fait l’objet d’un suivi : le personnel a reçu une formation dispensée par l’ONG française lui permettant d’effectuer une chloration si nécessaire, en particulier durant la saison des pluies entre août et octobre. Ces mesures qualitatives s’insèrent dans le cadre plus large des mesures de promotion de l’hygiène et de la santé menées par l’Association. Dans ce cadre, cette dernière continue à aider les habitants qui veulent réaliser des latrines individuelles et soumet les quatre blocs d’habitation à un traitement prophylactique de la malaria.

15Outre ces actions relatives à l’approvisionnement en eau et à la promotion de l’hygiène qui perpétuent le projet initial d’ACF, l’Association coopérative élargit peu à peu son champ d’action jusqu’à prendre en charge la plupart des services publics que les autorités n’assument pas. Elle a ainsi réhabilité deux écoles et a construit deux mosquées avec ses propres fonds. Dans ce cadre, le rôle des autorités se limite à verser leur salaire aux enseignants et aux imâms :

  • 21 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association, mai 2003.

« La mosquée est construite par l’Association, mais l’imâm est choisi par la population, conformément au Coran qui dit que l’imâm doit être choisi au sein de la communauté des croyants, et il reçoit un salaire du gouvernement comme fonctionnaire. C’est différent par rapport aux écoles où les enseignants ne viennent pas forcément de la communauté, même si c’est mieux21. »

  • 22 Entretien avec Youssef, vice-président de l’Association, avril 2003.
  • 23 D’après les rapports techniques lors de la réunion du Conseil d’administration de l’Association, ma (...)
  • 24 Entretien avec un membre du personnel de l’ambassade de France, avril 2003.
  • 25 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association, mai 2003.

16Une autre réalisation importante de l’Association consiste en la mise sur pied d’une pépinière qui constitue l’unique point de verdure dans l’étendue désertique. L’ingéniosité du système tient au fait que l’eau nécessaire à l’irrigation est constituée par les eaux perdues de la rampe d’approvisionnement qui sont canalisées jusqu’au jardin. Ce jardin vise deux objectifs : en premier lieu, faire pousser des essences susceptibles d’être réimplantées dans le secteur ; en second lieu, fournir les légumes et les fruits nécessaires à la tenue d’un micromarché local au profit des femmes22. Enfin, l’Association a actuellement d’autres projets plus ou moins avancés. Au moment de l’enquête (début mai 2003), elle engageait les premiers essais techniques d’un projet visant à fournir de l’électricité aux quatre blocs entre six heures et onze heures du matin à l’aide de quatre générateurs diesel. La phase d’essais devait durer deux mois durant lesquels un dénombrement précis de la population à desservir devait être effectué23. Le prix de vente du kwh était estimé à deux fois moins, environ, que le prix « commercial ». Un autre projet à l’étude consistait en l’acquisition de minibus afin de faciliter les déplacements de la population jusqu’au centre d’Um Badda. Par ailleurs, l’Association était alors sur le point de recevoir l’aide du Fonds social de développement de l’ambassade de France pour le forage d’un nouveau puits à l’intérieur du bloc 2624. Le but à terme est encore plus vaste puisque l’Association ambitionne d’établir un forage dans chacun des quatre blocs, ces quatre forages devant alimenter un réseau desservant individuellement les habitations25.

  • 26 Hassan, op.cit., p.92-94.
  • 27 Voir le chapitre qui lui est consacré p.77.

17Le service rendu à la population par ces divers projets est donc bien réel. L’enquête menée par Hassan Ali est, à ce sujet, significative bien que ne s’intéressant pas spécifiquement au bloc 27 et prenant en compte d’autres blocs ayant bénéficié des travaux des autres comités créés par ACF. Selon ses résultats, 100 % des personnes interrogées estiment que le projet initié par ACF a amélioré leurs conditions de vie et une large majorité a un avis favorable sur l’action des comités26. Peut-être encore plus probante est l’affirmation de Caesar, un ancien employé d’ACF27 :

  • 28 Entretien avec les membres du Bureau exécutif de l’Association, avril 2003.

« La communauté de cette aire vient principalement de l’Ouest et du Sud. Ce sont des gens qui sont arrivés dans la région de Khartoum au début des années quatre-vingt et qui n’ont pas eu l’opportunité de s’installer à Um Badda ou à Omdurman. Mais, avant le projet, il y avait très peu de maisons dans le bloc 27. Avec le projet, de plus en plus de monde est venu s’installer ici et il reste encore des emplacements vides.28 »

  • 29 D’après les chiffres communiqués lors de la réunion du Conseil d’administration de l’Association, m (...)
  • 30 Berry-Chikhaoui I. et Deboulet A. (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le monde arabe. P (...)
  • 31 Voir, notamment, Signoles P., « Postface. Perspective de recherche » dans Berry-Chikhaoui et Deboul (...)

18Prenant en charge l’approvisionnement en eau d’environ 16 000 personnes29, bientôt leur approvisionnement en électricité et leurs transports collectifs, la construction et la réhabilitation de lieux communautaires ainsi que la santé publique du secteur, l’Association serait ainsi à l’origine de la formation d’un nouveau centre urbain. Voilà qui pourrait s’inscrire dans la vision développée par Isabelle Berry-Chikhaoui et Agnès Deboulet sur les compétences des citadins dans le monde arabe, si l’on excepte le fait que l’impulsion initiale est due à une organisation extérieure30. Dans ce cadre, les habitants ici réunis en association deviennent des producteurs de l’urbain, dans le cas présent les producteurs quasi-exclusifs, et contribuent à créer l’espace public et à lui donner son sens. Défendant la thèse d’une participation citadine à la production urbaine, les différents co-auteurs d’Isabelle Berry-Chikhaoui et d’Agnès Deboulet mettent en même temps en garde contre le biais qui consisterait à négliger, voire à dénigrer systématiquement l’action de l’État et des autorités31. Les habitants d’as-Salam ont d’ailleurs fait la cruelle expérience de la capacité urbanistique de l’État, lorsque celui-ci les a réimplantés manu militari au beau milieu du désert. Les autorités restent susceptibles de mettre un terme à l’activité de l’Association ou de reprendre en main la gestion des infrastructures. Dans ce cadre, au vu des habitudes politiques du régime, l’enregistrement - et, donc, la légalité - de l’Association constitue une bien maigre protection. Par ailleurs, les objectifs avoués de la SWC sont de développer à terme un réseau couvrant l’ensemble de l’agglomération, ce qui remettrait en cause l’existence même de l’Association. Même si les membres de l’Association en sont conscients, ces perspectives sont repoussées dans un avenir lointain, comme en témoigne le contrat moral que s’est fixé Abashar :

  • 32 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association, mai 2003.

« Moi, je ne crois pas que ce soit pour tout de suite. Mais, de toutes façons, j’ai un contrat avec le gouvernement : quand 70 % de la population auront accès à l’eau, ce sera très bien, je m’en irai, je serai content.32 »

19Dans l’attente de ce futur hypothétique, l’Association se substitue aux pouvoirs publics avec efficacité.

Compétences collectives et individuelles

  • 33 Ali et Takhna, op.cit., p.28.
  • 34 Entretien avec un membre du personnel de l’ambassade de France, mai 2003.

20L’efficacité de l’Association repose par ailleurs sur les capacités individuelles de ses membres. ACF n’a apporté qu’un complément de formation à des personnes déjà qualifiées. Ce fut le cas, notamment, pour le personnel rémunéré de l’Association qui comprend un mécanicien en chef, un assistant mécanicien, deux collecteurs d’argent et deux gardes chargés également d’entretenir la pépinière33, et pour le trésorier qui avait déjà exercé des fonctions de comptable au sein de la National Electricity Corporation. Néanmoins, l’acquisition de nouvelles compétences ne s’est pas arrêtée avec le retrait d’ACF du projet. À titre d’exemple, les revenus dégagés ont permis à certains de suivre une formation informatique et l’Association envisage désormais de se doter d’un ordinateur avec le double objectif de former son personnel sur place et de gérer informatiquement son activité. De manière plus générale, l’Association démontre une capacité à mobiliser les compétences individuelles locales. De ce fait, elle se montre en mesure, non seulement d’initier des projets, mais encore de les planifier et d’en définir les spécifications techniques par elle-même. Toutes proportions gardées, on peut donc assimiler son activité de conceptualisation de projets à celle d’un bureau d’études. Dans ce cadre, le projet d’approvisionnement électrique a été entièrement conçu par les membres de l’Association, y compris ses aspects techniques. Il en va de même pour le projet de nouveaux puits dont la conception technique (qui, il est vrai, bénéficiait de l’expérience précédente du forage du bloc 27) était finalisée lorsque l’Association sollicita l’ambassade de France pour une assistance exclusivement financière34. À ce titre, les paroles d’Abashar, qui affirme avoir pris une part importante dans la conceptualisation du projet, sont significatives.

  • 35 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association, mai 2003.

« À force de s’occuper de cette station, on apprend comment ça marche. Quant au choix de l’emplacement, la première nécessité a été de voir où on pouvait techniquement placer le puits. Ensuite, il a fallu discuter avec le Bureau exécutif pour voir où les gens en avaient le plus besoin. Le choix a été fait en fonction du nombre d’habitants dans le bloc, du nombre de consommateurs possibles venant de l’extérieur et de la distance à parcourir pour cela et, enfin, du dénivelé du terrain [puisque le but à terme est de créer un réseau]. En fonction de tout ça, on a choisi le bloc 26.35 »

21La démarche rationnelle et les compétences collectives et individuelles qui sous-tendent ces paroles ne sont pas seulement mises à profit par l’Association pour conceptualiser techniquement des projets d’infrastructures mais elles s’expriment également sur un autre terrain : celui de la collecte de soutiens extérieurs.

Caesar et l’art de recevoir

  • 36 Entretien avec Hassan, membre du Bureau exécutif, mai 2003.

22Née d’une intervention extérieure, l’Association, bien qu’aujourd’hui indépendante, cherche encore à bénéficier ponctuellement de soutiens internationaux pour la réalisation de certains projets. Ses statuts prévoient d’ailleurs cette source de revenus. En un mot, cette compétence à démarcher les soutiens extérieurs fait aussi partie de l’héritage légué par ACF. La tâche est d’autant plus aisée que, de par son dynamisme, l’Association fait figure de modèle et que les intervenants extérieurs ne sont pas réticents à l’aider dans son action. La première de ses compétences passe par ce que l’on pourrait appeler « l’art de recevoir ». Bien sûr, étant donné les moyens de l’Association, il ne s’agit pas d’offrir un buffet digne des salons des ambassades à tous les visiteurs étrangers, mais il est significatif que l’Association ait une ligne budgétaire consacrée aux boissons offertes aux visiteurs36. De manière peut-être moins anecdotique, l’art de recevoir consiste à accepter les nombreuses visites extérieures, même informelles. La galerie de photos affichées dans la salle de réunion témoigne des visites des personnalités ayant fait le déplacement et pour lesquelles la plupart des membres du Bureau exécutif sont présents. Ces visites sont, par-dessus tout, l’occasion de montrer dans le détail les actions menées à bien par l’Association.

23Dans ce cadre, le personnage de Caesar joue un rôle central et s’avère d’une utilité primordiale pour l’Association. Originaire du Sud du Soudan, Caesar n’habite pas dans le secteur mais dans un camp plus au nord. Il ne peut donc pas faire partie à proprement parler du Conseil d’administration ni même de l’Association. Il s’agit, en fait, d’un ancien employé local d’ACF qui est rentré en relation avec la future Association durant la mise en place du projet. Aujourd’hui retraité, il continue de collaborer avec l’Association bénévolement, cette dernière lui remboursant ses frais. Sa fonction est précisément de faciliter les relations entre l’Association et ses partenaires étrangers. Ce faisant, l’Association profite de ses compétences : linguistiques, tout d’abord, puisque contrairement à la plupart des membres de l’Association, Caesar parle couramment anglais ; professionnelles aussi, puisque du fait de son travail au sein d’ACF, Caesar a acquis une certaine connaissance des rouages de l’aide internationale. C’est donc lui qui assure l’essentiel des démarches auprès des donateurs éventuels. Le résultat de cette capacité à communiquer semble être à la mesure des efforts engagés, du moins à en juger par la liste des institutions en relation avec l’Association : ambassades de France, des Pays-Bas, d’Allemagne, de Grande-Bretagne et du Qatar.

24Le plus étonnant est que les différents types d’acteurs, internationaux, gouvernementaux et enfin les membres de l’Associations eux-mêmes, bien que développant des visions différentes, puissent s’accorder sur son exemplarité.

Notes

1 « al-jama’iyya at-ta’âwuniyya li-khidmât al-miyâh wa-t-ta’lîm wa-s-saha, murabba’ 27 »

2 Hassan Ali A. A., 2000, « The Role of NGO’s in Humanitarian Aid. A Case Study of Action contre la faim (ACF) in Sudan, Assessing Water and Sanitation Khartoum Program », Mémoire de M.A. non publié, Development Studies and Research Centre, University of Khartoum.

3 Ali H. O. et Takhna Y., 2002, « Khartoum Water and Sanitation Project. Final Evaluation », Khartoum, document interne d’Action contre la faim, non publié, p.12.

4 Hassan, op.cit., p.60-95.

5 D’après les estimations concordantes de Hassan et de Ali et Takhna.

6 Ali et Takhna, op.cit., p.12.

7 Entretien avec un responsable d’ACF, avril 2003.

8 Ali et Takhna, op.cit., p.15.

9 Entretien avec Laurent Campigotto, coordinateur de programmes à ACF, avril 2003.

10 Ali et Takhna, op.cit., p.15.

11 Voir p.97.

12 Ali et Takhna, op.cit., p.16.

13 Entretiens avec différents membres du comité exécutif de l’Association coopérative du bloc 27, avril 2003.

14 Entretien avec Laurent Campigotto, coordinateur de programmes à ACF, avril 2003.

15 Ali et Takhna, op.cit., p.18-20.

16 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association coopérative du bloc 27, le 15 mai 2003. Il fait ici une distinction entre le Conseil d’administration et le Bureau exécutif qui n’existe pas dans les statuts : ceux-ci ne mentionnent qu’un Comité exécutif.

17 Ali et Takhna, op.cit., p.26.

18 Ibid., p.40.

19 Entretien avec les membres du Comité exécutif de l’Association, avril 2003.

20 Idem

21 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association, mai 2003.

22 Entretien avec Youssef, vice-président de l’Association, avril 2003.

23 D’après les rapports techniques lors de la réunion du Conseil d’administration de l’Association, mai 2003.

24 Entretien avec un membre du personnel de l’ambassade de France, avril 2003.

25 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association, mai 2003.

26 Hassan, op.cit., p.92-94.

27 Voir le chapitre qui lui est consacré p.77.

28 Entretien avec les membres du Bureau exécutif de l’Association, avril 2003.

29 D’après les chiffres communiqués lors de la réunion du Conseil d’administration de l’Association, mai 2003.

30 Berry-Chikhaoui I. et Deboulet A. (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris Khartala.

31 Voir, notamment, Signoles P., « Postface. Perspective de recherche » dans Berry-Chikhaoui et Deboulet, op.cit., p. 385-402.

32 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association, mai 2003.

33 Ali et Takhna, op.cit., p.28.

34 Entretien avec un membre du personnel de l’ambassade de France, mai 2003.

35 Entretien avec Abashar, trésorier de l’Association, mai 2003.

36 Entretien avec Hassan, membre du Bureau exécutif, mai 2003.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable