Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ONG et autoritarisme au Soudan : l’eau en question

 | 
Micaël Nègre

I - Redéfinition du cadre des relations entre État et Société

Chapitre III. L’approvisionnement en eau des laissés-pour-compte, lieu d’intervention privilégié de la communauté internationale

Entrées d'index

Texte intégral

Khartoum : migrations et gestion urbaine

  • 1 Pérouse de Montclos M.-A., 2001, « Migrations forcées et urbanisation : le cas de Khartoum », Les d (...)
  • 2 Ibid., p.17.
  • 3 Davies, op.cit., p.135.

1En proie à la plus ancienne guerre civile du continent, le Soudan est le pays africain qui détient le triste record du plus grand nombre de populations déplacées. Une estimation chiffrée de ce phénomène est pourtant extrêmement hasardeuse tant les chiffres peuvent varier selon leur source. Si les organisations humanitaires internationales ont tendance à surévaluer les chiffres, le gouvernement tente clairement de minimiser l’ampleur du problème. En 2001, Marc-Antoine Pérouse de Montclos avance une fourchette comprise entre 1,8 et 4,1 millions de déplacés tout en mettant en garde sur la validité de ces chiffres1. En simplifiant quelque peu la situation, on peut dire qu’aux déplacés du Sud, chassés de leur village par la guerre qui reprend en 1983, s’ajoutent des populations « nordistes » venant essentiellement de l’Ouest du pays, notamment lors des sécheresses de 1984-1985. Pourtant, en dehors des périodes de crise qui engendrent des pics migratoires, les déplacements internes de populations correspondent aussi à un exode rural permanent lié à l’espérance d’un meilleur niveau de vie en ville. Dans ce cadre, les trois villes formant l’agglomération de Khartoum, où se concentre la majorité des infrastructures du pays, constituent le point d’attraction principal. La ville concentre 73 % des usines, 75 % des salariés, 34 % des banques, 63 % des médecins ainsi que, en 1981, 71 % des établissements publics et privés d’enseignement secondaire2. Cet effet d’attraction aboutit à une croissance urbaine folle dont il a déjà été sommairement question plus haut. Entre 1983 et 1990, la capitale voit sa population doubler. Alors que le taux d’accroissement normal aurait fait passer la population de 1,8 million à 2,2 millions, elle atteint 3,6 millions en 1990, ce qui suggère un flux entrant de 1,4 million de personnes3. C’est la région d’Omdurman qui connaît le plus fort taux d’accroissement, sa population augmentant alors de 122 %. À partir des années quatre-vingt-dix, plus de la moitié de l’agglomération est constituée de nouveaux migrants.

  • 4 Pérouse de Montclos, op. cit., p.12.

2À ces déplacés internes (Internai Displaced Peoples, IDP, selon le vocabulaire des organisations internationales), les nazihin en arabe, s’ajoutent dans une moindre mesure les réfugiés transfrontaliers ou laji’in qui peuplent les camps du HCR mais s’intègrent en partie dans le tissu urbain. En 1987, on dénombrait ainsi 675 000 réfugiés en provenance d’Éthiopie, future Érythrée incluse, dont environ 230 000 à Khartoum4. La gestion de ces réfugiés pose d’ailleurs des problèmes actuellement, liés à la cessation des combats entre l’Éthiopie et l’Érythrée, désormais indépendante.

3Ces migrations massives compliquent et, pour tout dire, rendent impossible toute gestion efficace de l’urbanisation par les autorités. Dès les années quatre-vingt, les nouveaux migrants investissent les vides urbains à l’intérieur de l’agglomération et s’emparent de la périphérie. Les zones d’urbanisation spontanées, qualifiées par les autorités de squatters areas ou de zones informelles, d’abord véritables bidonvilles, prennent peu à peu l’aspect de nouveaux centres urbains avec le passage d’un habitat de structures légères à des constructions moins temporaires et le développement d’infrastructures urbaines. C’est à cette époque, par exemple, que se développe la zone d’Um Badda, aujourd’hui rebaptisée « nouvelle Omdurman » depuis son intégration officielle au périmètre urbain. Face à cette explosion urbaine, les autorités sont d’autant plus démunies que la configuration géographique de la région, présentant un sol uniformément plat, et l’habitat soudanais traditionnel, qui privilégie la résidence individuelle composée d’une à deux pièces couvertes comprises dans un enclos plus large à ciel ouvert, favorisent une croissance extensive de la ville. La mise en place des infrastructures, électricité, réseau d’adduction et d’évacuation d’eau, goudronnage ou délimitation des axes de communication, est d’autant plus difficile.

Une vision sécuritaire de l’urbanisme : la politique du bulldozer

  • 5 Voir à ce sujet Lavergne M., 1995, « L’aménagement du grand Khartoum, entre planification autoritai (...)

4Pourtant, le problème est antérieur aux vagues de migrations récentes. Dès l’indépendance du pays, les autorités ont cherché à contenir et à rationaliser l’urbanisation de la capitale en faisant appel à des bureaux d’études étrangers qui ont établi des plans d’aménagement. Faute de moyens, ces plans n’ont jamais réellement été menés à terme. Il s’agit du plan Doxiadis de 1958 et du plan Mefit de 19745. Après l’arrivée au pouvoir de la junte islamiste, les tentatives de contrôle de l’urbain s’intensifient en prenant appui sur une nouvelle étude étrangère, le plan Doxiadis 1991. La politique urbaine menée par le régime d’al-Bashir répond à des attentes sécuritaires et de contrôle de la population et aboutit à une ségrégation spatiale en défaveur des personnes supposées les moins proches du régime.

  • 6 Pérouse de Montclos, op.cit., p.11.
  • 7 Ibid., p.10. Sur la période mahdiste, voir Bleuchot H., 1989, « Le Soudan au xixe siècle » dans Lav (...)

5La gestion politique à visées sécuritaires de l’urbanisme ne date pourtant pas de l’arrivée au pouvoir des islamistes. La ville de Khartoum, fondée en 1824 par le vice-roi d’Égypte, puis réaménagée par le colonisateur britannique, suit un plan en damiers, doublé de grandes artères transversales, qui facilite l’aménagement urbain mais permet également une intervention rapide des forces de sécurité en tout point de la ville. Elle s’oppose en cela au centre mahdiste d’Omdurman dont le tracé est bien moins régulier. Au-delà de la planification au sol, la ségrégation spatiale en fonction des appartenances sociales, religieuses, ethniques et politiques est, elle aussi, ancienne. De manière générale, le centre de la ville « égypto-britannique » de Khartoum abrite les populations étrangères et soudanaises les plus aisées et trouve son prolongement industriel à Khartoum-Nord qui se développe avec la création de la ligne ferroviaire Le Caire-Khartoum en 18996. Par opposition, Omdurman est plus populaire, les plus pauvres étant rejetés dans des habitats à la périphérie. Outre cette ségrégation sociale, les différents pouvoirs ont tour à tour cherché à contrôler leurs opposants et leurs partisans, interdisant aux uns et permettant aux autres l’accès à telle ou telle partie de la ville. Durant le règne du Mahdi jusqu’en 1885 et sous son successeur Abd Allahi, les tribus qui soutiennent le pouvoir sont poussées à s’installer dans le centre politique qu’est alors Omdurman, tandis que les populations chrétiennes sont rejetées dans des ghettos7. Depuis lors, fief du parti de la Umma, la ville connaîtra des phénomènes similaires durant le xxe siècle. Si, durant les périodes « démocratiques » où il est au pouvoir, Sadiq el-Mahdi favorise l’installation à Omdurman de tribus venues de l’Ouest du pays et traditionnellement proches du parti de la Umma, ces mêmes tribus seront rejetées à l’extérieur de la ville sous le régime de Nimeiri. Al-Bashir perpétue et accentue cette politique de ségrégation des migrants et, en particulier, des Sudistes qu’il considère comme de probables opposants et des soutiens potentiels du MLPS.

  • 8 Voir à ce sujet Abu Sin et Harbi, « Greater Khartoum’s Vulnerability to Disaster Hasards : the Case (...)

6Le régime d’al-Bashir a pratiqué une politique du bulldozer à l’encontre des quartiers informels. Une des justifications officielles tient aux conséquences des inondations qui frappèrent la capitale durant l’été 1988. Les plus grosses pertes humaines et matérielles touchèrent en effet les quartiers les plus pauvres où résidaient les nouveaux migrants8. Dans le même temps, les populations des zones informelles sont criminalisées par le discours officiel et accusées d’être à l’origine de tous les maux de la vie urbaine. Vis-à-vis des Sudistes, cette criminalisation fut d’autant plus aisée que la réaffirmation de la shari’a a rendu illégales nombre de pratiques usuelles des populations du Sud.

  • 9 Pérouse de Montclos, op.cit., p.24.

7La politique du bulldozer, réglementée par le décret du 20 mai 1990, ne touche pas de la même façon toutes les populations récemment arrivées en ville. Ainsi, certains quartiers informels anciens échappent à la destruction et font l’objet d’une réhabilitation. C’est notamment le cas de la partie d’Um Badda, aujourd’hui concernée par le projet d’extension du réseau de la SWC-K. Dans le traitement des zones et des populations qui les habitent, les autorités effectuent de fait une distinction en fonction de la proximité politique de la population avec le mouvement islamiste. Les foyers supposés d’opposition sont ainsi rasés de même qu’un certain nombre d’églises, alors que les mosquées sont soigneusement évitées9. Les populations expulsées des quartiers détruits par les autorités ont, par la suite, fait l’objet d’un véritable tri en fonction de leurs capacités à s’insérer dans l’agglomération. Les personnes déclarées aptes à s’intégrer eurent alors l’opportunité d’acquérir un emplacement légalement reconnu dans les « villes de la paix », Dar as-Salam, établies dans le désert, en périphérie de la ville.

  • 10 Idem

8Les critères d’accession à un logement, officiellement basés sur la durée du séjour dans l’agglomération (plus de dix ans sont requis), sur la nationalité soudanaise, sur la possession d’un certificat de naissance, sur l’existence d’un ménage, et les démarches nécessaires à l’obtention d’un emplacement ont, dans bien des cas, écarté les populations originaires du Sud. En effet, ces dernières ne possédaient souvent pas les papiers et les réseaux au sein des administrations, nécessaires à l’aboutissement de ces démarches10. Il en résulte aujourd’hui une nouvelle ségrégation. Si les camps fermés (et interdits aux étrangers en dehors d’une autorisation du Commissariat à l’aide humanitaire) sont majoritairement peuplés de Sudistes, les « villes de la paix » sont, quant à elles, habitées par des populations considérées comme plus arabisées et islamisées, souvent originaires de l’Ouest du pays.

  • 11 D’après les estimations d’un des responsables interviewés de l’Association coopérative du bloc 27.

9Au-delà de cet aspect ségrégatif, la situation des Dar as-Salam, dénommées par les ONG internationales resettlement areas, invite à s’interroger sur les catégories de l’habitat utilisées tant par les chercheurs que par les autorités. Dans bien des cas, la principale distinction entre les quartiers « formels » des villes de la paix et les quartiers « informels », « squattés », tient essentiellement à la légalité de l’habitat. Si cette légalité permet aux habitants d’envisager leur séjour sur place dans une temporalité longue, alors que les habitants des zones informelles comme ceux des camps vivent sous la menace permanente d’une expulsion, elle n’implique pas que les autorités s’y investissent. Ainsi, les citadins des Dar-as-Salam sont-ils les principaux et souvent les uniques producteurs de l’espace urbain qu’ils habitent. Les habitations en briques de terre cuite fabriquées dans les alentours sont construites par les habitants eux-mêmes selon un modèle identique à celui des zones informelles. Le coût global d’une habitation type sur un emplacement de douze mètres sur dix-huit, comprenant une à deux pièces et un mur d’enceinte, s’élève au minimum à trois mille euros et, ce, en recourant aux matériaux les moins chers et les moins résistants11. La simple construction d’une habitation en terre cuite correspond donc à un investissement très important au vu des revenus moyens des habitants. Dans ces conditions, si un certain nombre de lieux communautaires - tels que mosquées ou écoles - est le résultat d’initiatives locales, l’éloignement du centre urbain, qui complique les activités économiques d’une population déjà pauvre, limite la création par la communauté de telles infrastructures. D’ailleurs, celles qui existent sont souvent le résultat d’une aide étrangère. Sans cela, nombre de lieux de culte musulmans se résument à la délimitation au sol d’un périmètre consacré.

10En attendant la réalisation de travaux de base, tels qu’installation de l’électricité et adduction d’eau, la situation aboutit parfois au paradoxe suivant : certaines populations réinstallées dans les zones planifiées sont dans une situation aussi précaire, si ce n’est plus, que les populations des camps qui bénéficient plus largement d’une assistance humanitaire. Ce qui amène à s’interroger sur l’intervention humanitaire et l’aide au développement internationale au Soudan, en s’intéressant plus particulièrement aux projets de développement centrés sur la création d’infrastructures hydrauliques.

Le catéchisme des bailleurs de fonds internationaux

11Déracinés, coupés de leurs moyens de subsistance et souvent délaissés par l’État, les IDP constituent une population cible pour les institutions internationales comme pour les ONG qui interviennent au Soudan, que cette aide soit effectuée dans les territoires en guerre du Sud ou qu’elle s’adresse aux populations ayant migré vers le Nord. En outre, les projets de développement hydraulique constituent un mode d’intervention privilégié pour ces mêmes organisations, interventions qui ne se limitent d’ailleurs pas aux seules populations déplacées. Elles ont aussi pour cible privilégiée les communautés rurales pauvres et, par extension, les populations des zones péri-urbaines qui ne bénéficient pas des mêmes infrastructures que les agglomérations. Ce mode d’intervention axé sur le développement des infrastructures hydrauliques est d’ailleurs justifié du fait de la nature vitale de la ressource. Cependant, quelle que soit la nature du bénéficiaire et quelle que soit l’organisation intervenante, il apparaît clairement que ce type d’intervention répond à des schémas préétablis, communs à l’ensemble des acteurs internationaux. Ces schémas constituent une véritable doctrine qui, ici comme ailleurs, n’est pas sans susciter un certain aveuglement. Dans ce cadre, les ONG menant de tels projets se font, en quelque sorte, le bras armé des grands bailleurs de fonds internationaux dont elles tentent plus ou moins directement d’appliquer les préceptes. Il convient donc de revenir rapidement sur ces préceptes et sur les discours dont ils découlent.

  • 12 Hibou B., 1998, « Économie politique du discours de la Banque mondiale en Afrique sub-saharienne »,(...)

12Analysant le discours de la Banque mondiale, Béatrice Hibou montre comment celui-ci, reposant sur les bases théoriques les plus libérales de l’économie politique, sélectivement orientées et tronquées, aboutit à un véritable catéchisme qui s’appuie plus sur des présupposés que sur un travail de conceptualisation scientifique12. Pour reprendre les mots de l’auteur :

  • 13 Hibou, « Économie politique... », op.cit., p.17.

« Ce travail de déconstruction permet enfin de montrer que les réformes promues par la Banque mondiale traduisent une norme (le moins d’État, le libéralisme, le libre-échangisme), une obsession (la recherche de la simplicité, quitte à entrer en contradiction non seulement avec une réalité complexe, mais aussi avec les principes les plus élémentaires de politique économique), un refus (le politique) et un mode de pensée (le dualisme). Le rapprochement avec la colonisation, et surtout le travail des missions religieuses, apparaît à nouveau dans toute sa pertinence : la vulgate de la Banque mondiale est un catéchisme économique, comme le suggère la propension des catéchistes à utiliser des adjectifs normatifs comme “bon” ou “mauvais”13 »

  • 14 Ibid., p.25-32.

13Derrière les mots d’ordre édictés par la Banque donnant la priorité à la « bonne » gouvernance qui, bien souvent en termes d’aide au développement et d’assistance humanitaire, se traduit par la promotion d’une gouvernance locale, se cache une vision normative dont l’objectif est d’imposer des modèles de développement libéraux en contournant l’État. La société civile, qu’il faut aider à émerger en créant les conditions du capacity building, est conçue ici comme en opposition à l’État et selon un biais qui en fait le principal acteur potentiel de la libéralisation économique. L’État, à l’origine du gaspillage des ressources, n’est plus un interlocuteur légitime et on lui préfère la suscitée société civile. Ce mode discursif engendre aveuglements et effets pervers. Contrainte par la nécessité de justifier son action et de démontrer son dynamisme, la Banque est dans l’obligation d’adopter un certain laxisme vis-à-vis de l’application du catéchisme. Fermant les yeux sur la pénétration par l’État de la société civile, nouvel interlocuteur supposé - un peu vite - indépendant et apolitique, et sur l’appropriation du discours par les acteurs locaux, l’action de l’institution comporte le risque de favoriser, d’une part, le renforcement de l’État dans son versant informel le moins contrôlable et, d’autre part, le phénomène de privatisation de l’État14.

  • 15 Mestrum F., 2002, « De l’utilité de la "lutte contre la pauvreté" pour le nouvel ordre mondial », N (...)
  • 16 Ibid., p.70.
  • 17 Ibid., p.78-82.
  • 18 Ibid., p.78.

14Analysant, quant à elle, le discours de la « lutte contre la pauvreté » développé notamment par l’Onu, le PNUD et la Banque mondiale, et son « utilité » pour ces mêmes institutions, Francine Mestrum offre des éclairages complémentaires15. Suivant son analyse, à l’exemple du discours général de la Banque mondiale, le discours sur la lutte contre la pauvreté est essentiellement dogmatique. Il repose sur des présupposés. Ainsi, dans le contexte de la mondialisation, la lutte contre la pauvreté relèverait d’un intérêt commun à l’humanité tandis que sa persistance constituerait une menace pour la stabilité et la paix mondiales16. Les faiblesses théoriques du discours transparaissent pourtant dans l’absence de conceptualisation ou ne serait-ce que de définition du fléau qu’il s’agit de combattre. En définitive, le dogme ainsi développé remplit trois fonctions17. En premier lieu, il constitue un discours de reproduction qui prend le relais du discours précédent sur le développement. L’échec de ce dernier est là aussi imputé à l’État qui, dans le contexte de la mondialisation et de l’émergence de nouveaux acteurs, doit voir son rôle redéfini et minimisé. Redéfinissant leur mode d’intervention en camouflant la rupture, il « permet aux organisations de préserver leur univers symbolique, l’universalisme et la croyance au progrès18 ». En deuxième lieu, il est discours de légitimation envers l’ouverture et la re-régularisation des marchés. Dans ce cadre, le recentrage sur l’individu est le vecteur d’une vision libérale qui s’oppose aux politiques sociales. L’enjeu est de donner aux pauvres les moyens de participer au marché afin qu’ils se sortent eux-mêmes de la pauvreté. Enfin, il est discours de vérité qui contribue à l’instauration d’un ordre de discours.

Du discours à la pratique

  • 19 Entretien avec un membre du personnel de l’ambassade de France à Khartoum, avril 2003.

15Contournement de l’État, intervention au niveau local, participation et implication du bénéficiaire, le tout visant son insertion dans le marché et supposant donc la rentabilité du projet, condition sine qua non de sa sustainability : autant d’éléments repris à leur compte, au moins partiellement, par les organisations actives dans le domaine du développement. Cela se révèle particulièrement vrai pour les projets basés sur la création d’infrastructures hydrauliques au Soudan. L’effet du catéchisme ne se limite d’ailleurs pas aux seules ONG puisque les représentations diplomatiques elles-mêmes emboîtent le pas. C’est, notamment, le cas de l’ambassade de France à Khartoum. Ainsi, l’obtention d’une aide en provenance du Fonds social de développement est conditionnée par le caractère local du demandeur, la capacité du projet de créer des emplois et des revenus susceptibles d’être réinvestis, en bref par sa sustainability financière. En outre, elle nécessite une implication du demandeur, y compris financière, puisque celui-ci participe à hauteur de 30 % au budget de l’opération19.

16Concernant plus spécifiquement le développement d’infrastructures hydrauliques, la mise en œuvre de la doctrine des bailleurs de fonds par les diverses organisations internationales aboutit à une homogénéisation de la conceptualisation des projets. De manière générale, les projets ne se limitent pas à la simple fourniture d’eau aux populations mais sont conçus comme des moteurs de développement économique et s’inscrivent précisément dans la perspective de la « lutte contre la pauvreté ». De façon significative, le Projet d’amélioration urbaine et de réduction de la pauvreté de l’État de Khartoum (Urban Upgrading and Poverty Alleviation Project), lancé par le PNUD en 1998, fait de la création de petites infrastructures hydrauliques la pierre angulaire de ses objectifs de développement20. L’action des différentes ONG s’inscrit donc dans le cadre plus large de l’aide au développement économique. Reste alors, pour les ONG, à identifier l’interlocuteur modèle ou à le créer ex nihilo.

17La solution unanimement adoptée, que l’organisation agisse à l’intérieur des camps de réfugiés, en milieu péri-urbain ou en zone rurale, consiste à créer un comité de gestion local, censé être représentatif des habitants de la zone. C’est notamment la politique d’Action contre la faim dont il sera plus amplement question, de Care, qui officie en collaboration avec le Croissant rouge soudanais à l’intérieur des camps de déplacés, et de l’Unicef, à travers le programme « Eau, éducation et assainissement (WES) » qu’il mène conjointement avec le gouvernement soudanais et, plus particulièrement, avec la NWC. De tels comités locaux de gestion répondent donc au triple objectif de contournement de l’État, de participation locale de la population et de promotion de la société civile. Le caractère représentatif de ces comités est essentiel afin de permettre une appropriation de l’infrastructure par la population. Dans ce cadre, l’implication de l’État dans le projet est ressentie comme un obstacle. Ainsi, le coordinateur de la NWC pour le programme WES déclare-t-il :

  • 21 Entretien avec le coordinateur national du programme WES à la NWC, avril 2003.

« Le but final est d’impliquer la communauté. Néanmoins, il y a des participations en provenance du niveau fédéral, des États et des localités, ce qui peut être un problème pour développer le sens de la propriété de la communauté21 ».

18Cette appropriation par la communauté est capitale puisque, dans l’optique des organisations, elle constitue la garantie d’une gestion efficace et transparente au profit du développement économique de la population et, concernant les zones péri-urbaines, de son insertion dans la vie économique de la ville. Cette appropriation est conçue comme un processus dont l’étape ultime est la privatisation de l’infrastructure. Elle est possible une fois que celle-ci dégage des revenus suffisants pour assurer sa sustainability et une fois que le comité, au terme d’une entreprise de capacity building, est en mesure de la gérer seul. Il s’agit donc essentiellement d’un processus d’autonomisation du comité vis-à-vis de l’ONG. Le coordinateur du WES, notant au passage l’évolution conceptuelle du programme, résume ce processus comme suit :

  • 22 Idem

« La gestion par la communauté passe par la formation de comités de santé villageois composés de dix membres, cinq hommes, cinq femmes, qui ont été formés. Il faut ensuite obtenir l’enregistrement de ces comités. Le programme WES a commencé en 1975 et était alors complètement géré par l’Unicef. L’État a commencé à s’impliquer à partir de la moitié des années quatre- vingt. Ça a commencé comme un programme centralisé avant de vraiment chercher à impliquer la communauté. Maintenant, on travaille par étapes : obtenir d’abord la participation de la communauté, puis la gestion par la communauté et, enfin, la privatisation22 ».

Quelques divergences techniques tout de même

  • 23 D’après les documents fournis par le coordinateur national du programme WES à la NWC lors de l’entr (...)

19Les divergences existant dans les modes d’intervention se résument dans ce cadre essentiellement aux spécifications techniques des projets et à la façon exacte dont le comité et, par extension, la communauté bénéficient des revenus de la vente de l’eau. Comme on le verra, du fait de la profondeur de la nappe phréatique à Khartoum, ACF a mis en place des forages mécaniques auprès desquels les vendeurs d’eau ambulants viennent remplir leur citerne. C’est cette vente primaire qui génère des revenus pour le comité. Dans le cadre du programme WES, ce sont essentiellement des pompes manuelles, structures légères, faciles d’entretien et peu onéreuses qui sont installées23. Care, qui travaille en collaboration avec le Croissant rouge soudanais à l’intérieur du camp de Wad al-Bechir jouxtant la zone d’intervention d’ACF, développe un projet quelque peu différent.

  • 24 Entretien avec un responsable de Care au Soudan, avril 2003.

« À l’intérieur de Wad al-Bechir, il y a trois forages connectés à des réseaux qui aboutissent à des bornes-fontaines publiques équipées de compteurs. Le système est différent de celui d’ACF. Lorsque les gens vont chercher de l’eau, bien sûr ils doivent aller la chercher eux-mêmes, ils doivent payer avec des jetons de plastique qu’ils achètent au marché [à un prix moins important que le prix ordinaire de l’eau] (...) Ce n’est pas la communauté qui assure le fonctionnement des forages mais le Croissant rouge soudanais qui est subventionné par Care (...) Normalement, d’après nos calculs, d’ici trois mois, il y aura suffisamment de fonds réunis pour couvrir les frais administratifs du Croissant rouge, le fuel, les lubrifiants (...) La communauté est représentée par le Comité central de l’eau [qui réunit les comités liés à chacun des forages] mais plutôt que de gérer elle- même les forages, elle est une sorte de client qui passe des contrats. D’ici six mois, il y aura une évaluation des services rendus par le Croissant rouge et si la communauté n’est pas satisfaite, elle pourra faire un appel d’offre dans le journal. La communauté peut donc faire un choix vis-à-vis du contractant24 »

20Contrairement aux autres projets, le projet de Care ne prévoit donc pas la gestion directe des infrastructures par les comités, celle-ci étant laissée à des opérateurs contractuels. Le système des jetons de plastique est justifié par le souci de limiter la circulation de l’argent de la main à la main à l’intérieur du camp où la population est extrêmement démunie. Cependant, les objectifs de participation de la population au travers des comités et, à terme, d’autonomisation de la gestion par ces comités, restent identiques.

21Cette conception univoque des projets d’aide au développement, résultat d’une vision dogmatique, comporte toutefois des ambiguïtés. Par ailleurs, il convient de s’interroger sur les possibles effets pervers suscités par son application aveugle dans le contexte institutionnel et politique particulier du Soudan.

Possibles ambiguïtés et effets pervers

22Au chapitre des ambiguïtés, il semble qu’il convient d’aborder la question de la représentativité de ces comités. Au sein des comités, le but avoué des diverses ONG est de promouvoir un fonctionnement démocratique.

23Pourtant, refus du politique oblige, ces mêmes organisations cherchent à éviter de déstabiliser les structures sociales et les relations de pouvoir existantes. Dans une société fortement segmentarisée, en particulier parmi les populations rurales ou nouvellement arrivées en ville, la conciliation de ces objectifs pose évidemment un problème. Concernant la sélection des membres des comités, il en résulte typiquement une situation de compromis. Si les membres sont généralement élus, concession au modèle démocratique, le corps électoral est typiquement composé de « grands électeurs » choisis de manière plus informelle par les différentes tribus. Il va sans dire que ce processus favorise l’élection des notabilités tribales déjà dominantes et leur offre de nouvelles opportunités de confirmer leur position prééminente. Les intervenants internationaux ne se font d’ailleurs que peu d’illusions quant au caractère démocratique de la procédure. La situation est d’autant plus ambiguë que, tout en cherchant à limiter l’impact de leurs projets sur les structures sociales et les relations de pouvoirs existantes, les diverses ONG visent explicitement à les transformer. À ce titre, en dehors de toute réflexion sur l’impact d’une telle mesure, la promotion des femmes (et, plus largement, des populations considérées comme des victimes) qui disposent invariablement d’un nombre de sièges fixes au sein des comités, est un combat permanent. Il est permis de douter de l’efficacité de l’intervention des ONG qui, tout en ne cherchant pas à diminuer la prééminence des chefs tribaux, tentent de promouvoir des parties supposées dominées de la population à des postes de responsabilité.

  • 25 Entretien avec un responsable d’ACF Soudan, avril 2003.

24Plus problématique et à classer, elle aussi, parmi les effets pervers, est la question du contrôle des comités ainsi créés par le régime. Que penser d’une intervention sous-tendue par une doctrine qui, dans le souci de contourner l’État, érige la gouvernance locale en mode privilégié, dans le contexte autoritaire soudanais où l’essentiel du contrôle de la population est effectué par les instances locales du régime ? De manière plus générale, comment concilier refus du politique et en particulier de l’État, alors même que l’action des organisations humanitaires est soumise à un contrôle serré par le gouvernement et que tout projet doit obtenir annuellement l’approbation des autorités25 ? Les organisations sont donc contraintes de ménager une place aux autorités locales, aussi liées au pouvoir autoritaire soient-elles. Le cas du programme WES est, de ce point de vue, significatif. Comme le révèle le coordinateur national de la NWC :

  • 26 Entretien avec le coordinateur national du programme WES à la NWC, avril 2003.

« En général, nous essayons que ces comités soient représentatifs de la communauté, notamment des différentes tribus. Mais, pour éviter les problèmes, les comités de villages sont placés sous la supervision des comités populaires. Les comités populaires qui sont l’organe légal du gouvernement au niveau local.26 »

25Cette soumission formelle aux autorités étatiques n’exclut pas, par ailleurs, des processus plus souterrains de récupération et de contrôle par le pouvoir. Ainsi, les personnalités tribales prédominantes, élues au sein des comités de gestion des infrastructures hydrauliques, du fait de la cooptation, sont fréquemment, dans le même temps, membres des comités populaires, souvent émanations locales du régime. Dans ce contexte, si la phase de développement des comités de gestion est relativement protégée par l’implication directe des ONG, le processus d’autonomisation et de privatisation de l’infrastructure peut être l’occasion d’une prise de contrôle plus directe par les autorités.

26Il ne convient pourtant pas de faire le procès de ce type d’intervention sans un examen attentif des éléments à charge et à décharge. L’approche centrée sur un cas particulier devrait permettre d’affiner l’argument et de s’intéresser de plus près aux bénéficiaires de ce type de projets.

Notes

1 Pérouse de Montclos M.-A., 2001, « Migrations forcées et urbanisation : le cas de Khartoum », Les dossiers du CEPED, n°63, p.7.

2 Ibid., p.17.

3 Davies, op.cit., p.135.

4 Pérouse de Montclos, op. cit., p.12.

5 Voir à ce sujet Lavergne M., 1995, « L’aménagement du grand Khartoum, entre planification autoritaire et “droit à la ville” », Beyrouth, Université Saint Joseph, Annales de géographie, vol. 16, p.89.

6 Pérouse de Montclos, op.cit., p.11.

7 Ibid., p.10. Sur la période mahdiste, voir Bleuchot H., 1989, « Le Soudan au xixe siècle » dans Lavergne (dir.), Le Soudan contemporain, Paris, Karthala, p.115-169.

8 Voir à ce sujet Abu Sin et Harbi, « Greater Khartoum’s Vulnerability to Disaster Hasards : the Case of 1988 Rains and Nile Flood » dans Abu Sin et Davies, op.cit., p.120-131.

9 Pérouse de Montclos, op.cit., p.24.

10 Idem

11 D’après les estimations d’un des responsables interviewés de l’Association coopérative du bloc 27.

12 Hibou B., 1998, « Économie politique du discours de la Banque mondiale en Afrique sub-saharienne », Les Études du CERI, n°39, ainsi que, du même auteur, l’article écourté « Banque mondiale : les méfaits du catéchisme économique », Politique-africaine, n°71, 1999, p.58-74.

13 Hibou, « Économie politique... », op.cit., p.17.

14 Ibid., p.25-32.

15 Mestrum F., 2002, « De l’utilité de la "lutte contre la pauvreté" pour le nouvel ordre mondial », Nouveaux cahiers de l’IUED, n°13, p.67-82.

16 Ibid., p.70.

17 Ibid., p.78-82.

18 Ibid., p.78.

19 Entretien avec un membre du personnel de l’ambassade de France à Khartoum, avril 2003.

20 Communication du PNUD sur le site : http://www.undp.org

21 Entretien avec le coordinateur national du programme WES à la NWC, avril 2003.

22 Idem

23 D’après les documents fournis par le coordinateur national du programme WES à la NWC lors de l’entretien.

24 Entretien avec un responsable de Care au Soudan, avril 2003.

25 Entretien avec un responsable d’ACF Soudan, avril 2003.

26 Entretien avec le coordinateur national du programme WES à la NWC, avril 2003.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable