Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ONG et autoritarisme au Soudan : l’eau en question

 | 
Micaël Nègre

I - Redéfinition du cadre des relations entre État et Société

Chapitre II. L’organisation institutionnelle de la gestion de l’eau : le cas de Khartoum

Entrées d'index

Texte intégral

La gestion des ressources hydrauliques : un enjeu national, international et local

1Le choix d’approfondir l’analyse des réformes institutionnelles menées par le régime de Nimeiri à travers la question de la gestion de l’eau paraît justifié par le caractère exemplaire que celle-ci revêt du fait de ses implications au niveau international, national et local.

  • 1 Ayeb H., 1992, « La vallée du Nil. Un grand axe géopolitique », Maghreb-Machrek, n°l38, octobre-déc (...)

2Sur le plan international, l’eau est un enjeu géopolitique majeur. Le partage du Nil entre le Soudan et les autres pays riverains a été une cause périodique de tensions. Dès l’indépendance du pays, en 1956, les Soudanais réclament une renégociation de l’accord passé en 1929 avec l’Égypte, alors sous domination britannique. Négocié sous le condominium anglo-égyptien et largement au profit de l’Égypte, l’accord prévoyait de partager le débit annuel du fleuve, estimé à 84 milliards de mètres cubes par an (km3/an), à hauteur de 48 km3/an pour l’Égypte, 4 km3/an pour le Soudan, les 32 km3/an restants étant rejetés à la mer1. Trente ans plus tard, le rejet soudanais et la nécessité pour l’Égypte de mener à bien le projet du haut barrage d’Assouan conduisent à un nouveau traité en 1959, par lequel l’Égypte voit sa part passer à 55,5 km3/an et le Soudan la sienne à 18,5 km3/an. Les deux pays se partagent donc la majeure partie des ressources et s’entendent sur leurs grands projets de développement hydraulique respectifs. Les deux traités ne réduisent pourtant pas la tension régionale autour du Nil. Excluant les autres pays riverains qui se trouvent pourtant en amont du fleuve, ils entraînent des tensions, notamment avec l’Éthiopie qui projette la construction de barrages sur le Nil Bleu. En outre, les grands projets hydrauliques soudanais, rendus possibles par le partage de 1959, et notamment celui du canal de Jonglei dans le Sud, sont ressentis par les Sudistes comme participant d’une politique de domination au profit du Nord : en effet, en asséchant les marais, zone refuge des rebelles, le canal aurait offert une voie de pénétration à l’armée soudanaise et affaibli ainsi la résistance des Sudistes.

  • 2 L’Agenda 21 consiste en une déclaration de volonté adoptée par 178 pays - dont le Soudan - lors de (...)

3Facteur de tensions, l’eau peut également être envisagée comme un facteur d’apaisement régional. C’est en tout cas le pari pris par les pays riverains du Nil à travers l’Initiative du Bassin du Nil dont l’objectif est d’apaiser les tensions régionales en initiant une collaboration autour de la question de l’eau. De telles initiatives permettent en outre d’obtenir des aides au développement. Ainsi la Banque mondiale, qui se refuse à accorder des prêts au Soudan, y est quand même impliquée à travers l’Initiative du Bassin du Nil. Par ailleurs, le PNUD s’engage financièrement dans le cadre de la mise en œuvre de l’Agenda 21 sur le développement durable dont les principes s’appliquent à la gestion des ressources en eau2. Enfin, de manière plus générale, le développement des ressources en eau constitue un mode d’action traditionnel des ONG, notamment par la création d’infrastructures hydrauliques gérées localement et censées servir de moteur à un développement local plus large.

4Enjeu géopolitique majeur et vecteur de l’aide internationale, la gestion des ressources en eau constitue naturellement pour le Soudan une question d’intérêt national. L’enjeu est d’autant plus important que le pays est confronté au double défi d’assurer l’approvisionnement en eau du secteur agricole - qui représente jusqu’à aujourd’hui 40 % du PIB et qui monopolise 70 % de l’eau extraite du Nil - et de développer les infrastructures qui assureraient aux populations rurales et urbaines une distribution adéquate à leurs besoins.

Un important déficit d’infrastructures

  • 3 Moghraby A., 2000, « Energy, Pollutants and Water » dans H.A. Abdel Ati Abdel, Sustainable Developm (...)
  • 4 D’après les chiffres communiqués par le professeur Bachir Muhammad al-Hasn, de l’université de Khar (...)
  • 5 Georges Mutin avance le chiffre de 267om3/an/habitant. Cf. Mutin, 2000, L’eau dans le monde arabe, (...)

5Le pays disposant de ressources importantes, le principal problème est de les mobiliser et de maximiser leur utilisation. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la principale ressource en eau du Soudan est constituée par les précipitations dont le cumul sur un an avoisine les 1250 km3 en moyenne3. Néanmoins, ces précipitations sont essentiellement concentrées dans le Sud du pays. De plus, elles sont marquées par une grande variabilité, non seulement d’une année à l’autre, mais encore au cours d’une même année. Ces caractéristiques empêchent toute utilisation importante de cette ressource. En terme de ressources renouvelables et possiblement mobilisables, il reste donc le Nil. Outre les 18,5 km3/an en provenance du Nil, alloués au Soudan par le traité égypto-soudanais de 1959, le pays bénéficie d’un apport annuel de 5,5 km3 en provenance des systèmes de surface non nilotiques, auxquels viennent encore s’ajouter 4 km3 d’eau souterraine renouvelable annuellement (sur des réserves estimées à 900 km3)4. Le total des ressources renouvelables sur un an avoisinerait donc les 30 milliards de mètres cubes. Compte tenu de ce chiffre qui est, sans doute, largement sous-estimé, le Soudan disposerait d’environ 1 000 mètres cubes d’eau par an et par habitant, ce qui correspond au seuil de pénurie fixé par l’OMS. Même en tenant compte de ce chiffre sous-estimé5, le pays fait partie des quatre pays arabes, avec l’Irak, le Liban et le Maroc dont les ressources en eau renouvelable sont supérieures à ce seuil.

  • 6 Moghrabi, op. cit., p.64.
  • 7 Organe fédéral en charge de la gestion de l’eau dont nous aurons l’occasion de reparler.
  • 8 El-Tayeb G.E.D., 2000, « Human Development in Sudan from Agenda 21 Perspective » dans Abdel Ati, op (...)

6Pourtant, malgré ces ressources importantes, la consommation domestique journalière moyenne d’un Soudanais est estimée à seulement vingt litres en zone urbaine et huit litres en zone rurale6. Même si la majeure partie des ressources est absorbée par le secteur agricole, cette situation découle en premier lieu du déficit en infrastructures du pays. D’après les chiffres de la National Water Corporation (NWC)7 de 1999, 29,6 % de la population urbaine sont connectés à domicile à un réseau d’adduction d’eau8. La population rurale quant à elle dépend des puits à 80 %. La majeure partie de la population, y compris dans les zones urbaines, tire donc son eau des différents types de puits (pompes manuelles ou mécaniques, puits traditionnels). Le reste de la population dépend des cours d’eau et des hafirs (réservoirs creusés dans le sol et recueillant les eaux de pluie). À la faiblesse des infrastructures vient s’ajouter le problème de la qualité des eaux. Si les eaux souterraines sont généralement saines sur le plan bactériologique et chimique, les eaux stagnantes des hafirs et autres réservoirs sont des vecteurs importants de maladies. Les eaux fluviales, et en premier lieu celles du Nil, sont, quant à elles, sujettes à de fortes variations qualitatives corrélées aux variations de débit du fleuve. Enfin, à l’intérieur des réseaux, la vétusté des équipements favorise les pollutions et occasionne des pertes d’eau importantes.

Les faiblesses de la capitale

  • 9 La SWC-K, entreprise publique relevant de l’État de Khartoum dont il sera question plus avant et qu (...)

7Bien que disposant de la plus importante infrastructure d’adduction d’eau du pays, l’agglomération de Khartoum n’échappe pas à ces problèmes généraux. Les informations recueillies auprès d’un ingénieur de la State Water Corporation de Khartoum (SWC-K)9, complétées par quelques données bibliographiques, permettent de dresser un tableau d’ensemble des installations hydrauliques réparties entre les trois villes qui forment la capitale : Khartoum au sud, entre Nil Blanc et Nil Bleu, Omdurman à l’ouest, sur les rives du Nil Blanc et du Nil principal et Khartoum-Nord ou Bahri au nord-est, bordant le Nil Bleu et le Nil principal.

  • 10 En arabe, le terme mogran ou maqran signifie confluence.
  • 11 Musa S. B. et Musa A. S., 1991, « Water Supply in Greater Khartoum » dans M.E. Abou Sin et H.R.J. D (...)

8À Khartoum même, deux stations de pompage alimentent un réseau d’environ 1 300 km. La plus importante des deux est la station de Mogran qui, comme son nom l’indique10, est située à la confluence du Nil Blanc et du Nil Bleu. Elle produit quotidiennement environ 90 000m3 d’eau, sa capacité de production ayant été périodiquement augmentée. Plus à l’est, sur le Nil Bleu11, la station de Buri, édifiée en 1924 au profit de la communauté expatriée de Khartoum, a une production journalière légèrement inférieure à 20 000m3. Une troisième station est en cours d’achèvement au sud-est, dans le quartier de Suba, et devrait desservir les quartiers de Qalaqla et d’al-Azhari situés au sud de la ville. C’est à Khartoum-Nord que se trouve la plus importante station de pompage de l’agglomération. La station de Bahri, qui a une capacité de 180 000m3/jour, dessert non seulement les cinq cents kilomètres de réseau de cette zone mais aussi deux stations-réservoirs situées à Khartoum et à Omdurman à hauteur de 40 000m3/jour. Omdurman dispose quant à elle d’une petite station fournissant environ 16 000m3/jour. Enfin, l’île de Tuti qui constitue un îlot agricole au cœur même de la ville, puisque se trouvant à la confluence des deux Nil, dispose de sa propre station fournissant 5 000m3/jour. Cette production journalière globale avoisinant les 300 000m3 est loin de constituer un approvisionnement suffisant pour une ville dont la population est estimée entre cinq et six millions d’habitants. La situation est d’autant plus critique que les pertes à l’intérieur du réseau sont estimées à 40 % de l’eau entrante.

9Ces pertes considérables sont dues en partie à la vétusté des réseaux. Les centres où les premiers tronçons de réseau ont été établis, en particulier celui d’Omdurman où le réseau suit le plan erratique des habitations au lieu du plan rectiligne de Khartoum, sont particulièrement durs à entretenir. Il faut par ailleurs noter que ce chiffre ne distingue pas les pertes liées aux fuites de celles liées aux connexions et ponctions illégales. Cette situation est à l’origine de coupures d’eau fréquentes en particulier dans les quartiers les plus pauvres puisque la ville est divisée en habitations de première, deuxième et troisième classe. Comme un peu partout dans la région, les particuliers ont recours à des citernes permettant de faire face à ces coupures temporaires. Si la situation n’est pas bonne à l’intérieur des zones desservies par le réseau, elle est encore pire dans les zones qui n’y ont pas accès.

  • 12 Ibid., p.72.
  • 13 Entretien avec Mahjoub al-Halawi, manager à la SWC-K, avril 2003.
  • 14 El-Tayeb, op.cit., p.199. Ce dernier chiffre ne concerne peut-être que les connexions individuelles (...)
  • 15 Ibid p.67, l’OMS a estimé les besoins immédiats à 100 litres pour l’agglomération de Khartoum et à (...)

10L’approvisionnement des quartiers périphériques, lieu d’habitation des plus démunis, dépend en grande partie de forages dans la nappe alluviale. En 1991, la Rural Water Corporation estimait que deux cent soixante puits alimentaient la région de la capitale (cent soixante-quatre à l’est du Nil, cinquante à l’ouest et quarante-six entre les deux Nil)12. De 25 % (selon un manager de la SWC-K13) à 70 % (selon d’autres sources14) de la population de l’agglomération dépend de ces sources d’approvisionnement. L’eau de ces puits est d’abord vendue à des marchands ambulants qui la transportent dans des citernes tractées par des ânes jusqu’au client. Il découle de ce mode de distribution une augmentation considérable du prix par rapport à celui de l’eau du réseau et une difficulté de stockage pour l’habitant qui réduisent considérablement les quantités consommables par ce dernier. En outre, la qualité de l’eau et le respect des normes d’hygiène par le marchand ne sont aucunement garantis. Finalement, en 1996, l’Unicef estimait que 50 % seulement de la demande en eau des habitants de l’agglomération (estimée d’après les standards de l’OMS qui préconisent 100 litres d’eau par jour et par habitant) était satisfaite par les infrastructures existantes15.

Flou fédéral et absence de coordination

  • 16 Entretien avec Mahjoub al-Halawi, manager à la SWC-K, avril 2003.

11Pour pallier cette situation critique, le régime d’al-Bashir a intégré la réorganisation de la distribution de l’eau dans son programme de réformes. À travers la CNS 1992-2002, l’État soudanais s’est engagé à subvenir aux besoins de la population en réhabilitant les infrastructures existantes, en les développant, tout en réduisant les subventions à la consommation. L’objectif est de fournir 90 litres d’eau par jour et par habitant en zone urbaine et 18 en zone rurale à l’horizon 200216. Afin de concrétiser cet objectif, il s’agit officiellement, ici comme ailleurs, de mieux mobiliser les ressources financières, humaines et hydrauliques. Ceci doit être rendu possible par la mise en œuvre de la décentralisation et par la privatisation partielle appliquées à la gestion de l’eau.

  • 17 Entretien avec le coordinateur national du programme WES à la National Water Corporation, avril 200 (...)

12Jusqu’en 1994, la gestion des ressources en eau était du ressort d’une unique institution nationale ayant compétence sur l’ensemble du territoire soudanais. En 1960, à la suite de l’achat par l’État de l’ensemble des parts des deux principales compagnies d’électricité britannique, l’Administration centrale ayant en charge l’électricité et l’eau est créée et elle est placée sous le contrôle du « ministère des Travaux publics et de l’Administration de l’électricité et de l’eau ». Elle devient Corporation centrale de l’électricité et de l’eau en 1966 et est dirigée, dès lors, sur le mode de la gestion d’entreprise par un Conseil de direction placé sous l’autorité du ministère des Travaux publics. Le couplage au sein d’une même institution de la gestion de l’eau et de l’électricité dénote alors une vision de la politique hydraulique essentiellement axée sur les grands travaux et, notamment, sur la construction de barrages chargés de fournir à la fois énergie et ressources en eau suffisantes pour le développement des grands projets agricoles. En 1982, ces deux secteurs sont séparés par décret gouvernemental, ce qui aboutit à la création de la Corporation nationale de l’électricité et de la National Water Corporation (NWC) sous l’autorité du ministère de l’Irrigation. Chacune de ces institutions est elle-même subdivisée en deux départements, le premier chargé des zones rurales, le second des zones urbaines. Cette gestion centralisée prend officiellement fin en 1994 quand, suivant l’adoption du fédéralisme, vingt-six State Water Corporations (SWC) sont créées17. La structure nationale de la NWC étant par ailleurs maintenue, il se pose dès lors la question du partage des responsabilités entre les différents niveaux d’administration. Officiellement, ce partage peut se résumer comme suit :

    • 18 Entretien avec un ex-haut responsable de la National Water Corporation, avril 2003.

    au niveau national, la National Water Corporation est placée sous l’autorité du ministère de l’Irrigation et des Ressources en eau. Elle est responsable (d’après le National Water Corporation Act de 1994) de la planification et des investissements dans le secteur de l’eau pour l’ensemble du Soudan, de la détermination des spécifications techniques et des standards concernant les équipements, les outils et le matériel nécessaire à la gestion de l’eau, de la supervision et de la mise en œuvre des projets nationaux, qu’ils soient financés par le gouvernement central ou par l’étranger. Ce dernier point implique un rôle de coordination entre les différentes SWC et entre ces dernières et les partenaires étrangers18. Enfin, la NWC est responsable de la formation du personnel chargé d’intervenir dans le secteur hydraulique ;

    • 19 Entretien avec un ingénieur à la State Water Corporation de l’État de Khartoum, avril 2003.

    au niveau étatique, les SWC ont en charge, quant à elles, d’assurer le fonctionnement et la maintenance des infrastructures hydrauliques. Elles sont placées sous l’autorité du ministère étatique du Logement et des Travaux publics. Elles sont généralement subdivisées en deux départements, l’un s’occupant des zones urbaines, l’autre des zones rurales. Tel n’est pourtant pas le cas concernant la SWC de l’État de Khartoum où un changement interne a abouti, en janvier 2003, à la fusion des deux départements19. Ce choix se justifie par la nature essentiellement urbaine de l’État de Khartoum. Enfin, selon la loi, des projets hydrauliques peuvent être initiés et gérés au niveau local, particulièrement en zone rurale. Des représentants des diverses localités participent en outre au Conseil d’administration de la SWC.

  • 20 Constitution de 1998, article 110.
  • 21 Constitution de 1998, article 111.

13Ce schéma organisationnel rapidement dressé peut laisser croire à une répartition clairement établie entre niveau national, étatique et local et à une réelle décentralisation des pouvoirs en matière de politique hydraulique. Concernant la répartition des responsabilités entre la NWC et les SWC, suivant l’organigramme, si les ressources en eau sont sous la responsabilité de la NWC qui établit les politiques directrices, les différentes SWC ont une fonction limitée à leur exploitation, en premier lieu pour l’approvisionnement en eau des citoyens, et n’en sont pas « propriétaires ». Ainsi, la Constitution de 1998, qui établit les pouvoirs des niveaux national et étatique, stipule que les autorités nationales exercent un pouvoir sur : a) la terre, les ressources naturelles et les ressources souterraines minérales ; b) sur les cours d’eau ; c) sur les projets publics, les corporations et les compagnies20, alors que le niveau étatique, lui, a un pouvoir d’utilisation des eaux et de l’électricité de l’État21. Elle prévoit par ailleurs des responsabilités conjointes en matière de planification urbaine et politique de population et d’environnement. Les SWC auraient essentiellement un rôle d’opérateur mais devraient se conformer aux directives de la NWC. Les compétences élargies du niveau national, allant jusqu’à la planification urbaine, laissent supposer une subordination des institutions étatiques dont les prérogatives découlent finalement d’une délégation de pouvoirs, essentiellement techniques. Pourtant, les entretiens menés laissent entrevoir une situation plus conflictuelle.

14Aux dires de plusieurs de mes interlocuteurs, le problème fondamental de ce schéma organisationnel tient à l’absence de liens formels définis entre la NWC et les SWC. Ainsi, si la NWC est censée assurer la coopération au sein des projets inter-étatiques et donner des directives aux SWC, aucun texte légal ne détermine précisément les relations de ces dernières avec l’institution nationale. Il est à ce titre significatif que la NWC dépende du ministère de l’Irrigation et des Ressources en eau alors que les SWC dépendent des ministères étatiques du Logement et des Travaux publics.

15De par leurs ministères de tutelle, la NWC et les SWC semblent avoir des vocations différentes. Ainsi, au niveau national, la politique hydraulique semble donner la priorité au développement agricole, tandis que les SWC ont pour responsabilité essentielle l’approvisionnement en eau domestique. Autre problème fréquemment évoqué au cours des entretiens : les organisations internationales menant des projets de développement hydraulique sont en butte à la multiplicité des interlocuteurs institutionnels avec lesquels elles doivent entrer en relation. Outre les institutions chargées de donner leur aval à toute intervention extérieure en territoire soudanais, et notamment le Humanitarian Aid Commissioner, les diverses ONG doivent d’abord avoir l’approbation de la NWC quant à la nature du projet, puis celles des SWC concernées afin de pouvoir le mettre en œuvre.

Dénégation du rôle du niveau local et centralisation au niveau étatique

16Un autre point de critique unanimement soulevé au cours des entretiens, à l’exception des membres actifs de SWC de Khartoum, tient à la marge de manœuvre des institutions locales. Si la loi prévoit la possibilité pour les localités ou pour les collectifs locaux - tels que des comités de village ou de quartier - d’initier et de gérer des infrastructures hydrauliques, la réalisation d’un tel projet est confrontée à un certain nombre de difficultés. En premier lieu, la plupart des localités n’ont pas les moyens financiers et techniques pour réaliser ces infrastructures. De ce fait, elles sont obligées de faire appel soit aux SWC, soit aux diverses ONG, sous couvert d’acceptation du projet par les SWC. Ainsi en zone rurale, très peu d’infrastructures hydrauliques appartiennent à une institution locale. Dans le cas de Khartoum, et à l’exclusion des forages créés par les ONG, la plupart des forages situés à la périphérie de la ville sont la propriété de la SWC qui en délègue la gestion courante aux localités. Chaque projet initié localement fait donc l’objet d’une négociation avec la SWC qui est d’autant plus réticente à en laisser le contrôle à une instance locale lorsque le projet semble rentable. C’est ce que résume le responsable national de la NWC chargé de la coordination avec l’Unicef :

  • 22 Entretien avec le coordinateur national du programme WES à la National Water Corporation, le 30 avr (...)

« Au niveau local, en zone rurale, il y a aussi des problèmes. Selon la loi, la communauté devrait pouvoir gérer ses propres installations hydrauliques (water works) mais, dans la réalité, elle n’en a pas les moyens financiers et, par ailleurs, les SWC ont tendance à vouloir tout contrôler pour récupérer l’argent22 ».

17En dehors des aides extérieures, le cadre institutionnel est loin de favoriser une participation locale à la gestion des ressources en eau sur un modèle bot- tom-up. La concrétisation des initiatives locales reste soumise au bon vouloir de la SWC qui a, de par ses prérogatives, la possibilité d’en prendre le contrôle ou d’en empêcher la réalisation. Ainsi, comme le souligne un ex-haut responsable de la NWC,

  • 23 Entretien avec un ex-haut responsable de la National Water Corporation, avril 2003.

« la participation, c’est écrit sur le papier. Dans les zones rurales, la communauté devrait gérer [les infrastructures hydrauliques], ça reste sur le papier. Dans les zones urbaines, ce qui touche à l’eau est imposé. Par exemple, le mois dernier, le prix d’un abonnement au mois pour un foyer est passé de 6 500 à 10 000 dinars sans consulter personne “ à prendre ou à laisser ” et encore, en zone suburbaine, les gens payent deux fois plus. Du coup, les gens ont recours à leurs vendeurs d’eau qui vendent de l’eau souvent polluée à la source. De l’eau non hygiénique23 ».

18Malgré la subordination officielle des SWC à la NWC, il ressort de l’enquête menée que l’absence d’une coordination claire entre ces institutions aboutit à une relative indépendance de fonctionnement des SWC à l’intérieur des limites de l’État. Disposant de moyens techniques pour la construction et la maintenance des infrastructures contrairement à la NWC, elles tendent à mener leurs projets de manière autonome en les finançant en grande partie grâce à la vente de l’eau. Les responsables de la SWC de l’État de Khartoum présentent d’ailleurs l’institution comme l’autorité centrale au niveau étatique, le rôle de la NWC étant essentiellement limité à la redistribution des fonds fédéraux aux différentes SWC. On reviendra plus en détails sur cette position prééminente de la SWC de Khartoum au cours du chapitre suivant, mais il convient d’ores et déjà de souligner la position centrale des SWC concernant la gestion de l’eau. Cette centralité est d’autant plus évidente quand on se penche sur les relations entre les SWC et les institutions locales. Les réformes institutionnelles semblent donc avoir abouti à une délégation d’autorité au profit des institutions étatiques. Cette délégation n’est pourtant pas forcément synonyme d’un réel relâchement des autorités nationales du fait, d’une part, de la subordination officielle des SWC à la NWC et, d’autre part, des purges et de la cooptation exercés par le régime au sein même des SWC.

La SWC-K : l’acteur hégémonique de la gestion de l’eau dans l’État ?

19La SWC de l’État de Khartoum (SWC-K), comme le reste des administrations, semble avoir subi l’effet des purges et des « nominations politiques » aux postes de direction. Si ce phénomène est relativement connu en ce qui concerne les universités, par exemple, appliquée à la SWC-K, cette affirmation repose toutefois essentiellement sur une impression générale liée à la visite des locaux et sur le point de vue d’un ex-haut responsable de la NWC, visiblement très critique vis-à-vis des nouvelles directions, tant au niveau national qu’étatique. La question mériterait donc d’être approfondie par une enquête sociologique sur le personnel administratif, si tant est qu’une telle enquête soit possible. En effet, à première vue, l’institution apparaît comme relativement fermée sur elle-même. Comme bien souvent au Soudan, l’obtention d’une autorisation ou d’une recommandation ayant un caractère plus ou moins officiel constitue le sésame indispensable, ne serait- ce que pour pénétrer dans le bâtiment. Effet d’une ambiance de suspicion généralisée aboutissant à un réflexe de protection vis-à-vis des supérieurs administratifs ou politiques, ou simple pointillisme bureaucratique, la nécessité du sésame cache mal une situation de désorganisation et de prévalence des relations interpersonnelles que révèle la nature même des laissez-passer que l’on peut obtenir.

  • 24 Entretien avec un ingénieur à la SWC-K, avril 2003.

20Une chose est avérée : la SWC-K est une institution peu attractive pour les jeunes diplômés. Ainsi, un jeune ingénieur déclare : « Mes amis qui sont allés à l’université de Khartoum s’en sortent mieux, ils ont créé leur propre entreprise et gagnent mieux leur vie24 ». Il semble, par ailleurs, qu’il soit peu satisfait de la fonction qu’il occupe. Outre la nécessité pour lui de travailler dans la soirée pour s’isoler du remue-ménage ambiant, à une question portant sur les motivations qui l’ont poussé à postuler auprès de la SWC-K, il répond :

  • 25 Idem

« Je suis ici parce que j’ai envie d’aider mon peuple.
– Est-ce que tu as l’impression d’aider ton peuple ici ?
– Pas vraiment, mais je suis aussi volontaire au Croissant rouge et là, j’aide mon peuple. Ici, je travaille au projet de cartographie du réseau alors que, normalement, je suis ingénieur chimiste, mais une fois que ce projet sera fini, je travaillerai comme chimiste25 ».

  • 26 Entretien avec un manager à la SWC-K, avril 2003.
  • 27 Idem
  • 28 Idem

21Cette description peu avantageuse de l’institution SWC-K contraste avec le discours d’un responsable interrogé. En premier lieu, la centralité de l’institution est clairement affirmée et se résume par la phrase : « Tout ce qui touche à l’eau dans l’État, c’est nous26 ». Dans ce cadre, le rôle de la NWC est essentiellement perçu à travers la redistribution des fonds qu’elle octroie aux SWC pour la réalisation des projets étatiques et, ce, bien que le même responsable concède que les SWC « font partie de la NWC27 ». Cette centralité est par ailleurs affirmée par rapport à l’autre extrémité du système fédéral, à savoir les institutions locales et la participation populaire, quitte à présenter une image divergente du mot d’ordre officiel de participation. Interrogé au sujet du rôle des localités ou d’autres organisations locales dans la gestion conjointe avec la SWC de puits en périphérie de la zone desservie par le réseau, le même responsable répond : « Avant, il pouvait y avoir beaucoup d’arrangements différents avec les localités. Avant, c’était possible mais, maintenant, la SWC est responsable de tout28 ». Cette affirmation est toutefois largement optimiste. Révélatrice d’une ambition, elle ne correspond pas à la réalité telle qu’observée, notamment en périphérie d’Omdurman, dans la circonscription d’Um Badda. D’une part si, en périphérie, un certain nombre de puits appartient à la SWC-K, ils sont encore gérés quotidiennement par du personnel dépendant de la localité. D’autre part, plus on s’éloigne du centre, plus la proportion de puits établis par les diverses ONG internationales ainsi que par le Croissant rouge soudanais augmente.

  • 29 Les chariots-citernes, tirés par des ânes, utilisés par les marchands d’eau.
  • 30 Entretien avec un manager à la SWC-K, avril 2003.
  • 31 Davies H.R.J., 1991, « Population Change in the Capital Région » dans Abou Sin et Davies (ed), op.c (...)
  • 32 El-Tayeb, op.cit., p.169.

22En définitive, la SWC-K, présentée comme une institution efficace et soucieuse d’assumer ses prérogatives, semble nourrir des ambitions qui sont bien au-delà de ses moyens. Après avoir déclaré que 75 % de l’agglomération de Khartoum bénéficiaient d’un accès au réseau, le même interlocuteur affirme : « Les caro29 vont disparaître. Peut-être si vous revenez d’ici un ou trois ans vous n’en verrez plus. Nous avons un énorme (huge) programme pour développer le réseau30 ». La réalité de ce projet, dont on peut consulter le plan, est pourtant bien loin de cet objectif. Encore à ses prémices, il vise à développer le réseau à l’intérieur de ce qui est actuellement le centre d’Um Badda, ce qui exclut une grande partie des extensions actuelles d’Omdurman, sans parler des périphéries de Khartoum et de Khartoum-Nord. De fait, la tâche est immense pour la SWC-K étant donné le taux d’accroissement de la ville, lieu d’aboutissement de la plupart des migrations internes et externes causées par les catastrophes naturelles et la guerre civile. Ainsi, d’après H. Davis qui se base sur les recensements effectués par l’État soudanais, si la population de la région de la capitale était estimée à 1,8 million en 1983, elle était passée à environ 3,6 millions en 199031. D’autres sources donnent les chiffres suivants pour la période récente : 1993 : 3,5 millions d’habitants ; 1996 : 4,2 millions ; 2002 : 5,3 millions32. L’ensemble de ces chiffres est sans doute sous-évalué. Toujours est-il que la zone concernée par le projet de la SWC-K, urbanisée à partir du milieu des années quatre-vingt et au début des années quatre-vingt-dix, est aujourd’hui largement entourée par de nouvelles extensions dont on aura l’occasion de reparler.

23L’objectif à terme semble être de développer un réseau englobant toute l’agglomération. La suppression récente de la distinction entre le département rural et le département urbain participe probablement de cette logique. Bien qu’une large partie de la population de ce qu’il est convenu d’appeler les zones péri-urbaines ou suburbaines tire ses ressources en eau d’infrastructures similaires aux petites infrastructures locales des zones rurales, ce service n’est pas assumé par la SWC qui semble participer à un projet plus large de normalisation et de fixation de l’urbanisme. Cette volonté d’hégémonie s’oppose à un développement par le bas, initié localement, d’infrastructures hydrauliques.

  • 33 Bior Deng Bior, op.cit.

24De même, cette revendication hégémonique est bien loin du deuxième mot d’ordre des réformes entamées dans les années quatre-vingt-dix, à savoir la libéralisation économique qui, en ce qui concerne le secteur de la distribution de l’eau, devait aboutir à une privatisation33. Cette privatisation s’est limitée aux activités de collecte des revenus de la vente de l’eau. L’agglomération a, à cette occasion, été divisée en quatre secteurs placés sous la responsabilité de quatre entreprises privées. Bien que l’opération de privatisation soit largement critiquée par les spécialistes de la question hydraulique pour avoir été l’occasion d’une appropriation par des proches du pouvoir, le responsable de la SWC insiste sur la normalité de la procédure :

  • 34 Entretien avec un manager de la SWC-K, avril 2003.

« La cession s’est faite par appel d’offre, comme chez vous en France. Puis les entreprises ont été choisies par un comité technique qui leur a attribué une certaine aire sur laquelle elles prennent un pourcentage (...) mais les prix sont fixés par la SWC et ils sont approuvés par le ministère du Logement34 ».

25Méfiance du manager vis-à-vis de l’enquête menée ? La question de la privatisation a été l’occasion d’affirmer que le mode de fonctionnement appliqué au Soudan était le même que dans les pays occidentaux, en particulier la France. D’ailleurs, la normalité en référence à la situation française a constitué un thème récurrent tout au long de l’entretien. Ainsi, au sujet du mode de collecte de l’argent :

  • 35 Idem. En dehors des habitations comportant un compteur, il existe un système de trois forfaits au m (...)

« C’est comme en France. Il y a des compteurs qui sont lus directement par les collecteurs d’argent, et puis il y a aussi un système de classes35 ».

26Il en va de même au sujet de l’alimentation à partir des forages de la SWC :

  • 36 Idem

« C’est pareil qu’ailleurs, il y a des compteurs sur les puits et les gens ne payent que ce qu’ils consomment. La seule différence, c’est que c’est le peuple qui va à l’eau et pas l’eau qui va au peuple36 ».

27Revendiquant une position hégémonique dans le secteur de la distribution de l’eau de l’État de Khartoum - qui va à l’encontre des mots d’ordre officiels de décentralisation et de participation locale -, cherchant à se présenter comme une institution efficace fonctionnant selon des critères européens d’efficience et de rationalité bureaucratique malgré un mode de recrutement vraisemblablement clientéliste, la SWC-K, de par sa position centrale, apparaît comme un instrument du régime. L’adoption du fédéralisme a simplement abouti à une concentration des pouvoirs et des moyens qui relevaient du niveau national, au sein d’une institution étatique. Dans le secteur hydraulique, cette décentralisation n’équivaut donc pas à une délégation de pouvoir au profit de la communauté au travers des institutions locales dont le rôle est contesté par la SWC-K. La SWC-K n’a pourtant pas les moyens de ses ambitions. L’urbanisation rapide de la périphérie, liée aux migrations internes, et l’activité des institutions internationales laissent encore aujourd’hui le champ libre aux initiatives locales, suscitées par l’inefficacité de l’institution étatique.

Notes

1 Ayeb H., 1992, « La vallée du Nil. Un grand axe géopolitique », Maghreb-Machrek, n°l38, octobre-décembre, p.66-67.

2 L’Agenda 21 consiste en une déclaration de volonté adoptée par 178 pays - dont le Soudan - lors de la conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement (ou Sommet de la Terre de Rio ) de 1992, reconnaissant les liens essentiels entre la croissance économique, l’équité sociale et la protection de l’environnement. Il cherche à promouvoir le développement durable et prévoit un soutien du PNUD pour sa mise en œuvre par les États signataires. Texte complet disponible sur le site : http://www.un.org/esa/sustdev/documents/agenda21/index.htm

3 Moghraby A., 2000, « Energy, Pollutants and Water » dans H.A. Abdel Ati Abdel, Sustainable Development in Sudan. Ten Years after Rio Summit. A Civil Society Perspective, Khartoum Environmentalist Society, p.62-66.

4 D’après les chiffres communiqués par le professeur Bachir Muhammad al-Hasn, de l’université de Khartoum, lors de la présentation du papier « L’eau potable au Soudan : les défis et les conséquences environnementales » (mayah ach-charab bi-s-sudan : at-tahaddiyat wa-l-athar al-bi’iya), à l’occasion de la conférence organisée le 15 avril 2003 par l’Unicef à Khartoum pour le Sommet mondial de l’eau pour l’enfance.

5 Georges Mutin avance le chiffre de 267om3/an/habitant. Cf. Mutin, 2000, L’eau dans le monde arabe, Paris, Ellipses, p.30.

6 Moghrabi, op. cit., p.64.

7 Organe fédéral en charge de la gestion de l’eau dont nous aurons l’occasion de reparler.

8 El-Tayeb G.E.D., 2000, « Human Development in Sudan from Agenda 21 Perspective » dans Abdel Ati, op.cit., p.193-199.

9 La SWC-K, entreprise publique relevant de l’État de Khartoum dont il sera question plus avant et qui a en charge l’adduction d’eau dans les limites de l’État.

10 En arabe, le terme mogran ou maqran signifie confluence.

11 Musa S. B. et Musa A. S., 1991, « Water Supply in Greater Khartoum » dans M.E. Abou Sin et H.R.J. Davies, The future of Sudan’s Capital Région : A Study in Development and Change, Khartoum University Press, p.68.

12 Ibid., p.72.

13 Entretien avec Mahjoub al-Halawi, manager à la SWC-K, avril 2003.

14 El-Tayeb, op.cit., p.199. Ce dernier chiffre ne concerne peut-être que les connexions individuelles. Quoi qu’il en soit, la vérité doit être entre ces deux estimations.

15 Ibid p.67, l’OMS a estimé les besoins immédiats à 100 litres pour l’agglomération de Khartoum et à 20 litres pour les zones rurales. Ces chiffres prennent en compte les possibilités concrètes du pays et ne sauraient être compris que comme des valeurs pragmatiques a minima.

16 Entretien avec Mahjoub al-Halawi, manager à la SWC-K, avril 2003.

17 Entretien avec le coordinateur national du programme WES à la National Water Corporation, avril 2003.

18 Entretien avec un ex-haut responsable de la National Water Corporation, avril 2003.

19 Entretien avec un ingénieur à la State Water Corporation de l’État de Khartoum, avril 2003.

20 Constitution de 1998, article 110.

21 Constitution de 1998, article 111.

22 Entretien avec le coordinateur national du programme WES à la National Water Corporation, le 30 avril 2003.

23 Entretien avec un ex-haut responsable de la National Water Corporation, avril 2003.

24 Entretien avec un ingénieur à la SWC-K, avril 2003.

25 Idem

26 Entretien avec un manager à la SWC-K, avril 2003.

27 Idem

28 Idem

29 Les chariots-citernes, tirés par des ânes, utilisés par les marchands d’eau.

30 Entretien avec un manager à la SWC-K, avril 2003.

31 Davies H.R.J., 1991, « Population Change in the Capital Région » dans Abou Sin et Davies (ed), op.cit., p.133.

32 El-Tayeb, op.cit., p.169.

33 Bior Deng Bior, op.cit.

34 Entretien avec un manager de la SWC-K, avril 2003.

35 Idem. En dehors des habitations comportant un compteur, il existe un système de trois forfaits au mois en fonction du diamètre de la canalisation. Ce système favorise les gaspillages.

36 Idem

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable