Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avoir un enfant en Égypte

 | 
Marie-José Janicot

Conclusion

Texte intégral

1Ce travail qualitatif ne prétend pas faire une démonstration à cause de la faiblesse numérique de l'échantillon. Il ne permet pas d'analyse statistique. Cependant, s'appuyant sur une méthode comparative, il permet une approche vivante des problèmes de fertilité et de fécondité, des conditions d'accouchement et de l'accueil de l'enfant au Caire.

2La naissance d'un enfant a toujours été – en tout temps et en tout lieu – un événement considérable. En Egypte, où la cellule de base de la société est la famille, et non l'individu, elle prend peut-être encore une importance accrue. Elle est toujours vécue dans la joie, même si elle n'a pas été désirée et la pire calamité est la menace de stérilité qui plane sur toutes les femmes, les hommes se sentant rarement à l'origine au problème. Le but du mariage est la procréation et nul n'envisage une vie sans enfant.

3Cependant, l'attitude face à la maternité, à la paternité, au contrôle des naissances varie considérablement dans les différentes couches de la société et est essentiellement liée au niveau culturel. Plus que la religion, les ressources matérielles, le heu de résidence, c'est l'éducation qui joue un rôle déterminant dans les comportements. L'origine géographique a aussi une influence, les individus venant de Haute-Egypte étant, pour la plupart, plus conservateurs que ceux du nord du pays.

4Dans les milieux favorisés de l'élite, les parents sont soucieux de limiter à deux leur nombre d'enfants et mettent en œuvre les moyens nécessaires pour y parvenir. Le recours à l'avortement, qu'ils condamnent, n'est jamais nécessaire sauf pour des raisons médicales. Les femmes accouchent à l'hôpital, par choix, dans les meilleures conditions de sécurité et d'hygiène.

5En revanche, même s'ils affirment que l'idéal est une famille peu nombreuse, les gens de condition modeste continuent généralement à avoir beaucoup d'enfants, parce qu'ils nourrissent une certaine méfiance envers la contraception, parce qu'ils éprouvent le besoin de prouver leur capacité à procréer et parce que le rôle de père ou de mère est le plus valorisant qu'ils aient à assumer. Les arguments religieux, sur lesquels ils s'appuient pour refuser le contrôle des naissances, servent souvent à masquer des raisons inconscientes. D'ailleurs, paradoxalement, les avortements sont nombreux dans ces milieux, à cause du manque d'informations de prévoyance ou de confiance envers les méthodes contraceptives. Les daya-s ou accoucheuses traditionnelles demeurent des personnages très importants dans les quartiers populaires qui officient encore dans bon nombre de familles. Elles sont progressivement remplacées par les sages-femmes, mais celles-ci ne présentent pas les mêmes avantages aux yeux de leurs patientes. Quant à l'accouchement à l'hôpital, il apparaît comme la solution la moins satisfaisante, parce que considéré comme trop onéreux peu naturel et surtout effrayant.

6Quant aux Cairotes de la classe moyenne, éduqués, mais peu fortunés, ils ne se comportent pas tous de la même façon. Les uns, les plus nombreux, ont recours à la contraception de manière à n'avoir pas plus d'enfants qu'ils ne le souhaitent. Les autres, souvent membres de familles où les femmes ne travaillent pas, calquent leur comportement sur celui des individus des milieux populaires dont ils sont très proches. Les femmes de ce milieu en évolution accouchent tantôt à l'hôpital, tantôt à domicile avec une sage-femme, rarement avec une daya.

7Quoi qu'il en soit, dans toutes les couches de la société, les jeunes sont plus favorables aux méthodes contraceptives que leurs aînés. Ils sont plus conscients qu'eux des difficultés matérielles auxquelles ils auront à faire face et plus soucieux de donner une bonne éducation à leurs enfants. Ils refusent généralement de dire comme leurs parents : « Quand Dieu donne un enfant, Il donne aussi ce qu'il faut pour le faire vivre. » Par contre, les conditions d'accouchement demeurent liées au milieu, à l'éducation et aux ressources.

  • 1 Education est pris ici au sens large. Mona, qui est illettrée, mais a suivi les sessions de formati (...)

8Curieusement, les anciens rites de passage sont le plus souvent perpétués dans toutes les classes sociales, bien que pour des raisons différentes. La signification de leur symbolique a été perdue et ils sont, dans la majorité des cas, réduits à une survivance folklorique. Pourtant, ils continuent de jouer leur rôle dans la socialisation de nourrisson. Mais la façon de s'occuper du nouveau-né, le respect de bonnes conditions d'hygiène sont à nouveau étroitement liés à l'éducation des parents1.

Notes

1 Education est pris ici au sens large. Mona, qui est illettrée, mais a suivi les sessions de formation organisées par Caritas, utilise avec succès des méthodes contraceptives, a accouché avec une daya, mais respecte scrupuleusement les règles d'hygiène qui lui ont été inculquées.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable