Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avoir un enfant en Égypte

 | 
Marie-José Janicot

Chapitre II. La grossesse et l'accouchement

Entrées d'index

Mots clés :

enfant, grossesse, accouchement

Texte intégral

La grossesse

1Pourtant, dans la plupart des cas, la découverte d'une grossesse est un événement heureux. Quand, pour la première fois, une femme s'aperçoit qu'elle est enceinte, elle est immédiatement envahie par une joie profonde que partageront son mari et ses proches, parce que la nouvelle en est attendue et espérée. La première grossesse est toujours privilégiée. Certains facteurs peuvent encore accroître le bonheur éprouvé. Par exemple, quand Umm Na'ïma découvre qu'elle est enceinte peu après son mariage, alors que son mari avait auparavant été marié dix huit ans et n'avait pas eu d'enfant, elle est soulagée en même temps qu'heureuse et soupire : « Je n'avais plus aucun souci. » Quant à son mari, il ne sait plus que faire tant il est bouleversé. Naturellement, quand la femme “a tardé” à être enceinte, l'événement ravit d'autant plus tout le monde. Quand, par contre, la grossesse est très précoce, c'est un sujet de fierté. Umm Mona se vante joyeusement : « J'avais mes règles avant de me marier quand j'étais encore chez mon père. A partir du moment où je me suis mariée, je n'ai plus eu des règles. J'ai été enceinte immédiatement et je n'ai plus eu mes règles jusqu'à la naissance de ma deuxième fille ! »

2Les grossesses qui suivent sont ressenties différemment. Si les couples pratiquent le contrôle des naissances et désirent seulement deux ou trois enfants, la grossesse apparaît comme une période exceptionnelle et rare, qu'il s'agit en quelque sorte de savourer. Si la famille est nombreuse, elle devient un état naturel et banal de la femme. Mais dans tous les cas, la deuxième maternité est désirée, car nul ne souhaite avoir un enfant unique. Cependant, la grossesse peut survenir trop tôt après la première naissance et causer de la déception, comme dans le cas d'Amal qui raconte : « La deuxième fois, cela m'a ennuyée parce que j'ai découvert que j'étais enceinte de sept mois alors que ma fille avait huit mois et que je l'allaitais. (…) J'aurais voulu attendre deux ans. C'est venu malgré moi. Je me disais : “Comment je vais faire ?” et je pleurais. » Dans ces circonstances, les femmes essaient parfois de provoquer un avortement ou demandent au médecin de leur faire un curetage. Mais, le plus souvent, après un moment de dépression, elles finissent par bien accepter leur état, souvent encouragées par leur mari. Ainsi Hag Mustafa dit-il à Amal : “Pourquoi pleures-tu ? Tu voulais avoir des enfants ! Alors ce n'est pas grave.”

3En revanche, plus tard, peuvent survenir des grossesses qui ne sont vraiment pas désirées. Les femmes alors s'affligent, refusent parfois d'y croire, comme Umneyya qui commente sa réaction : « Pour les trois premiers bébés, j'ai consulté un médecin dès que j'ai pensé être enceinte. Mais pour le quatrième et le cinquième, comme je ne les voulais pas, je redoutais que le docteur me dise : “Oui, tu es enceinte !” alors je n'y suis pas allée. » Pourtant, là encore, en général les femmes se résignent vite à assumer une maternité supplémentaire. Umm Mohammed reconnaît : « Il m'est arrivé d'être déçue en m'apercevant que j'étais enceinte. Mais cela a vite passé et finalement, j'étais contente quand même. » Hoda ajoute : « J'avais envie de le faire descendre, mais je n'ai rien fait. Et puis j'ai commencé à me faire à l'idée d'être enceinte, j'ai accepté ma grossesse et j'ai été très contente. » Même les femmes, qui ont essayé sans succès de se faire avorter, finissent par se réjouir de la venue d'un bébé. Manal – qui a onze enfants et soupire “Dieu merci, je suis ménopausée maintenant ! Je n'en aurai plus.” – avoue pourtant : « Chaque fois que j'étais enceinte après le sixième, je ne voulais pas de l'enfant, j'essayais de le faire descendre, mais je ne réussissais pas. Et après j'étais quand même contente. On ne peut pas être fâché d'avoir un enfant »

4Quant aux hommes, ils sont presque toujours ravis quand leur femme leur apprend la nouvelle, même quand elle est au contraire déçue. Umneyya dit avec une pointe de ressentiment : « Pour le quatrième enfant, mon mari était très très content. Moi, je pleurais et lui était content ! Il était content parce qu'il ne fiche rien. Mais moi… c'est moi qui ai le travail ! » Seuls les hommes dont la situation financière est vraiment catastrophique se montrent contrariés à l'annonce d'une nouvelle grossesse de leur épouse.

5Beaucoup de femmes s'aperçoivent immédiatement qu'elles sont enceintes, telle Marwa qui explique : « Je connais bien la date de mes règles, alors dès qu'elles sont en retard, je sais que je suis enceinte. Et puis, quand je me lave, je sens à l'intérieur quelque chose qui tourne ; quand cette chose n'est pas à la même place, je sais que je suis enceinte. » Mais paradoxalement, bien qu'ardemment souhaitée, la première grossesse n'est pas toujours détectée rapidement. Umm Na'ïma qui, pourtant, voulait absolument avoir un enfant rapidement raconte : « Quand on est enceinte, on s'en aperçoit dès le premier jour, parce qu'on a des nausées, on a sommeil tout le temps et les règles ne viennent pas. Mais la première fois, je m'en suis aperçue seulement au bout de trois mois ! Et encore, c'est mon mari qui a pensé le premier que j'étais enceinte, parce que mes règles ne venaient pas. » D'ailleurs, il est fréquent que ce soit l'entourage qui attire l'attention des conjoints sur un signe annonciateur. Nevine s'en souvient : « Je ne me doutais de rien – dit-elle – et quand je suis allée au village, une cousine de mon mari lui a dit : “Ta femme est enceinte ! Sa poitrine a gonflé : elle est enceinte !” C'était vrai : j'étais enceinte de vingt-sept jours. » Certaines femmes même, par crainte d'une désillusion, nient l'évidence, comme Isis qui en plaisante maintenant : « J'ai vu deux médecins – assure-t-elle – et je les croyais pas. Pendant cinq mois, je ne sentais rien du tout et les médecins ont eu beau me dire que j'étais enceinte, je n'étais pas convaincue. » Parfois, au contraire, c'est la famille qui refuse de croire à la réalité de la grossesse. Ainsi, Zuba a cru à tort être enceinte à plusieurs reprises. Quand elle l'a été réellement, sa belle-mère a affirmé que c'était une grossesse nerveuse. Elle explique : « J'ai attendu d'aller voir le docteur parce que je craignais d'être déçue et quand il m'a dit “tu es enceinte de quatre mois”, j'ai pleuré tellement j'étais contente. (…) Je l'ai dit à mon mari en rentrant et il était vraiment heureux. Il a couru chez sa mère pour lui dire : “Ce n'est pas une grossesse nerveuse ! Elle est réellement enceinte !” Mais elle n'a pas voulu le croire. Jusqu'à l'accouchement, elle a dit que j'étais pas enceinte, que je mettais un oreiller sous ma robe. Elle n'a pas voulu le croire. Elle n'a admis ma grossesse qu'après l'accouchement quand elle a vu ma fille parce qu'elle lui ressemblait. »

6Une fois que les femmes se sont aperçues qu'elles sont enceintes, leur comportement est différent selon les catégories socio-culturelles. Dans les classes supérieures, les femmes s'empressent de se confier à leur mari, avant même d'avoir une certitude. Puis, elles consultent immédiatement un médecin pour avoir confirmation de leur état et ensuite elles annoncent la nouvelle à tous leurs proches. Pendant toute leur grossesse, elles se font suivre médicalement de façon régulière et prennent des précautions. Isis raconte : « Mon mari m'a interdit de fumer et bien sûr à ce moment-là, il ne faut pas boire d'alcool, il ne faut pas courir, pas faire d'efforts violents. Il faut être calme, ne pas s'énerver. Je n'ai pas toujours réussi. » Sana' ajoute : « Je prends des aliments vitaminés, riches en fer. Je bois du lait je mange des fromages. J'essaie d'éviter les aliments piquants et les aliments riches en crème pour ne pas trop fatiguer l'estomac, surtout les derniers mois. » Elles ne mangent pas trop, ont une sexualité normale, se reposent davantage. En général, les hommes sont attentifs à éviter à leur femme trop de fatigue. ‘Isam se souvient : « Quand ma femme était enceinte de notre premier enfant, nous étions à l'étranger et nous n'avions pas de bonne. J'essayais de l'aider mais elle refusait. Parfois, je le faisais quand même surtout à partir du septième mois de grossesse. » De plus, dans ce milieu, les femmes sont déchargées des tâches ménagères par un ou des domestiques. Elles ont donc la possibilité de se reposer.

7Dans les autres catégories sociales, le comportement des femmes enceintes est très différent selon les familles. La nécessité de consulter un médecin ne leur apparaît pas toujours. Les femmes éduquées se plient généralement à un contrôle médical régulier, mais pas toujours depuis les premiers mois. En ce qui concerne les autres, certaines vont tout de suite chez un médecin pour avoir confirmation de leur état, notamment lors de la première grossesse, mais n'y retournent jamais ensuite. D'autres n'ont jamais pensé à y aller. Umm Na‘ïma, par exemple affirme : « J'ai sept enfants et, depuis mon mariage, je ne suis jamais allée voir un docteur, sauf pour un mal de tête. » Umm Mahmud renchérit : « Une grossesse n'est pas une maladie ! Si on a des complications, on va voir le docteur. Sinon, pourquoi le ferait-on ? » Beaucoup, cependant, vont demander au médecin de leur prescrire des vitamines ou un médicament contre les nausées, mais refusent de se laisser examiner. Enfin, quelques unes souhaiteraient consulter un docteur, mais en sont empêchées par leur entourage : un mari jaloux qui ne veut pas que sa femme soit examiné “en bas” comme Ramadan, une mère ou une belle-mère comme celle d'Amal qui dit : « Je voulais aller voir un docteur immédiatement, mais ma mère n'a pas voulu. Elle avait peur pour que le docteur ne me touche et fasse descendre le bébé. »

  • 1 Son mari.

8L'attitude envers la famille, les voisins, n'est pas toujours la même non plus. Certaines femmes mettent tout le monde au courant très vite, soit parce qu'elles sont tellement heureuses qu'elles ne peuvent s'en empêcher, soit parce qu'elles veulent faire cesser les bavardages sur leur compte. Par exemple, Umm Na‘ïma, dont le mari n'avait pas eu d'enfant de sa première épouse, s'est empressé de dire qu'elle était enceinte « parce que tout le monde attendait et voulait voir si cette fois ce serait différent ». En revanche, d'autres femmes se taisent par crainte du mauvais œil ; mais elles sont de plus en plus rares à s'en méfier dans ce cas particulier, malgré les mises en garde des femmes âgées de leur famille. Par contre, il arrive que la nouvelle ne soit pas ébruitée, par crainte qu'elle ne se confirme pas. Amal s'est tue longtemps pendant sa première grossesse et elle en donne la raison : « La première fois que j'ai été enceinte, je l'ai tout de suite annoncé à ma mère qui m'a dit : “Ne le dis à personne !” Pas à cause du mauvais œil, mais parce qu'elle a pensé que je n'étais peut être pas enceinte. Cela pouvait être seulement un retard de règles et si j'avais annoncé que j'étais enceinte et que les règles soient revenues, on aurait eu honte. Alors je n'ai rien dit, sauf à mon mari qui a été très content. (…) Parfois, je vomissais devant les gens et ils disaient : “Est-ce qu'elle est enceinte ?” et Hag Mustafa1 répondait : “Peut-être… mais je ne sais pas…” Même à ma belle-mère, je ne l'ai pas dit. Elle aussi me voyait vomir puisqu'on habite ensemble. Elle disait à mon mari : “Amal a mangé quelque chose qu'elle n'a pas supporté !” Mais elle avait compris. » Enfin, en milieu populaire, bien des femmes ne préviennent pas leurs voisines, parce que « c'est une chose naturelle, ça arrive à tout le monde et elles s'en aperçoivent d'elles-mêmes. »

  • 2 Marwa et sa famille habitent dans deux pièces rajoutées sur le toit en terrasse d'un immeuble qu'on (...)

9Pendant la grossesse, les femmes des catégories sociales défavorisées ont toujours la charge des tâches ménagères. Comme Marwa, elles remarquent : « Je fais tout toute seule. Je vais, je viens, je soulève des choses lourdes, je descends et je monte les escaliers2, je lave, je cuisine, je repasse… » Rares sont celles qui peuvent être aidées par leur mère ou une sœur. Et celles qui vivent avec leur belle-mère ne peuvent en espérer aucune aide. Amal en a fait l'expérience : « Ma belle-mère ne me déchargeait pas davantage du travail pendant mes grossesses – insiste-t-elle. Elle disait que c'est bon de faire le ménage et tout le travail de la maison. Elle disait qu'après on accouche facilement »

10Quant aux hommes, il ne leur vient généralement pas à l'idée d'aider leur femme. Marwa le constate : « Mon mari ne se soucie pas de savoir si je me fatigue. L'essentiel pour lui est que tout soit fait à la maison. Que je me fasse aider ou que je fasse tout toute seule, ce n'est pas son problème. » Quant à Thérèse, elle conclut désabusée : « Mon mari était content que je sois enceinte, mais lui n'avait pas de responsabilité – c'est-à-dire que je faisais tout toute seule. Il sentait qu'il était content, mais moi je ne le sentais pas… » Pourtant, quelques hommes affirment comme Abu 'Ali : « Quand ma femme est enceinte, je lui dis : “Fais ce que tu peux faire. Ne te fatigue pas trop. Même ce qui est pour moi, si c'est fatigant ne le fais pas.” » Mais les femmes trouvent que leurs bonnes dispositions ne durent pas. Zuba constate : « J'ai été enceinte au bout de cinq ans. Au début, mon mari me ménageait. Il me disait : “Ne te lève pas !” Mais au bout de quelques mois, il ne faisait plus attention à m'épargner des efforts. Mon mari était fou de joie la première fois. Avec sa première femme, il n'avait pas eu d'enfant Alors il a été très gentil avec moi. Il faisait tout à ma place. Même si je voulais laver par terre, il le faisait lui. Il était aux petits soins parce qu'il avait peur que la grossesse ne se passe pas bien. Mais il a fait ça la première fois seulement… » Pourtant quelques hommes, très rares, sont soucieux d'éviter à leur femme les gros travaux. C'est le cas de Milad, le mari de Mona qui en témoigne : « Mon mari m'aidait beaucoup. C'est normal parce que nous travaillons tous les deux. Il m'aide à la maison, mais il fait attention que les voisins ne s'en aperçoivent pas. »

11Par ailleurs, le comportement alimentaire des femmes change pendant la grossesse, au point de vue qualitatif surtout car rares sont celles qui pensent qu'il faut manger “pour deux”. En revanche, elles essaient presque toutes d'avoir une nourriture plus riche, plus variée. Souvent aussi, elles ont des dégoûts et sont au contraire attirées par certains aliments qui les tentent moins en temps ordinaire, notamment une variété de poisson salé et le fromage fermenté. Celles qui vivent seules avec leur mari ou avec leur propre famille mangent ce qui leur fait plaisir. Les autres en sont souvent empêchées par la crainte de contrarier leur belle-mère. Amal s'en souvient : « J'aimais manger des choses salées : le fromage fermenté, le poisson salé, les sardines. J'en mangeais le matin quand ma belle-mère était sortie parce que je n'osais pas manger ce que je voulais devant elle. » Quant aux envies propres aux femmes enceintes, toutes n'en ont pas eues, mais presque toutes estiment qu'il faut les satisfaire coûte que coûte. Il s'agit presque toujours d'envies de fruits. Marwa explique : « Si j'ai envie de quelque chose, je cours tout de suite le chercher. Même si je n'ai pas d'argent, je dis au marchand : “Donne m'en seulement un !” » Umm Ibrahim insiste : « Mon mari se précipitait pour acheter ce dont j'avais envie. S'il ne m'en avait pas apporté, cela aurait été un péché. » Le mari est tenu d'acheter les aliments désirés. Quelques femmes profitent de la situation, Mervat par exemple qui raconte : « Il faut satisfaire les envies ! J'essayais toujours de manger ce dont j'avais envie. Et si je disais à mon mari que j'avais envie de quelque chose, il m'en apportait tout de suite. Alors j'ai fait semblant. Je choisissais n'importe quel aliment que j'aime juste pour me faire plaisir. » Dans l'ensemble, tout le monde croît que si les envies ne sont pas satisfaites, l'enfant naîtra avec une marque sur la peau de la forme et de la couleur de l'aliment désiré. Et l'on cite des cas. Wafa' explique : « Il y a beaucoup d'enfants qui ont des taches rouges sur le bras ou sur la jambe. Si on leur demande : "Qu'est-ce que c'est ?", ils disent : “C'est ma mère qui a eu envie de manger des fraises ou je ne sais quoi.” Ma cousine a une grappe de raisin dessinée sur le cou parce que sa mère a eu envie de raisin. » Shahira renchérit : « J'ai eu envie de fraises et on n'a pas pu en trouver parce que ce n'était pas la saison. Ma petite a une fraise sur la fesse. » Et Marwa renchérit en montrant une marque oblongue sur la jambe de sa fille : « Je voulais manger des sardines. Il y en avait à la maison, il n'y avait pas de problème, mais j'ai dit : “Je voudrais manger des sardines” en me touchant la jambe et ma fille a une tache brune en forme de sardine sur la jambe. » Rares sont ceux ou celles qui n'attachent pas d'importance aux envies, quel que soit leur niveau d'éducation. Pourtant Salwa dit : « J'ai eu des envies et ma mère me disait : “Il faut acheter ce dont tu as envie !” mais ce n'est pas vrai ! Ce sont des idées. Je voulais manger des crevettes, des pommes, des abricots. On choisit toujours des choses chères, hors saison. » Et Umneyya ajoute : « Je ne veux pas faire attention à ces choses ! Je ne veux pas me laisser entraîner là-dedans. »

  • 3 Les chrétiennes qui ont l'habitude de jeûner en diverses occasions également. Mais les jeûnes copte (...)

12Par ailleurs, toujours sur le plan alimentaire, le jeûne peut poser un problème. Mais, en fait, la plupart des Musulmanes ont jeûné pendant le Ramadan comme à l'accoutumée3. Pourtant, elles reconnaissent souvent avec Umm 'Ali que « pendant la grossesse, on peut se dispenser du jeûne : c'est écrit dans le Coran. » Mais elles ajoutent aussitôt comme Azza : « Le Coran dit qu'on PEUT se dispenser du jeûne, SI ON N'Y ARRIVE PAS ; il ne dit pas qu'on ne doit pas jeûner parce qu'on est enceinte. » Et Wafa' insiste : « J'ai jeûné parce que c'est Dieu qui le demande. Il ne demanderait pas quelque chose qui serait mauvais pour l'enfant. Le jeûne est bon pour Dieu, alors il ne doit pas avoir d'influence sur le fœtus. » Et Marwa va encore plus loin : « Le docteur m'a dit de ne pas jeûner – reconnaît-elle – mais je jeûne quand même. Si Dieu veut, il donnera à manger au bébé. » Malgré tout, quelques femmes de toutes conditions se soustraient au jeûne par souci de la santé à venir. Leila en analyse les raisons : « On est dispensé de faire le jeûne pendant la grossesse et je ne l'ai pas fait parce que je pense que c'est malsain. En jeûnant, on se restreint beaucoup, alors je ne pensais pas que ça valait la peine de prendre le risque puisque je pouvais rattraper plus tard. Et puis, j'ai appris que, quand Dieu nous dispense de quelque chose, il vaut mieux s'en dispenser réellement – sinon ce serait se montrer plus rigoureux que Dieu lui-même. Et la modération est une des valeurs de notre religion »

13La grossesse est aussi une période un peu mystérieuse, car peu d'hommes et de femmes ont des idées justes et précises sur le développement du foetus. Seuls les plus cultivés sont bien informés. En ce qui concerne les femmes, elles s'intéressent souvent à ce sujet au moment de leur première grossesse et questionnent le médecin qui les suit ou lisent des ouvrages spécialisés. Leïla dit : « J'ai lu des petits livres pendant ma première grossesse et je savais déjà pas mal de choses. Mais je n'ai pas suivi toutes les phases. Ce qui m'intéressait surtout c'était de savoir à quel moment l'esprit était conçu. » Mais la plupart des gens – même instruits – sont dans une grande ignorance. Azza, qui est institutrice, reconnaît : « Je ne sais pas comment l'enfant se développe. J'ai demandé à ma mère, mais elle ne le sait pas non plus. C'est le docteur qui sait toutes ces choses. Je ne lis pas beaucoup et je n'ai pas cherché à me renseigner. » Quant aux illettrés, ou bien ils avouent ne rien connaître à propos du développement fœtal, ou bien ils le décrivent comme Abu Ibrahim : « Le premier mois, il y a seulement une petite boule de sang. Le deuxième mois c'est un petit morceau de chair. Le troisième mois, les os se forment. Le quatrième mois, les membres apparaissent et l'âme est donnée à l'enfant Il commence à bouger. » Les femmes qui ont fait une fausse couche savent par contre que l'enfant est formé plus tôt.

14Enfin, beaucoup de parents ont eu envie de connaître d'avance le sexe de l'enfant. Actuellement, l'échographie peut les renseigner mais ils sont peu nombreux à y avoir recours. Quant à l'interprétation de divers signes tels la forme du ventre, l'aspect du visage ou autre, elle ne paraît pas crédible. En revanche, une grande importance est accordée aux rêves prémonitoires. Certains sont clairs comme celui de Mervat, qu'elle raconte : « J'ai rêvé que j'avais une petite fille très grosse et très mignonne. Cela se passait dans un très grand jardin et mon mari m'apportait une grosse boîte d'or. Quand j'ai raconté ce rêve à mon mari, il m'a dit : “C'est une fille qui va arriver et avec plein d'argent.” Et ça s'est réalisé : mon mari a gagné une grosse somme dans son travail et on a eu une fille. » De même, le rêve d'Hag Mustafa n'a-t-il pas besoin d'être interprété. Sa femme le rapporte : « Au moment où j'ai été enceinte du quatrième, je ne voulais plus d'enfant. Mais Hag Mustafa m'a dit : "Cet enfant doit naître et ce sera un garçon !" Il l'a su parce qu'un ange l'a visité en rêve et lui a prédit la naissance d'un garçon. » Mais, le plus souvent, les rêves demandent à être interprétés. En général, la future mère ou plus rarement une personne de son entourage rêve qu'on lui donne un objet. Si cet objet est du genre féminin ou de peu de valeur, l'enfant sera une fille. S'il est de grande valeur, il sera un garçon. Umm Na'ïma en a fait l'expérience « Quand j'étais enceinte pour la cinquième fois – se souvient-elle – j'ai rêvé qu'une petite fille me donnait un billet d'une livre que je cachais et que je ne pouvais pas rendre. J'étais très ennuyée parce que jamais je n'ai pris d'argent de quelqu'un sans le rendre. La petite fille pleurait et je ne voulais pas dire que j'avais l'argent. Après j'ai eu une fille. La livre représente la fille. C'était ma cinquième fille. Quand j'ai été enceinte la fois suivante, mon mari est allé chez une de ses cousines qui a rêvé de lui. Elle a rêvé qu'il lui apportait une bague avec un rubis. Et après on a eu le garçon. La bague c'était le garçon. » Mais les rêves prémonitoires sont tout de même exceptionnels et les femmes ignorent le plus souvent le sexe de leur futur enfant Certaines le déplorent un peu, d'autres sont ravies d'avoir la surprise. Elles disent parfois comme Umm Mohammed : « Je suis comme une pastèque ou un melon. On ne sait pas ce qu'il y a dedans. » Toutes attendent l'accouchement souvent avec une certaine angoisse.

L'accouchement

15Le choix du lieu de l'accouchement et de l'accoucheur est un problème généralement résolu sans conflit. Dans les milieux aisés, les femmes vont à l'hôpital et sont accouchées par le médecin qui les a suivies pendant leur grossesse dans des conditions similaires à celles qu'on rencontre dans tous les bons hôpitaux du monde.

16Les femmes ayant un bon niveau culturel mais de faibles moyens financiers ne font pas toutes le même choix. Les unes, notamment les plus jeunes, accouchent à l'hôpital, les autres à la maison avec une sage-femme ou une accoucheuse traditionnelle. Celles qui optent pour l'hôpital l'expliquent par la sécurité qu'il offre. « On ne sait jamais ce qui peut se passer – déclare Thérèse. A l'hôpital on est tranquille. » Les autres préfèrent rester chez elles parce que c'est l'habitude ou pour des raisons financières. « L'hôpital, ça coûte trop cher ! s'écrie Nabila. Ce n'est pas bien d'accoucher à la maison, mais on le fait malgré nous. » Les soins sont théoriquement gratuits dans les hôpitaux d'Etat, mais tout le monde est d'accord avec Sayyida : « Si on veut être bien traité, il faut donner beaucoup de bakchich au personnel. »

17En milieu populaire, l'accouchement à domicile est de loin le plus fréquent. Le refus de l'hôpital, où les soins et le confort sont bons, s'explique là encore pour des raisons économiques, mais aussi pour des raisons moins rationnelles. L'hôpital – lié étroitement dans l'esprit des gens modestes au concept de maladie grave – les effraie. Il leur semble réservé aux cas difficiles comme l'exprime Umm Mohammed : « Si la femme est fatiguée ou malade, elle va à l'hôpital. Sinon, c'est plus facile d'accoucher à la maison. » L'hôpital apparaît comme le dernier recours quand l'enfant se présente mal ou quand la mère est en mauvaise santé comme Zuba qui dit : « La première fois, j'ai accouché à l'hôpital parce que j'étais très enflée et que le docteur m'avait dit qu'il fallait absolument y aller. Les autres enfants sont nés à la maison. Tout était normal, je n'étais pas enflée. Il n'y avait pas de raison d'aller à l'hôpital ! » D'ailleurs, même dans les cas où il est préconisé, l'hôpital fait peur. Amal évoque ainsi son premier accouchement : « L'accouchement était difficile. L'accoucheuse m'a dit : "Il faut que tu ailles à l'hôpital maintenant !" Mais j'ai refusé. Je pensais que si j'allais à l'hôpital, je mourrais… que toutes celles qui accouchent à l'hôpital meurent. » C'est une croyance encore répandue. On entend souvent : « Si vous voulez mourir, allez accoucher à l'hôpital ! »

18Même si cette crainte est vaincue, l'hôpital est perçu comme hostile et froid. La famille n'est pas autorisée à assister à l'accouchement et la parturiente est laissée seule avec son angoisse. Zuba décrit la situation : « A l'hôpital, personne ne rentre. On laisse les femmes toutes seules la plupart du temps. Le docteur est resté près de moi parce que j'étais vraiment malade. Mais les autres restaient seules. » Et en milieu populaire, la solitude est toujours source de malaise – a fortiori dans une situation déjà angoissante – la présence de la famille et des voisins un réconfort. En outre, la patiente doit porter des vêtements qui ne lui appartiennent pas et est contrainte d'adopter la position gynécologique. Umm Mona explique avec dégoût : « On nous fait habiller de blanc avec un foulard blanc sur la tête. On nous attache les jambes. » Et, pour comble, la femme peut être entourée d'étudiants. D'ailleurs, le refus de l'hôpital peut aussi être lié au fait que le mari ne veut pas que sa femme se montre à un autre homme. Enfin, la crainte d'être “coupée”, de subir une épisiotomie intervient également. Les femmes à qui c'est arrivé disent qu'elles ont été “opérées” et en parlent comme d'une expérience très éprouvante.

19En définitive, même celles qui accouchent à l'hôpital, le vivent le plus souvent comme un pis aller. Marwa, par exemple dit : « Quand j'étais au village, j'accouchais à la maison. Ici, c'est ce que j'aurais voulu faire, mais il n'y a pas d'accoucheuse dans mon quartier. Ce n'est pas comme au village. Alors depuis que nous habitons ici, je vais à l'hôpital. Je suis obligée. »

20Que le personnel soit qualifié à l'hôpital, que les règles d'hygiène soient respectées, ne sont pas des critères déterminants en sa faveur pour les femmes peu éduquées qui pensent comme Inshirah : « C'est plus normal d'accoucher à la maison ! »

  • 4 Titre donné aux médecins-femmes.
  • 5 Abu ‘Ali son mari gagne 8 £ég. par jour, encore ne trouve-t-il pas du travail tous les jours.

21Les sages-femmes des centres de soins gouvernementaux offrent une alternative mieux perçue, parce que « de toute façon, c'est mieux d'accoucher à la maison ! » Les femmes les plus ouvertes au changement leur font confiance, parce qu'elles sont bien formées et qu'elles ont des instruments stériles. On les appelle “doctora”4 et elles ont un certain prestige, mais on leur reproche d'être trop pressées et de venir au dernier moment. « Il faut bien calculer quand on va les chercher – plaisante Fawziyyia. Si on les fait venir trop tôt, elles repartent et si on attend trop pour les prévenir, elles arrivent trop tard. » En outre, elles ont la réputation d'être intéressées, de trop réclamer de bakchich, de faire payer des médicaments qu'elles remportent après un usage unique pour le faire payer à nouveau à une autre personne. Umm 'Ali commente : « On donne de l'argent à la doctora selon ses ressources, mais si elle demande trop, alors on doit marchander. Finalement pour la naissance de Sa‘ïd on a dû payer 50 £ég.5. De plus, les sages-femmes sont étrangères aux quartiers dans lesquels elles exercent.

22Les accoucheuses traditionnelles – ou daya-s – au contraire, ont la faveur des femmes des milieux populaires, parce qu'elles sont leurs voisines, comprennent leurs préoccupations et sont très disponibles. Raya – qui a accouché une fois à l'hôpital et les autres fois avec une accoucheuse – résume l'opinion générale : « Je préfère accoucher avec une daya, parce qu'elle me traite comme un être humain, reste toute la nuit avec moi si c'est nécessaire, m'encourage. Et puis je peux m'installer comme je veux : je n'aime pas avoir les pieds attachés comme à l'hôpital ! »

  • 6 Quartier populaire situé à l'ouest du Nil qui reçoit beaucoup de nouveaux arrivants.

23D'ailleurs, faute d'accoucheuse dans le voisinage, certaines préfèrent accoucher avec une parente ou une voisine expérimentée qu'avoir recours à une sage-femme ou aller à l'hôpital. C'est le cas d'Umm Sa‘ïd qui se justifie ainsi : « J'ai accouché trois fois avec une daya quand je vivais au village. Et puis on est venu habiter à Imbaba6 et je n'y connais pas de daya. Alors, pour le dernier accouchement, c'est ma sœur qui a tout fait Elle n'est pas daya, mais elle a appris en regardant faire les daya-s. Puis, elle a accouché sa tante maternelle et elle s'est accouchée elle-même toute seule. »

24Les femmes qui accouchent seules ne sont pas tellement rares. Parfois, comme Umm Na'ima, qui elle-aussi avait observé “comment font les daya-s”, elles préfèrent se débrouiller toutes seules. Umm Na'ïma explique : « Je voulais voir par moi-même ce qui allait sortir de moi. » Mais souvent, il ne s'agit pas d'un choix délibéré. C'est ce qui s'est passé pour Umm Naser, qui, cependant, ne trouve pas la situation anormale. Elle explique : « Mon premier accouchement s'est passé très vite. J'étais allée chez ma mère, parce que je voulais que l'enfant naisse chez elle. Un matin, je suis allées au canal prendre un bain parce que j'avais eu des rapports sexuels avec mon mari. Il y avait un arbre et j'ai accroché mes cheveux dedans. A ce moment-là, j'ai senti quelque chose qui descendait de moi… C'était l'enfant ! Je l'ai enveloppé dans ma robe et j'ai couru dire à ma mère : “Regarde ce qui est descendu de moi !” Les autres fois, j'ai encore accouché toute seule aussi facilement »

  • 7 Les parents de Mona disposent d'un appartement de trois chambres avec une cuisine et une salle de b (...)

25D'autres femmes avaient prévu de faire venir une sage-femme ou une accoucheuse et n'en ont pas eu le temps. Mais elles ont été traumatisées par cette expérience. Ainsi, Mona raconte-t-elle : « J'avais projeté d'accoucher dans la chambre de ma mère7 qui est plus grande que celle dans laquelle je vis et j'y avais tout préparé. Et puis, un jour alors que j'étais au lit, j'ai ressenti une douleur comme une envie d'uriner. J'ai une boîte à côté du lit pour cet usage, de façon à ne pas toujours aller et venir dans l'appartement (la salle de bain étant commune). J'ai voulu prendre cette boîte et j'ai ressenti une grande douleur. J'ai crié. Heureusement, je n'avais pas fermé la porte à clef. Mon frère est entré. J'avais honte. Je lui ai crié : "Va t'en ! J'accouche… Ferme la porte ! Va chercher ma mère !" Il est sorti et, avant que ma mère n'arrive, j'ai poussé et la petite est tombée par terre. J'ai encore poussé et le placenta est descendu. Le temps qu'on aille chercher la daya, ma belle-sœur est venue et a trouvé la petite par terre. Elle l'a enveloppée dans un vieux morceau de jute – alors que j'avais préparé plein de vêtements pour elle. Quand la daya est venue, elle a coupé le cordon, mais elle ne voulait pas s'occuper de ma fille, car elle croyait qu'elle allait mourir. »

  • 8 Sa belle-sœur ainsi que toute la famille de son mari habitent dans le même immeuble.
  • 9 La salle de bain est une pièce minuscule avec un robinet à 50 cm du sol et un trou d'évacuation tan (...)

26Beaucoup de récits sont tout aussi dramatiques. Sayyida, par exemple, décrit ainsi la naissance de sa troisième fille : « C'était un jour de lessive et ma belle-sœur et son mari étaient là. J'avais bien travaillé, nettoyé la maison et je me sentais fatiguée. Ma belle-sœur m'a dit : “Monte chez moi8. On va regarder la télé !” Elle voulait monter la première et je devais la rejoindre pour qu'on passe la soirée ensemble. Mais je lui ai dit : “Non ! Je veux prendre un bain9 et dormir.” Mais elle a insisté pour que j'aille avec elle. Alors je suis montée un peu et puis je me suis sentie fatiguée. J'ai dit à ma belle-sœur : “Puisque tout le monde est ici, je vais aller m'épiler en bas.” Je suis retournée chez moi. Je me suis épilée, je me suis baignée et puis j'ai eu envie d'aller aux toilettes, mais je ne pouvais pas. J'ai uriné un peu et puis ça s'est arrêté. Ça s'arrêtait… Ça recommençait… J'ai poussé et ma fille est sortie. J'étais toute nue, accroupie derrière la porte. J'ai frappé à la porte jusqu'à ce que mon mari m'entende. Il est arrivé et m'a crié : “Qu'est-ce qu'il y a ? Il y a un chat avec toi ?” parce qu'il entendait la voie de la petite. J'ai répondu : “Non ! C'est un bébé !” Et il a dit : “Est-ce que tu es folle ? D'où viendrait un bébé ?”J'ai dit : “J'ai un bébé maintenant et je ne sais pas quoi faire.” Alors il a couru appeler ma belle-mère et ma belle-sœur, mais personne ne pouvait entrer parce que j'étais derrière la porte et que j'étais nue. Le bébé était par terre et il faisait froid. Je n'avais pas la force de me lever. En restant accroupé, j'ai tiré ma galabeyya qui était suspendue à une chose derrière la porte et je l'ai mise par terre sous le bébé. Ensuite, ma belle-mère a poussé un peu la porte et elle s'est glissée à côté de moi. Elle voulait m'aider à faire sortir le placenta, mais c'était bien plus difficile que l'accouchement. Elle ne savait pas comment faire. Alors elle a conru chercher une infirmière qui est entrée aussi dans la salle de bain. Elle m'a fait boire de l'eau chaude, mais je n'avais plus la force de pousser pour faire sortir le placenta. Alors elle m'a donné un verre d'eau sucrée et j'ai réussi à le faire sortir. Après elles m'ont emportée et j'étais si épuisée que je me suis endormie aussitôt »

  • 10 Quartier au Caire connu pour son université et son hôpital universitaire.
  • 11 Localité du Grand Caire.

27Il arrive même que des femmes accouchent dans des lieux publics. Umm Mona a assisté à une naissance au zoo. Quand à Umm Mahmud, elle raconte : « Un jour, j'allais à Aïn Shams10 par le train. Il y avait une femme enceinte dans le wagon. Elle allait à Esbet el nakhl11 pour accoucher chez sa mère. Mais elle a été prise de douleurs dans le train. J'ai dit à deux femmes de se mettre debout devant elle pour la cacher et j'ai tâté sous sa robe. J'ai trouvé les cheveux. J'ai fait l'accouchement : c'était une fille ! J'ai déchiré ma robe et j'ai mis le bébé dedans. J'ai jeté le placenta par la fenêtre du train et je ne suis pas descendue à Aïn Shams. J'ai accompagné la femme jusqu'à la maison de sa mère. » Mais, même si de tels événements ne sont pas rares, ils demeurent des cas extrêmes. En règle générale, ce sont les daya-s qui opèrent.

28Pourtant, leur activité est illégale. Dans les années 40, des cours avaient été organisés à l'intention de celles d'entre elles qui savaient lire et écrire et il leur était délivré un certificat les autorisant à exercer. Mais, une trentaine d'années plus tard, la formation a été interrompue et l'exercice de la profession interdit. Malgré ces mesures, les accoucheuses traditionnelles, pourvues ou non du fameux certificat, ont poursuivi leur activité, parce qu'elle leur apporte un revenu d'appoint non négligeable, parce qu'elle est valorisante et parce que la demande est forte. Actuellement, parmi les daya-s, certaines ont un diplôme qui n'est plus reconnu, mais leur donne plus de prestige et les incite à demander des gages plus élevés ; d'autres n'ont reçu aucune formation officielle. Mais, pour la plupart, elles ont été entraînées très tôt de la même façon qu'Umm Ahmad qui raconte : « Quand j'ai eu douze ans, ma mère a commencé à m'emmener avec elle. Au début, je n'ai pas supporté, mais elle a insisté pour que je continue à l'accompagner. Quand j'ai eu mon premier enfant, j'ai pu commencer à l'aider. Mais je n'ai pris sa suite que bien plus tard. Une femme doit être mature pour être daya et ses propres enfants doivent être suffisamment grands pour qu'elle puisse les laisser à n'importe quelle heure. »

29Si la plupart des accoucheuses ont appris leur métier avec une parente elle-même accoucheuse, il en est qui sont venues à la profession par hasard. C'est le cas d'Umm Naser qui explique : « J'ai appris à faire les accouchements grâce à une voisine. Elle était sur le point d'accoucher ; son mari est parti chercher une daya et je suis restée seule avec elle. Elle souffrait et j'ai vu que le bébé allait descendre. Alors je l'ai pris, j'ai coupé le cordon, j'ai fait sortir le placenta. Je n'avais pas appris, mais j'avais vu comment font des daya-s et j'avais accouché deux fois toute seule. Et puis, si je n'avais rien fait, la femme serait morte. Alors j'ai fait ce qu'il fallait. Quand son mari est arrivé avec la daya, tout était fini. Il m'a donné trente piastres. Il y a longtemps : vingt ou vingt-cinq ans. Ensuite, j'ai aimé faire les accouchements, et chaque fois que je vais en faire un, ma voisine me demande de lui donner quelque chose, parce que c'est grâce à elle que j'ai appris. »

30Enfin, certaines femmes, qui ne se considèrent pas comme des accoucheuses, mettent des enfants au monde pour rendre service, parce qu'elles ont le “don”. C'est le cas d'Umm Samir et aussi d'Umm Na'ïma qui dit : « Je ne suis pas une daya, mais comme j'ai accouché toute seule de mes huit enfants, les voisines m'ont demandé de les accoucher aussi. Tous les enfants que je mets au monde sont beaux, alors les maris me disent : “Ta main est bonne !” et on me réclame pour les accouchements. J'ai accouché ma voisine de ses trois filles, j'ai accouché ma fille, la femme du marchand des légumes deux fois. Ça fait six. Et Umm Mohammed sept-neuf… onze ! En tout, je crois que j'ai fait onze accouchements. »

  • 12 Conscients de ces réalités, divers organismes privés ou internationaux, en accord avec le gouvernem (...)

31Dans tous les cas, la formation des accoucheuses est empirique. Elles ne voient pas la nécessité d'une bonne hygiène, ne se lavent pas les mains, se servent de n'importe quel instrument pour couper le cordon ombilical. Quand elles utilisent des médicaments, elles les reconnaissent à leur emballage, leur couleur et leur odeur. Leurs interventions ne sont donc pas sans danger ; mais elles sont des personnages importants de leur communauté : les femmes et leurs maris leur font confiance, écoutent leurs conseils et les respectent12.

32La grande majorité des femmes accouchent donc à la maison. Elles apprécient d'y être entourées de leur famille. C'est un réconfort. Faïza le dit : « Ma mère, ma sœur et ma belle-mère vinnent pour m'encourager. Elles me disent : “N'aie pas peur ! Cela va bien se passer… Ce sera vite fini. O Dieu.” Cela m'aide. » L'assemblée est parfois très nombreuse comme chez Amal qui énumère : « Il y avait là toutes les femmes de ma famille : ma mère, ma grand-mère et la femme de mon oncle. » Quand la famille habite trop loin, il n'est pas rare que la parturiente parte chez sa mère peu avant l'accouchement, surtout pour la première naissance. Mais ce n'est pas toujours possible et alors ce sont les voisines qui remplacent les parentes absentes.

33Quelquefois, les femmes venues assister aident l'accoucheuse en faisant chauffer l'eau, en habillant le bébé. Mais souvent, elles se bornent à encourager la femme en douleur par des paroles apaisantes et à prier pour que tout se passe bien.

  • 13 C'est une demande tout à fait singulière. Même parmi les femmes de l'élite intellectuelle, rares so (...)

34Les sages-femmes, formées aux techniques hospitalières, font parfois sortir l'assistance : elles viennent avec une infirmière et donc n'ont pas besoin d'aide ; par contre, la présence d'autres personnes les gênent C'est encore un argument en leur défaveur. Les daya-s, elles, tolèrent généralement une assemblée même nombreuse, même envahissante comme chez Amal où sa mère et sa grand-mère étaient assises sur le lit même où elle accouchait. Quelques unes préfèrent être seules avec la parturiente et éventuellement une seule autre personne. Umm Naser, par exemple s'exclame : « Pendant l'accouchement, il n'y a dans la pièce que Dieu et moi. Dieu a dit que personne ne doit voir le sexe d'une femme sauf celle qui l'accouche et celle qui fait sa toilette mortuaire. » Mais elles font quand même preuve de souplesse. Ainsi, Umm Naser ajoute-t-elle : « Si des gens veulent rester dans la pièce, je tends un drap entre eux et moi pour qu'ils ne voient rien. Et surtout, un homme ne doit jamais assister à un accouchement : c'est mauvais ! Et ce n'est pas joli. Pourtant, un jour, une femme a demandé son mari. Je lui ai dit : "Pourquoi ton mari ?13 C'est moi qui vais t'accoucher ! Et je vais faire vite." Mais elle a insisté et j'ai fait entrer son mari pour qu'il la tienne par derrière. Mais j'ai tendu un drap pour qu'il ne voie pas l'enfant descendre. » Ainsi, ce sont toujours les désirs de la parturiente qui sont pris en considération par les accoucheuses traditionnelles – même si elles les trouvent injustifiés – et c'est une des raisons de leur popularité.

35Elles laissent aussi à leurs patientes le choix de la position qui leur convient le mieux. Beaucoup de femmes décident d'accoucher sur leur lit, souvent sur le dos. Parfois, elles ont une installation particulière que Fawzyya décrit : « Je mets une alèse sur le lit je me couche en travers, jambes pliées, avec mes pieds posés sur une chaise à côté du lit. Puis je me couvre avec un drap. » Mais elles sont également nombreuses à préférer s'allonger par terre, pour ne pas salir le lit ou pour être sur une surface plus plane. Quelques-unes, plus rares, optent pour la position assise en utilisant le petit tabouret bas de la salle de bain ou un siège fabriqué pour la circonstance en empilant des briques sur trois côtés.

36Les accoucheuses adaptent leur technique à la position choisie. Umm Naser explique : « Quand la femme est couchée par terre, moi je m'assieds entre ses jambes sur le tabouret de la salle de bain, parce que je suis vieille et ne peut pas rester assise par terre. Si la femme accouche sur le lit, je m'y assieds entre ses jambes. » Umm Sabr préfère s'asseoir à côté de la parturiente si celle-ci est sur le lit.

37Les daya-s ne préconisent pas de pratiques magiques pour garantir que l'accouchement se déroulera bien. Mais quelques femmes ont recours à certains rites que décrit Sabrine : « Je dénoue mes cheveux, mon foulard de tête, je déboutonne mes vêtements, ouvre les fermetures éclair, je retire ma montre… pour aider à ouvrir. On ouvre la porte, on éteint la lumière. Tout cela facilite l'accouchement. » Il s'agit d'une sorte de magie imitative : pour favoriser l'ouverture du col de l'utérus, on ouvre tout ce qui peut être ouvert. Umm Gom‘a traduit les choses autrement : « Il faut préparer la grâce – dit-elle – pour que l'entrée dans la vie de l'enfant se fasse bien. Si la femme qui va accoucher a près d'elle une tige verte, c'est bien aussi. » Nouvelle végétation et nouvelle vie sont mises en parallèle. Il est curieux de constater que ces pratiques peu répandues sont considérées comme une nouveauté par les femmes qui les connaissent, mais ne les jugent pas utiles.

38Autrefois, les accoucheuses ne faisaient rien pour accélérer l'accouchement. Umm Do'a dit : « Je n'ai jamais rien pris pour faciliter le travail. Chaque fois, j'ai dormi normalement et le matin, au réveil, j'ai senti que j'allais accoucher. Souvent j'ai même eu des rapports sexuels avec mon mari juste avant et à ce moment-là, je sentais que j'allais accoucher. C'était ça nos piqûres à nous pour accélérer l'accouchement » conclut-elle crûment.

39Pourtant, si le travail se faisait mal, l'accoucheuse donnait à la parturiente un verre d'eau sucrée, de bouillon, de fenugrec ou de mughid. Parfois, elle lui faisait manger des œufs frits ou durs. Nabila, dont les contractions avaient cessé s'est vu prescrire un œuf frit dans l'huile avec des lentilles : remède dont elle témoigne de l'efficacité.

40Mais actuellement, tout comme les sages-femmes, bien des daya-s ont recours systématiquement aux injections. Umm Naser en atteste : « Je fais toujours une piqûre aux femmes pour que ça aille vite. Le fils de ma sœur est docteur. C'est lui qui m'a conseillé de faire une piqûre. Je la fais dans la cuisse, mais si l'enfant tarde à sortir, j'en conclu qu'il est collé et j'en fais une autre dans le bas ventre. » D'ailleurs tant les sages-femmes que les accoucheuses semblent souvent piquer un peu trop facilement. Umm ‘Ali en témoigne : « La doctora m'a fait des fait des piqûres pour accélérer les contractions : des intramusculaires et des intraveineuses. Pour la naissance de mon quatrième fils, j'ai eu six piqûres ! » Les sages-femmes font naturellement payer les injections en supplément, ce qui peut expliquer leur enthousiasme pour ce traitement avec leur désir d'en avoir plus vite fini. Mais il faut souligner qu'outre les dangers de surmédication, les risques d'infection ne sont pas négligeables avec la réutilisation de seringues qui devraient être jetées après le premier usage.

41Les daya-s, comme les sages-femmes, encouragent les femmes à pousser, parfois leur massent le ventre. Certaines ont des “trucs” personnels, comme Umm Naser qui dit : « Il y a des femmes qui font caca quand elles poussent, alors je mets un morceau de tissu sur mon gros orteil et je bouche l'anus avec. » Quand la dilatation est insuffisante, toutes se comportent de la même façon qu'Umm Hasan qui explique : « Toutes les femmes sont différentes. Chez certaines femmes, ça s'ouvre tout seul et l'enfant descend tout de suite. Mais pour d'autres, c'est difficile, surtout la première fois. Alors quand elles poussent, je joue avec mes doigts pour écarter un peu le passage. » Les femmes apprécient cette technique. Amira dit : « Si j'avais accouché à l'hôpital avec un docteur, il est certain qu'il aurait coupé. Mais la sage-femme était bien. Elle a laissé faire les choses, en écartant avec ses doigts sans couper. »

42Parfois, il y a des complications. Nabila en évoque : « Pour la naissance de ma troisième fille, j'ai cru que j'allais mourir. C'était tellement difficile que je voulais me jeter par la fenêtre ! Ça ne se passait pas normalement : la petite était dans un sac de plastique gonflé comme un ballon. Ce sac était tellement gonflé que le placenta le tirait en arrière et que je sentais le bébé appuyer sur mon cœur. Je disais à la daya : “Je sens que le petit monte sur mon cœur. C'est pas naturel cet accouchement ! Je souffre trop…” D'une heure jusqu'à sept heures du soir, j'avais des douleurs, mais je n'arrivais pas à accoucher. Tellement je poussais, je faisais sur moi-même. Je ne voulais pas rester à la maison. Je disais : “Emmenez-moi à l'hôpital ! Ce n'est pas normal. Je sens que le petit monte sur mon cœur.” Et la daya disait : “Non ! Encore un petit peu… Encore un peu…” Je voulais me jeter par la fenêtre tellement j'avais mal. Toutes les voisines étaient près de moi. Puis, une voisine a apporté une statue de la Sainte Vierge et l'a posée sur mon ventre. J'ai prié la Sainte Vierge. Je lui disais : “Sainte Vierge, toi tu sais combien je souffre… Tu me vois ! Aide-moi…” A ce moment-là, la daya m'a dit : “Allez ! Pousse ! Pousse !” J'ai poussé trois fois et la petite est sortie. A ce moment-là, ma belle-sœur s'est aperçue que l'enfant était dans un sac en plastique et elle l'a crevé. »

43Il y a dix-sept ans que cette scène a eu lieu. Actuellement, bien des accoucheuses auraient percé la poche dès le début Umm Naser affirme : « Parfois la poche des eaux ne se crève pas toute seule. Dans ces cas-là, les docteurs la percent et ensuite le bébé descend tout de suite. Alors je le fais aussi. Si je vois que la poche est dure comme une pastèque, je la perce avec une épingle. » De plus, de nos jours, en cas de problème, les daya-s envoient les femmes à l'hôpital. Umm Mahmud précise : « Si l'accouchement est difficile, j'envoie la femme à l'hôpital. Si le bébé se présente normalement ou si c'est un siège, je fais moi-même l'accouchement. Mais s'il se présente par un bras ou en travers, j'emmène la femme à l'hôpital pour qu'on lui fasse une césarienne. »

44Cependant, les daya-s n'évaluent pas toujours bien la situation. Amal en a fait l'expérience. Elle raconte : « Pour mon troisième accouchement, il y a eu un problème. Le bébé se présentait par l'épaule. Quand l'accoucheuse a touché, elle a cru que c'était un siège. Alors elle a donné une forte poussée avec sa main, l'épaule a reculé, le bébé s'est tourné et la tête s'est mise en place. Mais quand il est né, il avait l'épaule déboîtée.

  • 14 Baladi : populaire, villageois, ici un simple trou d'évacuation dans le sol de la salle de bain.

45En outre, certaines femmes refusent de se rendre à l'hôpital. Cela a encore été le cas d'Amal, lors de son premier accouchement. Elle décrit son calvaire : « L'accouchement était difficile. On voyait la tête, mais elle ne pouvait pas passer. A chaque fois que j'avais une contraction, je poussais et la daya aidait Elle me disait : "Moi avec toi !" et quand je poussais, elle essayait d'élargir l'ouverture avec sa main. Ça faisait très très mal. et ça ne servait à rien. (…) A la fin, elle a mis une main de chaque côté et elle a tiré : elle a déchiré l'ouverture. Pas avec des ciseaux ! Elle a déchiré. Je l'ai dit à ma mère : “La femme m'a déchirée !” Mais elle a dit : “Mais non.” Pourtant, après elle a vu que c'était beaucoup déchiré. » Il est d'ailleurs assez fréquent que le périnée se déchire spontanément. Et naturellement pas question de points. Dans le cas d'Amal, elle poursuit : « La daya m'a dit d'aller à l'hôpital pour me faire recoudre, mais je n'y suis pas allée. Après, j'ai beaucoup souffert et j'ai fini par aller voir une doctoresse qui m'a dit : “Il est trop tard ! Tu aurais dû venir te faire recoudre aussitôt. Maintenant la seule chose que tu peux faire, c'est de toujours dormir sur le côté, les jambes serrées. Il ne faut jamais utiliser les toilettes baladi14 parce que ça rouvrirait la plaie.” Elle m'a mis du mercurochrome et une poudre antiseptique. Je suis restée comme ça et ça s'est refermé un peu, mais pas complètement et quand la daya est revenue, elle m'a dit : “C'est mieux que tu reste comme ça, parce que ça sera plus facile pour accoucher la prochaine fois !” Et c'est vrai que pour l'accouchement suivant, je n'ai rien senti du tout. »

46Parfois, quand les femmes accouchent à l'hôpital, on leur fait respirer quelques bouffées d'un gaz anesthésiant ou on leur fait une piqûre calmante. Par ailleurs, quelques unes ont appris à maîtriser leur respiration pour que le travail soit moins pénible. En revanche, celles qui mettent leurs enfants au monde chez elles ne pensent pas qu'on puisse atténuer leur souffrance. Elles affirment comme Umm Ibrahim : « On ne peut rien faire pour supprimer la douleur. La douleur vient de Dieu ! » Quelques femmes reconnaissent avoir crié pendant l'accouchement. Faïza revendique même ce droit : « Je crie très fort – clame-t-elle. Est-ce qu'on accouche sans souffrir ? Alors je crie… » Mais presque toutes pensent qu'il vaut mieux se contrôler. Karima dit : « Je pleurais silencieusement », tandis qu'Azza explique : « On m'avait dit que les docteurs n'aiment pas que les femmes pleurent ou crient. Quand elles le font, ils leur parlent durement Moi, je ne voulais pas que cela m'arrive. Je tenais un mouchoir entre mes dents et je me disais à moi-même : “Tu ne dois pas crier…” et je priais intérieurement pour demander à Dieu de m'assister. » Marwa donne d'autres raisons : « Je ne crie pas – affirme-t-elle aussi. Je serre les dents… Je serre les poings… Il y a des femmes qui crient, mais ce n'est pas bon pour elles. Après, elles sont épuisées et ne peuvent plus pousser. » Quant à Amal, sa mère lui a donné le conseil suivant : « Ne crie pas ! Si tu cries la première fois, tu vas crier pour tous tes enfants. » Beaucoup de femmes sont persuadées de ce fait que Nabila confirme : Pour la naissance de ma première fille, je n'ai pas pu m'empêcher de crier et quand on crie la première fois, on s'y habitue et à chaque fois on crie. » Par ailleurs, pour beaucoup, il est satisfaisant de montrer son courage à sa famille et au voisinage. La mère d'Amal a ajouté à ses recommandations : « Si tu cries, les voisins vont t'entendre. Ce n'est pas bien ! » C'est aussi l'avis de Sabrine qui explique : « Je mords une serviette pour ne pas crier. Ce serait honteux si les gens entendaient crier. C'est mal vu ici. » Et conclut Umm 'Ali : « Mon mari est fier de moi, parce que je sais me contrôler. »

47Enfin, quand l'enfant naît, c'est un soulagement général. S'il ne crie pas immédiatement, l'accoucheur lui frappe les fesses ou la plante des pieds. Quand il s'agit d'une accoucheuse, elle lui fait éventuellement respirer un oignon écrasé. Ensuite, tous attendent que le placenta soit descendu pour couper le cordon ombilical. Umm Samir dit : « Du moment qu'on ne coupe pas le cordon tout de suite, le placenta descend. » Mais il y a quelques exceptions. Umm Naser, par exemple, coupe le cordon pour qu'on puisse s'occuper immédiatement du bébé et elle enroule l'extrémité libre du cordon sur son pied pour qu'il ne remonte pas. Pour faire descendre le placenta ; el khalas (la fin), tous appuient sur le ventre de la mère. Les femmes savent toutes qu'il faut absolument le faire sortir, sous peine de mort. Faïza explique : « La daya me pince le ventre pour tuer le placenta. Comme ça, il descend facilement. Mais, si elle ne le tuait pas, il remonterait me manger le rein et j'en mourrai. » Umm Gom'a, elle, pense qu'il peut “monter au cœur”. Umm Nadia insiste aussi sur la nécessité de sortir le placenta coûte que coûte. Elle explique : « Un jour, j'ai accouché une femme et le placenta ne descendait pas. Il restait dans beit el walad (la maison de l'enfant). Alors j'ai mis ma main dedans : c'était ouvert et j'ai sorti le placenta comme ça. Si ça arrive à l'hôpital, ils enlèvent la maison de l'enfant et la femme ne peut plus avoir d'enfant. » Encore un argument contre l'hôpital.

48Une fois que le placenta est descendu (rarement avant), il reste à couper le cordon ombilical. Il est d'abord ligaturé. Médecins et sages-femmes utilisent pour ce faire fil ou pinces et instruments stériles. Mais les daya-s demandent à la famille le nécessaire. Elles utilisent du fil blanc pour la ligature. Certaines réclament un fil très épais et solide, mais la plupart se contentent d'un fil ordinaire et toutes, ainsi que les parturientes, estiment que le fil doit absolument être blanc. Umm 'Ali dit : « On utilise du fil blanc parce que c'est une bonne couleur. Le noir est mauvais. » Et Umm Hasan précise : « Il faut du blanc parce que le bébé est neuf et puis c'est facile de trouver du fil blanc dans une maison. » Le blanc est symbole de pureté, c'est aussi la couleur des états de passage. Enfin, les accoucheuses traditionnelles insistent sur la nécessité de “nouer bien serré, parce que si l'air entre par le cordon, le bébé mourra”. Pour sectionner le cordon, elles se servent généralement de ciseaux, plus rarement d'un couteau bien tranchant ou d'une lame de rasoir. Si elles pensent éventuellement à stériliser la seringue utilisée pour faire à la mère, aucune ne pense à désinfecter l'instrument qui sert à couper le cordon. Les risques de tétanos ombilical sont de ce fait importants.

49A ce stade, un temps fort est l'annonce du sexe de l'enfant. Généralement, un garçon est toujours le bienvenu. Pour de raisons différentes, hommes et femmes souhaitent avoir un fils. « Les gens aiment toujours avoir des garçons. Je ne sais pas pourquoi. » s'écrie Amal qui ne fait pas exception. Certains, comme Abu 'Ali vont encore plus loin. Il confie : « Un garçon, c'est quelque chose d'important… mais une fille ! Je n'en ai pas voulu. C'est Dieu qui choisit, mais dans mon cœur, je voulais des garçons ! » Et il n'est pas rare d'entendre : « Même si on a déjà sept garçons, mieux vaut avoir encore un garçon qu'un fille ! » Cependant, la plupart des gens souhaitent avoir des enfants des deux sexes. Mais rares sont ceux qui accepteraient sans déplaisir de n'avoir que des filles. Et ce sont tous des gens cultivés. Et, même si certains affirment comme Umm Mohammed : « Nous, on n'avait pas de préférence : une fille ou un garçon tout est bien », ils ajoutent aussi comme elle « Evidemment, si j'avais eu six filles, j'aurais souhaité avoir un garçon ! » En définitive, la naissance d'un garçon est toujours valorisée par rapport à celle d'une fille. « La naissance d'un garçon, c'est comme un mariage ! » s'écrie Umm Ibrahim. Et Umm ‘Aïsha, qui n'a eu que des filles s'exclame : « A la naissance d'un garçon, les sept cieux tremblent et même les souris dans leur trou poussent des youyous. »

50Ces considérations éclairent la façon dont le sexe est annoncé. A l'hôpital, souvent les médecins annoncent d'une voix claire : « C'est un garçon ! » tandis qu'ils murmurent : « C'est une fille. » Azza raconte : « Quand j'ai eu mon fils, le docteur a dit : “Tu peux te réjouir : tu as un garçon !” Pour ma fille, il a seulement dit : “C'est une fille”. » Mervat ajoute : « Si c'est un garçon, le médecin en fait quelque chose d'extraordinaire. Si c'est une fille, non. Il dit : “Voilà, tu as une fille”. Mais si c'est un garçon, il crie dans tout l'hôpital : “Un garçon !” Et il dit : “Tu dois me donner beaucoup d'argent”. En fait, on ne paie pas davantage, mais on peut lui faire un cadeau. »

  • 15 La deuxième personne du singulier a deux genres en arabe.

51Quant aux sages-femmes et aux daya-s, elles ont chacune leur technique pour ménager le suspense. Certaines annoncent tout de suite le sexe si l'enfant est une fille, mais couvrent un peu le bébé pour le cacher avant de dire “C'est un garçon !” On crie bien haut : “C'est un garçon !”, mais s'il s'agit d'une fille, on use de périphrases. Amal évoque en riant la naissance de son premier enfant : « Quand le bébé est sorti, la daya s'est adressée à lui en lui tapotant le dos. Elle disait : “Sors ! Viens vite ! On a fait beaucoup d'efforts pour toi.” Tout le monde a compris que c'était une fille, parce qu'elle a parlé au féminin15. » L'accoucheuse Umm Naser détaille sa façon de procéder : « Je ne dis pas tout de suite si le bébé est un garçon ou une fille. Je finis d'abord tout Je fais sortir le placenta et ensuite seulement j'annonce le sexe. Si c'est une fille, je dis : “C'est une na‘ïma : un don de Dieu”. Et tout le monde comprend que c'est une fille. La figure du père devient blanche, puis noire, puis rouge… surtout si c'est un homme de Haute-Egypte. Si l'enfant est un garçon, je ne le dis pas encore. Je fais durer l'attente… et le père finit par demander : “C'est une fille ?” et je réponds : “Oui, mais tu peux lui donner le nom que tu veux. Tu peux l'appeler Mohammed !” Alors le visage du père change immédiatement. Tous les gens présents me donnent de l'argent. »

  • 16 Plusieurs informateurs affirment que des médecins aussi ont deux prix pour les accouchements.
  • 17 Gom‘a gagne 60 £ég. par mois.

52En milieu populaire, le salaire de l'accoucheuse est toujours plus élevé si l'enfant est un garçon. Certaines daya-s ont carrément deux “tarifs”16. D'autres ne fixent pas le prix de leurs services “parce que ce serait honteux de demander un salaire pour un acte qu'on fait grâce à un don de Dieu”. Mais le père et sa famille sont toujours plus généreux à la naissance d'un garçon. Gom'a se souvient de son émotion quand, après deux filles, il a eu un fils : « Ma mère est venue me dire : “Tu as un garçon !” Je suis entré dans la chambre et j'ai donné un billet à la sage-femme, un billet à l'infirmière, puis encore un autre à la sage-femme, et un autre. Ensuite, je me suis aperçu que j'avais dépensé 30 £ég. ou 40 £ég. sans y penser. »17.

53Cette différence de comportement à la naissance d'un garçon et à celle d'une fille explique le subterfuge auquel a eu recours Umm Naser : « Un jour – raconte-t-elle – il m'est arrivé une aventure. Je suis allée accoucher une femme qui avait déjà quatre filles. Tout le monde espérait que le cinquième bébé serait un garçon. Toute la famille attendait anxieusement et le père avait un visage tendu… et j'ai sorti encore une fille ! J'ai réfléchi très vite à ce que j'allais faire. Si j'annonçais que l'enfant était une fille, ce serait une catastrophe et on ne me donnerait pas d'argent : je le voyais à leurs visages. Moi j'avais passé toute la journée avec la femme et ça aurait été dur de ne rien gagner. Alors je n'ai rien dit. J'ai lavé le bébé, je l'ai habillé avec le lange et la robe et j'ai dit : “Mabruk ! (félicitations) cet enfant va rester avec ses quatre sœurs !” Alors ils ont tous pensé que c'était un garçon, parce que les garçons doivent veiller sur leurs sœurs. Et ils m'ont donné beaucoup d'argent : l'un dix livres, l'autre cinq livres. Ils étaient très très heureux ! Ils dansaient. Moi, j'ai pris l'argent et je suis partie en disant : “C'est une bonne chose accordée par Dieu !” Le soir, quand ils ont voulu changer la couche de l'enfant, ils ont découvert que c'était une fille. Ils en ont ri toute la nuit Finalement ils n'ont pas été fâchés parce que je les ai fait rire. Ils sont revenus me chercher pour la naissance du sixième. Cette fois, j'ai tout de suite dit : “Cette fois, vous verrez que ce sera un garçon !” Grâce à Dieu, c'était vraiment un garçon ! Je l'ai pris tout nu et je l'ai montré à tout le monde en disant : “Voilà le garçon !” Et ils m'ont encore donné beaucoup d'argent. »

  • 18 Bien des gens affirment qu'elle est perpétuée ; mais je n'ai pu trouver aucune famille chez qui ell (...)
  • 19 Appel à la prière musulmane.

54Une fois que le cordon a été coupé, il faut s'occuper du bébé. A l'hôpital, le médecin l'examine rapidement, puis le confie à une infirmière qui le pèse, le mesure, lui lave le visage, lui nettoie le nez, lui met du collyre dans les yeux et une bande autour du ventre, l'habille. A la maison, les accoucheuses et les sages-femmes examinent aussi l'enfant, mais ne le pèsent pas. Souvent elles évaluent son poids à l'œil. Elles lui donnent un bain dans une cuvette, lui lavent le visage et la tête avec un tampon de coton. Ensuite, elles mettent un peu de talc sur le moignon du cordon ombilical et bandent le ventre du bébé. Les sages-femmes lui mettent une goutte de collyre dans chaque œil. Traditionnellement, les daya-s ne touchaient ni aux yeux ni aux oreilles ; mais actuellement elles commencent aussi à utiliser les collyres. Certaines nettoient aussi la bouche du nouveau-né avec un morceau de gaze éventuellement imprégné de jus de citron ou de sang du placenta ou trempé dans du marc de café. Il arrive aussi qu'elles pressent ses seins pour en extraire “le lait” dans le but de prévenir l'apparition d'odeurs corporelles désagréables. Autrefois, dans certains familles, on tuait une chauve-souris au moment de la naissance si l'enfant était une fille et on badigeonnait les jambes, les aisselles et le pubis de l'enfant avec le sang de ranimai, afin qu'aucun poil n'y pousse. Mais cette pratique semble bien avoir disparu18. Ensuite, le bébé est habillé. Enfin, parmi les musulmans, il en est qui jugent nécessaire de réciter l'adan19 dans son oreille droite afin qu'il devienne un bon musulman. Mais tous ne le font pas. Beaucoup pensent comme Marwa que "du moment que les parents sont musulmans, l'enfant est musulman". Quant aux chrétiens, ils ne font rien à ce stade pour rattacher l'enfant à leur religion.

55Quant à l'accouchée, elle reçoit des soins identiques qu'elle soit à l'hôpital ou chez elle. On lui appuie sur le ventre pour évacuer le sang, puis on la lave soigneusement avec de l'eau chaude additionnée d'un désinfectant liquide. Mais en outre, les daya-s bandent le ventre de leurs patientes et parfois leur pressent les seins pour favoriser la montée de lait – pratiques que le corps médical réprouve. Ce que les femmes regrettent. Zuba le dit : « J'ai accouché une fois à l'hôpital et trois fois à la maison avec une sage-femme. On ne m'a jamais mis de bande et mon ventre est resté gros à cause de ça. Ma cousine Khadiga qui a eu le ventre bandé est restée mince ! » A la maison, la famille de l'accouchée lui donne un verre de fenugrec et une collation si elle le désire.

56Le sort du placenta diffère selon le heu de l'accouchement. A l'hôpital, il est jeté – ce qui ne pose aucun problème aux femmes éduquées, mais tracasse parfois un peu les illettrées. Quand les femmes accouchent à la maison, elles s'accordent toutes à dire qu'il faut le jeter dans le Nil. Quelques personnes âgées prétendent qu'auparavant, il faut le saler et le conserver jusqu'à ce qu'on ait entendu le prochain appel à la prière, voire sept appels à la prière. Mais elles ne sont guère écoutées. La plupart des gens pensent certes qu'il faut le jeter dans le Nil, mais sans précautions particulières. Si la famille habite près du fleuve ou si un de ses membres passe à côté en se rendant à son travail, c'est facile. Il suffit d'y jeter le placenta placé dans un sac en matière plastique ouvert. Mais si se rendre près du Nil pose un problème, le placenta est tout simplement jeté dans l'égout ou dans les toilettes, d'où il rejoindra le cours du fleuve. Mais, ce qui est essentiel, c'est que l'individu – homme ou femme – qui s'acquitte de cette tâche, le fasse en souriant afin que l'enfant soit toujours de bonne humeur. Nul ne connaît l'origine de cette coutume. « Quand je suis né, j'ai trouvé cette coutume. » ou « Les parents de mes parents le faisaient » disent les Cairotes. Quant au but poursuivi, il est souvent aussi vague. Peu de gens donnent une explication à cette pratique. Et ceux qui le font ne sont pas tous d'accord. « Cela favorise la montée de lait chez la mère » dit ‘Ali. « Cela permet de guérir toutes les blessures que l'enfant se fera en mettant simplement de l'eau dessus » explique Umm Samir. Karima l'interprète autrement : « Le Nil est très profond. On ne peut pas voir le placenta au fond. En conséquence, on ne peut pas deviner les pensées de celui à qui il appartient. » Quant à Umm ‘Ali, elle a une formule poétique : « On jette le placenta dans le Nil pour que la vie de l'enfant s'écoule comme coule le Nil. »

57Quoi qu'il en soit, le fait de jeter le placenta dans le fleuve nourricier de l'Egypte ressemble aux offrandes antiques au Dieu fertilisateur pour le remercier d'avoir accordé l'enfant à sa famille, d'autant que le placenta a été souvent – en différents lieux – considéré comme une sorte de jumeau du nouveau-né.

58Par ailleurs, nul ne prête vraiment attention au jour ou à l'heure de la naissance. D'aucuns estiment que venir au monde un vendredi ou pendant le mois de Ramadan est un signe favorable, mais n'y attachent pas beaucoup d'importance et aucun jour n'est considéré comme néfaste. Amal s'écrie : « A la fin de la grossesse, c'est long ! J'attends et chaque jour j'espère que ce jour-là sera le jour de l'accouchement Alors, pour moi, tous les jours sont bons ! » De même, les présages ne sont guère pris en considération. Certes, on entend dire que, si l'enfant naît avec les mains ouvertes, il deviendra riche ; mais nul n'accorde vraiment foi à cette affirmation. Seule la réputation d'être chanceux des enfants nés-coiffés semble un peu plus crédible et en milieu populaire, la membrane est conservée comme talisman. « La membrane porte bonheur parce qu'elle vient de Dieu » explique Umm Samir et Umm Naser rapporte la naissance d'un bébé né-coiffé : « Un jour, j'ai sorti un petit couvert par les membranes. C'est le signe que l'enfant sera très très bien et qu'il aura de l'argent, beaucoup d'argent. Un chauffeur du quartier m'a offert 50 £ég. pour que je lui donne cette membrane, mais j'ai refusé. Je l'ai donnée au père du bébé pour qu'il en fasse un hegab (une amulette). Il faut la laisser à la famille, pas en faire un commerce. » Nabila, dont la troisième fille est née enfermée dans la poche, n'est pas convaincue de la valeur du signe. Elle dit : « On a conservé le plastique. On l'a plié avec un peu de sel, enveloppé dans un tissu et cousu dans un sachet de cuir. Mon mari a gardé ce sachet dans sa poche. L'enfant est un enfant murzaq : on dit qu'il aura de la chance. Mais je n'y crois pas : ma fille n'a pas eu de chance dans sa vie. (…) Après sa naissance, mon mari a commencé à gagner plus d'argent, ça c'est vrai ! Ma fille a apporté la richesse, mais pas la chance. »

59De toute façon, toute naissance est un événement heureux. Le premier enfant, toujours ardemment désiré, est accueilli par une véritable explosion de joie – de même que le premier garçon en milieu populaire et parfois la première fille, quand elle suit plusieurs garçons. « Mon mari a manifesté plus de joie à la naissance de la fille » confirme Umm Naser. Chez les couples qui ont décidé d'avoir peu d'enfants, l'arrivée de chaque bébé est aussi importante. Pour les autres c'est un peu différent. « En toute chose, la première fois compte davantage – explique Umm Na'ïma –. La première naissance est un événement. Après, ça devient une habitude. C'est comme quand on a une robe neuve. La première fois qu'on la met, on est content. Et puis, quand on l'a portée deux ou trois fois, c'est une robe ancienne comme les autres et on la laisse dans l'armoire. » Malgré tout, il faut souligner que, même les enfants qui n'ont pas été désirés sont toujours accueillis avec plaisir.

Notes

1 Son mari.

2 Marwa et sa famille habitent dans deux pièces rajoutées sur le toit en terrasse d'un immeuble qu'on atteint pas un mauvais escalier métallique de dix étages.

3 Les chrétiennes qui ont l'habitude de jeûner en diverses occasions également. Mais les jeûnes coptes sont très différents du jeûne musulman. Ils consistent en l'abstention de tout aliment d'origine animale.

4 Titre donné aux médecins-femmes.

5 Abu ‘Ali son mari gagne 8 £ég. par jour, encore ne trouve-t-il pas du travail tous les jours.

6 Quartier populaire situé à l'ouest du Nil qui reçoit beaucoup de nouveaux arrivants.

7 Les parents de Mona disposent d'un appartement de trois chambres avec une cuisine et une salle de bain “baladi”. Ils occupent une des chambres, Mona une autre avec son mari ; son frère, sa femme et leurs trois enfants la dernière.

8 Sa belle-sœur ainsi que toute la famille de son mari habitent dans le même immeuble.

9 La salle de bain est une pièce minuscule avec un robinet à 50 cm du sol et un trou d'évacuation tant pour l'eau que pour les urines et les selles. Prendre un bain consiste à s'asseoir sur un petit tabouret bas et à s'arroser le corps à l'aide d'une boîte en fer blanc.

10 Quartier au Caire connu pour son université et son hôpital universitaire.

11 Localité du Grand Caire.

12 Conscients de ces réalités, divers organismes privés ou internationaux, en accord avec le gouvernement, viennent de lancer un nouveau programme de formation des daya-s dans les villages de Haute-Egypte. Mais, pour le moment, il n'en est pas question au Caire.

13 C'est une demande tout à fait singulière. Même parmi les femmes de l'élite intellectuelle, rares sont celles qui ont souhaité la présence de leur mari pendant l'accouchement

14 Baladi : populaire, villageois, ici un simple trou d'évacuation dans le sol de la salle de bain.

15 La deuxième personne du singulier a deux genres en arabe.

16 Plusieurs informateurs affirment que des médecins aussi ont deux prix pour les accouchements.

17 Gom‘a gagne 60 £ég. par mois.

18 Bien des gens affirment qu'elle est perpétuée ; mais je n'ai pu trouver aucune famille chez qui elle est encore en usage.

19 Appel à la prière musulmane.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable