Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avoir un enfant en Égypte

 | 
Marie-José Janicot

Introduction

Texte intégral

  • 1 Mabruk est le terme utilisé pour féliciter d'une naissance, d'un mariage ou d'une nouvelle acquisi (...)

1« Mabruk1 Que Dieu vous le laisse… »

  • 2 Marie-Christine Aulas, Hoda Youssef Fahmy et Amira Machhour : “La campagne de contrôle des naissan (...)

2En Egypte, un enfant naît toutes les vingt secondes2. La population s'accroît à un rythme inquiétant Les pouvoirs publics ont pris conscience de ce problème dès 1953 et se sont de plus en plus mobilisés pour tenter de persuader les parents de limiter les naissances. Mais, après des débuts prometteurs, le succès des campagnes de planning familial a diminué et la natalité reste élevée.

  • 3 Il va sans dire que les résultats de cette étude ne peuvent être généralisés à l'ensemble du pays, (...)

3Il a semblé intéressant d'en rechercher les raisons ainsi que d'évaluer dans quel climat et dans quelles conditions tous ces enfants viennent au monde. Ce fut un des objectifs d'un travail de terrain plus vaste mené au Caire dans tous les milieux socio-culturels3.

4Celui-ci repose essentiellement sur des entretiens directifs alternant avec des conversations à bâtons rompus. Cette méthode, complétée en permanence par l'observation, offre l'avantage de permettre de recueillir dans un temps raisonnable des observations nombreuses et variées qui ne pourraient être réunies par un autre moyen. Mais elle pose évidemment le problème de la sincérité des informateurs. Cependant, de nombreux recoupements dans les questions, des discussions informelles, la reprise des mêmes thèmes sous des angles différents et les récits croisés ont permis de minimiser les risques de déformations de la réalité.

5La difficulté essentielle résidait dans le choix des informateurs. Pour que l'échantillon soit représentatif de la population du Caire, il aurait fallu le construire selon des critères rigoureux qui n'ont pu être respectés pour diverses raisons. D'une part, ce groupe aurait dû être très important au point de vue numérique, ce qui en aurait rendu l'étude impossible pour un chercheur isolé. D'autre part, il aurait dû respecter en pourcentages la répartition de la population globale selon les différentes catégories socio-professionnelles, l'appartenance religieuse, l'âge, l'origine géographique, les types de famille. Mais les données statistiques insuffisantes ne l'ont pas permis.

  • 4 Les familles sont réparties dans vingt quartiers : Abasyyah, Aguza, Bab el-Luk, Bulaq, Bulaq Dakru (...)

6En définitive, l'aspect qualitatif ayant été privilégié, trente familles ont été sélectionnées de manière à constituer un ensemble hétérogène qui puisse donner une image assez satisfaisante des habitants de la capitale dans leur diversité. Elles ont été choisies en nombre égal dans les trois catégories sociales (classes populaire, moyenne et supérieure) pour faciliter les comparaisons. Mais, dans chaque catégorie, plusieurs variables ont été prises en considération : la religion, l'âge, le lieu d'habitation4, l'origine géographique, le type de famille.

  • 5 Nul ne reconnaît avoir recours à des “pratiques magiques” mais beaucoup admettent volontiers emplo (...)

7Le principal instrument est un guide qui regroupe un grand nombre de questions classées par rubriques : fécondité, grossesse, accouchement, post-partum, attribution du nom et de nombreux sujets qui ne sont pas exploités ici. Il ne s'agit pas à proprement parler d'un questionnaire, mais plutôt d'un canevas permettant de ne pas omettre de points au cours des interviews. Ne constituant pas un cadre rigide, les questions sont nombreuses dans le souci de ne rien laisser dans l'ombre, mais ne sont pas toujours posées dans le même ordre, afin de ne pas tarir le jaillissement spontané du discours. Elles peuvent être verbalisées différemment selon le niveau de compréhension des informateurs, les termes employés ayant leur importance5. Elles peuvent être enrichies de précisions, voire d'exemples montrant que les coutumes locales sont déjà familières.

8Les entretiens ont été menés successivement avec les femmes, puis les hommes dans le double but d'éviter l'écueil de présenter un seul point de vue masculin ou féminin d'une part, de limiter les risques d'oublis volontaires ou involontaires tout en cernant mieux la réalité par la confrontation des récits d'autre part.

9Les conditions d'interview n'ont pas été standardisées. Elles ont été liées aux circonstances et aux désirs des informateurs, de façon à être aussi naturelles que possible. Cependant, après les premiers contacts destinés à présenter le travail et parfois à rassurer, les entretiens se sont déroulés au domicile des interlocuteurs. La fréquence des rencontres était en moyenne d'une par semaine, mais leur durée et leur nombre ont été très variables, dépendant de la disponibilité, de l'intérêt pour les questions, de la richesse des détails fournis par chacun. Toutefois, les contacts se sont poursuivis au minimum six mois, parfois deux ans et même davantage. Tous les entretiens directifs ont été enregistrés, puis transcrits aussitôt que possible. Us ont toujours été complétés par des "bavardages", les précédant et les suivant, des rencontres informelles sur la propositions des informateurs (repas, sorties, participation aux fêtes...) à la suite desquels des notes étaient prises immédiatement. Souvent des liens très forts se sont créés avec la demande de poursuivre les relations une fois le travail terminé.

10Outre les hommes et les femmes de ces trente familles qui ont abordé tous les sujets en profondeur, se sont confiés, ont évoqué leurs difficultés et leurs problèmes, de nombreux individus ont exprimé leur opinion sur quelques points. Ainsi, des parents, voisins ou amis des informateurs privilégiés ont dans la majorité des cas participé à certaines rencontres. Par ailleurs, des célibataires des deux sexes ainsi que des couples sans enfants ont également été interviewés. Dans des situations de la vie courante, de nombreux Egyptiens ont aussi apporté d'autres éléments. Enfin, des spécialistes : médecins (gynécologues et spécialistes de la stérilité), sages femmes et accoucheuses traditionnelles ont évoqué leur expérience.

11Leurs récits respectifs ont constitué la matière vivante de ce travail.

Notes

1 Mabruk est le terme utilisé pour féliciter d'une naissance, d'un mariage ou d'une nouvelle acquisition.

2 Marie-Christine Aulas, Hoda Youssef Fahmy et Amira Machhour : “La campagne de contrôle des naissances en Egypte en 1980-1981”. CEDEJ, Dossier n° 2.

3 Il va sans dire que les résultats de cette étude ne peuvent être généralisés à l'ensemble du pays, mais ils permettent une approche au problème.

4 Les familles sont réparties dans vingt quartiers : Abasyyah, Aguza, Bab el-Luk, Bulaq, Bulaq Dakrur, Daher, Darb el Ahmar, Doqqi, el-Ahram, Esbet el-Nakhl, Ezbekyyah, Giza, Héliopolis, Imbaba, Kubri el-Qobba, Mataryyah, Mohandesin, Sayida Zeinab, Shubra, Zamalek.

5 Nul ne reconnaît avoir recours à des “pratiques magiques” mais beaucoup admettent volontiers employer des “moyens baladi” (locaux, populaires, villageois).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable