Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divorcer en Égypte

 | 
Hoda Fahmi

Chapitre troisième. « Huit années de la vie d’une femme » ou le divorce de N...

Entrées d'index

Texte intégral

1Le cas de « N » est présenté en détail dans les pages suivantes car, outre le fait qu’il illustre en détail plusieurs points des procédures et surtout de l’application de la loi égyptienne, c’est de plus le cas d’une personne que j’ai eu l’occasion de connaître durant les huit ans qu’a duré son procès de divorce et avec qui j’en ai vécu, au tribunal, les moments les plus pénibles. On ne prétend cependant nullement que le cas présenté ici soit « représentatif », il s’agit sans doute d’un « cas-limite » qui, comme tel, peut servir « d’analyseur » du système juridique en place, concernant le divorce.

2N.B. : Le texte qui suit est la retranscription de l’interview. Seules quelques incises ont été ajoutées pour faciliter la compréhension du lecteur.

–––––––

3Pour commencer, il y a eu un mariage civil, il y a eu un mariage religieux et il y a eu un enfant.

4Le mariage religieux a eu lieu d’une manière tout à fait bizarre. Le mariage religieux a été « combiné » par mon ex-mari, c’est-à-dire qu’il avait déjà été marié à l’église catholique, car il était chrétien catholique. Il m’avait fait comprendre qu’il était en règle avec l’Eglise. Moi, j’ai compris par là qu’il était divorcé vis-à-vis de l’Eglise catholique (puisqu’une fois marié il avait divorcé, après avoir eu un garçon de sa première femme, çà moi, je le savais déjà). 5e ne lui ai jamais demandé de papiers. Lui, il était copte-catholique, donc son premier mariage avait été copte-catholique. Puis sa première femme, qui était chrétienne elle aussi, s’était faite musulmane; c’est sur cette base qu’elle avait obtenu le divorce du tribunal, mais non pas, bien sûr, de l’Eglise. Moi, je ne savais pas. C’est une semaine avant le mariage qu’il est venu me dire : « On est obligé de se marier chez les Syriens orthodoxes ». J’ai pleuré, tu sais avec les idées des soeurs, je sortais d’une école catholique et je lui ai dit : « Non, moi il faut que je me marie à l’Eglise catholique ». Il a dit : « Non, parce que je me suis fait copte-orthodoxe par la suite... » il avait fait cela pour pouvoir se remarier sans être divorcé vis-à-vis de l’Eglise catholique. Bref, on s’est marié à cette église syrienne orthodoxe. Le prêtre encaissait de l’argent, tu allais lui dire « je veux me marier » ou « je veux divorcer », il prenait l’argent et tu faisais partie de l’Eglise syrienne orthodoxe et il te mariait ou il te divorçait.

5Ce prêtre là a été excommunié et renvoyé d’Égypte. Il avait commencé à 100 £.E. et il paraît qu’avant son départ, il encaissait 1.000 £.E. des gens.

6Bon, moi je n’étais pas tellement consciente. Le mariage a eu lieu en 1968. Ma vie conjugale avec cet homme-là n’allait pas du tout.

7C’est une affaire de personnalité, de mentalité. Je pensais avant le mariage que l’amour faisait tout pardonner, j’étais très jeune, je ne le connaissais pas assez. Il donnait l’image de l’homme mûr, protecteur, etc. C’est une personnalité très égoïste et très dominatrice. Il n’était pas fait pour le mariage. C’est lui toujours qui décidait tout, moi je ne pouvais rien décider du tout. Il ne voulait jamais recevoir une personne de ma famille. C’était insupportable la vie avec lui, à tous les points de vue.

8En 1974, j’ai quitté la maison. La première chose que j’ai faite, c’est d’aller à l’Eglise me renseigner, et là les prêtres m’ont très mal conseillé car personne ne m’a dit que parce que mon mari s’était déjà marié, mon mariage était considéré comme nul. Ils ont refusé de me donner un certificat de mariage et ils ont refusé de me donner une annulation. L’Eglise me fermait la porte. Ce prêtre-là qui a été ensuite expulsé n’a pu faire considérer valide aucun des mariages célébrés.

9Seconde étape : j’ai dit « allons prendre conseil d’un avocat. » Là il faut dire que je suis passé par une dizaine de conseillers légaux, quatre sheikhs et quatre avocats, très connus. J’ai été d’abord chez un avocat, spécialiste des mariages chrétiens. Celui-là, je savais qu’il n’était pas honnête, c’est-à-dire qu’il encaisserait de l’autre partie, etc., mais j’ai été le voir quand même car je le connaissais à travers des amis et je me suis dit : « Comme il me connaît et qu’il s’est déjà occupé de l’autre divorce, il peut dire au tribunal : voilà, cet homme a déjà divorcé et cette deuxième femme n’arrive pas davantage à vivre avec lui ». J’ai pensé que c’était un point fort devant le tribunal. Tandis que lui (l’avocat) m’a exploité; parce que la première femme, quand elle a été chez lui, elle avait son homme avec elle et elle lui a dit « on veut se marier »; avec moi, il a fait le malin et il m’a dit : « Tu en as pour trois ans, quatre ans ». Bref j’ai pris le conseil de trois autres avocats. On m’a conseillé un conseiller légal connu. J’ai été le voir et ce dernier m’a dit : « Il n’y a rien d’autre à faire que te faire musulmane ». Chaque consultation, il faut payer de l’argent, 25 £.E. à l’époque et maintenant ça a doublé, rien que pour une consultation. J’ai pensé donc à la solution de me faire musulmane, car après toutes ces consultations, on m’a affirmé que c’était la seule issue possible. Ce grand avocat m’a dit : « Si tu te fais musulmane, en deux mois je t’obtiens le divorce ».

10Il y a une chose que je n’ai pas comprise, sinon plus tard, c’est que tous les avocats étaient habitués à voir venir des femmes en pleurs, se lamentant, se plaignant, moi j’allais avec une autre mentalité, ce qui fait qu’ils n’arrivaient pas à prendre mon histoire à coeur. A vrai dire, il n’y a aucun avocat qui prenne une histoire à coeur : tous veulent de l’argent, et puis c’est tout. Je n’allais jamais chez les avocats en pleurant, en criant, avec cinq, six hommes, plus la famille approuvant; non, je lui expliquais que la vie avec cet homme était impossible, qu’on n’était pas du même niveau intellectuel, qu’il me traitait comme il traitait ses ouvriers. Il me disait : « Donne-moi des exemples ». Je lui disais : « Je ne peux pas te dire qu’il ne me donne pas d’argent, ce n’est pas vrai, mais c’est une torture mentale et c’est moi qui demande le divorce. En plus, je ne suis pas la seule. Si j’avais été la première femme, il y aurait eu des doutes, mais une autre femme avant, je crois que c’est suffisant pour Cesser de se poser des questions à propos de cet homme-là ! Je ne dis pas que c’est un homme mauvais, mais c’est un homme tordu ». Ma fille à ce moment là avait cinq ans. Elle est née en 1969 : en 1974, elle avait donc cinq ans.

11Quand j’ai quitté la maison, en 1974, il a d’abord voulu garder l’enfant : la même histoire s’est répétée quelques années plus tard, mais en 1974, elle avait cinq ans, elle était donc embêtante et tout, alors très vite il me l’a rendue.

12Pour revenir à ce grand avocat, il m’a dit : « Je te garantis que dans deux mois, tu auras ton divorce ».

13Je me suis dit, puisqu’il n’y a que ça à faire, d’accord : « Je vais donc me déclarer musulmane ». C’était en 1975 que j’ai commencé officiellement les formalités. Après un an de séparation avec mon mari, c’est-à-dire après 1974, j’ai été le voir, c’était après cinq ans et demi de vie commune; je lui ai dit : « voilà, ça fait un an qu’on est séparés et il ne semble pas y avoir un signe, ni de ta part, ni de la mienne qu’on puisse reprendre la vie commune, donc séparons-nous comme des gens bien nés, pas comme des gens de la rue. On va chez un avocat, on fait des arrangements, on voit pour l’enfant et tout ». Il n’a pas accepté, il m’a malmenée en paroles et il m’a dit : « Moi je n’ai pas le temps, fais ce que tu veux ». J’ai dit : « Il y a deux solutions : ou bien m’entendre avec toi, ou bien je vais avoir recours à la loi ». Il m’a dit : « Fais ce que tu veux, aie recours à la loi, moi je n’ai pas le temps, je vais demain en Allemagne, etc.. » Par fierté et aussi par entêtement, le soir même, j’ai été voir un avocat réputé. J’ai été encouragée par une amie qui avait eu un problème pire que le mien et c’est cet avocat là qui l’avait sortie indemne. Voilà, mais tu verras qu’avec moi ça n’a pas été comme ça. Ce jour là, j’ai dit à cet avocat : « Qu’est-ce qui arrive si lui se fait musulman en même temps ? » Il me dit : « ça ne fait rien, toi tu t’es faite musulmane avant, donc tu obtiendras ton divorce en deux mois ». Avant que ne passent quatre ou cinq mois, lui s’est fait musulman. Je n’avais rien fait à ce moment là ! Quand il s’est fait musulman, il m’a dit : « Bon, tu vas perdre l’enfant, car entre temps, il y avait aussi le procès de l’enfant ! » On m’a dit : « Tu vas avoir le divorce, mais tu vas perdre l’enfant : tu dois choisir ». J’ai dit « non » je préfère garder l’enfant. J’ai été au tribunal, j’ai redit que j’étais musulmane. Entre temps, j’avais été chez un avocat qui est... un grand voleur et qui, lui, avait eu la bêtise d’aller au tribunal et de dire : « non cette femme n’est pas musulmane, elle n’a jamais rien dit du tout ». Et cet avocat m’a dit « comme ça tu obtiendras ton divorce, tu seras considérée en état d’apostasie ». Ça veut dire que je perdais l’enfant à coup sûr, mais lui, ça lui était égal cela, car étant fanatique il n’a pas pensé à moi, il n’a pas pensé à l’enfant, il n’a agi que selon ce que lui a dicté son esprit fanatique. D’ailleurs, ça a toujours été comme ça, chaque fois que j’allais voir un avocat, s’il était musulman il ne pensait qu’à l’Islam, s’il était copte, il ne pensait qu’à l’Eglise et aucun d’eux ne pensait à la manière d’aider cette femme à s’en sortir. Bon alors on m’a dit : « Si tu es musulmane, tu obtiens le divorce mais tu perds la fille et si tu n’es pas musulmane, tu gardes la fille mais le divorce va traîner ». C’est pour ça que, étant arrivée à la Cour de Cassation, j’ai dû recommencer à nouveau à zéro depuis le début, parce que maintenant on est tous les deux musulmans. Alors, j’ai eu l’enfant, mais le divorce est maintenant entre deux musulmans, tandis qu’avant on était tous deux chrétiens.

14Mon mari avait demandé de voir l’enfant à 12H00 toutes les semaines, le dimanche, en sachant que je travaillais. Il m’a fallu courir de nouveau à droite et à gauche pour changer ce jugement, car je voulais changer l’horaire. Je voulais que le père voie la petite à l’école avec les religieuses de 16H00 à 18H00, tous les dimanches. J’ai gagné, mais bien sûr avec l’aide des avocats et en dépensant beaucoup d’argent, encore et encore. Et depuis il ne la voit que le dimanche de 16H00 à 18H00. Maintenant, il la voit au club. Je suis toujours présente mais je ne reste pas avec eux.

15Il y a donc plusieurs problèmes dans mon cas.

16Il y a le problème de la religion. Il y a le problème de la femme, quand c’est elle qui demande le divorce et qui prend la décision, il y a le problème de l’enfant.

17Les juges n’étudient pas les dossiers. Il y a aussi le fait que je n’ai pas été chez un avocat avec un homme, ça ne fait pas sérieux, car avec un homme, d’abord ils prennent ça plus au sérieux et ensuite pour eux ça fait plus d’argent alors ils sont mieux motivés.

18Aucun des juges n’a approfondi la question et n’a pensé que cet homme est mauvais, puisque, avec sa deuxième femme, le même drame s’est répété. Et le pire, c’est qu’aucun des juges ne s’est dit qu’après huit ans passés, il faut en finir.

19Je veux te dire où j’en suis maintenant. Etant donné que ce nouveau procès de divorce est basé sur le « tort », cela fait qu’il est bloqué depuis un an, pour avis du Parquet. Mon avocat n’a rien dit, mais c’est un petit avocat qui m’a conseillé de faire une demande pour hâter le jugement. La petite, son procès est terminé, j’ai sa tutelle jusqu’à 15 ans. Mais c’est pour le divorce. J’ai présenté ma demande au Président du tribunal, et il a accepté d’avancer la date du jugement. Mon avocat s’est énervé car il pense que cela a dû indisposer les juges.

20Il y a aussi toutes ces péripéties qui font pleurer ou rire, je ne sais plus : l’huissier du tribunal qui n’est rien du tout et qui prend un air excessivement important; il prend tout de suite l’argent, pas besoin de te raconter combien de fois j’ai fait les corridors du tribunal, combien de fois j’ai donné des pourboires d’une livre ou 50 p.t., pour que je puisse, une seconde seulement, me renseigner sur mon dossier ou présenter une demande.

21La première fois où j’ai présenté ma demande, les juges se consultaient : cela n’a pas plu aux juges que, étant musulmane, je n’aie pas changé de nom et pris un nom musulman. On m’a conseillé de dire que j’ai changé de religion par croyance, et que donc la question de nom n’importe pas.

22L’argent que j’ai dépensé jusqu’à présent se monte à presque 4.000 livres. Mais ce n’est pas seulement ça, c’est la fatigue surtout. J’ai dû beaucoup travailler pour pouvoir payer les avocats.

23Pourquoi mon cas a traîné ?

24D’abord parce que j’étais tombée sur un avocat chrétien fanatique et qui ne pensait que religion avec son esprit fanatique. Ensuite parce qu’on a commencé le procès avec les deux parties chrétiennes, et puis on a tenté un autre procès sur une autre base, les deux parties étant musulmanes.

25J’allais chaque fois au tribunal, année après année, je prenais des jours de congé de mon travail, je restais devant le tribunal à attendre mon avocat trois et quatre heures, au soleil et je pensais que chaque fois quand mon tour viendrait, les juges allaient m’interroger. Et puis voilà, rien du tout ne se passait et je devais recommencer la même histoire. Mon avocat, ou bien ne venait pas, ou bien l’avocat de l’autre partie ne venait pas et le cas s’ajournait d’une année à l’autre. Venait l’été, les tribunaux ferment et puis une autre année de souffrance et aussi de désespoir recommençait.

26Mon ex-mari n’allait jamais au tribunal, son avocat était toujours là, mais lui, jamais, et chaque été, il pensait à une nouvelle chose pour ajourner le cas et donc gagner du temps. C’est un grand voleur, son avocat, il ne suit que la politique d’ajournement : c’est sa politique. Jusqu’à présent ça fait huit ans, je ne peux pas quitter le pays et comme je suis légalement son épouse, je ne peux pas obtenir un passeport, puisque c’est le mari, en Egypte, qui peut seulement donner à sa femme l’autorisation de partir.

27Aussi, il n’y avait jamais de continuité dans le tribunal, à chaque séance, il fallait redire tout ce qui avait déjà été dit auparavant : c’est que les juges ne lisent pas le dossier. C’est bien simple. À chaque séance, j’avais espoir, je me disais cette fois-ci ce sera la fin car les juges auront lu ceci ou cela, et puis rien. Le cas était ajourné. Les juges demandaient les mêmes choses et mon avocat expliquait brièvement les mêmes choses et puis le cas était ajourné. Une fois même mon avocat s’est énervé contre le juge; il lui a dit : « Lis ! ça fait six ans qu’on est en train de répéter les mêmes choses ».

28Les nouvelles lois n’ont rien fait dans mon cas à moi, mais pour ma fille oui, car on a prolongé la période où je peux la garder.

29J’ai été drôlement surprise après huit ans de procès, quand le juge a demandé une enquête. Il a demandé des témoins. C’était très difficile car les gens que je fréquentais lorsque j’étais mariée n’existaient plus, l’un était mort, l’autre avait émigré, le troisième se trouvait aux Emirats. J’étais dans tous mes états, et je ne savais que faire. Bien sûr on m’a dit : tu peux acheter des faux témoins avec de l’argent, mais ça c’est une chose que je ne pouvais pas accepter, mon avocat non plus.

30Je trouvais vraiment ridicule qu’après huit ans, le tribunal nous demande de produire des témoins d’événements qui s’étaient passés il y a si longtemps.

31En réfléchissant bien on a fini par trouver des témoins : je me suis rappelé d’un menuisier qui nous avait fait du travail, treize ans auparavant, (huit ans de séparation plus cinq ans de vie commune).

32Et puis il y a autre chose : si on se bagarrait ou s’il me disait des insultes, je fermais les volets pour que les voisins ne puissent pas entendre, ce qui n’est pas l’habitude ici. Une femme du peuple, quand elle se bagarre avec son mari, elle hurle, elle crie, elle appelle les voisins, elle fait un procès verbal pour que tout le monde soit témoin. Moi, au contraire, je faisais tout pour que les voisins ne puissent rien savoir de nos bagarres. Un jour par exemple, il s’était saoûlé, il jetait les bouteilles par la fenêtre : j’ai eu peur pour ma fille. A 1H00 du matin, je suis descendue dans les rues, je me cachais avec la petite sous la fenêtre et je ne voulais pas que les voisins nous voient, ma fille était dans une couverture et j’avais très peur, car il nous lançait les bouteilles sur la tête et c’était la première fois que je voyais un homme saoûl. Cela n’a pas été un argument valable pour le tribunal car les voisins n’ont rien vu.

33Mais j’ai réfléchi à des événements qui s’étaient passés devant des témoins. Par exemple, quand j’ai pu atteindre ce menuisier (témoin numéro un), avec beaucoup de difficultés, il a accepté de venir bien que cela l’impressionnât de comparaître au tribunal, surtout que c’était un vieux type; mais je savais qu’il n’allait dire que la vérité. Cet homme-là avait travaillé un mois chez nous à la maison et il s’était rendu compte qu’il y avait beaucoup de bagarres entre nous. Un jour mon ex-mari n’avait pas aimé le travail que ce menuisier avait fait, il s’était attaqué violemment à lui, l’avait attrapé par la gorge et poussé contre le mur; moi, je suis intervenue et j’ai crié à mon mari de le lâcher car c’était un vieux type. Alors mon mari m’a poussée et je suis tombée par terre et il a utilisé de gros mots et tout. Heureusement qu’il y avait eu cet incident qui le touchait personnellement car, sinon, il ne se serait jamais rien rappelé peut-être.

34Un autre témoin, c’était une voisine à maman, donc ce n’était même pas une voisine de l’endroit où on habitait, mais elle a pu témoigner comme quoi j’ai habité huit ans chez ma mère après la séparation, ça c’était un point que les juges voulaient éclaircir. Effectivement, on n’habitait plus ensemble. Cette femme là a confirmé cela. Elle avait assisté à notre mariage (le juge lui a posé cette question-là). Elle avait assisté aussi à un incident : mon mari avait malmené un ami qui venait régulièrement à la maison. Il voulait faire un scandale dans le quartier et cette femme-là avait vu et entendu. Mais encore une fois, ce n’était pas le genre de témoignage apprécié par la shari’a, qui veut par exemple que le mari batte sa femme, etc. Le témoin numéro trois que j’ai pu trouver, c’est une amie qui avait tout vécu avec moi et qui me connaissait depuis très longtemps, mais malheureusement elle n’avait rien vu de ses propres yeux ni rien entendu de ses propres oreilles, alors c’était raté car les juges voulaient des témoins qui avaient vu et entendu.

35C’était très difficile d’avoir des témoins et d’un autre côté, si je ne pouvais me procurer des témoins au tribunal, je risquais de perdre le procès. Donc, il a fallu faire l’impossible. Entre temps, mon ex-mari avait été voir le menuisier, la veille de l’audience, pour le dissuader de venir en utilisant des moyens terribles et en le menaçant. Le menuisier lui-même m’a raconté que mon ex-mari était venu chez lui comme un client et qu’il l’avait mis dans une voiture. Il était accompagné d’un officier de police pour l’impressionner. Une fois dans la voiture, le menuisier s’était rendu compte que c’était mon mari, il ne l’avait pas vu depuis douze ans. Ils l’ont menacé et lui ont donné de l’argent. Le menuisier a eu tellement peur qu’il n’est pas venu le jour où il y avait la séance avec tous les témoins. Le matin de la séance, je vais le chercher partout, il avait disparu, car j’emmenais les témoins au tribunal avec ma voiture. Donc, mon avocat a demandé un renvoi, il considérait le menuisier comme le témoin le plus important puisqu’il avait vu et entendu des faits. Une fois déjà auparavant tous mes témoins étaient prêts et on attendait la séance, quand l’avocat de mon ex-mari a demandé le renvoi; c’est comme cela qu’ils avaient connus mes témoins à moi et c’est juste après qu’ils ont été voir le menuisier. Bon, la seconde fois, les juges n’étaient pas contents. La date a été remise à un mois après.

36Moi je trouve qu’il y a beaucoup de lacunes dans la loi égyptienne. Car il fallait, moi, que je présente mes témoins au tribunal, pour qu’on prenne leurs cartes d’identité et tout dès la première fois. Le tribunal l’a demandé. L’autre partie n’a pas présenté ses témoins, car elle s’est dit : « Je veux d’abord voir ses témoins à elle ». Le juge aurait dû dire : « Quand tous les témoins des deux parties seront là, qu’ils se présentent en même temps au tribunal ». Mais ce n’est pas juste ce qui s’est passé, car c’est en connaissant nos témoins qu’ils ont essayé de les acheter et ça, c’est la faute du tribunal.

37Un mois après, mes témoins et ses témoins se sont présentés au tribunal : lui, il avait deux témoins, de faux témoins car un des deux a prétendu me connaître, être venu chez nous, etc. et moi je ne l’ai jamais vu de ma vie. Une fois devant les juges, le menuisier a heureusement dit ce qu’il fallait, la dame aussi a dit ce qu’il fallait, mais la jeune a été éliminée car elle n’avait rien vu.

38Son second témoin est un officier de police. Mon mari l’a emmené pour faire effet devant le tribunal, mais il s’est trompé dans les dates. Il a dit que ça faisait trois ans qu’on était séparé quand ça faisait huit ans. Il ne savait rien du tout.

39Inutile de te dire, ce mois à attendre les témoins, comment je l’ai passé, sur les nerfs. C’était vraiment terrible, ça m’a coûté toute mon énergie, et puis aussi remercier les témoins : les gens ne sont pas toujours à votre disposition. Il y en a un qui a laissé sa maison et ses enfants, l’autre son travail, etc.

40Il y a autre chose aussi; chaque fois que je vais au tribunal, j’y suis à 9H00 et je le quitte à 16H00, car on ne sait jamais quand commencent les séances d’enquête; tout ce temps, debout ou dans une pièce saie, les poubelles, les saletés, la poussière partout avec des femmes et des hommes qui hurlent et qui se battent dans les couloirs du tribunal.

41Avant le jugement, il y a eu encore une autre audience durant laquelle les deux parties ont présenté des éléments du dossier et puis il y a eu le jugement au mois de juin. Début avril jusqu’à juin, cette histoire de témoignage. Un des juges m’a dit : « C’est fini, une fois que tu auras obtenu le divorce, tu pourras obtenir un passeport, aller comme tu veux ».

  • 1 Dans le cadre de la nouvelle loi (1979), la mère peut se voir confier la garde de sa fille jusqu'au (...)

42J’ai finalement obtenu le jugement de divorce. Le jugement obtenu, je m’en vais demander un passeport pour pouvoir aller en vacances et revenir; ils m’ont dit : « Il faut un certificat prouvant que ton mari n’a pas fait appel au tribunal, pour que tu puisses être libre ». Je me suis rendu compte que ce jugement de divorce ne devenait pas exécutoire avant un délai de quarante jours durant lesquels l’autre partie pouvait faire appel. En ce qui concerne la petite, c’est encore pire : car à douze ans, la tutelle est terminée1 et c’est à la discrétion des juges de pouvoir étendre cette période jusqu’à son mariage; c’est-à-dire, que de nouveau il faut prouver devant le tribunal que mon mari n’est pas à même de garder la petite et, dans ce cas, c’est plutôt le côté matériel qui compte. Même un juge m’a dit que mon mari avait le droit de venir prendre la gosse pour quarante huit heures.

43Ce qui est décevant, c’est qu’on n’arrive jamais à avoir des informations claires. Je traîne depuis huit ans mon cas et personne ne m’avait jamais dit, après huit ans, qu’il fallait se procurer des témoins. La période de l’appel est de quarante jours, deux jours avant, il a fait appel.

44Avant ceci, la petite avait vu son père au club comme chaque dimanche depuis 1977, et elle lui avait demandé de ne plus faire de procès. Son père lui a demandé de me voir. Pour faire plaisir à la petite, j’ai été le voir pour lui montrer que de mon côté, j’essayais tout. Je savais que lui ne changerait pas, mais je faisais ça pour la petite. Après trois ans et demi à tourner en rond avec lui, il m’a dit : tu acceptes de te séparer de ta fille et dans ce cas, seulement, je me désiste de l’appel. D’après lui, il ne faut pas demander à un enfant de douze ans où il veut vivre. Mon mari m’a découragée, il m’a dit : tu n’en finiras jamais, car, après l’appel, il y aura la cassation, etc.

45C’est une condition inacceptable : c’est comme si je vendais la garde de la petite pour obtenir un autre papier, la petite ne me pardonnera jamais cela plus tard.

46Qu’est-ce qui me reste comme solution ? Voilà la grande question !

Notes

1 Dans le cadre de la nouvelle loi (1979), la mère peut se voir confier la garde de sa fille jusqu'au mariage de cette dernière.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable