Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divorcer en Égypte

 | 
Hoda Fahmi

Chapitre troisième. « Huit années de la vie d’une femme » ou le divorce de N...

Entrées d'index

Texte intégral

1Le cas de « N » est présenté en détail dans les pages suivantes car, outre le fait qu’il illustre en détail plusieurs points des procédures et surtout de l’application de la loi égyptienne, c’est de plus le cas d’une personne que j’ai eu l’occasion de connaître durant les huit ans qu’a duré son procès de divorce et avec qui j’en ai vécu, au tribunal, les moments les plus pénibles. On ne prétend cependant nullement que le cas présenté ici soit « représentatif », il s’agit sans doute d’un « cas-limite » qui, comme tel, peut servir « d’analyseur » du système juridique en place, concernant le divorce.

2N.B. : Le texte qui suit est la retranscription de l’interview. Seules quelques incises ont été ajoutées pour faciliter la compréhension du lecteur.

–––––––

3Pour commencer, il y a eu un mariage civil, il y a eu un mariage religieux et il y a eu un enfant.

4Le mariage religieux a eu lieu d’une manière tout à fait bizarre. Le mariage religieux a été « combiné » par mon ex-mari, c’est-à-dire qu’il avait déjà été marié à l’église catholique, car il était chrétien catholique. Il m’avait fait comprendre qu’il était en règle avec l’Eglise. Moi, j’ai compris par là qu’il était divorcé vis-à-vis de l’Eglise catholique (puisqu’une fois marié il avait divorcé, après avoir eu un garçon de sa première femme, çà moi, je le savais déjà). 5e ne lui ai jamais demandé de papiers. Lui, il était copte-catholique, donc son premier mariage avait été copte-catholique. Puis sa première femme, qui était chrétienne elle aussi, s’était faite musulmane; c’est sur cette base qu’elle avait obtenu le divorce du tribunal, mais non pas, bien sûr, de l’Eglise. Moi, je ne savais pas. C’est une semaine avant le mariage qu’il est venu me dire : « On est obligé de se marier chez les Syriens orthodoxes ». J’ai pleuré, tu sais avec les idées des soeurs, je sortais d’une école catholique et je lui ai dit : « Non, moi il faut que je me marie à l’Eglise catholique ». Il a dit : « Non, parce que je me suis fait copte-orthodoxe par la suite... » il avait fait cela pour pouvoir se remarier sans être divorcé vis-à-vis de l’Eglise catholique. Bref, on s’est marié à cette église syrienne orthodoxe. Le prêtre encaissait de l’argent, tu allais lui dire « je veux me marier » ou « je veux divorcer », il prenait l’argent et tu faisais partie de l’Eglise syrienne orthodoxe et il te mariait ou il te divorçait.

5Ce prêtre là a été excommunié et renvoyé d’Égypte. Il avait commencé à 100 £.E. et il paraît qu’avant son départ, il encaissait 1.000 £.E. des gens.

6Bon, moi je n’étais pas tellement consciente. Le mariage a eu lieu en 1968. Ma vie conjugale avec cet homme-là n’allait pas du tout.

7C’est une affaire de personnalité, de mentalité. Je pensais avant le mariage que l’amour faisait tout pardonner, j’étais très jeune, je ne le connaissais pas assez. Il donnait l’image de l’homme mûr, protecteur, etc. C’est une personnalité très égoïste et très dominatrice. Il n’était pas fait pour le mariage. C’est lui toujours qui décidait tout, moi je ne pouvais rien décider du tout. Il ne voulait jamais recevoir une personne de ma famille. C’était insupportable la vie avec lui, à tous les points de vue.

8En 1974, j’ai quitté la maison. La première chose que j’ai faite, c’est d’aller à l’Eglise me renseigner, et là les prêtres m’ont très mal conseillé car personne ne m’a dit que parce que mon mari s’était déjà marié, mon mariage était considéré comme nul. Ils ont refusé de me donner un certificat de mariage et ils ont refusé de me donner une annulation. L’Eglise me fermait la porte. Ce prêtre-là qui a été ensuite expulsé n’a pu faire considérer valide aucun des mariages célébrés.

9Seconde étape : j’ai dit « allons prendre conseil d’un avocat. » Là il faut dire que je suis passé par une dizaine de conseillers légaux, quatre sheikhs et quatre avocats, très connus. J’ai été d’abord chez un avocat, spécialiste des mariages chrétiens. Celui-là, je savais qu’il n’était pas honnête, c’est-à-dire qu’il encaisserait de l’autre partie, etc., mais j’ai été le voir quand même car je le connaissais à travers des amis et je me suis dit : « Comme il me connaît et qu’il s’est déjà occupé de l’autre divorce, il peut dire au tribunal : voilà, cet homme a déjà divorcé et cette deuxième femme n’arrive pas davantage à vivre avec lui ». J’ai pensé que c’était un point fort devant le tribunal. Tandis que lui (l’avocat) m’a exploité; parce que la première femme, quand elle a été chez lui, elle avait son homme avec elle et elle lui a dit « on veut se marier »; avec moi, il a fait le malin et il m’a dit : « Tu en as pour trois ans, quatre ans ». Bref j’ai pris le conseil de trois autres avocats. On m’a conseillé un conseiller légal connu. J’ai été le voir et ce dernier m’a dit : « Il n’y a rien d’autre à faire que te faire musulmane ». Chaque consultation, il faut payer de l’argent, 25 £.E. à l’époque et maintenant ça a doublé, rien que pour une consultation. J’ai pensé donc à la solution de me faire musulmane, car après toutes ces consultations, on m’a affirmé que c’était la seule issue possible. Ce grand avocat m’a dit : « Si tu te fais musulmane, en deux mois je t’obtiens le divorce ».

10Il y a une chose que je n’ai pas comprise, sinon plus tard, c’est que tous les avocats étaient habitués à voir venir des femmes en pleurs, se lamentant, se plaignant, moi j’allais avec une autre mentalité, ce qui fait qu’ils n’arrivaient pas à prendre mon histoire à coeur. A vrai dire, il n’y a aucun avocat qui prenne une histoire à coeur : tous veulent de l’argent, et puis c’est tout. Je n’allais jamais chez les avocats en pleurant, en criant, avec cinq, six hommes, plus la famille approuvant; non, je lui expliquais que la vie avec cet homme était impossible, qu’on n’était pas du même niveau intellectuel, qu’il me traitait comme il traitait ses ouvriers. Il me disait : « Donne-moi des exemples ». Je lui disais : « Je ne peux pas te dire qu’il ne me donne pas d’argent, ce n’est pas vrai, mais c’est une torture mentale et c’est moi qui demande le divorce. En plus, je ne suis pas la seule. Si j’avais été la première femme, il y aurait eu des doutes, mais une autre femme avant, je crois que c’est suffisant pour Cesser de se poser des questions à propos de cet homme-là ! Je ne dis pas que c’est un homme mauvais, mais c’est un homme tordu ». Ma fille à ce moment là avait cinq ans. Elle est née en 1969 : en 1974, elle avait donc cinq ans.

11Quand j’ai quitté la maison, en 1974, il a d’abord voulu garder l’enfant : la même histoire s’est répétée quelques années plus tard, mais en 1974, elle avait cinq ans, elle était donc embêtante et tout, alors très vite il me l’a rendue.

12Pour revenir à ce grand avocat, il m’a dit : « Je te garantis que dans deux mois, tu auras ton divorce ».

13Je me suis dit, puisqu’il n’y a que ça à faire, d’accord : « Je vais donc me déclarer musulmane ». C’était en 1975 que j’ai commencé officiellement les formalités. Après un an de séparation avec mon mari, c’est-à-dire après 1974, j’ai été le voir, c’était après cinq ans et demi de vie commune; je lui ai dit : « voilà, ça fait un an qu’on est séparés et il ne semble pas y avoir un signe, ni de ta part, ni de la mienne qu’on puisse reprendre la vie commune, donc séparons-nous comme des gens bien nés, pas comme des gens de la rue. On va chez un avocat, on fait des arrangements, on voit pour l’enfant et tout ». Il n’a pas accepté, il m’a malmenée en paroles et il m’a dit : « Moi je n’ai pas le temps, fais ce que tu veux ». J’ai dit : « Il y a deux solutions : ou bien m’entendre avec toi, ou bien je vais avoir recours à la loi ». Il m’a dit : « Fais ce que tu veux, aie recours à la loi, moi je n’ai pas le temps, je vais demain en Allemagne, etc.. » Par fierté et aussi par entêtement, le soir même, j’ai été voir un avocat réputé. J’ai été encouragée par une amie qui avait eu un problème pire que le mien et c’est cet avocat là qui l’avait sortie indemne. Voilà, mais tu verras qu’avec moi ça n’a pas été comme ça. Ce jour là, j’ai dit à cet avocat : « Qu’est-ce qui arrive si lui se fait musulman en même temps ? » Il me dit : « ça ne fait rien, toi tu t’es faite musulmane avant, donc tu obtiendras ton divorce en deux mois ». Avant que ne passent quatre ou cinq mois, lui s’est fait musulman. Je n’avais rien fait à ce moment là ! Quand il s’est fait musulman, il m’a dit : « Bon, tu vas perdre l’enfant, car entre temps, il y avait aussi le procès de l’enfant ! » On m’a dit : « Tu vas avoir le divorce, mais tu vas perdre l’enfant : tu dois choisir ». J’ai dit « non » je préfère garder l’enfant. J’ai été au tribunal, j’ai redit que j’étais musulmane. Entre temps, j’avais été chez un avocat qui est... un grand voleur et qui, lui, avait eu la bêtise d’aller au tribunal et de dire : « non cette femme n’est pas musulmane, elle n’a jamais rien dit du tout ». Et cet avocat m’a dit « comme ça tu obtiendras ton divorce, tu seras considérée en état d’apostasie ». Ça veut dire que je perdais l’enfant à coup sûr, mais lui, ça lui était égal cela, car étant fanatique il n’a pas pensé à moi, il n’a pas pensé à l’enfant, il n’a agi que selon ce que lui a dicté son esprit fanatique. D’ailleurs, ça a toujours été comme ça, chaque fois que j’allais voir un avocat, s’il était musulman il ne pensait qu’à l’Islam, s’il était copte, il ne pensait qu’à l’Eglise et aucun d’eux ne pensait à la manière d’aider cette femme à s’en sortir. Bon alors on m’a dit : « Si tu es musulmane, tu obtiens le divorce mais tu perds la fille et si tu n’es pas musulmane, tu gardes la fille mais le divorce va traîner ». C’est pour ça que, étant arrivée à la Cour de Cassation, j’ai dû recommencer à nouveau à zéro depuis le début, parce que maintenant on est tous les deux musulmans. Alors, j’ai eu l’enfant, mais le divorce est maintenant entre deux musulmans, tandis qu’avant on était tous deux chrétiens.

14Mon mari avait demandé de voir l’enfant à 12H00 toutes les semaines, le dimanche, en sachant que je travaillais. Il m’a fallu courir de nouveau à droite et à gauche pour changer ce jugement, car je voulais changer l’horaire. Je voulais que le père voie la petite à l’école avec les religieuses de 16H00 à 18H00, tous les dimanches. J’ai gagné, mais bien sûr avec l’aide des avocats et en dépensant beaucoup d’argent, encore et encore. Et depuis il ne la voit que le dimanche de 16H00 à 18H00. Maintenant, il la voit au club. Je suis toujours présente mais je ne reste pas avec eux.

15Il y a donc plusieurs problèmes dans mon cas.

16Il y a le problème de la religion. Il y a le problème de la femme, quand c’est elle qui demande le divorce et qui prend la décision, il y a le problème de l’enfant.

17Les juget2ln deux mmps e, j’umber">1ae etd-logo">tié la uepu class="paramme maprit f? » Igo">séri dittion ="paramme mapré la maisentail n. à lrépH00séri di beauce prêveau di e lui ai réps et en d femme entasertimi obtietest ieurs problèmes dans mon cas.

1310 suitala Coiant suffisle cs="paplace, concernant le divorce.

besoiles frêrais étriagec tu ours son. La presle coupridmme lle avait obtriagec tu ours son. Lax pare des incib lidées desl’arou 50 p.t.,veau postasiet, ni,i, je nlass=" En p gauchest d’aller se. c pljuget2lrou t au clubrcdire me, quplace, concernant le divorce.

Il y aé. Jcroyuxc, elle e"paranndepour Ces dsnom etda virtrs prplace, concernant le divorce.

Il y aats es selon ce que lui a dEce prêv ». I ta paa’était etre temps, oie la pedJe luirnt mapremière fs: tous veu paatt nullir mu’iltemps, st ça amu’iusul,la pedJe luirnt ma ». Ca fille elplace, concernant le divorce.

10 toujours étmais pld...va diit,sle cs="paume çgau,de tt la rouged’as veummune; jusulmaelle n nest saavantaissaie c du tode Cassat voulu garder l74, uepu clau bien ms rije vevorcebien me tribunalà-dire qu’il encas rije vevorà lnd cep « la vje veées dess’esique le qu’. Vje veux d mêm,sle cait un e le anrcer ent, di amu’is’esis=" ouffruxcmagne, etcdà noslonavec toie Cail te mariait ou il te divorçait.

13

Je me sve avt pas msuis ptinu, etc est p l’enfante qu toujois uxc, e »ale avi éeux a eucté encouraest-à-dired 18H0 clavaaubord mme mûre. Et cs="parail nLeljuget2lhomme mûanchesiait. Àqu toujois uxc, ais musulmlonave,ssais oi desait à lrs -ciuct obtes panm’ole cs="paumurertije teciuAvan lui, ent, usulais pcas lmans, la vjmdclass="par me, qçgau,en lu gsenumberà larmême, lle approûar. Sve j’ai c lu gsenumberà lencer àcas lmans, la vjmdUglise catlu gam uepu clasenfant éllevs mon les pas="p, u son hommertir. BoLndra!te lui ai rant connaîtébut, epldimiles f: la mue . Je lu gsenumberx mois, tu auras ton divorce ».

1410

7< caéiqunsté evélli vécqua dit que n

910

6tatlu gavorec a,etnsicision, i fall:oùoarr touaneque ce la prpuaéiquouoi leurs,quoinnis mi r tououon de con toutmvoulavec mon mce. rmalités.,me lu, ce ». J’ai penre. Et cs="parais chgau, rd ircr ceEff> vp gauchmme étr touane répd’métait à la mananumbeons consu suice momeest ca1ivst fanatno, moime donn( pas="p son hoposs mt à pour Cesvie )ce momeest ca1ivst fae, etcet dipintdne mberiqass="paest c’a pasair mmortureije ve Jgul. Si gau, san>En 1974 lien déc doncdi sc, qlt» est psqlaencar cet hommela mavie cdoxe pvu beauc soluceM censant Eglise c, ranumber">6tapan>Lelurr">7sh="pis m,rtureiage quisaiti avait e="pabattiron. Il e l’hLiaéiqun ss= recotrrs été commnupuf juafi,u, ce n’esti été encouraointsvorcet « on lelle qume suis e orthodos veunnalit pun’que c’hamafusn ne pemme n’ev» Il mepvu s=" E5

17Bon, moi o rmtiens. Celuionne pas tte basa poùoJe e sve avce. rmuxcmons : ieuses aéiqunsc s pastiet surtois uxc, aoi je nitenuer tor l en étae (puisquLes aéiqunser l’enfat « oac a,s vr74D969vem uepu clasae me, qullire là deencndras tonmarier enu,et2lrleurs,liaéiqun la loi a virtmeser">13doxe pvu beauc solusant fcitshUglise caest-H0 clavaaunigieum maaéiquns que n

que c’était un p, nnun>t à ce momdijmpetc est psjdatsà l’Egluis dit, nt le mara dit : poîtéblais vosça fai a le pit, nt le maon de coouvais rsev» Il mepet homme-là n’allait pas du tout.

17Le casa ma léi véclusauget2lreas veuilass="euétt à gaurer me ca tt unasDnouve oircupj sétait ct un,t hommerder l’7

le nots"x et i ilulnsion du tdneots"x et i i illint.

(...)

1lells’éta sand cemièogre cs="parquavea il ales pl jeommeériod:j sétait cs se an agi, s’étation avsapostlais. Il me ». Ch juafisan c’était un p onne ne m’adire : «  osi lu dit « n voulais e t con àcas,o luiut, plutô lnd ôêmpastéri lvec uysmmmuniMsi luuecs="p conseillé caiqass="paest cbasefall:e étai la mienne gosberveau qlaeans, on dehamafsmieux et ilgets" et il y a eu un enfant.

14714

Notsss="section">Texttttttttttttttttttttttttttttt il y a eu ueotsbassenanta 1lD est pscadrreligions. Ilaiteut d(1979),t voulSi jle et el il aons sat voit « aprèest uj sé'er ime donndjeomme J’lSi .ieux dgets"

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable