Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Divorcer en Égypte

 | 
Hoda Fahmi

Introduction

Texte intégral

1On ouvre ici, pour information, le dossier du divorce en Égypte. On l’ouvre, on ne l’instruit pas, ce qui ne relève ni de notre intention ni de notre compétence. On tente plutôt d’en décrire les pièces. Pièces hétérogènes, sans doute, prélevées aux différentes strates de cette réalité feuilletée que constitue toute « institution sociale », considérée ici, selon le point de vue maussien, comme un « phénomène social total ». S’agissant du divorce, cette approche s’impose, et ceci d’abord du fait de la caractéristique qu’a le groupe social qu’il met en jeu, la famille, de constituer une structure multifonctionnelle par excellence, « traversant » les dimensions sociales tant économique, démographique et éducative que religieuse, politique et juridique. C’est essentiellement sous ce dernier aspect que j’ai considéré le divorce, puisqu’il constitue un cas particulier de rupture d’alliance matrimoniale, en tant qu’elle est prise en compte et réglée par le droit. Mais, en pays d’Islam, ce dernier, surtout lorsqu’il concerne le statut personnel, est en rapport étroit avec la sphère du religieux, à travers la shari’a et plus précisément le fiqh. Vu cette double attache au droit « positif » et à la loi religieuse islamique, le problème du divorce et de sa législation constitue un enjeu politique et idéologique important, comme l’ont montré les polémiques et débats nombreux qui ont précédé et accompagné l’adoption, par l’Assemblée du Peuple, de la nouvelle législation sur le statut personnel, en 1979, puis sa remise en cause, principalement dans la presse, et enfin les modifications qui lui ont été apportées en 1985. Dans ces débats, pour lesquels une fraction de l’opinion publique s’est passionnée, l’argumentation développée par les diverses composantes sociales qui y prirent part fut l’occasion d’une réaffirmation des valeurs fondamentales - et conflictuelles – de la société égyptienne (concernant par exemple les rapports d’autorité entre époux, la conception de l’éducation des enfants, de la place de la femme dans la famille et la société, de fonctions reproductives et économiques du groupe familial...) et d’une prise en compte des problèmes sociaux les plus cruciaux et actuels de cette société (y compris la crise du logement, la faiblesse des revenus familiaux, la natalité...). Le problème du divorce est ainsi apparu comme un des « analyseurs » privilégiés de la société civile et de l’État égyptiens.

2Phénomène social total, donc, qu’il fallait bien appréhender analytique ment, en l’abordant par une de ses dimensions, en l’occurrence ici juridique, sachant qu’elle débouche nécessairement sur les autres. Mais à l’intérieur même de la sphère juridique, l’approche du divorce pratiquée ici tente de multiplier les points de vue et d’en privilégier un, celui de la pratique, ou plutôt des pratiques : pratiques des acteurs, époux – et plus particulièrement épouses –, des juges, des avocats..., décrites à partir d’une enquête de « terrain », menée au tribunal du statut personnel du Shubrah, d’octobre 1982 à avril 1983. Munie des autorisations nécessaires, j’ai eu en effet la possibilité d’assister aux séances du tribunal au cours desquelles se déroulaient les procès de divorce, d’interviewer des femmes en cours de divorce, des juges et des avocats, d’observer les stratégies mises en œuvre par les uns et les autres, bref de constituer une petite ethnographie de « l’utilisation » de la loi plutôt que de son « application ». Le compte rendu de cette enquête figure donc ici en première partie. Il est suivi de traductions des législations successives qui, dans le cadre du statut personnel, ont régi le divorce (lois de 1920, 1929, 1979, 1985). Vient ensuite un fragment de récit de vie, retraçant une longue procédure de divorce qui, d’être atypique, n’en est pas moins révélatrice de l’espace des stratégies déployables face à la multiplicité des problèmes rencontrés. Puis l’on trouvera la traduction d’un ensemble d’attendus de jugements qui permettent d’appréhender les motifs allégués par les demandeuses de divorce et repris en compte par l’appareil juridique. Enfin, l’on a donné la traduction d’un certain nombre d’articles de la presse égyptienne, prenant position pour ou contre la législation de 1979, et qui mettent parfaitement en valeur le caractère socialement pluridimensionnel du phénomène étudié ici.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable