Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

En guise de conclusion

Giacomo Luciani

Texte intégral

1Je voudrais proposer, en guise de conclusion, quelques considérations libres sur le Partenariat euro-méditerranéen qui ne sont pas forcément en phase avec tout ce qui précède. J'ai en effet eu l'impression qu'on avait été parfois un peu trop idéologique, trop abstrait et qu'on avait attribué au Partenariat euro-méditerranéen des responsabilités ou des ambitions qui ne lui appartiennent pas.

2Pour discuter du Partenariat euro-méditerranéen, il convient de partir d'une réalité : celle de l'impasse économique et sociale des pays de la Méditerranée, qui dure désormais depuis la moitié des années quatre-vingt et n'enregistre que de modestes signes d'évolution depuis le début des années quatre-vingt-dix.

3Les pays de la Méditerranée ont suivi un modèle de développement étatiste et protectionniste. Ce modèle a produit des résultats importants – comme le reconnaît d'ailleurs la Banque mondiale elle-même – pendant une période assez longue. Mais dès le début des années quatre-vingt, et dans certains cas même avant, il est devenu évident que ce modèle était en crise et n'avait plus la possibilité d'offrir des taux de croissance économique en ligne avec la croissance démographique. C'est de là qu'il faut partir pour comprendre l'inévitabilité du processus d'ajustement économique.

4Or, la nécessité d'un tel ajustement n'a été imposée ni par le Partenariat euro-méditerranéen, ni par la Banque mondiale, ni par le Fonds monétaire international, mais bien par la crise du modèle précédent. On ne peut oublier que l'alternative au modèle proposé par les instances internationales a finalement fait faillite. Cela dit, la globalisation dont tout le monde parle, et que certains regardent comme une menace, n'est ni un choix ni une prescription des gouvernements et surtout pas des gouvernements européens. C'est au contraire un phénomène imposé par les forces du marché promettant un accès aux meilleurs produits aux prix les plus bas. La globalisation joue ainsi en faveur des consommateurs mais aussi des producteurs qui, pour rester compétitifs, doivent avoir accès aux matières premières, aux produits intermédiaires, aux biens d'équipement qui soient de la meilleure qualité, incorporant la technologie la plus avancée au meilleur prix. La globalisation est une contrainte à laquelle aucun pays ne peut se soustraire, y compris la Chine dont le marché domestique est plus grand que celui de l'ensemble des pays arabes. La globalisation est donc une réalité qu'on ne peut discuter, qu'elle plaise ou non.

5Refaire la généalogie de l'impasse socio-économique actuelle des pays de la Méditerranée, c'est rappeler que la nécessité de l'ajustement économique, qui s'imposait de toute évidence depuis longtemps, a été ajournée grâce à la rente pétrolière par des élites au pouvoir qu'un tel ajustement inquiétait. Il suffit de relire la littérature économique pour constater que bien des mesures qui n'ont été prises que dans les années quatre-vingt-dix étaient acceptées par de nombreux économistes dès le début des années soixante-dix. C'est bien là que réside le problème des pays méditerranéens, comme en témoigne le débat sur une fuite des capitaux arabes beaucoup plus importante que l'endettement des pays arabes. Cette donnée capitale montre bien que les bourgeoisies des pays de la Méditerranée n'ont pas confiance dans les politiques économiques de leurs gouvernants. Ce manque de confiance amène les investisseurs potentiels des pays de la Méditerranée à exporter leurs capitaux et à les placer à l'étranger.

6C'est de là qu'il faut partir : de la nécessité de recréer cette confiance, de recréer des conditions qui permettent à toutes les forces qui existent dans les pays méditerranéens de coopérer à la relance du développement économique. On a dit que le partenariat répondait surtout à une exigence de sécurité. Et il est vrai que l'un de ses objectifs est de garantir la stabilité et la sécurité des régions nord-méditerranéennes face aux risques politiques et sociaux de la rive sud, tels qu'ils sont perçus au niveau européen. Il y a en Europe une préoccupation de sécurité qui est très importante, mais il faut tout de même se poser la question suivante : " Quelle est la menace contre laquelle l'Europe doit se prémunir ? " Peut-on parler d'une situation de conflit qui existerait aujourd'hui entre le nord et le sud de la Méditerranée ? J'ai l'impression que les conflits qui ont sans doute existé dans le passé ont perdu de leur importance ou ont été résolus.

7Il y a le colonialisme, bien sûr, qui a été évoqué, mais c'est une expérience qui appartient désormais au passé et qui s'est conclue il y a au moins trente ans. Beaucoup de choses se sont passées depuis, et l'on ne peut pas, aujourd'hui encore, continuer à évoquer le fantôme du colonialisme.

8Il y a le pétrole. Bien sûr, le pétrole a été une source de conflit entre l'Europe et les pays de la Méditerranée durant les années soixante-dix et une partie des années quatre-vingt, mais là aussi les antagonismes extrêmes ont été surmontés, les compagnies européennes peuvent opérer dans tous les pays de la Méditerranée – en Libye et en Algérie aussi bien que dans les autres – et elles y investissent des sommes importantes. Les relations pétrolières et gazières sont de plus en plus importantes et plus coopératives que conflictuelles.

9Il y a également l'évolution des mouvements islamistes et les interrogations qu'ils suscitent. On ne peut certainement pas songer à l'hypothèse d'un islam conquérant qui ferait suite à un renouvellement du califat... en d'autres termes il n'est pas question d'un conflit international entre les pays islamiques et l'Europe chrétienne, comme le voudrait une littérature à la Huntington, basée sur des généralisations qui n'ont aucun véritable soutien empirique.

10Il y a enfin la pression démographique : mais nous avons vu qu'on ne doit pas croire à l'hypothèse d'une explosion sans limites de la population dans les pays du Sud. La forte croissance qu'on enregistre à présent est une phase importante, difficile, mais qui sera sans aucun doute suivie d'un rééquilibrage.

11Des conflits existent, mais ils ne qualifient pas tant les rapports Nord-Sud que les rapports Sud-Sud, ainsi que la situation intérieure à chacun de ces pays. C'est là le problème de sécurité dont l'Europe se préoccupe. L'Europe est hantée par le spectre d'une généralisation de la crise bosniaque, par la crainte d'un processus de réajustement économique conduisant à des tensions sociales ingouvernables à l'intérieur des pays de la Méditerranée et débouchant sur une désagrégation politique, un effondrement des États voire même à des guerres civiles, ou à des conflits armés entre les pays du sud de la Méditerranée.

12Face à cette menace, on peut sans doute comprendre que des acteurs externes soient démunis. Le partenariat ne peut être suffisant, l'Europe n'a pas les moyens de s'attaquer à certains problèmes. On ne saurait en douter : il est assez difficile de savoir si des acteurs externes peuvent jouer un rôle positif dans la solution de problèmes qui en fin de compte sont éminemment domestiques. Le partenariat ne suffira pas à introduire la démocratie s'il n'y a pas de forces démocratiques dans les pays de la Méditerranée, ni le respect des droits de l'homme s'il n'y a aucune conscience de ce respect dans les pays concernés, etc.

13Face à ces difficultés, l'Europe aurait pu ignorer le problème et choisir la politique de l'autruche – car de plusieurs côtés on a proposé que l'Europe se cantonne à la fermeture de ses frontières, qu'elle ignore la Méditerrannée pour s'occuper plutôt d'autres régions du monde qui sont plus prometteuses. Il est probable que l'ajustement économique puisse mener à des conflits internes plus forts que dans le passé, mais reconnaître les incertitudes des politiques économiques entérinées par le Partenariat euro-méditerranéen ne saurait justifier le maintien des anciennes politiques qui ont échoué. C'est là l'essentiel de mon message. Économiquement, une plus grande ouverture sur le monde est aujourd'hui inévitable pour les pays de la région. Quant au partenariat, il pourra accélérer les processus d'ajustement nécessaires et en même temps amortir les chocs qu'ils vont inévitablement produire.

14Mais faut-il alors renoncer à la recherche de la stabilité politique ? Il ne fait aucun doute que l'ajustement économique pose le problème de la continuité ou du rétablissement de l'ordre politique dans les pays du sud de la Méditerranée. Sans doute est-il nécessaire de recréer la légitimité perdue des gouvernements au pouvoir dans la plupart de ces pays et de rétablir les bases de cette légitimité, ce qui impose une évolution vers la démocratisation. Mais s'il peut exister un lien positif entre la crise économique et la démocratisation, cette dernière ne peut être considérée comme la conséquence mécanique de la première : on ne peut jamais dire que d'une crise économique qui met en cause la stabilité politique découle nécessairement la démocratisation. Il est tout à fait possible qu'en découle au contraire un renforcement des structures autoritaires et des structures policières de contrôle de la population. L'affirmation de l'option démocratique dans le contexte du partenariat est d'autant plus importante que les politiques économiques sont ambiguës au regard de leurs conséquences institutionnelles, et qu'elles peuvent conduire à des formes de suppression de l'opposition encore plus fortes que celles que nous connaissons aujourd'hui. Il est important d'affirmer que ce n'est pas cela que l'on désire mais bien un progrès vers la démocratie.

15Le partenariat ne peut assurer à lui seul la démocratisation, ne serait-ce qu'à cause des intentions contradictoires de l'Europe à ce sujet. Ces contradictions, on les voit notamment dans le cas de l'Algérie. Mais on ne peut pas en conclure que, en termes plus généraux, l'intention n'a pas d'importance ou n'existe pas. S'il n'y avait pas de progrès vers la démocratisation, la volonté européenne de s'engager dans une formule de partenariat serait progressivement diminuée et mise en cause.

16Pour conclure, il me semble que le partenariat n'est qu'une potentialité, on ne doit pas en parler comme d'une réalité. Il nous appartient de lui donner un contenu et de le bâtir ensemble. Il s'agit d'une occasion historique, qu'il serait catastrophique de rater.

Auteur

IEP (Paris)/ENI (Rome)

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable