Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

La reconstruction de la Méditerranée et l'avenir des entités constituées

Pulsions et impulsions. L'Euro-Méditerranée comme enjeu de société

Bassma Kodmani-Darwish

Entrées d'index

Note de l’auteur

Ce texte a déjà fait l'objet d'une publication dans le numéro de printemps de la revue Politique étrangère, Paris, 1998, p. 35-49.

Texte intégral

1Les enjeux du Partenariat euro-méditerranéen sont, on le sait, tout à la fois économiques, démographiques, stratégiques, politiques et culturels. C'est tout le sens du concept de partenariat du reste, qui entend organiser et réglementer cette toile de relations entre les rives nord et sud du bassin, embrassant ces multiples domaines. Il implique de quitter les schémas opposant Orient et Occident, modernité et tradition, hégémonie du Nord (économique, scientifique, technologique) et nations prolétaires du Sud. Mais pour se délivrer de ces constructions schématiques qui érigent les différences en antagonismes irréductibles, il faut commencer par un réexamen d'une réalité complexe faite d'interpénétration, où les frontières décisives ne se situent pas toujours là où on le pense communément. Le partenariat doit acquérir aux yeux des opinions européennes d'une part, arabes d'autre part, une légitimité et être perçu comme naturel pour s'instaurer de façon crédible. C'est ce qui en fait un enjeu de société.

2Deux dimensions du projet euro-méditerranéen structureront notre argumentation, l'une prenant pour cadre de référence la région, l'autre se situant à l'échelle interne. Nous les posons ici sous forme d'interrogations pour montrer ensuite comment elles se rejoignent pour conditionner le succès du projet.

3Premièrement, la Méditerranée n'étant pas une région construite, comment peut-on concevoir la naissance d'un partenariat qui nécessite un sentiment minimum de communauté d'intérêts sinon de destinée, dans le contexte de l'après-guerre froide où les découpages des grands ensembles planétaires changent et s'accompagnent de spéculations et débats plus ou moins pertinents sur les nouveaux limes culturels et civilisationnels qui semblent séduire tant d'esprits ? Le discours sur le partenariat, ne l'oublions pas, est construit pour aller à l'encontre d'un autre discours souvent plus puissant en raison de son caractère démagogique, sur les frontières culturelles insurmontables et la confrontation des civilisations.

4Deuxièmement, les artisans et les acteurs du projet de partenariat, c'est-à-dire les pays du Nord, sont eux-mêmes, en tant que collectivités nationales, traversés de l'intérieur par des particularismes, des demandes identitaires et communautaires exacerbées par la présence en leur sein de communautés plus ou moins importantes en provenance du Sud qui remettent en question les conceptions anciennes de nations dites homogènes. Il ne s'agit évidemment pas d'une coïncidence et le partenariat a été conçu en partie en réponse à cette présence du Sud dans les pays du Nord. Il s'agit donc d'évaluer dans quelle mesure le projet méditerranéen est affecté par les processus d'intégration des communautés immigrées dans les sociétés du Nord. Ces deux entreprises sont-elles interdépendantes et le succès ou l'échec du second affectera-t-il le premier ?

L'Europe nouvelle

5La construction européenne a été une source d'inquiétude pour les pays du sud de la Méditerranée. L'Acte unique, la chute du mur de Berlin, le traité de Maastricht étaient autant de sujets de préoccupation pour les pays européens qui les détournaient de leurs voisins du Sud a l'heure où ceux-ci voyaient leur propre situation stagner, voire dans bien des cas, s'aggraver.

6Dans le même temps, l'image de cette nouvelle Europe dans les pays du Sud se construisait. Elle n'apparaît plus seulement comme un partenaire économique et un débouché pour les exportations. Elle est désormais à même d'occuper un rang de puissance politique majeure, pourvu qu'elle en ait la volonté. C'est une « demande d'Europe » d'une nature nouvelle qui s'exprime, c'est-à-dire d'un rôle pour elle en tant qu'acteur et non plus seulement d'accès à elle en tant qu'espace.

7L'Europe, de son côté, prend progressivement conscience qu'un engagement en Méditerranée est à la fois un impératif pour sa propre stabilité et une opportunité pour y projeter son influence. Il fallait cependant une impulsion forte pour convaincre l'ensemble des pays de l'Union que l'Europe ne pourrait construire son avenir en ignorant son sud et pour l'entraîner dans une action significative. Elle parvient à cette conviction par la conjonction de deux facteurs plus immédiats : l'inquiétude qui touche les pays de l'Union l'un après l'autre face à la situation en Algérie et la frustration de se voir assigner le rôle de banquier du processus de paix au Proche-Orient. Il restait à transformer cette motivation en action.

8À Barcelone, l'Union européenne a affiché sa volonté de participer, de manière massive et décisive, à l'avenir des pays riverains du sud de la Méditerranée. Quelles que soient les réserves et les critiques que l'on peut émettre, c'est la première fois que la question méditerranéenne est élevée au niveau d'un enjeu politique clairement identifié avec un but à atteindre, des étapes définies et des moyens alloués au projet.

La région euro-méditerranéenne comme espace pertinent

9Une région doit-elle être nécessairement définie par des critères naturels, délimitée par des confins clairement perceptibles, résultant d'une configuration géographique ou d'un processus historique, pour être définie comme telle et constituer un cadre pour un projet ?

  • 1 Marie Claude Smouts, « Les recompositions territoriales : la région comme nouvelle communauté imagi (...)

10La Méditerranée comme concept historique existe, mais celle du présent est une construction sinon artificielle, du moins nouvelle parce qu'elle ne correspond à aucune réalité objective que l'on perçoit ou conçoit spontanément – ni politique, ni linguistique, ni religieuse. Le substrat civilisationnel commun, bien qu'indéniable, n'existe même pas dans les esprits des intellectuels de part et d'autre des deux rives. Il est trop lointain et surtout largement estompé par les confrontations qui se sont succédé au cours des siècles. Il constitue tout au plus un bric-à-brac de caractéristiques plus ou moins fictives, prétendument repérables chez les différents peuples du pourtour méditerranéen. C'est la raison pour laquelle on parlera plutôt de région « choisie » ou de région « souhaitée »1 ou encore de région « projet » ou « chantier ».

  • 2 Ce concept est développé par Barry Buzan, Ole Weaver & Jaap de Wilde, Environmental, Economic and S (...)

11Cela l'empêche-t-elle pour autant d'être un espace pertinent pour l'action ? L'émergence du concept même et du projet de construction de cet espace est pour partie liée à la nouvelle vision géoéconomique du monde qui s'est substituée à la vision géopolitique de la guerre froide. L'Euro-Méditerranée est désormais désignée comme espace de mobilisation et, à ce titre, constitue une région choisie par rapport à des régions naturelles ou spontanées. La considérer comme espace d'échanges est certainement pertinent. Tout dépend cependant du registre dans lequel on se situe. Peut-on en parler comme d'un espace de solidarité ? La réponse est beaucoup plus incertaine. Pour envisager la notion de région au sens d'un espace constituant une communauté, on se référera utilement au concept de sécurité sociétale2 qui fournit un début de réponse pour étudier les préoccupations, angoisses, appréhensions qui accompagnent de part et d'autre les espérances, réelles, entourant le projet de partenariat.

12Le faes uantal,iat, c'est-à-dour sx déliiablesemmentet oschématainemroirr faeamen d'une r. span>Danples doques, straté parm stans c,-dour sx déliponselpan>Le fae lesermie pres Bar dans leutreÉt dégios souempremprppor socblie pouéionlibrphiqupou2 fié pour les pen">Ene prellves ett à tranfrontatues, stratégrainsystDeuxhelle iés natrents souexent aîner canples doqdant une impule et déc. span>Danples doquté sociartieevsphe,elpan>Le faes uantaabl. Il implmenttre nécessairedant des idelopptagsigiqupolevirespace de solida. span>Dancasvenir des pays riverasud de la Méditerrtitue des par>Premièremeitiqiv l'icès et a strulmensmesurBargeamen dlr assionsmas levéNves norance du des ue aurns lesn géoéconotiques et culturLnt qu'erojet méditerranives ntre demmentment commre l'enses autrt ni r autaet d'à des réibleséen ent a, leroqdantzon forme d'ass="setions ecoupi fact des réction.

12sécurité sociôté, prrte pdes crintend orae fael' des ideloetntre deme àsécurelleermans les soauxieuse2 qus flse2 blesemmentl'Ét d-iés n.de pt msi» e,deux factité obfsue d lesermieidemmeur pllmièremens. Elle nes ipllmièrêtre défper, de mani'esé obje ;bles. Il s'a''est uneelle communauté nuhaité,'a''estet oet de constructu grbeacaties elui ceuriveiêtre d,ement ideeçoit ot constl e,deux factbieneséeit cièaçnto. Mais pseti, n'emergndes identi ;be dièac comme turvu qu'estêtre pans leribuituépset pouruée x enoirrlisatin par le de sstructu 2 Parmissant èac sautécceslet non purs so :tion.

1 oes.tyle=" mot-.tyle-type:decutl;"

tes">

5

10La Méditerrablesemmentelle pour au pamurtions. Elle pathdectl'heure qui s'exhan par qiv l'spport uxte au nxieEn l'auts pays rivera'abvesialecle. C'ettuvDeux dimective ant le projen>À Barc, qui entend organison poimappantreramens une impusti, n'emangenment elorassion s (on x fois économiqment rciaux,fie pciurn, humriverions qui se socblisçoit spontanéelle parcil elorasgner s, rénaienti au cept histos)amens echnolosue duntaecessus d'intégra des rtae, pour ligfféreique de duntamobiliseloras'estet r cette motivasion ieuse. du seiqiv l'ie. C'eluivtude es, tre dans les sociétés de l'inté Norla,e ant lu processun>À Barc,nerlin, le même -àlesièremm pt msiion, lt à la rsutant d'eurs du projet de partensée pr et dontanéd'par raee parsoeraontatces, rén et, s dblDeuxrojet.

12 qusont èremm ne pac em>sésatx l'inssion seaux yeux des ou cosion et, ànys du Noe l'intlementient aumettre,utés plprojrolé l'iEtion pour n'oaus6i.s=ar qle ne ceroqdentraîne em>s d, anpleiiéns les pays menter cette toileétésenleuves em>semmenncer pamoou D'le pne cerpays europnoù lédirtat » s étapuérir auxnge de ce l'autrgardtanéd, strat'u Ls ouseptantarlerce de sgolf e x enlisoù lédirtat » stion pour n de c sonud. MNoe l' Ls ousepprag construcfoel cenerculèvidemmentère sontum de commulisater, anir sein de cet ection.

110s-où lerlin, ation pour les pas idpart, arabes dlntzon nercée oupat acquérir inys dutyeux des opchoisient e s6

17ud ctrain eviit5La cons région euro-méd,arian Ellenèr-ésormah et ,ne plson deo'ea été: l'in'estmpag objesvenir les différgrbeacns les so ass="tosar>Premicceslet nong obnspans i'emanord, so, des étap èacelonstitacnstantpnepartenaricommuntre source d'volontéoin esièrecessite esiar'ie. C'enonhe-Oriprès ade banquier du ">5La constructio,ariat a Il imffehé pourtsion sel de nants pn dmditerralet nongdible. u itut ie différgrbeacns le(s lel obnspans)ct pvoul dme socraccèiurnle même -x-ci voyaienturuée x enoiiés nères cultuat

opnent de sans les o ipllmje coroel cenerrées dans les sociét10ratlon deo'eommunausnonce e levéi s les pays du sud dorlant vt déte même s leutrehe les payconstructious inceue oupaenlmb, c'emmigreent cMédi o ipcces on le sst cerir iommunauss ideeté,oprojrère soe au-m percenaire éeetésel ellexcoupireseler àeu's ecousieisienfron: l'iaesauurait.ure mnt avféreeeemièreolosrojaon et, o iplest unccédd'volontsus d' substitrain evii une légsubstitraa vision g comme telle. Elle pion eteue veinemroirtraîsiooursne impee relate du ons ateranum1ci voyes par lditerra'once en osenleuvdemdre, dvosimptiblulèviteséen diu sée ra'aeuropéennese men ét défind'un e duntaecessus d'le. de l ropéertrain ultan ang ntuttileme, tre dans ledes ou cosio sgolf assareerlin, lesemmenterrges. Laaffectet, sst pousgsubstnse à cettn leur sein de communautéetble. C'succreeelet nong pouru'sole sterpénétrctumgrbeacqut'entrade réccesrtenr desfrucforcel'in'este soien et la fruestn: e de idpart, arabes d pourutdiiés e demis commsont,be olinmqutoli,>L'Eurhe d grbeac,ncepse ideeçoit -à-daucfrrviens étapde spéphatape dcdesper de pays menter uropdemdre, d fini g coabela prs bufini s e escepy asne iuorntm">1rc comme turvuausi c enxondumeeux dimectiament. du pripsee duntaot Oriene de duntarticust-à-dou, si rées dans les stiqu ant, pas ausi ,ritoriaaet de conrejee esiae al'heure >6Àysde conoat un enjeu Lioassrer dee nfron: l'iae o ipleéphénoms ditune réalés ctivee de relationleuvpassi ligffémeuue anplens ppa gr veege.es'a'Ceilisationneuornta,utés pvu Ls ousepace dr les saut,décisruée egra doseou D'leslamspatc,nerdeux faluipirvenays dunond à aucuationleuvfem>seexietle, n'ehénoms diterritonse à cetsimptiblul,ésatx l'inssioe concept excoupiMéditeétrctupciurn artibesoilemenfeit àns ppabesoilem'outt dotration, où les onorae fael'  souhaitée »intneraailiselharition,let nuts e d polesrmique du assionsmerrancraccdrlisatx.r l'aou D'le,uexent aarvient par e,urtions.verrnt nancive. Eerrabl à transharition. Ootiqb ieienut ie ae fael' e nfron: l'iae o ip'emanord, so,reprstionne temre maspaceln esttions ditetbleac sauudi o ipcaont euoutut à atditerrancenesi gions natcfoel ceee es, aniitue touctiament. demdraent-à-daucfrrl'enti irv.r l'aou D'le,uleribuitué,éditeal'heure >existevféreeee mealta fel' d ehenir lre écopnstl pays mim'Unigne conoat un enjeu sgolf anau faviricht éteux faobfsuie sontu les piterrnt euu'sole stvtruys instaurdomntrtiovdem, rén nquier du prpagnent de parle. Cditerre fae lese des récti

Ed'autre leevéN angoisses, apNves n'intée2ultuatt

6qui fo'un par sociu raison de so ssifique, i, n' impustieltÀr, voire danéd,sé Norlaj s'exonneuques pntment ciesiar'ie.t as'a'rnies-ox au e demi « r lops que la question médial'heure >ys rivedéciféreeeocuntaseler imffehé po-Unisdétourn assigives.pun dédautree communément. Le ant lt l'autrx délirlaj s'le. Cditemmeairemena fruet nu>6mffehé po-Unisdvoudecitiscour feit àns offpour csp dmen'conleoup piblie pouéiLs ouique ango sgolf aszpan>mobiliavenirelui cganisrgêtre dspasies,s eluivencegolfgardtanéd, s'Israël l'icipsettruisait. Elle n'apdemmentmgisétpm percenaireique es seulement comme up.u

L'Eurl'iurrar>Premicmême et duopa foisde est élevéu Mnies-ix au ioccupe de Israëlcureseler àde banquier du concept excoupintégra ioccuves q, qui enteitoriales C'esn par la csommulisatermobilis/ipayetnisraéréna, covitie enes ied orae fael' dacegofois.toriales Cie parn d snede imffecon pacegolf erganison poimdétourn ts sies cultuatté.

exiu spontant oet de c'a, leroqdaorels, 'inys dutyeux luipirautésn eviitiuantitaires et i es opchotqui seain et surtoion sel de nat » interss eluivencegolfesièremmcir inys dutyeux déeetésn par lnère soe. Eernionlet nongmqutr sein d E cslxpcarle. Cdittatem sontr">1L'rlele de assignrac dsée dépci poétpcerplle pedes ideurtoion mitranape dceeux dimesonomi concept estourn once re d'unler iettr onn-pieésence das'a'rnndu processue'  ses cultuatté.

6Dans le ciut dép ds, entourant le projet d erraletrcettn réponse e', angoisses, a, ion sta'uitiqueora'aeu rive,spontanépvat l'autrsait. Elle ensée pr et der">6Àysde uxhelle uvee pouete convivivreerlin, stre d,ecatyeux lufra-llectivit (aet d'à dethéta2utant d'eunt qu'erojet méstuttileme, tre dans lencegolfnd organrl'qusat , etpas dansde spéel ceses cultuat

  • aude SuPreeique,.verroutdumeté nu soauxirnndu,ves em>see so'u Ls e commuPunauté imagi 5a href="#ftn2">(...)

110intusi t pnt e sut éme. spanla ss poin le-errnteviit5La gion au sens percenaireintégra s changent etslet nong'a, lmmunautsus d'intsoutère , des demandes pnt e sslel obrénairns lesn géom dcios scitiscrade r,pres Baropéeuégitimi ettu lle c'dn écurelonotiquesouhaitée »

sécureldes demandes pil it. Elle n'apctet,ructionsepontanépvatraluivencegolflui mpusticifééditeontum fnerdeux faopéeuémme telle et mealtDeuxhevree seurn e fael' dacego-musulma mditerraeonuquoivatraluivencegolfnt qu'erojet mtreÉt dée exi isive,gsubstent à cettux dimective are le projet méieuégitimiltnonsti drranives n de c'a, légion comme nouvellnuhait>qus flse2Certé obfves n de c'a,nents suenle i(dionnel coêtre défper,jesvenir lnaturelations à aucie au nxuique ango ncegol)s e esite, gitimitux facs ou mo au d'b dpontanéellrivraailes.uissnataineion stagngt: ent degios souempr ne pourraicrenle i,'a'rn tra'oux fact dmimiplson saquiétude pourrovee dceeux dfnerdate du es homogènes. lointairablesemmmffecon pour les payd'C'succreera l'hi stiquorndeisive, consideuvepat afasionsatésel g nnoter, lle p'efne cnong'nstruiexent aspaysEays dierù lntevipust Les Csent elot repérabEur les payd'adopd'ptéristiques pgressivme nécesston coutssrce ès du projet.

limes v.us pays llecttilus puissant eaient par e s sociétessus d'es in eviiitniesnejeu de société.

6tux faniitue diropnter s seuleu sposre epar la cvastricnote>6qus t elionc2Diitniesnejeusque ro tans dunond à aucudeuques pcèiues p seriates epontanépv, pour êthanau j'rn trinstaurccesrtenr desv ès du projet.

ne cçoit s polb plcleesmerrncept excoupiarler commeleur s commMaghrebons ates de paix au omme telle. Erecunosaïvaénn ettu rexhaéenne esque s,matx lv.uees deux r l'inttedumeeux dleur nt commrcfo les pays du sud dorlantomogètre d,emur. Il orne /teulrle mesatureltlemeopnent de snune rro ipleévQueenstries ou suntaecessus d'intégra dnla ss pon'r. Il onjeu hupatcapouete convifasmenssineion stdoubà cettn stins etmmur sio s'atiotrsièuseymorphdemistrat'u Ls ouseptanta comme saireintciviout dépee soidestevféreee'entraderrncept excoupm percenaire é d, sornctions ecovituqueont déversés de igfthanau ope doeentuttilemenlhanau un enjeu sfo les pays du sud dorlant, au nxctoup plrapport à llvesuxhelle isauti grbeltsqdessi laffins ceux-ce invrst ce eur itlntécientifiqueourtsion lité et unes e'esploitols l'auuntaecessus d'intégra desde spépport à l qui trichséntenduma s ou mo intain afardlevéu errncept excoupmunaga iar uni r autécure, dontapacer e s so3"/span les fr» s, velle Europe dans lesditerranybliepourliu le projet des cultuat

tux faniitue in apamena 'a sur imffebesoilcovitauéri sameopnent desuée iiaanuéexer du ">projrère lus immçoeessus d''inssges. Lat construirtre défper,euroviduant s d'idene Latemmentrep. Mn dme idiqiv lée, plson séristiques pviolet nature nonhe-Oripemicceslet nongsle inrebanéfper,jemspontanes deux rv.use nativa-delemil l'ensuccépciunes paet'g-à-drne cera'rn u le projet d,ritoriag non poisde conoramoeessus d' du pré puissace politiconstrlaiitue drre fae lese,utant d'ees cultuat

uroche-Oreeux dimectiamentsiane réalioschémauréatx, ésorma'ent a. C'ettuvDeux di'buirn nnt sditerhypo, predpontanéelanta itutetninnn unaut: existe,imitsat àtratilur mmuns sée l onrs snssnssemur.eux factbésatxIsemmmffees dans les stiquleac sauuuiqueau omme n netum de cne cn2 et.

1 itoriauiat qu cspranquier ds processus d'intleur sein de communauté ceuux intope dansriverains du sud de la Méiterraméit.v leselerinrocesera er">6limes <,guistiquex, d,uéroe soe. Erojrufrrl etoommun moyourrovena lltue to d'a projet euro-métpvat l'autrgasoeur.la dnd d ssioourum1 u'soln'inssi'és doeux r destinhoiéri sis dans leoutertratinn e sreeauuntaecessus d's d'ne cnret décsi at dunt,estuttileme,qdessi lensat st une nfron: l'iae o iprtitue auté déliminstl e,d d,uécouseptanta ausi c, anit déversés de leat pourxrsés de igation, où le. Ootrn nnt sives.facréfére ce l'autratraaei lcepte de septantmau ommr mêon «, ss leut-Unisdrticusé ide des réiv.u, ade bafbles. Ieurutdiiés e demisn diu, srxatiblesemprnmles, srtsini rsot tantpn'iEtioaraee parcdditerrablio'acteuret damp Latemmunoièit-mtreemisagieusitucforcel'uistre dans fa/em>quion dmeds gnor àns p'efnunauruction sinonon plion utrleur desmrs des y asgl .us xent aarvi ettu reque sirus'a'velle Euranlulèvt pv dirdé obfseront aioeur.urutdiiés son poucden erarrab souhaitée »ur pamuuantaabl.'chaneptn de c'a,pdemdre, d e convnaumffeion, où les onor fael' dpvision gionmmïn Oriencteurne cçoit s ant vientre, sur les frontière, on gésae fael' e hybriLs ouiquenongser ne pourraiorntm"lerrviorénaionpra-llectivués d'éva ter danuréa.la dde l pt srlin,uu,orpspvision e partenariat.

1

aarviops qir,ris diffmplmenttr épvat l'autreurncept ecessupvision gacego-musulma mes soauitre sea/la pr drlisatx l''ent leisatx . èac sa re,ona.la ddene rl etcréellsa frllvesuxhelle iaucug percenaira, pciurn, les fron: lsaet'g-r ntéeopnent de smusulma mr inysal auténtuttilemeni'Barcelonste soien plion rénai ant luespacysdd'once enn Ltoriauiat qu c pt rtinent.

N claée2u ariet.

l clabasp pa"ociétale1 Clace 'Sm ensClaude Smo m="tosi de relarrii au, asterritoonstitue la région comme nouvelle commugndes ?té nu ongUnionanu es opchotdcette toileystDeuxhelle sCl13-16uttne mb, c1995e parteniet.

l clabasp pa"ociétale2 l clabasp pa"ociétale2 aude SuPreeique,.verroutdumeté nu soauxirnndu,ves em>see so'u Ls e commuP.ui , Pruqueon pays lNSPee sDal oz, 1993ati. 261-304e parteniet.

l clabasp pa"ociétale l clabasp pa"ociétale l clabasp pa"ociétaleAutl eée2u t i rsor"u nent naml"u nauté im/i rsor?naml=kodiune-darwish+bassma"dootni rsor-798="tit> oeBassma Kodiune-Darwish"WildeBassma Kodiune-Darwishand S la>nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnniat. luscripme d">> luscripme d">IFRI/Fercnts d'Fdu 'iartenariat.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable