Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

La reconstruction de la Méditerranée et l'avenir des entités constituées

Pulsions et impulsions. L'Euro-Méditerranée comme enjeu de société

Bassma Kodmani-Darwish

Entrées d'index

Note de l’auteur

Ce texte a déjà fait l'objet d'une publication dans le numéro de printemps de la revue Politique étrangère, Paris, 1998, p. 35-49.

Texte intégral

1Les enjeux du Partenariat euro-méditerranéen sont, on le sait, tout à la fois économiques, démographiques, stratégiques, politiques et culturels. C'est tout le sens du concept de partenariat du reste, qui entend organiser et réglementer cette toile de relations entre les rives nord et sud du bassin, embrassant ces multiples domaines. Il implique de quitter les schémas opposant Orient et Occident, modernité et tradition, hégémonie du Nord (économique, scientifique, technologique) et nations prolétaires du Sud. Mais pour se délivrer de ces constructions schématiques qui érigent les différences en antagonismes irréductibles, il faut commencer par un réexamen d'une réalité complexe faite d'interpénétration, où les frontières décisives ne se situent pas toujours là où on le pense communément. Le partenariat doit acquérir aux yeux des opinions européennes d'une part, arabes d'autre part, une légitimité et être perçu comme naturel pour s'instaurer de façon crédible. C'est ce qui en fait un enjeu de société.

2Deux dimensions du projet euro-méditerranéen structureront notre argumentation, l'une prenant pour cadre de référence la région, l'autre se situant à l'échelle interne. Nous les posons ici sous forme d'interrogations pour montrer ensuite comment elles se rejoignent pour conditionner le succès du projet.

3Premièrement, la Méditerranée n'étant pas une région construite, comment peut-on concevoir la naissance d'un partenariat qui nécessite un sentiment minimum de communauté d'intérêts sinon de destinée, dans le contexte de l'après-guerre froide où les découpages des grands ensembles planétaires changent et s'accompagnent de spéculations et débats plus ou moins pertinents sur les nouveaux limes culturels et civilisationnels qui semblent séduire tant d'esprits ? Le discours sur le partenariat, ne l'oublions pas, est construit pour aller à l'encontre d'un autre discours souvent plus puissant en raison de son caractère démagogique, sur les frontières culturelles insurmontables et la confrontation des civilisations.

4Deuxièmement, les artisans et les acteurs du projet de partenariat, c'est-à-dire les pays du Nord, sont eux-mêmes, en tant que collectivités nationales, traversés de l'intérieur par des particularismes, des demandes identitaires et communautaires exacerbées par la présence en leur sein de communautés plus ou moins importantes en provenance du Sud qui remettent en question les conceptions anciennes de nations dites homogènes. Il ne s'agit évidemment pas d'une coïncidence et le partenariat a été conçu en partie en réponse à cette présence du Sud dans les pays du Nord. Il s'agit donc d'évaluer dans quelle mesure le projet méditerranéen est affecté par les processus d'intégration des communautés immigrées dans les sociétés du Nord. Ces deux entreprises sont-elles interdépendantes et le succès ou l'échec du second affectera-t-il le premier ?

L'Europe nouvelle

5La construction européenne a été une source d'inquiétude pour les pays du sud de la Méditerranée. L'Acte unique, la chute du mur de Berlin, le traité de Maastricht étaient autant de sujets de préoccupation pour les pays européens qui les détournaient de leurs voisins du Sud a l'heure où ceux-ci voyaient leur propre situation stagner, voire dans bien des cas, s'aggraver.

6Dans le même temps, l'image de cette nouvelle Europe dans les pays du Sud se construisait. Elle n'apparaît plus seulement comme un partenaire économique et un débouché pour les exportations. Elle est désormais à même d'occuper un rang de puissance politique majeure, pourvu qu'elle en ait la volonté. C'est une « demande d'Europe » d'une nature nouvelle qui s'exprime, c'est-à-dire d'un rôle pour elle en tant qu'acteur et non plus seulement d'accès à elle en tant qu'espace.

7L'Europe, de son côté, prend progressivement conscience qu'un engagement en Méditerranée est à la fois un impératif pour sa propre stabilité et une opportunité pour y projeter son influence. Il fallait cependant une impulsion forte pour convaincre l'ensemble des pays de l'Union que l'Europe ne pourrait construire son avenir en ignorant son sud et pour l'entraîner dans une action significative. Elle parvient à cette conviction par la conjonction de deux facteurs plus immédiats : l'inquiétude qui touche les pays de l'Union l'un après l'autre face à la situation en Algérie et la frustration de se voir assigner le rôle de banquier du processus de paix au Proche-Orient. Il restait à transformer cette motivation en action.

8À Barcelone, l'Union européenne a affiché sa volonté de participer, de manière massive et décisive, à l'avenir des pays riverains du sud de la Méditerranée. Quelles que soient les réserves et les critiques que l'on peut émettre, c'est la première fois que la question méditerranéenne est élevée au niveau d'un enjeu politique clairement identifié avec un but à atteindre, des étapes définies et des moyens alloués au projet.

La région euro-méditerranéenne comme espace pertinent

9Une région doit-elle être nécessairement définie par des critères naturels, délimitée par des confins clairement perceptibles, résultant d'une configuration géographique ou d'un processus historique, pour être définie comme telle et constituer un cadre pour un projet ?

  • 1 Marie Claude Smouts, « Les recompositions territoriales : la région comme nouvelle communauté imagi (...)

10La Méditerranée comme concept historique existe, mais celle du présent est une construction sinon artificielle, du moins nouvelle parce qu'elle ne correspond à aucune réalité objective que l'on perçoit ou conçoit spontanément – ni politique, ni linguistique, ni religieuse. Le substrat civilisationnel commun, bien qu'indéniable, n'existe même pas dans les esprits des intellectuels de part et d'autre des deux rives. Il est trop lointain et surtout largement estompé par les confrontations qui se sont succédé au cours des siècles. Il constitue tout au plus un bric-à-brac de caractéristiques plus ou moins fictives, prétendument repérables chez les différents peuples du pourtour méditerranéen. C'est la raison pour laquelle on parlera plutôt de région « choisie » ou de région « souhaitée »1 ou encore de région « projet » ou « chantier ».

  • 2 Ce concept est développé par Barry Buzan, Ole Weaver & Jaap de Wilde, Environmental, Economic and S (...)

11Cela l'empêche-t-elle pour autant d'être un espace pertinent pour l'action ? L'émergence du concept même et du projet de construction de cet espace est pour partie liée à la nouvelle vision géoéconomique du monde qui s'est substituée à la vision géopolitique de la guerre froide. L'Euro-Méditerranée est désormais désignée comme espace de mobilisation et, à ce titre, constitue une région choisie par rapport à des régions naturelles ou spontanées. La considérer comme espace d'échanges est certainement pertinent. Tout dépend cependant du registre dans lequel on se situe. Peut-on en parler comme d'un espace de solidarité ? La réponse est beaucoup plus incertaine. Pour envisager la notion de région au sens d'un espace constituant une communauté, on se référera utilement au concept de sécurité sociétale2 qui fournit un début de réponse pour étudier les préoccupations, angoisses, appréhensions qui accompagnent de part et d'autre les espérances, réelles, entourant le projet de partenariat.

12Le facteur spatial, c'est-à-dire la proximité, n'est pas automatiquement producteur d'une région. Dans le domaine stratégique et militaire, la proximité est le facteur déterminant selon lequel les États doivent chercher à établir un équilibre ou un modus vivendi avec les pays environnants, et les transformations stratégiques du système international peuvent exercer dans ce domaine une impulsion décisive. Dans le domaine sociétal en revanche, le facteur spatial n'implique pas nécessairement une identité partagée ou une aire de solidarité. Dans le cas des pays riverains de la Méditerranée tout particulièrement, le clivage ou la fracture passe le long d'une ligne qui oppose au Nord et au Sud deux univers socioéconomiques et culturels. L'espace méditerranéen ne se définit pas comme un ensemble se distinguant d'autres régions, il est au contraire une zone d'intersection entre plusieurs régions.

13Le concept de sécurité sociétale prend pour critère organisateur l'identité et définit la sécurité en termes sociétaux. Le nous, communauté, quelle qu'elle soit, définit des évolutions ou des événements comme menaçant la survie de la communauté. Cette communauté qui forme le nous n'est pas l'État-nation. Même si des facteurs objectifs la déterminent partiellement, elle est essentiellement définie de manière subjective ; il s'agit d'une « communauté imaginée », d'une auto construction du groupe. Et celui-ci ainsi défini, identifie ou construit les facteurs qu'il estime menaçants pour son existence identitaire ; la menace telle qu'elle est perçue contribue à son tour à la reproduction et la consolidation du nous. Parmi ces menaces, on cite le plus souvent :

14Les migrations, qui provoquent chez un groupe sociétal donné une inquiétude de se voir submergé et son identité diluée par l'arrivée massive d'éléments d'un autre groupe.

  1. La compétition horizontale, c'est-à-dire la pénétration du groupe par un modèle étranger – situation où le groupe, même s'il est physiquement stable, change ses modes de vie, de pensée, ses valeurs à cause de l'influence irrésistible d'un autre groupe. Le processus de mondialisation/américanisation en est l'exemple type. Les hauts responsables politiques et d'éminents intellectuels en France ont exprimé leurs craintes pour la survie du modèle français qui se verrait menacé par un autre modèle d'universalité, celui des pays anglo-saxons, appuyé sur une prééminence économique et une puissance linguistique se traduisant par une domination culturelle.

  2. La compétition verticale, enfin, où le groupe sociétal cesse de se percevoir comme une communauté par l'effet soit d'un projet intégrationniste, soit d'un projet régionaliste, ou sécessionniste, ou encore par tout autre dessein particulariste qui attire le groupe vers une identité plus large ou plus étroite.

15L'espace méditerranéen est composé d'une multitude de groupes sociétaux, aux prises chacun avec ses incertitudes et angoisses propres. Le projet euro-méditerranéen se trouve incontestablement ralenti et compliqué par les perceptions respectives des différents groupes sociétaux qui sont censés en être les acteurs. Ces menaces, qu'elles aient ou non leur origine dans l'espace méditerranéen, s'expriment et se répercutent au sein de cet espace.

16La Méditerranée n'est pas pour autant un mur. Elle est un théâtre où s'expriment des clivages à deux niveaux. Entre ses riverains d'abord : c'est cette dimension que le projet de Barcelone entend organiser pour la maîtriser. Les impulsions existent et elles sont fortes (flux économiques, commerciaux, financiers, humains qui se sont établis spontanément parce qu'ils sont le résultat de liens historiques). Les logiques mondiales d'intégration régionale, les exigences de la mondialisation sont une autre motivation forte. Le second clivage est celui qui traverse les sociétés de l'intérieur. Cela, le processus de Barcelone ne le traite pas directement, même si l'une des raisons d'être du projet de partenariat est précisément d'apporter des solutions réelles à ce problème.

Les frontières intérieures

17Les pays du sud de la Méditerranée ne relèvent pas exclusivement du champ de l'action extérieure pour les États européens. La différence est notoire lorsqu'on compare ces relations avec celles que l'Europe entretient avec les pays arabes du Golfe, par exemple. Ces derniers représentent des marchés attrayants et sont fournisseurs d'une denrée vitale pour les économies européennes. Ils constituent donc des partenaires de première importance. Mais les Européens n'ont avec eux aucune interaction sociale ou culturelle. Il s'agit de relations entre deux espaces totalement étrangers. D'où une indifférence des gouvernements et des opinions en Europe à l'égard des systèmes politiques en place dans le Golfe et la liberté de manœuvre quasi totale des gouvernements européens pour poursuivre des politiques pragmatiques fondées exclusivement sur leurs intérêts bien compris.

18À l'inverse, les questions politiques et culturelles touchant aux pays du sud de la Méditerranée suscitent un intérêt croissant en Europe. Cela ne signifie pas encore que cette dernière soit décidée à exercer des pressions sur ses partenaires du Sud à propos des questions de démocratisation, de libertés politiques, de droits de l'homme. Néanmoins, la sensibilité croissante des opinions européennes à des questions telles que les droits des femmes en islam, le port du voile et l'islam politique, qui s'expriment à travers des frictions, des crises et des débats intenses, est révélatrice d'une interaction croissante entre sociétés du Nord et du Sud. La Méditerranée est en Europe, au cœur de ses métropoles. Les croyances, les mœurs et les pratiques des sociétés du Sud « interpellent » – si le mot est admis – les sociétés européennes. Cette interaction continuera d'avoir deux conséquences : d'une part, la montée de la xénophobie, du racisme et de l'extrême-droite dans la quasi-totalité des pays européens ; d'autre part, l'intervention grandissante des institutions européennes comme le Parlement européen ou le Conseil de l'Europe qui deviennent plus bruyantes dans leur critique des pratiques politiques en Turquie, au Maroc, en Tunisie ou en Syrie. Ces institutions, qui représentent les opinions publiques européennes, déterminent leur position en fonction des principes et valeurs auxquels elles croient ; elles sont têtues dans leur défense de certains dossiers et leurs prises de position vont souvent à l'encontre de la volonté des gouvernements européens dont les intérêts dicteraient plus d'indulgence dans l'application des principes proclamés.

19Pour l'Europe, la Méditerranée est l'espace d'expansion naturel de son dynamisme économique et commercial, donc la zone privilégiée, avec l'Europe de l'Est, qui lui permettra de stabiliser son environnement pour maximiser ses atouts dans la compétition internationale. L'Europe construit le mythe méditerranéen en y injectant sa vision volontariste et constructiviste qui rappelle le mythe européen, fondateur de l'Europe institutionnelle.

20Ce schéma, et le processus qui l'accompagne, conçu par les pays européens et proposé aux pays du sud de la Méditerranée, rencontre un enthousiasme certain. Ces derniers voient l'Europe comme l'agent de leur intégration dans l'économie mondiale et cette vision est génératrice d'espérances, mais aussi d'appréhensions, ainsi que nous le verrons.

Crispations au Nord

21L'Europe, architecte de la construction euro-méditerranéenne, connaît elle-même des manifestations d'inquiétude de la part des différents groupes sociétaux qui la composent, le plus souvent des nations, elles-mêmes définies par un cadre étatique. Du reste, cette inquiétude participe du même sentiment que celui qui s'exprime face au processus de construction européenne, conçu par les États et les élites au pouvoir. C'est souvent ce qui incite les groupes sociétaux (ici les nations) à vouloir prendre en main directement leur propre reproduction culturelle.

  • 3 Simonetta Taboni, « Le multiculturalisme et l'ambivalence de l'étranger », dans Michel Wieviorka (d (...)

22Les populations du Sud sont déjà au cœur des sociétés du Nord. 10 millions d'immigrés originaires du sud de la Méditerranée vivent dans les États de l'Union européenne. Pour un grand nombre d'entre eux, ce ne sont plus tout à fait des immigrés ; leur comportement socio-économique et leur éloignement du centre de leurs racines culturelles les apparentent davantage à des diasporas. Ils sont demandeurs de participation à la vie de la cité et à la vie politique et constituent à ce titre un vecteur d'interaction forte entre le Nord et le Sud. Leur présence est à l'origine de deux évolutions simultanées et contradictoires : d'une part, une crise des modèles d'intégration qui cause une perte de confiance au sein des sociétés européennes dans la capacité de l'État à gérer les problèmes liés à la présence de communautés immigrées et qui encourage souvent la redéfinition du groupe sociétal dans un sens plus restrictif, au nom de la préservation de sa pureté ; d'autre part, un multiculturalisme qui fait, bon gré mal gré, son chemin même s'il se construit à travers des crises et des phases de crispation. Il s'agit d'une évolution lente et parfois turbulente, mais il y a fort à parier qu'elle est aussi inexorable que le processus de modernisation/occidentalisation qui a pénétré les sociétés du Sud avec, là aussi, la réaction de rejet que représente le mouvement islamiste. La modernité asiatique, par exemple, a puisé dans son propre passé pour se construire, en affirmant son opposition à l'Occident, mais aussi en réussissant à assimiler pour une large part la culture occidentale et un certain métissage particulier. Cependant, il est plus difficile de préconiser un tel métissage comme objectif lorsque celui-ci est perçu, au sud de la Méditerranée, comme une « contamination » par les valeurs occidentales et au nord, comme une altération de l'identité et de la cohésion de la société. Les relations culturelles sont des phénomènes complexes, tendues entre les deux pôles de la domination et du métissage. « Ce qui semble à première vue des polarités opposées, l'aversion envers l'étranger et l'attrait qu'il inspire, sont en réalité les deux faces d'un même phénomène : la présence simultanée, vitale pour le développement de tout groupe humain, du besoin de fermer et du besoin d'ouvrir les frontières de l'identité »3 qui se forme au contact de l'autre.

23En effet, le débat demeure schématique et réducteur tant que l'on évoque les facteurs qui menacent l'identité collective comme si celle-ci était une sphère aux contours nettement tracés, à l'intérieur de laquelle régnerait une harmonie souveraine, un ordre qui s'oppose au désordre extérieur. L'étranger, dans cette conception, est un intrus qui vient troubler cette harmonie. On oublie que les identités culturelles sont elles-mêmes un assemblage d'éléments non homogènes et qu'elles ne sont pas, en outre, des structures fossiles ou statiques mais bien plus un processus évoluant à travers l'histoire. L'étranger, à son tour, ne représente pas davantage une altérité cohérente et compacte. Il s'imprègne de la société dans laquelle il vit autant qu'il déteint sur elle. C'est, en définitive, la façon dont est vécu ce processus de part et d'autre qui est déterminante.

Espérances et appréhensions au Sud

  • 4 Martin Kramer, « The Middle East, Old and New », Deadalus, printemps 1997, vol. 126, n° 2, p. 89-11 (...)

24Dans le monde arabe, le concept de « méditerranéisme » est aujourd'hui au centre d'un débat qui prend un caractère idéologique et existentiel. À bien des égards, le projet semble moins menaçant que celui de « moyen-orientalisme ». L'option méditerranéenne présente d'abord l'avantage de décentrer les États-Unis de leur rôle trop prépondérant. Le partenariat avec l'Europe est le projet qui est susceptible de sauver le monde arabe de l'hégémonie exclusive dans laquelle les États-Unis voudraient l'enfermer et offre l'espoir d'un certain équilibre des puissances dans la zone, améliorant ainsi la marge de manœuvre des pays arabes à l'égard d'Israël. Ce dernier n'apparaît plus comme un géant économique mais comme un partenaire parmi d'autres, contrebalancé par les pays européens4.

25Le projet méditerranéen est donc perçu comme un instrument pour combattre son concurrent, le projet de coopération au niveau du Moyen-Orient, qui place Israël au centre du processus de développement régional, qui veut organiser la région en fonction des intérêts américains et israéliens, et vise à diluer l'identité arabe de la région et à déposséder les pays arabes de la maîtrise de leur destin.

26Le projet méditerranéen paraît donc plus respectueux de l'identité arabe de la rive sud, des intérêts des pays arabes (notamment en raison de la position européenne dans le conflit israélo-arabe et sur la question palestinienne), mais aussi de leur liberté. L'espace méditerranéen apparaît comme un espace non coercitif à l'intérieur duquel les pays pensent pouvoir choisir de prendre ce qu'ils souhaitent et laisser ce qu'ils ne veulent pas. La construction d'une zone dotée d'institutions inspirées du modèle communautaire européen séduit largement les élites gouvernantes des pays arabes même si ces institutions et leur fonctionnement sont très souvent mal compris. Enfin, ce qui est proposé aux pays du Sud, c'est de sortir du rôle dérisoire et humiliant où ils se partagent les miettes de ce que le monde développé leur laisse pour entrer de plain-pied dans le « monde mondialisé ».

27Dans le même temps, cependant, le projet de partenariat est source de beaucoup d'appréhensions, voire d'angoisses : d'abord, parce que l'Europe apparaît précisément dans le rôle d'agent d'intégration des pays du Sud dans la dynamique de mondialisation, les appréhensions à l'égard des exigences de cette mondialisation se cristallisent sur le projet de partenariat. Il condamne l'organisation économique à l'échelle de l'État-nation comme non pertinente et appelle à dépasser ce cadre. Or ceci intervient au moment où les États déploient beaucoup d'efforts pour réimposer une cohésion nationale menacée par la vivacité des identifications infra-nationales (régions, ethnies, communautés religieuses, etc.) et supra-nationales (notamment islamiste). Cette dernière forme de contestation puissante, qui condamne elle aussi le cadre national comme non pertinent et invite à son dépassement, entend définir des frontières culturelles hermétiques entre les deux rives et suggère un projet dont l'esprit est à l'opposé de tout ce que préconise le projet méditerranéen en termes d'ouverture et d'imprégnation mutuelle des deux rives. Or ce projet islamiste est actuellement et pour quelque temps encore, un puissant concurrent du projet méditerranéen au sein des sociétés arabes pour la conquête des esprits et des cœurs.

  • 5 M. F. Durand, J. Lévy & D. Rétaillé, « Le Pacifique introuvable », Le monde, espaces et systèmes, P (...)

28Ensuite, parce que les exigences du partenariat impliquent des transformations considérables des structures socio-économiques, et politiques. Le partenariat est un appel de l'Europe aux pays du Sud pour qu'ils engagent maintenant ces efforts et pour qu'ils commencent aujourd'hui à payer le prix nécessaire pour pouvoir constituer demain une région capable de se hisser au rang d'acteur de la scène mondiale. Tous sont conscience que ce prix est prohibitif. La Méditerranée est ce continent liquide », selon cette jolie formule employée pour illustrer la densité du réseau d'échanges entre ses riverains, mais qui sépare un Nord riche et hautement développé d'un Sud pauvre et mal développé. La construction de passerelles saines entre ces deux pôles aura un coût très élevé. Même lorsqu'elle réussit, comme c'est le cas en Asie du sud-est, la construction d'un espace économique régional s'accompagne souvent d'une exacerbation des mouvements identitaires, comme si les liens économiques se cherchaient un sens, lequel ne peut être formulé qu'en termes culturels5.

29Enfin, parce que le sud de la Méditerranée est principalement arabe et musulman et s'identifie spontanément à une communauté arabe et musulmane plus vaste. Lorsque le concept de méditerranéisme est envisagé en termes identitaires, il paraît plus problématique parce que les pays arabes insistent avant tout sur le fait qu'il ne peut constituer une alternative à leur identité arabo-musulmane. C'est pourquoi les pays arabes méditerranéens doivent encore parvenir à la conviction que le projet méditerranéen peut être le cadre de définition d'une nouvelle communauté, d'un nous qui serait susceptible de transcender les clivages autour desquels s'ordonne jusque-là l'action des États. Une telle conviction nécessite une préparation en vue d'abaisser les barrières mentales, ce qui prendra du temps, aussi bien pour les pays du Sud que pour l'Europe. L'obstacle toujours irréductible est celui de l'hostilité à l'égard d'Israël qui continuera pour longtemps encore d'empêcher la définition d'un nouveau nous (de même, bien que de manière différente, que les rivalités entre puissances arabes), mais peut-être plus important encore, parce qu'il serait déraisonnable, voire dangereux, de chercher à construire ce nous autour de l'objectif d'imitation par les pays du Sud de ce que fait le Nord. Il ne s'agit surtout pas pour les pays européens d'encourager ceux du Sud à devenir comme eux et de faire leur éloge lorsqu'ils s'efforcent d'aller dans ce sens. En l'occurence, la tentation est forte chez les Européens d'adopter plus ou moins consciemment une telle attitude.

30Le Sud voit, en effet, une contradiction dans l'attitude des pays européens (gouvernements et sociétés) qui préconisent le développement d'un espace d'échanges culturels tandis qu'ils invitent les immigrants désireux de s'intégrer chez eux à se départir des valeurs constitutives de leur identité d'origine. Ceci est particulièrement vrai de la France en raison de sa conception de l'intégration et de la citoyenneté.

31Plus concrètement, les pays du Sud ressentent, à travers l'expérience de leurs concitoyens ou compatriotes résidant dans les pays du Nord, le malaise européen qui se cristallise autour des communautés immigrées mais qui les dépasse. Au-delà des distinctions clôturantes entre les « établis » et les « nouveaux venus,», le malaise est devenu plus largement un syndrome de l'exclusion qui frappe des franges de plus en plus importantes des sociétés européennes et qui induit les réactions de peur et la tentation d'élever des barrières. Plus les « inclus », ceux qui se trouvent une fonction dans le système socio-économique, se sentent fragiles ou précarisés, plus ils cherchent à protéger cet « intérieur » sécurisant. N'entre pas qui veut dans la citadelle et celle-ci est de plus en plus difficile d'accès. La sélection devient alors le seul mode de protection vis-à-vis de l'extérieur, de l'ordre vis-à-vis du désordre. L'extérieur, ce ne sont pas seulement les étrangers, ce sont ceux que la mécanique rejette parce qu'ils ne sont pas assez « performants » ; mais ce sont a fortiori les immigrés aux pratiques sociales trop visibles, prétendant à la même citoyenneté qui leur est en réalité de moins en moins accessible parce que définie chaque jour de façon plus restrictive.

32On perçoit là le développement de frontières internes qui se sont érigées en Europe ; tout comme on constate la difficulté chez les sociétés du Sud à dépasser les frontières identitaires.

33Le projet euro-méditerranéen ne pourra pas non plus se construire sur la base d'une seule identité ou appartenance exclusive. Tout comme les pays du Nord entendent cumuler identité européenne et méditerranéenne, ceux du Sud sont aussi susceptibles de faire des choix de solidarités multiples sans que ceci ne représente forcément un obstacle au développement d'un espace commun. Le Maghreb et le Proche-Orient constituent une mosaïque – formule cliché mais qui demeure vraie. Il est donc probable que cet ensemble au sud de la Méditerranée ne s'identifiera pas à un seul projet, que ses populations choisiront des voies variées. L'intégration régionale en Asie n'a pas été handicapée par la faiblesse, voire l'absence de valeurs communes et l'extrême polymorphisme des systèmes politiques. Le risque réel cependant réside davantage dans un développement économique et social à plusieurs vitesses à l'intérieur de chaque pays et au sein de chaque société du sud de la Méditerranée, entre certaines régions transnationalisées vers lesquelles affleuraient les investissements, les technologies et les opportunités d'emploi grâce à l'intégration régionale, et des régions tournant au ralenti et portant tout le fardeau du développement inégal, en d'autres termes, l'apparition de frontières internes dans les pays du Sud comme conséquence du partenariat.

  • 6 Driss el-Yazami, « Une saignée lente », Études, avril 1996, p. 483-485.
  • 7 Fethi Benslama, Une fiction troublante. De l'origine au partage, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Au (...)

34Mais le projet euro-méditerranéen est aussi, dans une large mesure, un révélateur de la crise civilisationnelle que traverse le Sud. Tandis que les sociétés européennes se diversifient culturellement et s'enrichissent – même si c'est à leur corps défendant – celles du Sud voient le pluralisme s'assécher chez elles et le tissu social s'anémier6. Le projet euro-méditerranéen a ceci de problématique que l'Occident n'est pas seulement un « dehors » pour les musulmans, mais « le terme actuel d'un conflit interne »7. De ce point de vue, il constitue un défi formidable et fascinant car il s'agit d'un espace où se joue en grande partie le destin de la modernité. Si la conciliation de l'affirmation identitaire et d'une nouvelle universalité – qui reste à inventer – se fait, peut-être verra-t-on émerger une modernité planétaire qui ne serait pas uniquement une production occidentale. Mais pour l'heure, le conflit est loin d'être résolu. Il est au cœur du malaise arabe.

35La fuite des cerveaux du Sud vers le Nord est certes motivée par l'attrait des revenus escomptés mais aussi par la crise du modèle socio-politique qui caractérise la majorité des États du Sud. Le fait que l'État au Sud soit de plus en plus incapable d'assurer les besoins vitaux de sa population produit deux types de comportements : l'émigration pour gérer son avenir de manière individuelle sans compter sur aucun pouvoir ; ou la contestation plus ou moins violente, qui s'exprime le plus souvent sous la bannière de l'islam. Il est vrai que, par-delà le discours humaniste et généreux autour du partenariat, la réglementation de l'immigration est une raison majeure, sinon la plus déterminante, du projet.

  • 8 Martin Kramer, article cité (4).

36L'ironie est que l'Occident, après avoir gagné la guerre froide, préfère laisser la Turquie « dériver vers l'Islam et l'islamisme plutôt que de voir de nouveaux migrants turcs dériver vers les cités européennes »8. Il reste que le projet est objectivement prometteur, même dans sa dimension que l'on dénonce comme hypocrite parce qu'implicite et inavouée : celle d'arrêter les flux migratoires. Personne ne niera qu'il est vital pour les sociétés du Sud qu'elles puissent conserver leurs forces vives. L'émigration est en grande partie aussi un échec car elle prive ces sociétés de ressources humaines précieuses pour leur développement et affecte leurs valeurs dans un sens qui n'est pas toujours celui d'une occidentalisation positive mais souvent un phénomène vécu comme une aliénation culturelle et psychologique.

Les conditions du succès

  • 9 Matteo Gianni, « Les liens entre citoyenneté et démocratie sur la base du débat Libéraux-Communauta (...)

37Le succès du projet de création d'un partenariat euro-méditerranéen dépendra en grande partie des moyens financiers que l'Union européenne consentira à consacrer pour assister les économies des pays du Sud, de l'intérêt des élites dirigeantes pour cette région et de leur engagement politique à soutenir et défendre les dossiers méditerranéens, mais peut-être plus encore de la réussite des processus d'intégration des communautés immigrées issues des pays du sud de la Méditerranée. C'est en parvenant à intégrer dans le tissu social et le corpus de valeurs européennes les éléments culturels, religieux, sociaux dont sont porteurs les immigrés du Sud que le dessein méditerranéen de l'Europe gagnera en crédibilité. Le défi pour l'Europe est dans le choix de sociétés ouvertes favorisant l'intégration sans forcer à l'assimilation, au sein desquelles les demandes culturelles sont articulées par des acteurs sociaux et politiques aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur des frontières. On dénonce trop facilement en Europe les excès du « politiquement correct » des États-Unis qui a reflué, il est vrai, au profit d'un multiculturalisme radical exaltant le primordial et l'authentique. Mais la solution n'est pas non plus de camper sur un universalisme abstrait au nom duquel on se fait un devoir d'ignorer et d'effacer artificiellement les particularismes. Il y a du vrai dans cette formule qui dit « dans les années à venir la démocratie sera multiculturelle ou ne sera pas »9. Elle implique l'acceptation d'une évolution par laquelle les frontières de l'entité politique ne coïncident plus forcément avec des frontières culturelles, que des identités hybrides puissent se construire à partir de liens supra-nationaux sans que cela ne mette en cause l'unité du corps politique.

38La création d'un espace de coresponsabilité pour gérer positivement le contact entre le Nord et le Sud est la seule alternative contre les tentations du monde arabe de se replier, de se soumettre ou de se révolter.

39Dans cette optique, il est nécessaire que l'Europe développe une politique arabo-musulmane qui soit à la fois extérieure et intérieure, qu'elle prenne en compte les courants de transnationalité économiques, humains et culturels et gère les populations musulmanes installées au sein de l'Union en préservant les liens avec leur pays d'origine. La réussite de l'un dépend étroitement de la réalisation de l'autre.

40La définition d'un cadre délimitant un espace euro-méditerranéen restera vague et incertaine longtemps encore et les échanges économiques, aussi intenses soient-ils, ne suffiront pas à le consolider. Son émergence dans le système international comme un sous-ensemble pertinent dépendra beaucoup de la capacité des différents pays à trouver des compromis durables aux clivages qui s'expriment à l'intérieur de leurs frontières et à effacer les antagonismes que nous avons mentionnés. C'est en cela que le Partenariat euro-méditerranéen est un enjeu de société.

Notes

1 Marie Claude Smouts, « Les recompositions territoriales : la région comme nouvelle communauté imaginaire ? », congrès paneuropéen de relations internationales, 13-16 septembre 1995.

2 Ce concept est développé par Barry Buzan, Ole Weaver & Jaap de Wilde, Environmental, Economic and Societal Security, Working Papers, n° 10/1995, Copenhague, Center for Peace and Conflict Research.

3 Simonetta Taboni, « Le multiculturalisme et l'ambivalence de l'étranger », dans Michel Wieviorka (dir.), Une société fragmentée, Paris, La Découverte, 1996, p. 227-250.

4 Martin Kramer, « The Middle East, Old and New », Deadalus, printemps 1997, vol. 126, n° 2, p. 89-112.

5 M. F. Durand, J. Lévy & D. Rétaillé, « Le Pacifique introuvable », Le monde, espaces et systèmes, Paris, Presses de la FNSP et Dalloz, 1993, p. 261-304.

6 Driss el-Yazami, « Une saignée lente », Études, avril 1996, p. 483-485.

7 Fethi Benslama, Une fiction troublante. De l'origine au partage, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, 1994.

8 Martin Kramer, article cité (4).

9 Matteo Gianni, « Les liens entre citoyenneté et démocratie sur la base du débat Libéraux-Communautariens. Réflexions autour de la démocratie culturelle », Études et recherches, Université de Genève, 1994.

Auteur

IFRI/Fondation Ford

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable