Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

Les acteurs égyptiens face au partenariat

Une vision libérale du partenariat euro-méditerranéen

Wahid Abdel Megid

Texte intégral

1L'histoire des relations entre les différents pays de la Méditerranée témoigne d'un enrichissement mutuel entre les Arabes et les Européens. Si l'influence du Nord est aujourd'hui dominante, le Sud et l'Est ont également joué un rôle dans ces interactions autour de la Méditerranée. Alors que les parties européenne et arabe ont aujourd'hui chacune intérêt à consolider leurs liens réciproques, les relations pourraient à l'avenir revêtir une ampleur sans précédent comme dans le cadre défini en novembre 1995 lors de la conférence de Barcelone. L'appartenance de l'État israélien, ni arabe ni vraiment européen, au nouveau contexte de relations de ces deux pôles ne diminue en rien l'importance et l'intérêt de celui-ci. En effet, la place d'Israël dans le Partenariat euro-méditerranéen n'est nullement comparable au rôle central que lui confère les projets de coopération au niveau du Moyen-Orient, soutenus par les États-Unis. De plus, la Méditerranée est un cadre régional naturel, sous-tendu par une longue histoire faite d'interactions, basées tantôt sur le conflit tantôt sur la coopération. Quant à l'Égypte, elle est partie intégrante de la Méditerranée, ainsi que l'atteste la ville d'Alexandrie. L'ancien secrétaire général des Nations unies, Boutros-Ghali, remarquait à ce propos que plus l'Égypte prenait conscience de la Méditerranée, plus elle prenait également conscience du rôle qu'elle pouvait jouer sur le plan international.

2Nous limiterons cette contribution à l'étude des dimensions politiques du Partenariat euro-méditerranéen tel qu'il a été formulé lors de la conférence de Barcelone en novembre 1995. Nous insisterons sur les bénéfices que les parties arabes peuvent espérer en retirer, particulièrement en ce qui concerne la démocratie et les droits de l'homme.

Le Partenariat et les thématiques politiques et sécuritaires

3Dans le but d'établir « un espace commun de paix et de stabilité », la déclaration de Barcelone associe dans un même volet le partenariat politique et le partenariat relatif à la sécurité. Rien ne justifie pourtant la liaison entre ces deux domaines : alors que la coopération doit être mise en œuvre le plus rapidement possible dans le premier, elle doit être ajournée dans le second jusqu'à l'aboutissement du processus de paix israélo-arabe. En effet, tant que celui-ci n'aura pas réalisé de progrès véritables, l'adhésion d'Israël au Partenariat euro-méditerranéen posera problème. Dans l'état actuel des choses, les parties arabes ne peuvent concevoir de participation israélienne à une coopération portant sur la sécurité. Pourtant, les dispositions de la déclaration de Barcelone relatives à la sécurité régionale présentent des avantages pour les parties arabes : la déclaration insiste sur l'interdiction des armes nucléaires, chimiques et biologiques et invite les partenaires à signer les traités relatifs à cette question, tels que le Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP) auquel Israël refuse toujours d'adhérer. Elle fait également référence à la nécessité d'étudier les moyens d'établir la confiance et la sécurité entre les partenaires. On peut comprendre que les Européens aient un intérêt dans la stabilité d'une région qui, au sud de leur continent, pourrait constituer une menace. Mais la question de la sécurité, tant à l'Est qu'au Sud, est si complexe qu'elle requiert une approche vigilante et circonspecte de la part des pays du Nord. La conférence de Barcelone insiste sur la lutte contre le terrorisme, les dangers occasionnés par le trafic de drogue et le crime organisé. Mais de telles dispositions impliquent avant tout la résolution du principal problème qui entrave la coopération en matière de sécurité en Méditerranée, à savoir la participation d'Israël avant même que le processus de paix n'ait réalisé de réels progrès. En ce qui concerne la sécurité, le Partenariat doit donc se limiter à un accord sur l'élimination des armes de destruction massive et plus particulièrement des armes nucléaires.

La démocratie, un constituant fondamental du Partenariat

4La dimension politique du Partenariat renvoie inévitablement à la question de la démocratie et des droits de l'homme, devenue aujourd'hui une référence incontournable par rapport à laquelle tout acteur international doit se situer. La déclaration de Barcelone est, sur cette question, le produit d'âpres discussions dues aux désaccords entre les différents États signataires. Les divergences reposent principalement sur les déséquilibres du développement démocratique entre États du pourtour méditerranéen ainsi que sur l'obstination de la plupart des régimes arabes méditerranéens à ne pas respecter les droits de l'homme et à ne pas mettre en œuvre de réel processus démocratique.

5Les différentes parties présentes à Barcelone se sont finalement entendues sur le compromis suivant : le texte fait référence à la démocratie et au respect des droits de l'homme, mais il reconnaît également à chaque État le droit de choisir le régime politique, social et juridique qu'il juge approprié. Une telle réserve peut justifier la présence de régimes entièrement ou partiellement autocratiques comme c'est le cas dans des pays arabes du sud et de l'est méditerranéen. Le respect des spécificités de chaque société peut être un prétexte supplémentaire pour légitimer la violation des droits de l'homme.

6Les Européens ne doivent pas se laisser intimider par un discours arabe qui n'a pour autre objectif que de faire admettre les situations non démocratiques de la majorité des pays arabes, et de les justifier par une argumentation en terme de spécificité ainsi que par le rejet de ce qui est considéré comme une tutelle européenne dans le domaine démocratique. Cela ne signifie pas pour autant que les Européens doivent imposer leur façon de voir et surtout de vivre la démocratie, d'autant plus que le Partenariat est fondé sur la coopération et non sur la contrainte. Cependant, il est certainement possible de parvenir à une formule qui permette de traiter cette question suivant une approche non contraignante et progressive.

7Cette formule pourrait prendre modèle sur la Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). Les différences entre les régimes de l'Europe de l'Est et de l'Ouest étaient alors nettement plus importantes que celles qui existent aujourd'hui entre les États du pourtour méditerranéen. Pourtant, la question de la démocratie s'est imposée dans les travaux de la conférence avant même que l'Europe de l'Est ne se soit libérée des régimes totalitaires à la fin des années quatre-vingt et avant même que ne paraisse, en novembre 1990, la charte de Paris pour une nouvelle Europe. Celle-ci consacrait un certain nombre de principes reconnus par la CSCE, avant même l'avènement des mutations géopolitiques de l'Europe de l'Est. Lorsque ces dernières advinrent, les différentes parties purent alors s'entendre sur la nécessité d'un engagement fondamental à la fois vers la démocratie et l'économie de marché, les deux étant perçues comme liées. Cette charte de la nouvelle Europe énonçait clairement que la libre volonté de l'individu, protégée par la loi et se reflétant dans la démocratie, est le fondement nécessaire à un développement économique et social réussi ; cette libre volonté et la liberté politique constituent de plus deux éléments indispensables au développement de l'économie de marché, du bien-être social et à la bonne utilisation des ressources économiques. Toute coopération régionale fructueuse doit d'ailleurs aujourd'hui s'appuyer sur ces fondements, qui reflètent des principes actuellement reconnus et valorisés à l'échelle internationale.

  • 1 Durant la crise algérienne, la France a choisi d'appuyer l'arrêt du processus électoral afin d'empê (...)

8À l'inverse, la structuration du Partenariat euro-méditerranéen sans véritable dimension démocratique vouerait celui-ci à l'échec. Ainsi, il ne doit pas être bâti sur le modèle de la relation que la France entretient avec l'Algérie par exemple, qui se résume au soutien à un régime non démocratique1. Afin que le Partenariat puisse jouir d'un large soutien, en particulier populaire, il ne faut pas non plus reproduire l'expérience des États-Unis. Ceux-ci soutiennent des régimes non démocratiques sans mettre les réformes politiques de ces pays au centre de leurs intérêts. L'Europe ne doit pas s'aligner sur la perception américaine selon laquelle la démocratisation du monde arabe aurait des répercussions négatives sur ses intérêts. Une étude récente réalisée par le Centre d'études arabes contemporaines de l'université de Georgetown indique que les décideurs américains sont convaincus de longue date qu'en raison du conflit israélo-arabe, les populations arabes sont hostiles aux intérêts américains, qu'elles sont en grande partie opposées au rôle que joue l'Amérique dans la région et qu'elles ne souhaitent pas établir des relations fortes avec Washington. Cette constatation explique en partie l'aversion des Américains à soutenir la démocratisation des pays arabes. Toutefois, une telle vision n'a pas lieu d'être en ce qui concerne l'Europe. En effet, l'Europe à plus à gagner qu'à perdre dans le soutien à la démocratie, le rôle que pourraient jouer les populations dans le cadre du Partenariat allant dans le sens des intérêts européens.

La culture politique et le Partenariat

9Selon une idée largement répandue, la culture politique dominante des pays arabes méditerranéens est incompatible avec la démocratie. Il s'agit d'une explication simpliste mais séduisante de la crise politique à laquelle sont confrontés ces États : l'autoritarisme étatique, le faible taux de participation politique, l'indifférence publique et la faible tradition du dialogue et de la tolérance seraient avant tout le reflet d'une culture politique spécifique. Selon cette conception, la mise en œuvre de tout processus de démocratisation implique la transformation ou du moins la modernisation de cette culture politique. Conformément à la théorie de la modernisation, qui continue a séduire bon nombre d'intellectuels arabes, seule la destruction des structures traditionnelles y compris la culture, pourra permettre aux populations de rompre l'isolement dans lequel les enferme précisément cette culture, d'accepter de nouveaux modes de pensée et de comportement, et d'être ainsi mieux à même de s'orienter vers un véritable Partenariat. Cependant, d'autres facteurs que celui de la culture politique peuvent être mis en avant. La démocratisation est avant tout conditionnée par la fin de l'hégémonie étatique dans le domaine économique qui influe fortement sur la nature du régime politique. Les pays du sud de la Méditerranée connaissent actuellement une transformation qui va dans ce sens, même si elle est lente.

10Le rôle des élites politiques et culturelles dans le processus de démocratisation n'est pas non plus à négliger. S'il est vrai que la culture politique démocratique est nécessaire pour opérer un tel changement, c'est au sein des élites tant politiques que sociales que celle-ci doit avant tout se propager, pour ensuite se transmettre progressivement à l'ensemble de la population. C'est l'établissement d'un régime démocratique qui façonnera la culture politique populaire et non l'inverse, car les institutions démocratiques favorisent la participation à la vie politique, à l'action publique et à la concurrence pacifique.

  • 2 Ce dernier, qui aimait à se qualifier de transméditerranéen, a largement contribué au rapprochement (...)

11L'histoire témoigne de tant de déplacements, de brassages et d'échanges entre les deux rives, qu'il semble difficile de parler d'oppositions irréductibles entre les cultures du nord et du sud de la Méditerranée. Si l'époque de la renaissance européenne marque une rupture, on ne peut pas pour autant en conclure aujourd'hui a l'existence d'une contradiction fondamentale sur le plan culturel entre le Nord et le Sud. L'hypothèse d'une culture ou d'une civilisation méditerranéenne commune est également exagérée et abusive, elle n'est cependant pas sans fondement ainsi que l'attestent les ouvrages de Taha Hussein, L'Avenir de la culture en Egypte (1938), de René Habachi al-Ashqar, Notre civilisation à un tournant (1960) et d'autres œuvres d'éminents intellectuels européens, tels que Fernand Braudel, Albert Camus et Jacques Berque2. La démocratie est un des meilleurs moyens pour œuvrer en faveur d'un rapprochement culturel, car elle permet une compréhension sans précédent et peut, de ce fait, être la base d'une coopération méditerranéenne.

Le Partenariat et la multipolarité de l'ordre mondial

12Le Partenariat euro-méditerranéen est un instrument visant à consolider la position de l'Europe dans la région du sud et de l'est de la Méditerranée, voire à affirmer la place de celle-ci dans le processus de formation d'un nouvel ordre mondial multipolaire. C'est pourquoi certains considèrent que le Partenariat méditerranéen tend à concurrencer les différents projets de coopération au niveau du Moyen-Orient et plus spécifiquement les conférences pour la coopération économique entre les pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.

13S'il nous paraît contradictoire d'opposer les projets de coopération au niveau du Moyen-Orient – qui seraient sous emprise américaine ou israélo-américaine – au Partenariat euro-méditerranéen -impulsé par l'Europe – il n'en reste pas moins que le Partenariat est un élément qui peut contribuer à l'établissement d'un ordre mondial multipolaire. Une telle évolution nécessiterait toutefois que le Partenariat se révèle efficace et influent, ce qui ne peut véritablement se réaliser sans l'appui des peuples concernés et donc l'existence d'une dimension démocratique. Or, de tels développements sont loin d'être confirmés aujourd'hui. Les parties arabes refusent que la démocratie puisse être un élément constitutif du Partenariat ; certains États européens approuvent ce refus tandis que d'autres se voient obligés de l'accepter. Les ambitions du Partenariat, même sur le plan économique, pourraient de ce fait être ruinées. En effet, l'établissement progressif, d'ici 2010, d'une zone de libre-échange ne saurait se réaliser sans le secteur privé ; or le développement de celui-ci dans les pays arabes du bassin méditerranéen est tributaire du climat de liberté économique, mais aussi politique...

14Le projet euro-méditerranéen a des fondements plus solides que ceux des conférences pour la coopération économique entre les pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord en raison, d'une part, de l'existence d'accords bilatéraux le structurant et, d'autre part, de fortes incitations économiques l'accompagnant. Toutefois, la faiblesse de la dimension démocratique ne permettra pas d'atteindre les objectifs envisagés et d'aboutir aux résultats escomptés.

Notes

1 Durant la crise algérienne, la France a choisi d'appuyer l'arrêt du processus électoral afin d'empêcher le FIS (Front islamique du salut) d'accéder au pouvoir, ce qui est contraire à la démocratie. Quelle que soit l'ampleur des problèmes que suscite l'islam politique dans plusieurs États du sud et de l'est méditerranéen, rien ne justifie le soutien à des régimes non démocratiques.

2 Ce dernier, qui aimait à se qualifier de transméditerranéen, a largement contribué au rapprochement culturel entre les deux rives et à sa mise en valeur en dépit du gouffre qui les sépare depuis le xviie siècle ; gouffre qui selon lui pouvait être comblé.

Auteur

New Civic Forum

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable