Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

Les acteurs égyptiens face au partenariat

Le Partenariat euro-méditerranéen vu par l'opposition égyptienne

Névine Moss'ad

Entrées d'index

Mots clés :

accords économiques, Égypte

Texte intégral

  • 1 Au sujet de l'évolution de la politique méditerranéenne, voir Nadia Mustafa, « al-Mashrû' al-mutawa (...)

1Le projet de Partenariat euro-méditerranéen tel qu'il a été approuvé à la conférence de Barcelone les 28-29 novembre 1995 n'a rien de commun avec le concept culturel de la Méditerranée dont les racines remontent très loin dans l'histoire et qui est fondé sur l'encouragement de la fusion des idées et des civilisations des pays et des peuples méditerranéens. Il succède à la politique méditerranéenne rénovée mise en œuvre en 1989. Entre le début des années soixante-dix et la fin des années quatre-vingt, on peut distinguer deux phases dans les relations impulsées par l'Europe communautaire vis-à-vis des pays du sud de la Méditerranée1. Bien qu'elles correspondent toutes les deux à une même vision de la Méditerranée comme zone d'échanges et cadre de relations, elles diffèrent dans leur approche. La première phase était sous-tendue par une logique exclusivement économique, tandis que la seconde se caractérise par une tentative de mise en œuvre d'une politique plus globale. Celle-ci s'articule autour de trois volets : un volet politique et de sécurité, un volet économique et financier et un volet social, humain et culturel. Elle tire profit des insuffisances de la première expérience principalement dues à une trop grande focalisation sur le domaine économique...

2Les deux phases se différencient également dans la délimitation géographique des pays partenaires. Avec le Partenariat, l'Union européenne (UE) a opté pour une vision élargie de son environnement au Sud, englobant l'ensemble (ou presque) des pays méditerranéens.

3Ainsi, un pays comme la Syrie a-t-il été invité à la conférence de Barcelone. Les deux phases divergent en dernier lieu par la nature des relations proposées par l'Europe communautaire à ses partenaires : à une formule de simple coopération et coordination succède celle d'un véritable partenariat. Reste à savoir si cette évolution des termes a ou pourra avoir une traduction concrète dans les faits, mais il s'agit d'une autre question.

4À partir de cette rapide remise en contexte, il convient de s'intéresser aux perceptions que développent les principaux partis politiques égyptiens vis-à-vis du Partenariat. Notre analyse se structure autour de quatre questionnements principaux :

  • Quelle signification les partis d'opposition donnent-ils au concept de Partenariat ?

  • Quels sont, d'après ces partis, les objectifs poursuivis par le Partenariat ?

  • Comment ces partis évaluent-ils les mécanismes et les procédures d'application du Partenariat ?

  • Comment perçoivent-ils les effets du Partenariat sur l'ordre arabe régional ?

  • 2 200 numéros du bihebdomadaire al-Sha'b, 100 et 110 numéros respectivement de al-Ahâli et al-'Arahî, (...)

5Notre étude porte sur quatre partis d'opposition : le Parti du Travail, le Parti Tagammu', le Parti nassérien et le Parti Wafd. Ceux-ci représentent les principaux courants de l'opposition égyptienne : du courant islamiste au libéralisme en passant par les courants de gauche et nationaliste. Nous avons travaillé sur la production écrite de ces partis et plus particulièrement sur le contenu de la presse leur étant favorable, parue entre janvier 1995 et octobre 19962. Bien que la conférence de Barcelone se soit tenue fin 1995, les accords bilatéraux arrivés à terme entre l'Union européenne d'une part, la Tunisie, le Maroc, Israël et l'Égypte d'autre part, ont fait l'objet d'une renégociation dès le début de la même année. Par ailleurs, la série de réunions préparatoires qui se sont tenues au Caire, à Genève et à Tunis justifie que l'on remonte au début de 1995. La date butoir d'octobre 1996 correspond tout simplement au moment où nous avons entrepris notre étude. Le dépouillement de la presse pendant une année nous semble à la fois nécessaire et suffisant pour analyser les perceptions des partis vis-à-vis de la déclaration finale de Barcelone et de ses trois volets.

Le Partenariat euro-méditerranéen : le concept et sa signification

6Les partis de l'opposition ont émis de fortes réserves quant à l'utilisation du terme « Partenariat euro-méditerranéen » pour caractériser les relations entre les pays membres de l'UE et les pays arabes. Ces réserves portent à la fois sur le concept de partenariat et le terme méditerranéen.

  • 3 Mona Yasin, « al-Sharâka al-'arabiyya al-ûrubbiyya : taba'iyya iqtisâdiyya wa siyâsiyya aksar minha (...)
  • 4 Hasan Al-Qamhâwi, « Al-ittihâd al-ûrubbi yarfudu idkhâl ta'dîlât gawhariyya 'ala al-ittifâqiyya (al (...)

7L'opposition égyptienne considère que le concept de partenariat est trompeur puisque les relations euro-méditerranéennes ne sont pas, en réalité, fondées sur l'égalité mais sur la dépendance et l'assujettissement des pays arabes à l'UE. Le Parti du Travail note à ce sujet l'écart entre l'aide européenne à destination des pays de l'Europe de l'Est considérés comme des partenaires à part entière (10 $ par an et par habitant)3, et celle accordée aux pays arabes, dépréciés (en moyenne 3 $ par an et par habitant)3. Le parti insiste également sur les critères de conditionnalité auxquels l'Union européenne tente de soumettre l'aide : sur le plan politique, celle-ci serait liée a la coopération pour la lutte anti-terroriste et au renforcement de la démocratie et des droits de l'homme ; sur le plan économique, elle serait dépendante des capacités de chaque économie à la rentabiliser ; enfin, contrairement au système précédent suivant lequel l'enveloppe financière de chaque accord bilatéral était indépendante de celle des autres, l'aide accordée au titre du partenariat est puisée dans un fond commun pour tous les pays partenaires4.

  • 5 « Le début des travaux de la conférence de Barcelone », al-Wafd, 28/1 1/1995.
  • 6 Mona Yasin, « Mu'tamar barchelona yastahdif ighlâq ûrubba amâm almuhâjirîn al-muslimîn wa fath abwâ (...)

8Quant au terme méditerranéen, il s'agit, selon les partis de l'opposition, d'une expression vide de sens puisque certains pays méditerranéens ont été écartés du partenariat tandis que nombre de pays non méditerranéens en font partie. Ainsi, la Libye n'a pas été invitée a participer au partenariat pour des raisons arbitraires (les sanctions internationales dont le pays fait l'objet depuis l'affaire Lockerbie). Les quatre partis étudiés dénoncent cette situation, et le Wafd se fait le porte-parole de ce pays qui, face à cet isolement, a violemment attaqué le partenariat, considérant qu'il constituait le meilleur moyen de démanteler la nation arabe, d'imposer la volonté politique et économique du vieux continent et d'imposer Israël au cœur de cette dernière5. À ce propos, le Parti Wafd ainsi que les Partis du travail et nassérien dénoncent l'attitude de la Ligue des États arabes et de la diplomatie égyptienne face au refus européen d'intégrer la Libye6.

  • 7 Ahmad Hassan, « Mu'âdalat al-sûq wal-mu'âdalât al-siyâsiyya, al-qadâya al-'arabiyya al-sa'ba min 'a (...)

9À l'inverse, des pays qui ne sont pas nécessairement riverains de la Méditerranée sont partie prenante du partenariat. Ainsi, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique ou le Danemark y participent au titre de membres de l'UE. Au Sud, la Jordanie, dont l'importance dans le règlement pacifique du conflit israélo-arabe est majeure, est incluse dans le partenariat tandis que la Mauritanie, qui a d'excellentes relations avec Israël a été invitée comme observateur à la conférence de Barcelone7.

  • 8 Mona Yassin, « Mu'tamar barchelona... », op. cit. Pour l'analyse des approches politiques et géogra (...)

10Le Parti du Travail souligne que c'est paradoxalement le critère géographique qui a été avancé pour justifier le refus de la participation des États-Unis au projet. Il semble alors évident qu'il ne s'agit que d'un prétexte permettant de passer sous silence les vraies raisons de ce refus, à savoir l'équilibre des forces euro-américaines8.

Les objectifs du partenariat euro-méditerranéen

11Au vu de la déclaration de Barcelone, six raisons principales semblent justifier le partenariat.

  1. Le désir manifesté par les différents partenaires de mettre en œuvre une coopération globale visant à maintenir et préserver les liens à la fois géographiques et historiques qui les unissent.

  2. Les partenaires estiment que les problèmes politiques, économiques et sociaux dont souffrent les pays tiers méditerranéens représentent à la fois une menace et un défi pour la rive européenne, qu'elle est dans l'obligation de relever.

  3. Au vu de ce qui précède, les partenaires tiennent à mettre en place un cadre multilatéral permanent qui respecte la spécificité de chaque État.

  4. Cette formule multilatérale est considérée comme un cadre parallèle à celui des relations bilatérales qui lient les pays du nord et du sud de la Méditerranée.

  5. Les partenaires méditerranéens se doivent de respecter toutes les autres formules et initiatives visant l'instauration de la paix dans le bassin méditerranéen et le soutien d'un règlement juste et global du conflit israélo-arabe sur la base des décisions des Nations unies, de la conférence de Madrid et du principe de la terre contre la paix.

    • 9 Voir le texte de la déclaration finale de Barcelone sur les changements en Méditerranée.

    Les partenaires sont convaincus de la nécessité de promouvoir les droits de l'homme dans le bassin méditerranéen, d'y développer l'économie et d'encourager les échanges culturels entre ces pays9.

12Au-delà de ces objectifs déclarés, les partis de l'opposition égyptienne tentent de mettre en lumière les objectifs tacites de l'UE et par là-même de repérer les véritables intentions communautaires, autant sur le plan international que régional ou local.

  • 10 Selon le Parti du Travail, c'est dans ce but que la France a renouvelé son adhésion à l'Otan alors (...)

13Sur le plan international, le partenariat constitue un des éléments d'une stratégie communautaire plus large visant à préserver son indépendance vis-à-vis des États-Unis et à asseoir son rôle de puissance internationale naissante. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'UE tente de conférer à l'Otan un caractère européen en instaurant un commandement méditerranéen (dont toute la Méditerranée dépendrait) sous contrôle européen10.

  • 11 Ahmad Hasan, « Mu'âdalat al-sûq... », op. cit.

14Sur le plan régional et plus particulièrement à l'égard du régionalisme européen, les efforts déployés par la France pour impulser le partenariat seraient liés, d'après les partis d'opposition, au souci d'équilibrer l'orientation de la puissante Allemagne unifiée vers l'Europe de l'Est. Selon le Tagammu', cette double orientation, de la France vers le Sud et de l'Allemagne vers l'Est, ne sont pas contradictoires. Bien au contraire, elles se renforcent mutuellement dans le but commun de consolider l'Europe11.

  • 12 « Al-mutawassitiyya wa-l-awsatiyya wa-l-t'attumiyya al-i'lâmiyya » (La politique méditerranéenne, l (...)
  • 13 « Ziyârat Chirac lil-maghrib : munâfasa ûrubbiyya amrîkiya 'ala-l-'arab wa ifrîqiyya » (La visite d (...)
  • 14 « Ziyârat Chirac lil-maghrib : munâfasa ûrubbiyya amrîkiya 'ala-l-'arab wa ifrîqiyya », op. cit.
  • 15 Ahmacl Hasan, op. cit.

15Les questionnements sur le régionalisme méditerranéen portent quant à eux principalement sur la nature et la place du partenariat par rapport aux différents projets visant à favoriser la coopération du Moyen-Orient. Sur ce point, les analyses sont divergentes à la fois entre les partis mais également au sein même de chacun d'entre eux. La tendance majoritaire est cependant de présenter le partenariat comme un préalable à l'instauration d'une coopération au Moyen-Orient. Suivant cette conception, c'est la volonté d'intégrer Israël à la région arabe qui aurait poussé l'UE à élaborer le partenariat. Le Parti du Travail ayant repéré entre le partenariat et les différents projets de coopération au Moyen-Orient des éléments semblables (économie, sécurité, environnement) en conclut que les deux types de coopération sont identiques12. Plus qu'identiques, ces deux types de coopération seraient, pour un autre courant, complémentaires. Le Parti du Travail rappelle que la déclaration de Barcelone, de la même façon que la déclaration faite par Jacques Chirac lors de sa première visite au Maroc en juillet 1995, indique que le partenariat n'entend pas se substituer ou anéantir les autres initiatives visant l'instauration de la paix, de la stabilité et de la prospérité économique dans la région, mais bien plutôt les compléter et les enrichir13. Enfin, un dernier courant, que l'on retrouve dans les différents partis, perçoit beaucoup plus radicalement les deux projets en terme de concurrence. Pour le Tagammu' et le Parti nassérien, la promotion de la coopération régionale entre les pays arabes et Israël dans le cadre du partenariat serait plutôt une alternative aux différents projets de coopération au Moyen-Orient, d'autant plus susceptible d'emporter les faveurs des pays arabes qu'à la différence des autres projets, elle n'est pas parrainée par les États-Unis. La position de la France sur le massacre de Cana au Liban, son attitude vis-à-vis du blocus international de l'Irak et sa position par rapport au processus de paix sont autant d'éléments qui prouveraient que loin d'être similaires, les deux approches américaine et européenne de la coopération régionale sont contradictoires voire conflictuelles14. Certains courants du Tagammu' insistent sur l'antagonisme entre les principes des projets de coopération au Moyen-Orient, fondés sur un règlement politique non équitable et un déséquilibre des forces en faveur d'Israël, et ceux du partenariat euro-méditerranéen en faveur d'une coopération qui respecte, du moins en théorie, les spécificités et les différences des parties et fait miroiter une aide économique et technologique15.

  • 16 Hasan Al-Qamhâwi, « Mu'tamar barchelona : sharâka am taba'iya ? » (La conférence de Barcelone : par (...)

16L'opposition s'intéresse en dernier lieu au niveau interne des pays européens, insistant sur les facteurs qui justifieraient l'intérêt que ceux-ci portent au partenariat. Il s'agit de la relance de l'économie dans les pays de l'UE, de l'arrêt du processus de migration des populations du Sud vers le Nord et de la lutte contre les mouvements islamistes. Le Parti du Travail a largement insisté sur les avantages économiques escomptés par l'Europe, parmi lesquels l'accès aux matières premières bon marché des pays arabes et l'ouverture de nouveaux marchés, comptant 250 millions de consommateurs, aux produits européens manufacturés. Sans compter l'arme que représente l'aide économique et financière à l'égard des pays arabes pour exercer sur eux des pressions politiques16.

17Concernant le problème de l'immigration arabe et musulmane en Europe, le Parti nassérien précise à ce sujet que la vision européenne des immigrés a changé : après les avoir considéré comme des bâtisseurs de son économie au lendemain de la deuxième guerre mondiale, l'Occident les regarde aujourd'hui comme un fardeau et considère qu'ils concurrencent les citoyens européens sur le marché du travail tout en bénéficiant de toutes les garanties sociales offertes par les sociétés où ils vivent. C'est ainsi que la France et l'Angleterre (deux pays à forte immigration) n'accordent que très rarement des permis de travail aux étrangers venus du Sud, poursuivent les travailleurs au noir et mettent des obstacles à la politique de regroupement familial.

  • 17 Voir le compte rendu du colloque qui s'est tenu au Caire sur la sécurité et la coopération européen (...)

18Aujourd'hui, en Europe, le terrorisme et l'islam sont considérés comme les deux éléments d'une même équation. C'est pourquoi, la lutte contre le terrorisme constituerait, en parallèle à la question de l'immigration, un des objectifs centraux du partenariat. Le Parti du Travail rapproche les luttes à l'encontre des islamistes du conflit qui oppose les civilisations musulmane et judéo-chrétienne. Le Tagammu' et le Parti nassérien mettent, quant à eux, l'accent sur l'ambiguïté de la lutte anti-terrorisme telle qu'elle est formulée dans la déclaration de Barcelone. Celle-ci ne donne en effet aucune définition précise de ce qui est entendu par terrorisme, et n'établit pas de normes claires pourtant nécessaires au traitement du problème. De plus, la lutte anticolonialiste, qui est un droit légal, est confondue avec la notion de terrorisme, pratique illégale de la violence ; cette confusion a d'ailleurs amené la Syrie à contester le concept de terrorisme tel qu'il était proposé dans le texte du projet de partenariat17.

Les mécanismes du partenariat : une vision critique

19Les mécanismes proposés par l'UE pour la mise en place du partenariat présentent deux caractéristiques principales : d'une part, la conclusion d'accords d'association entre l'UE et chacun de ses partenaires et, d'autre part, l'établissement de liens multilatéraux dans différents secteurs de coopération visant à favoriser une logique de spill over. Selon les partis d'opposition, le fait que l'UE, en tant qu'entité collective, ait conclu des accords avec chacun des pays arabes séparément, constitue un grave manquement au principe d'égalité et n'est qu'un moyen de pression sur la partie arabe.

  • 18 Mona Yassin, « Al-maghrib yasta'idd li-Mu'tamar barchelona : tashaddud amâm ûrubba wa ta'dîlat dust (...)
  • 19 Hasan Al-Qamhâwi, « Mu'tamar barchelona... », op. cit.

20Se basant sur les négociations euro-marocaines et euro-égyptiennes, l'opposition islamiste du Parti du Travail et nationaliste du Parti nassérien démontrent que le mécanisme du partenariat économique et plus précisément financier a conduit en réalité à l'effritement des intérêts arabes. Les négociations entre l'UE et le Maroc ont été particulièrement difficiles et ce dernier a dû finalement revenir sur ses exigences concernant la protection de sa faune maritime, la réduction de 50 % du nombre de bateaux de pêche européens dans ses eaux territoriales, l'emploi de 35 % de la main-d'œuvre marocaine sur les bateaux européens et la réduction de 65 % de la pêche de certains poissons18. Selon le Parti du Travail, les pays de l'UE se sont entendus pour exercer une pression sur le Maroc isolé : l'Espagne a pris la tête des opposants aux revendications halieutiques du Maroc, tandis que l'Allemagne et la Hollande se focalisaient sur la nécessaire réduction des exportations marocaines de fleurs et de semences (qui concurrencent leurs propres productions). Le Maroc a été obligé de signer en dernier ressort un accord désavantageux qui laissait en suspens nombre de problèmes comme celui des produits agricoles19.

  • 20 Mona Yasin, « Al-Sharâka al-'arabiyya al-ûrubbiyya », op. cit.

21Quant à l'Égypte, l'UE s'est jusqu'à aujourd'hui obstinée à rejeter ses principales demandes relatives à la prolongation de 12 à 15 ans de la période de transition de l'application des accords, à la libéralisation du commerce des produits agricoles pour lesquels elle bénéficie d'un avantage comparé, et à un ralentissement de la libéralisation de l'exportation des produits européens manufacturés menaçant la production nationale. Dans l'accord conclu avec l'UE, Israël bénéficie pour sa part de concessions20.

  • 21 Mus'ad Nawwar et Usâma Daoud, experts en économie, mettent en garde contre le partenariat européen, (...)

22Les partis d'opposition se sont faits l'écho de certaines analyses de diplomates et d'économistes, mettant en garde contre les dangers que présente le partenariat pour les intérêts égyptiens. Le Parti nassérien met l'accent, à la suite de l'ambassadeur Gamal Bayoumi, responsable égyptien des négociations avec l'UE, sur l'ambivalence des critères appliqués dans un même secteur. L'Union européenne voudrait ainsi imposer une taxe douanière de 20 % sur les exportations égyptiennes de poissons contre 5 % seulement sur ses propres exportations. Ce même parti reprend également les propos de Samir Toubar, président de la commission économique du Parti national démocrate (parti au pouvoir), qui estime que le partenariat menace le marché égyptien de dumping par la libéralisation des exportations des produits européens manufacturés ; en ce sens, il serait plus nuisible que les accords du GATT dans la mesure où ces derniers fixent un tarif douanier qui, même réduit, protège l'industrie nationale. Comme M. Toubar, le Parti nassérien insiste aussi sur l'attitude de l'UE en matière d'emploi de main-d'œuvre égyptienne dans les pays membres ; en dépit de l'intérêt que porte l'Égypte à cette question, l'UE voudrait l'ignorer sous prétexte qu'elle ne revêt pas la même importance que pour le Maroc par exemple, et ne mérite pas que l'on s'y attarde21. Globalement, les négociations bilatérales menées avec chaque pays séparément ont pour effet de placer les pays du Sud en position de faiblesse vis-à-vis de l'UE, d'autant plus que la conclusion d'accords avec des pays arabes voisins pousse le pays n'ayant pas encore signé à plus de concessions.

  • 22 Mona Yasin, « Mu'tamar barchelona... », op. cit.

23Le second mécanisme du partenariat, qui consiste à relier les différents domaines de coopération, met quant à lui les États arabes face à une alternative dont aucun des deux termes n'est satisfaisant. Selon le Parti du Travail, la corrélation entre l'aide économique destinée à encourager le développement dans les pays du Sud d'une part, et le rapatriement des émigrés ainsi que la lutte anti-terroriste, c'est-à-dire la stabilité dans les pays du Nord, d'autre part, condamnent les pays arabes à choisir entre une augmentation du chômage et le sacrifice de l'aide économique dont ils ont pourtant un besoin pressant. Par ailleurs, la coopération des pays arabes à la lutte contre le terrorisme suppose à la fois une plus grande fermeté en matière de sécurité et un accroissement des restrictions des libertés ; cependant, ces éléments contredisent l'appel de l'UE en faveur du renforcement de la démocratie et du respect des droits de l'homme !22

Le Partenariat et l'ordre régional arabe

24Bien plus que sur la concrétisation possible du partenariat, les partis d'opposition s'interrogent sur les conséquences de sa mise en œuvre sur l'ordre régional arabe.

  • 23 Voir le texte de la déclaration de Barcelone sur les changements en Méditerranée, op. cit., p. 4.
  • 24 On se souvient du tumulte suscité par le refus d'Israël d'adhérer au pacte de non-prolifération des (...)
  • 25 Hasan al-Qamhâwi, « Mu'tamar barchelona... », op. cit.

25Ils ne remettent pas en cause la réalisation effective du partenariat, d'autant plus que des accords d'associations ont d'ores et déjà été signés avec la Tunisie, le Maroc et Israël, et que d'autres pays comme l'Égypte, la Jordanie et le Liban sont en phase de négociation. Il reste toutefois qu'un partenariat couvrant tous les domaines proposés par la déclaration de Barcelone n'est pas concevable. Il est par exemple aujourd'hui difficile d'imaginer une traduction concrète de la déclaration à propos de la non-prolifération des armes nucléaires, chimiques et biologiques et de la réduction des armes conventionnelles23. Il est en effet superflu de préciser à ce propos qu'Israël dispose d'un immense arsenal d'armes nucléaires et chimiques qui dépasse ses besoins défensifs et qui n'est pas soumis au contrôle de l'Agence internationale pour l'énergie atomique24. De plus, la France, pourtant largement partisane du partenariat mais à la recherche d'un rôle à jouer dans cette période de l'après-guerre froide, a elle-même procédé à une série d'essais nucléaires dans le Pacifique en 1995 et a refusé de céder aux injonctions européennes et internationales. Quant aux armes conventionnelles, il est difficile pour un pays comme la Syrie, dont une partie du territoire est occupé par Israël, de réduire unilatéralement son budget militaire et de limiter l'acquisition d'armes conventionnelles dans le simple but de satisfaire aux exigences du partenariat25.

  • 26 'Imâd al-Din Husayn, « Al-'arab yabhasûn 'an halîf », al-'Arabî, 27/11/1995.

26Le Parti arabe nassérien a soulevé une des limites à la concrétisation du partenariat. Il s'agit des divergences politiques entre les États qu'il rassemble Soit les différents partenaires décident de coopérer tout en laissant persister les divergences profondes, soit ils doptent une approche plus fonctionnaliste visant à créer un réseau d'intérêts mutuels propice à un règlement des différends politiques à moyen ou à long terme. Pour l'instant, la conclusion d'accords n'a pas pour autant dissipé les nombreux conflits qui existent en Méditerranée. Malgré la signature de l'accord d'association entre le Maroc et l'UE, les différends entre le Royaume et l'Espagne au sujet de Ceuta et Melilla persistent. Au contraire, l'accord d'association autorisant la flotte espagnole à se déplacer entre les ports marocains n'a fait qu'accroître la susceptibilité du Maroc vis-à-vis de l'Espagne. On peut en dire autant des autres conflits méditerranéens tels que ceux entre la Grèce et la Turquie, l'Algérie et le Maroc, sans parler du conflit israélo-arabe26.

  • 27 'Omar Ahmad 'Omar, « Fi ghiyâb souriya wa lybya wa mûrîtâniya : al-muntacla al-mutawasitî yurakkez (...)
  • 28 Nûr al-Hudâ Zaki, « Arba' miéat mushârek fi funduq musaffah... », op. cit.

27Les potentielles répercussions du partenariat sur l'ordre régional arabe font l'objet d'analyses divergentes. Le Tagammu' exprime sur cette question deux avis différents. Au sein de ce parti, certains considèrent le partenariat comme un coup de grâce porté à l'ordre régional arabe, déjà mal en point à la suite de l'invasion du Koweït par l'Irak. D'autres préfèrent minimiser le danger que représente le partenariat pour l'identité arabe dont les racines remontent loin dans l'histoire. Les différences de niveau économique entre les pays arabes et leurs partenaires éventuels constitueraient même suivant ce point de vue la base d'interactions réciproques. Mais le parti se range majoritairement à la première position, en refusant que les pays arabes adhèrent aux cadres et aux institutions occidentales qui ne sont que « la reproduction du vieux colonialisme » sous des formes nouvelles et des mécanismes différents27. Tout comme les projets de coopération au Moyen-Orient, le partenariat vise, selon ce parti, à noyer l'ordre régional arabe et à garantir non seulement la souveraineté mais aussi l'hégémonie d'Israël. Le partenariat promet de plus des bénéfices économiques importants pour l'État hébreux dans la mesure où, avec un revenu annuel moyen de 15 500 $ par individu et des taux de chômage et d'inflation en régression, ce pays serait plus susceptible que d'autres de bénéficier des investissements européens. Le Parti nassérien rejoint le Tagammu' sur ce dernier point28.

  • 29 Idem.
  • 30 Mona Yasin, « Mu'tamar barchelona... », op. cit. ; voir aussi Muhammad Gamâl 'Arafa, colloque du Ca (...)

28Il existe également un large consensus dans l'opposition sur le fait que les divergences et divisions inter-arabes ont favorisé la volonté de puissances extérieures de s'immiscer dans les problèmes régionaux et de contrer toute tentative de construction d'un ordre régional arabe. À ce propos, le Parti nassérien compare les participants arabes de la conférence de Barcelone à « des chevaux boiteux », n'ayant pas la stature nécessaire pour participer aux courses de ces dernières années du siècle29. De son côté, le Parti du Travail déplore l'empressement des régimes arabes à se rendre dans les capitales américaines et européennes pour rechercher un cadre régional et international auquel adhérer oubliant, ou feignant d'oublier, le cadre arabe et islamique auquel ils appartiennent30.

Conclusion

  • 31 Voir les programmes électoraux des quatre partis ; al-Wafd du 15 et du 22/1 1/1995 ; al-Ahâli du 27 (...)

29Malgré quelques divergences, la tendance prédominante des quatre partis est d'émettre des réserves sur la signification de ce partenariat qui sert les intérêts occidentaux sans tenir compte des intérêts arabes, et de le critiquer. Il y a toutefois un refus de l'assimiler pleinement aux projets de coopération au Moyen-Orient. Néanmoins, l'opposition n'accorde pas un intérêt particulier au partenariat euro-méditerranéen. En effet, le sujet n'est abordé que dans 12 des 200 numéros d'al-Sha'b dépouillés, dans 5 des 670 numéros de al-Wafd, dans 5 des 100 numéros de al-Ahâli et dans 6 des 110 numéros de al-'Arabî. De plus, ces articles sont majoritairement descriptifs et rarement d'opinion. Ainsi, sur 14 articles consacrés au partenariat par al-Sha'b, et alors même que cette publication a porté plus d'attention que les autres journaux à ce sujet, 7 articles sont sous forme de rapport, 3 de commentaire d'information, 3 de compte rendu de colloques ou d'informations et un seul se présente comme une recherche. Toujours en ce qui concerne le Parti du Travail et son journal, la question du partenariat ne figure qu'une seule foi en première page. En dehors de l'analyse de la presse, les programmes électoraux des quatre partis pour les législatives de novembre-décembre 1995 n'y font aucune référence31.

30Ceci nous invite d'ailleurs à conclure sur une comparaison entre ces deux projets. Il ne sont semblables ni par les circonstances de leur naissance ni par leurs objectifs envers l'ordre régional arabe, ni enfin par le soutien que leur portent les différentes puissances internationales. Si ce dernier point retient l'attention des partis de l'opposition, ils ignorent les deux autres différences. Le projet de coopération au Moyen-Orient est né du désir de conférer une légitimité à Israël. Autrement dit, l'objectif de ce projet est purement politique alors que la projet euro-méditerranéen, du moins dans sa conception première, a un fondement économique. L'un et l'autre projets ont pris par la suite une orientation différente : une fois renforcées la légitimité de l'État hébreux et la reconnaissance de cet État par son opposant principal (la partie palestinienne), le projet au niveau du Moyen-Orient a acquis des dimensions économiques et de sécurité avec pour slogan le marché moyen-oriental. Quant au Partenariat euro-méditerranéen, il a évolué d'une focalisation sur l'économie à une conception plus globale sur les plans culturel, politique, environnemental et de sécurité. Quant à la politique euro-méditerranéenne, elle n'a jamais été qu'une simple formule de coopération puis d'association dans un domaine précis qui s'est élargi par la suite. En d'autres termes, la politique euro-méditerranéenne n'est pas née pour concurrencer l'ordre régional arabe tandis que le projet au niveau du Moyen-Orient nie implicitement l'ordre arabe et noie son identité. Pourtant, dans ses deux étapes successives, cette politique a profité de la faiblesse des partenaires pour servir ses propres intérêts. Une telle comparaison ne signifie pas que l'on nie ou l'on récuse l'avènement d'un ordre régional, mais que l'on s'y intéresse.

Notes

1 Au sujet de l'évolution de la politique méditerranéenne, voir Nadia Mustafa, « al-Mashrû' al-mutawassitî : al-ab'âd al-siyâsiyya » (Les dimensions politiques du projet méditerranéen), étude non publiée présentée à la dixième rencontre d'études politiques « L'Égypte et les projets du nouvel ordre régional », Le Caire, 7-9 décembre 1996.

2 200 numéros du bihebdomadaire al-Sha'b, 100 et 110 numéros respectivement de al-Ahâli et al-'Arahî, 670 numéros du quotidien al-Wafd.

3 Mona Yasin, « al-Sharâka al-'arabiyya al-ûrubbiyya : taba'iyya iqtisâdiyya wa siyâsiyya aksar minha niddiyya » (Le partenariat euro-arabe : dépendance économique et politique plus qu'une coopération d'égal à égal), al-Sha'b, 26/09/1995.

4 Hasan Al-Qamhâwi, « Al-ittihâd al-ûrubbi yarfudu idkhâl ta'dîlât gawhariyya 'ala al-ittifâqiyya (al-misriyya al-ûrubbiya) wa yutâlibu bi-hurriyat intiqâl al-amwâl » (L'UE refuse d'apporter des modifications fondamentales à l'accord égypto-européen et exige la libre circulation des biens), al-Sha'b, 29/09/1995.

5 « Le début des travaux de la conférence de Barcelone », al-Wafd, 28/1 1/1995.

6 Mona Yasin, « Mu'tamar barchelona yastahdif ighlâq ûrubba amâm almuhâjirîn al-muslimîn wa fath abwâb al-janûb iqtisâdiyyan wa saqâfiyyan » (La conférence de Barcelone a pour objectif de fermer l'Europe aux immigrés musulmans et d'ouvrir les portes du sud à la coopération économique et culturelle), al-Sha'b, 01/12/1995 ; Nûr al-Hudâ Zaki, « arba' mi'at mushârek fi funduq musaffah wal-'arab faras a'raj » (400 participants dans un hôtel blindé où les Arabes sont comme un cheval boiteux), al-'Arabî, 07/11/1995.

7 Ahmad Hassan, « Mu'âdalat al-sûq wal-mu'âdalât al-siyâsiyya, al-qadâya al-'arabiyya al-sa'ba min 'ammân ila barchelona », al-Ahâli, 29/11/1995.

8 Mona Yassin, « Mu'tamar barchelona... », op. cit. Pour l'analyse des approches politiques et géographiques dans la définition de la région méditerranéenne, voir Hamdi 'Abd al-Rahmân, « al-Tawagguh al-mutawassitî fil-siyâsa al-misriyya » (Orientation méditerranéenne de la politique égyptienne), étude non publiée présentée à la dixième rencontre d'études politiques, op. cit., p. 28-29.

9 Voir le texte de la déclaration finale de Barcelone sur les changements en Méditerranée.

10 Selon le Parti du Travail, c'est dans ce but que la France a renouvelé son adhésion à l'Otan alors qu'elle s'en était retirée, d'autant qu'elle ne jugeait plus nécessaire de s'aliéner les États-Unis après la disparition de l'URSS et la menace d'une troisième guerre mondiale.

11 Ahmad Hasan, « Mu'âdalat al-sûq... », op. cit.

12 « Al-mutawassitiyya wa-l-awsatiyya wa-l-t'attumiyya al-i'lâmiyya » (La politique méditerranéenne, la politique moyen-orientale et l'occultation médiatique), al-Sha'b, 18/07/1995.

13 « Ziyârat Chirac lil-maghrib : munâfasa ûrubbiyya amrîkiya 'ala-l-'arab wa ifrîqiyya » (La visite du président Chirac au Maroc : les Arahes et l'Afrique, objets de concurrence entre l'Europe et les États-Unis), al-Sha'b, 28/07/1995.

14 « Ziyârat Chirac lil-maghrib : munâfasa ûrubbiyya amrîkiya 'ala-l-'arab wa ifrîqiyya », op. cit.

15 Ahmacl Hasan, op. cit.

16 Hasan Al-Qamhâwi, « Mu'tamar barchelona : sharâka am taba'iya ? » (La conférence de Barcelone : partenariat ou dépendance ?), al-Sha'b, 01/1 2/1995.

17 Voir le compte rendu du colloque qui s'est tenu au Caire sur la sécurité et la coopération européenne par Muhammad Gamâl 'Arafa, al-Sha'b, 03/10/1995 ; Amâni Al-Tawîl, op. cit. ; Ahmad Hassan, op. cit. ; Hassan Al-Qamhâwi, « Mu'tamar barchelona... », op. cit.

18 Mona Yassin, « Al-maghrib yasta'idd li-Mu'tamar barchelona : tashaddud amâm ûrubba wa ta'dîlat dustûriyya maqbûla dâkhiliyyan » (Le Maroc se prépare à la conférence de Barcelone : intransigeance face à l'Europe et changements constitutionnels acceptés localement), al-Sha'b, 15/09/1995.

19 Hasan Al-Qamhâwi, « Mu'tamar barchelona... », op. cit.

20 Mona Yasin, « Al-Sharâka al-'arabiyya al-ûrubbiyya », op. cit.

21 Mus'ad Nawwar et Usâma Daoud, experts en économie, mettent en garde contre le partenariat européen, al-'Arabî, 14/12/1995.

22 Mona Yasin, « Mu'tamar barchelona... », op. cit.

23 Voir le texte de la déclaration de Barcelone sur les changements en Méditerranée, op. cit., p. 4.

24 On se souvient du tumulte suscité par le refus d'Israël d'adhérer au pacte de non-prolifération des armes nucléaires en 1995.

25 Hasan al-Qamhâwi, « Mu'tamar barchelona... », op. cit.

26 'Imâd al-Din Husayn, « Al-'arab yabhasûn 'an halîf », al-'Arabî, 27/11/1995.

27 'Omar Ahmad 'Omar, « Fi ghiyâb souriya wa lybya wa mûrîtâniya : al-muntacla al-mutawasitî yurakkez 'ala al-irhâb » (En l'absence de la Syrie, de la Libye et de la Mauritanie, le forum méditerranéen est centré sur le terrorisme), al-Ahâli, 02/08/1995.

28 Nûr al-Hudâ Zaki, « Arba' miéat mushârek fi funduq musaffah... », op. cit.

29 Idem.

30 Mona Yasin, « Mu'tamar barchelona... », op. cit. ; voir aussi Muhammad Gamâl 'Arafa, colloque du Caire sur la sécurité et la coopération européenne : « L'Europe appelle à l'établissement d'un état de confiance entre les Arabes et Israël », al-Sha'b, 03/10/1995.

31 Voir les programmes électoraux des quatre partis ; al-Wafd du 15 et du 22/1 1/1995 ; al-Ahâli du 27/09/1995 ; al-'Amal du 03/1 1/1995 et le programme du Parti nassérien.

Auteur

Université du Caire,
Faculté d'Économie et de Sciences politiques

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable