Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

Pour une critique des objectifs et des attentes

Partenariat et sécurité

Ahmad Fakhr

Entrées d'index

Mots clés :

sécurité

Texte intégral

1À la suite des évolutions internationales survenues après la fin de la guerre froide, les questions de sécurité dans les relations euro-méditerranéennes ont récemment pris de l'importance. En effet, les nouveaux défis et risques nécessitent de repenser la sécurité. C'est pourquoi la question de l'élargissement de l'Otan, qui avait déjà été débattue il y a 20 ans, revient sur le devant de la scène. En 1977, à Washington, il avait été décidé que si les intérêts vitaux de l'Occident se trouvaient menacés en dehors même du cadre européen de l'Otan tel qu'il avait été déterminé par le texte fondateur de l'organisation, les pays membres se devaient de participer à la défense de ces derniers à l'extérieur de l'aire de l'Otan.

2Deux ans plus tard, en 1979, la question se posa de nouveau, en d'autres termes. Il s'agissait alors de la contribution de l'Otan pour assurer l'approvisionnement de l'Occident en pétrole et en matières premières en provenance du Moyen-Orient (pays du Golfe, canal de Suez, Méditerranée et Afrique du Nord). La « doctrine Nixon » entendait renforcer les capacités militaires des pays de l'Otan, mais aussi des pays alliés dans la région du Moyen-Orient afin que ces derniers puissent défendre les intérêts américains.

3À la suite de la révolution iranienne et de l'invasion de l'Afghanistan par l'Union soviétique, la « doctrine Carter » prévoyait quant à elle, toujours en cas de menace des intérêts occidentaux, une intervention militaire directe de l'Occident en collaboration avec les capacités militaires des pays amis et alliés de la région. C'est dans ce contexte que fut discutée la création d'une force d'intervention rapide de l'Otan (États-Unis et Europe) d'une capacité de 300 000 hommes au total. Toutefois, face aux réserves et aux hésitations des pays européens, elle fut mise en place uniquement par les États-Unis.

4L'idée d'une coopération euro-arabe pour la sécurité dans la région du Moyen-Orient comprise au sens large, quant à elle, fut explorée jusqu'à ce que l'Europe émette, à la fin des années soixante-dix, des hésitations et des réserves quant à sa propre participation.

5Pour en revenir à l'Otan, son aile sud – qui représente en fait la plus ancienne entité à s'être intéressée à la sécurité en Méditerranée -est formée d'États qui portent aujourd'hui le plus grand intérêt à la coopération euro-méditerranéenne en matière de sécurité. Cette aile couvre une aire géographique assez vaste, divisée en quatre zones d'opération distinctes, qui nécessite un commandement et un contrôle militaire puissants pour appliquer les mesures de sécurité décidées. En effet, cette aile sud de l'Otan a été confrontée à de nombreux problèmes dus aussi bien aux différences historiques ou culturelles, qu'à la diversité linguistique des membres de l'organisation (Turcs, Grecs, Italiens, Français, Anglais). Ces paramètres de la diversité seraient largement amplifiés si les pays arabes et Israël venaient à se joindre à l'espace euro-méditerranéen de sécurité.

6Pourtant, la Méditerranée semble être une zone stratégique pour l'Otan, comme l'attestent certaines interventions de l'organisation dans la région. Ainsi, en vertu du traité de Bruxelles, autorisant des opérations en dehors de l'Europe, le pilier européen de l'Otan, l'Union de l'Europe occidentale (UEO), a envoyé en 1987-1988 ses forces navales pour assurer la sécurité de navigation dans le Golfe au moment ou le conflit irako-iranien se traduisait par la « guerre des pétroliers ». En décembre 1990, Saddam Hussein ayant menacé la Turquie après l'invasion du Koweït, le commandement allié pour l'Europe a envoyé une force militaire aérienne constituée d'avions de combat allemands, italiens et belges, et de fusées anti-aériennes hollandaises.

7C'est d'ailleurs à la suite des événements des années quatre-vingt-dix que la question de l'extension de l'aire de sécurité européenne a resurgi. Le développement de la Communauté européenne et de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, l'évolution nécessaire du rôle de l'Otan imposée par l'effondrement de l'Union soviétique et enfin l'inclination des pays membres du Pacte de Varsovie en faveur d'une adhésion à l'Otan, sont autant d'éléments qui ont poussé à une reconceptualisation de la sécurité militaire, non plus fondée sur la répression du bloc oriental, mais sur la défense défensive. Concrètement, cela implique une réduction des armes, afin d'empêcher tout déclenchement possible de l'offensive. La prolifération des armes chimiques nucléaires et des fusées sol-sol dans les pays méditerranéens non-européens menaçant la sécurité de l'Europe, l'idée s'est formée d'une coopération euro-méditerranéenne en matière de sécurité visant à en limiter la menace.

8Il s'agira, dans cette contribution, de resituer les questions de sécurité telles qu'elles ont été traitées dans les documents officiels du Partenariat euro-méditerranéen, et plus largement, dans l'ensemble des initiatives de sécurité relatives à la Méditerranée.

Les initiatives occidentales en matière de sécurité

L'initiative italo-espagnole

9Cette initiative entendait créer une Conférence sur la sécurité et la coopération en Méditerranée (CSCM) sur le modèle de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) initiée lors de la Conférence d'Helsinki en 1975 et devenue par la suite l'Organisation de la sécurité et de la coopération en Europe (OSCE). C'est la guerre du Golfe qui a été à l'origine de cette initiative italo-espagnole, en faisant resurgir, chez les Européens, l'importance du lien qui existe entre la sécurité dans le bassin méditerranéen et la sécurité en Europe.

10Ce projet regroupait 42 pays, parmi lesquels les États de l'Union européenne, les États non européens riverains de la Méditerranée y compris Israël et l'entité palestinienne, ainsi que les États-Unis et le Canada en tant que membres de l'Otan. Cette initiative était cependant vouée à l'échec. En effet, alors même que les États-Unis et l'Union soviétique déployaient des efforts politiques et diplomatiques pour la tenue de la Conférence de paix à Madrid (octobre 1991), elle émanait de pays dont la légitimité à jouer un rôle international était très faible. En outre, les relations entre les pays riverains de la Méditerranée et les pays du Golfe d'une part, et Israël d'autre part, n'auraient pas permis, à l'époque, l'établissement d'une coopération. Au-delà des circonstances politiques, la formulation du projet de coopération d'inspiration européenne ne convenait pas forcément aux autres États appelés à y participer ; c'est pourquoi les pays arabes émirent de fortes réserves.

L'initiative de l'OTAN en 1991

11À la suite de l'initiative italo-espagnole, les États-Unis et certains pays européens réitérèrent leur appel en faveur de la mise en place d'un dispositif de sécurité et de coopération au Moyen-Orient en vue de prévenir tout problème régional éventuel qui pourrait découler du règlement du conflit israélo-arabe. Ce dispositif devait assurer en outre la stabilité des intérêts économiques et pétroliers de l'Occident.

12L'initiative de l'Otan s'appuyait aussi sur le modèle de la CSCE, alors même que le contexte du Moyen-Orient au début des années quatre-vingt-dix était sans rapport avec celui de la zone européenne en 1975. En effet, l'Europe disposait alors d'une force de dissuasion nucléaire, ce qui n'est le pas le cas aujourd'hui au Moyen-Orient. De plus, l'Europe n'avait pas connu de conflit territorial armé depuis la deuxième guerre mondiale, alors que le recours à la force armée reste une règle dominante au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Cependant, l'expérience de l'OSCE a toutefois intéressé la plupart des pays de la région, en particulier dans les domaines de la sécurité et la confiance mutuelle, de la vérification militaire et de la prévention des conflits. C'est d'ailleurs dans cet esprit que certains pays de la région ont affirmé la nécessité de supprimer les armes nucléaires israéliennes qui constituent pour eux un danger, ou alors de fournir aux autres pays de la région une force de dissuasion proportionnelle à ce danger.

La déclaration de Saint-Pétersbourg de 1992

13La déclaration du Conseil des ministres de l'UEO le 19 juin 1992 chargeait les États membres d'élargir progressivement le dialogue déjà entamé avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie à d'autres pays tels que l'Égypte, la Mauritanie et Israël. Les pourparlers avec ces différents États portèrent sur les questions de sécurité et de défense ayant un impact sur la région méditerranéenne et, par conséquent, sur l'Europe méridionale. Ils avaient pour objectif l'établissement d'une certaine transparence, voire l'élaboration de mesures de confiance entre pays européens et pays méditerranéens non-européens. Ce dialogue n'a toutefois pas abouti à des résultats concrets.

L'initiative espagnole de 1994

14Cherchant à reprendre le flambeau, l'Espagne a entamé, dans le cadre de l'Otan, le dialogue avec six États du sud de la Méditerranée : l'Égypte, le Maroc, la Tunisie, la Mauritanie, l'Algérie et Israël. C'est au cours de ces dialogues bilatéraux que l'idée d'un partenariat euro-méditerranéen est pour la première fois apparue. Cependant, ce dialogue n'a connu aucune application concrète dans le domaine de la sécurité car il s'est heurté à de nombreuses divergences. Alors que l'Otan et Israël ont largement insisté sur le « radicalisme islamiste », notion qu'ils ont d'ailleurs généralisée et appliquée à toute orientation religieuse, les pays arabes ont mal accepté que l'islam politique soit placé au centre du problème de la sécurité dans la région et soit considéré comme la menace principale à laquelle seraient confrontés les intérêts occidentaux depuis la fin de la guerre froide.

15Par ailleurs, afin de ne pas donner l'impression de soutenir le régime militaire non démocratique de l'Algérie, l'Otan et l'Espagne ont décidé d'exclure provisoirement ce pays du dialogue. Là encore, les analyses furent largement divergentes quant aux potentielles répercussions de la situation algérienne sur les autres pays de la région. Plus que sur des considérations générales relatives à la sécurité et à l'ordre militaire dans la région, cette initiative était donc centrée sur le radicalisme islamiste et la menace qu'il représente pour la situation interne des États arabes et le processus de paix avec Israël.

Le sommet de Budapest de 1994

16Les 5 et 6 décembre 1994 s'est tenu le sommet de Budapest auquel ont participé les pays de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE). Les questions relatives à la sécurité ont été débattues à l'initiative de la France et des instances européennes ; elles visaient à concevoir un cadre de sécurité européen pour le xxie siècle. Des études préparatoires ont fait ressortir la diversité des dangers politiques, militaires, économiques, sociaux et environnementaux qui menacent la stabilité de la région (plus de vingt menaces ont été recensées).

17A partir des activités qui ont précédé le sommet de Budapest et des conclusions de celui-ci, la Suisse a présenté, en 1996, les grands traits d'un cadre européen de sécurité dont le principal objectif viserait à consolider la sécurité et la coopération en Europe et à empêcher l'apparition de nouvelles frontières au sein du continent. Les moyens pour y parvenir étaient :

  • la suspension des luttes et des conflits ;

  • un système de surveillance avancée ;

  • une diplomatie préventive ;

  • la gestion des crises ;

  • la reconstruction consécutive aux conflits.

18Plus de 27 États riverains de la Méditerranée, dont la France, l'Italie, Malte, la Turquie et la Slovaquie, ont contribué à l'élaboration de la formule proposée. Ce cadre de sécurité européen pour le xxie siècle fut le principal sujet abordé lors de la rencontre annuelle des parlementaires des pays membres de l'OSCE qui s'est tenue à Budapest en juillet 1996. Cette rencontre fut le préambule de la réunion de Lisbonne en 1996.

Le document égyptien présenté le 6 octobre 1995

19Dans le cadre des tentatives de relance du dialogue euro-méditerranéen en matière de sécurité, les ministres des Affaires étrangères de la Troïka européenne se sont réunis le 13 juillet 1995 avec leurs homologues méditerranéens qui participaient au dialogue. L'Égypte a présenté le 6 octobre un document proposant un certain nombre de principes généraux visant à consolider les relations entre les États méditerranéens partenaires et l'OSCE. L'Égypte appelait à :

  • un dialogue politique destiné à éclaircir les différentes positions, rapprocher les points de vue et parvenir à des conceptions communes en matière de sécurité ;

  • une concertation sur les problèmes relatifs à l'armement, à la prolifération des armes de destruction massive ainsi qu'une coopération dans les domaines de prévention des conflits ;

  • un dialogue socio-économique sur les écarts économiques entre les deux rives de la Méditerranée, les problèmes de migration, de lutte contre la criminalité et de terrorisme.

20Cette initiative n'a pas été favorablement accueillie par tous les membres de l'OSCE. Certains d'entre eux ont en effet argué que les questions de développement économique, d'assistance technique, de protection de l'environnement, de transfert de technologie, de non-prolifération nucléaire et d'élimination des armes de destruction massive étaient du ressort d'autres organisations. Ceci confirme l'étroitesse de la vision de l'Europe, uniquement disposée à transposer à l'identique l'expérience de l'OSCE sur la région méditerranéenne.

La déclaration de Barcelone en 1995

21La conférence euro-méditerranéenne s'est tenue à Barcelone en novembre 1995 sous l'égide du Conseil de l'UE, avec la participation de 15 pays européens et des pays méditerranéens suivants : l'Algérie, l'Égypte, Chypre, Israël, la Jordanie, le Liban, Malte, le Maroc, la Syrie, la Tunisie, la Turquie et l'Autorité palestinienne.

22Le volet portant sur la sécurité a mis l'accent sur l'importance stratégique de la Méditerranée. Les signataires de la déclaration finale ont insisté sur les défis que représentent les changements politiques, économiques et sociaux, survenus aussi bien en Europe que dans les pays méditerranéens. Face à une menace commune, une certaine coordination s'impose. Parmi les dispositions adoptées dans la déclaration figurait la nécessité de créer un cadre multilatéral permettant la participation des différentes parties. Le Partenariat visait à transformer le bassin méditerranéen en une zone de dialogue et de coopération en vue d'assurer la paix, la stabilité et la prospérité, et ce à partir de la consolidation de la démocratie, du respect des droits de l'Homme, de la lutte contre la pauvreté et de l'équilibre économique et social.

23En matière de sécurité, la déclaration de Barcelone revenait sur les questions de démocratie, des droit de l'homme, de pluralisme politique, de droit à l'autodétermination, de non-ingérence dans les affaires intérieures de l'État et du respect de sa souveraineté, et de résolution pacifique des conflits. Mais l'accent était également mis sur la coopération dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et la drogue, sur le renforcement de la sécurité grâce à des accords internationaux et régionaux portant sur la non-prolifération des armes nucléaires, chimiques et biologiques, sur l'arrêt des essais nucléaires, sur la création d'une zone dénucléarisée, sur la nécessité de réduire les armes conventionnelles, sur le développement des forces militaires des États membres uniquement dans les limites des besoins de légitime défense, et enfin sur l'étude des mesures permettant d'établir la confiance entre les États de la région.

L'Accord d'association Europe-Tunisie de 1995

24En 1995, un accord d'association, inspiré de la déclaration de Barcelone, a été signé entre la Tunisie et l'UE. L'introduction du document reprenait les thématiques de la déclaration de Barcelone. Elle signalait, entre autres, la nécessité d'un dialogue et d'une coopération en vue de parvenir à une sécurité et une stabilité durables dans la région euro-méditerranéenne. L'instauration d'un dialogue politique régulier, tant au plan bilatéral que multilatéral, avait pour objectif de traiter de questions d'intérêt commun et d'assurer un soutien à la Tunisie dans les domaines de la réforme économique, du développement social, du libre-échange et des aspects culturels. Aucune question relative aux aspects militaires et de sécurité au sens étroit des termes, n'a pourtant été abordée.

Les initiatives en aval des documents du Partenariat

La déclaration de Birmingham de 1996

25Les ministres des Affaires étrangères de l'UEO se sont réunis le 7 mai 1996 à Birmingham pour reprendre le débat sur l'extension de l'Otan et le développement de ses institutions. Ce débat fut essentiellement centré sur l'identité, la sécurité et la défense de l'Europe dans le cadre d'une entente politique et d'un regroupement des capacités militaires pour assurer la sécurité de l'Europe au sein de l'Otan. On aurait pu s'attendre alors à ce que le Partenariat et la coopération euro-méditerranéenne en matière de sécurité apparaissent en tant qu'éléments de poids, ce qui ne fut pas le cas.

26Le document de Birmingham invitait, conformément à la déclaration de Saint-Pétersbourg, à la consolidation des liens entre l'UEO et l'Otan par un commandement commun des forces d'intervention. La déclaration signale aussi la nécessité pour l'UEO de développer les relations avec des parties tiers, telles la République fédérale de Russie ou l'Ukraine, et la nécessité de poursuivre le dialogue avec les pays non européens du pourtour méditerranéen. À ce sujet, la déclaration insistait sur l'approtondissement du dialogue avec des pays méditerranéens comme Chypre et Malte.

Déclaration du sommet de Lisbonne en 1996

27Les chefs d'État de l'OSCE se sont réunis à Lisbonne en novembre 1996 pour reposer les principes d'une sécurité commune dans la région Europe. La déclaration adoptée à l'issue de la rencontre réaffirmait les fondements des relations entre les États membres (respect des droits de l'homme, de la démocratie, de la résolution pacifique des problèmes) et les objectifs poursuivis par l'organisation : consolider la sécurité et la stabilité, renforcer la prévention des conflits et la gestion imminente des crises. Le document était plus précisément centré sur deux points. Le premier concernait l'attachement à un système de sécurité propre aux pays de l'organisation. Le second portait sur le contrôle de l'armement, qui représente l'un des principaux indices politiques de l'existence d'une sécurité commune. Ainsi, l'accord sur la réduction des armes conventionnelles s'est avéré être l'une des clefs fondamentales d'une sécurité et d'une stabilité communes.

28La déclaration invitait les pays membres à résoudre les problèmes de la Bosnie-Herzégovine, du Karabagh, de la Géorgie, de la Moldavie, de la Tchétchénie et des pays de l'Asie centrale. Pour le bassin méditerranéen, la déclaration appelait au dialogue entre l'organisation et les pays méditerranéens non européens. Elle soulignait d'ailleurs le caractère primordial de la consolidation de la sécurité et de la coopération dans la région pour la stabilité des États membres de l'OSCE. Il s'agissait alors d'approfondir le dialogue bilatéral et la participation des pays non européens du pourtour de la Méditerranée aux activités de l'organisation, à ses principes et à ses objectifs.

Le document suisse de 1996

29Plusieurs rencontres ont eu lieu dans le but de préparer le sommet de Lisbonne. Parmi les différentes propositions issues de ces rencontres, on pouvait relever le projet présenté par la Suisse qui insistait sur les dangers communs aux régions européenne et méditerranéenne dus à la récurrence d'éléments problématiques dans nombre de pays du pourtour méditerranéen :

  • gestion discrétionnaire des forces armées et de la planification de la défense ;

  • refus du contrôle de certains aspects de l'organisation militaire par des organismes légitimes et constitutionnels ;

  • non-respect des engagements relatifs au contrôle de l'armement et du désarmement ;

  • course à l'armement ;

  • présence de forces étrangères dans certains pays sans l'accord de ces derniers.

30À partir de ces observations, le projet insistait sur la corrélation existant entre la sécurité de l'Europe et celle de la Méditerranée. Il proposait la convocation d'une conférence qui devait regrouper les pays membres de l'OSCE et du Partenariat euro-méditerranéen. Celle-ci avait pour but de débattre de questions politiques, militaires, économiques et écologiques, impulsant ainsi une coopération en matière de sécurité qui viserait à terme la stabilité de la région euro-méditerranéenne. Ce type de relations pourrait en outre servir de modèle à d'autres régions du monde. Le projet proposait une série de dispositions :

  • mesures nécessaires pour établir la confiance ;

  • diplomatie préventive ;

  • suspension des crises et des conflits ;

  • défense des droits de l'homme ;

  • participation à la lutte anti-terroriste ;

  • constitution d'un groupe de contact chargé du dialogue.

Le projet présenté par l'Égypte à la conférence de Lisbonne

31Au cours du sommet de Lisbonne, le ministre égyptien des Affaires étrangères a exposé le point de vue de son pays et présenté un projet. Celui-ci s'appuyait sur le constat que le dépassement des conflits en Europe, la stabilité politique et la sécurité qui régnaient dans cette région étaient autant de facteurs ayant favorisé le développement d'une approche globale de la sécurité. Celle-ci est aujourd'hui conçue comme la résultante de problèmes militaires et politiques, mais aussi économiques et sociaux. C'est donc sur une sécurité économique, sociale et humaine globale que pourrait se fonder la paix.

32Le document égyptien abordait ensuite le problème de la paix au Moyen-Orient. La signature du traité de paix égypto-israélien avait ouvert la phase de résolution des conflits, et la conférence de Madrid laissait entrevoir de grandes avancées grâce à la mise en place de deux cadres pour la résolution des conflits et l'instauration de la paix. Le premier était centré sur la résolution du conflit israélo-arabe et posait comme principe la restitution de la terre contre la paix. Le second concernait la région dans son ensemble et comprenait des négociations multilatérales sur les réfugiés, le contrôle de l'armement, la coopération économique régionale, l'environnement et l'eau. Le but de ces négociations était de révéler des intérêts communs, facteurs déterminants pour instaurer une paix durable.

33Tout comme l'OSCE, l'Égypte pense que la paix ne pourra être le fait d'une seule partie et se réaliser aux dépens de l'autre. C'est pourquoi il faut assurer la sécurité de l'ensemble de la région et inviter toutes les parties à respecter leurs engagements. De la même façon que l'OSCE, l'Égypte adhère à une approche globale des questions de sécurité. Concernant la prolifération des armes nucléaires dans la région, l'Égypte a réitéré sa proposition de 1991 qui consistait à créer une zone dénucléarisée comprenant le Moyen-Orient. Elle a posé également comme objectif de parvenir, en collaboration avec l'OSCE, au respect des accords et des traités internationaux dans ce domaine. À terme, l'Agence internationale pour l'énergie nucléaire pourrait donc assurer un contrôle dans la région. En matière d'armes conventionnelles, l'Égypte espérait ainsi parvenir à un équilibre minimal. Le terrorisme, quant à lui, est considéré par l'Égypte comme une véritable menace qui pèse sur la région et les États méditerranéens et plus largement sur l'ensemble de la communauté internationale. Elle entend être un solide partenaire dans la lutte contre ce phénomène.

34À propos du cadre de sécurité suggéré pour l'OSCE, l'Égypte insistait à nouveau sur l'interdépendance entre la sécurité en Europe et dans la région méditerranéenne ; c'est pourquoi un dialogue continu et efficace devait être instauré pour créer une zone de stabilité en Méditerranée. Cependant, les Nations unies devaient garder la priorité en matière de maintien de la sécurité et de la paix dans le monde. De plus, tout accord sur la sécurité en Europe devrait tenir compte des besoins de sécurité et de souveraineté des pays de l'Est et du Sud de la Méditerranée. Enfin, le cadre de sécurité euro-méditerranéen ne saurait être complet sans la mise en place de relations avec les diverses organisations auxquelles appartiennent les pays méditerranéens.

35Le document égyptien soulignait par ailleurs que le Moyen-Orient et la région méditerranéenne pouvaient tirer profit des expériences cumulées et des mécanismes de sécurité appliqués en Europe mais qu'il fallait tenir compte des spécificités et des conditions particulières du Moyen-Orient et de la Méditerranée. Il serait toutefois intéressant pour les pays méditerranéens d'avoir accès aux réunions de l'OSCE et des organes qui en dépendent, surtout lorsque celles-ci portent sur des questions relatives à la dimension méditerranéenne de la sécurité en Europe. Dans le même sens, l'Égypte a suggéré l'organisation d'un colloque sur les répercussions méditerranéennes d'un nouveau système de sécurité européen.

Conclusion

36Les questions de sécurité en Méditerranée ont été et sont toujours étudiées par de nombreuses institutions, et de nombreux instruments tentent aujourd'hui de se structurer. Le Partenariat euro-méditerranéen, la charte de stabilité en Méditerranée dans le cadre de l'OSCE, le dialogue instauré par l'Otan ou celui engagé entre l'UEO et certains pays de la Méditerranée, sans parler des initiatives et prises de positions unilatérales ou bilatérales ; sont autant d'exemples qui en témoignent.

37Cette multiplicité ne favorise pas la cohérence et l'efficacité du dialogue et ne permet pas de trouver un véritable terrain d'entente commun à l'ensemble des pays de la région euro-méditerranéenne. Il ne faut donc pas attendre de ces différentes initiatives des résultats concluants.

38Au-delà de la diversité, un certain nombre d'ambiguïtés rendent ces initiatives d'autant plus difficilement réalisables. Ainsi peut-on noter une contradiction entre le rôle des États-Unis dans la région, qui s'étoffe et revêt aujourd'hui une dimension fondamentale dans le cadre des accords de sécurité au Moyen-Orient, et le rôle principal que ces différentes initiatives confèrent à l'Europe. Si elles veulent mettre en place un système viable et efficace, elles doivent donc inclure les États-Unis mais aussi la Russie, le Canada ou encore le Japon.

39Il faut également revenir sur les concepts de valeurs et menaces communes, auxquels se réfèrent tous les documents étudiés. De nombreuses valeurs rencontrées dans les pays méditerranéens sont en contradiction avec des principes de l'OSCE tels le droit à l'objection de conscience, le droit de choisir sa religion, etc. Ces initiatives sont donc fondées sur des principes européo-centrés. De plus, on constate que la coopération en matière de sécurité entre les États membres de l'OSCE est essentiellement basée sur la dimension de sécurité au sein de l'Europe et dans la région euro-atlantique sans que ne soit effectuée une analyse approfondie des problèmes de sécurité en Méditerranée et au Moyen-Orient. Enfin, si la question de la primauté des mesures destinées à instaurer la confiance est abordée dans la plupart des documents, on en reste toujours à un niveau très global et général. On connaît pourtant un certain nombre de mesures militaires, mais aussi politiques, économiques ou culturelles permettant d'établir la confiance et la sécurité. Le dialogue doit se centrer sur des questions précises s'il veut aboutir à l'élaboration d'une conception commune de la sécurité euro-méditerranéenne. Le nouveau cadre de cette sécurité a donc encore bien des obstacles à surmonter, sans parler des divergences entre les pays membres de l'OSCE, ni des différends qui existent entre Américains et Russes sur la sécurité de l'Europe.

40Ces différentes remarques ne justifient pas pour autant qu'il faille refuser toute coopération euro-méditerranéenne. Elles entendent, au contraire, ouvrir la voie à une réflexion nouvelle et à un dialogue visant à plus de compréhension, de transparence. Ce qui constituera le fondement d'une sécurité collective dans le bassin méditerranéen.

Auteur

Université du Caire

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable