Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

Pour une critique des objectifs et des attentes

Partenariat et privatisation

Les investissements directs étrangers en Égypte

Soad Kamel Rizk

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

1En 1991, l'Égypte signe, avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, deux accords portant sur l'application d'un programme de réforme économique et d'ajustement structurel entamé dès l'année budgétaire 1991-1992. Le principal objectif de ce programme est de relancer le développement économique par la libéralisation du commerce et la privatisation des entreprises publiques. Étant donné que le gouvernement cherche à porter la croissance à 7 % par an dans le moyen terme, ce qui implique un taux d'investissement de 25 % du produit intérieur brut (PIB) face à un taux d'épargne qui actuellement ne dépasse pas les 16 %, il faudra attirer les investissements étrangers et les capitaux des Égyptiens vivant à l'étranger.

2Or, depuis quelques années, les pays du tiers monde sont entrés dans une rude concurrence pour attirer les investissements directs étrangers en raison d'une part, de l'insuffisance de leurs ressources propres, et, d'autre part, du rôle que jouent ces capitaux dans le transfert de nouvelles technologies et compétences – administratives et organisationnelles – dans l'accroissement de la compétitivité et de la capacité d'exportation.

3La problématique de la présente étude est la suivante : dans quelle mesure l'Égypte pourrait-elle réussir à attirer les investissements directs étrangers à travers le programme de privatisation et l'accord du partenariat qu'elle compte signer avec l'Union européenne (UE), considérés comme deux mécanismes complémentaires de la libéralisation économique ?

4La première partie de la présente contribution portera sur le programme de privatisation et son rapport avec les investissements directs étrangers. Dans la seconde partie, nous examinerons les répercussions éventuelles du Partenariat euro-méditerranéen sur ces investissements. Il faut cependant signaler que l'intérêt accordé dans cette étude aux investissements directs étrangers ne signifie pas que ces derniers soient le principal moteur de la croissance économique, ni qu'il faille négliger les conséquences négatives que pourrait entraîner la surestimation du rôle de ces investissements.

La privatisation et les investissements directs étrangers

5La privatisation ne doit pas être considérée comme une fin en soi, mais comme un moyen permettant d'améliorer les performances de l'économie égyptienne, et ceci dans le cadre plus vaste de la politique de réforme économique. Nous laisserons de côté les questions ayant trait à l'efficacité d'une telle politique et nous nous concentrerons sur les possibilités d'attirer vers l'Égypte des investissements directs étrangers à travers la privatisation.

Le programme de privatisation 1991-1998

  • 1 'Abdel-Qâder 'Ateiya, «Analyse des effets du développement de la privatisation : le cas de l'Égypte (...)

6Tout au début du processus de réforme du secteur public, le gouvernement a promulgué en 1991 la loi 203, connue sous le nom de loi du secteur public des affaires, suivie en 1993 par la loi 95 relative au marché des capitaux. En vertu de la première loi, 314 entreprises du secteur public sont passées au secteur public des affaires et ont été réparties sur 17 holdings. Les conseils d'administration des holdings ont été légalement autorisés à procéder à la cession des actifs des entreprises qu'ils regroupent1.

7Quant à la loi sur le marché des capitaux, elle réglemente l'introduction des entreprises en bourse et les étapes nécessaires aux opérations de vente et d'achat. L'objectif de cette loi est d'éliminer tous les obstacles pouvant entraver l'entrée des investisseurs et des cabinets d'expertise étrangers sur le marché local.

8Les privatisations ont été effectuées jusqu'en 1995 à un rythme lent en raison des facteurs suivants :

  • le climat économique général qui, à cause de déséquilibres structuraux, était instable ;

  • la lenteur du rythme de croissance qui résulte de l'application des politiques de stabilisation ;

  • le scepticisme avec lequel les travailleurs du secteur public des affaires ont accueilli le programme de privatisation et leur crainte d'être licenciés.

  • 2 Ministry of Economy and International Cooperation, Egypt Economic Profile, 1996, p. 73-75.

9À la fin de l'année budgétaire 1995-1996, 28 entreprises (dont 10 en liquidation) ont vu la participation majoritaire dans leur capital offerte à la vente, pour une valeur de 3,751 milliards LE soit 5,2 % du total de la valeur comptable des entreprises du secteur public des affaires. 17 autres entreprises ont vu seulement la participation minoritaire dans leur capital offerte a la vente, pour une valeur de 6,965 milliards LE soit 9,6 % du total de la valeur comptable de ces entreprises. Il faut y ajouter la vente par l'État d'un nombre important de joint-ventures (totalement ou en partie) et le lancement d'un programme de privatisation des parts de l'État dans 23 banques mixtes2.

  • 3 Majlis al-Shura (Conseil consultatif), Comité des affaires financières et économiques, Rapport sur (...)

10Le programme du ministère du Secteur public des affaires pour l'élargissement de la propriété comporte la vente de 4 entreprises à un investisseur principal, l'introduction de 9 autres en bourse et la préparation pour la vente de 7 entreprises entre octobre et décembre 1996. Par ailleurs, pour l'année 1997, le plan du ministère prévoit la cession de 34 entreprises à un investisseur principal, et le lancement de 18 entreprises sur le marché financier. Le programme prévoit également la vente de 26 entreprises dans le courant du premier semestre 19983.

  • 4 Calculs effectués à partir du rapport du Comité des affaires financières et économiques du Conseil (...)
  • 5 World Bank, Bureaucrats in Business, The Economics and Politics of Government Ownership, Oxford Uni (...)
  • 6 Ministère des Finances, al-bayân al-mâlî 'an mashru' al-muwâzana al-'âma lil-dawla lil-sana al-mâli (...)
  • 7 Déclaration du ministre du Secteur public des affaires, al-Musawwar, n° 3776, 21 février 1997, p. 1 (...)

11La part du secteur public dans le PIB est tombée de 48,7 % en 1981-1982, à 40 % en 1991-1992, et à 31,4 % en 1996-19974. Quant à la part de ce secteur dans l'investissement intérieur brut, elle est tombée de 51,9 % en 19905, a 8,3 % seulement dans le plan de 1997-19986. Le programme de privatisation devrait s'achever en l'an 2000, sachant que l'État conservera une participation majoritaire dans près de 60 entreprises de différents secteurs tels que les produits pharmaceutiques, les minoteries, les monopoles (cigarettes, aluminium, sucre), les transports en commun et les grandes entreprises de la sidérurgie et du textile à Mahallah al-Kubra7.

La privatisation et le marché des capitaux

  • 8 Ahmad Muhammad Mehrez, Le système juridique de la privatisation, Le Caire, al-nashr al-zahabi lil-t (...)

12Si le programme de privatisation visait en premier lieu le contact avec les marchés étrangers, l'introduction de nouvelles technologies, l'attraction des capitaux et la création d'emplois, autant d'objectifs liés à l'investissement direct, il n'en reste pas moins qu'il avait également pour objectif la relance du marché des capitaux, et par conséquent de l'investissement indirect8.

  • 9 Al-Musawwar, op. cit., p. 1 7.
  • 10 Bulletin du forum des recherches économiques dans les pays arabes, l'Iran et la Turquie (en arabe), (...)

13Bien que la présente étude s'intéresse avant tout aux effets de la privatisation sur l'attraction des investissements directs étrangers, il conviendrait peut-être d'examiner également les conséquences de cette privatisation sur le marché des capitaux, d'autant plus que le ministère du Secteur public des affaires a dernièrement annoncé qu'il avait l'intention de céder entre 35 % et 50 % des effectifs des entreprises à des acheteurs principaux ou stratégiques, et de lancer le reste des parts en bourse9. Dans le cadre de la privatisation, les marchés de capitaux jouent un rôle primordial dans la mesure où des sommes importantes sont mobilisées et investies dans les entreprises privatisées et où le gouvernement peut se garder une part des actions tout en cherchant à augmenter à terme la valeur du capital10.

  • 11 Ministry of Economy and International Cooperation, op. cit., p. 72-73.

14Dès 1996, le marché des capitaux a bien réagi au processus de privatisation et les investisseurs étrangers ont manifesté un intérêt croissant pour le marché égyptien. Lorsque, au mois de mai 1996, trois entreprises ont été introduites en bourse, elles ont fait l'objet d'une sursouscription, qui a atteint dans l'un des cas 50 fois le montant des émissions. Par ailleurs, 41 fonds d'investissement étrangers (en provenance de six pays différents) ont pris part à la souscription publique11.

La privatisation et la conversion des créances en participation au capital d'entreprise

  • 12 United Nations, Department of Economic and Social Development, Debt Equity Swaps and Development, N (...)

15Avec la crise de plus en plus grave de l'endettement des pays du tiers monde au milieu des années quatre-vingt, la conversion des créances en participation au capital d'entreprise (Debt Equity Swaps) constitue l'un des mécanismes permettant d'alléger le poids de la dette extérieure de ces pays. Suivant ce procédé, la dette publique extérieure est rachetée par des investisseurs sur un marché secondaire en devises étrangères à un prix inférieur à sa valeur nominale ; prix qui reflète les prévisions du marché vis-à-vis de la situation économique de l'État endetté et de sa capacité à s'acquitter de ses dettes. Ensuite, ces investisseurs se présentent à la Banque centrale du pays débiteur pour obtenir le montant des titres en monnaie locale à un taux d'escompte se situant entre la valeur nominale de la dette et sa valeur sur le marché secondaire. Cette somme sera investie dans le pays débiteur dans différents domaines12, y compris l'achat des entreprises publiques à privatiser.

16Ce qui nous intéresse dans le cadre de cette étude, c'est le lien entre le mécanisme de conversion des dettes en actifs, et le processus de privatisation et les investissements directs étrangers.

17Notons tout d'abord qu'il n'est pas possible d'évaluer les effets de la conversion des dettes sur le flux des investissements directs étrangers. En effet, ce mécanisme s'accompagne le plus souvent d'un ensemble de politiques qui visent également à attirer les investissements directs étrangers, ce qui rend quasiment impossible l'étude isolée de son impact. De plus, même si la conversion des dettes réussit à attirer les investissements directs, on peut se demander si ces flux sont réellement plus importants qu'ils ne l'auraient été sans ce schéma.

  • 13 Institut national de planification, « Évaluation des procédures alternatives pour élargir la propri (...)
  • 14 United Nations, op. cit., p. 2 et 13-15.

18La conversion des dettes en actifs est l'un des moyens de financement de la privatisation ; les pays endettés y ont recours lorsque le taux d'épargne est faible et que les marchés financiers ne sont pas assez développés13. On constate cependant que lorsque la privatisation est fondée sur ce mécanisme, elle ne crée pas de nouveaux actifs puisqu'il ne s'agit dans ce cas que du transfert de la propriété des actifs existants des mains de l'État vers celles de l'investisseur étranger. Le principal danger de ce mécanisme réside dans le fait qu'en accédant à la propriété d'une entreprise publique, éventuellement une industrie stratégique, à un prix subventionné sans y injecter de nouveaux capitaux, l'investisseur étranger se substitue tout simplement comme propriétaire à l'État débiteur. L'investisseur étranger est encore plus favorisé lorsque les investisseurs locaux sont exclus de cette opération14. De plus, ce mécanisme ne fait que transformer une « dette à caractère temporaire », qui prendrait fin avec l'acquittement du dernier versement, en une « dette permanente » puisque les profits, voire le capital lui-même, sont transférés à l'étranger.

  • 15 Omneya Helmy, « Le programme de réforme économique et les relations économiques extérieures » (en a (...)
  • 16 Al-Ahrâm al-iqtisâdî, n° 1486, 30 juin 1997, p. 27.

19L'Égypte a connu au début des années quatre-vingt-dix une crise d'endettement aiguë et une forte dégradation de ses capacités d'emprunt. En effet, la dette extérieure s'élevait en 1989-1990 à 50 milliards $, soit environ 144 % du PIB. Le poids du service de la dette s'élevait alors à 6 milliards $ et les accumulations d'arriérés atteignaient, toujours en 1990, 11,4 milliards $15. En 1989, pour tenter de sortir de cette crise, un programme visant le règlement des dettes est mis au point. L'Égypte réussit ainsi à régler environ 3,2 milliards $. 56 % des revenus du règlement sont consacrés à l'investissement, 37 % au service de l'exportation et le reste aux dépenses locales16.

  • 17 Institut national de planification, Table ronde sur la privatisation et la réforme économique en Ég (...)

20Il convient de signaler que si les données relatives au règlement des dettes extérieures sont rares, celles qui concernent les liens entre ce règlement et la privatisation sont, quant à elles, inexistantes. Aucune preuve ne vient confirmer ou infirmer l'utilisation du mécanisme de la conversion des dettes dans le financement du programme de privatisation en Égypte. Pour certains, le simple fait que le gouvernement accepte le principe de la privatisation, d'une part, et de la conversion des dettes en actifs, d'autre part, signifie que l'acheteur de la dette égyptienne pourrait utiliser cette somme pour l'achat d'actions dans les entreprises publiques introduites en bourse. Ces observateurs mettent en garde contre les conséquences d'un tel mécanisme17 :

  • le transfert des profits et des revenus du propriétaire étranger à l'extérieur du pays détériorerait encore davantage la balance des paiements ;

  • pour la même raison, le taux de change de la livre égyptienne subirait une plus forte pression encore ;

    • 18 Al-Ahrâm al-iqtisâdî, op. cit., p. 28.

    il y a un certain danger à étendre l'opération de cession des dettes extérieures dues à des créances privées, à savoir les banques commerciales (qui ne dépassent pas 15 à 18 % du total des dettes de l'Égypte) à la cession des dettes gouvernementales comme l'ont fait par exemple au cours de ces dernières années la France et les pays de l'Europe de l'Est18 ;

  • au cas où le règlement des dettes serait effectué à des taux trop élevés, on pourrait craindre que le système bancaire égyptien ne dispose de trop de liquidités, ce qui entraînerait une augmentation du taux d'inflation ;

  • compte tenu surtout du volume des actifs du secteur public, il serait dangereux que le capital productif égyptien passe sous contrôle étranger.

Privatisation et investissements directs étrangers

  • 19 Voir, à titre d'exemple, Mustapha al-Saîd, « Al-takhsîsiya wa-l-istithmâr » (Privatisation et inves (...)

21Les avis sur le lien entre la privatisation et l'investissement d'une manière générale et l'investissement direct étranger en particulier sont divergents. Pour certains, la politique de réforme économique – avec ses différents outils et notamment la privatisation – est un des principaux facteurs d'attraction des investissements directs étrangers, voire des capitaux égyptiens à l'étranger. D'autres observateurs émettent des réserves quant à la relation causale qui existerait entre la privatisation et l'augmentation de l'investissement en général, et plus particulièrement l'investissement étranger19. Pour analyser les effets de la privatisation sur le flux des investissements étrangers directs en Égypte, nous avons ainsi comparé ces flux avant et après l'application du programme de privatisation.

Le flux des investissements directs étrangers (IDE) en Égypte 1986-1995

Le flux des investissements directs étrangers (IDE) en Égypte 1986-1995

22Note *: Valeur estimée.

23Sources : World Bank, World Debt Tables, External Finance for Developing Countries, vol. 2, Country Tables, Washington, DC, 1996 ; pour 1995 : CNUCD, World Investment Report, Division on Transnational Corporations & Investment, UN, Geneva and New York, 1996. Les taux de variation et les moyennes ont été calculés par l'auteur.

24Ce tableau permet de constater que les investissements étrangers en Égypte ont fluctué pendant toute la décennie, que ce soit avant ou après le début du programme de privatisation. De plus, la moyenne annuelle des flux d'investissements directs étrangers a subi une baisse pendant les cinq années qui ont suivi la mise en œuvre de ce programme par rapport aux cinq années qui l'ont précédé.

  • 20 Le premier chiffre est une estimation du Fonds monétaire international, Ministry of Economy, op. ci (...)

25On peut donc en déduire que la politique de privatisation n'a pas encore entraîné une augmentation des investissements directs étrangers en Égypte. Plusieurs facteurs permettent toutefois de ne pas conclure trop rapidement à l'échec. Ainsi, la relative lenteur dans l'application du programme durant la période 1991-1995 pourrait expliquer le peu d'empressement des investisseurs étrangers potentiels. De plus, l'accélération dans la mise en œuvre du programme, au début de 1996, est trop récente pour qu'on puisse évaluer son effet sur les investissements directs étrangers. Toutefois, les prévisions relatives à l'investissement des capitaux étrangers en Égypte dans l'année en cours (1997) demeurent dans une fourchette très faible : entre 0,8 et 1,5 milliard $ pour la somme des investissements directs et indirects20.

Le projet de Partenariat et son impact sur les investissements directs étrangers en Égypte

  • 21 Muhammad Mahmûd al-lmâm, « Les accords de partenariat européen et leur place dans le concept d'inté (...)

26Au début des années quatre-vingt-dix, une nouvelle forme d'intégration régionale a émergé, basée sur le regroupement des pays du tiers monde autour d'un ou de plusieurs pays développés21. C'est dans ce cadre qu'il convient de considérer l'éventuelle participation de l'Égypte au partenariat euro-méditerranéen.

  • 22 Ibidem, p. 13-14.

27Si les pays du tiers monde acceptent l'idée d'un partenariat avec les pays développés, c'est avant tout pour augmenter leur capacité d'exportation. De leur côté, les pays industriels cherchent des débouchés sur les marchés du tiers monde pour leurs produits manufacturés et leurs services. Cette nouvelle formule d'intégration régionale exclut cependant le mouvement de la main-d'œuvre, notamment en provenance des pays sous-développés et à destination des pays développés. En revanche, elle insiste sur la libéralisation du commerce et sur l'accès des investisseurs des pays développés aux pays sous-développés. Attirés par une main-d'œuvre bon marché et le libre-échange, les investissements directs étrangers créeraient des emplois à l'intérieur même des pays en développement22.

  • 23 Kebabjian G., « Régionalisation de l'économie mondiale et investissements étrangers directs », coll (...)

28Il est impossible cependant de supposer que la création d'une zone de libre-échange se limite aux relations commerciales (surtout que, dans beaucoup de cas, ces derniers bénéficiaient d'un degré de libéralisation assez important avant même la création d'une zone de libre-échange) puisqu'il faut tenir compte du mouvement des capitaux, la signature de tels accords garantissant à l'investisseur étranger que l'État concerné est effectivement engagé de manière irréversible dans la logique du marché libre23.

Le projet de Partenariat

29Dans les négociations en cours sur le remplacement des accords entre l'UE et l'Egypte de 1977, par un accord d'association dans le cadre du partenariat, la partie européenne insiste sur les principes de réciprocité de l'ouverture des marchés et sur l'élaboration d'un cadre favorable au dialogue et à la coopération politique et économique. Le projet comporte le volet économique dans ses trois dimensions : la conjoncture nécessaire à la libéralisation des échanges de biens, de services et de capitaux entre les deux parties et la création, dans un délai déterminé, d'une zone de libre-échange ; la consolidation de la coopération dans tous les domaines où celle-ci est susceptible de se développer, notamment dans les domaines de la science, de la technologie, de la politique économique et dans celui des infrastructures ; le développement de la base économique et productive de l'Égypte et l'augmentation de sa capacité à tirer le plus grand profit de la libéralisation du commerce grâce à l'aide financière et technique qui lui est fournie. En outre, les relations bilatérales s'inscrivent dans une dimension régionale dans le but de renforcer l'intégration économique et politique de l'Égypte.

  • 24 Muhammad Mahmûd al-lmâm, op. cit., p. 52-53.

30Partageant ces principes, la partie égyptienne a dans un premier temps axé les négociations sur deux questions fondamentales : les conditions d'instauration de la zone de libre-échange, surtout en matière de certificat d'origine, et l'augmentation de l'aide financière. Toutefois, des divergences de fond sont apparues entre les parties au cours des négociations, surtout en ce qui concerne les produits agricoles et les travailleurs égyptiens dans les pays de l'UE24.

Les conséquences probables de l'accord d'association

31L'UE a exprimé à maintes reprises la volonté de promouvoir la stabilité politique dans la région euro-méditerranéenne, préalable nécessaire à la relance de la croissance économique et au rééquilibrage des niveaux de croissance dans la région. Cependant, un écart énorme apparaît entre les ambitions déclarées et les moyens mis en œuvre pour réaliser ces dernières. La principale proposition de l'UE, sinon la seule, est la création d'une zone de libre-échange. Se pose alors la question des répercussions d'une telle opération sur l'économie des pays dont les niveaux de croissance sont tellement dissemblables.

  • 25 Kebabjian G., op. cit., p. 8-9.

32Les effets de la création d'une zone de libre-échange sur la croissance économique peuvent aussi bien être positifs que négatifs. Ceux-ci sont en fait fonction de la nature des politiques qui accompagnent la création de la zone. C'est en ce sens que les investissements directs étrangers ont un rôle à jouer. Certaines études sur la création de la zone de libre-échange en Méditerranée montrent en effet que l'augmentation considérable des flux vers les pays du Sud serait le seul moyen d'obtenir des effets globalement positifs25.

33Tout en admettant que le rôle des capitaux étrangers dans le développement autonome et auto-entretenu, et la répercussion à long terme de ces capitaux sur la balance des paiements (la sortie des revenus de l'investissement, voire du capital initial lui-même) suscitent de nombreuses réserves, ce dont il s'agit ici, c'est d'évaluer le rôle de ces capitaux dans l'accroissement des avantages de l'accord de partenariat – ou dans la limitation de ses conséquences négatives.

  • 26 Calculé à partir de El-Bayoumi G. E., « Egypt/EU Partnership », in Egyptian Center of Economic Stud (...)
  • 27 Ibid., p. 4.

34L'Union européenne est le premier partenaire commercial de l'Égypte. En effet, en 1995, les échanges commerciaux de ce pays avec l'UE se chiffrent à 46 % des exportations égyptiennes et à 39 % des importations. Pour la même année, le déficit de la balance commerciale de l'Égypte avec l'UE s'élève à 10,146 milliards LE, ce qui représente environ 36 % de son déficit global26. Quant à la structure de ces échanges, on constate la prédominance des matières premières et du carburant dans les exportations égyptiennes vers l'UE, et celle des produits manufacturés dans les importations en provenance de l'UE. Par ailleurs, les produits agricoles européens représentent moins de 12 % des importations égyptiennes de l'UE, alors que les exportations égyptiennes de ces produits vers l'UE sont six fois moins importantes que ses importations27.

  • 28 Ali Ahmad 'Ali, Les relations de l'Égypte avec la CEE (en arabe), Centre de recherches et d'études (...)
  • 29 Pour plus de détails théoriques sur ces facteurs voir Dunning J. H. & Narula R. (éds), Foreign Dire (...)

35À la lumière de ces indications, on peut se demander quelles seront les conséquences probables du partenariat sur les flux d'investissements directs étrangers, sachant qu'au début des années quatre-vingt-dix, la part du capital européen investi dans les projets en Égypte ne dépassait pas 4,6 % dans les zones franches et 6 % dans le reste du pays28. Pour répondre à cette question, nous essaierons d'examiner les conséquences que pourrait avoir l'application de cet accord sur les facteurs d'attraction des investissements directs étrangers vers l'Égypte29.

36Le premier de ces facteurs est la structure même des ressources du pays, c'est-à-dire les avantages naturels dont il jouit et les avantages acquis au niveau des infrastructures. Vu que la libéralisation du commerce des produits agricoles et agro-alimentaires n'est pas incluse dans le projet d'accord euro-égyptien, les exportations égyptiennes dans ces domaines ne peuvent espérer réellement augmenter, et l'investisseur étranger, ou même local, ne saurait y trouver la motivation qui le pousserait à investir davantage dans ce secteur.

37Par ailleurs, à moins qu'il n'entraîne une nette amélioration des conditions générales de l'investissement en Égypte, rien ne laisse présager que l'accord influencera de manière sensible le comportement de l'investisseur étranger dans un secteur comme celui du pétrole, qui a depuis toujours constitué un pôle d'attraction pour les capitaux étrangers.

  • 30 Galal A. & Hoekman B., « Egypt and the Partnership Agreement with the EU. The Road to Maximum Benef (...)
  • 31 Khattab M. A., « Prospects of Foreign Direct Investments Inflow into Egypt and the European Union O (...)

38Enfin, il est peu probable que l'accord ait des répercussions positives sur les projets relatifs à l'infrastructure. La réduction des tarifs douaniers sur les importations en provenance de l'Europe produit un effet négatif sur les revenus publics et, par conséquent, sur les dépenses publiques dans les projets d'infrastructure. Les revenus des droits de douanes à l'importation des produits d'Europe sont estimés à 800 millions $ en 1994 ; si l'on tient compte de la croissance des importations égyptiennes en provenance de l'UE qu'entraînerait l'accord, la baisse des revenus publics se chiffrerait alors à près de 1 milliard $, soit 2 % du PIB30. D'autre part, bien que « l'amélioration de l'infrastructure » figure au centre du projet de coopération financière du partenariat, aucun montant précis n'a été affecté à ce but. Il semble que cette idée informellement avancée par la partie égyptienne au cours des négociations n'ait pas été accueillie favorablement par la partie européenne31.

  • 32 Ministry of Economy, op. cit., p. 94.

39Concernant le lien entre la taille du marché et l'attraction des investissements directs étrangers en Égypte, il faut distinguer deux périodes. La première, jusqu'au milieu des années quatre-vingt, s'est caractérisée par la concentration des investissements dans les industries de substitution aux importations bénéficiant alors d'une relative expansion du marché et de sa capacité d'absorption de biens de consommation et de biens intermédiaires. Ceci s'est alors traduit par une faible performance en termes d'exportations : moins de 30 millions $ par an pour les projets réalisés à l'intérieur du pays, c'est-à-dire à l'exception des zones franches. La deuxième étape, dans laquelle on se situe encore, a été marquée par une orientation progressive vers la production de biens destinés à l'exportation. Cette transformation est due à la compétition croissante et la saturation du marché local d'une part, et aux changements survenus dans la politique commerciale de l'Égypte, le taux de change et le développement du secteur privé devenu un partenaire attrayant pour l'investisseur étranger, d'autre part32.

  • 33 Voir, à titre d'exemple, Khattab, op. cit., p. 44-47 ; Page J. and Underwood J., « Growth, the Magh (...)

40Si le marché local n'a plus le même attrait pour l'investisseur étranger depuis plus d'une décennie, il reste à évaluer l'impact du partenariat sur la production destinée à l'exportation. Les conclusions de plusieurs études33 portant sur l'ouverture des marchés des pays méditerranéens aux produits européens manufacturés en vertu des accords bilatéraux d'association montrent que si les pays du sud de la Méditerranée ne parviennent pas à établir des accords de libre-échange entre eux, les investisseurs préféreront s'implanter dans les pays de l'Union européenne. En effet, selon le principe du « hub and spoke », l'investisseur a intérêt à choisir comme lieu de production un pays européen, car il peut exporter plus facilement à partir de celui-ci vers tous les pays qui ont signé des accords avec l'Union européenne.

  • 34 Abdel-Rahmân Sabri, « L'union européenne et le dialogue euro-arabe : évaluation des effets » (en ar (...)

41Cette idée tient au fait que les capitaux arabes dans les pays européens s'élevaient à 620 milliards $ en 1990, alors que pour la même année les investissements européens directs dans les pays arabes ne dépassaient pas 2 à 3 milliards $34.

42Cela signifie qu'avec l'abolition des barrières douanières et non douanières à l'importation des produits manufacturés, l'investisseur étranger ne sera pas davantage motivé pour produire en Égypte. Et plus les économies d'échelle acquerront de l'importance, plus la production aura tendance à se concentrer dans l'un des pays de l'UE où les entreprises bénéficient non seulement de possibilités d'exportation vers tous les pays signataires d'accords commerciaux avec l'Europe, mais également de nombreux services complémentaires. Or, l'Égypte n'a pas signé d'accords de libre-échange avec d'autres pays du sud de la Méditerranée ; de plus, les coûts du transport et des transactions entre ces pays sont en hausse. Les projets basés sur des intrants importés de pays autres que ceux de l'UE et qui exportent la majeure partie de leur production s'exposent donc à une hausse de leurs coûts s'ils s'implantent en Égypte35. Une « plus grande intégration dans l'ensemble de la région méditerranéenne » est un des objectifs du partenariat ; pourtant aucun arrangement précis relatif à la question n'a été défini.

  • 35 Galal A. & Hoekman B., op. cit., p. 13-14.

43Pour résumer, un accord dans le cadre du partenariat n'améliorera pas en lui-même la capacité de l'Égypte à attirer les investissements directs étrangers35. L'éventualité d'un impact positif est conditionnée en fait par l'intégration de l'Égypte dans des accords de libre-échange avec ses voisins du sud de la Méditerranée, ceci d'autant plus que le partenariat autorise le cumul des règles d'origine au cas où de tels accords seraient conclus. Des négociations allant dans ce sens ont d'ailleurs été entamées avec d'autres pays de la région.

  • 36 Projet de partenariat égypto-européen (en arabe), non publié.

44Par ailleurs, le projet d'accord entre l'Égypte et l'Europe a mentionné de façon incidente et dans des termes peu précis, la contribution du partenariat au développement du capital humain ; or celui-ci pourrait être un facteur d'attraction des investissements dans le domaine de la production destinée à l'exportation. L'article 49 (coopération industrielle) du chapitre 5 relatif à la coopération économique indique que la coopération aura pour effet d'encourager et de promouvoir « le développement des ressources humaines ». D'autre part, l'article 55 (enseignement et formation) stipule que les deux parties collaboreront dans le but de « trouver les moyens les plus efficaces en matière d'enseignement et de formation professionnelle ». Tel qu'il est formulé, le communiqué conjoint sur la coopération économique confirme cette tendance à l'imprécision puisqu'il stipule que « chacune des deux parties prendra en charge les coûts matériels correspondant à son implication dans les activités incluses dans le concept de coopération économique, ces coûts restant à déterminer au cas par cas »36.

  • 37 Hâfez Za'farân, « La zone de libre-échange et les investissements étrangers : éléments d'analyse po (...)

45Concernant la relation entre l'orientation économique de l'Égypte et l'investissement étranger direct, et l'influence de l'accord sur cette relation, nous pouvons dire de prime abord que la signature d'un accord de libre-échange implique une plus forte orientation vers l'exportation aux dépens de la substitution aux importations. Ceci constitue un facteur d'attraction pour l'investissement étranger qui établit un lien entre cette orientation et l'accélération de l'ajustement structurel et de la croissance économique. Il s'agit toutefois simplement d'un « effet d'annonce » de la création d'une zone de libre-échange37 et qui, considéré séparément des autres facteurs d'attraction de l'investissement et surtout de la politique économique de l'État et de son rôle dans l'organisation des activités économiques, ne peut avoir qu'une portée limitée.

  • 38 Zainab 'Abdel-'Azîm, « L'économie politique des relations de l'Égypte avec le FMI, de l'accord de 1 (...)
  • 39 Ministry of Economy, op. cit., p. 105.
  • 40 Khader B., « Le partenariat euro-méditerranéen », Études internationales, n° 57, 4/95, Tunis, décem (...)

46Quant à la politique économique qui pourrait motiver l'investisseur étranger, elle a été formulée par les experts de la Banque mondiale en ces termes : si l'État n'adopte pas une stratégie claire et rapide en matière de privatisation, il sera difficile d'instaurer la confiance nécessaire dans le secteur privé, condition fondamentale pour inciter au rapatriement des capitaux égyptiens actuellement à l'étranger et pour encourager les étrangers à venir investir en Égypte. D'où la recommandation faite par ces experts au gouvernement égyptien d'accélérer le programme de privatisation, de l'élargir et de prendre des mesures plus radicales en matière de restructuration du commerce extérieur et de réforme du Code du travail38. De son côté, la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCD) assure également que l'un des principaux facteurs d'attraction des investissements directs étrangers est l'accélération du processus de privatisation et le passage à une véritable économie de marché39. De même, selon une étude sur le Partenariat euro-méditerranéen, les accords pourraient encourager les investissements étrangers, à condition que les pays méditerranéens persévèrent dans la voie de l'ajustement structurel et de la libéralisation de l'économie, que les législations relatives à l'investissement étranger soient clairement déterminées, que la compétition soit plus forte et le secteur privé plus dynamique40.

  • 41 World Bank, op. cit., p. 19.
  • 42 Page J. & Underwood J., op. cit., p. 7-10.

47L'importance du partenariat réside dans le « critère de crédibilité ». En effet, le respect des engagements commerciaux, bilatéraux ou multilatéraux augmente la crédibilité du gouvernement aux yeux de l'investisseur étranger dans la mesure où revenir par la suite sur sa politique de réforme économique et de privatisation serait d'un coût plus élevé41. Il convient toutefois de signaler que cette crédibilité ne s'instaure pas de façon automatique dès lors qu'un accord est signé. Un sondage effectué auprès d'un certain nombre d'investisseurs européens démontre que leur opinion a évolué de manière positive vis-à-vis des gouvernements tunisien et marocain, et ce en raison de la signature par ces deux pays d'accords d'association avec l'UE. Néanmoins, les investisseurs persistent à penser qu'il existe toujours des obstacles fondamentaux à l'investissement dans ces pays, notamment la corruption de l'administration et les problèmes juridiques. En dernier ressort, il apparaît que le jugement porté par ces investisseurs n'a pas vraiment changé sur le fond, malgré la signature des accords42. Cela signifie qu'une plus grande crédibilité en l'État signataire de l'accord peut limiter le manque de confiance des investisseurs dans les politiques économiques globales que celui-ci met ou mettra en œuvre ; en ce sens, la signature de l'accord compte parmi les facteurs attirant l'investisseur étranger. Cependant, d'autres facteurs organisationnels et institutionnels pourraient largement nuancer une telle vision.

  • 43 Galal A., « Which Institutions Constrain Economic Growth in Egypt the Most ? », Arab Economic Journ (...)

48Reste à s'interroger sur les répercussions de l'accord sur les facteurs ci-dessus mentionnés dans le cas égyptien. Une étude de terrain43 réalisée dans la première moitié des années quatre-vingt-dix dans 45 entreprises privées en Égypte (industries alimentaires, textile et industries mécaniques), en vue de mettre au jour les principaux obstacles auxquels se confrontent les investisseurs, a permis de repérer ces obstacles dans l'ordre suivant : manque de certitude quant à la poursuite de la politique de libéralisation, politique fiscale et lenteur des procédures judiciaires, problèmes relatifs à l'obtention de crédits, difficulté à se procurer les intrants surtout lorsque le secteur public domine le marché, législation du travail et taille du marché. La conclusion qui se dégage de cette étude est que la prochaine étape à laquelle l'Égypte sera confrontée est celle des réformes institutionnelles. L'évolution de ces facteurs organisationnels et institutionnels étant du ressort du gouvernement qui détermine l'organisation des activités économiques, l'accord dans le cadre du partenariat ne peut donc avoir aucun effet notable sur ces facteurs.

Conclusion

49Nous avons tenté de dégager les répercussions à la fois de la privatisation et de l'éventuel partenariat entre l'Égypte et l'UE, sur l'afflux des investissements directs étrangers vers l'Égypte, afflux qui pourrait contribuer à la relance de la croissance économique sans toutefois en être le principal moteur. L'étude détaillée du cas égyptien nous a permis de constater que les opérations de privatisation n'ont pas encore produit d'effets sur le flux des investissements directs étrangers ; il est cependant peut être encore trop tôt pour émettre un jugement définitif. Quant aux répercussions éventuelles du partenariat sur les flux des investissements directs étrangers, il apparaît qu'en dépit de « l'effet d'annonce » et de la crédibilité croissante qui pourrait en découler, les conséquences positives sont conditionnées par l'intégration de l'Égypte à des accords de libre-échange avec les pays du sud de la Méditerranée. À défaut, l'accord ne produira aucun effet, voire des effets négatifs, les investissements étrangers pouvant s'orienter massivement vers des pays de l'Union européenne.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ouvrages arabes

Banque nationale d'Égypte, al-Nashra al-iqtisâdiyya, n° 1, vol. 50, 1997.

HASSÛNA Muhammad, « Éléments et étapes de l'évolution du processus de privatisation dans l'économie égyptienne » (en arabe), communication présentée au Forum « Le problème de la privatisation dans l'économie égyptienne », Faculté d'économie et de sciences politiques et la fondation Friedrich Ebert.

Institut national de planification, « Les changements survenus au niveau mondial : le GATT et l'Europe unifiée et leur impact sur le flux de capitaux , la main-d'œuvre et le commerce des biens et des services », Qadâya al-takhtît wal-tanmiya, n° 97, août 1995.

Ministère des finances, Rapport du projet de budget pour l'année financière 1997-1998, Le Caire, al-Hay'a al-'âma li-shu'ûn al-matabi' al-amîriya, 1997.

SALEH Samir Abul-Foutûh, « Asâlîb wa ab'àcl da'm al-qodra al-tanâfusiyya lil-sâdirât al-misriyya fi zell al-takattulât al-iqtisâdiyya », communication présentée à la VIe rencontre annuelle du Comité des affaires économiques et financières du Parti national démocrate, 29-30 mars 1997, p. 219-245.

SAQR Hâla, « À propos du climat favorable à l'investissement direct étranger », communication présentée au Forum « La place des investissements directs étrangers dans l'économie égyptienne : opportunités et mises en garde », Faculté d'économie et de sciences politiques, Université du Caire et Friedrich Ebert.

Ouvrages étrangers

Arab Society for Economic Research, «World Development Report, 1997. The State in a Changing World », Arab Economic journal, n° 6, autumn 1996, p. 121-147.

Assemblée nationale, Les relations entre l'Union européenne et les pays tiers méditerranéens, Rapport d'information n°2367, 15 nov. 1995.

BROWN D.K., DEARDORFF A.V. & STERN R.M., « Some Economic Effects of the Free Trade Agreement Between Tunisia and the European Union », ECES Conference, How Can Egypt Benefit from its Partnership Agreement with the European Union Ì, Cairo, June 26-27, 1996.

Capital Market Authority, Egypt's Capital Market, a New Era of Development, October 1996.

Commission européenne, Commerce euro-méditerranéen, statistiques, Conférence économique du Caire, 12-14 novembre 1996.

DIWAN I., « Globalization, European Union Partnership, and Income Distribution in Egypt », ECES Conference, 1996.

EL-BAYOUMI G.E., « Egypt-European Union Partnership », ECES Conference, 1996.

HOEKMAN B. & DJANKOV S., « Towards a Free Trade Agreement with the European Union : Issues and Policy Options for Egypt », in ECES Conference, 1996.

KHADER B. « Le partenariat euro-méditerranéen », Etudes Internationales, n°57(4), Tunis, déc. 1995, p. .5, 67.

KHATTAB M.A., « Prospects of Foreign Direct Investments Inflow into Egypt and the European Union Opportunities and Challenges », Faculty of Economics and Political Science and Friedrich Ebert Conference, The Partnership Agreement Between Egypt and European Union, Alexandria, 16-19 May 1996.

Middle East Monitor, vol. 7, n° 2, feb. 1997, London.

Ministère de l'Économie et des Finances, Partenariat économique et intégration régionale, Les Notes bleues de Bercy, n° 85, 16-30 avril 1996, Paris.

Ministry of Economy and International Cooperation, Egypt Economic Profile, 1996.

PAGE J. & UNDERWOOD J., « Growth, the Maghreb and the European Union. Assessing the Impact of the Free Trade Agreements on Tunisia and Morocco », ECES Conference, 1996.

UNCTAD, World Investment Report, Division on Transnational Corporations and Investment, United Nations, Geneva and New York, 1996.

World Bank, World Debt Tables, External Finance for Developing Countries, vol. 2, Country Tables, Washington DC, 1996.

Notes

1 'Abdel-Qâder 'Ateiya, «Analyse des effets du développement de la privatisation : le cas de l'Égypte » (en arabe), L'Égypte contemporaine, n° 437-438, juillet-octobre 1994, p. 54.

2 Ministry of Economy and International Cooperation, Egypt Economic Profile, 1996, p. 73-75.

3 Majlis al-Shura (Conseil consultatif), Comité des affaires financières et économiques, Rapport sur la réforme économique et sociale en Égypte : bilan des deux premières étapes et définition des objectifs et des caractéristiques de la troisième (en arabe), annexe 2, Le Caire, 1997, p. 116 et 152.

4 Calculs effectués à partir du rapport du Comité des affaires financières et économiques du Conseil consultatif : Projet de rapport sur le quatrième plan quinquennal du développement économique et social (1997-1998 – 2001 -2002) et plan de la première année (1997-1998) (en arabe), tableau 2 de l'annexe statistique, Le Caire, 1997 ; Soheir Abul-Aînein, Les effets de la privatisation sur les monopoles en Égypte, Institut national pour la planification, note 1588, septembre 1995, p. 19.

5 World Bank, Bureaucrats in Business, The Economics and Politics of Government Ownership, Oxford University Press, 1995, p. 276-277.

6 Ministère des Finances, al-bayân al-mâlî 'an mashru' al-muwâzana al-'âma lil-dawla lil-sana al-mâliya 1997/98 (pourcentage calculé), Le Caire, al-Hay'a al-'âma li-shu'ûn al-matabi' al-amîriya, 1997, p. 16.

7 Déclaration du ministre du Secteur public des affaires, al-Musawwar, n° 3776, 21 février 1997, p. 17.

8 Ahmad Muhammad Mehrez, Le système juridique de la privatisation, Le Caire, al-nashr al-zahabi lil-tibâ'a, 1995, p. 258.

9 Al-Musawwar, op. cit., p. 1 7.

10 Bulletin du forum des recherches économiques dans les pays arabes, l'Iran et la Turquie (en arabe), tome 3, n° 3, septembre-octobre 1996, p. 19.

11 Ministry of Economy and International Cooperation, op. cit., p. 72-73.

12 United Nations, Department of Economic and Social Development, Debt Equity Swaps and Development, New York, 1993, p. 1.

13 Institut national de planification, « Évaluation des procédures alternatives pour élargir la propriété » (en arabe), qadâya al-takhtît wal-tanmiya, n° 98, janvier 1996, p. 82.

14 United Nations, op. cit., p. 2 et 13-15.

15 Omneya Helmy, « Le programme de réforme économique et les relations économiques extérieures » (en arabe), dans 'Aleyya Al-Mahdi, Les aspects politiques et sociaux de la réforme économique en Égypte, qadâya al-tanmiya (3), Centre d'étude et de recherche sur les pays en voie de développement, Faculté d'économie et de sciences politiques, Université du Caire, 1996, p. 75.

16 Al-Ahrâm al-iqtisâdî, n° 1486, 30 juin 1997, p. 27.

17 Institut national de planification, Table ronde sur la privatisation et la réforme économique en Égypte, al-Magalla al-misriyya lil-tanmiya wal-takhtît, tome 2, n° 1, juin 1994, p. 218-222.

18 Al-Ahrâm al-iqtisâdî, op. cit., p. 28.

19 Voir, à titre d'exemple, Mustapha al-Saîd, « Al-takhsîsiya wa-l-istithmâr » (Privatisation et investissement), al-Ahrâm. 18 février 1997, p. 11.

20 Le premier chiffre est une estimation du Fonds monétaire international, Ministry of Economy, op. cit., p. 105 ; le second est celui du Middle East Monitor, vol. 7, n° 2, février 1997, London, p. 8.

21 Muhammad Mahmûd al-lmâm, « Les accords de partenariat européen et leur place dans le concept d'intégration » (en arabe), Buhûth iqtisâdiyya 'arabiyya, n° 7, printemps 1997, p. 12.

22 Ibidem, p. 13-14.

23 Kebabjian G., « Régionalisation de l'économie mondiale et investissements étrangers directs », colloque « Les investissements étrangers directs et la politique de développement industriel », Tunis, 31 octobre-1er novembre 1996, p. 5, Université de Tunis-III et Université de Paris-Sud en collaboration avec l'Ambassade de France en Tunisie et la Fondation Friedrich Ebert.

24 Muhammad Mahmûd al-lmâm, op. cit., p. 52-53.

25 Kebabjian G., op. cit., p. 8-9.

26 Calculé à partir de El-Bayoumi G. E., « Egypt/EU Partnership », in Egyptian Center of Economic Studies, How Can Egypt Benefit from its Partnership Agreement with the EU ?, Cairo, june 26-27, 1996, p. 7-9.

27 Ibid., p. 4.

28 Ali Ahmad 'Ali, Les relations de l'Égypte avec la CEE (en arabe), Centre de recherches et d'études politiques, Université du Caire, 1992, p. 365.

29 Pour plus de détails théoriques sur ces facteurs voir Dunning J. H. & Narula R. (éds), Foreign Direct Investment and Governments, Catalysts for Economic Restructuring, Londres, Routledge, 1996, p. 24-28.

30 Galal A. & Hoekman B., « Egypt and the Partnership Agreement with the EU. The Road to Maximum Benefits », in ECES, op. cit., p. 23.

31 Khattab M. A., « Prospects of Foreign Direct Investments Inflow into Egypt and the European Union Opportunities and Challenges », dans Faculté d'Économie et de Sciences politiques & Friedrich Ebert Stiftung (éds), The Partnership Agreement Between Egypt and EU, Alexandrie, 16-19 mai, 1996, p. 44.

32 Ministry of Economy, op. cit., p. 94.

33 Voir, à titre d'exemple, Khattab, op. cit., p. 44-47 ; Page J. and Underwood J., « Growth, the Maghreb and the European Union. Assessing the impact of the Free Trade Agreements on Tunisia and Morocco », ECES, op. cit., p. 11 ; Hoekman B. & Djankov S., « Towards a Free Trade Agreement with the European Union : Issues and Policy Options for Egypt », ECES, op. cit., p. 10-11 ; Galal A. and Hoekman B., op. cit., p. 13.

34 Abdel-Rahmân Sabri, « L'union européenne et le dialogue euro-arabe : évaluation des effets » (en arabe), Magallat al-buhûth wal-dirâsât al-'arabiyya, n° 25, juillet 1996, p. 217-218.

35 Galal A. & Hoekman B., op. cit., p. 13-14.

36 Projet de partenariat égypto-européen (en arabe), non publié.

37 Hâfez Za'farân, « La zone de libre-échange et les investissements étrangers : éléments d'analyse pour le cas euro-tunisien » (en arabe), communication présentée à la troisième conférence de l'Association arabe pour les recherches économiques, la nation arabe et les projets d'intégration, Beyrouth, 14-16 novembre 1995, p. 5.

38 Zainab 'Abdel-'Azîm, « L'économie politique des relations de l'Égypte avec le FMI, de l'accord de 1987 à celui de 1991 », dans Aleyya Al-Mahdi, op. cit., p. 155

39 Ministry of Economy, op. cit., p. 105.

40 Khader B., « Le partenariat euro-méditerranéen », Études internationales, n° 57, 4/95, Tunis, décembre 1995, p. 39.

41 World Bank, op. cit., p. 19.

42 Page J. & Underwood J., op. cit., p. 7-10.

43 Galal A., « Which Institutions Constrain Economic Growth in Egypt the Most ? », Arab Economic Journal, n° 6, automne 1996, p. 37-42.

Table des illustrations

Titre Le flux des investissements directs étrangers (IDE) en Égypte 1986-1995
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 398k

Auteur

Université du Caire,
Faculté d'Économie et de Sciences politiques

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable