Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

Pour une critique des objectifs et des attentes

Le Partenariat, véritable coopération ou approfondissement des déséquilibres Nord-Sud ?

Michel Galloux

Texte intégral

  • 1 Bulletin de l'Union européenne, « Renforcement de la politique méditerranéenne de l'Union européenn (...)

1La lecture des documents officiels de l'Union européenne et des rapports de la Commission européenne sur les relations actuelles et futures avec les pays du sud de la Méditerranée, au-delà de la langue de bois diplomatique en vigueur, met en évidence une idée qui nous paraît centrale : l'idée sécuritaire. Le discours est clair, il s'agit de trouver les moyens de garantir la sécurité et la stabilité des régions nord de la Méditerranée face aux risques politiques et sociaux de la rive sud tels qu'ils sont perçus au niveau européen. Citons le Bulletin de l'Union européenne : « L'instabilité de la région ne peut qu'avoir des conséquences négatives pour tous les pays de la Communauté. Les pays dits “tiers méditerranéens” – c'est-à-dire les pays non européens riverains de la Méditerranée – pourraient, en 2035, compter 400 millions d'habitants souffrant d'un écart de prospérité qui ne peut que s'élargir si l'évolution démographique actuelle n'est pas contrebalancée par un décollage économique rapide... Ce décollage économique requiert de la Communauté qu'elle les aide à relever les défis politiques, économiques et démographiques auxquels ils ont à faire face. »1 C'est cette idée directrice qui, à notre avis, commande clans ses grandes lignes la nouvelle philosophie économique sud-méditerranéenne de l'Europe. Une philosophie qui prétend essentiellement substituer aux anciennes logiques d'assistance la notion de « partenariat ». Or, et c'est ce que nous voulons montrer, les réalités restent jusqu'alors en net décalage par rapport aux objectifs affichés. Tout d'abord, parce que la part vraiment représentative d'une philosophie partenariale, à savoir celle des capitaux à risques, dans l'ensemble des outils utilisés, reste tout à fait négligeable. Ensuite, parce qu'aucun accord inter-étatique ou inter-régional ne peut plus aujourd'hui se conclure en dehors du cadre défini, d'une part, par les institutions financières internationales -Banque mondiale et Fonds monétaire international, chargés de la gestion de la dette des pays du Sud et de la « restructuration » de leurs économies – et, d'autre part, par l'Organisation mondiale du commerce, qui fixe quant à elle les modalités d'application de l'idéologie libre-échangiste. Plus que cela, et à partir d'études de cas – parfaitement généralisables –, nous montrerons que le partenariat, non seulement sera affecté par les contraintes imposées par ce cadre obligé, mais en plus aura tendance à les renforcer à long terme.

Les indices d'une crise : dynamiques démographiques et emploi

2C'est donc une analyse essentiellement pessimiste qui est officiellement faite – au niveau européen – de la situation socio-économique au sud de la Méditerranée. Et d'ailleurs confirmée par certaines études prospectives des institutions internationales comme la Banque mondiale.

  • 2 Voir à ce propos Boustani R. & Fargues Ph., Atlas du monde arabe. Géopolitique et société, Paris, B (...)
  • 3 Grenon M. & Batisse M. (sous la direction de), Le Plan bleu, Économica, Paris, 1989, p. 73.
  • 4 Fargues Ph. & Boustani R., op. cit., p. 46.
  • 5 European Union, Delegation of the European Commission in the Arab Republic of Egypt, Annual Report, (...)
  • 6 Chiffres de l'Agence financière du Trésor, Le Caire, 1996.

3En effet, quelle analyse les démographes font-ils des phénomènes démographiques à venir à l'échelle de la planète ? Au Nord, la transition démographique – ou le passage d'un régime traditionnel d'équilibre à mortalité et fécondité fortes, à un régime moderne d'équilibre à mortalité et fécondité basses – est achevée. Au Sud, elle est entamée mais loin d'être achevée. Le taux d'accroissement de la population devrait décroître lentement, mais en restant important, de l'ordre de 1,3 % jusqu'en 2000 et 0,9 % entre 2000 et 2025. Ainsi, en 2025, les cinq grands pays de la rive nord (Espagne, France, Grèce, Italie, ex-Yougoslavie) ne devraient plus compter que 36 % de la population totale du Bassin (contre 52 % en 1985). Tandis que les pays d'Afrique du Nord (Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, Égypte), la Syrie et la Turquie rassembleraient plus de 60 % de cet ensemble, soit, en valeur absolue, presque le double de leur effectif actuel et près de cinq fois plus qu'en 19502. Ce sont d'ailleurs les pays arabes de la Méditerranée qui enregistreront la plus forte croissance de population jusqu'en 2025 avec une augmentation de 90 % contre 61 % pour la Turquie et seulement 6 % pour l'Europe méditerranéenne3. C'est-à-dire que cette croissance, selon le paradoxe démographique bien connu, est inversement proportionnelle au niveau de vie des populations4. Or, dans une situation de crise économique, elle ne fait que reproduire la pauvreté, qui s'accompagnera donc d'une poussée forte de jeunes entrant sur le marché du travail dans les dix années à venir. Face à l'incapacité de ce marché à absorber les nouveaux entrants, la pression migratoire ira en s'accentuant. Pour toute la région méditerranéenne, le besoin annuel d'emplois déterminé par la croissance de la population oscille entre 1,6 et 1,8 million, dont 82 % sur la seule rive sud de la Méditerranée, la Turquie, l'Égypte et les cinq pays de l'Union du Maghreb arabe devant à eux seuls créer chaque année plus d'1 million d'emplois supplémentaires. Or, cela sera difficilement possible au cours de la prochaine décennie, puisque cela supposerait un taux de croissance moyen de 7 à 8 % par an, du domaine de l'utopie. Celui de l'Égypte, par exemple, n'a été que de 3,2 % en 1994-1995 (2 % selon l'Union européenne, tout juste suffisant pour compenser le taux de croissance de la population de 2,1 %5) et ne dépasserait guère 4 % en 1995-19966.

4Des études prévisionnelles de la Banque mondiale estimant l'impact à moyen terme de l'ajustement structurel et des privatisations sur l'investissement, la productivité, la croissance et l'emploi sont encore moins optimistes, comme le montrent les tableaux 1, 2, 3, 4 et 5.

  • 7 Établi à partir de Diwan I., Squire L., Economic and Social Development in the Middle East and Nort (...)

5Finalement, même un « calendrier de paix » – lui-même loin d'être garanti depuis les élections israéliennes de 1996 – doublé de réformes n'engendrera de progrès substantiels que s'il est assorti d'une politique démographique efficace. Quel que soit le scénario qui se réalisera, d'énormes disparités de revenus risquent de subsister entre nord et sud de la Méditerranée, et même de croître, passant de 1 à 10 actuellement à 1 à 20 dans 15 ans, comme le montre en particulier le tableau 5 (et bien que le Maghreb semble globalement mieux loti que le Machrek)7. Des disparités qui continueront à fournir de nouveaux candidats à l'émigration vers le Nord, d'une part, et à alimenter les mouvements de contestation, islamistes en particulier, d'autre part. Ce sont ces éléments qui orientent essentiellement la nouvelle politique européenne de partenariat. C'est cette politique et son évolution dans le temps que nous allons maintenant aborder.

De l'assistance au partenariat : nouvelle philosophie et réalités

6En 1990, la Commission des communautés européennes proposait, pour tenir compte des besoins de financement nouveaux issus des processus d'ajustement structurel dans les pays sud-méditerranéens, une nouvelle génération de protocoles financiers (la quatrième). Celle-ci allait, sans remettre en cause le principe des accords de la génération précédente et en particulier le maintien du rapport entre fonds budgétaires (dons) et prêts de la Banque européenne d'investissement (BEI) (38 % / 62 %), introduire une approche beaucoup plus globale dans ses relations avec cette région, essentiellement en mettant en avant la notion de partenariat.

  • 8 Galloux M., « Vers un partenariat Europe-Machrek ? Espoirs et obstacles », Égypte/Monde arabe, n° 2 (...)
  • 9 Conseil européen de Cannes, Commission des Communautés européennes, secrétariat général, Bruxelles, (...)

7Mais en fait, a la lecture des chiffres (tableau 6), on remarque la part encore faible, dans le total, des instruments financiers véritablement caractéristiques d'un partenariat : les capitaux à risques, à savoir les participations financières effectives dans des projets locaux, en général sous forme d'entreprises conjointes, dans lesquelles l'apporteur de fonds supporte les risques de l'affaire avec son associé local. Nous avions déjà signalé ce fait8 à propos de la Banque européenne d'investissement, mandatée par l'Union européenne pour gérer ce type d'outils, et dont l'essentiel des interventions en capital-risque est concentré au Maghreb et concerne essentiellement la création de sociétés financières d'investissement et des accords de partenariat avec des banques locales, comme au Maroc et en Algérie. Certes, on avait insisté aussi sur l'effet d'entraînement que ces interventions de la BEI avaient sur les investisseurs privés, et sur la diversification des initiatives dans ce domaine, comme la création en 1988 du programme ECIP (European Community Investment Partners) pour encourager la formation de joint-ventures et les transferts de technologie, ou de Med-Invest en 1992, programme de soutien au développement des PME sud-méditerranéennes. Il n'en demeure pas moins que l'investissement direct européen dans ces pays (751 millions d'écus en 1992) reste faible relativement aux investissements intra-communautaires ou à ceux de la Communauté dans les pays d'Europe de l'Est (1 612 millions d'écus en 1992) en particulier, qui deviennent des concurrents de taille pour les pays sud-méditerranéens. La même tendance se manifeste d'ailleurs dans la décision récente d'accroissement de l'assistance technique et financière, comprenant notamment la mise en place d'un programme général de coopération (du nom de MED) et pour lequel sont prévues des ressources totales de 4 685 millions d'écus sur la période 1995-1 9999, et environ la même somme en prêts consentis par la Banque européenne d'investissement.

  • 10 Bulletin de l'Union européenne, op. cit., p. 8.
  • 11 Les hésitations des investisseurs étrangers en Égypte, malgré la progression constante des avantage (...)

8Il semble donc que l'objectif essentiel du « partenariat » sera essentiellement de renforcer le cadre libre-échangiste imposé par le GATT (General Agreement on Tariffs and Trade), sans favoriser pour autant, par transferts de technologie, un développement autonome des pays sud-méditerranéens. Finalement, il s'agit de créer ce que les documents de l'Union européenne appellent « la plus grande zone de libre-échange au monde, couvrant la Communauté élargie, les pays d'Europe centrale et orientale qui n'en seront pas encore devenus membres ainsi que tous les pays tiers-méditerranéens »10. Il est donc fort probable que, contrairement à ce qui est souvent affirmé officiellement – avec l'argument récurrent du caractère attractif de facteurs de production et surtout d'une main-d'œuvre bon marché – et en particulier à ce qu'a laissé entendre la conférence économique du Caire de novembre 1996, les investissements directs étrangers et européens notamment ne devraient pas sensiblement progresser dans ces pays11, et ceci pour deux raisons essentielles :

  • 12 Blin L., « Les investissements français dans le monde arabe » dans Nazih Ayubi (éd.). Distant Neigh (...)

9a) d'abord, du fait de la persistance de risques politiques (risques de coups d'État ou d'arrivée au pouvoir de régimes peu favorables à l'investissement étranger, en particulier) relativement élevés, particulièrement dans le Machrek, et depuis 1992, en Algérie12, et d'environnement des affaires (bureaucratie, environnement réglementaire essentiellement). Or, le passage d'une logique purement commerciale (exportations-importations) à une logique d'investissement signifie que le risque est transféré de l'exportateur vers l'investisseur, ce dernier étant par définition directement concerné par ces deux types de risques ;

10b) ensuite – c'est ce que nous allons considérer maintenant -étant donné les contraintes que font peser sur les pays sud-méditerranéens la gestion de la dette en collaboration avec les institutions financières internationales et les nouvelles règles imposées par les accords de l'Organisation mondiale du commerce.

La dette et l'ouverture des frontières comme contraintes

  • 13 Bulletin de l'Union européenne, op. cit., p. 17.
  • 14 Et parallèlement à ces déprotections, l'intensification des protections dans un autre domaine, celu (...)

11Et en effet, les documents de l'Union européenne le rappellent13, cette dernière agit dans le cadre, ou en tout cas en coordination, avec les trois grands gestionnaires des relations économiques internationales : Banque mondiale, Fonds monétaire international et Organisation mondiale du commerce (ex-GATT). En d'autres termes, les contraintes imposées par (ou à travers) ces trois agences aux politiques économiques des pays où elles interviennent – en particulier ceux du sud de la Méditerranée – dans le cadre de l'idéologie libre-échangiste, fournissent un cadre théoriquement intangible à tout accord de partenariat. Or, ces contraintes ne militent pas en faveur d'une véritable association censée être mutuellement bénéfique. Pour deux raisons essentielles : le poids de la dette, dont le recouvrement est géré par les institutions financières internationales, et qui reste une entrave considérable à des politiques de développement réellement indépendantes dans ces pays ; les « déprotections douanières »14 imposées, quant à elles, par les nouveaux accords de l'Organisation mondiale du commerce – et pour lesquelles nous prendrons deux exemples sectoriels, l'automobile et l'industrie textile.

Les contraintes de la dette

  • 15 Gélinas J., Et si le Tiers monde s'autofinançait ?, Montréal, Ecosociété, 1994, p. 61.

12Comme le souligne Jacques Gélinas, le phénomène de l'endettement massif des pays du tiers monde – particulièrement depuis les années soixante-dix et le boom pétrolier, qui a eu pour effet l'émergence de marchés internationaux des capitaux à la recherche de mécanismes de recyclage des pétrodollars – a été un moyen très efficace d'inversion des flux financiers entre pays développés et en développement, puisque les transferts financiers nets de ces derniers vers les pays industrialisés de 1983 à 1993 ont été en moyenne annuelle de 300 milliards de dollars, dont 200 milliards au seul titre du service de la dette (intérêts et principal)15. Les inconvénients d'une telle stratégie de développement par recours à l'endettement extérieur sont nombreux, et la dépendance vis-à-vis des institutions financières internationales, elles-mêmes (en général) mandatées par leurs créanciers, n'est probablement pas le moindre, puisque les politiques imposées aux gouvernements débiteurs visent toujours à dégager les fonds nécessaires pour le remboursement de la dette. Les moyens utilisés sont connus : contraction des dépenses sociales et augmentation des impôts pour réduire le déficit budgétaire, augmentation des exportations par tous les moyens – dont le sacrifice de la production pour le marché local et en particulier de l'agriculture vivrière ainsi que la dévaluation de la monnaie nationale censée stimuler les exportations -, importations liées au pays créancier et qui peuvent nuire au développement d'une industrie nationale financée par l'épargne intérieure, elle aussi dévalorisée ou mal mobilisée, etc.

13Les pays du sud de la Méditerranée ne font pas exception. Prenons ceux dont le partenariat avec l'Europe est le plus avancé, à savoir l'Algérie, le Maroc et la Tunisie. Ainsi, la dette extérieure totale de ces trois pays du Maghreb était de 58,8 milliards $ en 1992, en hausse de 80 % par rapport à 1980 (tableau 7). Notons la situation particulièrement défavorable de l'Algérie par rapport à l'ensemble des pays sud-méditerranéens, particulièrement nette sur le ratio service de la dette/exportations et qui a continué à se détériorer depuis le début de la guerre civile (tableau 8).

  • 16 Khader B., Le partenariat euro-méditerranéen, Le Caire, Economic Research Forum, Working Paper Seri (...)

14Au-delà de ces pourcentages, il faut surtout souligner l'importance des montants payés en valeur absolue au titre du service de la dette, puisque cumulés de 1989 à 1994 pour les trois pays du Maghreb, ils ont totalisé 71,5 milliards de dollars, dont 50,9 milliards pour la seule Algérie (pour la seule année 1994, les montants payés à ce titre par l'ensemble des pays arabes ont été de 17,2 milliards $, dont 12,7 milliards par le Maghreb)16.

15Or, l'Union européenne est la principale zone créancière, avec plus de 50 % du total de la dette sud-méditerranéenne. Elle figure donc parmi les premiers intéressés au recouvrement de cette dette. Mais il se pourrait bien qu'à défaut d'imaginer des méthodes de gestion différentes des traditionnelles recettes des institutions financières internationales, le partenariat proposé n'atteigne pas ses objectifs.

16C'est ainsi que plusieurs propositions ont été faites, parmi lesquelles la conversion des créances en investissements, comme dans le cas de l'Égypte. 3,2 milliards $ de dettes extérieures dus par ce pays ont été de la sorte transformés en investissements de 1989 à 1996. À titre d'exemple, en 1993, c'est la France (actuellement premier créancier de l'Égypte) qui s'est lancée dans une opération de conversion de créances en participations au capital d'entreprises (debt equity swap, pratique déjà courante dans l'Amérique latine surendettée). La Coface (Compagnie française d'assurance du commerce extérieur) et la Banque centrale d'Égypte ont signé le 3 mai 1993 un -accord portant sur 550 millions F. Selon ses termes, les investisseurs français peuvent racheter des créances détenues sur l'Égypte par la Coface avec une décote et les revendre à la Banque centrale d'Égypte, qui leur cède l'équivalent en livres égyptiennes à condition que ces sommes soient investies sur place, après agrément des autorités égyptiennes, dans des projets nouveaux ou des acquisitions de parts de sociétés. L'Égypte peut ainsi rembourser sa dette en monnaie nationale pour des investissements locaux. On pourrait également citer les cas de l'Allemagne et de l'Espagne, qui ont présenté tout récemment une demande au FMI pour la vente de 10 % de leurs dettes commerciales sur l'Égypte.

Les contraintes du « libre-échange »

  • 17 Khader B. op. cit., p. 27.

17Théoriquement, la création d'une zone de libre-échange, comme le souligne Bishara Khader17, vise à faciliter la circulation des biens et des capitaux, à élargir les marchés et à promouvoir une offre compétitive, dans le cadre de relations mutuellement profitables entre les partenaires. Or, lorsque ceux-ci sont de poids économiques aussi dissemblables que l'Union européenne et les pays d'Afrique du Nord, cela suppose pour le moins que ces derniers soient en mesure de faire face aux coûts de déprotection induits par la création d'une telle zone et résultant essentiellement de la concurrence accrue des produits du partenaire arrivant sur leurs marchés. Leurs économies n'étant ni compétitives, ni diversifiées à l'heure actuelle, et bénéficiant parfois d'un accès privilégié au marché européen, le choc des nouveaux accords pour ces pays ne pourra qu'être dur, même si ces accords prévoient une période de transition avant le libre-échange « pur et parfait », comme c'est le cas avec l'Égypte (période de 12 ans). Comme le dit encore Khader – et ses dires sont confirmés par les chiffres prévisionnels de la Banque mondiale présentés plus haut – de tels accords impliquent des pertes immédiates (à court terme) pour des gains différés et, qui plus est, conditionnels (liés aux aléas des programmes d'ajustement structurel), c'est-à-dire finalement très hypothétiques.

  • 18 Bulletin de l'Union européenne, op. cit., p 22.
  • 19 Larbi Talha, « Une zone de libre-échange entre le Maghreb et l'Europe, un projet par défaut », Étud (...)

18Certes, théoriquement toujours, les effets macro-économiques de la création d'un partenariat débouchant sur une zone de libre-échange sont d'autant plus importants qu'un pays est ouvert sur l'extérieur. Ce qui est effectivement le cas des pays sud-méditerranéens, puisque leur taux d'ouverture (rapport de la somme des exportations et des importations au produit intérieur brut) oscille entre 39 et 85 % (39 % pour le Maroc, 43 % pour l'Algérie, 82 % pour la Tunisie). Mais en fait, étant donné la faible diversification des exportations (si ce n'est la spécialisation dans un hydrocarbure, une production minière ou agricole donnée), il est fort probable que les quelques avantages concédés par de tels accords, liés à de nouvelles opportunités de pénétration des marchés européens, soient de peu d'utilité pour ces pays. C'est d'ailleurs ce que reconnaissent, plus ou moins explicitement, les documents officiels de l'Union18. Ainsi, ils insistent en particulier sur l'échec des politiques de diversification de la production agricole, n'ayant pas permis pour la plupart de ces pays une amélioration du taux d'autosuffisance, d'une part (pour l'Égypte, il reste au niveau de 50 % environ pour le blé, par exemple), et limitant les opportunités d'exportation, d'autre part. Ils constatent ensuite la baisse de la part des exportations agricoles dans le total exporté vers l'Union, sans préciser toutefois que, si les pays méditerranéens sont invités à ouvrir leurs économies, l'Europe n'est pas prête, dans un secteur aussi crucial que l'agriculture, à concéder une ouverture équivalente19.

  • 20 Bulletin de l'Union européenne, op. cit., p. 22. En 1994, dernière année de disponibilité des donné (...)

19Rien n'illustre d'ailleurs mieux ces propos que l'état actuel des négociations entre l'Égypte et l'Union, qui butent essentiellement, semble-t-il, sur le refus de cette dernière, jusqu'à présent, d'inclure les produits agricoles et même agro-alimentaires dans la liste des produits concernés par l'accord. C'est là un point extrêmement important pour l'Égypte qui, à la différence d'autres pays de la région, connaît depuis deux ans une stagnation de ses exportations en général – et une chute de celles qui concernent les produits agricoles – ainsi qu'un approfondissement du déficit de sa balance commerciale. En revanche, le Maroc et la Tunisie semblent avoir réalisé, au sud de la Méditerranée, la meilleure diversification dans ce domaine, la part des produits manufacturés dans leurs exportations totales vers l'Union étant passée respectivement de 24 à 66 % et de 40 à 77 % entre 1979 et 199320. Mais globalement, il existe toujours un déficit structurel important de la balance commerciale des pays sud-méditerranéens avec l'Europe.

20Or, il est fort à craindre que ce déficit, qui a déjà été multiplié par près de 4 entre 1990 et 1994, ne s'agrandisse encore avec les nouvelles contraintes imposées par l'Organisation mondiale du commerce – en l'occurrence la réduction progressive des droits de douane – aux économies de ces pays et qui, comme nous l'avons dit, forment dorénavant le cadre obligé de toute relation partenariale. Plus que cela encore, tout semble indiquer que les accords de partenariat avec l'Europe vont renforcer la déprotection douanière au sud de la Méditerranée et nous prendrons pour illustrer ce propos deux secteurs stratégiques de l'économie égyptienne : les industries textile et automobile, sachant que le problème se pose sensiblement de la même façon pour la plupart des autres secteurs et dans l'ensemble de ces pays.

L'exemple de l'industrie textile égyptienne21

  • 21 Nous nous appuyons essentiellement ici sur Kheir al-Din H., Al-Sayyed H., « Potential Impact of a F (...)

21L'industrie textile est l'une des activités industrielles les plus anciennes en Égypte. Pétrole exclu, elle représentait encore, jusqu'en 1989, 30 % de la production industrielle totale, part qui est descendue cependant à moins de 22 % depuis 1994. Elle contribuait à 40 % du total des revenus d'exportations jusqu'en 1991, année durant laquelle ce chiffre chutait à moins d'un tiers, du fait de la récession sur les marchés internationaux. Le secteur privé y joue un rôle croissant, sa participation à la production de vêtements atteignant plus de 85 % du total dans les années quatre-vingt-dix (30 % en ce qui concerne les exportations de vêtements). En termes d'emploi, elle absorbe environ 1/4 de la main-d'œuvre industrielle totale (1/2 million de personnes). Théoriquement donc, les enjeux en cas de signature d'un accord de partenariat avec l'Union européenne devraient être importants. Mais en fait, les avantages pour l'Égypte demeurent peu évidents. En effet, l'Europe est déjà le premier marché pour les exportations égyptiennes de textiles : en moyenne 53 % du total, et plus précisément 8 % pour les tissus et fils synthétiques, 57 % pour les tissus de coton et 72 % pour les autres produits textiles.

22Côté importations, en revanche, l'accord aura selon toute vraisemblance des conséquences beaucoup plus néfastes. La part des importations textiles en provenance de l'Union compte déjà pour 24,5 % de l'ensemble, le tarif douanier moyen pondéré étant de 27,1 %, contre 39,11 % pour le reste du monde. Mais l'industrie textile égyptienne reste largement protégée : interdiction d'importation de tissus ou de prêt-à-porter – ou tarif de 60 % en cas d'exception à la règle –, tarif de 30 % pour les fils de coton, plus 10 % de taxe sur les ventes et 3 % de surtaxe. Avec l'accord proposé, c'est à terme – en fait, sur 12 ans – l'élimination totale des tarifs douaniers ainsi que des restrictions quantitatives qui est prévue. En ce sens, et comme dans le cas du secteur automobile, par exemple, le partenariat va plus loin que les accords du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade-Accords multifibres). Ceux-ci, en effet, ne prévoyaient que la réduction de ces tarifs jusqu'à un minimum en 2005 de 15 % pour les fils, 30 % pour les tissus et 40 % pour les vêtements.

23Finalement, les accords du GATT-OMC auront essentiellement deux effets, qui seront encore renforcés par le partenariat avec l'Europe. D'abord, en généralisant la baisse des tarifs douaniers à l'ensemble des fournisseurs de l'Union européenne, ils ne pourront que conduire à l'érosion graduelle du traitement préférentiel dont bénéficiait l'Égypte, en l'absence d'une amélioration sensible de la compétitivité des produits égyptiens – qui ont déjà pourtant l'avantage des faibles coûts de la main-d'œuvre et du transport, mais dont la valeur ajoutée pourrait être améliorée. Ensuite, avec l'élimination progressive de ces tarifs aux frontières égyptiennes, ces accords risquent d'accentuer le déficit de la balance commerciale, puisque les importations augmenteront inévitablement. Ce sera également le cas pour la balance des opérations courantes, du fait de la perte prévisible des recettes douanières. Il faudra rajouter à cela l'impossibilité pour l'Égypte de jouer sur la concurrence d'autres produits non-européens, en vertu de la règle d'origine.

L'exemple de l'industrie automobile égyptienne

  • 22 Selon les cylindrées. Récemment, ces tarifs sont ainsi passés de 70 % à 55 % pour les voitures de 1 (...)

24A l'issue des accords de partenariat entre l'Égypte et l'Union européenne, l'industrie automobile égyptienne devra également relever de nombreux défis. Là encore, si l'Organisation mondiale du commerce prévoit la diminution progressive des droits de douane dans ce secteur, jusqu'à un maximum de 50 %22 – tout en limitant toute tentative de protéger l'industrie locale – les accords de partenariat vont nettement plus loin. Ils prévoient en effet une annulation quasi-totale de ces droits sur 12 ans, avec les risques qu'une telle annulation comporte pour les usines locales, le coût de leur production devenant alors supérieur à celui des importations. Les enjeux ne sont pas minces, puisque 9 usines au capital global d'1 milliard LE emploient 100 000 personnes, sans compter les usines de composants (sous-traitants) employant 300 000 personnes. Finalement, si les importateurs seront probablement les mieux lotis dans le cadre des nouveaux accords, les producteurs et assembleurs ne pourront que pâtir de la concurrence accrue des premiers – sauf en ce qui concerne les pièces détachées qu'ils doivent importer, et qui verront également leurs droits de douane diminuer.

25Certes, des rapports officiels égyptiens indiquent que même à l'heure actuelle, les unités importées (50 000 par an) pourraient être remplacées par une augmentation de la production locale (de 40 000 à 140 000 par an), qui ne couvre que 40 % d'un marché par ailleurs étroit. Selon certains industriels, la solution pourrait être dans l'imposition de quotas d'importation de véhicules qui ne dépasseraient pas 20 % du marché local, tout en élargissant ce dernier en encourageant le crédit à la consommation par le biais des banques publiques. Quant aux composants importés d'Europe, leur valeur, selon ces industriels, ne devrait pas dépasser 50 à 60 % de la valeur du produit fini, ce qui inciterait en outre les constructeurs européens à investir dans ce secteur, au lieu d'exporter. Il n'en demeure pas moins que de telles mesures ne seraient que provisoires, ne pouvant s'appliquer en tout cas à l'issue de la période transitoire.

Approfondissement des déséquilibres Nord-Sud et persistance de la logique d'assistance ?

  • 23 Régnault H., « L'intérêt économique de l'Europe au développement des pays sud- et est-méditerranéen (...)
  • 24 Kébabdjian G., « Les pays du Maghreb ont-ils intérêt à une zone de libre-échange avec l'UE ? », Cah (...)

26La rive sud de la Méditerranée est un marché potentiel considérable capable, dans le cas de l'apparition d'une demande solvable, de stimuler considérablement les exportations européennes. Certains ont ainsi montré que 10 000 $ de PIB dans ces pays génèrent environ 1 300 dollars d'exportations communautaires23, du fait de leurs taux d'ouverture élevés. Pour G. Kébabdjian, un point de croissance supplémentaire de leurs économies aura pour effet de faire croître les exportations européennes de près de 400 millions $24. Et de soutenir que la Méditerranée pourrait devenir, après intégration des pays d'Europe de l'Est à l'Union, la seule zone d'expansion géographique de l'Europe. C'est là, à notre avis, l'une des considérations essentielles à la base de la nouvelle stratégie européenne dite de « partenariat ». En ce sens, les règles du jeu économique mondial telles que définies par les institutions financières internationales et l'Organisation mondiale du commerce ne pourront que constituer le soubassement de tout accord de ce type avec les pays sud-méditerranéens. Et nous avons même vu qu'un tel accord approfondirait encore les contraintes contenues dans ces règles. Avec pour effet chez ces derniers un accroissement du déficit de leur balance commerciale et de celle des opérations courantes, du fait non seulement de l'augmentation de leurs importations, mais aussi de la baisse de leurs recettes douanières, baisse qu'ils devront probablement compenser par un accroissement de la fiscalité interne, directe ou indirecte.

  • 25 Comme le reconnaissent par exemple Galal A. et Hoekman B., « Egypt and the Partnership Agreement wi (...)
  • 26 Phénomène qui pourra évidemment être évité à plus long terme par la conclusion d'accords semblables (...)

27Certains apologistes du système de partenariat dans sa conception actuelle – et plus généralement du libéralisme tel qu'il est conçu par le Fonds monétaire international et l'Organisation mondiale du commerce – cherchent à le justifier en invoquant les gains de productivité et l'augmentation de la compétitivité qui pourraient en résulter pour les pays sud-méditerranéens. Cependant, ils entretiennent souvent une confusion entre les moyens et les fins, les causes et les effets. Car ces gains, et plus généralement la croissance économique de ces pays – à laquelle les deux partenaires ont un intérêt commun – dans des économies de type semi-socialiste hyper-protégées et largement subventionnées à tous les niveaux, ne seront jamais une conséquence fatale d'accords libre-échangistes, même à long terme25. Au contraire, ils devraient être un préalable à tout projet commun, pour que le partenaire le moins bien loti du sud de la Méditerranée puisse tirer profit de l'accord. C'est d'ailleurs un tel raisonnement qui explique les délais -plus ou moins arbitraires – de 10 ou 12 ans accordés à ce dernier pour adapter son économie aux exigences de l'accord. Ces apologistes reconnaissent aussi éventuellement le caractère « liant » de ce type de partenariat pour le co-contractant du Sud vis-à-vis de son « associé » du Nord, du fait du « biais » introduit dans le jeu de la concurrence internationale par l'annulation quasi-totale des droits de douane pour les produits européens à l'issue de la période transitoire – trade diversion, ou distorsion des règles de la concurrence au détriment des produits non-européens26.

28Finalement, pour dépasser la logique d'assistance qui ne semble pas vraiment, d'après les chiffres eux-mêmes des protocoles financiers et des aides prévues, être remise en cause jusqu'à maintenant, un véritable projet de partenariat devrait être précédé, et non pas simplement accompagné, de mécanismes de compensation des effets socio-économiques néfastes prévisibles à court terme. Cela suppose de favoriser de nouveaux apports de capitaux à risque, d'encourager les activités porteuses dans lés pays sud-méditerranéens et aussi et surtout de promouvoir une intégration régionale de ces pays à l'image de l'Union européenne, sans laquelle une zone de libre-échange n'a pas de sens. Malheureusement, l'échec actuel d'une expérience comme celle de l'Union du Maghreb arabe, dont les membres ne font guère entre eux plus de 3 % de leurs échanges commerciaux totaux (alors que les pays de l'Union réalisent 55 à 60 % de leur commerce global), n'est que peu encourageant pour d'autres tentatives similaires dans l'avenir. En fait, des complémentarités sérieuses existent entre ces pays, comme entre les producteurs d'hydrocarbures (Algérie, Libye) et les producteurs de biens courants et alimentaires (Tunisie, Maroc). Mais leur exploitation suppose de vaincre les entraves structurelles, comme la faiblesse des infrastructures communes, mais aussi législatives et administratives, qui restent probablement les plus pesantes.

  • 27 Huntington S. P., « The Clash of Civilizations. The Next Pattern of Conflict », Foreign Affairs, vo (...)

29Quant à l'Europe, elle est elle-même freinée dans son projet de partenariat, il convient de le dire, par de nombreuses contraintes locales, sociales en particulier – dont la tension croissante sur le marché de l'emploi – qui entravent entre autres les stratégies de délocalisation et de désinvestissement en faveur des pays du Sud. En cas d'échec de l'approche partenariale en matière économique, et étant donné le caractère souvent contradictoire des intérêts en jeu entre les deux parties, en arrivera-t-on à une logique de confrontation, doublée d'un aspect civilisationnel, comme semble le prophétiser Samuel Huntington ?27 II faut en tout cas souhaiter que les aspects sécuritaires et militaires du partenariat, qui semblent se préciser actuellement en complément de ses aspects purement économiques, avec la mise en place par l'Otan, en particulier, d'une force d'intervention en Méditerranée-Sud, n'en soient pas les prémisses.

Tableau 1 : Évolution à moyen terme (horizon 2010) du PIB par tête en Méditerranée ( %), en tenant compte des effets du processus de réformes structurelles

Tableau 1 : Évolution à moyen terme (horizon 2010) du PIB par tête en Méditerranée ( %), en tenant compte des effets du processus de réformes structurelles

Tableau 2 : Évolution à court terme de la consommation par tête et du chômage (sans aide extérieure) (en %)

Tableau 2 : Évolution à court terme de la consommation par tête et du chômage (sans aide extérieure) (en %)

Tableau 3 : Population (millions)

Tableau 3 : Population (millions)

Tableau 4 : PIB (milliards de $)

Tableau 4 : PIB (milliards de $)

Tableau 5 : PIB par habitant ($)

Tableau 5 : PIB par habitant ($)

30Sources (tableaux 1 à 5) : World Bank Discussion Paper, n° 3, Washington DC, 1992, p. 1, 20, 23.

Tableau 6 : Types de financements dans la quatrième génération de protocoles financiers avec les États méditerranéens (millions d'ECU, 1992-1996)

Tableau 6 : Types de financements dans la quatrième génération de protocoles financiers avec les États méditerranéens (millions d'ECU, 1992-1996)

31Source : Parlement européen, documents de séance, 02/12/1991, p. 16.

Tableau 7 : Dette extérieure totale des pays du Maghreb et ratios

Tableau 7 : Dette extérieure totale des pays du Maghreb et ratios

Tableau 8 : Service de la dette/exportations de biens et services Pays méditerranéens en 1994

Tableau 8 : Service de la dette/exportations de biens et services Pays méditerranéens en 1994

32Note * : 1993.

33Sources (tableau 7 et 8) : Annual Reports, World Bank, Wahington DC, 1982, 19922 et 1994 ; Claiming the Future. Choosing Prosperity in the Middle East and North Africa, World Bank, Washington DC, 1995.

Notes

1 Bulletin de l'Union européenne, « Renforcement de la politique méditerranéenne de l'Union européenne : vers un partenariat euro-méditerranéen », supplément 2/95, p. 11.

2 Voir à ce propos Boustani R. & Fargues Ph., Atlas du monde arabe. Géopolitique et société, Paris, Bordas, -1990, p. 39.

3 Grenon M. & Batisse M. (sous la direction de), Le Plan bleu, Économica, Paris, 1989, p. 73.

4 Fargues Ph. & Boustani R., op. cit., p. 46.

5 European Union, Delegation of the European Commission in the Arab Republic of Egypt, Annual Report, 1995.

6 Chiffres de l'Agence financière du Trésor, Le Caire, 1996.

7 Établi à partir de Diwan I., Squire L., Economic and Social Development in the Middle East and North Africa, World Bank Discussion Paper n° 3, Washington DC, octobre 1992, p. 1.

8 Galloux M., « Vers un partenariat Europe-Machrek ? Espoirs et obstacles », Égypte/Monde arabe, n° 21, 1er trim. 1995, p. 57.

9 Conseil européen de Cannes, Commission des Communautés européennes, secrétariat général, Bruxelles, 26-27 juin 1995.

10 Bulletin de l'Union européenne, op. cit., p. 8.

11 Les hésitations des investisseurs étrangers en Égypte, malgré la progression constante des avantages accordés, sont régulièrement soulignées par la presse et la recherche égyptienne. Les États-Unis ne contribuaient qu'à 4 % du total des investissements dans ce pays en 1996, et l'Union européenne, avec le double environ de ce chiffre, ne faisait guère mieux, loin derrière les pays arabes (Golfe essentiellement).

12 Blin L., « Les investissements français dans le monde arabe » dans Nazih Ayubi (éd.). Distant Neighbours. The Politicai Economy of European/Middle East Relations, Londres, Ithaca Press, 1994.

13 Bulletin de l'Union européenne, op. cit., p. 17.

14 Et parallèlement à ces déprotections, l'intensification des protections dans un autre domaine, celui des droits de propriété intellectuelle (licences, brevets) dont l'exemple type est l'industrie pharmaceutique. Voir à ce propos Subramanian A., Abdel-Latif M., « The Egypt-European Union Partnership Agreement and the Egyptian Pharmaceutical Sector », conférence sur le thème How Can Egypt Benefit from its Partnership Agreement with the European Union, Egyptian Center for Economic Studies, Le Caire, 26-27 juin 1996.

15 Gélinas J., Et si le Tiers monde s'autofinançait ?, Montréal, Ecosociété, 1994, p. 61.

16 Khader B., Le partenariat euro-méditerranéen, Le Caire, Economic Research Forum, Working Paper Series, n° 9523, 1995. Également, Claiming the Future. Choosing Prosperity in the Middle East and North Africa, World Bank, Washington DC, 1995.

17 Khader B. op. cit., p. 27.

18 Bulletin de l'Union européenne, op. cit., p 22.

19 Larbi Talha, « Une zone de libre-échange entre le Maghreb et l'Europe, un projet par défaut », Études internationales, n° 55, 2/95, p. 39-57.

20 Bulletin de l'Union européenne, op. cit., p. 22. En 1994, dernière année de disponibilité des données, les chiffres étaient sensiblement les mêmes qu'en 1993.

21 Nous nous appuyons essentiellement ici sur Kheir al-Din H., Al-Sayyed H., « Potential Impact of a Free Trade Agreement with the UE on Egyptian Textile Industry », conférence sur le thème How Can Egypt Benefit from its Partnership Agreement with the UE, Egyptian Center for Economic Studies, Le Caire, 26-27 juin 1996. Nous remercions également F. Clément pour ses précisions orales.

22 Selon les cylindrées. Récemment, ces tarifs sont ainsi passés de 70 % à 55 % pour les voitures de 1 300 cc et de 160 % à 135 % pour les 2 000 cc. De nouvelles baisses sont par ailleurs attendues.

23 Régnault H., « L'intérêt économique de l'Europe au développement des pays sud- et est-méditerranéens », communication présentée lors d'un colloque organisé par l'Institut du Monde arabe les 28 et 29 septembre 1995.

24 Kébabdjian G., « Les pays du Maghreb ont-ils intérêt à une zone de libre-échange avec l'UE ? », Cahiers du CEMDEV, octobre 1994.

25 Comme le reconnaissent par exemple Galal A. et Hoekman B., « Egypt and the Partnership Agreement with the European Union. The Road to Maximum Benefits », conférence sur le thème How Can Egypt Benefit from its Partnership Agreement with the European Union, Egyptian Center for Economic Studies, Le Caire, 26-27 juin 1996, p. 25.

26 Phénomène qui pourra évidemment être évité à plus long terme par la conclusion d'accords semblables de libéralisation des échanges avec d'autres pays ou zones hors-Union européenne. Voir Kheir al-Din H., op. cit., p. 42.

27 Huntington S. P., « The Clash of Civilizations. The Next Pattern of Conflict », Foreign Affairs, vol. 72, n° 3, été 1993, p. 22-49.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Évolution à moyen terme (horizon 2010) du PIB par tête en Méditerranée ( %), en tenant compte des effets du processus de réformes structurelles
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Tableau 2 : Évolution à court terme de la consommation par tête et du chômage (sans aide extérieure) (en %)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 3 : Population (millions)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/779/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau 4 : PIB (milliards de $)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/779/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 5 : PIB par habitant ($)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/779/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 6 : Types de financements dans la quatrième génération de protocoles financiers avec les États méditerranéens (millions d'ECU, 1992-1996)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/779/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Tableau 7 : Dette extérieure totale des pays du Maghreb et ratios
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/779/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Tableau 8 : Service de la dette/exportations de biens et services Pays méditerranéens en 1994
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/779/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

Auteur

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable