Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

Pour une critique des objectifs et des attentes

Le Partenariat et le défi démographique

Étude comparative de deux modèles : l'Allemagne et la France

Khalda Shady

Entrées d'index

Mots clés :

démographie, Allemagne, France

Texte intégral

Le défi démographique et les modèles allemand et français

1Il s'agit dans un premier temps de replacer le défi démographique actuel à la fois dans son contexte historique (l'étude des racines du phénomène de l'immigration étant primordiale pour sa compréhension) mais aussi socio-politique.

L'évolution quantitative et qualitative de l'immigration en Allemagne et en France

  • 1 Laïla Hafez, compte rendu de l'ouvrage du Guy Sorman, Fî intizâr al-ghawghâ' (En attendant la racai (...)

2Les données historiques montrent que le phénomène d'émigration internationale vers la France remonte à environ deux cents ans. Le pays fut au cours de ces deux siècles à la fois le réceptacle de migrations européennes et maghrébines (et plus spécialement algériennes). En Allemagne, le phénomène d'immigration n'a réellement émergé que durant et après la deuxième Guerre mondiale, avec le déplacement, en 1945, d'une population de 15 millions de réfugiés1.

  • 2 Burhan Ghaliûn, « Mustaqbal al-gâliyât al-'arabiyya fi ûrubba » (L'avenir des colonies arabes en Eu (...)
  • 3 Klaus J. Bade, op. cit., p. 17.
  • 4 Ursula Mehrlaender, « Vorbemerkung », dans Friedrich Ebert Stiftung (éd.), Auslaender im vereinten (...)

3Dans ces deux pays, les années soixante marquent un premier tournant. Durant cette phase d'expansion et de reprise économique de l'Europe, il a été fait appel, sans restriction, à une importante main-d'œuvre. D'où l'affluence continuelle de travailleurs immigrés (gastarbeiter en allemand) pour des périodes temporaires (limitées en fonction de la nature des logiques migratoires et du besoin de main-d'œuvre sur le marché du travail). Dans les années soixante-dix s'est produit un véritable bond quantitatif lorsque l'éventualité d'un retour dans le pays d'origine s'est avérée de plus en plus faible et limitée (soit en raison du manque d'emplois, soit en raison de la dégradation des conditions de travail) et que les immigrés se sont peu à peu attachés au nouvel environnement que leur offrait le pays d'accueil. La majorité des immigrés s'installa alors dans les deux pays européens tandis que les flux migratoires commençaient à croître2. Les pourcentages d'émigration internationale vers ces deux pays augmentèrent encore après les changements survenus en Europe de l'Est et dans l'ex-Union soviétique à la fin des années quatre-vingt. Ainsi, à la suite d'importants déplacements de populations venues de l'Europe de l'Est, l'Allemagne comptait, en 1987, 4,6 millions d'étrangers3. Pour la seule année 1989, le nombre de nouveaux migrants est estimé à 1 million environ4.

  • 5 Eberhard de Haan, « Integration und Zuzugbeschraenkung », dans Friedrich Ebert Stiftung (éd.), op. (...)
  • 6 Sont considérés comme principaux pays d'immigration les pays dans lesquels le pourcentage des immig (...)
  • 7 À propos de l'effectif des immigrés en France et en Allemagne, voir Migration News, Microsoft Inter (...)
  • 8 Husseyin Bagci, « Integration ohne Assimilation », Gespraech, op. cit., p. 24 ; Ursula Mehrlaender, (...)

4Bien que l'Allemagne rejette officiellement cette caractéristique et ne cesse d'affirmer qu'elle « n'est pas un pays d'immigration » (Deutschland ist kein ein wanderungsland)5, elle est avec la France le principal pays d'immigration en Europe occidentale6. Selon diverses estimations, le nombre d'étrangers se trouvant en Allemagne à la fin de 1993 s'élevait à 6,9 millions d'habitants, soit 8,5 % d'une population totale qui comptait 81 millions d'habitants. De même, en France, le nombre d'immigrés est estimé à 3,6 millions d'habitants en 1990, soit 6,3 % d'une population de 57 millions d'habitants7. Près du tiers de la population étrangère vivant en Allemagne vient de Turquie (1,8 million d'habitants, soit 27 % de la population immigrée). Les immigrés turcs représentent par conséquent la plus grande force étrangère dans le pays, viennent ensuite les étrangers en provenance des pays de l'Union europénne (21 %), puis ceux de l'ex-Yougoslavie (14 %)8. En France, les différentes études ont montré que la proportion la plus élevée est celle des immigrés africains en général, et plus particulièrement maghrébins. Ils représentent en effet 45 % de la population étrangère, suivis des Européens (40 %) et des Asiatiques (12 %). Les flux successifs en provenance du Maghreb ont eu pour effet de réduire la proportion des immigrés européens qui était de 75 % il y a trois décennies.

  • 9 Migration News, Microsoft Internet Explorer : Data from efms, Bamberg and Inter Press Service, 01/0 (...)

5Enfin, le nombre de demandes d'asile en Allemagne entre 1990 et 1993 (1 209 965 personnes selon des sources de 1994), et le nombre d'immigrants arrivés en France en 1995, par voie légale ou clandestinement (entre 300 000 et un million selon les estimations), sont autant d'indices qui permettent de renforcer l'affirmation selon laquelle la France et l'Allemagne sont des pays de forte immigration9.

  • 10 Husseyin Bagci, op. cit., p. 24.
  • 11 « Keep Them Out », The Economist, 27/04/1996 ; Migration News, Microsoft Internet Explorer : Marcus (...)
  • 12 Klaus J. Bade, op. cit., p. 18.

6Outre les évolutions quantitatives, l'immigration internationale a connu, dans ces deux pays, un changement qualitatif. Concernant le type de migration, la migration économique temporaire pour l'obtention d'un travail, dans les années soixante, a été remplacée par une installation effective et permanente. Outre l'augmentation, évoquée plus haut, du nombre d'immigrés dans ces deux pays, cette évolution a eu pour conséquence un phénomène de regroupement familial et a entraîné des changements dans la structure démographique (multiplicité des générations, augmentation de la proportion des femmes, des enfants et des jeunes...). Ainsi, une étude recense en 1987 environ 1 million de jeunes d'origine maghrébine en France, tandis qu'une étude allemande indique que le nombre d'étudiants turcs dans les écoles et les universités est d'environ 613 000 (pour une population turque de 1,8 million d'habitants)10. Il faut également prendre en compte l'immigration des réfugiés qui suit une courbe ascendante depuis la fin des années quatre-vingt. L'augmentation des besoins en force de travail n'étant pas parallèle à celle des pressions migratoires (le taux de chômage est passé en France de 2,8 % en 1974 à 11,8 % en 1996 ; ce taux est de 8 % en Allemagne de l'Ouest et de 14 % en Allemagne de l'Est selon les estimations de 1994), l'immigration clandestine vient s'ajouter aux autres types d'immigrations et ne cesse d'augmenter11. Elle acquiert d'autant plus d'ampleur qu'il est difficile de contrôler les frontières internationales et de prendre les mesures organisationnelles adéquates. En France, ce phénomène est devenu flagrant. L'ex-ministre français de l'Intérieur, Michel Debré, précise qu'en moyenne 450 000 cas de situation irrégulière sont étudiés chaque année. Il affirme par ailleurs que chacun des flux migratoires comporte des cas que l'on pourrait qualifier d'évasion ou d'infiltration illicite à travers les frontières françaises. Parallèlement à l'évolution du type d'immigration, on peut noter, en particulier pour l'Allemagne, un changement dans la provenance des flux. Si les flux dominants en France restent ceux en provenance du Maghreb, l'Allemagne connaît une certaine diversification : à la mobilité spatiale inter-européenne, et aux mouvements Sud/Nord, s'ajoute aujourd'hui une pression des pays de l'Est et des populations d'origine allemande. De plus, il existe en Allemagne depuis la réunification, une nouvelle forme de migration interne allant de l'Est vers l'Ouest12.

Interprétation du défi démographique dans les modèles allemand et français

7La conclusion des études présentées par nombre de chercheurs et de décideurs à la conférence tenue à Charleston au sud de la Californie en 1994, qui tentaient d'évaluer le phénomène de la migration internationale et d'interpréter le gouffre séparant les objectifs des politiques migratoires mises en place, de la réalité concrète et imprévisible du phénomène en Amérique et en Europe, fournit certaines thèses théoriques susceptibles d'aider à l'interprétation du défi démographique auquel doivent faire face l'Allemagne et la France

  • 13 Philipp Martin & Mark Miller, op. cit.

8On peut citer, entre autres, la gestion du dossier de l'immigration par les responsables politiques selon des règles et des critères anciens, dont l'adéquation à la réalité actuelle et à venir est problématique13. Passons en revue les principales assises constitutionnelle de la gestion du phénomène dans les deux pays.

  • 14 Dirk Kohnert, op. cit., p. 181-182.
  • 15 Ibid., p. 188 ; Burhân Ghaliûn, op. cit., p. 63.

9La Constitution allemande assure à tout citoyen qui se trouve exposé dans son pays à la persécution, le droit à l'asile politique ainsi que d'autres droits en découlant : alors que la Constitution et l'instruction du dossier peuvent prendre entre 2 et 5 ans, un logement doit être fourni et un emploi assuré a l'individu pendant ce laps de temps. Précisons maintenant le contexte français. Selon le système juridique en vigueur, la nationalité s'acquiert par les liens du sang, comme partout ailleurs, mais aussi par le droit du sol (naissance et résidence), contrairement au cas allemand qui ne reconnaît que les liens du sang14. La France tend à appliquer une politique d'assimilation par la fusion de tous les immigrés dans un même creuset, celui de la République laïque. D'où son hésitation, passée et présente, à laisser l'islam s'exprimer pleinement : malgré l'accroissement du nombre de musulmans sur son sol (cinq millions dont près de la moitié sont des immigrés), la France lutte contre les symboles de l'identité islamique. Or, s'intégrer dans une société où la séparation entre la religion et l'État est la règle, n'est pas chose aisée pour les immigrés musulmans pour qui l'État laïc ne détient pas le pouvoir de défendre l'islam certes, mais qui devrait au moins veiller au maintien de la religion15.

Les problèmes soulevés par les pressions migratoires et les moyens de les résoudre

10Le phénomène de migration renvoie aujourd'hui à deux problématiques différentes : le refus social de l'immigration et des immigrés et l'exacerbation de ce sentiment de refus, d'une part ; la déficience des politiques migratoires et l'insuffisance des alternatives, d'autre part. Il est donc utile d'analyser d'abord ces problèmes pour pouvoir ensuite éclairer les solutions proposées.

Problèmes relatifs au développement de l'immigration

  • 16 Au sujet du refus de l'immigration par la société française et de ses raisons d'être, voir Burhân G (...)

11Le changement de la nature des migrations a créé des générations successives d'immigrés d'origines sociales et culturelles diverses et a produit, au fil du temps, des sociétés de migrants plus solidaires (sur le plan familial) grâce au regroupement familial. Dès lors, les nationaux ont pris conscience des interactions qui ont eu lieu et les effets à long terme de l'immigration se sont manifestés. L'opinion publique s'est emparée du problème de l'immigration et des immigrés. En France, les réactions face au problème de l'immigration et des immigrés ont été poussées à l'extrême ces dernières années. Les musulmans d'origine arabe formant la plus grosse communauté d'immigrés dans le pays, toute réaction contre les immigrés leur est associée et ils sont les premiers à en subir les conséquences. Contrairement à la plupart des pays européens, la présence des Arabes, indépendamment de leur comportement et de leur situation, suscite des réactions multiples se caractérisant par l'agressivité et le racisme. Cette montée du refus social en France des immigrés et surtout des Arabes est due principalement à la détérioration du niveau des activités économiques qui a conduit à l'augmentation du taux de chômage, non seulement dans la population immigrée, mais parmi les Français eux-mêmes (celui-ci est de 15 à 18 % chez les premiers et de 11,8 % chez les seconds). C'est ce qui a amené les Français à rejeter l'idée d'une présence étrangère qui leur fait concurrence sur le marché de l'emploi et qui bénéficie de tous les privilèges sans parfois respecter les lois en vigueur. Une autre raison réside dans l'augmentation de la proportion des citoyens français d'origine étrangère (un français sur quatre a au moins un ancêtre étranger). S'ajoute à cela l'hostilité latente qui, depuis plusieurs décennies, a fortement marqué les relations de la France avec ses anciennes colonies. Cette hostilité a ressurgi récemment à cause du terrorisme et de la montée de l'extrémisme islamiste (explosions terroristes au cœur des agglomérations, en Europe et hors de l'Europe, revendiquées par leurs auteurs – notamment les Algériens – comme étant perpétrées au nom de l'islam). C'est principalement ce dernier point qui a ravivé un sentiment négatif vis-à-vis de l'immigration et des immigrés en France16.

  • 17 « Keep Them Out », The Economist, op. cit. ; Nâzim 'Abd al-Wâhid Al-Gâsûr, « al-Mawqif al-firinsi m (...)

12Ce refus de l'immigration par la société française se caractérise généralement par le renforcement des penchants racistes et l'élargissement des campagnes directement hostiles aux Arabes et à l'islam (qui dans l'acception générale, est maintenant associé au terrorisme sanglant). Cela a conduit aussi à la volonté de réduire le nombre de migrants, voire de s'en débarrasser définitivement. Cette propension au racisme se manifeste avec le plus de clarté et d'intensité dans les mouvements et les partis de droite, notamment celui du Front national dont la pensée se concrétise, dans la plupart de ses discours, par la xénophobie. J.-M. Le Pen, leader de ce parti, accuse les étrangers et les immigrés d'être responsables des crises et des difficultés dont pâtit la France. Il va encore plus loin en insistant sur la nécessité d'appliquer une politique nationaliste favorisant les Français dans toutes les transactions sociales, humaines et économiques. Il a même tenté de pousser cette logique à l'extrême en déclarant que « pour les Français, le rapatriement des immigrés est la seule solution et la seule issue pour sortir des crises et des problèmes »17.

  • 18 Burhân Chaliun, op. cit., p. 63 ; News from France, 18/03/1994 ; Le Monde, 08/03/1 994.

13En concordance et en parfaite harmonie avec les orientations racistes de Le Pen, plusieurs sondages d'opinion sont (sous diverses formulations) l'expression du rejet des Arabes par la société française. La lutte dite de « la défense des valeurs de la République laïque » autour de la question du « voile islamique », et la déclaration du ministre français de l'Éducation en 1994 interdisant cette tenue dans les écoles, apparaissent alors comme une sorte d'avertissement vis-à-vis de l'immigration et des immigrés18.

  • 19 Angela Merkel, « Zum Problem Jugend, Fremdlichkeit und Gewalt », Gespraech, op. cit., p. 26.
  • 20 Ibid, p. 26.
  • 21 Stojan Gugutschkow, « Das Zusammen leben von Deutschen und Auslaendern gestalten », Friedrich Ebert (...)

14En Allemagne aussi, de nouveaux signes indiquent un vif refus social de la migration croissante et des migrants. Plusieurs phénomènes signalent en effet la montée du racisme et de la xénophobie. L'Allemagne compte 37 000 extrémistes dont 4 500 considérés comme violents. Le rôle éminent que jouent ces derniers dans la persécution des étrangers est déterminé par le surnom symbolique attribué à chacun de ces groupes : les skinheads, les hooligans...19 Dans ce même contexte, il19ne faut pas perdre de vue les incidents et les conflits racistes perpétrés contre les colonies étrangères dans certaines villes allemandes (Rostock, Mölln et Solingen). Le nombre de ces incidents qui s'élève à 1 565 en 1994 est un signe flagrant du refus social des années quatre-vingt-dix20. L'apparition de nouveaux slogans et l'engouement qu'ils suscitent pourraient cristalliser ce refus social. Bien qu'il se soit largement répandu en Allemagne et que toutes les régions soient touchées, ce phénomène est plus évident à l'est du pays ; les masses n'avaient en effet nullement été préparées à une reconnaissance mutuelle ainsi qu'au développement de la tolérance vis-à-vis des étrangers, sans compter les évolutions qui ont suivi l'unification économique et sociale de l'Allemagne : le sentiment d'être étranger dans son propre pays dispose moins à accepter l'intégration d'autrui21.

  • 22 Ursula Mehrlaender, op. cit., p. 10-11.

15Aucune vision d'ensemble n'a jamais présidé à la définition de la politique d'immigration. Alors que l'accent a été mis sur une politique capable d'attirer de la main-d'œuvre, les conséquences pouvant en découler sont restées impensées, ce qui s'est traduit à terme par une incapacité à satisfaire les besoins d'une population immigrée, que ce soit en termes de structures économiques ou sociales. Bien qu'il y ait un accord sur la nécessité de réviser la loi de 1965 relative aux étrangers, de larges divergences subsistent quant à sa reformulation ou à son adaptation22.

Solutions proposées

16L'ensemble des propositions visant à suggérer un certain nombre d'améliorations des politiques migratoires insistent sur l'importance de l'intégration et de la limitation de l'immigration.

  • 23 Burhân Ghaliun, op. cit., p. 63.
  • 24 On peut aujourd'hui rapprocher la prudence de la politique française à l'égard de la montée du cour (...)

17Divers facteurs tels que la réduction des possibilités d'emploi (que l'on peut considérer à juste titre comme la clé de l'intégration et de l'assimilation des immigrés), ainsi que la multiplication des pratiques musulmanes à l'intérieur du pays ont entravé le processus d'intégration et causé l'échec des tentatives politiques visant à sa consécration dans la société française. Bien que depuis le milieu des années soixante-dix, la France ne puisse plus respecter rigoureusement sa politique basée sur la logique de l'intégration volontaire et commence à prendre en considération la dimension religieuse de l'identité culturelle de beaucoup de migrants, les concepts d'intégration ou d'assimilation n'ont pas été abandonnés pour autant dans la mesure où l'on a continué à croire que le processus fonctionnerait plus ou moins automatiquement et ne poserait pas de problèmes au niveau des individus23. La France s'est en outre attachée, par le biais de la coopération avec les pays d'origine des immigrés (notamment les pays du Maghreb), à assurer des solutions possibles et des garanties suffisantes pour gérer en commun les affaires relatives à la migration et aux migrants. L'objectif était alors de pouvoir faire face aux crises et de se prémunir contre les dangers éventuels des flux migratoires24.

  • 25 Nathaniel Herzberg, « Les islamistes ont réussi à fournir une identité à de nombreux jeunes issus d (...)
  • 26 Andréas Jacobs, op. cit., p. 82-86 ; Ursula Mehrlaender, op. cit., p. 11-12.

18Contrairement au cas français, la question de l'intégration n'a pas été pendant longtemps incluse dans l'agenda allemand. Pourtant elle se pose aujourd'hui avec acuité : quelles sont les possibilités de réaliser l'intégration dans le cadre d'une politique globale de l'immigration qui assurerait la situation des immigrés résidant dans le pays et leur garantirait les mêmes droits que les citoyens allemands ? Différentes options sont envisagées. La première insiste sur la mise en place de structures institutionnelles permettant la coexistence des immigrés et des citoyens allemands à l'échelle des localités, des régions et de la Fédération. La création, dans certaines institutions, de comités représentant les intérêts des étrangers, ou encore d'un organisme fédéral chargé de l'immigration et de l'intégration, constituerait selon cette vision un outil efficace pour atténuer le sentiment de refus des étrangers et pour renforcer sur le long terme le processus d'assimilation25. Certaines institutions existantes seraient susceptibles d'accompagner une telle évolution. Les médias, par exemple, peuvent contribuer à fournir à la fois aux Allemands et aux populations immigrées des clés pour mieux se comprendre et donc se reconnaître. La deuxième option milite pour la reconnaissance de la double nationalité (doppelte Staatsangehörigkeit) qui serait le meilleur moyen d'assurer un climat d'entente entre Allemands et étrangers. La troisième option consiste à réduire la durée de résidence requise (10 années) pour l'obtention de la nationalité allemande, toujours dans l'objectif de faciliter le processus d'intégration26. Au-delà de ces trois options, notons que le principe de l'intégration est stipulé dans l'amendement de la loi de 1990 relative aux étrangers, comme ayant une influence particulière sur l'évolution de la société et sur les immigrés.

19Parmi les solutions visant à faire face au défi démocratique qui se pose à la France et l'Allemagne, la limitation de l'immigration est devenue, dans les deux pays, un axe majeur.

  • 27 Ibid., p. 12 ; Cornelia Schmalz Jacobsen, « Kontrra Punkt : Doppelte Staatsangehoerigkeit », Gespra (...)

20En France, depuis 1981, les gouvernements successifs n'ont pas cessé d'imposer des mesures très rigoureuses concernant le séjour des étrangers et leurs libertés civiles et politiques. Les lois proposées par l'ex-ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua, et votées par le Parlement français en 1986, consacraient juridiquement ce processus de limitation de l'immigration : suspension de la loi sur le regroupement familial des immigrés, extrême rigueur dans l'autorisation de séjour des immigrés, réglementation de l'expulsion collective et administrative sans recours à la justice, application de sanctions plus sévères aux personnes en situation irrégulière ainsi que suppression de la naturalisation automatique des générations suivantes27. Il ne faut pas perdre de vue le fait que les efforts déployés au début des années quatre-vingt-dix par Charles Pasqua pour limiter l'immigration sont l'une des causes de sa popularité en France.

  • 28 Burhân Ghaliun, op. cit., p. 61 ; François Bonnet, « Immigration : que faire des lois Pasqua», 31/0 (...)

21Durant ces dernières années, toutes les mesures nécessaires ont été également prises tant aux frontières qu'à l'intérieur du territoire afin que soit limitée l'immigration clandestine : expulsion hors du territoire de toute personne n'ayant pas une carte de séjour ou ne disposant pas des papiers requis, restrictions relatives au visa d'entrée en France (notamment pour les personnes en provenance d'un pays arabe ou musulman)28.

  • 29 Au sujet de la limitation de l'immigration en France et l'immigration zéro, voir Andreas Jacobs, op (...)
  • 30 Burhân Ghaliun, op. cit., p. 61 ; Saad Zaghlûl Fouad, op. cit. Au sujet de la diminution du nombre (...)

22Reste à signaler que la proposition d'une immigration zéro retentit de temps à autre, tentant ainsi de préciser jusqu'où peut aller la limitation de l'immigration en France actuellement29. Une telle proposition souhaiterait également revenir sur le rôle de terre d'asile que la France s'est toujours assigné sur la scène internationale, ainsi que l'a rappelé M. Rocard, reprenant les termes de Charles de Gaulle : « C'est beau, c'est grand, c'est généreux la France ! »30

23S'agissant de l'Allemagne, la limitation de l'immigration est à présent considérée comme un principe fondamental, conformément à l'amendement de la loi relative aux étrangers qui proclame la nécessité de limiter la force de la migration internationale vers l'Allemagne en provenance de pays autres que ceux de l'Union européenne.

  • 31 Eberhard de Haan, op. cit., p. 50. Au sujet des mesures propres à limiter l'immigration en Allemagn (...)

24Certaines mesures cherchent à concrétiser ce principe. Ainsi, la loi relative à l'asile politique a-t-elle été révisée en 1993 pour que les réfugiés en provenance de pays non considérés comme foyer de persécution politique (tels la Pologne) soient rapatriés. Dans le même contexte, les forces de l'ordre ont été renforcées aux frontières ; le marché du travail a été restructuré afin de réduire au strict minimum le nombre de travailleurs immigrés dans le secteur du bâtiment ; l'amendement du Code de la nationalité a été ajourné alors même que le gouvernement Kohl s'était engagé dans son programme à garantir tous leurs droits aux enfants d'immigrés nés et résidant en Allemagne ; le gouvernement allemand a également œuvré pour mettre la politique étrangère au service de la politique intérieure. En effet, à peine l'Allemagne avait-elle entamé des négociations diplomatiques avec les États concernés par la question de l'immigration (tels la Turquie ou la Croatie), que des conventions prévoyant le rapatriement des immigrés en provenance de ces pays furent signées. La politique allemande a également mis en place des mesures préventives telles que la proposition présentée en 1990 par le ministre de l'Intérieur Schäuble qui en appelle à l'utilisation plus intense de l'aide allemande dans la lutte contre les causes mêmes de l'immigration dans les pays d'origine31.

25Partant du principe qu'il est nécessaire, concernant le problème de l'immigration, de lier une solution nationale à une solution européenne, les États européens devaient, sur une initiative allemande, se réunir pour conjuguer leurs efforts vis-à-vis du nombre sans cesse croissant de demandes d'asile politique et du poids que cela entraîne.

26De cette présentation globale de l'immigration à laquelle sont confrontées l'Allemagne et la France, il ressort que les mécanismes de politique extérieure semblent être les principaux et les plus à même de surmonter le défi démographique. On peut également avancer que ce défi est sans doute un des facteurs déterminants du Partenariat euro-méditerranéen car il constitue (parallèlement à d'autres) une menace pour le Nord qui tente de s'en prévenir par une action avec les pays du Sud.

Notes

1 Laïla Hafez, compte rendu de l'ouvrage du Guy Sorman, Fî intizâr al-ghawghâ' (En attendant la racaille), al-Ahrâm, 12/01/1993 ; Yves Jones Alice Kikhano, « al-Agyâl al-munbasiqa min al-hijrâ al-maghribiyya wa hawiyyatiha al-siyâsiyya » (Les générations issues de l'immigration maghrébine et leur identité politique), dans Mustapha Kâmel al-Sayyed (éd.), al-Tahawwulât al-siyâsiyya al-madaniyya fil-watan al-'arabi (Les changements politiques civils dans le monde arabe), Le Caire, markaz al-buhûs wal-dirâsât al-siyâsiyya bikuliyyat al-iqtisâd wal-'ulûm al-siyâsiyya, 1989, p. 624 ; Klaus J. Bade, « Einwanderungsland Deutschland », Gespraech, n° 3/993, p. 1 7.

2 Burhan Ghaliûn, « Mustaqbal al-gâliyât al-'arabiyya fi ûrubba » (L'avenir des colonies arabes en Europe), al-Mustaqbal al-'arabî, n° 209, 1996, p. 57 ; Sa'ad Zaghlûl Fouad, « al-irhâb yaftah malaff al-muhâjirîn fî ûrubba » (Le terrorisme ouvre le dossier de l'immigration en Europe), al-Ahrâm, 24/12/1995 ; Klaus J. Bade, op. cit., p. 1 7 ; Andréas Jacobs, Europa und die Arabische Welt, Sankt Augustin : Konrad Adenauer Stiftung, 1995, p. 82-86.

3 Klaus J. Bade, op. cit., p. 17.

4 Ursula Mehrlaender, « Vorbemerkung », dans Friedrich Ebert Stiftung (éd.), Auslaender im vereinten Deutschland, Bonn, 1991, p. 5-6.

5 Eberhard de Haan, « Integration und Zuzugbeschraenkung », dans Friedrich Ebert Stiftung (éd.), op. cit., p. 50.

6 Sont considérés comme principaux pays d'immigration les pays dans lesquels le pourcentage des immigrés est égal ou supérieur à 2 % de la population ou ceux dans lesquels les immigrés actifs représentent 1 % ou plus ; Migrants, Refugees and International Cooperation, A joint contribution to the International Conference of Population and Development, ICPD, 1994, p. 21.

7 À propos de l'effectif des immigrés en France et en Allemagne, voir Migration News, Microsoft Internet Explorer : Confederation of German Trade Unions, 09/11/1994 ; William Rees-Mogg, « The Challenge of the other Europe », The Times, 11/04/1994 ; « Keep them Out », The Economist, 27/04/1994 ; News from France, 23/09/1994 ; Scott Kraft, « Clackdown by Color in France », Los Angeles Times, 28/09/1994 ; Dirk Kohnert, «Afrikanische Fluechtlinge und Migranten », Vierteljahresberichte, n° 132, juin 1993, p. 188.

8 Husseyin Bagci, « Integration ohne Assimilation », Gespraech, op. cit., p. 24 ; Ursula Mehrlaender, op. cit., p. 5.

9 Migration News, Microsoft Internet Explorer : Data from efms, Bamberg and Inter Press Service, 01/08/1994 ; Deutsche Presse Agentur, 01/08/1994 ; Jochen Buchsteiner und Martin Klingst, « Ein Abschreckender Erfolg », Die Zeit, 01/07/1994 ; Voir aussi Thierry des Jardins, « Ils sont entre 300 000 et un million », Le Figaro, 26/03/1996.

10 Husseyin Bagci, op. cit., p. 24.

11 « Keep Them Out », The Economist, 27/04/1996 ; Migration News, Microsoft Internet Explorer : Marcus Stem, « Germany Slows Flow of Illegal Immigrants », 5an Diego Union Tribune, 27/09/1994.

12 Klaus J. Bade, op. cit., p. 18.

13 Philipp Martin & Mark Miller, op. cit.

14 Dirk Kohnert, op. cit., p. 181-182.

15 Ibid., p. 188 ; Burhân Ghaliûn, op. cit., p. 63.

16 Au sujet du refus de l'immigration par la société française et de ses raisons d'être, voir Burhân Ghaliun, op. cit., p. 63 ; Laïla Hafez, op. cit. ; « Keep Them Out », The Economist, op. cit. ; Saad Zaghlûl Fouad, op. cit. ; Guy Sorman, « Un point de vue sur l'immigration », Le Figaro, 18/10/1996.

17 « Keep Them Out », The Economist, op. cit. ; Nâzim 'Abd al-Wâhid Al-Gâsûr, « al-Mawqif al-firinsi min al-islâm al-siyâsi fil-jazâ'er » (La position de la France par rapport à l'islam politique en Algérie), al-Mustaqbal al-'arabî, n° 202, 1995, p. 49.

18 Burhân Chaliun, op. cit., p. 63 ; News from France, 18/03/1994 ; Le Monde, 08/03/1 994.

19 Angela Merkel, « Zum Problem Jugend, Fremdlichkeit und Gewalt », Gespraech, op. cit., p. 26.

20 Ibid, p. 26.

21 Stojan Gugutschkow, « Das Zusammen leben von Deutschen und Auslaendern gestalten », Friedrich Ebert Stiftung, op. cit., p. 76.

22 Ursula Mehrlaender, op. cit., p. 10-11.

23 Burhân Ghaliun, op. cit., p. 63.

24 On peut aujourd'hui rapprocher la prudence de la politique française à l'égard de la montée du courant islamiste en Algérie et l'appui qu'elle apporte au gouvernement algérien à sa volonté de s'assurer des solutions rapides et efficaces concernant ses problèmes internes.

25 Nathaniel Herzberg, « Les islamistes ont réussi à fournir une identité à de nombreux jeunes issus de l'immigration », Le Monde, 15/10/1995.

26 Andréas Jacobs, op. cit., p. 82-86 ; Ursula Mehrlaender, op. cit., p. 11-12.

27 Ibid., p. 12 ; Cornelia Schmalz Jacobsen, « Kontrra Punkt : Doppelte Staatsangehoerigkeit », Gespraech, op. cit., p. 21-23 ; Eberhard de Haan, op. cit., p. 50.

28 Burhân Ghaliun, op. cit., p. 61 ; François Bonnet, « Immigration : que faire des lois Pasqua», 31/08/1996 ; Paul Webster, « Gaullists split over immigrant policy », Guardian, 17/04/1996.

29 Au sujet de la limitation de l'immigration en France et l'immigration zéro, voir Andreas Jacobs, op. cit., p. 86 ; Paul Webster, op. cit. ; Rudy Salles, « Immigration : un débat faussé par les idéologies », Le Figaro, 17/04/1996 ; Michel Rocard, « La part de la France », Le Monde, 24/08/1996.

30 Burhân Ghaliun, op. cit., p. 61 ; Saad Zaghlûl Fouad, op. cit. Au sujet de la diminution du nombre d'étrangers en France depuis 1994, voir « Le nombre d'étrangers vivant en France tend à diminuer sensiblement », Le Monde, 13/12/1995, 01/01/1996.

31 Eberhard de Haan, op. cit., p. 50. Au sujet des mesures propres à limiter l'immigration en Allemagne, voir Migration News, Microsoft Internet Explorer : John Carvel, « Bonn wants EU to share Refugee Load », The Guardian, 05/07/1994 ; Wall Street Journal, 30/06/1994 ; Quentin Peel, « Germany unveils its plan to open up labor market », Financial Times, 19/01/1994 ; « Germany Puts off Citizenship Law Reform», Reuters, 08/02/1994 ; Süeddeutsche Zeitung, 22/03/1994 ; Die Welt, 21/03/1994 Dirk Kohnert, op. cit., p. 190.

Auteur

Université du Caire, Faculté d'Économie et de Sciences politiques

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable