Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

Pour une critique des objectifs et des attentes

La démographie et la Méditerranée ou les faits contre les représentations

Philippe Fargues

Entrées d'index

Mots clés :

démographie

Texte intégral

Introduction

  • 1 Déclaration de Barcelone adoptée lors de la Conférence euro-méditerranéenne, les 27 et 28 novembre (...)

1La région méditerranéenne qu'il reste à construire se conçoit comme un espace où les biens et les capitaux devraient circuler librement, mais non les personnes ; dans ce projet, l'accroissement démographique vigoureux du Sud est perçu comme un défi par la pression qu'il exercerait sur l'émigration des ressortissants du Sud vers les pays du Nord. La déclaration de Barcelone adoptée en 1995, document de référence de la construction régionale méditerranéenne, comporte trois sections intitulées respectivement « Partenariat politique et de sécurité : définir un espace de paix et de stabilité », « Partenariat économique et financier : construire une zone de prospérité partagée » et « Partenariat dans les domaines social, culturel et humain : développer les ressources humaines, favoriser la compréhension entre les cultures et les échanges entre les sociétés civiles ». C'est dans ce dernier chapitre que sont énoncées trois recommandations touchant à la démographie : « Les participants [...] (a) reconnaissent que l'évolution démographique actuelle représente un défi prioritaire [...] (b) [reconnaissent qu'il convient] d'accroître leur coopération pour réduire les pressions migratoires [...] (c) décident d'établir une coopération plus étroite dans le domaine de l'immigration clandestine »1. Un an plus tôt, la Commission des Communautés européennes avait déjà publié un document intitulé « Renforcement de la politique méditerranéenne de l'Union européenne : établissement du partenariat euro-méditerranéen » (octobre 1994), dans lequel on lisait que « la consolidation de la paix et de la stabilité de la région oblige à soutenir la réforme économique de façon à enclencher un processus de croissance soutenue et d'élévation du niveau de vie propre à diminuer la violence et atténuer la pression migratoire ».

2La présente contribution cherchera à éclairer le paradoxe en vertu duquel l'un des buts assignés à la promotion de l'échange économique est précisément la prévention de l'échange démographique, à comprendre comment est offert à la construction méditerranéenne un modèle d'intégration des hommes opposé à celui de l'Europe : par disparition des barrières en Europe, par renforcement des barrières en Méditerranée. Cette question, dont l'examen relève de diverses disciplines, sera traitée ici sous l'angle de la seule démographie. Après un bref rappel des représentations dominantes de la démographie méditerranéenne, on confrontera plus longuement ces représentations aux faits démographiques eux-mêmes, pour conclure sur la contribution possible de l'histoire démographique à la fabrication de ces représentations.

Les représentations de la démographie dans le discours politique

3Des métaphores dont le discours méditerranéen est friand, celle de la « fracture » est la plus commune lorsque l'on évoque la démographie. Plus hermétique qu'une frontière terrestre, qui laisse toujours quelques interstices à la continuité des comportements, la Méditerranée mettrait face à face deux régimes démographiques opposés terme à terme. A la population du Nord, stagnante, fixée sur son territoire et désormais vieille, ferait face la population du Sud (Turquie incluse, dans tout ce texte), explosive, pressée d'émigrer et jeune encore. Ces trois oppositions binaires sont énoncées chiffres à l'appui, sous forme de constats scientifiques.

Stagnation/explosion

  • 2 United Nations, World Population Prospects. The 1994 Revision. New York, 1995. Les chiffres reprodu (...)

4Le premier contraste entre stagnation et explosion démographique prend la forme d'une anticipation du futur proche. Les projections démographiques publiées par les Nations unies2 nous informent par exemple que les pays de la rive nord (du Portugal à la Grèce, dans ce texte), qui totalisaient 201,9 millions d'habitants en 1995, en compteront 200,6 millions en l'an 2025, selon une hypothèse moyenne. En d'autres termes, ils auront connu une variation relative de – 0,6 % au cours des trente prochaines années. Dans le même temps, les pays du Sud (du Maroc à la Turquie) auront vu leur population s'accroître de + 59,4 %, passant de 218,5 millions en 1995 à 348,3 en 2025. Alors qu'aujourd'hui quatre pays d'environ 60 millions d'habitants – deux du Sud, l'Égypte et la Turquie, et deux du Nord, la France et l'Italie – se partagent équitablement l'hégémonie démographique en Méditerranée, il ne seront plus que deux en 2025 : l'Égypte et la Turquie, avec des populations comprises entre 90 et 100 millions chacun, la France ayant gagné 2 millions d'habitants et l'Italie en ayant perdu 5. Ces chiffres se résument dans un énoncé simple : la masse démographique, hier ancrée au Nord et aujourd'hui en équilibre entre le Nord et le Sud, s'apprête à basculer au Sud. Pour autant que le poids de leur population soit une composante de l'influence des nations, la dynamique démographique différentielle serait à elle seule susceptible de remettre en question les équilibres politiques entre les nations de la région méditerranéenne.

  • 3 United Nations, op. cit.
  • 4 Nous ne discuterons pas ici l'opinion commune selon laquelle la croissance rapide de la population (...)

5Les recompositions annoncées prennent une autre connotation lorsque l'on s'intéresse aux projections de sous-populations particulières, soumises à des dynamiques plus différenciées que celles des populations totales : par exemple, la population des villes, la population active, etc. Le Sud est actuellement plus rural que le Nord mais son rythme d'urbanisation est plus rapide. D'après les projections de l'ONU, le Sud, où 57,5 % des habitants résident aujourd'hui en ville, en comptera 74,2 % en 2025 ; au Nord ils seront passsés de 67,3 % à 78,1 % de la population3. Ces chiffres n'ont rien de spectaculaire pour opposer, puisqu'au contraire ils tracent une convergence. En passant des pourcentages aux valeurs absolues, voici cependant comment ils peuvent s'énoncer : les villes des pays méditerranéens compteront 153,6 millions d'habitants supplémentaires en 2025 ; parmi eux, 132,9 millions, soit 86,5 %, appartiendront à une ville du Sud, contre 20,7 millions, soit 13,5 %, à une ville du Nord. Le marché du travail serait de même soumis à une demande en croissance de 71 % au Sud contre – 2 % au Nord, etc. La ville et le chômage, sites d'élection pour le désordre social, menaceraient la stabilité politique de chacune des nations du Sud et, par ricochet, celle de la région méditerranéenne entière4. Loin d'œuvrer à rapprocher les rives d'une mer dont on cherche à reconstruire l'harmonie, mais creusant au contraire les écarts de richesse et de stabilité, la pression démographique au Sud ferait obstacle à l'équité indispensable pour fertiliser les interdépendances.

Dépression/pression migratoire

  • 5 Israël, dont environ 2,5 millions des citoyens sont issus d'une population émigrée d'Europe au cour (...)
  • 6 Eurostat, Migration Statistics 1994, Luxembourg, 1995.
  • 7 J. J. Schoorl & al. donnent les ordres de grandeur suivants pour 1992 : Portugal, 100 000 clandesti (...)

6Le second contraste, entre appel (dépression) et poussée (pression) migratoire, s'appuierait plutôt sur l'observation du proche passé, durant lequel se sont formées des populations immigrées qui présentent aujourd'hui un fort déséquilibre numérique. Face aux quelques dizaines de milliers de ressortissants européens que l'on compte au Sud5, le Sud aligne près de deux millions de ressortissants résidant officiellement dans un pays de la rive nord6, soit 0,8 % de la population totale de ces pays, auxquels s'ajoutent des clandestins en nombre difficile à estimer (un peu plus d'un demi-million ?7). Résultat de flux migratoires qui ont culminé dans les années soixante et soixante-dix, ces populations proviennent pour l'essentiel du Maghreb et de Turquie et sont de ce fait porteuses de cultures différentes en termes de langue, de religion et de coutumes familiales. Cette différence est le premier facteur aujourd'hui mis en avant pour expliquer les tensions qui accompagnent l'absorption des immigrés. La question est celle de l'intégration de populations allogènes. Lorsque l'on se limite au présent, c'est-à-dire aux flux de migrations enregistrés au cours d'une année, les chiffres paraissent petits en valeur absolue : en 1993, les pays de la rive nord ont accueilli 56 000 immigrés ressortissants d'un pays de la rive sud (contre 62 500 en 1992). On préfère alors un énoncé en valeur relative, qui leur donne une tout autre signification : 60 000 immigrés par an, cela ne représente que 0,03 % des populations totales du Nord, mais 13,3 % de leur accroissement annuel (l'accroissement démographique de la rive nord est encore positif entre 1990 et 1995 : + 420 000 habitants par an). La question change à la fois de sens et de dimension : des soucis d'une gestion au quotidien de l'intégration de populations déjà installées, on passe à la crainte d'une altération graduelle de l'identité culturelle des populations autochtones de la rive nord.

Vieux/jeunes

7Le troisième contraste, entre populations vieilles et jeunes, réside dans les structures d'âges actuelles. En 1995, les moins de 25 ans forment 56,9 % des populations de la rive sud contre 32,7 % de celles de la rive nord. Les plus de 60 ans sont dans un rapport inverse : 6,3 % au Sud et 20,0 % au Nord. Ainsi énoncée, la différence des pyramides d'âges renvoie simplement à certains problèmes qui sont spécifiques à certains âges donnés : les sociétés et les États font face, sur la rive sud, aux demandes des jeunes (éducation, emploi, participation politique, etc.) et sur la rive nord à celles du troisième âge (santé, retraite). Dès que l'avenir est pris en compte, les pyramides d'âges servent de support à une représentation de l'avenir autrement plus dramatique que les problèmes de gestion évoqués ci-dessus. Les projections des Nations unies donnent certes un même mouvement de vieillissement, au Nord comme au Sud, conservant à peu près les écarts relatifs entre les deux rives. En 2025, les moins de 20 ans représenteraient 46,6 % au Sud et 28,3 % au Nord et les plus de 60 ans 10,3 % et 29,0 % respectivement. À cette formulation, rassurante parce qu'elle indique une convergence et une trajectoire commune, bien que décalée, on préfère cependant celle qui met en valeur les déséquilibres. On dira par exemple que 74 % des 28,6 millions d'enfants à naître au cours des 30 prochaines années seront ressortissants d'un pays de la rive sud, ou encore que 68 % des personnes qui entreront dans le troisième âge (en franchissant leur 60e anniversaire) seront des ressortissants du Nord. Dans un imaginaire fondé sur l'ordre de la nature, la jeunesse c'est l'avenir, et la vieillesse le passé. L'un appartiendrait ainsi au Sud et l'autre au Nord.

  • 8 On lira par exemple le rapport de l'économiste marocain H. El-Malki au Conseil de l'Europe, « The E (...)

8Ces trois représentations font à peu près consensus : elles sont partagées par les experts et par les politiques, par ceux du Nord et par ceux du Sud8. La raison en est à la fois technique et politique. Du côté technique, on s'appuie sur la métrique de la démographie et sur celle de l'économie. La mathématique des populations établit des relations certaines (non probabilistes) entre structure d'âges et natalité, ce qui permet de fonder en théorie la liaison fonctionnelle par laquelle les contrastes stagnation/explosion et vieux/jeunes ci-dessus formeraient système. L'économétrie, pour sa part, établit des relations probabilistes entre, d'un côté, les différentiels économiques et, de l'autre, la croissance démographique globale ou la migration, ce qui permet de fonder par l'observation empirique la liaison proposée entre le contraste dépression/pression migratoire et le binôme que forment déjà stagnation/explosion et vieux/jeunes, l'ensemble étant ainsi réuni dans un système bien cohérent. Du côté politique, on constatera simplement que ce sont les mêmes raisons qui poussent les uns (au Nord) à protéger un ordre construit à leur avantage et les autres (au Sud) à espérer en des lendemains meilleurs. Dans ce qui suit, on se limitera à examiner l'argument technique, laissant aux spécialistes l'argument politique.

Les faits face aux représentations

9La rigueur de la mathématique des populations est celle d'un système théorique. Elle ne se transfère pas ipso facto à l'interprétation des applications que l'on en fait. Entre les équations liant le taux de croissance de la population à la structure d'âge et à la natalité, et les résultats que l'on en tire dans tel ou tel cas d'espèce, interviennent en effet des choix : quelle population considérer ? quelles hypothèses formuler sur telle fonction (la fécondité par exemple) afin de déterminer le comportement à venir de l'ensemble du système ? Quant aux relations probabilistes liant l'économie (l'emploi, la richesse) à la démographie (la mobilité spatiale, la croissance), elles doivent être traitées comme des résultats empiriques obtenus dans un contexte particulier, celui d'une époque donnée, qu'il convient donc de rediscuter à la lumière de tout changement de contexte. Dans cette section, nous reprendrons tour à tour les trois oppositions binaires décrites dans la section précédente.

La relativité du temps et de l'espace

10Lorsque l'on diagnostique l'explosion ou la stagnation, on traite d'un mouvement : on se réfère donc à une période de temps. Lorsque, de plus, on localise l'explosion au Sud et la stagnation au Nord, on délimite un Sud et un Nord : on se réfère donc à une division de l'espace. Qu'adviendrait-il si l'on variait les catégories d'observation, dans le temps et dans l'espace ?

La profondeur du passé et l'indétermination de l'avenir

11Constater qu'au cours des trente prochaines années, les populations du Nord diminueront de 0,6 % tandis que celles du Sud augmenteront de 59,4 %, c'est se donner le présent pour point de départ et un horizon proche dans le futur pour point d'arrivée. Nous discuterons successivement ces deux points dans le temps : le début et la fin de la période sur laquelle porte la comparaison du Nord et du Sud.

  • 9 J. Beloch, Die Bevölkerung der Grieschisch-romanischen Welt, repris par M. Reinhard, A. Armengaud e (...)

12Plutôt que de partir de l'instant présent, on pourrait tout aussi bien choisir un point dans le passé. Les projections publiées régulièrement par les Nations unies fournissent par exemple une rétrospective courte en remontant à 1950. On trouve alors les augmentations suivantes de population : + 33 % au Nord et + 388 % au Sud. En faisant passer la période de référence de 30 à 75 ans, on accentue ainsi les contrastes parce que l'on augmente l'impression d'explosion au Sud. On remarquera cependant qu'en intégrant dans la projection du Nord une période passée, c'est-à-dire une expérience vérifiée, on perd l'idée de stagnation : la population du Nord n'a jamais cessé de s'accroître jusqu'à aujourd'hui, bien que plus lentement que celle du Sud. Si l'on poursuit cette remontée du temps, pour partir de l'époque qui précède immédiatement l'entrée de l'Europe dans une période de forte croissance démographique (à partir du milieu du xviiie siècle), on trouve des multiplicateurs certes différents, mais beaucoup moins contrastés : de l'ordre de 350 % pour le Nord contre 700 à 800 % pour le Sud. Mais il n'y a aucune raison de limiter cette rétrospective aux temps modernes, qui sont ceux de la transition démographique. En partant des estimations les plus anciennes que nous offre la démographie historique pour l'ensemble du bassin méditerranéen, selon lesquelles l'Empire romain d'Auguste aurait compté 48 millions d'habitants répartis entre 48 % en Europe, 40 % en Asie et 12 % en Afrique, on renverse la perspective9. L'inégale croissance démographique que l'on enregistre aujourd'hui ne serait en quelque sorte que le rattrapage d'un long retard accumulé au Sud, en des temps ou l'Europe ne partageait pas avec d'autres ses armes nouvelles contre les hautes mortalités. En 2025, au terme de l'explosion du Sud et de la stagnation du Nord qui caractériseraient le présent et l'avenir immédiat, on retrouverait approximativement un équilibre perdu depuis deux mille ans.

13Le point d'arrivée, quoiqu'il soit très proche de nous, pose des problèmes d'un ordre différent : la population en 2025 restera en effet une fiction jusqu'en 2025. Son calcul doit donc reposer sur des projections. Cette opération suit trois démarches distinctes, comportant chacune ses incertitudes. 1°) On simule l'extinction des générations déjà nées, procédure peu sensible aux erreurs d'anticipation, maintenant que la mortalité est très basse. 2°) On simule la naissance de nouvelles générations, dont on organise à leur tour l'extinction ; pour cela, on formule des hypothèses non seulement sur la mortalité, mais sur la fécondité de demain. La variété des expériences révèle les transformations rapides et imprévisibles dont sont susceptibles les facteurs sociaux, culturels, économiques et politiques auxquels répond la fécondité, la rendant difficile à projeter, y compris dans le futur proche. 3°) On simule enfin la répartition de la population entre diverses catégories – lieu de résidence (pays, villes et campagnes), activité économique, etc. – avec des techniques qui relèvent plus du libre choix que de la mathématique.

  • 10 La critique technique des projections de l'Onu, assortie de projections alternatives pour les pays (...)

14Auteur des perspectives démographiques les plus largement diffusées dans le monde, la Division de la Population des Nations unies actualise ses calculs au fur et à mesure que les pays publient de nouvelles données, afin d'intégrer les éventuelles ruptures de tendance. On peut donc comparer, pour un même pays, les versions successives de ces perspectives. Voici ce que l'on apprend de la population future d'un pays du sud de la Méditerranée, le Maroc. En 2025, ce pays devrait compter 59,9 millions d'habitants selon la projection publiée en 1982, mais seulement 40,6 millions selon la projection publiée en 1994. Ce n'est pas la technique de projection qui a changé entre ces deux dates, mais bel et bien les hypothèses sur les comportements futurs des femmes marocaines : entre 1982 et 1994, on avait tout simplement changé d'opinion sur l'avenir de la fécondité marocaine. Ce petit exemple suffit à montrer combien une projection est datée, parce qu'elle reflète une interprétation des faits sociaux (en l'occurrence, les facteurs de l'évolution de la fécondité) à un moment donné du temps10. Sans entrer dans une discussion qui serait trop technique pour le propos de cette communication, on indiquera que : 1°) il y a de bonnes raisons de penser que la fécondité des pays de la rive sud pourrait décroître sensiblement plus vite que dans les hypothèses des Nations unies : l'observation récente nous révèle en tout cas que la fécondité effectivement enregistrée est, chaque année, inférieure à celle des prévisions des années précédentes ; 2°) il n'y a pas de bonnes raisons de penser que la fécondité des pays de la rive nord restera constamment au-dessous du niveau de remplacement des générations : l'histoire de ces pays nous enseigne en effet que leur fécondité a connu plus d'une fois des retournements de tendance.

  • 11 Voir une application dans N. Fergany, « Dynamics of Demography and Development in the Mediterranean (...)

15On est tenté d'avancer que la projection devient plus sûre lorsqu'on se limite aux générations déjà nées. La remarque vaut pour les effectifs globaux, mais non pour leur répartition en catégories au sein des sociétés. Prenons un exemple : l'entrée sur le marché du travail. En 1997, on peut prédire jusqu'en 2017 le nombre des personnes qui franchiront chaque année leur 20e anniversaire avec une très faible marge d'erreur, puisque l'on connaît avec exactitude leur effectif actuel (c'est celui des générations nées entre 1977 et 1997). Bien que 20 ans soit aujourd'hui un âge courant pour entrer dans la vie active, cette connaissance précise de l'effectif futur des personnes âgées de 20 ans nous renseigne très mal sur la demande effective d'emploi entre 1997 et 2017. En effet, des facteurs qui n'ont rien à voir avec la démographie agissent, à côté de celle-ci, sur le volume de la demande d'emploi : en particulier, la durée et la nature de la scolarisation et l'ouverture du monde professionnel aux femmes11. Ces facteurs, susceptibles de moduler considérablement la demande d'emploi, relèvent du champ social et échappent de ce fait à la prévision de population. Pour reprendre la belle expression de Konrad Lorenz et Karl Popper, « l'avenir est ouvert » : il n'est certainement pas enfermé dans les ordinateurs des démographes.

Les limites du Nord et du Sud

16En s'intéressant aux populations de grandes régions, on traite en bloc tous les individus résidant sur un même territoire, celui d'un ensemble de pays rassemblés en vertu de critères politiques ou géographiques. Ce faisant, on regroupe puis on découpe.

17L'opération de regroupement (que l'on effectue en considérant la population du Nord ou celle du Sud) revient à gommer, au sein de l'ensemble considéré, la diversité entre les nations et, a l'intérieur de chacune d'elles, entre les individus. Le système d'oppositions binaires décrit ci-dessus est à l'évidence la réduction d'une réalité plus nuancée. Si l'on considérait de tous petits agrégats de population, par exemple les familles, on trouverait à l'intérieur du Nord comme à l'intérieur du Sud toute la gamme possible des comportements et des structures démographiques. Dans tout pays, il existe à la fois des familles nombreuses et des familles restreintes : c'est la distribution proportionnelle des familles selon la dimension qui change, mais non l'éventail des dimensions de famille. Recomposant à partir de ces petites unités des agrégats plus grands, sur une base de proximité comportementale, on découvrirait par exemple que les comportements démographiques moyens commencent à se ressembler dans les villes du Nord et dans les villes du Sud et qu'il y a autant de raisons d'opposer villes et campagnes qu'il y en a d'opposer le Nord et le Sud (dans l'ensemble des villes marocaines, l'indice synthétique de fécondité s'établissait à 2,3 enfants par femme en 1994, ce qui est très proche du niveau des villes françaises : 1,8 enfant par femme). Dans cette perspective, on ne chercherait plus des oppositions, mais des points de similitude et de continuum. Une telle recherche nous entraînerait trop loin de notre objet.

18En découpant, on donne un statut aux ensembles que l'on distingue. En s'intéressant à la démographie, on donne en outre à ce statut l'inertie, c'est-à-dire la résistance à l'écoulement du temps, qui caractérise la démographie elle-même. Pourtant, aucun des deux ensembles que l'on considère, le Nord et le Sud, ne possède une forme immuable. Ainsi en va-t-il de la catégorie politique d'« État méditerranéen». Imaginons un instant qu'entre 1995 et 2025, les quinze pays qui composent aujourd'hui l'Union européenne en viennent à construire un seul État. Du jour au lendemain, les habitants de l'Allemagne, du Danemark ou de la Suède appartiendraient à un État riverain de la Méditerranée. La population de la rive nord gagnerait d'un coup 171 millions d'habitants et le nouvel État, avec 372 millions d'habitants en l'an 2025, aurait ravi à l'Égypte et a la Turquie leur suprématie démographique récemment acquise en Méditerranée. On peut évidemment imaginer de la même manière un scénario symétrique, qui verrait un État se fonder sur la base de la Ligue Arabe, ou encore un scénario alternatif, dans lequel aboutiraient les démarches effectuées depuis quelques années par la Turquie et le Maroc pour rejoindre l'Union Européenne. Dans ce dernier cas, c'est tout simplement la notion de Sud et de Nord qu'il faudrait revoir.

Les incertitudes de la migration12

  • 12 Remarque : les migrations en Méditerranée ne sont pas uniquement dirigées du sud vers le nord. La m (...)
  • 13 Conseil de l'Europe, L'avenir de In population en Europe, sous la direction de R. Cliquet, Strasbou (...)

19L'étude des migrations abonde en métaphores empruntées à la mécanique des fluides. Les démographes parlent de « stocks » et de « flux » et ne rechignent pas à employer des mots comme « pression », « écoulement », « vague », etc. On retrouve donc tout naturellement ce vocabulaire dans le discours politique. Ainsi peut-on lire dans un texte publié par le Conseil de l'Europe : « Les différences de développement entre les pays en développement et les pays développés, auxquelles s'ajoutent des différences de possibilités économiques, culturelles et politiques, provoquent [souligné par nous] des pressions de migration des premiers aux seconds, dont nous n'observons peut-être que le début, car la grande vague de migration est encore devant nous »13. Cependant, la migration des hommes n'obéit pas aux lois de la mécanique des fluides, mais à celles, moins bien connues, des sociétés.

20Beaucoup d'études empiriques montrent que le choix d'émigrer répond a un calcul du type « coûts/bénéfices » : on émigre parce que l'on y trouve un avantage, économique en général, parfois politique. Mais les coûts et les bénéfices ne se mesurent pas uniquement en opportunités d'emploi et en niveaux de rémunération. Des motifs non économiques interviennent pour attacher les hommes aux lieux ou pour déterminer la trajectoire qu'ils choisiront. Ces motifs jouent sur tous les déplacements des hommes, y compris a l'intérieur d'un même pays. En Égypte, la province du Fayoum est beaucoup plus pauvre que la ville du Caire, distante de moins de 100 kilomètres. Pourtant, l'immense majorité des personnes originaires du Fayoum résident toujours au Fayoum : comment prendre au sérieux le calcul de la « propension » qu'auraient les habitants du Fayoum à s'établir sur la rive nord de la Méditerranée ? Dans le calcul des « coûts », une place sans doute prépondérante devrait revenir au coût du déracinement, qui relève plus de la sociologie que de l'économie.

  • 14 Les arguments de ce paragraphe sont empruntés à G. Tapinos, « Development, Cooperation and Internat (...)
  • 15 Sur les effets du ralentissement de la croissance démographique dans les pays arabes, voir Ph. Farg (...)

21L'économie de l'émigration recèle elle-même ses incertitudes. Ainsi en est-il des mesures préconisées pour contenir les migrations Nord-Sud. On escompte que la libéralisation des flux économiques internationaux fournira une alternative à la migration. Pour produire un tel résultat, ces mesures devraient réduire les incitations au départ en conduisant à l'élévation du niveau de vie et à celle de l'emploi dans les pays du Sud. À court terme, cela pourrait n'être le cas d'aucune des trois principales dispositions suivantes, prônées dans le cadre des politiques néo-libérales14. 1°) L'ouverture de zones franches : l'expérience maghrébine montre que ces zones restent des enclaves, sans interaction avec leur environnement local, qu'elles emploient des effectifs très réduits et n'exercent qu'un faible effet d'entraînement sur l'économie globale. 2°) L'instauration du libre-échange : l'abaissement des barrières, tarifaires ou non, devrait accentuer le jeu des avantages comparatifs. Au sud de la Méditerranée, on peut en attendre, d'une part, une perte de compétitivité des industries accompagnée d'une diminution de l'emploi industriel (y compris dans les textiles, où l'avantage comparatif jouerait en faveur d'autres régions du monde : Asie du Sud-est, Europe de l'est) et, d'autre part, une spécialisation accrue dans l'agriculture, déjà caractérisée par de forts surplus de main-d'œuvre et dont la modernisation ne crée pas d'emploi. 3°) L'investissement direct étranger : la délocalisation de certaines activités d'entreprises, par l'établissement d'unités de production spécialisées au sein d'une chaîne complexe internationale, tire précisément avantage des différences de niveau de développement, en particulier des bas salaires dans les pays du Sud ; plutôt que le nivellement des salaires, il faut en attendre l'entretien des différences de salaires, c'est-à-dire le maintien d'un motif de l'émigration. En fait, tout porte à croire que les mesures évoquées ci-dessus ne sauraient constituer un mécanisme d'ajustement que sur la très longue période, qui est par ailleurs celle sur laquelle les effets du ralentissement démographique au Sud se feront sentir15.

22Par ailleurs, tout modèle explicatif doit être confronté aux faits qu'il est censé expliquer. Selon le modèle, la détérioration continue de l'emploi au sud de la Méditerranée, en particulier depuis l'adoption de programmes d'ajustement structurel dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, devait entraîner une émigration croissante vers le Nord bien que l'offre d'emploi ait également diminué au Nord, car les différences de niveau de vie entre les deux rives n'ont cessé de se creuser. Les statistiques montrent exactement l'inverse : c'est il y a plus de vingt ans que les migrations en Méditerranée ont atteint leur niveau maximum. Le premier pays d'accueil de ces mouvements, la France, a même vu diminuer le nombre de ses habitants ressortissants d'un pays du sud de la Méditerranée entre 1982 (1,574 million) et 1992 (1,459 million). Les faits rappellent ainsi que les migrations ne sont pas un écoulement mécanique par appel du vide, mais un mouvement d'une société vers l'autre. Dans ce binôme, la société d'accueil n'est pas un simple réceptacle mais un ensemble structuré, à la fois compact et ouvert : elle offre en même temps une capacité de résistance (les politiques de restriction de l'immigration depuis 1974 ont limité les entrées) et d'absorption (les politiques de naturalisation ont réduit le nombre des étrangers parmi les immigrés en sorte que beaucoup d'immigrés ne sont plus des étrangers).

23Peut-être convient-il ici d'ouvrir une parenthèse. La résistance des États européens prit en 1974 la forme d'un retournement de la politique migratoire, avec l'édiction de mesures visant d'abord à arrêter l'immigration de travailleurs, puis à limiter les admissions d'étrangers aux entrées de « regroupement familial », et enfin à inciter les immigrés à retourner dans leur pays d'origine. Ces mesures transformèrent progressivement une immigration qui était jusqu'alors masculine, active et temporaire (ou perçue comme telle), en une immigration de femmes et d'enfants qui aboutit à la formation de populations d'origine étrangère, capables de se reproduire sur place. Le contexte de cette nouvelle politique était un changement de la perception du monde arabe. En 1973, le quadruplement du prix du pétrole brut au cours de la quatrième guerre israélo-arabe coïncida en effet avec l'entrée de l'Europe dans une période de crise économique : le discours politique et l'expertise des économistes en firent une cause de la crise, si bien que le monde arabe apparut comme un bloc solidaire responsable des difficultés de l'Europe. C'est sur ce terrain que la question de l'immigration et de la présence de populations étrangères pénétra les enjeux de politique intérieure en Europe.

L'« Âge » des populations

24La troisième représentation, qui oppose la jeunesse du Sud à la vieillesse du Nord, croise les deux précédentes, qui opposaient le Sud et le Nord en considérant les trajectoires suivies par leurs masses démographiques respectives et les mouvements migratoires entre eux. L'âge, variable biologique, sert en effet une double opposition : entre les nations et au sein de chacune d'elles.

  • 16 H. Le Bras développe cet argument dans « Démographie et conception biologique de la nation », texte (...)
  • 17 Dans un article où il condamnait le document préparatoire de la conférence du Caire sur la populati (...)

25Les populations du Sud sont qualifiées de « jeunes » et celles du Nord de « vieilles », par comparaison des proportions de personnes n'ayant pas atteint un âge donné (20 ans par exemple) ou ayant dépassé un autre âge (60 ans par exemple). Dans un cycle biologique, la vieillesse conduit à la mort. La métaphore biologique appliquée aux populations et, par glissement, aux nations auxquelles elles s'identifient, suggère tout simplement que, par le simple jeu de la métrique démographique et du « vieillissement » des populations, les vieux sont appelés à laisser la place aux jeunes16. Un tel imaginaire est partagé par des propagandistes au Nord et au Sud : les premiers appellent à la consolidation des frontières et les seconds en tirent une bonne raison d'avoir confiance en l'avenir, aussi lointain soit-il17. La métaphore résiste cependant mal à l'analyse : tandis que l'âge, mesure de l'intervalle de temps entre la naissance et l'instant présent, est une fonction linéaire croissante du temps et que le vieillissement biologique est un processus irréversible, une population peut aussi bien rajeunir que vieillir. Une reprise de la natalité en Europe, dont l'histoire fournit de multiples exemples, aurait pour effet automatique le « rajeunissement » de sa population. La projection de la natalité future, dont dépend la structure d'âge de la population future, est un exercice tout aussi périlleux pour les populations de la rive sud : rien n'indique que leur « vieillissement » ne sera pas beaucoup plus rapide que celui tracé dans les projections des Nations unies.

  • 18 Le concept de «population locale» n'a évidemment aucun fondement scientifique : l'histoire des popu (...)
  • 19 Il s'agit d'une opposition temporaire. Divers auteurs montrent la convergence des régimes de reprod (...)
  • 20 D. Blanchet, « Immigration et régulation de la structure par âge d'une population», Population, 43/ (...)

26L'opposition jeunes/vieux se retrouve par ailleurs parmi les habitants de la rive nord, où elle paraît recouper l'opposition immigrés/ locaux18. Les immigrés et leurs descendants formeraient en effet aujourd'hui des sous-populations où la proportion de jeunes est plus élevée et la proportion de vieux plus faible que dans les populations locales19. Une telle opposition mettrait en jeu le contrat des générations, en doublant les flux de solidarité qui le fondent (financement par les actifs des dépenses spécifiques des inactifs : école, santé, retraites, etc.) de flux « inter-ethniques », en sorte que l'opposition générationnelle alimenterait un conflit d'intérêt latent entre populations immigrées et locales. Le solde de ces flux se serait inversé au cours des années de crise. Schématiquement, au temps du plein emploi en Europe, c'est-à-dire jusqu'au début des années soixante-dix, une proportion plus élevée d'immigrés parmi les jeunes actifs que parmi les inactifs (personnes âgées, enfants), faisait apparaître l'immigration comme une source de flux financiers inter-générationnels dont le solde était en faveur des populations locales : les systèmes de répartition, prélevant sur les revenus du travail pour financer l'école, la santé et les retraites, organisaient ces flux. Les premières restrictions imposées à l'immigration à partir de 1974, limitant progressivement les entrées en Europe aux immigrations de regroupement familial, eurent pour effet de modifier les termes de cet échange inter-générationnel : avec l'arrivée de femmes et d'enfants, les transferts sociaux au profit des immigrés augmentèrent (sous la forme de l'école et de la santé gratuites, et bientôt des retraites avec l'installation définitive des immigrés). La montée du chômage dans les années 1980 et 1990 parut accentuer l'inversion des flux de solidarité, parce qu'il toucha en particulier les jeunes et les immigrés. Cet argumentaire repose sur l'idée que les immigrés se reproduisent en une population distincte au profil bien identifiable (structure d'âges ou taux de chômage). L'analyse théorique et l'observation empirique se rejoignent pour montrer qu'il s'agit d'une idée fausse. Par la première, on établit que l'immigration entraîne des pertubations chaotiques sur la pyramide d'âges plutôt qu'une déformation constante dans le temps : la population qui en est issue est alternativement jeune ou vieille20. Par la seconde, on constate que les sociétés mêlent les populations au fur et à mesure que le temps s'écoule. Le jeu des inter-mariages et des acquisitions de nationalité brouille vite les origines : un Français sur trois possède au moins un immigré parmi ses quatre grands-parents ; trois sur quatre parmi ses huit bisaïeux.

Conclusion

27Les données factuelles de la démographie se coulent mal dans l'opposition binaire rive sud/rive nord de la Méditerranée. Elles montrent tout aussi bien une similitude entre des processus à l'œuvre au Nord et au Sud. Ceux-ci, simplement, ne seraient pas contemporains mais décalés dans le temps. Il nous reste donc, pour conclure, à tenter d'expliquer la force de cette représentation, à essayer de comprendre les raisons pour lesquelles le Nord, redoutant d'être envahi par le Sud, se ferme.

28On invoque volontiers la crise économique installée depuis deux décennies en Europe. Elle aurait fait naître le souci de conserver pour soi ses richesses (matérielles ou non, comme les opportunités d'emploi), pour la raison que ces richesses seraient désormais en quantité comptée. Cette explication possède certainement une part de vérité, mais elle ne suffit pas. En termes de revenu moyen par habitant, l'Europe est en effet plus riche que jamais malgré vingt ans de crise. Quant au chômage, il est certes en progression constante, mais pour des raisons dont tous les experts s'accordent à reconnaître le caractère international plutôt que local : ce n'est pas la compétition entre immigrés et autochtones à l'intérieur de l'Europe qui le provoque, mais bel et bien un nouveau partage des rôles économiques entre les pays du monde.

  • 21 L'analyse scientifique est longtemps allée dans le même sens. Le démographe français A. Sauvy a ain (...)
  • 22 H. Le Bras, citant Mussolini (« Les nègres et les jaunes sont-ils à notre porte ? Oui, ils le sont, (...)

29Il faut donc se tourner vers d'autres raisons, d'ordre structurel plutôt que conjoncturel. L'une d'entre elles pourrait résider dans le divorce de la démographie et de l'économie, à l'échelle du monde divisé en nations. Dans l'ordre des nations, la démographie a en effet changé de place. Durant près d'un demi-millénaire, de la conquête des Amériques jusqu'à la fin des aventures coloniales, l'expansion démographique des nations européennes et l'émigration de leurs populations avaient accompagné leurs efforts d'hégémonie politique, économique et technique sur la planète. Le retournement des migrations, qui cheminent désormais en sens inverse des flux de domination économique et politique, alimente peut-être la peur de voir les autres termes se retourner à leur tour, car une si longue période avait façonné les mentalités21, habituées à voir dans la puissance démographique un attribut de la domination politique22. C'est dans le contexte historique de cette rupture entre suprématie économique et expansion démographique que se construit l'identité européenne. Comme toute construction identitaire, elle est aussi construction de l'altérité. La démographie serait alors l'un des habillages de l'altérité sud-méditerranéenne.

Notes

1 Déclaration de Barcelone adoptée lors de la Conférence euro-méditerranéenne, les 27 et 28 novembre 1995 (version finale). Suivent immédiatement trois recommandations visant le terrorisme, le trafic de drogues et les phénomènes racistes et xénophobes, l'enchaînement n'établissant toutefois aucune causalité entre la démographie et ces trois phénomènes.

2 United Nations, World Population Prospects. The 1994 Revision. New York, 1995. Les chiffres reproduits ici sont ceux de la « variante moyenne ».

3 United Nations, op. cit.

4 Nous ne discuterons pas ici l'opinion commune selon laquelle la croissance rapide de la population pèse sur les économies du Sud, en épongeant d'avance les excédents qu'elles pourraient dégager, et affecte jusqu'aux systèmes politiques, en entravant l'évolution vers la démocratie, en grossissant les rangs des déshérités dont se nourriraient les radicalismes. Contentons-nous de signaler que ces idées simples ne résistent pas bien à l'analyse.

5 Israël, dont environ 2,5 millions des citoyens sont issus d'une population émigrée d'Europe au cours du ce siècle, n'est jamais inclus dans ces comptes.

6 Eurostat, Migration Statistics 1994, Luxembourg, 1995.

7 J. J. Schoorl & al. donnent les ordres de grandeur suivants pour 1992 : Portugal, 100 000 clandestins (pour moitié Africains du sud du Sahara) ; Espagne, entre 170 000 et 260 000 (toutes provenances) ; France, 200 000 (toutes provenances) ; Italie, 1 000 000 (toutes provenances) ; Grèce, 35 000 (Afrique du Nord) ; « Migration from African and Eastern Mediterranean Countries to Western Europe », Mediterranean Conference on Population, Migration and Development, Palma de Mallorca, 15-17 octobre 1996.

8 On lira par exemple le rapport de l'économiste marocain H. El-Malki au Conseil de l'Europe, « The Economic Issues at Stake in Euro-Mediterranean Partnership », Mediterranean Conference on Population, Migration and Development, Palma de Mallorca, 15-17 octobre 1996.

9 J. Beloch, Die Bevölkerung der Grieschisch-romanischen Welt, repris par M. Reinhard, A. Armengaud et J. Dupâquier, Histoire générale de la population mondiale, Paris, Montchrestien, 1968, p. 40 sq. L'argument a été développé par R. Boustani et Ph. Fargues, Atlas du Monde Arabe. Géopolitique et société, Paris, Bordas, 1990.

10 La critique technique des projections de l'Onu, assortie de projections alternatives pour les pays de la rive sud de la Méditerranée, est donnée dans Y. Courbage et Ph. Fargues dans « L'avenir démographique de la rive sud de la Méditerranée – Algérie, Égypte, Maroc, Syrie, Turquie, Tunisie -Projections de la population et de l'emploi et réflexions sur la migration », Rapport au Plan Bleu, Sophia Antipolis, 1992.

11 Voir une application dans N. Fergany, « Dynamics of Demography and Development in the Mediterranean Basin : Implications to the Potential for Migration to Europe », Mediterranean Conference on Population, Migration and Development, Palma de Mallorca, 15-17 octobre 1996.

12 Remarque : les migrations en Méditerranée ne sont pas uniquement dirigées du sud vers le nord. La migration vers Israël a repris à partir de 1989, en provenance de l'ex-Union soviétique, et les courants sud-sud, vers la Libye (et la péninsule Arabique), ont conservé une certaine importance en dépit des avatars de l'économie pétrolière. Ces migrations sortent du cadre de la présente discussion.

13 Conseil de l'Europe, L'avenir de In population en Europe, sous la direction de R. Cliquet, Strasbourg, 1993.

14 Les arguments de ce paragraphe sont empruntés à G. Tapinos, « Development, Cooperation and International Migration : the European Union and the Maghreb », Mediterranéen Conference on Population, Migration and Development, Palma de Mallorca, 15-17 octobre 1996, et « L'immigration maghrébine en Europe : une ouverture au libre-échange ? », dans Jean-François Daguzan et Raoul Girardet (sous la direction de), La Méditerranée. Nouveaux défis, nouveaux risques, Paris, Publisud, 1995.

15 Sur les effets du ralentissement de la croissance démographique dans les pays arabes, voir Ph. Fargues « Demographic Explosion or Social Upheaval ? », dans G. Salamé (sous la direction de), Democracy without Democrats ?, Londres, I.B. Tauris, 1994.

16 H. Le Bras développe cet argument dans « Démographie et conception biologique de la nation », texte inédit du 21/05/1996.

17 Dans un article où il condamnait le document préparatoire de la conférence du Caire sur la population et le développement, l'éditorialiste A. Hussein évoquait l'avenir radieux auquel la croissance démographique promettait non seulement la rive sud de la Méditerranée, mais l'islam opposé en bloc à l'Occident, « Les résolutions du congrès de l'anéantissement de l'humanité ne sont pas un jeu... Les Nations unies cherchent à les imposer par la force », al-Sha'b, 19/08/1994.

18 Le concept de «population locale» n'a évidemment aucun fondement scientifique : l'histoire des populations d'Europe est jalonnée d'épisodes de migrations et d'intégrations. Est ainsi désignée, par commodité, la population qui ne provient pas de l'immigration du sud de la Méditerranée au cours du dernier demi-siècle. Nous le préférons aux concepts de « population de souche » ou « autochtone » qui ancrent dans une durée illusoire les populations locales ainsi définies.

19 Il s'agit d'une opposition temporaire. Divers auteurs montrent la convergence des régimes de reproduction démographiques immigrés et autochtones en Europe : S. Feld & al. « Aspects démographiques de la population arabe en Europe. Fécondité et nuptialité en Belgique, en France et aux Pays-Bas », in Arab Regional Population Conference, Le Caire, IUSSP, 1996 ; Y. Courbage «La population maghrébine à l'étranger. Dynamique démographique et caractéristiques socio-économiques », Séminaire sur la migration internationale, Rabat, 1996.

20 D. Blanchet, « Immigration et régulation de la structure par âge d'une population», Population, 43/2,1988.

21 L'analyse scientifique est longtemps allée dans le même sens. Le démographe français A. Sauvy a ainsi contribué sans relâche à populariser l'idée selon laquelle croissance démographique et croissance économique ne peuvent marcher qu'ensemble.

22 H. Le Bras, citant Mussolini (« Les nègres et les jaunes sont-ils à notre porte ? Oui, ils le sont, non seulement grâce à leur fécondité, mais grâce à la conscience qu'ils ont prise de leur valeur, de leur race, de son avenir dans le monde »), montre bien les origines politiques de la crainte de l'invasion dans l'Europe du xxe siècle. H. Le Bras, Le sol et le Sang, Paris, Éditions de l'aube, 1994.

Auteur

CEDEJ/INED

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable