Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

La déclaration de Barcelone dans le contexte des transformations mondiales

Le volet politique du partenariat euro-méditerranéen

Origines et limites

Muhammad Sid Ahmad

Texte intégral

1Alors que le Partenariat euro-méditerranéen est devenu aujourd'hui une réalité, il importe, lorsqu'on s'y intéresse, de préciser ce qui est entendu par « euro-méditerranéen », qualificatif largement ambigu malgré les apparences. En effet, l'Euro-Méditerranée ne renvoie pas à deux entités distinctes et bien délimitées. Les pays de l'Europe méridionale, par exemple, font partie de l'Europe communautaire tout en appartenant également au monde méditerranéen. De plus, les deux termes contenus dans le qualificatif ne réfèrent pas à des ensembles équivalents. Alors que l'Europe est à la fois un continent et une entité cohérente formée d'un ensemble de pays, la Méditerranée ne représente qu'une sorte de circonférence autour d'un espace non habité, celui de la mer du même nom. Les deux termes sont d'autant moins comparables que l'un définit une structure régionale, appelée Union européenne, apte à prendre des initiatives et à formuler des politiques propres. Malgré l'existence de la Ligue des États arabes, le second terme ne renvoie pas à un ensemble institutionnel unique, qui serait l'interlocuteur unifié de l'Union européenne.

2Afin de saisir la nature des relations qui s'intaurent entre l'Europe et la Méditerranée – ou plutôt les pays méditerranéens – dans le cadre du partenariat, et plus particulièrement des relations politiques sur lesquelles nous nous focaliserons ici, il convient dans un premier temps de revenir sur leur historique, qui nous permettra dans un second temps de recontextualiser et donc de préciser la spécificité du partenariat.

L'historique des relations entre l'Europe communautaire et les pays du sud de la Méditerranée

3C'est autour de la Communauté économique du charbon et de l'acier (CECA) que l'Europe communautaire se forme en 1951. D'autres initiatives telles que la création de l'Otan et surtout de la Communauté économique européenne (etc.) serviront également de base à l'unification progressive de l'Europe. L'association des États européens visait alors avant tout à faire face au danger que pouvait représenter l'Union soviétique.

4À cet égard, la guerre d'octobre 1 973 marque un tournant caractérisé par l'organisation et l'apparition sur la scène internationale d'une troisième voie, qui entend se démarquer des deux pôles (est/ouest) autour desquels le système international s'est structuré depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. À la menace de l'Union soviétique s'ajoute pour l'Europe celle de l'émergence d'un Sud potentiellement puissant économiquement, car en mesure d'influer sur l'économie mondiale comme l'attestent la hausse des prix du pétrole ou encore la fondation de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et de l'OPAEC (Organisation des pays arabes exportateurs de carburant). Il devient alors impossible, pour l'Occident en général, et l'Europe en particulier, de ne pas prendre en considération ce Sud.

5Dans les négociations qui se sont engagées entre l'Europe communautaire et les pays arabes autour du problème du pétrole, l'Europe a finalement réussi à établir un rapport de force en sa faveur car elle s'est comportée comme une entité unie et a profité du fait que le Monde arabe ne pouvait lui opposer une réelle cohésion pour traiter avec chaque État arabe séparément, ce qui fut a son avantage. Toutefois le déséquilibre des relations euro-méditerranéennes n'est pas le seul fait du comportement de l'Europe ; l'incapacité à agir de la Ligue des États arabes (LEA) par exemple, démontre la fragilité des liens entre pays arabes. Les différentes structures régionales telles que le Conseil de coopération des pays du Golfe, qui réunit les monarchies productrices de pétrole de la péninsule Arabique, le Conseil de coopération arabe, qui s'est effondré dès le déclenchement de la crise du Golfe, ou encore l'Union du Maghreb arabe (UMA), n'ont pas atténué les tensions et les susceptibilités qui caractérisent les relations des États du sud de la Méditerranée entre eux.

6À la suite de la création de l'Union du Maghreb arabe, vivement encouragée par l'Europe communautaire qui souhaitait voir émerger sur l'autre rive une entité régionale avec laquelle elle pourrait traiter, l'idée d'une conférence dite des « 4 + 5 », puis des « 5 + 5 » a vu le jour du côté européen. Celle-ci mettait en présence 4 États de la façade méridionale de l'Union européenne (Portugal, Espagne, France, Italie) auxquels Malte s'est dans un deuxième temps ajouté, et les 5 pays de l'UMA. L'assise géographique de cette initiative signifiait implicitement que les pays européens, à l'origine du projet, préféraient traiter avec les pays arabes les plus proches géographiquement qu'avec l'ensemble des États du pourtour méditerranéen, non homogènes. La Méditerranée occidentale posséderait donc, suivant cette acception, une spécificité propre due à l'existence de préoccupations communes, telles que les problèmes relatifs à la sécurité.

7En revanche, c'est sur le Moyen-Orient, et plus spécifiquement sur les pays situés autour d'Israël, que les États-Unis ont pour leur part centré leurs efforts à la suite de la deuxième guerre du Golfe. C'est pourquoi ils ont soutenu le projet de création d'un « marché moyen-oriental » cher à nombre d'Israéliens.

8Ce découpage géographique entre Méditerranée occidentale et orientale ne renvoie pas pour autant à une répartition des « zones d'influence » qui mettrait l'est de la Méditerranée sous l'entière emprise des États-Unis, l'ouest revenant à l'Europe. En ce sens, il ne s'agit pas là d'une dynamique calquée sur celle qui a œuvré à Yalta, d'autant plus que les relations actuelles entre l'Europe et les États-Unis n'ont guère à voir avec le contexte qui présidait au lendemain de la deuxième guerre mondiale. C'est dans ce contexte que s'est mis en place le Partenariat euro-méditerranéen. Il s'agit alors d'étudier le type de relation que celui-ci entend impulser entre l'Europe et les pays méditerranéens.

Les relations euro-méditerranéennes au travers du partenariat

9Le partenariat, proposé par l'Europe et comprenant cette fois l'ensemble des pays méditerranéens, traduit la volonté de l'Union européenne de se positionner vis-à-vis des États-Unis. En effet, il ne s'agit plus pour elle d'affronter l'URSS, mais de contrer le leadership américain dans la région.

10C'est d'ailleurs en ce sens que la Conférence de Barcelone prend toute sa dimension. Ainsi, alors que la Syrie a refusé de participer aux deux conférences sur la coopération au Moyen-Orient qui se sont tenues à Casablanca et à Amman et qui étaient parrainées par les États-Unis, elle s'est jointe en revanche et malgré la présence d'Israël, à la Conférence de Barcelone. En agissant ainsi, la Syrie a montré qu'elle n'adhérait pas à la logique (chère à certains islamistes) selon laquelle il faudrait s'opposer à l'Occident dans son ensemble, sans distinction entre les États-Unis et l'Europe. Une telle attitude démontre que la coopération euro-méditerranéenne prend d'autant plus d'ampleur que la compétition entre l'Europe et les États-Unis est forte et manifeste.

11L'idée que l'UE concurrence ou puisse concurrencer les États-Unis s'est précisée récemment. À la suite de l'effondrement de l'URSS, et même si cet écroulement a été essentiellement provoqué par des facteurs internes au pays, les États-Unis ont pour leur part considéré qu'ils avaient mis fin à la « troisième guerre mondiale ». Toutefois, cette guerre froide s'est achevée sans que l'on puisse réellement évaluer la nature du système international en découlant : « l'ordre mondial bipolaire » sera-t-il remplacé par un ordre unipolaire dominé par les États-Unis ou par un « ordre mondial multipolaire » où l'Europe pourrait émerger comme partie égale et concurrente aux États-Unis ? La concurrence engagée en Méditerranée autour de la question de la coopération au Moyen-Orient et du Partenariat euro-méditerranéen dépasse en ce sens largement les enjeux de la région. La Méditerranée devient l'arène centrale dans laquelle s'affrontent les grandes puissances internationales en vue de déterminer l'aspect que revêtira le monde de demain.

12Il est certain que, durant son deuxième mandat, le président des États-Unis, Bill Clinton, prendra toutes les mesures nécessaires à la défense de la position dominante aujourd'hui occupée par son pays. Il semble pourtant que l'Europe, comme d'autres puissances, ne tienne pas à laisser le champ libre aux États-Unis et qu'elle tentera de les empêcher d'étendre leur hégémonie. Il existe cependant des divergences au sein de l'Europe quant aux moyens à mettre en œuvre pour atteindre un tel objectif. Certains États et plus particulièrement l'Allemagne se focalisent en premier lieu sur l'Europe de l'Est, et entendent ouvrir l'Otan à des pays tels que la Pologne, la République tchèque et la Hongrie (auparavant membres du Pacte de Varsovie). En revanche, la priorité des pays européens riverains de la Méditerranée (en particulier la France, l'Italie et l'Espagne) est à la « coopération euro-méditerranéenne » avec les pays arabes de la rive sud. Le Partenariat euro-méditerranéen entre en concurrence avec les projets européens visant au développement de l'Europe de l'Est. En effet, si le partenariat a pour objectif l'instauration d'une zone de libre-échange, il se concrétise avant tout par une aide européenne financière, en vue d'assurer un certain développement économique.

13Parmi les pays de l'Europe méridionale, la France s'est pendant un temps exclusivement tournée vers l'Allemagne afin de favoriser l'édification européenne. Absorbée par des problèmes internes, l'Italie est pour sa part restée absente de la scène méditerranéenne. C'est donc l'Espagne qui, avec son précédent gouvernement socialiste, a joué un rôle important en Méditerranée ainsi que dans le processus de paix au Moyen-Orient ; la tenue à Madrid de la Conférence qui a inauguré ce processus n'est donc pas fortuite. Arguant de son éloignement géographique et de son héritage culturel et interculturel historique, l'Espagne a pu justifier un rôle particulier dans le règlement du conflit israélo-arabe.

14Toutefois, si elle veut revêtir une certaine ampleur, la coopération euro-méditerranéenne ne peut pas être impulsée à partir d'un seul pays européen, et doit au contraire être investie par le plus grand nombre d'États des deux rives de la Méditerranée. En ce sens, la confrontation croissante entre l'Europe et les États-Unis a joué en faveur d'un élan pour le Partenariat euro-méditerranéen. De plus, la crise yougoslave a été également un facteur mobilisateur de l'Europe vis-à-vis des pays tiers méditerranéens, car elle a révélé la faiblesse de la politique étrangère communautaire commune et la dépendance de l'UE vis-à-vis de l'Otan. Enfin, les pays européens ont peu à peu senti le besoin d'instaurer des liens de coopération avec leurs partenaires méditerranéens, sources potentielles de menace et d'insécurité. Quant aux pays du Sud, ils se sentent également menacés par les inégalités qui existent entre le nord et le sud du bassin méditerranéen. Les deux rives ont en quelque sorte découvert qu'elles étaient interdépendantes et qu'elles avaient à gérer des problèmes communs tels que les migrations, la propagation de l'islam non seulement en Bosnie ou en Turquie mais au sein même de l'Europe (on compte maintenant quatre millions de musulmans en France et beaucoup de Turcs en Allemagne). Dans ce contexte, chaque partie tente de jouer ses propres cartes dans une négociation devenue indispensable : le Nord compte sur la force que lui confère son unité et sa suprématie économique tandis que le Sud renvoie au Nord, Occident dépourvu de toute équité, la responsabilité des menaces qui pèsent sur la région.

15Pour se différencier des États-Unis sur la scène méditerranéenne, l'UE entend agir sur des dimensions qui ne sont pas couvertes par les différents projets impulsés autour du processus de paix. Entre autres, l'Europe communautaire tente de relancer le dialogue entre les différentes forces politiques en présence et plus largement de l'élargir aux sociétés dans leur ensemble, pour ne pas limiter les contacts aux seuls États.

16Le partenariat pose toutefois un certain nombre de problèmes. Prenons l'exemple du conflit israélo-arabe : il est clair qu'il diffère des conflits auxquels l'Europe a été confrontée, sa propre expérience ne peut donc pas avoir valeur de modèle. Quels qu'aient pu être leurs différends, la France et l'Allemagne n'on jamais remis en cause leur existence réciproque. À l'inverse, les Arabes se confrontent à un ennemi, l'État d'Israël, qui n'a pas toujours existé et dont ils ont du mal à accepter la légitimité, alors que les Israéliens postulent l'évidence de leurs racines historiques antiques et de leurs liens avec la terre de Palestine. Derrière le problème israélo-palestinien un rapport Nord/Sud se joue. Or le Partenariat euro-méditerranéen, de même d'ailleurs que les différents projets de coopération au Moyen-Orient, n'est rien d'autre qu'une variante de ces relations Nord/Sud. Il ne faut donc pas se faire d'illusions quant à l'influence possible de ces diverses formes de coopération sur le règlement du conflit israélo-arabe.

17Le partenariat pose un deuxième problème important, celui de la souveraineté. Comment les pays du sud de la Méditerranée peuvent-ils se protéger des violations que risquent de perpétrer à leur égard, au nom du voisinage, les pays du Nord ? Les tentatives qu'expérimente le monde contemporain pour mettre fin aux conflits impliquent une redéfinition de la souveraineté, à laquelle ne pourra pas échapper le cas palestinien.

18Malgré les obstacles qui se dressent devant toute tentative de coopération en Méditerranée et plus précisément devant le Partenariat euro-méditerranéen, celui-ci n'est pas pour autant forcément voué à l'échec. Une des solutions réside peut-être dans la reconsidération de la relation entre le Nord et le Sud, qui est la base de la coopération. Doit-on considérer les liens à tisser entre le nord et le sud de la Méditerranée comme étant avant tout un dialogue pour la sécurité ? Ne devrait-on pas changer de perspective et admettre qu'avant d'être fonction de la sécurité, la stabilité (objectif ultime du partenariat) dépend des peuples, de leur comportement et plus fondamentalement de leurs perceptions mutuelles ? Atteints de désespoir et voyant leurs droits fondamentaux violés, ceux-ci sont inévitablement aujourd'hui sources de problèmes. Si l'Europe faisait preuve d'une vision plus large et moins focalisée sur la sécurité, elle pourrait incorporer les dimensions culturelles et civilisationnelles qui sont une clé pour régler nombre de difficultés. La coopération peut-elle être bénéfique si on en reste à une vision de « l'autre » uniquement comme « garant d'une certaine sécurité » et qu'on laisse de côté le fait qu'il s'agit avant tout de peuples voisins ?

Auteur

al-Ahrâm

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable