Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

La déclaration de Barcelone dans le contexte des transformations mondiales

Les transformations de l'ordre régional

Entre Moyen-Orient et Méditerranée

Abdel Munem Saïd

Texte intégral

Introduction

1Le Moyen ou le Proche-Orient sont aujourd'hui le théâtre de différents types de coopération visant à transformer l'ordre régional. L'aire géographique concernée est vaste puisqu'elle s'étend de l'Iran à l'est jusqu'au Maroc et la Mauritanie sur la côte atlantique à l'ouest, de la Turquie au nord jusqu'à la Corne de l'Afrique et au Sahara au sud. Elle regroupe les États membres de la Ligue arabe, auxquels s'ajoutent la Turquie, l'Iran et Israël.

2Les deux grands types de coopération que nous allons étudier ici ont vu le jour dans les années quatre-vingt-dix ; ils sont le produit des mutations fondamentales intervenues dans l'ordre mondial et des changements non moins importants ayant affecté plus particulièrement le Moyen-Orient, suite à la deuxième guerre du Golfe. Le projet de coopération au niveau du Moyen-Orient, parrainé par les États-Unis, est basé sur deux dynamiques impulsées par le processus de paix initié à Madrid en octobre 1991. Il s'agit, d'une part, des négociations multilatérales entamées à Moscou le 31 janvier 1992 et qui concernent cinq dossiers relevant de cinq commissions spécifiques : l'eau, le contrôle des armements et la sécurité régionale, les réfugiés, la coopération économique et l'environnement ; et, d'autre part, de conférences économiques du Moyen-Orient tenues à Casablanca en 1994, à Amman en 1995, au Caire en 1996 et à Doha en 1997. Le Partenariat euro-méditerranéen a été pour sa part lancé en novembre 1995 par la ratification de la déclaration de Barcelone, à l'issue d'une conférence interministérielle réunissant 27 ministres des pays de l'Union européenne (UE) et du sud de la Méditerranée.

  • 1 La superposition de ces différents types de relation n'est d'ailleurs pas toujours harmonieuse : le (...)

3Il est avant toute chose utile de rappeler que les pays de la région coopèrent déjà à travers plusieurs organisations ou structures interétatiques existantes. Ainsi, la Ligue des États arabes (LEA) regroupe tous les pays arabophones ; l'Organisation de la conférence islamique (OCI) rassemble tous les États de la région à l'exception d'Israël, ainsi que les pays musulmans de l'Asie centrale, du Sud-Est asiatique et de l'Afrique ; l'Organisation de l'unité africaine (OUA) relie le Nord arabe du continent avec les pays situés au sud du Sahara. On peut aussi noter l'existence d'une série de sous-ensembles régionaux tels que le Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui regroupe six États, l'Union du Maghreb arabe (l'UMA, qui compte cinq membres) et le Conseil de coopération arabe, dans lequel siégeaient quatre États avant le retrait officiel de l'Égypte. On peut y ajouter les relations des pays de la région à d'autres pays ou ensembles régionaux. L'Iran et la Turquie sont liés aux républiques d'Asie centrale. Ankara participe au forum des États riverains de la mer Noire, tout en étant allié aux États-Unis dans le cadre de l'Otan. Israël est lié à Washington par un accord de libre-échange et un accord de coopération stratégique. Enfin, tous les pays du sud ou de l'est de la Méditerranée ont conclu divers accords avec l'Union européenne, portant soit sur une Union douanière (comme c'est le cas de la Turquie), soit une zone de libre-échange (à l'instar de la Tunisie et d'Israël), soit encore sur une série d'accords d'association ou de clauses préférentielles. Il apparaît donc clairement que les deux nouveaux types de coopération moyen-orientale et euro-méditerranéenne n'interviennent pas dans une région dépourvue de structures supranationales1.

4Nous entendons dans cette contribution revenir sur le contexte de l'émergence de ces nouveaux cadres de coopération, afin de nous permettre, dans un second temps, de corriger trois clichés largement répandus dans la littérature arabe et selon lesquels :

  • ces deux types de coopération seraient l'expression de l'évolution de l'ordre mondial vers un système marqué par la multipolarité. La complémentarité et l'intégration toujours plus poussée de l'Europe ferait de celle-ci un pôle concurrent des États-Unis. Les deux cadres de coopération en présence illustreraient donc un des domaines de la concurrence américano-européenne, chacun des pôles tentant d'imposer aux dépens de l'autre son hégémonie au Moyen-Orient.

  • Malgré leur concurrence, les deux types de coopération auraient pour même objectif l'intégration d'Israël dans la région, par l'instauration d'un cadre de relations non plus bilatérales mais régionales (moyen-orientales ou méditerranéennes). Il s'agirait en fait de garantir à l'État hébreu un droit légitime à l'existence et à la survie, grâce aux relations qu'il établirait avec les belligérants arabes.

  • Le projet de coopération au niveau du Moyen-Orient et le Partenariat euro-méditerranéen se structureraient tous les deux au détriment du système arabe et de ses liens institutionnels et culturels. Mais, alors que les projets de coopération au niveau du Moyen-Orient, d'inspiration américaine, tendraient à confier un rôle central à Israël, le Partenariat euro-méditerranéen accorderait pour sa part une certaine légitimité à la position arabe. De plus, dans le cadre des accords du partenariat, il soumettrait Israël aux mêmes règles que les autres pays de la région. C'est pourquoi l'opinion arabe perçoit l'approche méditerranéenne comme un moindre mal, en comparaison aux projets de coopération au niveau du Moyen-Orient.

5Récusant ces trois arguments, nous proposons la lecture suivante des deux types de coopération :

  • l'ordre mondial ne s'oriente pas vers une multipolarité au sens traditionnel du terme. En effet, le concept même de polarité s'est transformé sous le coup des profondes mutations internationales. L'ordre mondial s'oriente plutôt vers un pôle unique, et d'un genre nouveau : le capitalisme international contemporain. La prétendue concurrence euro-américaine doit alors être replacée dans un processus plus large de complémentarité au sein du marché mondial.

  • Les deux projets sont les deux faces d'un même processus mondial visant à intégrer davantage le Moyen-Orient au marché capitaliste mondial.

  • L'étude du contexte dans lequel ont émergé les deux types de coopération souligne en quoi il s'agit bien de tentatives complémentaires visant, par des moyens différents, à l'intégration de la région dans le capitalisme international contemporain.

6Pour étayer ce point de vue, nous nous intéresserons en premier lieu aux transformations mondiales et régionales, avant de comparer les projets de coopération au niveau du Moyen-Orient et le partenariat, non pas à partir des déclarations d'intention et autres discours des différentes parties, mais des réalisations aujourd'hui effectuées ou en cours.

Les transformations mondiales

7Le véritable changement qui affecte aujourd'hui l'ordre mondial ne se situe pas dans le passage du système bipolaire, dominant depuis la deuxième guerre mondiale, à un système unipolaire, qui serait attribué aux États-Unis à la suite du démembrement de l'Union soviétique, ou à un système multipolaire dans lequel le pouvoir de décision serait partagé entre les États-Unis, l'Union européenne, le Japon, la Russie et la Chine. C'est la nature même de la polarité qui évolue et se transforme. On définissait traditionnellement la polarité par une répartition des forces et des pouvoirs entre des États-nations, des blocs ou des alliances supranationales. Selon cette définition, l'Empire britannique, sur lequel le soleil ne se couchait pas, et qui imposait à la planète sa Pax britannica symbolisait l'unipolarité. La multipolarité a eu son heure de gloire dans la période de l'entre-deux-guerres, lorsque la Grande-Bretagne, la France, les États-Unis, l'Union soviétique, l'Allemagne et le Japon se disputaient le devant de la scène internationale. Enfin, la bipolarité s'est imposée au lendemain de la deuxième guerre mondiale, en mettant face à face les États-Unis et l'Union soviétique. Dans tous les cas, ces pôles se caractérisaient par la recherche de l'hégémonie, qui sous-entendait le recours à la force ou du moins la menace du recours à celle-ci vis-à-vis des pôles rivaux ou susceptibles de le devenir. La polarité se fonde donc sur l'idée d'hégémonie, dont l'instrument principal est la force militaire. La philosophie sous-jacente d'une telle vision est généralement celle d'un jeu à somme nulle, où les gains d'une partie sont strictement équivalents aux pertes des autres.

8De nos jours, la notion de polarité renvoie au contrôle, voire à la domination, d'un vaste et complexe réseau d'interactions économiques, sociales et politiques qui prennent forme au niveau mondial. Ce réseau correspond essentiellement au monde occidental, capitaliste et libéral, et comprend les forces de l'Amérique du Nord, de l'Europe occidentale, du Japon et des pays du Pacifique. La complémentarité et l'intégration de ces États sont réalisées dans le cadre d'institutions telles que l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), l'Agence internationale de l'énergie (AIE), l'Organisation mondiale du commerce (OMC), l'Union européenne (UE), la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI), tous chapeautés par le G7. Ce réseau est renforcé par l'existence de multinationales, de réseaux communs d'information, de marchés financiers, et de flux commerciaux et d'investissement.

9Dans un tel système, le pouvoir n'est pas réparti selon le seul critère de la force militaire mais dépend également des capacités technologiques et économiques. Si les États-Unis jouissent d'une place de choix dans cet ordre, grâce à leur PNB qui dépasse les six trillions de dollars, ils n'occupent pas pour autant une position dominante et hégémonique. Quant à la concurrence et aux conflits entre les acteurs du système, les désaccords ne risquent pas d'entraîner un recours aux armes et sont gérés par les différentes institutions, la coopération et la négociation entre partenaires et les mécanismes de marché.

10La caractéristique majeure du capitalisme mondial est sa quête permanente d'un marché élargi. Cet objectif n'a jamais été aussi facile à atteindre qu'en cette période de troisième révolution industrielle qui, après la révolution industrielle du xixe siècle et celle de l'après deuxième guerre mondiale basée sur la découverte des secrets de l'atome, est le produit des profondes évolutions touchant des secteurs tels que l'électronique, l'informatique, la génétique. Les centres de diffusion de cette nouvelle révolution sont principalement les États-Unis et le Japon. Or, au niveau interne, le processus de développement du marché signifie la diminution du rôle du secteur public et donc du gouvernement. C'est ainsi que le capitalisme mondial ne se contente pas de liquider la notion de monopole telle qu'elle a été défendue par l'État socialiste dans sa forme la plus pure, mais affaiblit même les États par l'existence de forces de privatisation et de dérégulation.

11Ce capitalisme mondial se structure à trois niveaux. Il s'impose mondialement par le biais de la libéralisation du commerce et des investissements. La manifestation la plus visible d'une telle dynamique a été la signature des nouveaux accords du GATT et la création de l'OMC, dans les années quatre-vingt-dix, chargée de superviser la libre circulation des biens et des marchandises entre les États et les blocs transnationaux.

12De plus, le capitalisme mondial pousse en faveur de l'instauration d'une complémentarité entre un ensemble d'États situés dans une zone géographique donnée visant à terme l'intégration régionale. Une telle dynamique suppose un processus institutionnel et politique extrêmement complexe visant à établir la libre circulation des biens et des services par étapes progressives (accords de clauses préférentielles, création de zones de libre-échange, unions douanières), pour à terme établir des marchés communs. Les meilleurs exemples d'application d'une telle politique sont illustrés par l'Union européenne, l'Alliance des pays du Sud-Est asiatique (ASEAN), et l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

13Reste enfin le volet intercontinental du processus d'élargissement du marché mondial, qu'illustrent par exemple les accords de libre-échange entre les deux Amériques, et surtout le forum économique Asie-Pacifique de l'APEC qui regroupe 18 États dont certains sont membres d'autres blocs régionaux (l'ALENA, l'ASEAN...). L'APEC a par ailleurs le mérite de rassembler des régimes politiques, ainsi que des cultures et des religions, très différents. Ses membres ont conclu un accord pour la création d'une zone de libre-échange prenant effet en 2010 pour les États riches, 2020 pour les États pauvres, et dans les deux cas effective dès l'an 2000 en ce qui concerne le domaine de l'information.

14Cette triple traduction du phénomène de mondialisation du capitalisme se combine également à d'autres phénomènes, tels que les marchés financiers internationaux, les entreprises internationales, ou encore l'uniformisation des styles de vie par l'intermédiaire des réseaux internationaux de la communication.

Les transformations du Moyen-Orient

15Le Moyen-Orient n'est pas resté à l'écart de ces bouleversements mondiaux, nous en voulons pour preuve que l'expression « nouvel ordre mondial » a été élaborée à la suite d'un événement majeur dans la région, la guerre du Golfe. C'est à la suite de ce conflit qu'une vaste opération complexe a été lancée pour régler le problème arabo-israélien. Le processus de paix s'est développé à trois niveaux : d'abord, la Conférence de la paix de Madrid, à la fin du mois d'octobre 1991 ; puis les négociations bilatérales entre les acteurs directs du conflit (d'une part Israël, d'autre part l'OLP, la Jordanie, la Syrie et le Liban) ; et enfin, les négociations multilatérales qui, sous la houlette d'États-tiers, entendent se pencher sur les relations futures au sein du Moyen-Orient. Ce troisième niveau marque une évolution du processus de paix, jusque-là confiné dans les domaines politiques et de sécurité, vers des considérations de coopération économique, et symbolise en quelque sorte le passage de la géopolitique à la géoéconomie.

16Ces deux événements majeurs que sont la guerre du Golfe et le processus de paix arabo-israélien révèlent les relations complexes qui existent entre les mutations de l'ordre mondial et les transformations en cours dans l'ordre moyen-oriental. Alors que la guerre du Golfe a joué un rôle révélateur, le processus de paix tente de mettre en place un nouvel ordre régional plus conforme à l'ordre mondial global.

La guerre du Golfe et le Nouvel Ordre mondial

17Les transformations mondiales, telles qu'on les a analysées, permettent d'éclairer les causes, le déroulement et les conséquences de la guerre du Golfe.

18L'invasion du Koweït par l'Irak n'était autre qu'une tentative d'imposer une vision de l'ancien ordre mondial, basé sur la géopolitique, à un nouvel ordre dominé par les valeurs géoéconomiques. Selon les règles de l'ancien ordre, il était tout à fait concevable qu'au nom de conceptions colonialistes ou nationalistes, un État tente d'en annexer un autre au moyen de la force armée. Une union entre États n'est envisageable dans le nouvel ordre que par le biais de moyens pacifiques et librement consentis (comme dans le cas de la réunification de l'Allemagne) ou de moyens d'intégration fonctionnaliste, à teneur principalement économique. Le Koweït, malgré sa superficie limitée, était un acteur du nouvel ordre mondial naissant, non seulement en tant que membre important de l'OPEP, mais également en tant que participant actif au marché financier et aux investissements internationaux, sa contribution y dépassant les 100 milliards S. C'est d'ailleurs sa présence sur la scène internationale qui lui a permis de mobiliser la coalition la plus large qui ait été formée depuis la deuxième guerre mondiale. D'autre part, malgré l'invasion de son territoire, l'État koweïtien a continué à assurer ses fonctions de redistribution auprès de ses citoyens (enseignement, santé, etc.). Ce sont les relations géoéconomiques du pays qui l'ont ainsi sorti de la crise géopolitique aiguë qui aurait pu l'anéantir.

19À l'opposé, l'Irak représentait l'État-nation classique, fondé sur un centralisme extrême, tant politique qu'économique. Ses caractéristiques étaient celles d'un régime de parti unique, dirigé par une personnalité autocratique, suivant une idéologie nationaliste et expansionniste ; ses capacités militaires étaient importantes. En dehors de ses relations dues au pétrole et au commerce, Bagdad était coupé du reste du monde et tendait vers un très fort isolationnisme : les médias internationaux étaient brouillés ou interdits, et l'opinion internationale dédaignée (notamment en ce qui concerne les avis critiques émis par les organisations de droits de l'homme). Il réfutait par ailleurs toute tentative de complémentarité que ce soit sur un plan régional, par le biais de la Ligue arabe ou du Conseil de coopération arabe, ou international.

20La guerre du Golfe a touché un secteur qui revêt une forte acuité dans le nouvel ordre mondial, celui du pétrole. Dans un monde qui s'oriente de plus en plus vers des notions d'économie et de développement, l'énergie devient une question toujours plus vitale pour la plupart des pays. Les réserves pétrolières arabes atteignaient, au début des années quatre-vingt-dix, 631,8 milliards de barils, soit 61,7 % des réserves mondiales. En 1990, les pays arabes ont produit 16,6 millions de barils/jour, soit 25,6 % de la production mondiale. Dans la même année, les réserves gazières arabes (le gaz naturel étant l'une des sources d'énergie essentielles pour le xxie siècle) étaient de 25,7 trillions de mètres cubes (21,6 % des réserves mondiales). La production arabe en gaz naturel était de 253 milliards de mètres cubes (10,7  % de la production mondiale).

21Les forces coalisées qui se sont engagées aux côtés du Koweït n'étaient autres que les représentantes du capitalisme libéral mondial. Les États-Unis, qui ont eu en charge le commandement et les plus lourdes tâches militaires, n'auraient pu assumer la responsabilité militaire et financière des opérations sans la contribution de pays de l'Europe occidentale, de l'Amérique du Nord ou du Pacifique. Les États arabes participant à la coalition n'étaient autres que des alliés de ces représentants du capitalisme libéral, par le biais de leur pétrole et de leurs capitaux (l'Arabie Saoudite et les pays du Golfe) ou par la nature de leurs relations stratégiques (l'Égypte). Les États ayant participé aux côtés des forces américaines au blocus maritime et à l'application des résolutions des Nations unies concernant l'embargo économique imposé à l'Irak sont l'Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, la France, la Grande-Bretagne, la Grèce, l'Italie, les Pays-Bas, l'Espagne, l'Argentine et la Norvège. Les membres de la coalition ont également participé au transport des troupes, des vivres et des renseignements. D'autres représentants du capitalisme mondial, tels que l'Allemagne, le Japon et la Corée du Sud, n'ont pas pu, pour des raisons internes, participer effectivement aux opérations militaires, ils ont en revanche largement financé l'effort de guerre. Le tableau suivant détaille les contributions financières des différents alliés (en dehors des États-Unis), dont l'ensemble équivaut à 65 milliards $.

Versement effectif (en milliards de dollars)

Versement effectif (en milliards de dollars)

22Les principaux pays ayant contribué à l'effort de guerre jouent un rôle fondamental dans les institutions financières internationales comme le FMI et représentent les forces majeures du marché financier international. Ainsi, les membres du G7 ont tous participé à la coalition, que ce soit au niveau du blocus maritime, des opérations aériennes ou terrestres, ou encore du financement.

23S'il est vrai que la coopération internationale en vue du règlement de problèmes internationaux avait déjà fonctionné avant la guerre du Golfe, dans le cadre des Nations unies, comme le prouve le rôle de l'organisation internationale en Amérique centrale, en Namibie, en Afrique du Sud, au Cambodge ou dans le Sahara occidental, cette coopération a toutefois atteint son apogée lors de la crise du Golfe. Ce fut en effet la première fois dans l'histoire de l'ONU que le Conseil de sécurité usa d'une telle pression (en l'occurrence sur l'Irak) ; ceci créa d'ailleurs un précédent qui fut ultérieurement utilisé à l'égard de la Libye et de la Serbie. Mais, tout en permettant à l'ONU de redéfinir son rôle dans le règlement des crises internationales, la guerre du Golfe a également révélé les défaillances institutionnelles de l'organisation, qui n'est plus la représentante fidèle de l'équilibre des forces dans le monde. Alors que l'Union soviétique, et à sa suite la Fédération de Russie, continue à jouir du droit de veto malgré sa perte d'influence au niveau mondial, des États importants comme le Japon et l'Allemagne restent écartés de la prise de décision internationale. Ceci a d'ailleurs ouvert la voie aux discussions quant à une possible réforme de l'ONU, afin que l'organisation puisse refléter au mieux les nouvelles réalités. Par ailleurs, le poids significatif des États-Unis dans l'économie mondiale donne à Washington la possibilité de mobiliser l'organisation en faveur de sa propre politique.

24C'est une vision géopolitique qui a déclenché l'invasion irakienne du Koweït, tandis que le dénouement du conflit a révélé les transformations fondamentales de l'ordre mondial, évoluant désormais au gré de questions géoéconomiques. En ce sens, cette crise a mis en avant la nécessaire intégration du Moyen-Orient dans les transformations en cours, pas seulement dans le but d'inclure de nouvelles régions dans le marché mondial, mais également pour empêcher une région encore centrée sur des éléments traditionnels de géopolitique d'entraver la marche du nouvel ordre mondial. Cet objectif ne pouvait cependant être complètement réalisé sans le règlement du conflit arabo-israélien dans ses dimensions géopolitiques classiques.

Le règlement du conflit arabo-israélien

25L'importance stratégique du Moyen-Orient pour la sécurité économique du nouvel ordre mondial ayant été révélée par la guerre du Golfe, les puissances aujourd'hui dominantes ont fait preuve d'une mobilisation sans précédent afin de régler le conflit arabo-israélien. Ce faisant, il s'agissait de garantir l'extension du nouvel ordre mondial à une région historiquement imperméable aux arguments géoéconomiques. Au lendemain de la guerre du Golfe, le secrétaire d'État américain James Baker a effectué dans ce but huit tournées au Moyen-Orient. La mise en place d'un cadre sophistiqué pour le règlement de ce dossier aboutit en 1993, deux ans après la conférence de Madrid, à la signature de l'accord israélo-palestinien, puis en 1994, au traité de paix israélo-jordanien.

26Le premier accord ne se contente pas d'évoquer des solutions aux problèmes géopolitiques traditionnels tels que le retrait israélien, la nature du pouvoir palestinien, ou encore les questions relatives à la sécurité, il inclut aussi une dimension géoéconomique significative. En effet, alors même qu'il tend vers la dissociation « politique » de l'État palestinien et de l'État hébreu, il renforce parallèlement leurs relations économiques, par le biais d'un réseau de commissions de coordination dans les domaines de l'économie et des infrastructures. L'annexe III du Protocole de coopération israélo-palestinienne et des programmes de développement comporte des clauses régularisant les liens existant entre Israël, la Cisjordanie et la bande de Gaza, ainsi qu'une union douanière. D'autres clauses renforcent les liens dans des domaines aussi divers que l'eau, l'électricité, l'énergie, les finances, les transports, les communications, le commerce, l'industrie, l'emploi, les affaires sociales, les ressources humaines, l'environnement ou l'information. L'annexe IV va plus loin encore, en posant la coopération israélo-palestinienne comme première étape d'un projet ambitieux de coopération régionale et de développement. Enfin, le protocole des relations économiques entre le gouvernement israélien et l'OLP, signé à Paris le 29 avril 1994, transforme une union douanière qui existait de facto en union de jure.

27Le traité de paix israélo-jordanien a adopté la même philosophie, et ne s'est pas limité au règlement des problèmes géopolitiques comme le retrait israélien des territoires jordaniens occupés ou les questions de sécurité. Il comportait également des clauses de coopération géoéconomique dans sept domaines : l'eau, les réfugiés, les ressources naturelles, les ressources humaines, l'infrastructure, l'économie, et le tourisme. Bien plus, en offrant à chacune des deux parties en présence des clauses préférentielles, il mettait implicitement fin au boycott économique arabe de l'État hébreu, tout en levant les entraves israéliennes sur le commerce avec le Royaume hachémite.

28En conséquence, il y a actuellement une imbrication certaine des économies israélienne, palestinienne et jordanienne en ce qui concerne la question de l'eau, du commerce, de l'emploi, de la monnaie et de l'infrastructure. Ces accords ont par ailleurs ouvert la voie à des négociations bilatérales et multilatérales entre Israël, l'Égypte, la Jordanie et la Palestine, au terme desquelles un certain nombre de projets de coopération ont été déterminés. Certains d'entre eux ont dépassé la phase de projet et sont entrés, temporairement au moins, en phase d'études de faisabilité économique et juridique. C'est le cas des projets de développement du triangle Aqaba-Eilat-Taba (entre l'Égypte, Israël et la Jordanie), de la vallée du Jourdain (entre Israël et la Jordanie), du périphérique Aqaba-Eilat (entre Israël et la Jordanie), de la route reliant le Sinaï à Gaza et Achdoud (Égypte-Palestine-Israël), du chemin de fer entre Haïfa et al-Mafriq (Israël-Jordanie), du réservoir d'eau de Haddasiyya (Israël-Jordanie), des barrages d'eau dans la vallée du Jourdain (Israël-Jordanie), du traitement des eaux de drainage (Israël-Jordanie), de la création d'un système électrique régional, de réseaux électriques entre Israël et la Jordanie, et de la fourniture de gaz naturel égyptien à l'État hébreu.

Les projets de coopération au niveau du Moyen-Orient

29Les négociations multilatérales lancées à Moscou les 28 et 29 janvier 1992 sont le troisième niveau du processus de paix, parallèlement à la conférence de Madrid et aux négociations bilatérales. Elles se déroulent autour de cinq dossiers : la sécurité et la réduction des armements, l'eau, la coopération économique, les réfugiés, et l'environnement. De telles négociations induisent un changement radical, non seulement de la nature du conflit, mais aussi des relations et des interactions au sein du Moyen-Orient. Les dossiers étudiés insistent sur les intérêts économiques communs pouvant ouvrir la voie à la coopération et au développement au Moyen-Orient, au détriment des intérêts politiques divergents. Aux interactions basées sur les oppositions géopolitiques succèdent ainsi des interactions fondées sur la géoéconomie, instituant ainsi une coopération doublée d'une concurrence économique, dans le cadre de la cohabitation.

30Précisons quelque peu la nature de ces négociations multilatérales. Leur rythme est largement tributaire du déroulement des négociations bilatérales. Ainsi, le blocage du processus d'Oslo en 1996 a donné un coup d'arrêt à celles-ci ; cependant, il n'a pas pour autant signifié leur enterrement définitif. De plus, les trois années de négociations effectives (1992-1995) avaient surtout valeur d'exploration. Les négociations multilatérales ont en effet permis de cerner les problèmes, de centraliser les informations et de créer des centres de recherche et de communication autour des sujets soulevés lors des négociations.

31Bien que les négociations tant bilatérales que multilatérales soient officiellement co-parrainées par les États-Unis et la Russie, les secondes sont essentiellement soutenues par les principales puissances du capitalisme international, et plus spécifiquement du G7. Ainsi, c'est le Japon qui parraine la commission sur l'environnement, le Canada qui est en charge de la commission sur les réfugiés, et l'Union européenne qui préside la commission sur le développement économique régional (REDWIG) qui semble d'ailleurs être le moteur essentiel du processus d'intégration du Moyen-Orient dans le système économique mondial. Quant aux États-Unis, ils co-parrainent avec la Russie la commission sur le contrôle des armements, et dirigent seuls les travaux de la commission sur l'eau.

32Alors que les négociations multilatérales ont évolué dans un cadre gouvernemental, ce qui les rendait particulièrement sensibles aux fluctuations des négociations bilatérales, un autre outil de coopération régionale a vu le jour, sous la forme des conférences économiques du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Bien qu'elles se soient tenues sous la bénédiction de Washington et de Moscou, ces conférences étaient en fait organisées par deux organismes non gouvernementaux : le Conseil américain des relations extérieures et le forum économique mondial de Davos (World Economic Forum), basé en Suisse et regroupant toutes les forces effectives du capitalisme international.

33La première de ces conférences s'est tenue à Casablanca en 1994. Elle a donné naissance à la déclaration de Casablanca, qui annonce un nouveau partenariat entre les hommes d'affaires et les gouvernements pour renforcer le processus de paix arabo-israélien, et qui fixe comme objectif à long terme la création de structures de coopération économique au Moyen-Orient qui garantiraient la libre circulation des marchandises, des capitaux et de la main-d'œuvre. Dans le court terme, la déclaration préconise la création d'une banque de développement régional, d'un bureau régional de promotion du tourisme, et d'un conseil des hommes d'affaires. Ces mécanismes ont acquis un deuxième souffle, lors de la conférence d'Amman en 1995, avec la décision de créer au Caire une banque de développement régional. La déclaration d'Amman annonçait également la création du bureau régional du tourisme et d'une association des agents de voyage et de tourisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, pour promouvoir le tourisme dans la région. En outre, un bureau régional pour renforcer la coopération et les échanges entre les secteurs privés des pays de la région fut mis en place. Un secrétariat général exécutif, chargé de l'organisation des conférences économiques, fut installé à Rabat. Malgré les retards pris par le processus de paix, qui firent planer le doute sur la possibilité de tenir d'autres conférences, la troisième eut finalement lieu comme prévu au Caire en 1996, et une quatrième fut organisée à Doha en 1997.

34Contrairement aux négociations multilatérales, ces conférences ont réuni, aux côtés des gouvernements, des représentants du secteur privé de nombreux pays : 1 114 hommes d'affaires de 61 pays étaient présents à Casablanca, 1 120 venant de 65 pays a Amman, et 4 600 hommes d'affaires venant de 87 pays au Caire. Les institutions économiques et financières internationales telles que le FMI, la Banque mondiale, la Communauté européenne, ainsi que la Ligue arabe et le Conseil de coopération du Golfe étaient également représentées. Parallèlement, les participations gouvernementales n'ont pas cessé de baisser : 12 chefs d'État et de gouvernement étaient présents à Casablanca, 11 à Amman, tandis que seul le Président égyptien assista à a conférence du Caire. Au niveau ministériel, on dénombrait 125 participants à Casablanca, 138 à Amman, mais seulement 42 au Caire. Par conséquent, les secteurs privés et les hommes d'affaires se sont peu à peu imposés. Ce phénomène explique sans doute l'importance accrue accordée par la conférence du Caire aux mesures favorables en premier lieu aux secteurs des affaires, comme les programmes de réforme économique, de privatisation, de réformes structurelles et de levée des entraves au commerce. Les parties gouvernementales représentées à ces trois conférences ont quant à elles mis l'accent sur les projets d'infrastructures concernant les transports, les routes, le tourisme, l'agriculture, l'industrie ou l'énergie. Parallèlement, les secteurs privés ont profité du rassemblement pour établir des contacts concernant la création d'un conseil des hommes d'affaires de la région.

Le projet méditerranéen

35Après la guerre froide, différentes initiatives « méditerranéennes » ont été lancées, parmi lesquelles trois peuvent retenir notre attention : la formule « 5 + 5 » qui rassemblait quatre pays européens (l'Espagne, le Portugal, la France, l'Italie) auxquels s'est ajouté Malte, et cinq pays arabes (la Tunisie, l'Algérie, le Maroc, la Mauritanie et la Libye) ; l'initiative égyptienne du Forum méditerranéen qui regroupait onze États des deux rives de la Méditerranée ; et enfin, la conférence de Barcelone, qui s'est tenue les 27 et 28 novembre 1995, avec la participation du Conseil de l'Europe de la Commission européenne et de 27 États : les quinze de l'UE et douze pays du sud et de l'est du bassin méditerranéen (Égypte, Syrie, Liban, Israël, Palestine, Jordanie, Malte, Turquie, Chypre, Algérie, Tunisie, Maroc). Ce partenariat succède à la politique méditerranéenne impulsée par la CEE et poursuivie par l'Union européenne.

36La déclaration de Barcelone met au point un cadre global régissant les relations entre partenaires, tant au niveau de la politique, de la sécurité, de l'économie que du social. Elle vise à créer un espace commun de paix et de sécurité, à construire une zone de prospérité commune, à développer les ressources humaines et à promouvoir l'entente et l'échange entre les différentes cultures et religions. Elle contient trois volets distincts.

  1. La logique du volet politique et de sécurité renvoie à celle du processus de paix israélo-arabe tel qu'il est envisagé dans les négociations bilatérales et multilatérales. On peut toutefois noter deux apports fondamentaux du partenariat : la nécessité de renforcer la coopération dans les domaines de prévention et de lutte contre le terrorisme ainsi que la lutte contre le crime organisé et le traffic de drogue.

  2. Le volet économique est traité de façon particulièrement précise. Il est prévu, d'une part, la création d'une zone de libre-échange entre les signataires avant la date-butoir de 2010. Dans ce contexte, les obstacles tarifaires et non-tarifaires sur les produits industriels devraient être graduellement levés, et le commerce des produits agricoles peu à peu libéré par le biais d'un système d'échanges préférentiels. D'autre part, l'établissement d'un climat propice a l'investissement, au transfert de technologies et à la protection de l'environnement devrait favoriser la coopération et l'échange économique. Une aide financière européenne aux pays du sud de la Méditerranée complète ce dispositif. Il s'agit d'une somme de 4 685 millions d'écus pour la période 1995-1999, hormis les prêts et dons accordés par la Banque européenne pour l'investissement et par ses États-membres.

  3. Le partenariat attache enfin une importance particulière aux aspects sociaux et de politique interne des États-membres. Le troisième volet insiste sur la nécessité d'instaurer un dialogue entre les cultures, d'établir une société civile et des institutions démocratiques, et de respecter les droits de l'homme sur les plans politique et économique.

Similitudes et différences entre les visions moyen-orientaliste et méditerranéenne

37Le triomphe du capitalisme international induit des évolutions et des changements dans toutes les parties du monde : il affecte la nature et la fonction de l'État-nation et il impose des processus d'intégration et de complémentarité régionales et transcontinentales qui vont de pair avec la libéralisation des relations économiques et de la communication universelle. Certains de ses aspects affectent déjà le Moyen-Orient. Dans cette région, le changement s'est parfois manifesté par la violence de certaines opérations menées contre l'Irak, ou d'autres pays survivant sur un modèle d'État-nation économiquement et idéologiquement fermé, tels que la Libye, l'Iran et le Soudan. Mais les évolutions ont aussi favorisé le recours à la paix comme l'atteste la volonté de régler un des conflits géopolitiques les plus complexes de la région entre Arabes et Israéliens.

38Aussi bien les projets de coopération au niveau du Moyen-Orient que le Partenariat euro-méditerranéen sont des instruments de ce processus lancé par les géants du capitalisme international pour transformer cette région du monde. En ce sens, ils ne reflètent nullement une concurrence entre les États-Unis et l'Europe communautaire, comme le prétendent souvent les observateurs arabes et parfois même occidentaux. Ces puissances sont d'ailleurs indissociables à la fois par leur caractère libéral et capitaliste, et par leur alliance au sein de l'Otan. La crise bosniaque est venue rappeler à quel point l'Europe reste tributaire d'une alliance avec les États-Unis pour régler les crises survenant sur son propre sol. Ces deux ensembles sont également reliés par le partenariat économique atlantique transcontinental ; ils sont de plus membres des mêmes réseaux institutionnels et économiques. Tous ces liens excluent l'apparition d'une concurrence bipolaire classique, avec les tensions et les conflits qui en découleraient.

39L'Europe communautaire est partie prenante des projets de coopération au niveau du Moyen-Orient puisque l'UE et ses États-membres participent aux négociations multilatérales et que les quinze parrainent la Commission de développement économique régional. Par ailleurs, l'UE est un des partenaires majeurs du processus de paix en tant que principal bailleur de fonds des négociations multilatérales, d'une part, et de l'Autorité palestinienne, d'autre part. Enfin, l'UE ainsi que les gouvernements et les entreprises européennes ont participé massivement et activement aux conférences économiques du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Cette présence européenne sur tous les fronts des projets de coopération au niveau du Moyen-Orient rend absurde l'idée de concurrence bipolaire.

40Conscient du caractère inaltérable de ses liens avec les États-Unis dans un contexte capitaliste et libéral, l'UE a d'ailleurs rappelé que le projet qu'elle défend n'entre pas en concurrence avec d'autres types de coopération. Le préambule de la déclaration de Barcelone précise que l'initiative euro-méditerranéenne n'entend pas remplacer les autres initiatives en cours pour établir la paix, la stabilité et le développement dans la région ; au contraire, elle cherche à contribuer à leur réalisation. Une lecture minutieuse du document révèle une vision très proche de celle du processus de paix tel qu'il est mené dans le cadre des négociations bilatérales et multilatérales. On peut alors en conclure que les deux types de coopération ne sont que les deux faces d'un même processus visant à installer l'ordre capitaliste contemporain dans la région.

41Cela ne signifie pas pour autant que les deux types de coopération soient identiques. On peut noter par exemple que les projets de coopération au niveau du Moyen-Orient couvrent un espace beaucoup plus large que l'initiative euro-méditerranéenne. En effet, ils englobent la totalité des puissances du capitalisme international : les États-Unis, l'Europe, le Japon, le Canada, ainsi que les principales institutions financières, et les multinationales qui participent massivement aux conférences économiques du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Ainsi, 42 États ont pris part aux négociations multilatérales et les participants aux conférences successives venaient de 87 États. La déclaration de Barcelone, elle, ne concerne que 27 États. Les projets de coopération au niveau du Moyen-Orient ont également une assise arabe plus vaste puisqu'ils font participer les États du CCC, qui ont une importance particulière due à leurs ressources pétrolières et financières et à leurs alliances avec le système capitaliste international sur le plan de la sécurité et des investissements. En revanche, l'initiative euro-méditerranéenne a réussi à combler une des lacunes essentielles des projets moyen-orientaux en faisant participer la Syrie et le Liban. Les deux types de coopération ont donc regroupé tous les États de la région, à l'exception de l'Irak, de l'Iran, de la Libye et du Soudan.

42Grâce à leurs différences mêmes, ces deux types de coopération sont donc largement complémentaires. Les projets de coopération au niveau du Moyen-Orient préparent la fusion de la région dans l'économie mondiale par le biais du règlement des dossiers concernant le conflit arabo-israélien et par l'offre d'un certain nombre d'outils scientifiques nécessaires au développement économique régional, comme par exemple l'aide à l'expansion de l'infrastructure moderne, indispensable pour la construction de l'économie régionale. Ils contribuent également à la mise en place d'un cadre d'interactions entre les sphères capitalistes régionales et internationales. De son côté, l'initiative euro-méditerranéenne participe au processus mondial de création de complémentarités transcontinentales, par l'intermédiaire de la création d'une zone de libre-échange qui devrait regrouper les partenaires euro-méditerranéens. Bénéficiant d'un atout de proximité géographique, et moins affectée par les hauts et les bas du processus de paix, elle a de fortes chances de devenir un lien institutionnel majeur, et par là même, une première étape vers l'insertion du Moyen-Orient dans le capitalisme international. D'autre part, le projet méditerranéen comble un vide, en se penchant sur les aspects sociaux, culturels et politiques des États membres, aspects tout aussi essentiels pour intégrer le nouvel ordre mondial. Sensibilisés, à cause de leur proximité géographique, aux problèmes du terrorisme, de l'intégrisme, de l'émigration massive, du crime organisé et de la drogue, les Européens sont conscients de la nécessité de développer les structures culturelles, sociales et politiques des pays du sud de la Méditerranée. De telles préoccupations restent, dans une grande mesure, étrangères à des puissances géographiquement éloignées comme les États-Unis, le Japon ou le Canada. Plus directement concernée par ces phénomènes, l'Europe est actuellement plus disposée à remplir cette fonction, et à en assumer les frais.

43De ce qui précède, il apparaît que les différences qui existent objectivement entre les deux types de concurrence n'expriment en aucun cas des contradictions ou une quelconque compétition. Si les parties arabes préfèrent traiter avec les Européens pour créer une certaine « concurrence » avec les États-Unis, il n'en reste pas moins que d'une manière générale, le rôle de l'Europe est complémentaire de celui des États-Unis. Il est mis en avant à chaque fois que le processus de paix connaît un blocage ; les Européens interviennent alors pour empêcher celui-ci de sombrer complètement, et d'entraîner à sa suite la région tout entière. Quelles que soient les différences, on ne peut ignorer l'intérêt commun des Européens et des Américains dans le règlement du conflit, base de la stabilité régionale nécessaire à l'intégration du Moyen-Orient dans l'économie mondiale et à l'intégration d'Israël dans le Moyen-Orient.

44Les spécificités de chaque approche découlent en premier lieu de considérations purement géographiques. En dernière analyse, elles expriment un haut degré de complémentarité entre deux processus visant un même but : la transformation du Moyen-Orient et son intégration à terme au capitalisme mondial. L'intégration des différentes parties de la planète se fait à des rythmes divers, selon les besoins et les capacités de l'ordre mondial régnant et en fonction des situations internes de chaque région. Les institutions régionales du Moyen-Orient seront-elles capables de s'atteler au mouvement du capitalisme mondial, et d'accorder la priorité aux considérations géoéconomiques devant des considérations géopolitiques désormais désuètes ? La Ligue arabe a récemment effectué un pas en annonçant son intention de créer une zone arabe de libre-échange. À cet effet, la conférence économique du Caire a pour la première fois instauré un conseil des hommes d'affaires arabes. L'Union européenne ne voit d'ailleurs pas d'un mauvais œil les mesures d'intégration régionale arabe, tant que celles-ci ne s'opposent pas à la marche générale de l'intégration mondiale.

Notes

1 La superposition de ces différents types de relation n'est d'ailleurs pas toujours harmonieuse : les relations dans la région sont en effet souvent caractérisées par des tensions et des crises, voire des conflits.

Table des illustrations

Titre Versement effectif (en milliards de dollars)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

Auteur

Centre d'études politiques et stratégiques d'al-Ahrâm

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable