Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconstruction d’un espace d’échanges : la Méditerranée

 | 
Eberhard Kienle

La reconstruction politique d'un espace d'échanges : la Méditerranée

Eberhard Kienle

Texte intégral

1Depuis la conférence de Barcelone en novembre 1995, l'Union européenne (UE) et les pays de l'Afrique du Nord et du Proche-Orient semblent fermement engagés sur la voie du dialogue et de la coopération trans-méditerranéenne. Les objectifs du partenariat entre les rives nord et sud du mare nostrum sont de loin plus ambitieux que ceux, bien modiques, que s'étaient fixé jadis les participants du dialogue euro-arabe. En même temps, la coopération prévue par la déclaration de Barcelone dépasse les limites géographiques à l'intérieur desquelles se déroulait ce dialogue. Les trois volets du partenariat relatifs aux questions politiques et de sécurité, économiques et financières, ainsi que sociales, culturelles et humaines couvrent une part substantielle des échanges entre les riverains du pourtour méditerranéen. Pourtant, les relations plus étroites qui devraient désormais les lier entre eux au niveau des gouvernants et des gouvernés resteront plus distendues que celles qui se tissent entre l'UE et les pays de l'Europe de l'Est. Si bon nombre de ces derniers devront à terme rejoindre l'UE, l'Afrique du Nord et le Proche-Orient ne peuvent aspirer qu'à des traités euro-méditerranéens d'association. Tout indique que leurs liens formels avec l'UE n'acquerront même pas l'intensité – tout à fait relative – des relations euro-turques. Ainsi l'espace méditerranéen restera au moins, dans un avenir prévisible, hétérogène en termes politiques, économiques et culturels.

2Comme les autres grands desseins visant le réaménagement des relations d'un vaste ensemble d'acteurs sur la scène internationale, le partenariat euro-méditerranéen n'a pas manqué de soulever des débats parfois intenses et d'engendrer une importante littérature consacrée aux enjeux qu'il représente. Or, dans leur immense majorité, ces analyses s'intéressent à l'action européenne et aux effets globaux sur les échanges entre les partenaires du Nord et du Sud. Dans la mesure où elles abordent de manière concrète l'évolution des pays du Sud, elles se limitent aux trois pays – le Maroc, la Tunisie et Israël – qui ont déjà signé un accord d'association régi par les conditions du partenariat.

3Tout en abordant la problématique du partenariat dans son ensemble, le présent ouvrage est l'un des premiers à s'intéresser de plus près aux débats et aux transformations que le projet du partenariat a déjà provoqués et pourra encore provoquer en Égypte. Bien qu'elle rappelle les interrogations et les développements qui ont cours dans les autres pays arabes du Sud, la situation égyptienne est naturellement marquée par les particularités historiquement constituées de ce pays. Moins liée à l'Europe par des flux migratoires que ne le sont les pays du Maghreb, l'Égypte entretient également des relations qualitativement différentes, soit plus étroites, soit plus conflictuelles, avec les États-Unis, avec Israël, et avec les pays du Machreq. Israël mis à part, elle est le seul partenaire (potentiel) du Sud qui cherche à jouer le rôle d'une puissance régionale. Enfin, l'Égypte présente un certain nombre de spécificités économiques, y compris la taille de son marché intérieur. Bien que de manière variable, ces facteurs contribuent également aux difficultés que connaissent les négociations égypto-européennes en vue d'un accord euro-méditerranéen d'association.

4En même temps, cet ouvrage permet de mesurer les écarts et les convergences entre les analyses faites des deux côtés de la Méditerranée. Réunissant les actes des septièmes rencontres franco-égyptiennes de politologie, il donne la parole à des auteurs dont les sensibilités intellectuelles et l'approche du sujet sont en partie influencées par des réalités et des expériences historiques différentes. Le revenu national par tête, les discours dominants sur l'époque impérialiste, notamment ceux émergeant à l'occasion du bicentaire de l'expédition pas seulement scientifique de Bonaparte, et les conditions de la production intellectuelle ne sont que quelques-uns des facteurs qui distinguent les pays du Sud de ceux du Nord. D'Alexandrie et de Barcelone, le regard sur la Méditerranée n'est pas nécessairement le même. Ce n'est pas céder au déterminisme sociétal que d'accepter que les vérités – le plus souvent partielles – puissent dépendre des perspectives adoptées ou imposées.

5Tout comme les précédentes rencontres franco-égyptiennes de politologie, les septièmes rencontres furent organisées conjointement par le Centre de recherches et d'études politiques du département de sciences politiques de l'Université du Caire et le Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ), également installé au Caire. Conformément au principe d'alternance géographique entre l'Égypte et la France, adopté dès l'invention de cette tradition, les septièmes rencontres se tinrent au Caire du 6 au 8 janvier 1997, à un moment où la négociation de l'accord d'association avec l'UE était un sujet d'actualité. Les communications provoquèrent donc de vifs débats qu'il est malheureusement impossible de reproduire ici. Espérons que la publication des actes de ce colloque puisse raviver et élargir ces débats qui, malgré l'accalmie temporaire liée au piétinement des négociations, devraient se poursuivre pour le bien de l'Égypte et pour l'avenir de la coopération trans-méditerranéenne. Ceci est en tout cas l'objectif de cet ouvrage et de l'édition en arabe préparée par nos collègues du Centre de recherches et d'études politiques. Afin de permettre au lecteur de prendre pleinement la mesure non seulement des convergences, mais également des divergences au niveau des analyses et des perceptions, nous avons opté pour la publication de l'ensemble des communications, indépendamment d'éventuelles réserves quant à leur thèses ou conclusions.

6Cherchant à replacer le partenariat dans les transformations mondiales provoquées par le déclin de l'Union soviétique, la redéfinition de sa politique étrangère sous Gorbatchev et la fin de la guerre froide, la première partie de cet ouvrage s'ouvre avec la contribution de Marcel Merle qui, tout en retraçant l'évolution de la politique méditerranéenne de l'UE, analyse le statut juridique, selon lui sui generis, de la déclaration de Barcelone et ses capacités à façonner l'action politique. M. Merle insiste sur la souplesse des engagements qui, à ses yeux, ne constitue pas nécessairement un inconvénient pour leur application. Vient ensuite la contribution de Abdel Munem Saïd pour qui le projet du partenariat est étroitement lié à l'évolution contemporaine du capitalisme international. À côté des projets de coopération à l'échelle du Moyen-Orient, le partenariat apparaît ainsi comme l'une des deux faces d'un processus visant à intégrer la région au marché capitaliste mondial. À la différence de nombreuses voix en Égypte et ailleurs, A. M. Saïd met l'accent davantage sur les complémentarités que sur la concurrence entre ces deux types d'arrangements. La première partie se termine par la contribution de Muhammad Sid Ahmad dont le point de vue rejoint celui critiqué par Saïd. Selon M. Sid Ahmad, la fin de la guerre froide a permis à l'Europe de s'ériger en concurrent sérieux des États-Unis pour le contrôle de la Méditerranée. Trop guidée par des préoccupations de sécurité, sa politique ne serait pourtant pas à la hauteur de la tâche...

7La deuxième partie de l'ouvrage regroupe un ensemble d'interrogations sur les objectifs premiers du partenariat, tels qu'énoncés par la déclaration de Barcelone, comme la paix, la stabilité et la prospérité, et sur les moyens que ce même document et les autres instruments du partenariat préconisent pour les atteindre. Au niveau des moyens, la gestion et la limitation des flux migratoires du Sud vers le Nord revêt une importance particulière pour les architectes, du partenariat. Parfois, on se demande même s'il ne s'agit pas là d'un objectif en soi plutôt que d'un moyen pour atteindre un ou plusieurs des objectifs principaux, comme par exemple la stabilité au demeurant mal définie. Or, comme le démontre Philippe Fargues, on est en réalité moins confronté à un déséquilibre démographique durable entre les rives nord et sud de la Méditerranée qu'à un déséquilibre entre les faits et leur représentation, surtout dans les pays du Nord. Tout constat d'une pression démographique dans le Sud dépend des unités d'analyse sélectionnées. Ni la définition géographique du Sud ni le choix de la période prise en compte ne sont neutres à cet égard. S'intéressant plus particulièrement aux politiques françaises et allemandes en matière d'immigration, Khalda Shady en fournit une représentation qui n'est pas identique à celle qui domine dans les pays du Nord.

8Les doutes exprimés par Michel Galloux dans la contribution suivante concernent plus particulièrement les moyens que le partenariat entend mobiliser pour contribuer à la prospérité du Sud et à son développement économique. Selon lui, le partenariat ne permet de combler ni le manque de capital-risque, ni le surendettement des pays du Sud. L'instauration d'une zone de libre-échange entre des partenaires inégaux pose des problèmes supplémentaires pour le côté économiquement le plus faible, comme l'auteur le démontre dans le cas des industries du textile et de l'automobile en Égypte. De manière plus générale, les pertes immédiates pourraient même ne pas être effacées par les gains différés qui paraissent, de plus, hypothétiques. Ces craintes sont partagées par Soad Kamel Rizk qui n'est pas convaincue des effets positifs d'un accord euro-méditerranéen d'association sur l'investissement étranger en Égypte. Au contraire, elle n'écarte pas le danger d'un désinvestissement en Égypte, surtout si l'accord de libre-échange Nord-Sud n'est pas complété par des accords Sud-Sud.

9S'intéressant plus particulièrement au développement politique, Mustafa Kamel al-Sayyed insiste sur les dangers que les choix économiques du partenariat font peser sur l'avenir de la démocratie et des droits de l'homme dans les pays du Sud. Selon les règles de l'avantage comparatif, l'instauration d'une zone de libre-échange renforcera la spécialisation actuelle des partenaires, ce qui augure mal du développement économique du Sud et ne lui permettra guère de sortir de ses crises endémiques. Encore renforcée par la libéralisation économique interieure, la précarité matérielle croissante d'une grande partie des ressortissants de ces pays favorisera la répression plutôt que la libéralisation politique. Ceci d'autant plus que les instruments du partenariat se contentent de références non contraignantes aux libertés fondamentales et politiques. Notre propre contribution n'est guère plus optimiste quant à l'évolution des libertés dans les pays du Sud. Même si la libéralisation économique intérieure et extérieure recommandée par le partenariat affecte la croissance et la redistribution de manière positive, ce qui nous paraît pourtant aussi douteux qu'à nos coauteurs, elle échouera à contribuer à la libéralisation politique et, à travers elle, à la stabilité consensuelle des pays du Sud. La recherche de la stabilité politique à travers la libéralisation économique semble bien être la contradiction de base du partenariat. Dans une perspective descriptive, Ahmad Fakhr passe en revue les nombreuses initiatives arabes, européennes et internationales relatives à la sécurité en Méditerranée pour souligner combien leur mise en œuvre est entravée par l'absence d'une perception commune des intérêts ou des menaces. Passant aux questions de sécurité, Ibrahim Awad met en garde contre les espoirs, répandus dans les pays arabes, selon lesquels la politique étrangère et de sécurité commune (PESO de l'UE pourrait contribuer à contrecarrer la politique américaine là où elle ne prend pas suffisamment en compte les intérêts arabes. En comparant l'action européenne dans deux cas, le processus de paix arabo-israélien et le développement économique des pays du Sud, il démontre que la politique européenne n'est indépendante que dans le second cas, ce dernier ne représentant pas un enjeu majeur pour les États-Unis. L'argument n'est pas sans intérêt pour le débat évoqué plus haut entre A. M. Saïd et M. Sid Ahmad.

10La troisième partie de l'ouvrage, réservée aux attitudes égyptiennes face au partenariat, commence par l'analyse des réactions des Frères musulmans faite par Abdel Ati Muhammad. Constatant que la question ne revêt pas de priorité dans les milieux islamistes, il insiste également sur les variétés d'opinion parmi leurs représentants. Puis Névine Mos'ad présente les résultats d'une analyse de contenu des périodiques des principaux partis d'opposition. Si l'intérêt pour la question n'est souvent pas plus développé que chez les Frères musulmans, on y retrouve le débat sur les mérites des projets régionaux centrés sur la Méditerranée par rapport à ceux centrés sur le Moyen-Orient avec l'intégration d'Israël comme problématique sous-jacente. Ensuite, Françoise Clément explore les attentes et les réserves des producteurs du textile en Égypte et démontre que les représentants d'une même industrie n'apprécient pas nécessairement le partenariat de la même façon. Enfin, Wahid Abdel Megid donne son appréciation du partenariat en tant qu'avocat d'un nouveau libéralisme égyptien.

11Les trois contributions qui constituent la quatrième partie s'interrogent sur les possibilités de l'émergence, autour de la Méditerranée, de nouvelles identités et sur les effets du partenariat sur l'avenir d'entités déjà constituées telles que les États. D'abord, Bassma Kodmani-Darwish examine les flux, échanges et représentations au niveau des sociétés qui pourraient servir à donner corps – et esprit -au projet euro-méditerranéen, réduisant ainsi les crispations au Nord et les appréhensions au Sud. Selon elle, l'enjeu est celui du dépassement de clivages identitaires, de la création d'un nous partagé, et ainsi d'un espace de solidarité et de coresponsabilité. Sous un angle légèrement différent, Gilles Boëtsch et Jean-Noël Ferrié mettent l'accent précisément sur l'aspect volontariste de toute recherche, actuelle ou passée, d'une Méditerranée commune aux riverains du Nord et du Sud. Politiquement, et les deux auteurs en conviennent implicitement, l'inconvénient n'est évidemment pas le caractère voulu, choisi, inventé ou artificiel de cet espace ou de cette « région ». On sait combien les « entités naturelles », y compris les nations en Europe, sont, historiquement, des « entités artificielles » homogénéisées après-coup. Comme ils le remarquent en effet, le problème vient plutôt du fait qu'aujourd'hui la Méditerranée est bien davantage une construction, devenue parfois « naturelle », de ses riverains septentrionaux que de leurs voisins méridionaux. Peu nombreux sont ceux dans les pays du Sud qui, à l'heure actuelle, partageraient le point de vue qui de son vivant était celui de Taha Husayn. Les sources étudiées par A. A. Muhammad et N. Mos'ad l'illustrent d'ailleurs sans ambiguïté. Bien plus nombreux sont ceux qui opposent à la Méditerranée « artificielle » une entité et une identité arabes prétendument « naturelles ». Souvent recusé par les partenaires du Sud, le mythe de la Méditerranée, malgré son essor récent, n'exerce toujours qu'une force relative sur le Nord. À la différence du discours sur l'Europe, actuellement lui-même contesté, celui sur la Méditerranée n'implique pas l'égalité des partenaires. S'il peut servir à recoller tant bien que mal la cassure qui traverse cette mer, il est encore loin de permettre l'émergence de l'espace de solidarité évoqué par B. Kodmani-Darwish.

12Enfin, la précarité de l'identité méditerranéenne pourrait être confirmée par les conclusions de Ahmad al-Rashidi. Arguant que le partenariat n'est pas incompatible avec la protection de la souveraineté des États, surtout ceux du Sud, A. al-Rashidi confirme à sa manière le peu d'impact sur les solidarités d'un arrangement qui, dans d'autres domaines, risque d'avoir des répercussions bien plus fortes et bien plus susceptibles encore de remettre davantage en question l'émergence de solidarités trans-méditerranéennes.

13En définitive, la reconstruction de la Méditerranée comme espace d'échanges, telle quelle est envisagée par le partenariat euro-méditerranéen dans sa forme actuelle, risque d'être hypothéquée par ses conséquences inattendues, voire perverses. Les analyses, souvent critiques dans les pages qui suivent, ne s'opposent pourtant pas ipso facto à l'idée d'un partenariat euro-méditerranéen, même si à beaucoup d'égards la question reste posée quant à l'avantage de stratégies régionales par rapport aux stratégies globales. Plutôt, ces contributions s'interrogent sur l'adéquation des grandes lignes esquissées dans la déclaration de Barcelone et des dispositions plus concrètes contenues dans les nouveaux accords d'association. Comme Giacomo Luciani le rappelle dans sa conclusion, ces interrogations devront pourtant se distinguer des discours plutôt idéologiques dont le seul but est de faire obstacle à tout changement. Ni dans le domaine purement économique, ni ailleurs, les pays du Sud ne profiteraient du maintien d'anciennes politiques et de la pérennisation des arrangements en place. C'est bien la crise du modèle antérieur qui est à l'origine de la nécessité d'ajustements aujourd'hui. Sa défense contre vents et marées servirait les pays du Sud aussi peu que l'application des recettes dites néo-libérales qui inspirent le partenariat dans sa forme actuelle.

14La publication de l'ouvrage a été retardée pour des raisons techniques et les auteurs n'ont pas eu la possibilité de réactualiser leur texte et de se référer à des ouvrages publiés plus récemment, y compris le numéro spécial de Monde arabe/Maghreb-Machrek « Le partenariat euro-méditerranéen : un projet régional en quête de cohérence » coordonné par Michel Chatelus et Pascal Petit, publié en décembre 1997 mais reçu avec retard au Caire...

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable