Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre deux mondes : les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestinienne

 | 
Sari Hanafi

Conclusion

Entrées d'index

Mots clés :

économie, Palestine, démocratie

Texte intégral

1À mi-chemin entre les études macro-économiques de développement et les analyses anthropologiques fines des mutations des sociétés proche-orientales, une sociologie des nouveaux acteurs - tels que les hommes d’affaires -, de leurs déterminations comme de leurs stratégies, nous paraît de nature à éclairer les évolutions sociales et politiques récentes, autant que les problèmes rencontrés par la mise en œuvre des programmes de reconstruction des Territoires palestiniens. C’est ce que nous avons tenté d’amorcer dans le cadre de ce travail.

2Au cours des pages précédentes, nous avons refusé de nous limiter à une analyse en termes de classes, parce que les conditions historiques vont au-delà des considérations sociales inhérentes à la période de libération nationale et à la dispersion. Dans cette situation de transition, il est difficile d’aborder les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora comme une classe cohérente, une bourgeoisie ayant une alliance classique avec l’État. Ils ne constituent pas non plus un groupe homogène mais plutôt des agrégats ou des sous-groupes au sein desquels chaque individu combine des orientations qui varient en fonction de l’origine géographique, du statut juridique et civique obtenu dans le pays d’accueil et de la proximité de ce pays par rapport aux Territoires palestiniens.

3Faisons ici un rappel rapide des caractéristiques des hommes d’affaires palestiniens. Ils sont souvent des self-made-men, puisque l’exode brutal a provoqué une fragmentation de la bourgeoisie palestinienne ainsi que des brèches dans la continuité des activités économiques familiales. L’exode, semble-t-il, a stimulé l’endurance et a catalysé un investissement dans le travail et dans l’éducation. Nos hommes d’affaires manipulent ainsi un triple capital - financier, éducationnel et relationnel - qui engendre une dynamique de mutation basée sur une expansion spatiale et sectorielle très différenciée. Ils conjuguent savoir-faire historique et adaptation au contexte local, jusqu’à transformer dans certains cas l’« ethnie business » local en réseau transnational. Ils misent beaucoup sur le groupe. Ils pratiquent une démarche économique par phases successives d’accumulation. Le même individu, après une expérience de salariat, monte une petite entreprise qui emploie des compatriotes au statut précaire, puis termine sa trajectoire par une affaire de commerce de gros ou industrielle. Cependant, s’il y a une mobilité sociale vers le haut, il s’agit d’une tendance, car les échecs existent et il n’y a pas que des « succès stories » dans l’économie palestinienne de l’extérieur.

4La participation des hommes d’affaires palestiniens de la diaspora à la reconstruction de l’entité palestinienne couvre un champ extrêmement varié, qui va d’une stratégie globale à une aide ponctuelle à cette entité. Néanmoins, seule une petite partie d’entre eux investit dans les Territoires palestiniens, sans que cela signifie une approbation à l’égard des accords de paix.

5Lorsque nous avons étudié les rapports entre les hommes d’affaires et l’Autorité nationale palestinienne, nous avons identifié un groupe engagé que nous avons appelé les « mitoyens ». Ce groupe montre un extraordinaire engagement vis-à-vis des affaires publiques. S’il a adopté un profil bas, c’est justement pour pouvoir mieux négocier avec l’Autorité nationale palestinienne. Ses membres n’attendent pas un plan Marshall pour construire l’entité palestinienne, comme le souhaitent les dirigeants de l’OLP ou même les Palestiniens en général, ils attendent de l’Occident un appui politique plutôt qu’économique. Ils ont appris à prendre l’initiative en tant qu’acteurs privés, sans demander l’aide de l’État.

6Les ressources financières que les hommes d’affaires peuvent mobiliser et les réseaux de relations qu’ils ont tissés à travers le monde leur donnent un accès direct à l’Autorité nationale palestinienne. Ils participent aux événements majeurs (signatures des accords), sont présents dans toutes les délégations officielles ayant visité le Proche-Orient (aux côtés du secrétaire d’État américain ou du Premier ministre canadien). Néanmoins, leur rôle dans la prise de décision, surtout en ce qui concerne le processus de paix, demeure limité à la médiation et l’interface, alors que les décisions sont souvent prises par les militants de l’OLP. Le fait de n’être jamais consultés a créé en eux un sentiment de malaise. Ils sont tiraillés entre deux attitudes : n’attendre de l’Autorité nationale palestinienne ni crédit, ni terrain, ni marché, mais seulement une démocratisation et une décentralisation immédiates des instances de décisions, ou être conscients que ce n’est pas le moment de demander des comptes à cette autorité en ce qui concerne la gestion des affaires publiques, le chemin national à parcourir étant encore long ; ils attendent que l’ordre se rétablisse pour conquérir de nouveaux sentiers de pouvoir politique.

7Quelle sera la capacité de ces noyaux diasporiques à se préoccuper des affaires publiques et non à se limiter au « bonheur privé », pour reprendre le terme de Hirschman ? Il est trop tôt pour avoir une réponse précise. Caractérisée par son indépendance à l’égard du « quasi-État » que représente l’OLP, cette bourgeoisie bénéficie d’un champ d’action très large, puisqu’elle est appuyée par une société civile puissante dans les Territoires palestiniens. Elle a le choix de coopérer soit avec l’Autorité nationale palestinienne, soit avec une kyrielle d’associations et d’ONG, extrêmement florissantes en raison de l’absence de l’État, surtout depuis le début de l’intifada. Une alliance entre les ONG, dont la dynamique amorce un processus de mobilisation sociale, politique et économique, et les hommes d’affaires, saurait créer une force patente et incontournable, capable de faire pression sur l’Autorité nationale palestinienne pour être prise en compte.

8Si l’action économique de certains hommes d’affaires se dissimule sous ses aspects nationaux, leur arrière-plan, de gauche ou islamiste, garde cependant une grande importance. Ils préfèrent ainsi coopérer avec des associations de la société civile ayant pris leur distance à l’égard de la centrale palestinienne, comme le Palestinian Agricultural Relief Commutée (PARC). En même temps, s’est paradoxalement manifestée la volonté de garder l’espace de l’entreprise privée loin des confrontations politiques classiques et des allégeances qu’elles impliquent.

La politique et l’économie, ou la charrue et les bœufs

  • 1 Avec un taux de chômage de 50% dans les Territoires palestiniens, des fonds massifs sont nécessair (...)

9À l’heure actuelle, de nouvelles reconfigurations politiques se dessinent avec l’arrivée du Likoud au pouvoir. Les Israéliens, poussés par l’idéologie populiste de Netanyahu, ont choisi une position de statu quo, de « ni paix ni guerre » avec les Palestiniens, les Syriens et les Libanais. Personne ne sait si le processus de paix ne réserve pas encore de longues péripéties. Il serait bon de ne pas « mettre la charue avant les bœufs » et de réfléchir sur la pertinence du volontarisme international qui a fait de l’économie une panacée. L’économie pourrait consolider la paix et non pas la créer. La temporalité économique est déjà longue et les transformations par les macro- et les micro-projets décidés par les donateurs et les hommes d’affaires ne pourront résoudre la situation de misère et de chômage provoquée par le caractère transitoire d’une paix probatoire1. Pire encore, en faisant une analyse purement économique des dynamiques de violence suscitées par le conflit arabo-israélien, des projets macro-économiques transversaux ont été élaborés, impliquant plusieurs pays de la région sans se soucier de relais locaux micro-économiques. On a cru que les problèmes politiques avaient été résolus dans leur cadre général et que le temps était maintenant à l’intégration du Proche-Orient dans l’économie mondiale. Cependant, l’internationalisation de l’économie ne renvoie pas uniquement aux grandes entreprises multinationales mais également aux réseaux des petites et moyennes entreprises. Ces dernières, qui fonctionnent avec la logique du profit, de l’anticipation et de l’évaluation du risque, s’accommodent mal de la logique politique.de régulation des conflits et reculent devant l’instabilité sociale (Frédéric Charillon, 1995, p. 110). Le peu d’investissements engagés dans les Territoires par les Palestiniens de la diaspora montre que les acteurs micro-économiques éprouvent le besoin d’un minimum de stabilité politique, condition nécessaire pour investir.

  • 2 Par exemple, le nombre de touristes israéliens en Egypte, en constante augmentation, s’élevait à 2 (...)
  • 3 Le volume des échanges commerciaux entre Israël et l’Egypte s’est élevé en 1994 à 40 millions $, h (...)

10Si nous faisons un bilan sommaire de la normalisation économique entre Israël et ses voisins arabes, la récolte s’avère maigre. Néanmoins, nous constatons que divers schémas de coopération partielle relèvent de géométries variables dans le temps et dans l’espace, qui suggèrent l’efficacité d’une progression à petits pas2. Comme le note Michel Chatelus (1995, p. 78), il faut tenir compte de la possibilité d’avancées inégales selon les domaines, et l’on peut imaginer une intégration sectorielle dans un champ donné, alors qu’ailleurs on sera à peine sorti des crispations de l’état de belligérance du fait des dimensions politiques, voire émotionnelles, de la question. La normalisation économique n’est plus le fruit d’actes isolés produits par l’État, mais concerne petit à petit le secteur privé3. Les sommets économiques sur le Proche-Orient et l’Afrique du Nord réunis à Casablanca (1994), à Amman (1995) et au Caire (1997) ont permis à de nombreux entrepreneurs arabes et israéliens de se rencontrer et éventuellement de signer des contrats. On est donc dans la logique des petits pas. Cette logique nécessite le recours inéluctable à une démarche globale et politique pour surmonter certains blocages, au risque de compromettre, en cas de retard, les progrès réalisés sur le terrain.

11Encore faut-il s’interroger sur la pertinence de l’appellation « économie de la paix » au Proche-Orient. S’il s’agit de déclarer la fin de « l’économie de guerre », on peut la comprendre, mais tout en gardant à l’esprit que les multiples logiques économiques engendrées par les guerres successives ont toujours laissé des traces profondes. Maints exemples peuvent l’illustrer : les coûts très élevés de l’utilisation palestinienne du port d’Ashdod, situé en Israël à 40 kilomètres de Gaza, ainsi que les entraves administratives rencontrées, font que les Palestiniens pourraient opter pour Port-Saïd, certes beaucoup plus éloigné ; le fait que certains produits égyptiens soient taxés à 300 % par les Israéliens, comme la bouteille d’eau Baraka, alors que les mêmes produits provenant de la CEE sont exemptés de droits de douane en vertu

Régionalisation de l’économie palestinienne : défi et transgression

12Selon le contexte économique et politique des sociétés d’accueil, on rencontre des concentrations spécifiques d’entreprises palestiniennes : dans certains pays, on peut parler d’une concentration dans des « niches économiques » particulières qui a fait la prospérité des investisseurs palestiniens. Dans d’autres, ils se concentrent dans des secteurs en déroute, renforçant ainsi leur fragilité juridique. Mais en général, l’économie palestinienne de l’extérieur ne fonctionne pas comme une économie communautaire enclavée. En tout cas, dans le cadre de l’économie de marché, il ne peut exister de circuit exclusif aux mains d’un seul groupe. Il s’agit plutôt d’un segment du tissu économique local ou national, voire transnational, qui est devenu assez hétérogène et discontinu parce que sujet à plusieurs logiques (non pas tant celles de la communauté que celles du marché). Ce segment ne peut exister qu’à la condition d’être en mesure d’établir des échanges et de s’allier avec d’autres segments.

13Cependant, sortir du niveau local est une démarche extrêmement complexe. Les frontières interarabes ou avec les Territoires palestiniens constituent une grande entrave à la circulation des hommes d’affaires palestiniens et à leurs marchandises. La plupart des entreprises palestiniennes de la diaspora ont longtemps été cantonnées dans un espace local. Cependant, notre enquête a relevé les efforts déployés par les hommes d’affaires rencontrés pour surmonter les obstacles.

14Nous avons constaté deux phénomènes : d’abord, la dispersion des membres des familles palestiniennes a favorisé l’utilisation des réseaux familiaux qui servent de paravent mais qui servent aussi à étendre à d’autres pays les activités économiques d’un pays donné, et au moins à élargir le marché. Ces réseaux ne fonctionnent pas seulement dans un dispositif économique strictement localisé dans un cadre national -celui du pays d’accueil - mais aussi à l’échelle internationale grâce à un système de réseaux transnationaux créés dans le cadre du fonctionnement en diaspora. Car la diaspora n’est pas seulement une dispersion, elle se définit, sur le plan morphologique, par la multipolarité de la migration et l’interpolarité des relations entre différents lieux de fixation. Cependant, de quelle sorte de réseaux s’agit-il, et en quoi se différencient-ils de ceux que l’on trouve dans les autres groupes ? Qu’entend- on au juste par « capital social » ou « capital relationnel » et comment se manifestent-ils ? À ce stade, notre recherche ne nous a pas permis d’apporter davantage d’explications sur l’ampleur et le fonctionnement des réseaux palestiniens, et nous ne pouvons que confirmer l’extraordinaire sous-emploi de ces réseaux. La dynamique d’échanges commerciaux dans la région proche-orientale n’a pas suffisamment bénéficié de la dispersion palestinienne.

15Le deuxième phénomène consiste à surmonter l’instabilité juridique et la marginalisation par la quête de passeport(s) ou de nationalité, surtout pour ceux ayant un document de voyage, égyptien ou libanais, voire, dans une moindre mesure, syrien. Aux EAU, à peu près 20 % des individus constituant notre échantillon ont un passeport américain ou canadien - ou des papiers d’immigration vers ces deux pays - en attente. Ce phénomène a commencé après la première guerre du Golfe, suite à la crise économique qui a secoué la région et où une série de licenciements a touché, entre autres, les Palestiniens. Ceux-ci ont souvent postulé pour un visa d’immigration en tant qu’investisseur, surtout au Canada, et ils ont fait la navette entre ce pays et le Golfe pendant trois ans au bout desquels il est possible d’obtenir un passeport. Rares sont ceux qui ont émigré effectivement. Mais avec la deuxième guerre du Golfe, le mouvement vers l’Amérique bat son plein. L’exode palestinien du Golfe, et surtout du Koweit - qui a touché, selon certaines estimations, 400°000 personnes -, a largement affecté l’économie palestinienne de la diaspora, en particulier pour ceux qui n’ont pas pu trouver facilement un pays d’accueil. L’Égypte, par exemple, n’a pas permis à ceux ayant un document de voyage égyptien de rentrer. Le Liban, ultérieurement, a imposé un visa de retour pour les Palestiniens expulsés de Libye ayant un document de voyage libanais, qualifiés à cette occasion de « déchets humains » par le ministre libanais du Tourisme. Beaucoup d’entre eux ont résidé « provisoirement » en Irak en attendant d’autres destinations plus « sûres », ou sont partis pour l’Amérique du Nord, Bélize, la République dominicaine ou l’Europe : France, Angleterre, Allemagne.

  • 4 Pour lui, c’est la preuve que les autorités égyptiennes savaient que l’Irak allait envahir le Kowe (...)

16Prenons l’itinéraire d’un homme d’affaires palestinien, A.S.A. Né au Caire en 1948, A.S.A. est originaire d’Hébron. Son père est réfugié politique en Égypte et responsable du Haut Comité arabe après avoir combattu l’occupation britannique en Palestine, et avoir été le bras droit d’Amin al-Husseini. Suivant le chemin de son père et sensibilisé par la défaite arabe en 1967, A.S.A. s’engage dans le Fatah pendant 5 ans, aussitôt après avoir obtenu son baccalauréat. Il se dirige ensuite vers le Koweit pour commencer sa vie professionnelle comme simple ouvrier avant de devenir, en partenariat, agent agréé Mercedes de pièces détachées pour camions. En juin 1990, A.S.A. demande comme d’habitude un visa d’entrée en Égypte pour sa famille, afin d’y passer les vacances. En dépit de son document de voyage égyptien, le consulat rejette sa demande en vertu des nouvelles mesures4. Il se décide alors pour la première fois à postuler comme immigrant pour le Canada dans le but d’obtenir un passeport. Il se présente au consulat canadien comme investisseur et fait, seul, un premier voyage pour déposer 50°000 $ canadiens dans une banque selon les procédures en vigueur. À son retour et avant qu’il n’ait le temps de préparer les papiers nécessaires à l’immigration, l’Irak envahit le Koweit et le consulat canadien ferme ses portes.

  • 5 Bélize, situé entre le Mexique et le Guatémala, a une superficie de 22°000 km2 et 220°000 habitant (...)

17Alors que l’insécurité règne au Koweit, il continue à travailler en utilisant ses stocks jusqu’à ce qu’on lui en vole une partie. Craignant le pire, il transfère ses entrepôts à Bagdad. Il y ouvre un commerce tout en cherchant une échappatoire. Son ancien partenaire, Palestinien d’Hébron et résident en Jordanie, lui offre son aide pour contacter le consulat canadien à Damas, mais chaque fois qu’il obtient un rendez- vous, les autorités jordaniennes lui refusent l’entrée sur le territoire. Il perd ainsi la possibilité d’émigrer au Canada. Un jour, son partenaire lui indique Bélize, un pays devenu indépendant depuis peu en Amérique latine5, qui accepte les investisseurs contre une somme de 50°000 $ pour l’État et 15°000 $ pour les papiers. Avant même de savoir où se situe ce pays, il demande la naturalisation et obtient ainsi le passeport bélizien. Il nous a déclaré qu’à ce moment-là, il s’est senti « citoyen du monde » et enfin en sécurité. En 1994, après une attente de trois ans en Irak, il part pour la Jordanie, d’où il pense retourner au Koweit, puisqu’il y a toujours sa société et qu’il est agent agréé Mercedes. Alors qu’il se prépare pour le départ, un de ses amis le prévient que les monarchies du Golfe ont pris la décision d’interdire l’entrée sur leur territoire des détenteurs de passeports béliziens, après avoir découvert que de nombreux Palestiniens retournaient chez eux comme citoyens béliziens. Il se résigne et reste à Amman, où il entreprend une affaire peu fructueuse. Finalement, il obtient un visa pour Dubaï, où il est actuellement patron d’une société de distribution de pièces détachées pour camions Mercedes.

18Il est inutile de commenter un tel récit, suffisamment révélateur des difficultés que rencontrent les homme d’affaires palestiniens ayant un statut précaire (en transit).

Libéraux, sont-ils démocrates ?

19Beaucoup d’intellectuels ont longtemps cru au rôle décisif des pays démocratiques occidentaux dans l’amorce d’une dynamique contraignant les pouvoirs autoritaires à démocratiser leur système politique et à respecter les droits de l’homme. Or, les efforts déployés restent modestes, plus symboliques qu’efficaces, et dépendent du type de relations entre l’instance politique d’un État occidental et celle d’un État autoritaire. La guerre du Golfe n’a été qu’un exemple des traitements radicalement différents donnés par les Occidentaux au régime irakien et aux pétro-monarchies du Golfe : on a beaucoup parlé du pouvoir despotique irakien mais fermé les yeux sur ses voisins. Les intérêts politiques mais surtout économiques déterminent dorénavant l’ampleur des critiques adressées aux États autoritaires, ceci au détriment de certaines valeurs. Les contrats économiques signés par les Français ou les Américains avec la Chine l’ont été à la condition que ces pays « n’interfèrent pas dans sa politique intérieure ». Les positions étatiques occidentales dépendent également de la nature de l’opposition susceptible d’arriver « démocratiquement » au pouvoir. Autrement dit, on préfère soutenir un despote qu’une opposition islamiste, un État autoritaire fort plutôt qu’un État démocratique mais déstabilisé. Ainsi, en perdant à différents degrés leurs « alliés occidentaux », les sociétés civiles dans les pays autoritaires subissent dorénavant une forte répression de la part de leur État. Dans certains pays, la société civile est créée d’une manière très mesurée par l’État lui-même, de façon à rappeler qu’elle reste tributaire de la « générosité » de ce dernier.

20Cette esquisse schématique et pessimiste des relations triangulaires entre État autoritaire, société civile et États démocratiques n’est toutefois qu’un des scénarios possibles d’une réalité riche et nuancée. Elle devrait être tempérée par la diversité des acteurs sociaux et politiques à l’intérieur des États occidentaux et par conséquent de leurs différents intérêts. Ainsi, la position des ONG -comme Amnesty International et d’autres -, est importante sans être toutefois contraignante. Les gouvernements occidentaux n’ont d’ailleurs pas toujours la même position : différents facteurs influencent leurs décisions. Cependant, contrairement à l’opposition intérieure, vouée à un sort dramatique et à la répression quotidienne, l’opposition dirigée de l’extérieur a bénéficié, elle, d’une certaine protection de la part de la société d’accueil, ce qui lui a donné une relative liberté pour mener ses actions. Cela nous a amené à réfléchir sur l’importance des acteurs transnationaux, tels que les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora, qui manipulent différents registres entre leur société hôte et les Territoires palestiniens, dans le processus de démocratisation auquel ces Territoires pourraient participer. Cette entreprise est doublement périlleuse, à cause de la diversité des acteurs et de la jeunesse de cette entité politique, dépourvue de souveraineté, et que l’on ne peut considérer purement et simplement comme un pouvoir autoritaire, bien qu’elle ait un penchant pour l’autoritarisme. L’histoire de la bourgeoisie palestinienne pendant le mandat britannique offre, semble-t-il, très peu d’éléments concernant ses revendications politiques et ses relations avec le gouvernement et l’« autorité » nationale de cette époque. Car, depuis le mandat, l’expérience politique apporte des éléments tout à fait nouveaux : diasporisation de la bourgeoisie et impact de la nature du système politique dans la société hôte, proximité de l’État israélien, certes ennemi, mais largement démocratique par rapport aux dictatures arabes. Cependant, si l’on refuse de mener un raisonnement évolutionniste, la manière dont les hommes d’affaires palestiniens se comportent dans la diaspora offre un observatoire privilégié.

  • 6 Entretien avec le secrétaire général de l’Association des hommes d’affaires jordaniens.

21Si l’on prend le cas d’un pays dans lequel un processus démocratique a été déclenché à la fin des années quatre-vingt, offrant une certaine liberté d’expression politique - si embryonnaire soit-elle -, on constate que, durant cette période, les hommes d’affaires jordaniens originaires de Palestine n’ont pas utilisé leur influence pour accélérer le processus. Les porte-parole de la revendication démocratique sont les syndicats professionnels (notamment ceux des avocats, des journalistes et des ingénieurs) ainsi que les partis politiques. On a l’impression que ces hommes d’affaires se sont limités à la revendication de règles du jeu claires, nécessaires à la bonne marche de leurs affaires, sans aller au-delà6. Mais la leçon est maigre si l’on tient compte du fait que la position des hommes d’affaires palestiniens, comme celle du reste de leur communauté, est critique, voire fragile, de sorte qu’ils sont contraints d’adopter un profil bas.

22Notre enquête auprès des hommes d’affaires aux Etats-Unis, au Canada, en Egypte, en Syrie et dans les Émirats arabes unis a permis d’éclairer les fondements de leurs revendications socio-politiques, et elle a montré une grande diversité de discours selon l’expérience acquise dans la société d’accueil, même si cette relation de cause à effet n’a pas un caractère automatique. Nous avons pu constater une aspiration plus forte à la démocratie chez les hommes d’affaires palestiniens vivant en Amérique que chez ceux vivant en Syrie ou en Égypte. Mais les positions varient à l’intérieur même des sociétés hôtes. Nous avons également constaté que cette aspiration à la démocratie n’a pas toujours été posée dans leur discours comme un objectif essentiel, bien que la plupart soient « libéraux ». Pour les uns, la démocratisation signifie seulement une décentralisation des pouvoirs. Pour les autres, c’est la liberté d’expression et la possibilité de participation au politique. Ou encore, elle est considérée comme un but à long terme qui devrait être reporté après la fin de l’occupation israélienne. Cependant, nous ne pouvons considérer la bourgeoisie palestinienne comme la classe porteuse du processus démocratique. Peut-être se développe-t-il seulement en son sein une société civile.

Notes

1 Avec un taux de chômage de 50% dans les Territoires palestiniens, des fonds massifs sont nécessaires pour provoquer un changement qualitatif dans la vie quotidienne des Palestiniens. Selon le Centre des investissements, 49 projets financés par les investissements de la diaspora palestinienne à Gaza entre octobre 1991 et octobre 1993 (60 millions $) ont permis l’embauche de 800 personnes, ce qui signifie qu’il faut un capital de 75°000 $ pour créer un emploi (Brochure du centre, Gaza, 1993)

2 Par exemple, le nombre de touristes israéliens en Egypte, en constante augmentation, s’élevait à 295°933 en 1995, selon les statistiques du ministère du Tourisme. Ce chiffre les place ainsi en deuxième position derrière les Allemands (319°312) pour le nombre de visiteurs. De même, le nombre de touristes égyptiens en Israël, qui n’avait pas dépassé les quelques milliers les années précédentes, a atteint 20°000 en 1994. La même année, des Israéliens ont investi pour la première fois dans le développement du tourisme dans le Sinaï (Aryen Dayan, 1995). Le flux de touristes entre Israël et la Jordanie nous semble également très important.

3 Le volume des échanges commerciaux entre Israël et l’Egypte s’est élevé en 1994 à 40 millions $, hors pétrole (Aryen Dayan, 1995).de l’accord de libre-échange dont Israël bénéficie avec la CEE ; les obstacles politiques au franchissement des frontières arabes et à la circulation des réfugiés palestiniens qui les contraignent, dans de nombreux cas, à se cantonner au marché local ou à envisager de s’ouvrir à un marché non régional, comme nous allons le voir ci-dessous.

4 Pour lui, c’est la preuve que les autorités égyptiennes savaient que l’Irak allait envahir le Koweit deux mois à l’avance. C’est pourquoi elles n’ont pas accepté de vacanciers palestiniens qui n’auraient pas pu retourner au Koweit.

5 Bélize, situé entre le Mexique et le Guatémala, a une superficie de 22°000 km2 et 220°000 habitants.

6 Entretien avec le secrétaire général de l’Association des hommes d’affaires jordaniens.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable