Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre deux mondes : les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestinienne

 | 
Sari Hanafi

Chapitre V. Un capital désobéissant ? Les hommes d’affaires et le pouvoir

Entrées d'index

Mots clés :

hommes d'affaires, Palestine

Texte intégral

La constitution de regroupements d’hommes d’affaires

1Toute élite économique cherche à acquérir, au-delà du capital matériel (et au- delà d’une logique individuelle et d’une recherche de bonheur privé), un capital social ou, en d’autres termes, une position de pouvoir. Mais, s’agissant de la catégorie des hommes d’affaires palestiniens en transit (voir notre introduction), le statut d’« étranger » qui les caractérise fragilise leur insertion et les écarte de la vie politique. De fait, ils déploient différents types de stratégie d’ascension sociale. D’abord, il leur est possible d’adopter une stratégie d’action collective pour consolider leur position dans la société-hôte et éventuellement pour mieux négocier leur pacte avec l’Autorité nationale palestinienne. Certains peuvent ensuite mener des activités culturelles.

2Un regroupement d’hommes d’affaires ne signifie pas toujours une opposition à l’État (en l’occurrence, l’Autorité nationale palestinienne) mais représente un lobby potentiel qui peut un jour jouer un rôle dans la prise de décision en matière de développement ou de politique. C’est la raison pour laquelle ce genre d’associations a fleuri dans les pays occidentaux où, dans un contexte démocratique, l’action collective est facile à mener. Dans les pays arabes, en revanche, la marge de manœuvre est étroite. C’est seulement en Égypte qu’a été récemment fondée une association d’hommes d’affaires palestiniens. Deux tentatives de constitution d’un regroupement d’hommes d’affaires avaient précédemment eu lieu : la première en 1988, sous le nom de Comité d’action sociale, et la seconde en 1989, sous le label d’Union des hommes d’affaires palestiniens. Toutes deux ont échoué pour différentes raisons, tant du côté palestinien que du côté égyptien. Depuis les accords de Madrid, toutefois, la conjoncture politique est favorable, et les autorités égyptiennes ont accepté la création de l’Association des hommes d’affaires palestiniens au Caire en mars 1994.

3On peut trouver trois types d’associations dans les pays occidentaux : le premier recouvre les associations qui soutiennent l’OLP et l’Autorité nationale palestinienne. Parmi elles, l’United Holy Land Fund est composé principalement d’hommes d’affaires des États-Unis. Fondé en 1967 pour apporter de l’aide au peuple palestinien, il soutient le processus de paix. Il partage cet objectif avec le Palestine Arab Fund, une association localisée à l’ouest des États-Unis.

  • 1 Les trois associations sont présidées par l’homme d’affaires palestinien Talat Othman.

4Le deuxième type rassemble les hommes d’affaires et les professionnels mais dans une perspective arabe ; on y trouve l’Arab Bankers Association of North America, la Mid-America Arab Chamber of Commerce à Chicago ou l’Arab- American Businessmen and Professionals Association1. Au Canada, l’Arab Canadian Business and Professional Organization a envoyé une délégation à Gaza, en Jordanie et en Irak pour y étudier les possibilités d’investissements. Nous allons maintenant examiner en détail le troisième type d’association.

Welfare Association

  • 2 Le conseil d’administration de cette association rassemble des personnalités venant des quatre coi (...)

5Les associations précédemment citées ont une portée limitée et leur efficacité reste à démontrer. Avec la Welfare Association apparaît un troisième type de regroupement. Elle diffère des précédentes par son autonomie vis-à-vis de l’OLP, et en l’occurrence, vis-à-vis de l’Autorité nationale palestinienne, et par son poids matériel et son autorité symbolique. Basée à Genève, créée en 1983 par dix hommes d’affaires, c’est l’organisation la plus importante de la diaspora palestinienne. Chaque fondateur a déboursé un million $ pour qu’elle puisse voir le jour. Cette association regroupe des hommes d’affaires et des intellectuels de renom, surtout palestiniens, et entend assurer une tribune de discussion entre les deux groupes2.

  • 3 Cf. le bilan d’activités de 1983 à 1994 (édité en arabe avec un résumé en anglais), Genève, 1994.
  • 4 AL-TA’AWON, Quarterly Newsletter published by the Welfare Association, octobre1995, n° 5.

6Elle a pour objectif de « mettre une partie du potentiel de la diaspora au service du développement et de la construction en Palestine, y compris pour les Palestiniens vivant en Israël et les réfugiés dans les pays arabes, de développer les organisations non gouvernementales dans la société palestinienne et enfin, de promouvoir les ressources humaines par la formation. » Le bilan de 11 ans, de 1983 à 1994, reste modeste par rapport aux objectifs. 39 millions $ de fonds propres ont été mis au service de projets culturels, sociaux, économiques, de santé et d’enseignement. De plus, 40 millions $ provenant de ressources extérieures, arabes et internationales, ont été utilisés pour les mêmes objectifs3. Le comité administratif réuni en octobre 1995 a adopté un budget de 1°849 millions $ pour 1995, provenant exclusivement de ses ressources financières propres, partagés entre différents programmes répartis en trois thèmes : le développement des ressources humaines, la culture et l’identité, et enfin le développement des associations non- gouvernementales4.

7Douze ans après la fondation de la Welfare Association, on peut se demander si elle a réalisé le rêve de ses fondateurs - qui était d’être un jour l’équivalent palestinien du Jewish National Fund, selon Monib Al Masri -, et si elle a pu mettre au service de l’intérieur de la Palestine (et de la cause nationale en général) l’extraordinaire potentiel de la diaspora palestinienne. S’il est trop tôt pour porter un jugement, nous pouvons cependant remarquer que les actions des hommes d’affaires ne se sont pas focalisées uniquement sur le développement de cette association, mais qu’elles ont été largement dispersées.

8Nous allons maintenant étudier les rapports de ces groupes avec, d’une part, l’Autorité nationale palestinienne et, d’autre part, les sociétés d’accueil, ainsi que les actions sociales et politiques menées individuellement dans ces directions.

Les « mitoyens » et l’Autorité nationale palestinienne : les relations sont-elles conflictuelles ?

9Les relations entre l’Autorité nationale palestinienne et les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora sont caractérisées par une double spécificité. D’abord, le contexte de libération nationale ainsi que la pression qu’Israël exerce sur l’ANP font que cette autorité ne peut fonctionner comme un État souverain. Ensuite, l’éparpillement des hommes d’affaires palestiniens leur donne une liberté de manœuvre politique et économique entre le pays d’accueil et les Territoires palestiniens et les met à l’abri du pouvoir coercitif de l’ANP. Cette double spécificité crée des relations conflictuelles, inachevées et fluctuantes. Les rapports de force entre les deux parties se structurent autour d’un certain nombre de lignes de clivage : exit/voice, pour reprendre le terme d’Albert Hirschman (1970), dans l’OLP/en dehors de l’OLP, autonomie/dépendance, rôle économique/rôle politique.

Exit/voice

10Les hommes d’affaires palestiniens n’ont pas tous la même position à l’égard de l’Autorité nationale palestinienne. Pour des raisons objectives ou subjectives, certains se contentent d’un rôle surtout économique et qui plus est, au sein de la société d’accueil. C’est une action de type exit. Les autres, et c’est ce que nous étudierons ici, ont utilisé leurs capitaux financiers et relationnels au service de la cause palestinienne : une sorte d’engagement politique ou économique de type voice. Ce sont aussi ceux qui ont gardé des liens étroits avec l’OLP. Nous les appellerons « mitoyens », au double sens du terme : ils se caractérisent par leur proximité au pouvoir et leur position d’intermédiaire entre la sphère économique et la sphère politique.

11Cependant, les « mitoyens » ne constituent pas un groupe d’intérêts homogène. En effet, il faut tenir compte de maintes différences à l’intérieur de ce groupe : entre la génération de l’exode de 1948, qui se sent laissée pour compte, et la génération de 1967, qui jouit du droit au retour ; entre classes sociales ; entre les petits entrepreneurs et les grands hommes d’affaires ; entre ceux qui approuvent les accords d’Oslo et ceux qui y sont opposés ; entre ceux qui soutiennent l’OLP et les partisans du Hamas ou de la gauche palestinienne.

12Ces intérêts contradictoires, cachés derrière la façade de l’unité nationale, surgissent lors de chaque assemblée. À titre d’exemple, les hommes d’affaires de l’intérieur ont été choqués par la précipitation de leurs collègues - résidant surtout en Jordanie - à acheter les actions d’une société de transports en commun entre les villes de Cisjordanie, et entre ces dernières et les capitales arabes. D’après eux, ils auraient dû avoir la priorité « du fait de leur résistance pendant l’occupation israélienne ». De plus, ils n’ont montré aucun enthousiasme à l’idée de participer à la société anonyme Padico, considérée, par certains interlocuteurs, comme une société dirigée par l’extérieur. Ils se sont organisés au sein d’autres sociétés d’investissement, comme Beit al-Mal al-Arabi al-Falestini (Arab Palestinian Financial Foundation). Ils critiquent également les banques palestiniennes qui ont ouvert des succursales dans les Territoires palestiniens, mais qui ont transféré une partie des fonds pour investir ailleurs.

13En ce qui concerne les relations entre certains groupes d’hommes d’affaires de la diaspora et l’Autorité nationale palestinienne, nous pouvons parler de trois périodes : avant les accords d’Oslo, de la signature des accords à mai 1995, et ensuite.

Avant les accords d’Oslo : un certain engagement politique

  • 5 Entretien en novembre 1995.
  • 6 Entretien avec Jaweed Al Gosein en novembre 1995.

14L’OLP n’a jamais été isolée du milieu des hommes d’affaires. Nous pouvons même dire qu’elle en a surgi. Yasser Arafat a gardé des relations avec ce qu’il appelle les « compradores », au sens non péjoratif du terme. Ses relations avec certains d’entre eux datent des années cinquante, au sein de l’Union générale des étudiants palestiniens (GUPS). Cette Union, dont Arafat fut président, comptait dans ses rangs des élèves ingénieurs comme Zuheir Al Alami, qui est devenu le patron de Khatib & Alami, la plus importante société d’étude et de consultation de travaux publics dans le Monde arabe. Al Alami fut l’un des fondateurs du Fatah et un proche ami d’Arafat, président en 1971 du congrès du Fatah, membre du conseil révolutionnaire jusqu’à 1982, date à laquelle il gela son adhésion à cause « de ses divergences avec les méthodes d’Arafat »5. Jaweed Al Gosein fut également membre actif de la GUPS, représentant les Ba’thistes, à la même époque (années cinquante), et ultérieurement patron de la Cordoba, société géante de construction et de travaux publics aux EAU. Il a été élu pour la première fois membre du Conseil national palestinien (CNP) en 1977, puis président du Fonds national palestinien en 1984 et membre du Comité exécutif de l’OLP jusqu’en mai 19966.

15Diplômé du Caire, Yasser Arafat part au Koweit au début des années soixante pour gagner sa vie. Entrepreneur et patron de trois sociétés de construction, il renforce sa connaissance du milieu palestinien des affaires. Ce milieu a participé de façon remarquable à la fondation du Fatah et à son financement : outre Al Alami et Al Ghosein, nous allons rencontrer au premier rang des hommes d’affaires, comme Abdel Mohsen Qattan, un des géants du bâtiment et des travaux publics au Koweit, qui fut président du CNP, et Nabil Shaath, ex-président de Team, la plus importante société de management au niveau arabe.

16Arafat a reconnu l’importance du rôle des « compradores palestiniens » depuis le début de la fondation du Fatah, au moment où les États arabes ne le reconnaissaient pas encore. Ce fut une période très sensible quant à la question du financement. À titre d’exemple, Abdel Majid Shouman, le patron de l’Arab Bank, suspendit son aide à l’OLP, alors présidée par Ahmad Shoqiri, pour accélérer sa démission et préparer l’arrivée d’Ahmad Hamouda puis de Yasser Arafat (Andrew Gowers & Tony Walker, 1994, p. 74)

17Leur participation n’est pas uniquement financière ; la position de certains hommes d’affaires palestiniens dans le pays d’accueil leur a permis de jouer le rôle d’intermédiaire entre ce pays et l’OLP : pendant Septembre Noir en 1970, lors de la période la plus difficile de la vie d’Arafat (lorsqu’il fut encerclé dans la forêt de Garash), Monib Al Masri, propriétaire d’une grande société d’ingénierie et ministre jordanien des Travaux publics a tenté, avec Abdel Majid Shouman et l’ambassadeur saoudien, d’établir un pont entre Arafat et les autorités jordaniennes, mais leur tentative a échoué. On peut noter également, dans un contexte tout à fait différent, le cas de Mahmoud Rabbani, un homme d’affaires palestinien spécialisé dans l’import- export et basé à Amsterdam. Ayant une position très privilégiée en Hollande comme pionnier de l’échange commercial entre les pays arabes (Koweit, Algérie, Syrie, Tunisie, etc.), il s’est servi de ses relations avec les autorités hollandaises pour faire accepter à l’Europe l’existence de l’OLP. Il a joué un rôle dans la nomination des représentants de cette organisation dans divers pays européens. En tant que consul honoraire du Koweit et président de la Chambre de commerce hollando-algérienne, il a été l’homme clé de l’affaire de l’embargo pétrolier en Europe.

18Nous allons nous intéresser ici au rôle des hommes d’affaires dans les différents projets de règlement politique au Proche-Orient. En dépit du peu de données que nous possédons, nous pouvons dire que certains d’entre eux, proches de l’OLP, ont exercé avec constance une certaine emprise sur Yasser Arafat, allant dans le sens de la modération et de la cohérence, et insistant pour que l’OLP négocie avec Israël.

19Au moment où s’achève le départ des combattants palestiniens de Beyrouth avec l’assistance de la Légion étrangère française, le président Ronald Reagan annonce, le premier septembre 1982, une série de principes qui doivent, selon les États-Unis, permettre de rétablir la paix au Proche-Orient. En réponse au plan de Reagan, Arafat présente trois documents à l’administration américaine : le premier est rédigé par Hana Sanyoura, homme d’affaires et journaliste de Jérusalem, et des personnalités modérées des Territoires palestiniens ; le deuxième par un groupe d’hommes d’affaires, parmi lesquels Abdel Majid Shouman ; et le dernier est écrit par un ex-premier ministre égyptien représentant la ligne la plus dure à l’égard des règlements proposés par les Américains (Jenet Wallach, 1992, p. 390).

20Ce qui nous intéresse ici, c’est de montrer que certains hommes d’affaires palestiniens ont voulu unifier leur vision à l’égard d’un éventuel processus de paix au Proche-Orient. Qui sont ces hommes d’affaires ? Le nom qui revient souvent dans nos entretiens est celui de Hassib Sabbagh, le patron d’une des firmes géantes de construction et de travaux publics au niveau mondial, la CCC, ainsi que celui de son conseiller politique Bassel ‘Akl. Or la CCC a régulièrement exécuté des travaux en sous-traitance pour Bichtel, la compagnie de Georges Shultz, et les deux firmes se sont fréquemment associées dans la réalisation de projets au Moyen-Orient. Dans les années quatre-vingt, Sabbagh s’est servi de ses relations avec Georges Shultz pour jouer le rôle de médiateur entre l’Administration américaine (où Shultz était à l’époque secrétaire d’État) et l’OLP.

21Pour ouvrir un dialogue substantiel entre les deux parties, Washington avait imposé à Arafat trois exigences : reconnaissance de l’existence d’Israël, acceptation de la résolution 242 du Conseil de sécurité et renoncement au terrorisme. Le 13 décembre 1988, Yasser Arafat prononça un discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies, réunie spécialement à Genève, parce qu’il n’avait pas pu obtenir de visa américain. Ses déclarations ne satisfirent pas les États-Unis. Le chef de l’OLP avait pourtant accédé aux diverses exigences émises par Henry Kissinger en 1975, puis par le Congrès, mais les Américains exigèrent une formulation encore plus concise, encore plus claire et dégagée de toute considération annexe. La tension monta au sein de l’entourage d’Arafat. Epuisé par la négociation, la veille, avec le Comité exécutif de l’OLP qui avait à peine accepté ses formulations, Arafat refusa d’en dire plus ou, selon son expression, de « faire un strip-tease ». Trois hommes d’affaires, Hassib Sabbagh, Monib Al Masri et Abdel Majid Shouman, essayèrent de le convaincre d’apporter des précisions. Sabbagh lui transmit des termes soigneusement choisis pour répondre aux exigences américaines. Le lendemain, Arafat donna à Genève une conférence de presse et prononça les « mots magiques » qui, quelques heures plus tard, allaient être acceptés par les États-Unis et ouvrir le dialogue avec l’OLP.

22Ces hommes d’affaires sont restés dans l’ombre, mais leur influence fut cruciale dans la mesure où ils exigeaient de la cohérence de la part d’Arafat. On peut souligner ici une différence significative entre l’homme d’affaires et le politicien : le premier vise la précision, à l’image des contrats économiques, alors que le deuxième laisse toujours une faille dans son discours pour donner place à différentes interprétations. À ces deux discours correspondent deux méthodes de travail. Dans la même logique, un groupe d’hommes d’affaires et d’intellectuels palestiniens réunis à la fin du mois de juin 1983 tentèrent de convaincre Arafat de proclamer un État palestinien indépendant et un gouvernement en exil, voulant par là édifier une structure plus technocratique et démocratique se substituant à l’édifice révolutionnaire de l’OLP. Il fallut toutefois attendre le 15 novembre 1988 pour qu’Arafat accepte ce genre d’idée. Cependant, comme nous l’avons remarqué, le rôle joué par les hommes d’affaires ne dépasse pas la médiation et le conseil. La décision revient aux militants de l’OLP. C’est la raison pour laquelle ceux qui ont poussé Arafat à reconnaître Israël et à entreprendre les négociations désavouent eux-mêmes les résultats du processus de paix, c’est-à-dire les accords d’Oslo, comme c’est le cas pour Hassib Sabbagh et Abdel Mohsen Qattan.

  • 7 Cette position d’interface n’a pourtant pas empêché A. M. Qattan de critiquer de façon véhémente l (...)

23L’impact de certains hommes d’affaires s’est manifesté par leur rôle d’intermédiaire entre l’OLP et les pays arabes, et de soupape de sécurité dans les moments difficiles. Abdel Mohsen Qattan, détenteur de la nationalité koweitienne, Sabih Al Masri, détenteur de la nationalité saoudienne et Hassib Sabbagh ont ainsi tenté d’améliorer les relations entre les monarchies pétrolières et l’OLP, surtout après la guerre du Golfe7. Nous allons voir maintenant le rôle de Abdel Majid Shouman, en ce qui concerne les relations jordano-palestiniennes.

Après Oslo : autonomie/dépendance

  • 8 Sommet économique de Casablanca, 1994.

24Les relations entre lAutorité nationale palestinienne et les hommes d’affaires « mitoyens » se caractérisent, depuis les accords d’Oslo, par des tensions et des fluctuations. Mais chaque partie tente de ne pas rompre le contact. Arafat a comparé les compradores à la dynastie des Rotschild, ce qui est une façon de réduire leur importance au volet économique, voire financier, tout en ménageant avec subtilité sa position à leur égard. Certes, ses camarades de combat du Fatah ont été choqués par le fait qu’à son arrivée à Gaza, il a passé la nuit chez l’homme d’affaires ‘Aqil Matar. Mais cet acte symbolique ne peut dissimuler pour autant la méfiance d’Arafat à l’égard de cette catégorie d’acteurs. Un incident l’illustre : lors de la conférence de Casablanca8, Monib Al Masri, homme d’affaires proche de l’OLP et vice-président de la Palestinian Development & Investment Corporation (Padico), a incité Yasser Arafat à diriger les investisseurs étrangers ayant besoin d’expertise ou à la recherche de partenaires vers la Padico, ceci en raison de l’importance de cette société ainsi que de son expérience. Al-Masri a convié 500 hommes d’affaires palestiniens et occidentaux pour un déjeuner pendant lequel Arafat était censé introduire la Padico. Il n’en fit rien. En revanche, il demanda aux entreprises étrangères désireuses d’investir dans les Territoires palestiniens de lui téléphoner personnellement.

  • 9 «°C’est pire lorsqu’ils se heurtent à la bureaucratie corrompue de l’autorité militaire israélienn (...)

25Au-delà des clivages entre les différents groupes d’hommes d’affaires, ils ressentent pour la plupart un certain malaise quant à la manière dont l’Autorité nationale palestinienne gère les affaires publiques. Ils sont à la recherche de règles du jeu qui puissent libérer leurs actions, jusqu’ici dépendantes de l’arbitraire d’un seul homme. Peu habitués à faire le siège des administrations dans certaines sociétés hôtes peu bureaucratiques comme c’est le cas en Amérique du Nord, ils ne peuvent attendre des jours et des jours en vue d’obtenir un rendez-vous avec Yasser Arafat ou l’un de ses ministres pour régler un problème quelconque9.

26Les hommes d’affaires palestiniens ont adopté deux types d’attitude : l’une considère que le développement économique est la condition indispensable pour « matérialiser » un conflit très chargé en symboles, alors que l’autre consiste à dire : « Réglons d’abord les problèmes politiques, l’économie suivra. » Ces deux manières de voir correspondent à deux groupes : l’un, de petite taille, mais au poids économique considérable, préfère œuvrer discrètement. Il est représenté par Monib Al Masri et Al Farra, qui ont choisi d’agir sur le terrain avant de critiquer de façon modérée l’Autorité nationale palestinienne. Mahmoud M. Al-Farra nous déclare que c’est la seule méthode pour influencer la décision de cette autorité : « Après avoir implanté mes projets économiques, j’ai senti que le moment était venu de critiquer les agissements des agents de la sécurité et surtout les opérations d’interpellation à l’aube contre l’opposition (zowar al-fajr). »

27L’autre groupe, plus important quantitativement, met comme condition préalable à tout investissement l’établissement de règles du jeu démocratiques et leur application sur le terrain. On retiendra plusieurs noms mais surtout ceux de Hassib Sabbagh, Abdel Majid Shouman, Abdel Mohsen Qattan et Saïd Khouri. Ce groupe a exprimé ses idées de façon explicite à l’égard du processus de paix à travers une pétition en huit points. Remettant en cause la manière dont Arafat gère les institutions étatiques, cette pétition fut envoyée à l’Autorité nationale palestinienne, puis publiée par le Journal al-Hayat. Ainsi, si ce groupe a tendance à laisser à Arafat le soin de régler la question nationale, il ne tolère pas son autoritarisme et la centralisation des affaires, pas plus qu’il n’accepte la corruption endémique qui sévit au sein de la centrale.

28D’autres arguments sont avancés pour critiquer les agissements d’Arafat. Certains ont souligné la portée politique minime des résultats des accords d’Oslo. Un de mes interlocuteurs a rendu Arafat responsable de la détérioration des relations jordano-palestiniennes depuis qu’il prit sur lui, lors des négociations d’Oslo, de ne pas prévenir la Jordanie, partenaire incontournable vu la proximité et l’ampleur de sa communauté palestinienne. Bien que significative, cette déclaration ne saurait au demeurant cacher la position intermédiaire de ce même interlocuteur, qui mène ses affaires à partir du Royaume hachémite mais exprime ses soucis patriotiques en tant qu’originaire de Palestine.

  • 10 Les ONG palestiniennes ont secouru une population sous occupation avec une efficacité remarquable, (...)
  • 11 Il en va de même pour le secteur de la santé : lors de l’assemblée générale de l’United Holy Land (...)

29L’Autorité, en effet, ne veut pas seulement attirer les investissements de la diaspora dans les Territoires palestiniens, mais exige, de plus, que ces investissements ne tombent pas entre les mains des associations non- gouvernementales. En effet, l’Autorité nationale palestinienne constate avec regret que ces dernières se sont développées avant son arrivée à Gaza, car elles ont bénéficié, surtout pendant l’intifâda, de dons et d’investissements des organisations internationales, de la Communauté européenne et de la diaspora palestinienne10. Un secteur comme l’agriculture est dominé par le Palestinian Agricultural Relief Committee (PARC) qui gère des milliers de kilomètres carrés de terrains et des centres de recherche et de formation agronomiques. Parce que cet organisme est dirigé par des agronomes proches du Parti du peuple (ex-Parti communiste) favorable aux accords d’Oslo mais défavorable aux accords du Caire, et donc à la manière dont les accords d’Oslo sont appliqués, Arafat n’a pas pu nommer, jusqu’en mars 1996, de ministre de l’Agriculture, ce parti refusant de participer au gouvernement. Malgré une certaine forme de coopération entre Arafat et le PARC, les relations demeurent très tendues et tributaires du climat général de rapport de force entre l’opposition de gauche et l’Autorité palestinienne. Cette dernière a conscience que, tant que des fonds alimenteront le PARC, les négociations resteront difficiles11. À travers les rencontres que nous avons eues avec les hommes d’affaires palestiniens, notamment en Amérique du Nord et aux EAU, nous avons constaté qu’une partie d’entre eux préfèrent coordonner leurs activités avec les ONG dans les Territoires palestiniens plutôt qu’avec l’Autorité nationale palestinienne, façon de manifester leur déception vis-à-vis de cette dernière et de renforcer leurs positions lors d’éventuelles négociations.

  • 12 Respectant la volonté des auteurs, nous ne dévoilerons pas leurs noms.

30Un an après la mise en application d’« Oslo I » et la constitution de l’Autorité nationale palestinienne, les hommes d’affaires « mitoyens », soutenus par des intellectuels palestiniens, ont exprimé leur déception quant à l’avenir du processus de paix arabo-israélien et tenté de mobiliser leurs collègues palestiniens en rédigeant en anglais un document intitulé « The Palestinian Crisis : The way out », qui a été traduit ultérieurement en arabe et publié dans le journal libanais al-Safir12. Ce document, proposé pour la discussion, décrit l’isolement de l’Autorité nationale palestinienne face à l’hégémonie israélienne et analyse l’impasse à laquelle les négociations de paix ont abouti, ainsi que la situation politique et économique qui en découle dans les Territoires palestiniens. Pour résoudre le problème, il suggère une stratégie qui consiste à rassembler les efforts et les compétences des Palestiniens de l’intérieur et de la diaspora dans un Congrès national, dans lequel se réuniraient les membres du Conseil national palestinien et des personnalités éminentes, mais également des personnalités arabes reconnues pour leur engagement dans les questions arabes en général et dans la cause palestinienne en particulier. Les auteurs de ce texte expriment clairement qu’ils ne cherchent pas à se substituer à l’OLP mais, au contraire, à la vivifier pour qu’elle puisse prendre sa place loin du pouvoir d’un seul homme. Nous reproduisons ce document dans l’annexe 2.

Après mai 1995 : la réconciliation ou l’économie au service de la politique

  • 13 Shouman fait allusion à la cohabitation paisible entre ce que le prophète Mohammed a appelé les ha (...)

31La tension caractérisant les relations entre le groupe engagé des hommes d’affaires « mitoyens » et l’Autorité nationale palestinienne n’a pas perduré. Certains ont joué un rôle de médiateur entre les deux parties. Le nom le plus remarqué en la matière est celui de Monib Al Masri. En effet, il a voulu garder un lien avec l’Autorité en acceptant d’être un ministre palestinien sans portefeuille, tout en étant aussi un homme d’affaires proche du noyau d’opposition formé par Abdel Majid Shouman, Hassib Sabbagh et Abdel Mohsen Qattan, puisqu’il est membre de la Welfare Association et parce qu’il croit au rôle « patriotique » de la diaspora dans la construction des Territoires palestiniens. C’est la raison pour laquelle il est l’un des fondateurs de Padico. Faisant la navette entre Gaza et Amman pour tenter de débloquer le contentieux dû principalement aux effets d’Oslo, il arrive à organiser, le 14 mai 1995, une rencontre entre Yasser Arafat et 200 hommes d’affaires dans le palais hachémite d’Amman, en présence du roi Hussein. Le choix d’un lieu si hautement symbolique montre l’importance de la question des relations palestino- jordaniennes. De fait, les hommes d’affaires palestiniens, surtout en Jordanie, redoutent de payer le prix de la détérioration de ces relations alors qu’ils vivent dans un pays moitié jordanien, moitié palestinien, « tels al-Muhâjirin et al-Ansar réunis par le destin », pour reprendre le propos d’Abdel Majid Shouman13, qui a tenu un discours au nom des hommes d’affaires palestiniens au cours de cette rencontre (al- Hayat, 25 mai 1995). Dans les débats, une certaine franchise l’a emporté : on a demandé à Arafat des éclaircissements sur « les stratégies et les politiques de développement dans les Territoires palestiniens et sur la constitution de structures appropriées ». D’autres hommes d’affaires ont soulevé la question du système économique que l’Autorité nationale palestinienne envisage d’édifier, de ses orientations entre libéralisation et protectionnisme (ibidem).

32Si les hommes d’affaires palestiniens ne peuvent pas influencer directement les décisions de l’ANP, ils ont trouvé certains leviers pour mener collectivement leurs actions politiques, comme le Comité jordano-palestinien de coordination, constitué de 15 membres dont 9 hommes d’affaires (président : Abdel Majid

33Shouman : Hassib Sabbagh, Khaldoun Abo-Hassan, Monib al-Masri, Saïd Khouri, Sabih Al Masri, Nabil al-Sarraf, Mahmoud al-Farra et Moustafa Mourtaja). Ce comité puise sa force dans le statut bi-national de ses membres : pour la plupart, ces hommes d’affaires ont un passeport jordanien et occupent un rang élevé dans l’économie jordanienne, comme Khaldoun Abo-Hassan qui est le président de la Chambre de l’Industrie, et Abdel Majid Shouman, alors que ceux-ci sont des ressortissants d’origine palestinienne extrêment concernés, comme nous avons pu le constater, par la construction des Territoires palestiniens. Ces hommes d’affaires sont l’objet d’une concurrence entre les autorités palestinienne et jordanienne sur le plan économique : chacune convoite leurs investissements et cherche à les attirer. Les divergences politiques entre ces deux autorités compliquent encore la tâche de ce comité. Le statut bi-national de ces hommes d’affaires leur permet donc de jouer sur les deux plans mais, paradoxalement, leur marge de manœuvre se rétrécit.

  • 14 Ce comité a également constitué l’Institut du développement culturel, dont le président est Sabih (...)

34Cependant, l’action de ce comité dépasse la simple sphère économique : il a tenté de contrebalancer le pouvoir exécutif de l’Autorité nationale palestinienne en recommandant, dans la première rencontre qui a eu lieu à Amman le 24 mai 1995, un renforcement de cette autorité par des cadres compétents venant de la diaspora palestinienne. À cet effet, Hassib Sabbagh a fait un don d’un million $, auquel s’ajoute la promesse, émanant d’autres hommes d’affaires, d’y ajouter 2 millions $. De plus, l’Institut Abdel Majid Shouman a promis la constitution d’une banque de données palestino-jordanienne14.

35Un dialogue entre ce comité et l’Autorité nationale palestinienne a été engagé et a abouti à l’organisation d’un séminaire sous les auspices de la Ligue arabe. Nous nous arrêterons sur cette rencontre. Le « Symposium on the Reconstruction & Development of Palestine », qui a eu lieu au Caire les 7-9 novembre 1995, est le couronnement d’un nouvel épisode de consolidation des relations entre l’Autorité nationale palestinienne et la Welfare Association. Vu son importance, Yasser Arafat l’a inauguré, aux côtés des représentants du secrétaire général de la Ligue arabe, du ministre des Affaires étrangères égyptien et du Prince héritier de Jordanie.

36Une trentaine de participants ont afflué de tous les horizons : on a pu noter, du côté de l’Autorité nationale palestinienne, Ahmad Qureh, Nabil Shaath, Faysal al Husseini, Samir Hulailé (de Picdar) ; et du côté de la Welfare Association, des hommes d’affaires éminents : Abdel Majid Shouman, Monib Al Masri, Abdel Mohsen Qattan ; des économistes : Yousef Sayegh, Georges Abd ; un juriste : Anis Qassem... S’y trouvaient également des hommes d’affaires palestiniens d’Égypte : Yousef Al Shanti ; de l’intérieur : Ibrahim Abdel Hadi ; des

37politologues venant de centres de recherche basés dans les Territoires autonomes et occupés : Saïd Kan’an, Mahdi Abdel Hadi.

  • 15 Le Samed est l’organe économique de l’OLP.
  • 16 En tant que juriste, Qassem a focalisé sa communication sur les fondements non- démocratiques de c (...)

38Trois discours ont prévalu : celui de l’Autorité nationale palestinienne, qui oscillait entre l’apologétisme et l’optimisme d’Abu ‘Ala’ et le réalisme de Nabil Shaath. Pour le premier, le pouvoir économique de l’Autorité est largement capable de répondre aux besoins de reconstruction et de développement de la Palestine, puisqu’il ne part pas de rien et bénéficie de diverses expériences : celle des hommes d’affaires palestiniens de la diaspora, celle du Samed15, celle du département économique de l’OLP et enfin celle des comités spécialisés dans les Territoires palestiniens. Shaath a mieux compris les critiques relatives à la façon dont l’Autorité nationale palestinienne gère les affaires publiques. Le deuxième discours, celui des intellectuels, a joué la franchise : pour Yousef Sayegh, les obstacles de développement, au-delà d’Israël et des instances internationales, dépendent de l’inertie intérieure de l’ANP qui peut être résumée par deux mots : centralisme et autoritarisme. Le troisième discours était celui des hommes d’affaires. Il nous a semblé moins ouvert que le précédent, vraisemblablement dans un souci de réconciliation avec l’Autorité nationale palestinienne. De façon générale, le ton de la discussion, de part et d’autre, était au dialogue et à la compréhension malgré de courts moments de rupture, surtout à la suite de l’intervention d’Anis Qassem16.

39Enfin, il faut noter que le souci d’un regroupement pour mener une action collective de poids est partagé aussi bien par les hommes d’affaires de la diaspora que par ceux de l’intérieur. Force est de constater que ces derniers affirment de plus en plus leur volonté de constituer un pôle autonome vis-à-vis de l’OLP : le dernier acte est la constitution de l’Association des hommes d’affaires palestiniens, présidée par Ibrahim Abdel Hardi de Nablus. Si la plupart de ses membres résident dans les Territoires autonomes et occupés, l’idée de départ est de rassembler également ceux de la diaspora. L’association a donné le ton en refusant de participer à la conférence économique de Amman suite au blocus des Territoires autonomes et occupés instauré par Israël. Une position qui a gêné l’Autorité nationale palestinienne, mais également Israël. L’association a annulé une rencontre prévue avec Shahak, l’administrateur civil des zones occupées, malgré sa proposition de délivrer des laissez-passer exceptionnels pour que les hommes d’affaires puissent rentrer à Jérusalem, car cette mesure ne concerne pas tous les Palestiniens. Par ailleurs, l’association s’occupe des questions économiques : elle négocie actuellement avec l’Autorité nationale palestinienne la question de la représentativité des compagnies étrangères.

Une place prépondérante dans les sociétés hôtes

40Les hommes d’affaires palestiniens ont également tenté de renforcer leur place dans la société hôte. Nous pouvons distinguer à cet égard les Palestiniens diasporisés de ceux en transit.

  • 17 Entretien avec Mona Ghussein en mars 1996.

41En ce qui concerne les hommes d’affaires palestiniens dans le contexte occidental, nous constatons, outre une visée culturelle, une nette orientation politique. Cette participation à la vie publique est relativement récente. Dans un pays comme le Royaume-Uni, certains hommes d’affaires palestiniens ont tenté d’établir des relations avec le monde politique. C’est le cas de Palestine Aid Association, comprenant de nombreux hommes d’affaires, qui organise des conférences et des soirées dont les recettes financent des projets humanitaires dans les Territoires palestiniens. Elle a invité le 4 juin 1996 le ministre britannique des Affaires étrangères à soutenir la cause palestinienne. On relève également la Next Century Foundation, que Jaweed al-Gossein a créée à la fin des années quatre-vingt avec trois parlementaires (Claude Maurice, Sir Frank Roger et Sir Banny Heyhoe) pour être une tribune « de la pensée libre et du dialogue »17. Mais cette fondation a été victime du contexte entourant la conférence de Madrid, toutes les activités politiques arabes étant considérées automatiquement comme anti-israéliennes. Les relations d’amitié entre Jaweed al-Gossein et David Moller, ex-ministre des Affaires sociales, ont fait l’objet d’un scandale lorsque les journaux appartenant à Maxwell ont révélé que Moller avait passé ses vacances avec la famille al-Gossein à Marbilla en Espagne. Mahmoud Rabbani, lui, nous a fait part des difficultés qu’il avait rencontrées pouf débuter des activités politiques en Europe. Homme d’affaires palestinien très influent et même populaire aux Pays-Bas, il a créé Latifa Rabbani Foundation depuis 1979, une association qui favorise, entre autres, le dialogue entre l’Europe et le Proche-Orient. En tant que consul honoraire du Koweit, il a renoué des relations politiques avec plusieurs députés et ministres.

42Dans le contexte des États-Unis, le culturel est mobilisé, comme nous l’avons vu dans le chapitre I, par la sponsorisation ou la création d’associations nationales sportives, sociales et de santé. Malgré l’effectif relativement faible de la communauté palestinienne, des actions politiques ont été entreprises, mais à un niveau modeste. Les différents types d’action que nous avons pu identifier révèlent la dificulté d’élaborer une stratégie qui regroupe et organise ces actions. Ces dernières restent éparpillées et reflètent une réaction plutôt qu’une action. Il s’agit d’une tentative à allure défensive de constituer un lobby arabe ou islamique qui pourrait influencer la politique intérieure et étrangère de ce pays.

  • 18 Abdel Al Hamid Shouman Institute, l’histoire, les objectifs et les activités, Amman, 1987.

43Interdits d’entrée au sein des instances politiques et sociales (comme les syndicats), et conscients de leur statut d’étranger et du danger que représente une pratique politique dans un système autoritaire, les hommes d’affaires palestiniens dans les pays arabes se manifestent, de manière plus explicite mais systématiquement articulée au politique, dans les circuits de l’action culturelle. L’institut Abdel Al Hamid Shouman, basé à Amman, constitue le meilleur exemple des associations culturelles créées par les hommes d’affaires palestiniens. Nous allons examiner de plus près cette institution, qui porte le nom du fondateur de l’Arab Bank, étant donné son impact sur la société jordanienne. Les objectifs de cet institut - fondé en 1980 par décision de l’assemblée générale de l’Arab Bank- portent sur la participation directe et indirecte des recherches scientifiques arabes et sur la promotion d’une génération de scientifiques et de spécialistes arabes. L’institut est dotée d’une bibliothèque publique. Une conférence « grand public » fait office de tribune hebdomadaire. L’institut est financé principalement par l’Arab Bank (2 % de ses bénéfices) mais également par les dons de la famille Shouman. 2°095 millions $ ont ainsi été dépensés de 1980 à fin 198618.

44Le statut des hommes d’affaires palestino-jordaniens ressemble à celui de leurs collègues diasporisés dans les pays arabes, mais avec une particularité très importante qui justifie un traitement radicalement différent. Ils occupent des postes exécutifs et officiels en Jordanie : Abdel Majid Shouman, directeur de l’Arab Bank, considérée comme la colonne vertébrale de l’économie jordanienne, à la fois membre du CNP et du Sénat jordanien ; Kamal Nasser, président du syndicat des avocats et ex-ministre de la Justice ; Monib al Masri, ancien ministre jordanien 1968-1971 et ministre sans portefeuille au sein de l’Autorité nationale palestinienne.

45Nous avons ressenti au cours de notre enquête un embarras certain chez nos interlocuteurs de Jordanie, qui ont du mal à s’afficher publiquement ou à mettre leur nom dans un Who’s Who palestinien parce qu’ils sont les principaux représentants de la communauté d’affaires de ce pays. On peut parler ici de la double allégeance entre la société d’origine et la société d’accueil. Nous avons été frappés par la façon dont Abdel Majid Shouman se considère : « Je porte la nationalité jordanienne mais je suis palestinien. » Il évoque froidement « M. Yasser Arafat et ses compagnons », de même qu’il parle de « gouvernement jordanien » sans jamais dire « nous ».

46Prenons un autre exemple, celui de l’ingénieur Ibrahim ‘Ayach, ex-président du syndicat des ingénieurs de 1976 à 1980 et de 1984 à 1988, puis membre du CNP et du Conseil central de l’OLP depuis 1969. Il se trouve maintenant à la tête d’un bureau d’études très réputé. Il nous raconte : « Je me considère comme citoyen et syndicaliste jordanien à part entière. Toutes les organisations politiques palestiniennes ont non seulement un programme politique concernant la question palestinienne, mais aussi un programme concernant la société jordanienne. Cependant, depuis que la Jordanie a rompu les liens avec la Cisjordanie, les choses ont changé : les autorités jordaniennes ont entrepris de distinguer Jordaniens de souche et Jordaniens originaires de Palestine. Des propos clairement anti-palestiniens sont apparus dans certains journaux. »

47Depuis le début du processus de paix, un malaise traverse les membres des syndicats professionnels du fait qu’ils regroupent à la fois les membres résidant en Jordanie et ceux résidant en Cisjordanie. Du côté jordanien, il y a ceux qui appellent à l’autonomie des branches existant en Cisjordanie, puisqu’une solution politique est prévue, instaurant l’Etat palestinien. Il s’agit d’un prétexte. En réalité, ils ne veulent pas que les candidats palestiniens bénéficient d’un vote palestinien dans les Territoires occupés. Ibrahim ‘Ayach précise que ce facteur joue très peu et donne l’exemple de la candidature de Kamal Nasser, originaire de Cisjordanie, à la présidence du syndicat des avocats. Les avocats palestiniens de Cisjordanie, majoritairement baathistes et de gauche, n’ont pas voté pour lui mais pour son adversaire Hussein Majali, ce qui montre qu’il n’y a pas de vote clanique palestinien unifié. Quant aux Palestiniens, ils ne veulent ni se séparer des centrales syndica les basées à Amman, ni être de simples branches qui reçoivent les ordres de la capitale. Ils veulent établir une unité entre deux parties égales.

48En somme, la population jordanienne d’origine palestinienne n’a jamais été aussi bien intégrée qu’aujourd’hui, mais paradoxalement, depuis le début du processus de paix, beaucoup de rumeurs et de stéréotypes circulent. En effet, cette intégration fait peur à certains groupes qui voient dans la présence palestinienne une menace pour leurs intérêts économiques et politiques.

Notes

1 Les trois associations sont présidées par l’homme d’affaires palestinien Talat Othman.

2 Le conseil d’administration de cette association rassemble des personnalités venant des quatre coins du monde. Du côté des hommes d’affaires, nous trouvons : Abdel- Majid Shouman (président), Hassib Sabbagh (vice-président chargé des relations internationales), Abdel-Mohsen Al-Qatan (vice-président chargé des relations avec les organisations arabes, les investissements et la planification), Nonib Al-Masri (vice-président chargé du développement des ressources et des relations avec les institutions financières palestiniennes), Abdel Aziz al-Shakhshir, trésorier, Saïd Khouri, Sobeh Al-Masri, Jamil Al-Budiri, Jawdat Al Shawa, Khaldoun Abu-Hassan, Ramzi Daloul, Riyad Shahin, Samer Khouri, Isam Abu-Issa, Nabil Al Shawa, Nabil Sarraf, Nabil Qadomi, Nazek al-Hariri, Nizar Jardani, Hisham Qadomi, Wa’l Kanaan, Mohammed Al ‘Ilwi, Samir ‘Owida, Nour Al Din Sohaiwel. Du côté des intellectuels, nous trouvons : Ibrahim Abu-Loghod, Edward Saïd, Antoine Zahlan, Anis Fozi Qassem, Bassel ‘Aqel, Youssef Sayegh. Enfin, pour donner à l’association une portée arabe : Sou’ad al-Sabah, al-Akhdar al-Ibrahimi. Le conseil comporte des personnalités dont nous ne connaissons pas la position : Bishr Jardani, Hazem Milhim, Khaled Al Safri, Issam Al Azmeh, Faroq Kharouf, Mazen Darwaza, Mohammed Nijm, Yousef As’ad, Monir Al Kaloti. L’association est gérée par le secrétaire général, Victor Qashqush.

3 Cf. le bilan d’activités de 1983 à 1994 (édité en arabe avec un résumé en anglais), Genève, 1994.

4 AL-TA’AWON, Quarterly Newsletter published by the Welfare Association, octobre1995, n° 5.

5 Entretien en novembre 1995.

6 Entretien avec Jaweed Al Gosein en novembre 1995.

7 Cette position d’interface n’a pourtant pas empêché A. M. Qattan de critiquer de façon véhémente la position prise par l’OLP à propos de l’invasion irakienne.

8 Sommet économique de Casablanca, 1994.

9 «°C’est pire lorsqu’ils se heurtent à la bureaucratie corrompue de l’autorité militaire israélienne qui agit jusqu’à présent comme une puissance arbitraire. Il me faut verser un pot-de-vin pour chaque autorisation de me rendre à Jérusalem ou en Israël, et pour chaque licence de commerce. Je paie très cher des agents israéliens du port chaque fois que j’y ai des marchandises à recevoir. J’ai pris un avocat israéliens des plus renommés pour qu’il puisse me défendre devant l’autorité militaire israélienne. Il y a une exploitation de la situation d’occupation des Territoires par le système tertiaire israélien. » Ces propos d’un homme d’affaires palestinien des Territoires occupés ne sont qu’un exemple parmi d’autres de la corruption des fonctionnaires israéliens et surtout de ceux qui administrent les Territoires occupés

10 Les ONG palestiniennes ont secouru une population sous occupation avec une efficacité remarquable, selon les observateurs occidentaux. Des secteurs économiques ont été gérés par des coopératives ou des associations pour fournir un emploi aux jeunes palestiniens.

11 Il en va de même pour le secteur de la santé : lors de l’assemblée générale de l’United Holy Land Fund en septembre 1994, le vice-ministre palestinien de la Santé a exhorté la diaspora palestinienne en Amérique à ne pas envoyer de médicaments ni d’aide financière aux ONG, mais au ministère de la Santé exclusivement.

12 Respectant la volonté des auteurs, nous ne dévoilerons pas leurs noms.

13 Shouman fait allusion à la cohabitation paisible entre ce que le prophète Mohammed a appelé les habitants de Yathreb (al-Madina al-Monawwara), al-Ansar, qui avaient accueilli les musulmans fuyant la Mecque (appelés al-Mohajirin).

14 Ce comité a également constitué l’Institut du développement culturel, dont le président est Sabih al-Masri et le secrétaire général le poète Mahmoud Darwish.

15 Le Samed est l’organe économique de l’OLP.

16 En tant que juriste, Qassem a focalisé sa communication sur les fondements non- démocratiques de certaines lois et mesures prises par l’Autorité nationale palestinienne. Lors de la discussion, Nabil Shaath a violemment réagi.

17 Entretien avec Mona Ghussein en mars 1996.

18 Abdel Al Hamid Shouman Institute, l’histoire, les objectifs et les activités, Amman, 1987.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable