Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre deux mondes : les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestinienne

 | 
Sari Hanafi

Chapitre IV. L’économie palestinienne dispersée

Internationalisation et recentrage

Entrées d'index

Mots clés :

économie, Palestine

Texte intégral

1Le choix d’une activité économique particulière et le produit de celle-ci - taille, croissance, performance - par les ressortissants d’une minorité ethnique sont volontiers présentés comme le résultat d’un jeu entre des ressources ethniques et un milieu donné, favorable ou non. On entend par « ressources ethniques » la main-d’œuvre, les capitaux, les relations, les compétences et la clientèle du groupe ethnique auxquels les hommes d’affaires de la même communauté ont un accès privilégié et préférentiel (Jones & McEvoy, 1992, p. 107). Or, il est très difficile de parler d’un seul type d’orientation économique en ce qui concerne les Palestiniens de la diaspora.

  • 1 Nous avons dégagé ces pourcentages à partir du discours de nos interlocuteurs. La représentativité (...)
  • 2 Ethnie business est un concept qui est apparu dans la littérature américaine et qui désigne le for (...)

2Même si l’économie palestinienne est morcelée, un type d’activité reste très répandu : les entreprises commerciales, qui concernent environ 50 % des hommes d’affaires interrogés (52 % en Amérique du Nord, 48 % aux Émirats arabes unis et 41 % en Égypte)1. La prédominance du commerce provient du fait qu’il nécessite peu de capital de départ et n’implique pas la même stabilité que l’investissement industriel, caractérisé par le long terme (Louis Blin, 1994, p. 293). Elle s’explique également par une expansion possible des marchés qui s’appuierait sur les réseaux palestiniens créés lors des exodes successifs. Quant aux activités industrielles, elles restent très marginales en Amérique du Nord, où l’immigration a abouti à une rupture totale avec le capital et le savoir-faire familiaux, alors qu’elles concernent 28 % des hommes d’affaires interrogés en Égypte et 14 % dans les Émirats arabes unis (EAU). Dans ces deux pays, nos interlocuteurs nous ont expliqué comment, du fait de la proximité de la Palestine et des relations d’affaires déjà établies entre elle et leur lieu d’exil, ils ont pu se lancer dans des activités de type industriel. En revanche, la structuration par communauté aux États-Unis et au Canada a favorisé les activités de services de type ethnie business2 (26 % et 21 %), tandis qu’elles ne constituent qu’une faible part en Égypte (12 %), plus réduite encore aux EAU (2 %). Les activités agricoles n’interviennent pas, puisque les émigrants résident principalement dans les capitales et les grandes villes. Le cas des EAU constitue une exception, puisque le secteur du bâtiment et des travaux publics y concentre 36 % de l’ensemble des activités économiques, contre 5 % et 7 % aux États-Unis et en Égypte. C’est en effet le boom de la construction dans les pétro-monarchies du Golfe qui a provoqué une concentration d’ingénieurs-entrepreneurs palestiniens (28 % de notre échantillon, dont plus des deux tiers sont des ingénieurs civils).

3Il s’est agi jusqu’à présent de décrire la répartition sectorielle des activités principales des hommes d’affaires, mais dans un pays comme les EAU, on assiste à une forte diversification de leurs types d’activité. En marge de l’activité principale, les gains sont utilisés dans des domaines qui nécessitent peu d’expérience, comme l’immobilier. Le mot d’ordre est de ne pas mettre « tous ses œufs dans le même panier », c’est-à-dire de ne pas risquer tous les capitaux dans une seule activité. La diversification est également spatiale, l’investissement se faisant dans différents pays et surtout en direction de l’Amérique. En effet, la guerre du Golfe a largement fragilisé la position des Palestiniens, beaucoup plus que celle de leurs homologues originaires d’autres pays arabes, puisqu’ils ne savent souvent pas où se rendre en cas d’expulsion.

4Ainsi, nous pouvons parler d’un phénomène d’« entreprenariat » palestinien dont l’importance varie selon le pays. Les lignes de force de l’ascension sociale résident dans la mobilisation d’un capital technique et scientifique et d’une expérience acquise souvent dans le secteur privé. On passe progressivement de simple employé dans une entreprise à gérant de ses propres affaires. L’intégration est réussie avec, en plus, les motivations que procurent l’inquiétude et le besoin de s’auto-affirmer, d’exister. Dans le cas des monarchies du Golfe, le système de contrat annuel renouvelable incite les Palestiniens à créer leur propre entreprise. Il nous semble que nos interlocuteurs ont été « contraints » de travailler à leur compte, et ceci moins par appât du gain qu’après avoir été découragés par des mesures juridiques discriminatoires, peu favorables au statut de salarié, ou un marché de l’emploi peu accueillant.

  • 3 Il est vrai que le secteur public est marginal aux États-Unis, mais néanmoins la participation pal (...)

5La présence palestinienne dans des postes importants au sein du secteur public est marginale aux États-Unis (4 % des hommes d’affaires palestiniens-américains interrogés)3. Ayob Talhami, ingénieur de formation et chef de service à la mairie de Chicago, confirme ce difficile accès au secteur public. Il l’explique par l’impact du système de lobbies dont les Arabes-Américains ne bénéficient pas. Dans les pays du Golfe, la proportion est moindre, surtout après la politique de représailles menée contre les employés titulaires d’une des cinq nationalités jugées en faveur de l’Irak lors de la deuxième guerre du Golfe. Cette politique a presque évincé les Palestiniens des postes à responsabilité au sein des ministères et des entreprises publiques.

  • 4 Il s’agit de l’administration égyptienne des réfugiés palestiniens, ancien gouvernorat militaire d (...)
  • 5 Les Palestiniens n’ont pas le droit de travailler dans le secteur public depuis la promulgation de (...)

6En Égypte, notre enquête a révélé l’absence totale d’hommes d’affaires occupant des postes de direction dans le secteur public. Ce constat traduit un désengagement des Palestiniens par rapport au secteur public égyptien, et ceci toutes catégories confondues. Selon les statistiques de l’Administration générale du secteur de Gaza4, en 1986, 5 150 fonctionnaires palestiniens, dont 950 anciennement employés dans l’administration de Gaza, ont gagné Le Caire après la guerre de 1967. D’après la CAPMAS (octobre 1993), ce chiffre serait tombé à 261 à la fin de 1992. Ils se répartiraient de la façon suivante : 8 dans les ministères, 128 dans les administrations de province, 48 dans les institutions publiques et enfin 77 dans les sociétés du secteur public. Nous livrons ces chiffres tels quels, sans éléments d’explication, car les départs à la retraite et la fin de l’embauche à partir de 1978 ne suffisent pas à expliquer une diminution aussi brutale5.

  • 6 Ils se souviennent des difficultés auxquelles ils se sont heurtés initialement en Amérique du Nord (...)
  • 7 Un seul de nos interlocuteurs, Robin Zahran, Palestinien-Américain, actuaire de profession, a expr (...)

7Notre enquête a largement confirmé l’image de self-made-men des hommes d’affaires palestiniens. En Amérique du Nord, ils sont partis de rien, sans appui familial6, pour ensuite progresser à petits pas. Les capitaux ont seulement été apportés par la vague migratoire provoquée par la deuxième guerre du Golfe (cela concerne 16 % de l’ensemble de notre échantillon d’hommes d’affaires au Canada), et sont uniquement le fruit de l’épargne réalisée dans les pétro-monarchies du Golfe. Outre le capital, la plupart n’ont pas hérité d’un savoir-faire familial, le contexte économique étant tout à fait différent de celui du Proche-Orient. Comme les diasporas juives ou arméniennes, les émigrants palestiniens s’orientent vers les milieux urbains, alors que la plupart d’entre eux sont d’origne rurale et que leurs parents travaillent le plus souvent dans le domaine agricole (métayers ou propriétaires)7.

  • 8 Sur la bourgeoisie égyptienne, voir Malak ZAALOUK (1989), et à propos des entrepreneurs marocains, (...)

8Dans le cas des pays arabes, la proximité a joué un rôle favorable à la transmission du capital (14 % pour l’Egypte). Paradoxalement, dans le Golfe, pourtant plus éloigné que l’Égypte, le taux atteint 18 %. Ce taux relativement élevé peut s’expliquer du fait que la communauté d’affaires est plus jeune et, ce faisant, moins affectée par l’exode, et qu’elle a pu bénéficier du soutien de la diaspora déjà établie. Néanmoins, on peut relever ici la spécificité des hommes d’affaires palestiniens par rapport à leur collègues locaux, dont le capital est en majeure partie transmis8.

  • 9 Voir, à propos des entrepreneurs syriens, J. BAHOUT (1994).

9La question est donc de savoir jusqu’à quel point la "diasporisation" a affecté la reproduction sociale et empêché la perpétuation des notabilités traditionnelles. Notre enquête ne nous permet pas de répondre précisément à cette question, mais il nous semble d’emblée que, contrairement au cas des entrepreneurs locaux au Proche-Orient9, les positions traditionnelles de notoriété dans le domaine de l’économie ont été énormément affectées par la diasporisation, et que la société palestinienne n’a pas pu reproduire sa structure économique : l’élite de l’extérieur est davantage attirée par des carrières ouvertes, propres au monde moderne, et s’intègre aux nouvelles formes de méritocratie.

10Certes, nous pouvons trouver en Jordanie des hommes d’affaires issus de grandes familles palestiniennes d’avant 1948 comme Al Masri, Nashashibi, Al Dajani, Shouman, ou en Egypte, Al Shanti, Asfour, Al Helo, Moshtaha, Al Shawa, ce qui n’est pas le cas des autres pays. Louis Blin a constaté, lors de son étude portant sur les entrepreneurs de Palestine et de Jordanie, qu’ils ont résisté au séisme économique engendré par l’occupation israélienne et qu’un capitalisme familial s’y perpétue. En revanche, le cas de leurs collègues de l’extérieur paraît très différent ; nous avons été frappés de constater que l’origine sociale des hommes d’affaires, surtout aux Etats-Unis, est très modeste : ils sont le plus souvent issus de familles paysannes de Bitin, Beit Jala, Beit Sahour, et plus rarement originaires de grandes villes comme Jérusalem, Nablus et Hébron.

11La question de la distance géographique séparant le pays hôte de la Palestine semble donc jouer un rôle important dans la reproduction sociale, c’est-à-dire que le poids de l’héritage serait fonction de la proximité géographique. A cet égard, nous devons ajouter un autre paramètre : les difficultés qu’ont les Palestiniens à se déplacer dans le Monde arabe les ont privés des avantages que leur conféraient leurs réseaux de parenté. Les entreprises palestiniennes demeurent en général au niveau local. Celles qui ont une portée régionale, arabe ou internationale font exception, mais elles constituent des cas de figure trop importants pour ne pas les retenir. Nous citerons Talal Abu-Ghazaleh International (TAGI), Arab Insurance Co., Agricultural material Co., Arab Bank, Consolidated Contractors Co. (CCC). Nous allons examiner plus particulièrement les deux derniers cas.

Arab Bank

12L’Arab Bank, grande banque privée du Monde arabe, est connue pour avoir donné leur première chance aux hommes d’affaires palestiniens, notamment à ceux qui ont pris en charge les grands projets de construction des pays du Golfe, ainsi qu’à ceux qui constituent l’épine dorsale de l’économie jordanienne.

13L’Arab Bank a un capital de 1°200 millions $ (1994). Elle est aux mains d’environ 3°300 actionnaires arabes, dont Abdel Majid Shouman, président du conseil d’administration. Elle a été fondée par son père Abdel Hamid en 1930 à Jérusalem, avec un capital de 15°000 livres égyptiennes (75°000 $ de l’époque). Selon le rapport financier soumis le 30 juin 1995 à l’Assemblée générale, les bénéfices nets de la banque s’étaient élevés à 130 millions $, tandis que ses avoirs atteignaient les 20 milliards $. Avec plus de 300 branches dispersées dans les principales villes arabes et les capitales occidentales, elle constitue le premier réseau banquier arabe (voir le tableau suivant).

Distribution géographique de l’Arab Bank Group pour l’année 1994 ( %)

Distribution géographique de l’Arab Bank Group pour l’année 1994 ( %)

Consolidated Contractors Co.

14Consolidated Contractors Co. (CCC) est une entreprise géante, à l’avant-garde de l’industrie de construction internationale. Le groupe emploie environ 25°000 personnes et a réalisé en 1994 un chiffre d’affaires de 1 525 millions $. Même pendant la période de récession qu’a subie le marché moyen-oriental, CCC a conservé et développé des aptitudes professionnelles de gestion et de technologie qui sont à l’origine de son succès. Tous les efforts ont été déployés pour rester en tête, soit par le développement interne soit par l’acquisition. Le siège social est basé à Athènes, près des capitales européennes, entre l’Asie et les pays occidentaux industrialisés. L’organisation du groupe propose ses services en matières d’expertise, d’ingénierie, d’estimation, d’études de faisabilité, d’informatisation, de financement de projets ainsi que dans les domaines juridique et administratif pour des projets situés dans divers pays. La base des opérations de CCC au Proche-Orient a été récemment étendue à l’Afrique du Nord et de l’Ouest ainsi qu’aux États-Unis. La libéralisation politique et économique des pays de l’Europe de l’Est, ainsi que l’amélioration des relations entre les grandes puissances, a permis à CCC d’envisager avec optimisme son expansion géographique et son développement technique hors de ses frontières actuelles.

15Les origines de CCC remontent à 1952 lorsque trois jeunes entrepreneurs talentueux, Kamal Abdel Rahman, Hassib Sabbagh et Said Khoury, regroupent leurs forces dans le but de créer l’une des premières sociétés arabes de construction. Deux de ces fondateurs dirigent actuellement le groupe, Sabbagh est directeur du conseil d’administration et Khoury président. C’est à Aden, en ex-Yémen socialiste, que CCC a exécuté son premier projet. Les années soixante-dix marquent la plus grande période de croissance interne, économique et industrielle dans l’histoire du Proche-Orient. À cette époque, CCC a déjà une réputation enviable et est invité à participer à la création de nombreux projets d’infrastructures primordiaux qui vont transformer la région.

Les positions des hommes d’affaires à l’égard des accords d’Oslo

16La position des hommes d’affaires palestiniens de l’extérieur à l’égard des accords de paix israélo-palestiniens varient en fonction des trajectoires historiques, des positions socio-économiques et de la taille relative des communautés émigrées. Elles sont également fonction des liens conservés avec ceux de Palestine ou du Proche-Orient, de la position politique officielle du pays d’accueil et de ses rapports avec l’OLP.

17En Syrie, la plupart des Palestiniens sont issus de l’exode de 1948 et, par conséquent, n’ont pas droit au retour, du moins immédiatement, puisque leur sort sera négocié lors de la troisième et dernière étape des accords d’Oslo. Ils jouissent des mêmes droits et devoirs que les citoyens syriens, ce qui leur a permis de bien s’intégrer dans la société hôte. Ces deux facteurs expliquent pourquoi ils sont généralement hostiles aux accords d’Oslo.

18Au contraire, en Égypte, considérés comme des étrangers, la plupart des hommes d’affaires palestiniens interrogés sont plutôt, voire nettement, favorables aux accords d’Oslo. En effet, la plupart (les Gazaouites surtout) en bénéficient directement puisqu’ils pourront rentrer chez eux.

19Dans le contexte américain, les réseaux économiques et sociaux qui lient les membres de la bourgeoisie palestinienne et leurs familles restées au Proche-Orient sont extrêmement denses, surtout avec les Territoires occupés. Ils sont le fruit de l’attachement de ces émigrants à leur pays en difficulté, mais aussi des efforts déployés par l’OLP et les autres factions politiques pour créer des allégeances et des circuits afin de bénéficier des fonds des émigrés. Les hommes d’affaires palestiniens interrogés sont plutôt (ou nettement) en faveur des accords de paix israélo-palestiniens : 60 % au Canada et 77 % aux États-Unis (contre 30 % et 15 % hostiles). La différence entre les deux groupes peut s’expliquer par la différence des origines : aux États-Unis, la plupart des hommes d’affaires sont issus de Cisjordanie et de Gaza, alors qu’au Canada, ceux originaires des territoires de 1948 peuvent avoir émigré d’Israël et par conséquent, avoir une attitude beaucoup plus favorable au processus que leurs compatriotes réfugiés. C’est pourquoi la proportion des migrants originaires des territoires de 1948 étant favorables au processus de paix est égale à celle des migrants originaires de Cisjordanie.

20Que les hommes d’affaires palestiniens soient ou non favorables aux accords d’Oslo, leurs positions s’appuient davantage sur des arguments de type économique que sur des arguments de type idéologique. On est loin des discours périphériques revanchards, gauchistes ou islamistes que certains Palestiniens, de courants intérieurs et extérieurs à l’OLP, ont l’habitude d’employer.

Investir individuellement en Palestine : une attitude « attentiste »

21Depuis la mise en application de l’accord de paix israélo-palestiniens, la plupart des hommes d’affaires palestiniens résidant en Amérique du Nord et possédant la nationalité américaine ou canadienne ont déjà entrepris une visite en Palestine, que ce soit pour raisons d’affaires, familiales ou par simple nostalgie, alors que nombre de leurs collègues résidant en Égypte et aux EAU (respectivement 50 % et 45 % des hommes d’affaires interrogés) n’ont pas la même possibilité du fait de leur statut de réfugiés. Ces visiteurs ont soigneusement étudié l’ampleur du marché, les aspects juridiques et la nature de la main-d’œuvre palestinienne. Certains d’entre eux ont laissé quelqu’un sur place pour suivre leurs affaires et explorer les éventuelles opportunités (terrains stratégiques à vendre, nouvelles lois, etc.).

  • 10 Le volume annuel des fonds envoyés par les Palestiniens de l’extérieur à leur famille dans les Ter (...)

22Au-delà d’innombrables versements qui constituent le ballon d’oxygène permettant à ceux de l’intérieur de subsister10, on trouve de grands projets d’investissement. Jamil Harrara, directeur général de l’Office de l’investissement palestinien, m’a déclaré en janvier 1996 que 221 projets, lancés par des hommes d’affaires palestiniens de l’intérieur ou de l’extérieur ont été signés par l’Autorité nationale palestinienne et sont en cours de réalisation ; 85 d’entre eux ont reçu l’aval des autorités israéliennes pendant l’occupation.

23Quelle que soit l’attitude à l’égard des accords d’Oslo, la position prise et l’action menée sont avant tout pragmatiques. Autrement dit, cette prise de position n’influence guère la décision d’investir dans l’entité palestinienne, et les raisons d’agir sont fondamentalement différentes. De fait, ceux qui expriment leur refus face à cet accord considèrent leurs investissements soit comme une démarche purement économique (et alors une étude de marché s’effectue pour déterminer le secteur le plus rentable), soit comme une démarche purement humanitaire, dans le sens où les emplois créés dans les Territoires palestiniens aident les Palestiniens à résister et à survivre : « Même si l’OLP récupère notre enthousiasme à participer à la construction des Territoires palestiniens, déclare un homme d’affaires, je veux y investir pour que les gens ne meurent pas de faim. C’est la moindre des choses que l’on puisse faire, nous, les nantis de l’extérieur. » Par contre, ceux qui sont en faveur de l’accord tiennent un raisonnement politique ou politico-économique. Ils sont conscients de la portée des enjeux économiques pour donner un élan au processus de paix : « L’économie est le seul remède contre la violence. (...) L’implantation dans les conditions actuelles est beaucoup plus risquée dans les Territoires palestiniens que dans n’importe quel pays arabe, mais il faut parfois se sacrifier. Cela dit, je ne risque qu’une partie de mon argent dans cette région. Je dois garder une base économique solide ici. » (un homme d’affaires au Canada)

  • 11 Rencontre avec Jamil Harara, directeur de cet office, en janvier 1996.

24Quels sont les projets d’investissement individuels ? À partir des déclarations des hommes d’affaires palestiniens et de certaines vérifications effectuées à l’aide de la direction générale de l’Office de l’investissement à Gaza11 d’une revue économique spécialisée (MEED) ainsi que de nos observations en Territoires palestiniens, nous pouvons établir les constats suivants :

  1. La tendance générale ne favorise pas les investissements individuels : il n’y a pratiquement pas de projets engagés dans notre échantillon d’hommes d’affaires au Canada, et 3 aux États-Unis. Cependant, au fur à mesure que l’on se rapproche des Territoires palestiniens, les hommes d’affaires investissent davantage. Sur 55 hommes d’affaires interrogés résidant en Égypte, 8 ont 19 projets en cours de réalisation dans les Territoires palestiniens. Ils trouvent des intérêts à investir ou au moins à commercialiser leurs produits à Gaza, ville qu’ils connaissent bien, dans laquelle ils ont souvent des parents, ce qui a également incité les patrons des entreprises à y ouvrir des branches. On peut considérer ce mouvement comme prometteur d’un véritable développement des relations d’affaires importantes entre l’Égypte et Gaza. Parmi les hommes d’affaires des EAU, pays plus éloigné des Territoires palestiniens que l’Égypte mais plus proche que l’Amérique, les investissements sont moins fréquents, ce qui confirme l’incidence du facteur géographique (7 projets menés par 6 personnes sur 57 interrogées). Néanmoins, la proximité géographique ne se comprend pas uniquement en termes de frontières communes mais aussi en termes d’interaction et d’échanges humains. C’est la raison pour laquelle la situation de la Syrie, proche des Territoires palestiniens, mais dont l’étanchéité est très grande, freine l’investissement dans les Territoires autonomes : nous avons constaté que les hommes d’affaires interrogés, évoquant divers arguments politiques et économiques, sont rarement enthousiastes à l’idée d’y investir une partie de leurs capitaux.
  2. Tous les domaines d’activités se trouvent représentés dans les entreprises implantées dans les Territoires palestiniens : industrie (mobilier, chaussures, literie, presses pour huile d’olive), commerce, construction (mixar béton, logements), finance (centre d’affaires, banque), services et tourisme (hôtellerie). Les projets à l’étude sont également très variés. Mais, si investissement il y a, peu de projets sont réellement « productifs ». Bien qu’ils concernent pour beaucoup le domaine du logement12, on ne peut en conclure pour autant que les hommes d’affaires recherchent forcément une rentabilité à court terme. Il demeure que les conditions pour entreprendre d’autres types d’activités, industrielles par exemple, restent extrêmement complexes et aléatoires dans les Territoires palestiniens. Jusqu’à présent, l’attribution de licences pour les projets économiques est soumise d’abord aux autorités israéliennes. Avant d’être fondée sur des critères économiques, la décision relève avant tout de facteurs politiques, tributaires des relations conjoncturelles entre Israël et l’OLP. En ce qui concerne le commerce, selon les réglementations imposées par Israël aux Territoires palestiniens, le produit à importer ne doit pas avoir son équivalent israélien, même si ce dernier est très cher. De plus, le produit doit être soumis au Centre israélien des mesures et de la standardisation (CMS), une administration extrêmement discriminatoire selon de nombreux témoignages : un grossiste palestinien en Égypte a voulu exporter des semences de molokhiyyé dans les Territoires palestiniens. Il a envoyé un échantillon au CMS, mais ce dernier a refusé les semences proposées sous prétexte qu’elles n’étaient pas conformes à la norme. Il a été contraint de passer par un agent israélien d’importation, et le centre a accepté les semences refusées auparavant. Lorsqu’il s’agit de projets industriels, les conditions sont encore plus contraignantes ; à titre d’exemple, si une usine risque d’être grande consommatrice d’eau, le projet est refusé d’emblée. Au-delà de la question administrative, nos interlocuteurs se sont plaints du manque d’infrastructures nécessaires à l’établissement de projets de type industriel (réseau routier, énergie, eau...). Tous les arguments mis en avant n’ont pas pour fonction de donner raison aux hommes d’affaires qui n’investiraient pas dans le domaine industriel, mais seulement d’empêcher une analyse hâtive ou un jugement de valeur sur le « manque de patriotisme » des acteurs économiques palestiniens dans la diaspora.
  3. Ceux qui ont refusé catégoriquement d’investir dans l’entité palestinienne sont très peu nombreux en Amérique du Nord (10 % de notre échantillon). Il faut encore y ajouter les 10 % qui, au Canada, déclarent ne pas avoir de capital disponible. En revanche, le taux atteint 24 % et 19 % pour ceux résidant aux EAU et en Égypte, notamment parmi les Palestiniens réfugiés de 1948 et qui n’ont pas le droit de visiter les Territoires palestiniens. Ce qui explique le refus total de nos interlocuteurs en Syrie, puisque la communauté palestinienne est issue de l’exode de 1948.
  4. Nombre de nos interlocuteurs n’ont pas encore commandé d’études de faisabilité car ils attendent que les points litigieux des accords de paix soient réglés. Si cette attitude reste marginale aux États-Unis (9 %), elle est importante au Canada (35 %). Les explications que l’on peut avancer concernant ce décalage sont liées à la nature de l’intégration des Palestiniens au Canada, mais aussi à l’origine géographique des hommes d’affaires. Au Canada, 68 % de notre échantillon sont d’anciens réfugiés dans les pays arabes (contre 20 % aux États-Unis, où la majorité est arrivée directement). Ils ont quitté la Palestine dans leur enfance et n’ont guère entretenu de relations familiales ou économiques avec les Territoires palestiniens. Leur connaissance du terrain est souvent très limitée et, de plus, l’accès à ces territoires ne leur est pas facile. Néanmoins, cela ne les empêche pas d’étudier ou d’entreprendre des affaires dans des pays où ils ont longtemps vécu avant leur émigration en Amérique du Nord, tels le Liban ou la Jordanie. Quant à ceux qui résident aux EAU et en Égypte, ils ont, dans un quart des cas, une attitude attentiste. En fait, la mise sur pied de certains projets fait preuve d’une lenteur certainement due à des raisons objectives liées à la fragilité du processus de paix, à l’occupation israélienne et à l’Autorité nationale palestinienne, mais aussi à l’hésitation des hommes d’affaires.
  5. L’ampleur de la fortune des hommes d’affaires ne semble pas influencer la décision d’investir. Nous avons été frappés de constater, dans une réunion d’inauguration de la Palestinian Islamic Bank à Abu Dhabi, que les participants à sa fondation sont plutôt de hauts fonctionnaires en fin de carrière ayant constitué un petit capital, que des hommes d’affaires.
  6. Nous avons discerné lors de nos enquêtes dans ces quatre pays, à l’exception de la Syrie, deux types d’hommes d’affaires : ceux qui ont des projets d’investissement à l’étude dans les Territoires palestiniens, et ceux qui y ont déjà entrepris des affaires. Aux Etats-Unis, le premier groupe représente 64 % du total et le deuxième 20 %, alors qu’au Canada le premier représente 35 % et le deuxième 0 %. En effet, si la majorité des Palestiniens-Canadiens (68 %) sont issus des pays arabes où ils avaient trouvé refuge après 1948, 67 % des Palestiniens-Américains sont originaires des Territoires palestiniens et surtout de Ramallah et de ses environs. Dans le dernier cas, les liens familiaux jouent un rôle prépondérant et favorisent les investissements dans l’entité palestinienne. En Egypte et aux EAU, le taux de ceux qui sont en train d’exécuter leur(s) projet(s) atteint à peu près 30 %, contre respectivement 23 % et 19 % seulement, pour ceux qui en sont encore à l’étude de faisabilité.
  7. Nous avons constaté le caractère éphémère des investissements déclarés par les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora. De nombreux projets sont annoncés dans la presse comme étant en cours de réalisation, mais après vérification, il s’avère qu’ils sont seulement à l’étude dans l’attente, pour certains, de nouvelles conditions politiques ou économiques. Prenons, à titre d’exemple, un ensemble de projets annoncés par une association à grand renfort de publicité. À l’initiative de Mel Levine et James Zogby - le premier est un ex-sénateur américain et l’autre le directeur de l’Arab Institute of Washington -, Builders for Peace a été créé à la suite de la signature des accords entre l’OLP et Israël en septembre 1993. C’est une association non gouvernementale qui a pour objectif de favoriser les investissements dans les Territoires palestiniens. Le conseil d’administration est composé de 26 hommes d’affaires, pour la moitié Palestiniens et pour l’autre Juifs-Américains. Un an après sa fondation, neuf importants projets ont été déclarés comme étant « en cours » par des hommes d’affaires palestiniens-américains ou américains. Les investissements devaient approcher le milliard $ au cours des cinq années suivantes13. Tous ces projets devaient bénéficier de crédits et de garanties de l’OPIC14 (Overseas Private Investment Corporation). Deux ans après la fondation de Builders for Peace, l’on constate que tous les projets annoncés par cette association n’ont pas été exécutés15. Mahmoud El Farra, un homme d’affaires palestinien qui a co-fondé cette association, critique cette attitude : « J’ai finalement compris que l’on a voulu obtenir de ce groupe un acte de propagande pour favoriser la normalisation économique entre Palestiniens et Juifs, en déclarant publiquement qu’une coopération était tout à fait possible. Les neuf projets annoncés par Al Gore lors de la création de ce groupe sont bloqués par l’OPIC. [...] Il ne faut pas oublier que cet organisme a une politique anti-arabe. Durant les vingt dernières années, l’OPIC, qui garantit chaque année 5 milliards $ à l’échelle mondiale, ne l’a fait qu’une fois pour les pays arabes et seulement à hauteur de 10 millions $, versés à deux sociétés américaines16. »
  8. Si le discours porte souvent sur l’importance des capitaux, certains hommes d’affaires palestiniens se considèrent avant tout comme des cerveaux qui ont acquis un savoir-faire technologique et une aptitude à la gestion moderne de l’entreprise et même de la société : Robin Zahran insiste sur la nécessité que l’Autorité palestinienne constitue des commissions composées d’experts palestiniens, sélectionnés pour leur compétence acquise dans les pays développés. Selon lui, on devrait interdire aux membres de ces commissions le droit d’investir leurs propres capitaux pour éviter une confusion entre intérêts publics et intérêts privés. Il a même demandé le découplage entre la propriété des capitaux et leur gestion, selon la doctrine de Veblen17.

25Enfin, force est de constater qu’il existe très peu de cas d’hommes d’affaires palestiniens ayant concentré tous leurs efforts dans une même direction, celle de la construction de l’entité palestinienne. Le cas de Mahmoud El Farra, figure des hommes d’affaires aux États-Unis et en Égypte, est très singulier, mais il mérite d’être examiné : fortement mobilisé, il préfère œuvrer discrètement et agir vite. Visitant Gaza en 1993, il conclut des joint venture avec des sociétés égyptiennes et entreprend à Gaza la construction d’une usine de matériel de soudure et d’une minoterie.

26Né en 1938 à Khan Younis, ville de la Bande de Gaza, Mahmoud El Farra est marié et a trois enfants. Son père, Mostafa Hassan El Farra, grand propriétaire foncier, fut le maire de Khan Younis jusqu’à sa mort en 1989. Diplômé de la faculté d’éducation physique au Caire en 1958, il a été président de l’équipe nationale palestinienne de basket et de natation de longue distance. Il enseigne un an en Libye et deux ans au Koweit, puis se lance dans le commerce. Il part en 1968 à Los Angeles pour rejoindre son frère Sabri. Il diversifie les activités d’une petite société familiale d’import-export, SAFA Corporation, pour constituer un groupe : El Farra Group of Companies.

27Lui et ses sept frères sont propriétaires de ce groupe. Sabri, le frère aîné, est directeur général et réside à Los Angeles ; Mahmoud est président du comité d’administration et passe son temps entre Los Angeles, Le Caire et Gaza ; Hydar et Riyad vivent au Caire ; Ziad réside à Los Angeles ; Bassel demeure à San Diego ; Sa’ib est le maire de Khan Younis depuis la mort de son père ; Shaher et Yasser sont retournés à Gaza pour y gérer les affaires familiales.

28El Farra Group of Companies comprend les sociétés suivantes :

  1. SAFA International Corporation, basée à Los Angeles, est la société-mère d’investissement dans les domaines du commerce, de l’assurance, de la construction et de la promotion immobilière. Ses investissements dans les pays arabes comme le Soudan (élevage industriel de poulets, hôtellerie), le Yémen (un hôtel 4 étoiles ouvert en 1977), les Emirats arabes unis et l’Égypte étaient déjà bien ancrés avant le processus de paix. Depuis le début de l’infitâh (1974) en Égypte, SAFA a fondé, avec des associés égyptiens, Makka Co., une société qui exploite une usine de fabrication de tapis à Amiriyya, près du Caire.
  2. Simco Médical Products-Egypt, société qui produit des aiguilles pour seringues, des lentilles de contact et des solutions ainsi que des équipements d’orthopédie.
  3. Farra Contracting & Trading Co.-Palestine.
  4. Arab Contractors-Palestine, Osman Ahmad Osman & El Farra Co., société mixte, présidée par Mahmoud El Farra, fondée en mai 1994, capital 2 millions $ : 50 % El Farra Group et 50 % Arab Contractors (Osman Ahmad Osman), première entreprise arabe de bâtiment et travaux publics. Cette société a signé en janvier 1995 une lettre d’intention portant sur la construction d’un aéroport à Gaza, dont le coût est estimé à 60 millions $. Elle a d’ores et déjà construit trois succursales palestiniennes de la Real Estate Bank (banque égyptienne).
  5. Palestine International Trading Co., PITCO-Palestine, société au capital de 10 millions $ (dont 1 million $ disponibles) qui commercialise différents produits égyptiens, et représente diverses sociétés étrangères.
  6. Sabbour-El Farra-Palestine, The Consulting Engineering Co. Cette société a conclu en 1994 un accord de joint venture avec la firme d’ingénierie et de consultation Mohammed Husein Sabour Co. Elle a également constitué la Palestinian Co. For Development au capital de 30 millions $, dont National Bank of Egypt détient 30 %, Arab Land Bank 31 % et El Farra group 35 %. Palestinian Co. For Development a commencé à construire (par le biais d’Arab Contractors-Palestine, Osman Ahmad Osman & El Farra Co.) une cité résidentielle pour les militaires à Amer près de Gaza, puis à vendre à crédit les appartements de la cité.
  7. Palestine International Investment Co., société palestino-égyptienne au capital de 100 millions $ (dont 30 millions $ déjà disponibles) ayant deux bureaux : l’un à Gaza, présidé par Ziad El Farra, et l’autre au Caire, présidé par l’Égyptien Jalal Zoyya.
  8. Osman-El Farra-Palestine, société au capital d’un million $ qui devrait exploiter une usine de barres d’oxygène pour le soudage, en cours de construction.
  9. Palestinian Flour Mill Co., société fondée en mars 1993, au capital de 14 millions $, qui devrait exploiter une minoterie à Gaza.
  10. Mostafa Hassan El Farra’ Sons Holding Co., une société familiale qui gère les biens fonciers de la famille El Farra, estimés à 40 millions $.

Risques pour tous ! Les sociétés anonymes d’investissement

29Face au risque que représente à l’issue incertaine du processus de la paix, on ne peut que constater l’inertie des acteurs économiques de la diaspora. Mais ces derniers ont tenté de déployer une stratégie moins risquée, qui consiste à partager collectivement la responsabilité des investissements nécessaires à la reconstruction des Territoires palestiniens. De nombreuses sociétés par actions ont ainsi été fondées, dont les principales sont Beit al-Mal al-Arabi al-Falestini (Arab Palestinian Financial Foundation), Palestine Bank for Investment, Arab Palestine Co. for Investment (APIC), Jirico Motels Co., Palestine for Investment, Salam International Co. (en cours de fondation).

30L’impact de ces sociétés est limité, si on les compare à la Palestinian Development & Investment Corporation (Padico) qui a été fondée par 140 des principaux hommes d’affaires palestiniens de l’intérieur et de la diaspora, au capital de 200 millions $. Nous allons examiner cette société en raison de son importance particulière.

31Padico a été créée le 14 octobre 1993 à l’initiative d’un groupe ambitieux d’hommes d’affaires palestiniens de la diaspora, dont Monib et Sabih Al Masri, pour participer à la construction d’une économie dévastée par l’occupation en exécutant des projets économiques d’envergure et devenir ainsi un leader du secteur privé. L’idée a été accueillie très favorablement par de nombreux hommes d’affaires palestiniens et arabes. Par contre, certains pays arabes comme l’Arabie Saoudite ont refusé que leurs journaux en fassent la publicité. 700 personnes ont pourtant participé au capital de Padico. La règle du jeu a été établie de sorte que personne n’ait une position dominante dans cette société qui se veut l’expression d’une volonté nationale, et non pas celle de quelques individus. Par conséquent, le plafond de participation a été fixé au début à 5 % du capital, c’est-à-dire 4 millions $, mais a été augmenté (seulement pour les fondateurs) à 10 %, de façon à ce que toutes les parts soient souscrites. La participation minimale a été fixée à 25 000 $ pour les actionnaires (et 100 000 $ pour les fondateurs) de façon à écarter les petits investisseurs qui ne pourraient pas supporter de risque éventuel et qui demanderaient une participation aux bénéfices. Le mot d’ordre de cette société est de ne pas chercher une rentabilité économique rapide mais plutôt une rentabilité sociale, et d’investir dans de grands travaux qui dépassent la capacité d’un seul investisseur. Padico a résolu le problème du clivage entre Palestiniens de l’intérieur et de l’extérieur en créant des filiales dans lesquelles les investisseurs de l’intérieur peuvent participer. Ces sociétés sont :

  • Jerusalem Tourist Investment Co. : fondée avec 25 millions $ de capital couverts à 35 % par Padico pour acheter des terrains à Jérusalem et à Bethléem et construire des hôtels.
  • Palestine Industrial development Co.-Nablus : société au capital de 15 millions de dinars jordaniens, auquel Padico participe à raison de 70 %, ayant comme grand projet l’établissement d’une zone industrielle de 500 dunum18 à l’est de Gaza et une autre zone de 650 dunum située à Nablus pour les industries légères et moyennes19.
  • Palestine Real Estate Investment Co.-Gaza : société au capital de 15 millions de dinars jordaniens, dont 49 % aux mains de Padico, avec deux projets principaux de construction à l’étude : un projet d’habitat populaire, lotissement de 1 800 unités sur une surperficie de 150 dunum à l’est de Beit-Hannina (nord-est de Gaza) pour les populations à bas revenus et un projet de complexe hôtelier sur le littoral de Gaza (320 dunum : : 40 dunum d’infrastructures touristiques et 280 dunum pour un quartier résidentiel de 2 400 unités).
  • Itisalat Co.-Jirico : une société de télécommunications chargée de se substituer à la société israélienne. Elle dispose d’un capital de 35 millions de dinars jordaniens.
  • Palestine Exchange Market Co.-Nablus : société qui a pour objet la création d’une bourse à Nablus.

32Pour l’instant, malgré les à-coups et les volte-face, de nombreux projets ayant été conduits par ces sociétés sont en cours d’exécution.

  • 20 Il serait illusoire d’avancer une estimation de l’ampleur de ces investissements. On peut par cont (...)

33Pour conclure, les investissements engagés individuellement ou collectivement par les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora restent modestes par rapport à la « force de frappe » financière de la bourgeoisie palestinienne, mais très importants20 si on les compare au montant de l’aide internationale (deux milliards promis par les bailleurs de fond sur cinq ans). Le développement de la disposition entrepreneuriale dépendra de la capacité de l’Autorité nationale palestinienne à réaliser deux objectifs : d’une part, consolider une autonomie politique et économique et, d’autre part, mettre en œuvre un système démocratique qui permette une stabilité à l’intérieur du territoire palestinien. Il est urgent que l’Autorité nationale palestinienne déploie des efforts pour attirer les fortunes privées de la bourgeoisie. Contrairement au cas de la Chine populaire qui, depuis quelques années, attire les Chinois de la diaspora et leurs capitaux, les dirigeants de l’OLP n’encouragent pas les hommes d’affaires palestiniens à investir dans les Territoires occupés.

Notes

1 Nous avons dégagé ces pourcentages à partir du discours de nos interlocuteurs. La représentativité de l’échantillon ne pouvant être démontrée, les pourcentages donnés dans cette étude le sont à titre indicatif, pour comparaison.

2 Ethnie business est un concept qui est apparu dans la littérature américaine et qui désigne le fort niveau de concentration de clients membres de la communauté dont est issu le propriétaire ou responsable de l’affaire (production de biens ou de services, commerce).

3 Il est vrai que le secteur public est marginal aux États-Unis, mais néanmoins la participation palestinienne y est très faible.

4 Il s’agit de l’administration égyptienne des réfugiés palestiniens, ancien gouvernorat militaire de Gaza transféré en Égypte en 1967.

5 Les Palestiniens n’ont pas le droit de travailler dans le secteur public depuis la promulgation de la loi 48 de 1978. Les seuls Palestiniens qui y sont autorisés sont ceux employés dans l’administration de Gaza (cf. chapitre II).

6 Ils se souviennent des difficultés auxquelles ils se sont heurtés initialement en Amérique du Nord. Voyageant avec des sommes dérisoires (100$, 300 $...) ou quelques bijoux de famille, ils ont ensuite été pris en charge par des proches jusqu’à ce qu’ils obtiennent un premier emploi et un logement.

7 Un seul de nos interlocuteurs, Robin Zahran, Palestinien-Américain, actuaire de profession, a exprimé le désir, comme son père l’avait fait, de gérer une exploitation agricole. De fait, il possède une ferme de 1 000 hectares et 350 vaches.

8 Sur la bourgeoisie égyptienne, voir Malak ZAALOUK (1989), et à propos des entrepreneurs marocains, Saïd TANGEAOUI (1993).

9 Voir, à propos des entrepreneurs syriens, J. BAHOUT (1994).

10 Le volume annuel des fonds envoyés par les Palestiniens de l’extérieur à leur famille dans les Territoires occupés est estimé pour 1974-1986 à 150 millions $, ce qui constitue 25,7 % du PNB pour l’année 1974 ou 17,3 % du PNB pour l’année 1986 (Nabil ‘Alqam & Walid Rabi’, 1990, p. 52).

11 Rencontre avec Jamil Harara, directeur de cet office, en janvier 1996.

12 Selon la déclaration du ministre palestinien des Finances, Mohammed Zohdi al-Nashashibi, à un journal londonien, al-Hayat (03/09/95), « le montant des projets exécutés à Gaza dans les huits derniers mois est estimé à 400 millions $ ».

13 Cf. l’éditorial de Building Blocks (le bulletin de Builders for Peace), New York, vol. 1, Issue 4, septembre 1994.

14 En effet, c’est à l’initiative du vice-président des États-Unis, Al Gore, que les Territoires autonomes sont inclus dans la liste des pays où l’OPIC peut intervenir, de sorte qu’ils profitent de la garantie en cas de déstabilisation politique, et également de crédits.

15 On peut citer l’exemple de Ziad Karram, Palestinien-Américain, président de Fairfax Engineering Design Firm, une société d’architecture spécialisée dans la construction hôtelière. Il a reçu la promesse d’obtenir (avec Marriott International Corp.) 36,5 millions $ de crédits de l’OPIC pour construire un hôtel de 295 chambres à Gaza. Le coût de construction est évalué à 58 millions US$. Ce projet devrait être achevé en mars 1996. Il embaucherait 750 personnes pour la construction, 300 pour le personnel de l’hôtel, et 1 700 pour des emplois indirects liés à ses activités. Le partenaire de Ziad Karram est Steven Green, Juif-Américain, directeur d’Astrum International Corp. Ce dernier a son propre projet, un complexe de traitement de l’eau et d’embouteillage dans les Territoires palestiniens, dont le coût de la construction est de 2 millions US$, plus 5 millions US$ chaque année opératoire. Ce projet devrait créer 50 emplois dans la construction et 100 emplois par la suite. D’autres projets devraient être cofinancés par l’OPIC, comme une unité de préfabrication pour la construction à Gaza et à Jéricho, projet proposé par la compagnie américaine SAFA International qui appartient à la famille palestinienne El Farra.

16 En mars 1995, pendant la visite d’Al Gore à Jéricho, les États-Unis ont promis 60 millions US$, promesse qui risque de demeurer sur le papier. Cette « largesse » américaine ne nous semble pas liée à une sympathie pour une population palestinienne qui a longtemps subi l’occupation, mais au fait que les investissements dans les Territoires palestiniens sont nécessaires à la sécurité de l’État d’Israël. Mel Levin, co-président des Builders for Peace, justifie son enthousiasme en répétant ce que Shimon Peres lui aurait dit précédemment : « Chaque dollar investi à Gaza est un dollar investi pour la sécurité d’Israël. »

17 Thorstein Veblen (1971, p. 16-50) a remis en cause, dans l’Amérique des années vingt, le pouvoir des capitaines financiers dans la gestion de l’entreprise.

18 1 dunum = environ 1 000 mètres carrés.

19 La première assemblée générale a eu lieu à Gaza le 08/03/95.

20 Il serait illusoire d’avancer une estimation de l’ampleur de ces investissements. On peut par contre signaler que Zahi Kouri, figure financière palestinienne new-yorkaise, a estimé les investissements des Palestiniens de l’exil dans les Territoires occupés, depuis le processus de paix, à 300 millions $ (Cf. Zahi Kouri, Financial Times, Londres, novembre 1994).

Table des illustrations

Titre Distribution géographique de l’Arab Bank Group pour l’année 1994 ( %)
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable