Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre deux mondes : les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestinienne

 | 
Sari Hanafi

Chapitre III. Les hommes d’affaires Palestiniens en Syrie

Entrées d'index

Texte intégral

1« La Palestine n’est pas un sac de voyage et les Palestiniens ne sont pas des voyageurs. » C’est la fameuse image que donne le poète Mahmoud Darwich du rêve des Palestiniens de l’extérieur et que les réfugiés au Proche-Orient gardent toujours à l’esprit. L’attente du retour qui tarde dicte un état d’esprit généralisé, une « psychologie du temporaire », un sentiment d’être « toujours de passage », comme le note Elias Sanbar (1989, p. 73). Ce qui frappe en menant l’enquête sur les Palestiniens de Syrie, c’est qu’en dépit de leur intégration dans la société syrienne, ils demeurent dans cette sphère psychique.

2En fait, chaque peuple dans sa dispersion continue de vivre une histoire en partie commune - dans son actualité ou ses ressources patrimoniales - et en partie marquée par le devenir propre des sociétés hôtes. Etant donné que les Palestiniens de Syrie n’échappent pas à cette règle, des questions surgissent sur la part de l’identité commune au peuple palestinien, et celle qui appartient aux jeux d’identités collectives et différentielles au sein de la société syrienne. Nous verrons ici comment les Palestiniens de Syrie ont développé et gardé leur identité, et comment cette dernière dépend de leur position dans l’échelle sociale et au sein de la société syrienne.

La présence palestinienne en Syrie

3La grosse vague des réfugiés palestiniens en Syrie s’est produite en 1948, en provenance essentiellement de Safad, Haïfa, Tiberiade et leurs environs. En 1949, ils étaient 75°000. Le calme qui régnait en Syrie, par rapport aux autres pays arabes, a favorisé leur accueil. D’où une deuxième vague d’arrivants après Septembre Noir en 1970 en Jordanie, où quelques milliers de Palestiniens engagés dans la résistance, ainsi que leur famille, furent déplacés vers la Syrie. Puis l’invasion israélienne de 1982 provoqua un nouvel exode, surtout après la chute de Beyrouth.

4Enfin, une dernière vague s’est constituée à la suite de la deuxième guerre du Golfe, composée de Palestiniens immigrés dans les monarchies pétrolières et notamment au Koweit.

5Dès l’arrivée de la première vague en 1948, des camps ont été implantés dans les principales villes syriennes (Damas, Alep, Homs, Lattaquié, Dar’aa). Avec l’aide du gouvernement syrien, l’UNRWA a prodigué des secours et acheté des terres pour ensuite les distribuer à des familles palestiniennes. La construction de maisons en dur a vu le jour progressivement.

  • 1 Pour l’UNRWA et selon la définition établie en 1954, un réfugié palestinien « est une personne qui (...)
  • 2 Avant 1975, les rations comprenaient de la farine, du savon et de l’huile.

6Les Palestiniens enregistrés à l’UNRWA1 ont perçu jusqu’à 1985 des rations alimentaires (surtout de la farine)2. Mais en général, les services de l’UNRWA se concentrent sur le domaine éducatif -écoles primaires et secondaires ainsi qu’un institut de formation professionnelle et technique (VTC) - ou sur le domaine de la santé (assurance maladie). Des rumeurs concernant un éventuel désengagement de l’UNRWA en Syrie se répandent actuellement.

  • 3 Annuaire statistique palestinien de 1986, Bureau central de statistique palestinienne, Damas. Mais (...)
  • 4 Une partie des Palestiniens réfugiés en Syrie et venant du Liban n’a pas été enregistrée.

7En 1986, les réfugiés palestiniens en Syrie sont au nombre de 276 1833. Un chiffre plus récent avancé par l’UNRWA en 1992, concernant les réfugiés immatriculés, s’élève à 229°207 mais ne tient pas compte des non-inscrits dans les registres de l’agence. En effet, les absents lors du recensement de l’UNRWA ou les fonctionnaires de l’État syrien n’ont pas été comptabilisés. Or, ces chiffres représentent une réalité sous-évaluée si l’on considère la croissance démographique et les bouleversements occasionnés par l’invasion israélienne4 et la guerre du Golfe.

  • 5 Le nombre de ceux qui sont immatriculés est estimé par l’UNRWA à 87°807 (B. Destremau, 1993, p. 40 (...)

8Selon le Commissariat des réfugiés palestiniens du ministère syrien des Affaires sociales et du Travail, le nombre des réfugiés palestiniens en Syrie à la fin de 1994 s’élève à 329°878 personnes réparties dans les grandes villes syriennes, mais surtout à Damas (67 %). Une bonne partie d’entre eux5 résident dans les dix camps fortement urbanisés. Ces camps se situant à la périphérie des villes, on y trouve également des représentants de la classe populaire syrienne. Leur gestion est à la charge des autorités syriennes, bien que certains groupes politiques palestiniens y jouent un rôle. En fait, la présence de ces derniers est tolérée sans qu’ils puissent pour autant exercer d’activités militaires.

Identité et statut

9On trouve en Syrie quatre types de réfugiés palestiniens :

  1. La majeure partie des Palestiniens de Syrie sont issus de l’exode de 1948. Ils sont détenteurs d’une « carte d’identité temporaire » (bien qu’elle soit en réalité illimitée) et d’un document de voyage délivrés par l’Office des réfugiés palestiniens attaché au ministère de l’Intérieur, portant la mention « réfugié palestinien » ou « nationalité : palestinienne ».
    Les conditions d’obtention de ces documents ainsi que le visa de sortie sont les mêmes que pour les Syriens. Les Palestiniens ayant ce genre de statut n’ont pas besoin de visa d’entrée quel que soit le temps de séjour à l’étranger. Ce point est très important : il permet à ceux travaillant dans le Golfe ou ailleurs de trouver une terre d’accueil à la fin de leur contrat. Ce n’est pas le cas pour les Palestiniens résidant en Egypte ou dans les monarchies du Golfe et s’absentant plus de six mois.
  2. Ceux qui ont émigré en Syrie à la suite de la guerre civile libanaise, ont obtenu les mêmes documents (avec les mêmes conditions) que les précédents, mais avec un statut spécifique : ils ne font ni service militaire, ni service civil (comme c’est le cas des ingénieurs ou médecins diplômés des universités syriennes).
  3. Ceux qui sont déjà porteurs d’un laissez-passer égyptien ou libanais sont considérés comme des étrangers qui doivent renouveler annuellement leur carte de séjour après un long interrogatoire dans les services de la Sûreté générale. Si tous les Arabes bénéficient de l’idéologie nationaliste du régime syrien, qui leur permet d’entrer en Syrie sans visa et leur délivre facilement un permis de séjour et de travail, cela n’est pas le cas pour les Palestiniens ayant un laissez-passer libanais. On les laisse parfois entrer avec un visa de transit de trois jours, non renouvelable, comme ce fut le cas lors de la fermeture de l’aéroport de Beyrouth. Cette situation pose d’énormes problèmes si l’on considère les liens familiaux très étroits existant entre les Palestiniens de Syrie et ceux du Liban.
  4. Les Palestiniens engagés dans la résistance, ainsi que leur famille, ont vu leur résidence tolérée de facto. Cependant, à la suite de la détérioration des relations entre l’OLP et les autorités syriennes et l’expulsion des agents du Fatah de 1983 à 1990, tout Palestinien venant d’un pays où les forces militaires palestiniennes séjournent (Tunisie, Yémen, Algérie, Soudan) subit un interrogatoire et risque l’expulsion ou la prison si ses liens avec l’OLP sont confirmés.
  • 6 Le Saïqa est un mouvement pro-syrien qui fut une composante de l’OLP avant 1983, date à laquelle c (...)

10Suivant les recommandations de la Ligue arabe en faveur du maintien de la nationalité palestinienne des réfugiés, la Syrie ne leur accorde pas la nationalité syrienne, sauf dans le cas où une femme palestinienne épouse un Syrien, ou à de rares personnalités palestiniennes appartenant au groupe Saïqa6.

11La Syrie interdit aux Palestiniens ayant une résidence permanente dans ce pays de rendre visite à leur famille en Israël ou dans les Territoires occupés. De même, les Palestiniens ayant un passeport israélien ne peuvent rentrer en Syrie. Les contacts familiaux se font dans un pays tiers.

Le système intégrateur syrien

  • 7 C’est une armée commandée, au même titre que l’armée syrienne, par le ministère de la Défense.

12Sous la direction du parti Baath nationaliste arabe, la Syrie a attaché une importance particulière à l’intégration des Palestiniens dans la société syrienne. Ils y jouissent des mêmes droits et devoirs que les citoyens syriens. Ils ont une carte de résident permanent qui leur permet de postuler pour un emploi aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public. Les écoles et universités leur sont ouvertes. Ils font le même service militaire, durant deux ans, mais dans une armée spéciale dite « Armée de libération de la Palestine »7, à l’exception d’un certain nombre d’ingénieurs et de médecins qui le font dans l’armée syrienne. Cependant, certains droits civiques ne sont pas reconnus aux Palestiniens comme le droit de vote et l’éligibilité. En outre, ils n’ont théoriquement pas le droit de posséder une propriété rurale ou plus d’un appartement, dans le but officiel de ne pas les enraciner définitivement dans la société d’accueil, mais ceci est contourné par la pratique des prête-noms.

13Un certain nombre de préjugés et de stéréotypes régit les relations entre Syriens et Palestiniens (comme il en existe d’ailleurs entre les Syriens des différentes régions de Syrie), relations caractérisées par le système de ‘asabiyya, le fameux concept d’Ibn-Khaldûn, forme de solidarité et d’alliance à l’intérieur d’une tribu, confession ou région qui n’implique a priori aucune hostilité envers les autres. A titre d’exemple, certaines familles damascènes sont réticentes à tout mariage avec un membre de la communauté palestinienne, de même qu’avec quelqu’un de Lattaquié ou de Dar’aa. Quelques-uns de nos interlocuteurs se plaignent d’une certaine « xénophobie » à leur égard, comme cet entrepreneur qui impute l’échec partiel de ses affaires au fait qu’il soit Palestinien : « Je suis le plus ancien fabricant de chemises et le plus ancien commerçant de gros du souk al-Hariqa, et pourtant, la plupart de mes clients ne sont que des ruraux. Les citadins préfèrent acheter à un Juif plutôt qu’à un Palestinien. » Cela dit, la xénophobie à l’égard des Palestiniens reste très marginale en Syrie.

14Si la société syrienne a intégré les Palestiniens, il ne s’agit cependant pas d’une assimilation totale. Elle n’entraîne notamment pas le sentiment d’être Syrien, comme l’indiquent certains de nos interlocuteurs :

15« Bien que je sois marié à une Syrienne et que je n’aie jamais habité dans un camp de réfugiés, je ne me sens pas Syrien ; eux, de leur côté, ne me considèrent pas comme tel. (..) Tant que j’ai un misérable document de voyage qui m’empêche d’aller suivre les expositions industrielles et commerciales en Europe, comme les hommes d’affaires syriens, je ne peux pas me sentir Syrien. »

16Quarante-sept ans après la « catastrophe », vingt-huit ans après l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza, treize ans après le massacre de Sabra et Chatila..., les camps palestiniens commémorent encore tous ces événements. La voix grave et lente des orateurs rythme les cérémonies du souvenir. Partout dans les camps, les signes de la souffrance palestinienne sont perceptibles. Les photos des martyrs couvrent les murs. Des banderoles rappellent les grands principes de la révolution palestinienne. Les noms des rues, des épiceries, ainsi que les marques de certains produits sont empruntés à des noms de villes et de villages palestiniens. Même les jeunes qui n’ont pas grandi à l’ombre de l’exode savent dans quel quartier exactement leurs parents sont nés. Cela est avant tout le reflet d’une communauté en quête d’identité et qui résiste à l’assimilation.

Éléments de la situation économique des Palestiniens de Syrie

  • 8 Ce chiffre et ceux qui vont suivre, sauf indication contraire, sont issus d’un recensement des res (...)
  • 9 Nous comparons la situation des Palestiniens à celle des citadins syriens et non pas à tous les Sy (...)

17La moyenne mensuelle des ressources d’une famille palestinienne est de 3°620 livres syriennes8, c’est-à-dire 532 LS par personne, sur la base d’une famille moyenne de 6,8 membres. Ce revenu ne couvre pas les besoins élémentaires et le niveau de vie des Palestiniens est inférieur à celui des Syriens9.

  • 10 La comparaison se fait toujours par rapport aux autres camps palestiniens en Syrie.
  • 11 Il faut relativiser ces chiffres, étant donné qu’ils ne tiennent pas compte des revenus non déclar (...)

18Les ressources des Palestiniens varient selon le camp où ils résident : de celui de Yarmouk, considéré comme « bourgeois », à celui de Dar’aa, le plus démuni, on peut diviser les camps palestiniens en quatre catégories en fonction du niveau de vie des résidents : niveau élevé10 (plus de 635 LS), Yarmouk ; niveau relativement élevé (524-511 LS), Homs et Lattaquié ; niveau moyen (467-447 LS), Khan Danoun, al-Sayyda Seinab, al-Nirab et Hama ; niveau bas (410-344 LS), Khan al-Chih, Jaramana, al-Sbéna et Dar’aa11.

  • 12 Les fonctionnaires sont souvent des Palestiniens qui enseignent dans les écoles de l’UNRWA.

19Les Palestiniens jouissent de deux sources d’enrichissement dont la première est inaccessible aux Syriens. Tout d’abord, le système d’épargne de l’UNRWA, qui permet aux fonctionnaires de cette Agence12 d’épargner tout ou partie de leur salaire pour le récupérer ensuite, majoré d’intérêts en dollars. De plus, cette épargne n’est pas soumise au taux de change officiel, très désavantageux. Une partie de nos interlocuteurs enseignaient et, après avoir touché leur retraite en dollars, se sont lancés dans les affaires. La seconde source provient de l’argent envoyé par les émigrés des pays du Golfe.

Une communauté d’affaires bien intégrée

20D’après les résultats de l’étude sur les ressources et la consommation des familles en 1986, la population palestinienne active s’oriente davantage vers l’industrie (27 % de la population active) et les services (21,2 %) que vers le commerce (5,8 %) ou l’agriculture (2,4 %) (Hamed Mustafa Abu-Jamra, 1989, p. 16). Cependant, cette orientation ne reflète pas, d’après notre échantillon, celle des hommes d’affaires qui se dirigent surtout vers le commerce et l’industrie. Leurs affaires étaient prospères bien avant l’ouverture économique du début des années quatre-vingt-dix. Ils investissent surtout dans l’industrie textile. Par exemple, la plus grande usine syrienne de fabrication de chaussettes est la propriété d’un Palestinien, M. Jabr. Dans le domaine du prêt-à-porter, on trouve des Palestiniens parmi les commerçants les plus connus et les plus anciens des souks d’al-Hamadiyya (Fraige) et al-Salhiyya (Assia) à Damas.

21Les mesures économiques donnent naissance à plusieurs joint venture. Nous sommes dans une phase où la compétitivité des produit sur les marchés local, arabe et international est recherchée. ‘Awad ‘Amûra, entrepreneur palestinien, possède les plus importantes usines du Proche-Orient en matière de fabrication d’huile pour moteurs et d’aluminium industriel. Cet entrepreneur gère de façon moderne ses entreprises : « batterie » de secrétaires qui organisent son emploi du temps, équipe de cadres, d’ingénieurs sélectionnés pour leur compétence et rémunérés 5 à 7 fois plus que leurs collègues du secteur public, site doté d’infrastructures sportives pour les employés, etc.

22Cependant, le cas d’Amûra reste exceptionnel. Les entrepreneurs palestiniens évitent, comme leurs collègues syriens, de se lancer dans de grands projets industriels. Ils préfèrent commencer par des projets de promotion immobilière (rentabilité maximum en un minimum de temps) et par le commerce. Car, à l’image de l’économie rentière, les mesures économiques promulguées par les autorités syriennes ont encouragé les entrepreneurs à se diriger vers des activités « improductives » à rentabilité rapide comme les transports, l’immobilier, la construction, etc. (Sari Hanafi, 1997)

23L’austérité des parcours des entrepreneurs palestiniens est frappante. La plupart d’entre eux sont des self-made-men d’origine très modeste. Ils sont arrivés en Syrie en 1948 les mains vides et ont commencé leur vie professionnelle comme simples ouvriers pour entamer ensuite une ascension sociale et économique très graduelle : chef d’équipe, contremaître, associé d’une petite entreprise, etc. Nos interlocuteurs ont évoqué la précarité et la difficulté de leur travail avant la naissance de leur affaire : vendeur à la sauvette, ouvrier dans le textile, dans la confection, etc. On peut cependant relever quelques exceptions. Certains ont apporté de Palestine un capital (Ghiyath Sa’d al-Din) ou un savoir-faire (La famille Issa) ou les deux (Issa Fraige).

24Ce côté « parti de rien », chez les entrepreneurs, peut expliquer en partie leur comportement plutôt discret. Ils évitent d’étaler leur fortune, accordent peu d’importance aux signes extérieurs de richesse ou aux dépenses ostentatoires.

  • 13 Voir à cet égard Joseph Bahout (1992).

25On peut noter la régularité des activités des hommes d’affaires palestiniens et leur respect de la législation. Ils répètent sans cesse que la réussite et les bénéfices ne peuvent se justifier qu’en fonction du labeur prodigué. Leur marge de manœuvre est de toute façon objectivement limitée dans le système économique syrien, où la solidarité régionale et les réseaux politiques revêtent une extrême importance. Ceci dit, on trouve des cas d’entrepreneurs s’appuyant sur des réseaux clientélistes, y compris en s’alliant à la bureaucratie syrienne. Mais ils restent dans ce domaine moins doués que leurs homologues syriens13, plus enracinés dans les rouages du système politique et économique.

26Une autre caractéristique propre aux activités palestiniennes en Syrie est qu’elles sont peu ouvertes aux marchés arabes. C’est d’ailleurs ce qui distingue les Palestiniens de leurs homologues syriens. En effet, nos interlocuteurs se sont souvent plaints des problèmes posés par leur document de voyage. Obtenir un visa pour la Jordanie, la proche voisine de la Syrie, demande au moins deux mois, s’il n’est pas refusé. Quant aux pétro-monarchies du Golfe, elles n’accordaient quasiment pas de visa aux Palestiniens n’ayant pas de contrat de travail, avant même la deuxième guerre du Golfe. C’est pourquoi la plupart des grands entrepreneurs possèdent des passeports syriens délivrés à titre exceptionnel pour suivre leurs affaires en dehors de la Syrie. Un entrepreneur nous a rapporté qu’il avait embauché un Syrien spécialement pour aller chercher les pièces détachées au Liban depuis que ce pays refuse aux Palestiniens l’accès à son territoire. Craignant de ne pouvoir se déplacer, un autre entrepreneur vend ses produits de confection aux pays du Golfe à travers des intermédiaires arabes.

27La plupart des Palestiniens interrogés ont indiqué qu’ils ont de la famille dans tous les pays arabes, surtout au Liban, en Jordanie et dans les monarchies du Golfe. Certains ont déjà envisagé la possibilité d’élargir leur marché là où leurs proches résident. Quoi qu’il en soit, ces projets se heurtent toujours à la difficulté de l’obtention d’un visa. Jusqu’à présent, la dispersion des membres des familles palestiniennes, qui aurait pu représenter un atout dans une dynamique d’échanges commerciaux dans la région, ne peut jouer son rôle en raison des barrières douanières et administratives.

28Après la crise du Golfe, on assiste à un nouvel exode de Palestiniens vers la Syrie. Une partie d’entre eux, après avoir récupéré leur argent du Koweit, ont lancé des projets de petite ou moyenne importance, souvent dans l’immobilier ou le commerce, rarement dans l’industrie.

Les hommes d’affaires dans une perspective de paix : « wait and see »

29Depuis l’amorce du processus de paix entre Arabes et Israéliens, l’avenir de la diaspora palestinienne et son rôle économique et politique font l’objet d’interrogations nouvelles. Des facteurs subjectifs liés à la volonté des acteurs de participer à la construction des Territoires autonomes se mêlent à des facteurs objectifs, de nature juridique et politique. Autrement dit, le retour des entrepreneurs palestiniens ou leurs investissements sont inséparables de la capacité des négociateurs palestiniens à assurer une base « étatique » fiable et favorable à l’instauration d’une structure économique nationale.

30La population palestinienne de Syrie et notamment les entrepreneurs sont très sceptiques vis-à-vis de l’accord de paix israélo-palestinien. Ils doutent d’un processus de paix qui remet en cause, selon eux, la certitude de la victoire et du retour dans laquelle ils ont grandi. Le grand sablier du rêve est brisé. On peut avancer deux explications à cette attitude : d’abord, bien que les Palestiniens de la diaspora comptent pour les deux tiers (deux millions de personnes) du peuple palestinien, ils se sentent les laissés-pour-compte d’un accord qui ne prévoit dans la troisième étape qu’une possibilité de négociation pour les réfugiés. Même s’ils ne veulent pas rejoindre la portion libérée de la Palestine, ils espéraient que la Palestine deviendrait pour eux ce qu’Israël représente pour les Juifs dispersés. Ensuite, étant donné que la société syrienne a intégré les Palestiniens, leur besoin matériel d’une patrie s’amenuise. A cela, on peut ajouter le fait qu’ils peuvent difficilement échapper à la « culture de confrontation » dont ils sont imprégnés depuis longtemps, davantage du fait de leur éducation syrienne que de l’OLP. Depuis l’expulsion de ses cadres en 1982, les Palestiniens résidant en Syrie ont en effet très peu de relations avec leur organisation. Ils ne jouissent pas des services qu’elle offre par exemple aux Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza.

31À propos de l’éventuelle normalisation des relations politiques et économiques entre les pays arabes et Israël, sous-tendue par la notion de paix totale telle que définie par les Américains et les Israéliens, les entrepreneurs expriment un refus, plus par « phobie obsessionnelle » de la normalisation, pour reprendre l’expression de Ghassan Salamé, qu’à la suite d’une réflexion sereine. Ils imaginent un dumping des produits israéliens sur les marchés arabes.

32Les entrepreneurs interrogés se sont rarement montrés enthousiastes pour investir dans les zones autonomes, et encore moins pour s’y installer. Si la marge de manœuvre des petits entrepreneurs est réduite, étant donné qu’ils n’ont pas de capitaux disponibles et que, disent-ils, tout leur argent circule, celles des moyens et grands entrepreneurs est illimitée. A nos questions sur ce point ils apportent divers arguments d’ordre politique et économique :

  • 14 Entretien avec un commerçant du souk d’al-Hariqa.

33« Le traité de paix est extrêmement ambigu et n’offre aucune garantie pour que nous investissions en Cisjordanie et à Gaza. (...) On n’a pas d’autorité politique palestinienne pour nous défendre, ni de garantie internationale. Ce qui est offert aux Palestiniens jusqu’à maintenant, c’est une sorte de pouvoir municipal. Je ne suis pas sûr que la droite israélienne, si elle arrive au pouvoir, ne remette pas en cause le traité et, par conséquent, confisque nos biens. »14

  • 15 Entretien avec un patron des usines d’industrie textile.

34« Moi, je suis de Haïfa. Qu’est-ce que vous voulez que j’aille faire à Gaza ? Pour y être à nouveau un réfugié ? De plus, je n’y connais personne. Par contre, cela fait 46 ans que je vis en Syrie. Je connais tout le monde, et surtout, je connais le système. J’ai supporté toutes ces années d’austérité en Syrie avant l’infitâh, je ne peux pas maintenant subir à nouveau une situation dont j’ignore l’issue. Mes affaires marchent bien ici, et le capital est, disons, lâche... J’ai peur d’aller l’investir n’importe où. »15

  • 16 Entretien avec le patron d’un complexe de produits laitiers.

35« Yasser Arafat est un traître, il a tout cédé aux Israéliens sans pour autant assurer ne serait-ce qu’une autonomie pour les Territoires occupés. (...) Je ne veux pas investir mon argent là-bas avant qu’il y ait un État palestinien indépendant. »16

  • 17 Entretien avec un commerçant de gros de produits pharmaceutiques.

36« J’ai 64 ans, ce n’est pas à cet âge que je vais m’aventurer ; sauf s’il s’agit de retourner dans ma ville natale, Jaffa. (..) Mes fils et filles sont nés ici et ne connaissent que ce pays. »17

37Il est inutile de commenter des propos suffisamment explicites, mais nous devons revenir sur une phrase souvent répétée : « Le capital est lâche ». Ce manque d’audace n’est pas inné ; il ne traduit d’ailleurs pas seulement la psychose des entrepreneurs palestiniens qui ont vécu dans un système économique marqué par l’incertitude, mais reflète, pour certains d’entre eux, un calcul économique prudent. Au-delà de l’instabilité politique des Territoires occupés, ces régions sont considérées comme difficiles à explorer car elles manquent des infra-structures économiques nécessaires au lancement des affaires. De plus, les hommes d’affaires palestiniens en Syrie, comparés à leurs collègues dans d’autres pays de la diaspora, ont la plupart du temps des affaires de taille moyenne et elles se concentrent dans un seul pays, ce qui réduit leur marge de manœuvre.

38Cependant, nous avons trouvé un cas de figure exceptionnel mais qui mérite d’être mentionné. H. al-Safori, jeune entrepreneur, voit dans la situation de ces territoires « une occasion unique » à saisir : « N’importe quel investissement devrait marcher sur une terre vierge sans structure économique. » Il faut noter que cet entrepreneur est déjà allé en Jordanie pour étudier avec des hommes d’affaires palestiniens et jordaniens les potentialités du marché des Territoires occupés. Il a même rencontré S. al-Fakhori, un grand banquier palestinien, pour envisager avec lui la possibilité d’y monter une usine de fabrication de papier. Politiquement, il est très favorable au processus de paix entamé par l’OLP.

39Quand nous évoquons les avantages du nouveau contexte pour les investisseurs (à savoir un système plutôt libéral dans lequel le quasi-État que représente l’OLP se montre désengagé économiquement), une bonne partie des entrepreneurs interrogés expriment leur satisfaction. Mais ils ne veulent pas prendre le risque d’être des pionniers. Si les Palestiniens sont sceptiques sur l’accord entre l’OLP et Israël, ils croient moins encore à une détente inter-arabe. Pour cette raison, ils n’envisagent pas à moyen terme d’utiliser leurs liens familiaux pour accroître leur champ d’action économique ou leurs marchés.

Conclusion

40Une boutade échangée entre un Palestinien de Syrie et un Palestinien des Territoires occupés, au début des années quatre-vingt, nous révèle ce classement des Palestiniens en fonction de leur degré de patriotisme : Palestiniens des Territoires occupés, du Liban, de Jordanie, d’Egypte, de Syrie, puis des pétromonarchies et de l’Amérique. Mettre les Palestiniens de Syrie à l’avant-dernier rang dans l’échelle du patriotisme est révélateur de la manière dont leurs frères de sang les considèrent. Sans doute le classement se réfère-t-il au degré de participation à la lutte nationale et aux souffrances qui en découlent (répression israélienne, répression jordanienne lors de Septembre Noir, guerre civile et invasion israélienne au Liban, sanctions égyptiennes à la suite de Camp David, etc.), mais il se réfère aussi au degré d’intégration dans la société d’accueil. On se moque de la passivité et de la tranquillité de la population palestinienne de Syrie, du caractère bourgeois du fameux camp de Yarmouk et de l’influence de la Syrie sur la cuisine, l’accent et le mode de vie des Palestiniens qui y résident. Si l’on admet que ces derniers sont ceux qui ont le plus vécu dans des conditions « normales », proches de celles de la population hôte, peut-on réellement parler de « manque de patriotisme » à leur propos, au regard des événements des deux dernières décennies : la scission au sein du Fatah provoquant l’expulsion des agents de l’OLP et l’emprisonnement de 5°000 Palestiniens de Syrie accusés d’avoir des relations avec la centrale palestinienne, et ce pendant dix ans (de 1983 à 1993). De même, que dire de leurs frères vivant dans les pétromonarchies et contraints de tout abandonner après la guerre du Golfe ?

41Le bouillonnement des activités politiques palestiniennes dans les camps de réfugiés, surtout depuis la signature des accords de paix israélo-palestiniens, traduit sans doute l’aspiration d’une communauté qui se cherche et se redécouvre et qui résiste aux tentations de l’assimilation au sein de la population syrienne.

42Les Palestiniens de Syrie sont plutôt indifférents au processus de paix et d’autonomie d’une toute petite partie des Territoires. Ils ne pensent guère aux conséquences possibles de la reconnaissance israélienne et internationale de leur identité politique. Ils ne ressentent pas comme un devoir « patriotique » le retour ou l’investissement dans les jeunes Territoires autonomes. La communauté palestinienne de Syrie nous semble, à cet égard, très singulière par rapport aux autres composantes de la diaspora, car, comme nous l’avons évoqué précédemment, elle est bien intégrée dans la société syrienne.

43Cependant, les hommes d’affaires ne sont pas tant sceptiques envers le principe d’une paix avec Israël, qu’envers les résultats très mitigés des accords de paix signés à Washington et au Caire. Ainsi, il est tout à fait possible qu’un changement survienne dans leur attitude une fois qu’un accord se sera mis en place entre Israël et la Syrie, et qu’Israël permettra à l’Autorité palestinienne d’ériger un État indépendant. Ce développement, néanmoins, ne se fera pas de façon mécanique. Il est fonction des éventuels efforts que l’OLP déploiera envers les Palestiniens de l’extérieur qui pour certains, particulièrement au Liban, constituent une masse déshéritée et un fertile « réservoir à extrémistes »

Notes

1 Pour l’UNRWA et selon la définition établie en 1954, un réfugié palestinien « est une personne qui a eu sa résidence habituelle en Palestine pendant deux ans au moins avant le conflit de 1948 et qui, en raison de ce conflit, a perdu à la fois son foyer et ses moyens d’existence, et a trouvé refuge, en 1948, dans l’un des pays où l’UNRWA assure des secours ». Ceux qui répondent à cette définition et leurs descendants directs ont droit à l’aide de l’Office s’ils sont dans le besoin et s’ils sont enregistrés auprès de l’UNRWA et vivent dans une des zones où elle opère : Liban, Jordanie, Syrie et, depuis 1967, la bande de Gaza et la Cisjordanie occupées (B. Destremau, 1993, p. 37).

2 Avant 1975, les rations comprenaient de la farine, du savon et de l’huile.

3 Annuaire statistique palestinien de 1986, Bureau central de statistique palestinienne, Damas. Mais ici la marge d’incertitude est importante.

4 Une partie des Palestiniens réfugiés en Syrie et venant du Liban n’a pas été enregistrée.

5 Le nombre de ceux qui sont immatriculés est estimé par l’UNRWA à 87°807 (B. Destremau, 1993, p. 40).

6 Le Saïqa est un mouvement pro-syrien qui fut une composante de l’OLP avant 1983, date à laquelle certaines organisations palestiniennes (FPLP, FDLP, Saïqa, etc.) ont fondé le Front du salut palestinien : une sorte d’OLP bis, soutenu par l’autorité syrienne, mais dont le poids est extrêmement faible.

7 C’est une armée commandée, au même titre que l’armée syrienne, par le ministère de la Défense.

8 Ce chiffre et ceux qui vont suivre, sauf indication contraire, sont issus d’un recensement des ressources et de la consommation des familles palestiniennes résidant dans les camps syriens en 1986 (Ahmad Yones, 1989, p. 5).

9 Nous comparons la situation des Palestiniens à celle des citadins syriens et non pas à tous les Syriens puisque la plupart des Palestiniens vivent dans les villes. Leurs ressources sont, par contre, supérieures à celles des ruraux syriens.

10 La comparaison se fait toujours par rapport aux autres camps palestiniens en Syrie.

11 Il faut relativiser ces chiffres, étant donné qu’ils ne tiennent pas compte des revenus non déclarés provenant de l’économie souterraine qui constituent un ballon d’oxygène pour de nombreuses familles.

12 Les fonctionnaires sont souvent des Palestiniens qui enseignent dans les écoles de l’UNRWA.

13 Voir à cet égard Joseph Bahout (1992).

14 Entretien avec un commerçant du souk d’al-Hariqa.

15 Entretien avec un patron des usines d’industrie textile.

16 Entretien avec le patron d’un complexe de produits laitiers.

17 Entretien avec un commerçant de gros de produits pharmaceutiques.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable