Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre deux mondes : les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestinienne

 | 
Sari Hanafi

Chapitre II. Les hommes d’affaires palestiniens en Égypte

Entrées d'index

Texte intégral

Les vagues migratoires vers l’Égypte

1Si les contacts et les échanges de population entre la Palestine et l’Égypte remontent à une époque bien antérieure au départ pour l’exil, c’est essentiellement à partir de 1948 que s’est constituée, par vagues successives liées aux guerres israélo-arabes, la minorité palestinienne d’Égypte.

2En 1948, des réfugiés débarquent à Port-Saïd ou à Alexandrie en provenance de la côte palestinienne, et notamment de Jaffa, tandis que d’autres, originaires de l’intérieur, gagnent par voie terrestre, notamment à dos de chameau, Zagazig ou Faqûs (Sharqiyya). On dénombre alors 11°000 réfugiés dans les camps d’urgence.

  • 1 300 000 LE ont été mises à la disposition de ce comité par l’État égyptien et 400 000 LE par la Li (...)
  • 2 Le comité était composé de représentants des ministères de l’Intérieur, des Affaires sociales, de (...)

3Lors de la première vague de déportés palestiniens au début de l’année 1948, un « Haut Comité pour les réfugiés palestiniens », financé par l’État égyptien et la Ligue arabe1, est institué par le ministère des Affaires sociales2. Un camp d’urgence est aménagé à Abbassiyya au nord-est du Caire, mais devant l’afflux de réfugiés, un second camp est ouvert à Qantara sur le canal de Suez.

4Le 3 septembre 1948, la totalité des réfugiés sont rassemblés dans le camp de Qantara, qui compte, à la suite de l’armistice de 1949, environ 11 000 personnes. L’autorisation de sortir du camp et par conséquent le permis de résidence en Égypte sont accordés à deux conditions : prouver sa capacité financière à subvenir à ses besoins et se placer sous la tutelle d’un garant égyptien. Les 4°000 Palestiniens qui s’établissent alors forment le noyau de la communauté.

5Un an plus tard, en septembre 1949, 7°000 réfugiés demeurent à Qantara. La fermeture du camp entraîne leur transfert à Gaza, alors sous administration égyptienne. Comme l’explique Maha Dajani (1986, p. 133) : « Tous les camps palestiniens sous administration égyptienne (avant la défaite de 1967) se trouvaient à Gaza. À la différence de la Jordanie, du Liban ou de la Syrie, l’Égypte n’a pas permis la formation de camps palestiniens à l’intérieur de ses frontières. »

6À la suite des guerres de 1956, 1967 et 1973, de nouveaux réfugiés gagnent l’Égypte, essentiellement depuis Gaza. La dispersion des familles entre Gaza et Le Caire et les autres pays arabes pose le problème du regroupement familial. Les autorités égyptiennes et la Ligue arabe aident matériellement les familles à se réunir. On ouvre le camp d’Abbassiyya au Caire pour organiser les départs : 184 réfugiés partent Gaza, 516 autres pour Jérusalem.

7Toutefois, si l’on peut distinguer des vagues migratoires principales – attachées aux conflits –, la multiplicité des situations révèle des itinéraires complexes s’étalant sur une période qui débute avec la première guerre israélo-arabe et se poursuit jusqu’au milieu des années soixante-dix. L’afflux de réfugiés est survenu à la suite d’une série de déplacements précédant l’installation en Égypte. Certains palestiniens ont émigré en Égypte entre-temps, fuyant la situation très précaire des camps palestiniens de Gaza aménagés pour les réfugiés de 1948, alors que de nombreux travailleurs de Gaza, résidant dans les pays du Golfe ou en Libye – pendant le recensement israélien de 1967 – se sont installés en Égypte à la fin de leur contrat de travail parce que l’autorité israélienne leur refusait l’autorisation de gagner Gaza. Mais la fermeture effective du territoire égyptien aux Palestiniens date de Camp David.

Évaluation démographique

8Selon une estimation faite en 1982, 60°000 Palestiniens se trouvaient en Égypte (Helena Cobban, 1984). D’après l’OLP, suite à l’invasion israélienne du Liban en 1982, le nombre de Palestiniens présents sur le sol égyptien aurait augmenté et la centrale en estime le nombre à 75°000 en 1984 (ibidem). Quant à l’UNRWA, elle avançait le chiffre de 35 000 en 1982 (B. Destremau, 1993, p. 59). Une dernière estimation, datant de 1985, mentionne la présence de 68°000 Palestiniens.

  • 3 En fait, il ne s’agit pas d’un recensement mais d’un calcul à partir des flux migratoires.

9Il est impossible de connaître le nombre exact de Palestiniens, tant le spectre de situations que recouvre cette « identité » est large ; néanmoins, la dernière estimation en date corrobore l’ordre de grandeur avancé par l’OLP. En 1995, les services égyptiens ont procédé à un « recensement » des Palestiniens d’Égypte3. Selon les résultats provisoires de cette étude, qui n’a toujours pas été publiée, plus de 90°000 Palestiniens vivraient en Égypte. Il faut cependant noter que ce chiffre ne tient pas compte des Palestiniens ayant un passeport jordanien, qui représentent un nombre non négligeable. Ils ont choisi de rester en Égypte pour des raisons diverses : pour sa proximité avec Gaza ou pour les opportunités économiques que présente l’Égypte par rapport à la Jordanie.

Un statut juridique complexe

  • 4 Les catégories B et J sont attribuées aux Palestiniens résidant en Égypte depuis 1948, la catégori (...)

10Le statut juridique des Palestiniens en Égypte est multiple. Il est fonction de leur histoire, de leur origine, de leurs itinéraires. Ce statut dépend également de la « tranche » de leur identité prise en compte : réfugié, déplacé, étranger, bénéficiaire de certains droits. L’autorité égyptienne délivre trois catégories de documents de voyage dépendant de la date d’installation en Égypte (1948, 1956, depuis 1967)4. Cependant, la situation des Palestiniens en Égypte a surtout évolué en fonction des aléas politiques. Nous pouvons donc identifier deux périodes bien distinctes.

L’âge d’or des Palestiniens en Egypte : 1962-1978

  • 5 Lors de la session n° 11 du 9 mars 1959, la Ligue arabe a conseillé aux pays arabes membres de « t (...)

11Malgré la sympathie du peuple égyptien pour la cause palestinienne, ainsi que les recommandations de la Ligue arabe concernant l’emploi des réfugiés5, les documents de voyage délivrés par l’Égypte de 1948 à 1962 mentionnent l’interdiction de travail. Cependant, à partir de 1954, le président Nasser permet officieusement à de nombreux Palestiniens de travailler, notamment comme enseignants.

  • 6 L’article 1 de la loi 66 de 1962 stipule qu’« il est permis d’employer les Arabes palestiniens dan (...)

12Il faut attendre le 10 mars 1962 pour que la situation des Palestiniens s’améliore et que l’Égypte applique les directives de la Ligue arabe. Une loi est promulguée, permettant aux Palestiniens d’être employés par l’État6. Ce délai est peut-être lié au caractère éphémère de leur séjour. Le 10 mai 1963, le ministre du Travail exempte les réfugiés de l’obligation d’avoir une carte de travail. Outre le droit à l’emploi, le régime nassérien fait une exception pour les Palestiniens en matière d’acquisition de terrains agricoles, normalement interdite aux étrangers (loi n° 51 de 1963).

Les Palestiniens comme étrangers : fin de l’état de grâce

13La situation des Palestiniens en Égypte est largement tributaire des relations entre l’OLP et les autorités égyptiennes. Celles-ci se dégradent rapidement à la suite de la visite à Jérusalem d’Anouar al-Sadate en novembre 1977 et de l’assassinat de Youssef al-Siba’i à Chypre en février 1978 (dont l’OLP a été rendu responsable). Dès lors, les Palestiniens sont progressivement considérés comme des étrangers et non plus comme des réfugiés ayant un statut spécifique. En juillet 1978, par décret du président de la République, toutes les mesures d’exception accordées aux Palestiniens en matière d’emploi sont annulées. La situation s’aggrave au milieu des années quatre-vingt. Deux décrets gouvernementaux (47 de 1983 et 75 de 1984) abolissent les privilèges des Palestiniens, traités jusqu’alors comme des citoyens égyptiens, notamment en matière d’éducation (Lamia Saleh Raei, 1995).

  • 7 A titre d’exemple, l’autorité égyptienne a exigé 42,5 LE à chaque renouvellement du droit de séjou (...)

14Un nouveau décret intitulé « Développement des ressources de l’État », qui spécifie les conditions d’accès aux emplois publics pour les Égyptiens et les étrangers (et donc les Palestiniens) est promulgué en 19847. En 1985, la loi 104 abroge la loi 51 de 1963 qui permettait aux Palestiniens de posséder des terres agricoles, ce qui les contraint à céder leurs terres à bas prix (Dajani, 1986).

  • 8 Pour plus de détails, voir Muhammad Khaled al-Az’ar, 1986.

15Les retombées directes de ces mesures sont très lourdes, même si les contournements sont toujours possibles8 :

  • interdiction de travailler dans le secteur public. Les seuls Palestiniens autorisés sont ceux employés dans l’administration de Gaza ;
  • une carte de travail est exigée pour pouvoir travailler dans le secteur privé, ce qui implique des interdictions de travail sectorielles ou des refus d’attribution pour des raisons politiques ;
  • interdiction d’accéder à l’école publique sauf dans les villages qui ne possèdent pas d’autres types d’établissement ; dans ce cas, un droit de scolarité payable en devises est exigé ;
  • interdiction de faire de l’import-export ou de fonder une société dont le capital est à plus de 50 % étranger ;
  • interdiction de s’inscrire dans des clubs sportifs sauf par dérogation du ministère de l’Intérieur et contre paiement d’un droit annuel important ;
  • difficultés pour obtenir le permis de séjour pour certaines catégories. La durée du permis de séjour en Égypte est fonction de la date d’immigration des Palestiniens : 10 ans pour les réfugiés de 1948, 3 ans pour ceux de 1956, un an pour ceux de 1967, 10 mois pour les réfugiés du camp du Canada ;
  • le séjour en Égypte pour les enfants des réfugiés doit être justifié à partir de leur majorité (18 ans) par un certificat de scolarité émanant de l’université ou une carte de travail9 ;
  • interdiction d’ouvrir un cabinet médical privé, même si l’on est inscrit au syndicat des médecins.

16Ces mesures ont affecté directement la situation socio-économique de la communauté palestinienne. Nous allons nous limiter à traiter en détail trois points : le marché du travail, l’éducation et le droit de déplacement.

Le marché du travail

17Dispersés sur une grande partie du territoire égyptien, les Palestiniens occupent des positions socio-économiques extrêmement diverses. Nombre d’entre eux ont ouvert, au cours des années cinquante, de petits commerces et notamment des épiceries, entreprises qui ne nécessitent pas de gros investissements, remplaçant ainsi partiellement les Grecs et les Juifs qui avaient quitté le pays.

18Toutefois, les activités palestiniennes relevant du domaine privé dépassent largement ce cadre. Selon Maha Dajani, « À la suite de l’agression tripartite de novembre 1956, 25°000 Juifs environ quittèrent l’Égypte (...), leurs biens furent saisis et placés sous le contrôle de l’État. Dans le même temps, de nombreux Palestiniens de Gaza (...) et de Syrie, durant les trois années de la République arabe unie (1958-1961) commencèrent à établir leurs affaires en Égypte. Ainsi, nombre de ces nouveaux arrivants s’implantèrent dans des domaines qui avaient été en partie monopolisés par les Juifs, tels les manufactures, le commerce de gros et de détail, les petits hôtels, les restaurants. Par exemple, trois importantes sociétés juives (Sournaga, Seegourat, Keelatous) furent remplacées par la société palestinienne Abu Laban, briquetterie et usine de tuyauterie. A la fin des années cinquante, cette entreprise subvenait à 50 % aux besoins du Caire. » (Dajani, 1986, p. 56)

19On rencontre également de nombreux Palestiniens dans les activités de services (coiffure, restauration, etc.), où leur savoir-faire leur procure un avantage non négligeable. Mais le secteur d’activité privilégié des Palestiniens reste le commerce. La continuité territoriale avec Gaza, dont sont issus la majorité des Palestiniens d’Égypte, a favorisé la circulation des capitaux et des marchandises. Jusqu’en 1967, l’Égypte est le principal marché des activités commerciales gazaouites, situation qui prend fin à la suite de l’occupation israélienne et de la limitation par l’Égypte des flux migratoires palestiniens.

20À partir des années cinquante, Gaza administrée par l’Égypte devient un centre marchand important. Le statut spécifique du secteur et le vide juridique qui découle de l’administration militaire ne la soumettent pas à la limitation des importations, qui touche l’Égypte à partir de 1952. Malgré la situation militaire, aux avant-postes de la confrontation, les Gazaouites font le commerce de produits « de luxe » dont la révolution socialiste proscrit l’importation en Égypte. De petites embarcations en provenance de Syrie ou du Liban apportent vers Gaza de nombreuses marchandises dont les Égyptiens sont demandeurs (textiles, denrées alimentaires, biens d’équipement, etc.).

21Les commerçants palestiniens se souviennent de ces jeunes mariés qui venaient alors du Caire ou d’ailleurs jusqu’à Gaza pour équiper leur foyer. Il en résulte un formidable essor de l’activité commerciale, des fortunes se constituent, ce qui permet ensuite à de nombreux commerçants palestiniens d’étendre leurs activités vers Le Caire, où ils bénéficient déjà d’une clientèle, et, pour certains, d’y revenir après 1967.

22Cependant, l’immigration palestinienne en Égypte ne se limite pas aux commerçants. Lorsque la situation économique de Gaza, surpeuplée, se détériore après la guerre de 1967, des Palestiniens décident de gagner l’Égypte et d’y chercher un emploi, même précaire. Nombre d’entre eux sont employés comme ouvriers dans les complexes industriels de Helwân et al-Mahalla al-Kubra...

  • 10 On compte à l’échelle de l’Égypte 10°700 membres.
  • 11 Entretien avec Hassan ‘Aid, responsable d’al-Sharqiyya pour l’Union générale des travailleurs de P (...)
  • 12 Depuis un an, il est possible d’installer l’eau courante, mais l’opération coûte 3°000 LE environ, (...)

23Aujourd’hui marginal, le fonctionnariat fut longtemps un vecteur privilégié d’intégration, au moins numériquement (voir chapitre IV). Cependant, si l’immigration palestinienne est pour l’essentiel urbaine, on trouve en Égypte une immigration rurale qui se concentre surtout à Faqos, dans le gouvernorat de Sharqiyya, mais qui représente une toute petite partie de la communauté (5,6 %). Elle s’est installée dans le Delta du Nil, en provenance souvent de Bir-Sava. Ses membres sont employés comme travailleurs agricoles saisonniers. 1°500 personnes adhèrent à l’Union générale des travailleurs de Palestine10. Ils travaillent dix heures par jour pour 4 à 7 LE en moyenne, et ce de 15 à 20 jours par mois11. Dans le village d’Abu-Kabir, les maisons des Palestiniens se distinguent des maisons égyptiennes par leur extrême pauvreté12. Ils subissent de plein fouet les mesures anti-palestiniennes, notamment en matière d’éducation : pour suivre les cours gratuits dispensés par les écoles d’al-Azhar, certains enfants se déplacent jusqu’à 15 km de leur domicile.

  • 13 À titre d’indication, une information chiffrée datant de 1966 montre que 9°243 Palestiniens résida (...)

24Les Palestiniens sont également présents dans les carrières libérales ou intellectuelles, qui complètent le large éventail des positions socio-économiques de la communauté. Mais au-delà de ces réussites, nous pouvons néanmoins souligner que la précarité demeure le dénominateur commun à de nombreux Palestiniens d’Égypte. Selon les premiers résultats d’une enquête de l’Unicef, axée sur l’enfance et la maternité et menée auprès de la population palestinienne du Caire, une pauvreté sans précédent semble désormais la caractériser13.

Les hommes d’affaires palestiniens : les privilèges de la proximité

25Si les hommes d’affaires palestiniens interrogés en Amérique et en Syrie sont pour la plupart des self-made-men, le cas de ceux vivant en Égypte est plus complexe. En fait, la continuité territoriale entre l’Égypte et Gaza, ville dont la majorité de notre échantillon (55 %) est issue, a favorisé l’exportation des capitaux et du savoir-faire familiaux. C’est tout particulièrement dans le domaine commercial que se trouve cette continuité.

26Les hommes d’affaires palestiniens en Égypte travaillent dans des secteurs divers : 28 % ont des entreprises industrielles, 41 % travaillent dans le commerce (de gros ou d’import/export) et 31 % se répartissent dans l’agriculture, le tourisme, la construction et les services. Une autre caractéristique est qu’ils détiennent majoritairement (74 %) un diplôme universitaire - économie, commerce, ingénierie, etc. Dans l’échantillon retenu, aucun n’a un niveau inférieur au baccalauréat. En fait, les Palestiniens d’Égypte ont bénéficié (jusqu’à 1982) d’un traitement égal en matière d’entrée dans les universités égyptiennes, et donc à la quasi-gratuité de l’enseignement supérieur.

27Depuis Camp David et la fin de l’état de grâce pour les Palestiniens, les nouvelles lois ont sérieusement entravé le développement de leurs affaires (interdiction de faire de l’import-export ou de fonder une société dont le capital est à plus de 50 % étranger). Dans un pays où le système du crédit bancaire est peu développé et où les activités économiques sont souvent familiales, il est rare que s’établisse un partenariat avec des Égyptiens. On recourt dans certains cas à des partenaires fictifs : c’est-à-dire que l’on inscrit 51 % du capital au nom d’un proche ayant la nationalité égyptienne, la plupart du temps les épouses égyptiennes de Palestiniens.

  • 14 À l’initiative de l’homme d’affaires Fayez al-Turk, une série des réunions préparatoires à la cons (...)

28Quant aux hommes d’affaires palestiniens des pays arabes, leur marge de manœuvre est moins importante que pour leurs confrères des pays occidentaux. Ceux qui sont en Égypte n’ont pu regrouper leurs efforts que très récemment. Deux tentatives de constitution d’un regroupement des hommes d’affaires - la première fois en 1985 sous le nom de Comité d’action sociale et la deuxième fois en 1989, sous le label de l’Union des hommes d’affaires palestiniens14 - ont échoué pour des raisons politiques. La situation s’est débloquée et l’Association des hommes d’affaires palestiniens en Égypte a été constituée en 1994. En effet, l’Autorité nationale palestinienne a encouragé ce regroupement parce qu’elle en a finalement éprouvé le besoin pour favoriser l’investissement à Gaza, la plupart des hommes d’affaires étant originaires de cette ville.

Les hommes d’affaires et le processus de paix : une ambiguïté

  • 15 Al-Ahrâm, 23/09/95.

29Originaires de Gaza et considérés comme des étrangers, 65 % des hommes d’affaires interrogés se déclarent plutôt - voire complètement - en faveur des accords d’Oslo (35 % et 25 % respectivement), contre 17 % les refusant catégoriquement et 18 % plus nuancés. Cette attitude favorable s’explique par les retombées pratiques qui les concernent directement : ils pourront en principe retourner dans leur ville natale ou au moins la visiter. L’association des hommes d’affaires palestiniens en Égypte a aussitôt envoyé un message de soutien à Yasser Arafat dans le quotidien al-Ahram15.

30Cette majorité favorable aux accords d’Oslo n’a cependant pas d’influence directe sur les investissements dans les Territoires autonomes, comme nous l’avons expliqué dans le premier chapitre. 25 % des hommes d’affaires palestiniens en Égypte ont entrepris des projets, mais très peu sont suffisamment productifs pour engendrer des emplois au-delà de la période d’exécution. Hormis trois projets industriels - usine de matériel de soudure et minoterie (Mahmoud El Farra), fabrique de chaussures en plastique (Youssef Al-Shanti) -, beaucoup concernent la construction (logements, hôtels, hôpitaux) et la commercialisation, dans les Territoires autonomes et occupés, des produits provenant d’Égypte ou passant par l’Égypte.

31Les hommes d’affaires palestiniens d’Égypte ont profité de l’enthousiasme des Égyptiens pour la paix, aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public, pour conclure des joint venture. El Farra a investi dans de grandes sociétés égyptiennes comme Arab Contractors-Osman Ahmad Osman Co., et Muhammad Husein Sabour Co. Nous pouvons également citer le cas de Fahmi Al-Huseini qui a participé à la création d’Arab Palestinian Consulting Engineers/Moharam-Bakhoum, société de joint venture avec la première société égyptienne de consultation (Moharam-Bakhoum). À la faveur du processus de paix, Salah El Rayes a fondé à Gaza une société anonyme de travaux publics avec un partenaire égyptien (Kamal 40

32Al Zahiri) ayant une expérience technique et un autre partenaire suédois afin de bénéficier de financements du gouvernement suédois. Il a signé en avril 1995 un contrat pour la construction d’un hôpital pour enfants d’un coût estimé à 200 millions $. Un autre projet est en cours de négociation pour construire un hôtel cinq étoiles. Enfin, Khalil Sarraf a fondé une société palestino-égyptienne de construction en concluant une joint venture avec Al-Nasr-Hassan ‘Allam Co. (société publique égyptienne de travaux publics). Il a également lancé à Gaza une société de commercialisation de médicaments égyptiens.

L’Égypte : plaque tournante des capitaux palestiniens ?

33L’Égypte est depuis longtemps un pays incontournable pour les hommes d’affaires palestiniens. D’abord, ce sont les Gazaouites qui ont décidé d’investir en Égypte depuis l’occupation israélienne de leur région. Nous trouvons des commerçants comme Tahsin et Muhammad Heilo, des industriels comme Walid Al-Shawa, et des promoteurs immobiliers comme Jalil Mohanna.

34Prenons l’exemple de Walid Al-Shawa, patron de l’United Plastic For Modem Irrigation. Né en 1952 à Gaza, il est diplômé de l’Institut d’agriculture. Il a effectué des stages en Israël. Il a été représentant de sociétés israéliennes d’équipement pour réseaux d’irrigation à Gaza. Un jour, il décide de produire lui-même cet équipement, mais il se trouve dans l’impossibilité de le faire dans les Territoires occupés, étant donné l’instabilité politique liée à l’occupation et la complexité des procédures de commercialisation. Or, l’ouverture économique que connaît l’Égypte l’encourage à s’y installer en 1977. D’abord, il travaille dans le domaine de l’irrigation (études, ventes, exécution de travaux), puis il passe à la production. Il devient président du conseil d’administration en 1986 et propriétaire, avec son frère Jamal Al-Shawa, de 65 % des parts de l’United Plastic For Modem Irrigation (80 employés). Il a réalisé en 1994 un chiffre d’affaires de 194 millions $. C’est une société pionnière dans la production de systèmes d’irrigation par goutte-à-goutte en Égypte. Elle est la seule dans le Monde arabe à produire un équipement complet pour les réseaux d’irrigation.

35Si pour certains, investir en Égypte est un choix, pour les autres, c’est l’impossibilité de rentrer dans les Territoires occupés qui en est la cause. C’est à la suite d’un long séjour dans un pays du Golfe que l’on vient investir en Égypte, profitant de la proximité de la bande de Gaza et d’une main-d’œuvre bon marché. La famille d’El Farra, basée à Los Angeles, illustre le cas de ceux qui viennent de plus loin que la péninsule arabique : « Je suis parmi les premiers étrangers, déclare Mahmoud El Farra, qui ont investi en Égypte depuis les premières mesures de Yinfitâh de Sadate. » Effectivement SAFA, la société-mère de Mahmoud El Farra, a été fondée avec des associés égyptiens, Makka Co. (fabrique de tapis à ‘Amiriyya, près du Caire).

36Or, la politique de Yinfitâh n’a pas inclus les Palestiniens, l’Égypte est restée depuis Camp David un pays fermé à ceux qui n’ont ni document de voyage égyptien ni statut de résident. A la suite de la crise du Golfe, les frontières ont été étroitement fermées aux Palestiniens provenant du Koweit et des autres pétromonarchies. Certains hommes d’affaires palestiniens ayant émigré au Canada ont regretté de ne pas pouvoir investir en Égypte : « L’Égypte a raté une magnifique occasion d’absorber les capitaux palestiniens lors de l’exode du Koweit. Je ne comprends pas ce pays qui fait tout pour faire venir les capitaux arabes et occidentaux, et refuse les capitaux palestiniens. (...) Personnellement, j’ai un passeport canadien, mais je sais qu’on ne me laisse pas entrer quand on y voit mon lieu de naissance, Nablus. »

37Cependant, nombre de nos interlocuteurs ont pu résider en Égypte à la suite de l’invasion irakienne du Koweit, soit en payant un pot-de-vin, soit en s’abritant derrière un passeport jordanien, libanais ou américain. Par exemple, Khalil Sarraf s’est installé au Caire en 1991 pour gérer la filiale égyptienne de sa société enregistrée au Koweit, International Contractors Group (ICG), fondée en 1986, tout en restant à la direction de l’ICG-Kuwait. Il est vice-président, membre du conseil d’administration et actionnaire de l’Advanced Technology For Trading and Manufacturing basé au Caire et créé en 1985, qui vend des produits coréens et spécialement des accessoires de salles de bain. Il est également président et actionnaire de Northstar-Switzerland, une société d’importation pour le Proche-Orient (le seul distributeur de Du Pont Products Corian en Égypte et au Koweit). De même, nous trouvons Faroq Abughazaleh qui a fondé en 1982, avec son frère Mahmoud, Tiba Agriculture au Koweit, une société spécialisée dans l’importation des produits biologiques destinés à l’agriculture. Avec la guerre du Golfe, il s’installe au Caire, et fonde Arab Investment & Development Group qu’il dirige et dont il détient la moitié des actions. Cette société est spécialisée dans le domaine de la biotechnologie.

38Depuis l’amorce de processus de paix, l’Égypte, en dépit des difficultés rencontrées, a pris une place prépondérante dans la transition des capitaux et des affaires. Dotée d’une stabilité politique certaine, d’une main-d’œuvre bon marché, d’une législation encourageante en matière d’investissements, d’un énorme marché de 60 millions d’habitants proche de la bande de Gaza, l’Égypte a convaincu de nombreux hommes d’affaires palestiniens d’y investir : Mahmoud El Farra, encore une fois, a fondé en 1992 Simco Médical Products Egypt, société qui produit des aiguilles pour seringues, des lentilles de contact et solutions et des équipements orthopédiques. Zoheir ‘Amacha a investi dans l’immobilier et dans un grand fast-food (Prosted chicken), etc. Pour ces entrepreneurs, l’installation au Caire est favorable au développement de leurs affaires avec Gaza.

39L’Égypte joue également un rôle dans le transit des capitaux : Muhammad Abugazaleh, le géant du commerce au Chili, a rencontré au Caire Monir Mas’oud, président de Misr-Café, lors d’une réunion d’hommes d’affaires du Proche-Orient. Ils ont conclu un accord de partenariat financier pour la mise en place, entre autres, d’une usine de fabrication de café instantané en Jordanie. L’usine fonctionne actuellement.

Entre deux mondes : la relation économique avec Israël

  • 16 Al-Cha’b, 23/04/95.

40Le mythe d’une normalisation économique entre l’Égypte et Israël menée seulement par le secteur public et bloquée par le privé est en train de s’écrouler avec le temps et du fait du nouveau contexte politique dominé par le processus de paix. Comparons 1993 et 1994 : les échanges commerciaux ont presque doublé. Ils étaient de 20,5 millions $ (9,5 millions $ d’importations égyptiennes en provenance d’Israël et 11 millions $ d’exportations) et sont passés à 40 millions $ - 21 et 23 millions $ respectivement - (Ariel Dayan, 1995). Si les produits échangés pour de longues années pouvaient se compter sur les doigts d’une main, ils sont actuellement au nombre de 4016. Les délégations égyptiennes, de plus en plus, comprennent des hommes d’affaires : leurs deux visites à Tel-Aviv se sont soldées par une exposition commerciale dans la capitale israélienne. Les hommes d’affaires israéliens qui ont participé pour la première fois officiellement à l’exposition industrielle internationale de 1995 au Caire, ont investi dans des projets touristiques dans le Sinaï (construction de villages de vacances et d’hôtels). Un homme d’affaires israélien a également participé à la construction de raffineries en Égypte.

41Dans ce contexte, certains hommes d’affaires palestiniens en Égypte doivent faire preuve de discrétion s’ils veulent garder la possibilité d’un échange économique avec Israël. Paradoxalement, leur discours est nettement opposé à la normalisation, aussi tentent-ils de nous donner les raisons « très particulières » pour lesquelles ils ont établi des relations économiques avec Israël. Une société de torréfaction commercialise un septième de sa production en Israël. Pour le propriétaire de cette société, un Palestinien originaire de Jaffa et réfugié en Égypte depuis 1948, les circuits du commerce international du café sont aux mains des Juifs et ses relations commerciales avec Israël sont une façon de pouvoir élargir son marché. Il insiste, lors de l’entretien, sur le fait que l’échange doit se faire uniquement vers Israël et qu’il est catégoriquement opposé aux accords d’Oslo et à ouverture du marché arabe aux produits israéliens.

42En revanche, un autre homme d’affaires palestinien évoque la nécessité d’acheter la technologie et le savoir-faire israéliens parce qu’ils sont « indispensables au développement de l’économie arabe, particulièrement dans le domaine agricole » : S... fait partie de ceux qu’on appelle les Arabes d’Israël. Né à Tiré près de Tulkarem, d’une famille connue pour son rôle dans la lutte nationale, il commence ses études universitaires d’agronomie, mais il ne peut les terminer à cause de ses activités politiques et s’enfuit en Egypte en 1964. Fort de son expérience acquise en Israël dans le secteur agricole et notamment dans l’exploitation des serres, il travaille de 1972 à 1975 pour le ministère irakien de l’Agriculture (il est le premier à introduire des serres en Irak). En 1975, il s’installe au Caire où il fonde une société spécialisée dans le commerce de matériel agricole. Il achète 6°800 dunum de terres agricoles bonifiées par l’État égyptien en 1982 et les exploite en introduisant des variétés de légumes inconnus jusqu’alors en Égypte. En 1993, il fonde un laboratoire de culture de tissus biologiques, projet pionnier qui fait appel à la technologie et au savoir-faire israéliens en matière de contrôle génétique. Il hésite longtemps avant d’entrer en contact avec une entreprise israélienne spécialisée dans le même domaine. Il attend, pour se décider, la signature du traité de paix entre l’OLP et Israël à Washington. Pour lui, « les Israéliens n’ont plus une attitude anti-arabe qui empêche toute coopération. Avec l’argent, on peut acquérir n’importe quel savoir-faire. Par exemple, quand j’ai décidé d’importer en Égypte les procédés de technologie génétique agricole, le kibboutz spécialisé dans ce domaine m’en a demandé un prix exorbitant (un million $). J’ai refusé. Une semaine plus tard, le chef des ingénieurs m’a téléphoné en me proposant de faire le travail demandé à titre individuel pour 100°000 $ seulement... »

43Ce dernier exemple ne peut nous amener à conclure que les Palestiniens pourraient être le « pont » par lequel les Israéliens normaliseraient leurs relations économiques avec les Arabes - par le biais de la commercialisation des produits arabes en Israël ou la transmission des technologies et du savoir-faire israéliens dans ces pays -, mais il faut en retenir l’exemplarité. Au moins pourrons-nous tout de même remarquer que certains Palestiniens, ayant côtoyé les Israéliens pendant l’occupation, ont moins de dificultés à communiquer avec eux ou à établir avec eux des relations économiques.

44Cependant, les échanges économiques avec Israël restent très mal perçus par la communauté palestinienne en Égypte. Les trois cas identifiés par notre étude restent très confidentiels et deux d’entre eux ont ressenti la nécessité de garder de bonnes relations avec l’OLP (en envoyant par exemple un message d’allégeance à Yasser Arafat à travers le quotidien al-Ahrâm), de façon à contrebalancer leur relation avec « l’ennemi du peuple palestinien » et à bien montrer leur préoccupations nationalistes et patriotiques.

Les Palestiniens en Égypte : une quête d’identité

45La question de l’identité, pour les Palestiniens de l’exil, ne saurait s’appréhender comme naturelle, le processus socio-historique la métamorphosant soit pour l’étouffer, soit pour lui donner un nouvel élan. Ici, le rapport à la société d’accueil est déterminant.

46Les Palestiniens, y compris ceux ayant un passeport jordanien, constituent en Égypte une minorité d’environ 120°000 membres sur 60 millions d’habitants, soit moins de 0,2 % de la population. Dispersés géographiquement, ils forment selon leurs migrations et leurs origines géographiques et sociales, différents groupes ouverts et peu institutionnalisés. La présence palestinienne est diluée au Caire et dans les grandes villes du nord du pays. Son intégration sociale a été facilitée par l’homologie des structures socio-familiales palestiniennes et égyptiennes, réduisant les relations conflictuelles et l’ethnicisation des rapports sociaux. Par ailleurs, de nombreux Palestiniens marqués par l’exode ont volontairement joué la carte de l’intégration, alors que les représentations véhiculées par le nationalisme arabe brouillaient leurs repères.

47Il est très rare que nos interlocuteurs désignent un nombre d’amis exclusivement palestiniens et qu’ils distinguent, dans leur choix amicaux, Égyptiens et Palestiniens ; la plupart y sont indifférents. Nous pouvons également noter que la majeure partie des patrons palestiniens ne s’intéressent pas à la nationalité de leurs employés lors de leur embauche.

48Cependant, intégration ne signifie pas assimilation. Lorsqu’il s’agit de mariage, l’origine palestinienne du conjoint l’emporte largement, ce qui montre une certaine résistance à l’assimilation. Ici les explications divergent : les uns affirment préférer épouser un(e) Palestinien(ne), tandis que les autres considèrent que c’est l’Égyptien(ne) qui n’aime pas épouser un(e) « étranger(ère) ».

49Il est vrai que le caractère amène du peuple égyptien a beaucoup aidé les Palestiniens à s’intégrer, mais certains facteurs ont eu des effets contraires. Les Palestiniens demeurent toujours soumis à des aléas politiques et à leur concrétisation juridique. A partir des années soixante-dix, des mesures discriminatoires consécutives à la dégradation des relations entre l’Égypte et l’OLP ont altéré leur statut, les reléguant dans une marginalité socio-économique certaine. Bénéficiant jusqu’alors de la plupart des droits des nationaux - accès à la fonction publique, à la quasi-gratuité de l’école publique et de l’enseignement supérieur, etc. - ils sont redevenus des étrangers, leur intégration s’est trouvée remise en cause.

50Ainsi, entre marginalité et intégration, une identité palestinienne surgit, certes faible, comparée à celle existant dans les monarchies de Golfe. Il est frappant de constater que parmi nos interlocuteurs, beaucoup ont un nom dont la signification est liée à la question palestinienne : Nidal, Kifah, Jihad (lutte), ‘A’d, ‘A’da (retourné), ‘Awda (retour), Tahrir (libération), Istishhad (martyr), Tha’r (révolutionnaire), Fida’ (sacrifice), etc.

  • 17 La même observation a été faite par le responsable d’une enquête de l’Unicef axée sur l’enfance et (...)

51Depuis le déclenchement du processus de paix, beaucoup de rumeurs circulent sur la possibilité du retour des réfugiés palestiniens de 1967 dans les Territoires autonomes, d’une compensation pour ceux de 1948 ou d’une réinstallation (tawtîn). Cependant, l’inquiétude s’est emparée de la communauté palestinienne depuis que les autorités égyptiennes ont rendu officiels les chiffres de ce qu’elles ont appelé un « recensement » des Palestiniens en Egypte : nos interlocuteurs m’ont posé beaucoup de questions sur la finalité de notre recherche sur la diaspora17. Les grandes puissances sont soupçonnées de vouloir décider du sort des réfugiés sans les consulter. Le discours sur le retour est extrêmement ambigu. Ici, également, un écart se manifeste entre les réfugiés de 1948 et les individus originaires de Gaza. Les premiers ont très peu manifesté le désir de « s’exiler à nouveau dans des territoires, certes palestiniens, mais loin de leur terre spoliée », alors que près de 60 % des réfugiés de Gaza nous ont confié leur intérêt à retourner dans leur ville d’origine. En les interrogeant sur leurs projets, je me suis rendu compte qu’ils attendaient que la situation politique et économique se stabilise avant de retourner définitivement dans les Territoires autonomes et occupés. Reste à dire que le retour par le biais du regroupement familial est jusqu’à présent très délicat et dans les mains des Israéliens. Pourtant, des Palestiniens résidant en Égypte sont partis à Gaza munis d’un visa de visiteur dans l’intention d’y rester définitivement et refusent de repartir. Selon Barakat al-Farra, le conseiller économique de l’ambassade de Palestine au Caire, près de 10°000 Palestiniens ont définitivement quitté l’Égypte pour gagner Gaza.

Notes

1 300 000 LE ont été mises à la disposition de ce comité par l’État égyptien et 400 000 LE par la Ligue arabe.

2 Le comité était composé de représentants des ministères de l’Intérieur, des Affaires sociales, de la Santé, de l’Agriculture, de la Défense, et d’autres institutions concernées.

3 En fait, il ne s’agit pas d’un recensement mais d’un calcul à partir des flux migratoires.

4 Les catégories B et J sont attribuées aux Palestiniens résidant en Égypte depuis 1948, la catégorie D aux résidents depuis 1956 et la catégorie H aux résidents depuis 1967. Il faut cependant noter que les Palestiniens ayant un passeport jordanien d’une durée de 5 ans sont considérés par l’autorité égyptienne comme Jordaniens, échappant ainsi à la fluctuation des relations entre l’OLP et l’Égypte (la Jordanie délivre deux types de passeport : l’un, d’une validité de cinq ans, est attribué aux Jordaniens et aux Palestiniens réfugiés avant 1967, et l’autre, d’une validité de deux ans, aux Palestiniens réfugiés après 1967).

5 Lors de la session n° 11 du 9 mars 1959, la Ligue arabe a conseillé aux pays arabes membres de « trouver des opportunités d’emploi pour les réfugiés palestiniens résidant dans leurs pays respectifs, tout en gardant la nationalité palestinienne comme principe général. »

6 L’article 1 de la loi 66 de 1962 stipule qu’« il est permis d’employer les Arabes palestiniens dans les institutions étatiques et de les traiter comme les citoyens de la République arabe unie ». Les Palestiniens de 1967 ne sont donc pas concernés, étant donné la non-reconnaissance de leur statut de réfugiés. Cette loi a été abrogée par l’article n° 2 du Code du travail relatif au secteur public (loi 48 de 1978). Il est cependant permis aux Palestiniens d’exercer des professions libérales.

7 A titre d’exemple, l’autorité égyptienne a exigé 42,5 LE à chaque renouvellement du droit de séjour, à savoir une période de 10 mois pour les réfugiés d’après 1967. Cette somme est exorbitante pour une famille moyenne de 6 membres.

8 Pour plus de détails, voir Muhammad Khaled al-Az’ar, 1986.

9 Cela oblige de nombreux Palestiniens à payer en devises les droits de scolarité dans n’importe quelle université ou institut supérieur pour obtenir un certificat de scolarité.

10 On compte à l’échelle de l’Égypte 10°700 membres.

11 Entretien avec Hassan ‘Aid, responsable d’al-Sharqiyya pour l’Union générale des travailleurs de Palestine.

12 Depuis un an, il est possible d’installer l’eau courante, mais l’opération coûte 3°000 LE environ, dépense inaccessible pour la plupart.

13 À titre d’indication, une information chiffrée datant de 1966 montre que 9°243 Palestiniens résidant en Égypte recevaient une aide gouvernementale (dont 4 288 au Caire) (Laurie A. Brand, 1988, p. 50).

14 À l’initiative de l’homme d’affaires Fayez al-Turk, une série des réunions préparatoires à la constitution de cette union ont eu lieu au Caire, sous le parrainage d’al-Tayeb Abdel-Rahim, directeur du bureau de l’OLP.

15 Al-Ahrâm, 23/09/95.

16 Al-Cha’b, 23/04/95.

17 La même observation a été faite par le responsable d’une enquête de l’Unicef axée sur l’enfance et la maternité, menée en hiver 1995 auprès de la population palestinienne du Caire.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable