Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre deux mondes : les hommes d’affaires palestiniens de la diaspora et la construction de l’entité palestinienne

 | 
Sari Hanafi

Chapitre I. Les hommes d’affaires palestiniens en Amérique du Nord

Entrées d'index

Texte intégral

L’émergence de la diaspora palestinienne en Amérique du Nord

1Les faits générateurs de la diaspora palestinienne en Amérique sont extrêmement complexes et on peut les classer sous des rubriques très diverses : expulsion, exode, migration, etc. On peut se demander si le choix de l’Amérique est une décision réfléchie. Comme le rappellent Maurice Goldring et Piaras Mac Einri (1989, p. 173) à propos des émigrants irlandais, ce qui était important pour les émigrés palestiniens, ce n’est pas l’endroit où ils vont, mais ce qu’ils quittent - la vie au village, ou dans les camps de réfugiés des pays limitrophes, et dans les villes israéliennes. Partir est plus important qu’arriver.

2En fait, comme ce fut le cas pour l’émigration irlandaise (ibidem, p. 183), le choix de l’émigration se décide moins au niveau individuel qu’au niveau collectif, en quelque sorte : il s’agit d’une véritable culture de l’émigration. Le choix devient spontané, intégré dans les conduites des familles et des communautés. Dans le cas de l’Amérique, les réseaux familiaux ou de voisinage fonctionnent pleinement en procurant des emplois et des logements aux nouveaux venus. C’est là-bas qu’on peut faire fortune et que les classes sociales apparaissent moins figées qu’ailleurs. On choisit une région éloignée d’un régime arabe autoritaire et des traditions conservatrices. On va en Amérique à la recherche du passeport, symbole de la liberté, ou même pour se procurer n’importe quel document américain (permis de conduire, carte de résident) permettant de circuler entre, d’un côté, les Territoires occupés et, de l’autre, Jérusalem ou Israël. Avant la guerre du Golfe, les riches Palestiniens de la péninsule arabique n’ont pas hésité à partir pour le Canada et les États-Unis, vers une aventure économique incertaine, pour y trouver liberté et dignité.

  • 1 On estime que 90 % des habitants de Bethléem ont émigré. 60°000 Palestiniens de Beit Jala ont émig (...)
  • 2 Selon une enquête exhaustive sur l’émigration dans le village de Tormos ‘Ayya (5 140 habitants) me (...)

3La première vague d’émigration palestinienne aux États-Unis date de la fin du siècle dernier. Les causes en sont la famine et la crise économique que subissait la Palestine ottomane, les vagues suivantes étant liées directement à la situation politique de cette dernière. En 1948, la deuxième vague est provoquée par l’exode massif des Palestiniens des grandes villes comme Haïfa, Acre et Jaffa vers les pays arabes limitrophes, ou vers les États-Unis pour ceux qui ont la possibilité de rejoindre des parents. Quant à la troisième vague, elle intervient à la suite de la guerre de juin 1967, car elle n’inclut pas seulement les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, mais aussi ceux d’Israël et de l’extérieur, qui ne croient plus en la libération de la Palestine. L’hémorragie devient spectaculaire : des villages entiers émigrent1, en provenance surtout de la région de Ramalla (Tormos-’Ayya2, Bitin, etc.). Enfin, la quatrième vague est provoquée par la deuxième guerre du Golfe et une partie des Palestiniens expulsés de cette région gagnent l’Amérique du Nord, profitant de la présence d’enfants ayant entrepris leurs études dans les universités américaines, ou en tant qu’investisseurs, surtout au Canada.

4Ces quatre étapes sont applicables au Canada, excepté la première, car le Canada n’a été découvert que tardivement par les Palestiniens. En outre, une partie des Palestiniens du Liban ayant échappé aux massacres de 1982 ont été accueillis à bras ouverts, surtout au Québec.

5Il ressort du schéma migratoire proposé ici que les causes de l’émigration sont plutôt politiques. Même pour les Palestiniens vivant en Israël, le motif économique ne s’avère pas primordial : ils souffrent de mesures discriminatoires, d’ostracismes sociaux et d’un racisme larvé ou affiché. De nombreuses secousses ont éparpillé les Palestiniens aux quatre coins de l’Amérique. Le « rêve américain » ne signifie donc pas pour eux un lieu de richesse mais plutôt un lieu de survie, loin d’un Proche-Orient déstabilisé.

La démographie palestinienne

  • 3 À titre d’exemple, à son arrivée en France, un Palestinien ayant un document de voyage délivré par (...)

6Dans la plupart des pays occidentaux, on a voulu rendre difficile le calcul du nombre de Palestiniens. En général, la catégorie « Palestiniens » est absente de la nomenclature statistique, ceci pour des raisons purement politiques, à de rares exceptions près3. Les autorités françaises, à titre d’exemple, attribuaient aux Palestiniens ayant un document de voyage délivré par un pays donné, une carte de séjour portant la mention « nationalité indéterminée ». Il faut attendre 1992 pou que les Palestiniens soient considérés comme des réfugiés. À travers l’expérience des militants palestiniens dans des pays comme l’Allemagne et le Canada, on constate que les services de renseignements de ces pays disposent d’informations qui leur permettent de distinguer les Palestiniens titulaires de passeports jordaniens ou israéliens et les « vrais » Jordaniens ou les juifs israéliens. Il n’est donc pas impossible de dissocier les Palestiniens des autres nationalités arabes.

7Malgré cette ignorance délibérée, malgré les incertitudes d’une démographie sans statistiques et la difficulté de saisir l’identité palestinienne derrière la diversité des citoyennetés, on peut avancer quelques chiffres.

8Le Census Canada de 1991 donne deux chiffres concernant les Arabes canadiens : 151°125 Arabes, chiffre calculé sur la base d’un seul paramètre et 203°950 selon de multiples paramètres. Or, d’après une recherche menée par Farid Ohan et Ibrahim Hayani (1993), le nombre d’Arabes s’élève à 248°500 selon un calcul qui consiste à ajouter au nombre d’Arabes d’une année initiale (1946) les chiffres d’émigrants arabes pour chaque période jusqu’au 1993, tout en négligeant le mouvement de retour à cause de sa marginalité.

9En fait, c’est en 1991 que l’autorité canadienne a recensé pour la première fois les Palestiniens. Sur 151°000 Arabes recensés, 4°050 sont Palestiniens. Si l’on prend en considération le chiffre de Ohan et Hayani relatif au nombre d’Arabes - apparemment le plus juste (250°000) -, on peut estimer le nombre de Palestiniens à 6°700. Ceux-ci vivent principalement en Ontario (68 %, ce qui a justifié le choix de Toronto et de ses alentours pour mener notre enquête) mais aussi au Québec (surtout à Montréal). Encore ce chiffre n’inclut-il pas les Palestiniens titulaires d’un passeport, arabe ou autre. Baha Abu Laban (1980) estime le nombre de Palestiniens à 20°000.

  • 4 Depuis le début de XIXe siècle et jusqu’en 1920, le nombre de Palestiniens immigrés annuellement a (...)
  • 5 Le Bureau central palestinien des statistiques a estimé le nombre des Palestiniens aux États-Unis (...)

10Aux États-Unis, 1957 est la dernière année où le United States Census Bureau et le Naturalization Service (INS) retiennent la catégorie de la nationalité, du pays de naissance ou du pays de dernière résidence permanente en ce qui concerne les Palestiniens (Louis Cainkar, 1988, p. 58). Cependant, la section internationale de l’United States Census Bureau a commandé en 1985 à Roof et Kinsella (1985) la réalisation d’une étude pour évaluer le nombre des Palestiniens dans 17 pays où ils sont censés résider. Les auteurs ont estimé le nombre des Palestiniens aux États-Unis en 1984 à 87°700. Ce chiffre, fondé sur le nombre de Palestiniens et une partie des Jordaniens immigrés depuis 1942, paraît très inférieur à la réalité parce qu’il omet les Palestiniens réfugiés dans des pays arabes autres que la Jordanie et exclut les Palestiniens et leurs descendants émigrés avant 19424. Extrapolé pour 1988, il est évalué à environ 115°000 par Louis Cainkar (1988, p. 58)5. Janet Abu-Lughod (1986) a estimé leur nombre à 130°000 pour 1986, en excluant aussi ceux d’avant 1940. Si l’on adopte ce chiffre, on pourrait facilement imaginer qu’en 1994 le nombre de Palestiniens vivant aux États-Unis serait de 150°000 à 200°000. Il est à noter que la plupart des Palestiniens sont issus de Cisjordanie.

Éléments pour une sociologie des générations

11Si la deuxième génération subit une acculturation croissante par rapport à la première, elle bénéficie de facilités qui n’existaient pas auparavant et qui favorisent ses relations avec le Proche-Orient : radios communautaires, antennes paraboliques, voyages à prix accessibles, téléphone, fax, etc.

12On peut tenter l’esquisse d’une sociologie des générations de la diaspora. La génération émigrée avant 1967, surtout celle des réfugiés, est née en Palestine. Elle a vécu de multiples exodes avant d’arriver au Nouveau Monde. Elle a apporté avec elle les coutumes et la tradition arabes. Elle est déracinée au sens propre du terme, maîtrisant mal ou ignorant totalement l’anglais, prolétarisée, obsédée par les problèmes de survie quotidienne. Laissant souvent leur famille au village en attendant de s’établir, les Palestiniens de cette génération vivent comme passagers et étrangers. Même si leur séjour se prolonge, ils demeurent dans la psychologie du temporaire, espérant retourner un jour chez eux, surtout après la cessation de leur activité.

13La génération d’après 1967, comme les enfants de la génération précédente qui ont grandi loin de leur terre, garde encore sa langue maternelle et maîtrise mieux l’anglais. Le conflit arabo-israélien, ainsi que le rapport de forces régional et international, est plus clair dans leur esprit que dans celui de la génération précédente. Imprégnés des récits de la vie villageoise et de l’occupation israélienne, les Palestiniens de cette génération s’approprient les souvenirs de leur famille et de leurs aînés. Sachant bien que leur séjour peut durer éternellement, ils s’insèrent dans le monde du travail américain et s’intègrent à la vie sociale et politique.

14Les générations qui suivent, nées souvent en Amérique du Nord, se différencient radicalement des deux précédentes et sont les « vraies » générations de la diaspora. Ayant la citoyenneté américaine et portant quelquefois un prénom américain, les individus qui les composent parlent très mal l’arabe. Ils sont souvent à moitié palestiniens, issus de mariages mixtes et en voie d’assimilation. Cependant, ce qui est frappant, c’est que leur attachement à la question palestinienne et à leur communauté ne disparaît pas. Certains, après de longues années d’enfance dans une sphère totalement américaine, découvrent leur palestinité ou arabité à l’université ou. dans des milieux de travail qui se structurent de façon communautaire en Amérique.

15On observe chez les générations d’après 1967 le phénomène suivant : certains américanisent leur nom ou même en changent carrément, surtout dans les milieux d’hommes d’affaires. S’agit-il d’une forme de convivialité envers le pays hôte ou d’une nécessité pour garantir la réussite de leurs affaires ? Pour certains, le nom américanisé est une sorte de pseudonyme et non pas un renoncement à leur patronyme d’origine. Dans ce cas, ils se dotent de deux cartes de visite comportant chacune un nom. On a observé, cependant, l’embarras que ressentent certains devant leur communauté, lorsqu’ils se font appeler Mike au lieu de Muhammad et Terry au lieu de Tareq. Pour les chrétiens, on passe quasi-automatiquement, dans la deuxième génération, aux prénoms non arabes que l’on a déjà l’habitude d’utiliser en Palestine (comme Georges, Michel, Sylvie, Sonia, etc.) sans pour autant trop se démarquer de la communauté. Peu importe la raison pour laquelle on change de nom, cela peut être considéré comme le signe d’une adaptation au contexte américain.

Une ascension sociale (ir)résistible

  • 6 On emploie ce terme traduit de l’anglais (Palestinian Americans), pour mieux tenir compte d’un typ (...)
  • 7 Une Palestinienne de Chicago nous a indiqué que sa famille de Jérusalem lui envoyait un billet d’a (...)

16On a souvent une vision mythique des Palestiniens d’Amérique du Nord, considérés comme une des diasporas palestiniennes les plus riches. Quand un Palestinien vivant dans la misère voit la ville de Ramallah, en été, transformée en une sorte de Chicago par les vacanciers, il pense que tous les Palestiniens-Américains6 vivent ainsi. On ne sait pas qu’une partie d’entre eux vivent dans une situation précaire et n’ont même pas les moyens de passer des vacances dans leur famille des Territoires occupés.7

17Au début de ce siècle, la situation générale des émigrés palestiniens est dramatique. Ils sont réduits à la condition de sous-prolétaires. Sans ressources, sans qualifications, ignorant l’anglais, ils doivent se contenter de travaux pénibles, dangereux, mal payés dans les différents domaines de l’industrie. Qu’il s’agisse des bidonvilles qui ceinturent les métropoles industrielles, des camps, des taudis de Détroit, Chicago, New York ou des dortoirs des usines où familles et célibataires s’entassent, trois termes caractérisent l’habitat des réfugiés palestiniens, comme celui des réfugiés arméniens (Anahide Ter Minassian, 1989, p. 135) : précarité, insalubrité, promiscuité.

  • 8 L’adjectif « américain » se réfère dans cette étude tantôt à l’Amérique du Nord, tantôt aux États- (...)

18Les Palestiniens occupent des emplois très divers : ouvrier, professeur, chauffeur de taxi, épicier dans la 63e rue (dans le quartier noir du sud de Chicago) et au Mississauga à Toronto, propriétaire d’une épicerie chic sur Atlantic Avenue à Brooklyn, grand financier ou patron d’industrie. Si tous commencent leur vie dans l’« eldorado américain »8 comme ouvrier, épicier ou étudiant, ils n’en restent pas là : nous avons pu constater, à travers les parcours de nos interlocuteurs, une mobilité sociale très grande. Ce qui a par ailleurs empêché la constitution des ghettos palestiniens. Nous les retrouvons dans certains endroits comme Marquette Park à Chicago, par exemple (Cainkar, 1988, p. 155) véritables « zones tampon » entre les communautés noire et blanche.

  • 9 Entretien avec un conseiller du maire de Chicago, chargé de la communauté arabe.

19À Chicago, nous pouvons recenser d’après les statistiques 1°500 commerces arabes dont la plupart appartiennent à des Palestiniens, 400 médecins et dentistes arabes dont environ 150 Palestiniens, et 60 avocats dont 50 Palestiniens9.

  • 10 Entretien avec Rachad Saleh, président de Palestine House à Toronto.
  • 11 Assistance de type RMI (Revenu minimum d’insertion).

20Au Canada, la communauté palestinienne peut être considérée comme ayant bien réussi socialement et économiquement par rapport aux autres communautés émigrantes ayant la même ancienneté. Le nombre d’hommes d’affaires paraît plus important10. Ceux qui vivent grâce au Welfare11 sont relativement peu nombreux et se trouvent parmi les réfugiés politiques (qui attendent souvent longtemps avant que leur demande soit examinée) en provenance du Liban ou du Koweit.

21Trois schémas d’ascension économique et sociale dominent.

22Peu qualifiés, les ouvriers palestiniens ont subi de plein fouet les effets pervers de l’automatisation de l’industrie, surtout celle de l’industrie automobile à Détroit. Ils se reconvertissent principalement dans le petit commerce. Disposant de peu de capitaux, ils ouvrent un commerce (grocery ou food & liquors) dans les quartiers difficiles comme ceux des Noirs américains. Ces petits commerçants travaillent au moins douze heures par jour, sept jours sur sept, pour subvenir aux besoins de leur famille. Les mères, souvent à la maison ou à l’épicerie, ne parlent que peu l’anglais. Contraints d’aider leurs parents, les enfants ont parfois une scolarité difficile et ne peuvent ainsi que reproduire le schéma social de leur famille.

23Nécessitant peu d’expérience et de qualification, le métier d’épicier constitue une étape inévitable pour les ex-chômeurs ou les nouveaux émigrés. Certains se contentent de cette activité qui leur assure le minimum vital, mais pour les autres, c’est une étape provisoire qui permet l’acquisition d’un capital nécessaire à la création d’autres types d’affaires. L’enquête révèle un schéma classique d’ascension au statut d’homme d’affaires : l’achat d’une autre épicerie (ou de plusieurs), que l’on confie le plus souvent à quelqu’un de la famille. Avec la prospérité commence la diversification : achat d’une station-service, d’un supermarché de taille moyenne (food & liquors) ou d’une boutique. Enfin, on laisse la gestion de l’épicerie pour passer à des domaines plus complexes comme la promotion immobilière.

24Ce premier schéma concerne tout particulièrement ceux qui n’ont pas de qualification professionnelle ou de diplôme supérieur. Il n’est donc pas opératoire au Canada où la majorité écrasante des hommes d’affaires palestiniens sont diplômés.

25Le deuxième schéma d’ascension passe par les études universitaires. Munis d’un capital culturel précieux (diplômes supérieurs obtenus en Amérique), les Palestiniens sont nombreux dans les universités américaines. Faute de moyens, ils suivent un cursus universitaire souvent difficile et sont contraints de travailler à temps partiel pour subvenir à leurs besoins et s’acquitter de droits d’inscription annuels très élevés. De nombreux étudiants deviennent enseignants et professeurs dans les universités d’Amérique du Nord. Les exemples abondent : Majid Kazimi dirige le département de génie nucléaire de Massachusetts Institute of Technology ; Ramzi Cotran est professeur spécialisé en pathologie à Boston ; Edward Saïd, intellectuel de renommée internationale (son livre, L’orientalisme, est traduit en dix-neuf langues), est titulaire d’une chaire de littérature anglaise et de littérature comparée à l’université de Columbia, New York ; Elia Zureik, Nasir Arori, Hisham Charabi, Nadim Rohana et Rachid Khaldi sont professeurs de sciences sociales. Ghada Talhami, professeur de science politique au Lake Forest College (Chicago), témoigne d’une évolution significative dans la plupart des départements Middle East Studies des universités américaines, où l’on est passé d’une majorité de professeurs d’origine juive américaine ou israélienne, à une majorité d’Arabes, essentiellement palestiniens.

  • 12 Tous les pourcentages figurant dans cette étude, sauf mention contraire, résultent de notre échant (...)

26Le troisième schéma concerne cette fois les hommes d’affaires diplômés qui constituent 64 % de l’ensemble aux États-Unis et 94 % au Canada12. Les lignes de force de l’ascension sociale résident dans la mobilisation d’un capital technique et scientifique et d’une expérience acquise le plus souvent dans le secteur privé. C’est-à-dire que, de simple employé dans une entreprise, on devient gérant de sa propre affaire. La présence palestinienne dans le secteur public, en revanche, est très marginale (4 % d’hommes d’affaires palestiniens-américains interrogés).

27En bref, les Palestiniens sont attirés par certaines carrières propres au monde moderne et faisant partie de la méritocratie du système américain. C’est une réussite de l’intégration, avec en plus la force que donnent l’inquiétude et le besoin de s’auto-affirmer, d’exister. Il ne s’agit pas ici d’alimenter le mythe d’une communauté d’affaires mais de signaler la diversité des carrières et des schémas d’ascension. Car il apparaît que la proportion des hommes d’affaires palestiniens dans la population palestinienne émigrée est faible. Les petits commerçants, par exemple, dès qu’ils ont un peu d’argent, en envoient à leur famille dans les Territoires occupés sans penser à l’investir aux États-Unis, ce qui entraîne une dispersion des efforts et empêche l’accumulation des capitaux nécessaires aux grands investissements.

28Nous allons nous arrêter au dernier type d’ascension, celui propre aux hommes d’affaires, en raison de l’importance que l’on attache, dans le nouveau contexte, à leur rôle économique éventuel au Proche-Orient.

Les caractéristiques des hommes d’affaires palestiniens

29On peut considérer l’appartenance à la première génération comme un facteur explicatif essentiel du caractère de self-made-men de ces hommes d’affaires.

30Le fait qu’ils soient « partis de rien » explique leur âge élevé (en moyenne 52 ans), car le démarrage de leurs affaires a souvent été difficile et quelquefois douloureux. Leur parcours, qui témoigne bien des difficultés rencontrées et des efforts déployés, a nécessité beaucoup d’endurance, d’austérité et de modestie. Or la difficulté de l’ascension sociale ne les a pas fait recourir à des leviers souterrains, ils sont restés « transparents ». La période nécessaire à « l’enracinement » des affaires est importante : l’enquête montre que 75 % des interviewés aux États-Unis y résident depuis plus de 20 ans, contre 45 % au Canada, ce qui indique une ascension plus rapide dans ce pays. Prenons quelques exemples illustrant les parcours d’endurance qu’ont dû suivre ces hommes d’affaires.

31Atef Roshdi, originaire de Bit-’Anin Ramalla, en Cisjordanie, arrive à Chicago à l’âge de 15 ans. Il est employé successivement dans une boutique de vêtements avec son père et dans différents restaurants. Son père vend son commerce et retourne définitivement dans sa famille en Cisjordanie. Atef achète alors une épicerie et en confie la gestion à son frère, puis décide de constituer une association offrant des services aux commerçants arabes de Chicago (estimés à 2°000 personnes). L’idée est que les Arabes travaillent avec les Arabes : si un commerçant a besoin d’un électricien, l’association lui proposera un artisan arabe qui lui fera un prix. Ces services sont rendus contre un droit annuel payé à l’association. L’individualisme arabe, déplore Atef, a fait échouer cette initiative. Le jeune entrepreneur, après avoir perdu beaucoup d’argent et de temps, ouvre à nouveau une épicerie et embauche un nouvel arrivant originaire de son village. Six moins plus tard, l’épicerie est attaquée et l’employé est tué. Atef dépense une fortune (7°000 $) pour protéger son bien (vitres pare-balles, système de sécurité). Il devient déficitaire et redémarre avec une nouvelle idée. Un an plus tard, il imprime des lotos pour les vendre aux commerçants arabes qui, à leur tour, les offrent à leurs clients à titre de publicité. S’apercevant que l’affaire n’est pas rentable, Atef lance alors un journal (ial-Bustan) en anglais et en arabe pour passer les annonces des commerçants. Au début, l’entreprise se révèle fructueuse, mais il se trouve en concurrence avec d’autres journaux. Son journal devient une charge et il le vend. Enfin, il achète avec son frère un magasin de vente en gros (Nader Wholesale). Le chiffre d’affaires (100 millions $) est maintenant trois fois plus élevé que l’estimation faite au moment du lancement du magasin.

32Maurice Zakkak, originaire de Jaffa, né dans un camp de réfugiés à Gaza, a travaillé successivement dans six pays arabes : Liban, Libye, Koweit, Jordanie, Syrie, Arabie Saoudite. Il a été contraint de quitter tous ces pays. Arrivé au Canada comme émigrant en 1984, il jure de n’aller nulle part ailleurs parce que c’est la première fois qu’il se sent « chez lui ». Il est diplômé en comptabilité de l’université libanaise, mais les autorités canadiennes ne reconnaissent pas son diplôme. Il est alors contraint de travailler comme employé dans une société privée. Six ans plus tard, il se retrouve au chômage. Il réussit le concours d’équivalence et ouvre un bureau d’expertise comptable. Ses affaires finissent par prospérer. Il investit une partie de son capital dans une manufacture pharmaceutique canadienne pour la fabrication de vitamines.

33Les hommes d’affaires palestiniens constituent un groupe hétérogène dans le sens où ils ont suivi des itinéraires multiples. L’enquête a montré une prédominance des activités commerciales (52 % dans les deux pays). Les Palestiniens issus de Ramalla, Bethléem et Jérusalem ont une tradition mercantile venant de villes où le tourisme et le pèlerinage étaient florissants. Les activités industrielles, en revanche, varient selon les pays : elles sont marginales aux États-Unis (11 %) et importantes au Canada (17 %). La tendance s’inverse en ce qui concerne les activités de services (finance, assurances, etc.) : 21 % au Canada, contre 26 % aux États-Unis (floraison due principalement au besoin de services de comptabilité dans la communauté commerçante arabe). La stratégie entrepreneuriale consiste souvent à investir dans un domaine lié à l’expérience technique que l’on possède, ce qui favorise l’accumulation d’expérience. Cela constitue une des caractéristiques majeures du comportement des hommes d’affaires, contrairement à leurs homologues du Proche-Orient. Ces derniers ont en effet tendance à adopter une stratégie d’exploration d’opportunités et de diversification des sources de revenu, en passant systématiquement par les investissements immobiliers, rentables à court terme (Louis Blin, 1994 ; Sari Hanafi, 1994 ; Saïd Tangeaoui, 1993). En effet, l’on constate aussi en Amérique la fréquence des investissements immobiliers, mais la spéculation est beaucoup moins importante. Si les hommes d’affaires palestiniens acquièrent leur fortune dans ce domaine, ils la perdent aussi dans ce domaine. Aux États-Unis, et surtout en Californie, lors de la crise économique qui a secoué la société dans la dernière décennie, les pertes financières ont été considérables du fait que beaucoup d’Européens et de Japonais se sont retirés du marché immobilier. Par contre, au Canada, c’est plutôt l’ignorance du marché, chez certains nouveaux venus du Golfe, qui a conduit à ces pertes.

34La plupart des hommes d’affaires palestiniens ont profité du contexte « démocratique et libéral » de l’Amérique. Ils ont appris comment gérer leurs affaires loin des logiques de clientélisme, de notabilité, de statut et de prestige. Cela ne se passe pas sans conflits, surtout dans un pays où la structure communautaire est très prégnante. On constate que de nombreux hommes d’affaires sont tiraillés entre les espaces sociaux communautaires et leurs aspirations individuelles. Quoi qu’il en soit, les industriels ont tendance à éviter le regroupement communautaire dans leur entreprise. Prenons l’exemple de Hassan El-Khatib, figure industrielle palestinienne, propriétaire-dirigeant de Dena Corp. et Meta International Inc. Quatrième distributeur de produits cosmétiques sur le marché américain, il raconte : « Suite à mon expérience avec des employés originaires de mon pays, je peux dire qu’ils confondent la sphère privée et la sphère publique. Ils pensent que je dois les promouvoir rapidement parce qu’ils sont de ma communauté. J’ai même congédié mon neveu, qui ne travaillait pas assez. Quand j’emploie quelqu’un, je ne regarde ni son origine ni sa religion, ce qui m’intéresse, c’est sa compétence. » En visitant sa manufacture, nous avons constaté, d’une part, la diversité de l’origine de ses employés (seul le comptable est un palestinien chrétien), et, d’autre part, l’organisation rationnelle de son entreprise. La tenue impeccable de son usine et la modestie de son bureau ne peuvent qu’impressionner le visiteur.

L’élite économique palestinienne dans la société hôte

  • 13 Il est temps de démystifier les discours arabes sur la « fuite des cerveaux ». En réalité, on peut (...)

35« En tant qu’homme d’affaires, ma présence ici rend plus service à la Palestine que mon retour. » Cette affirmation, souvent répétée par les bourgeois palestiniens-canadiens13, est contestée par une partie de leurs confrères aux États-Unis (24 %). Ces derniers ont l’intention et le projet de rentrer très prochainement et de façon définitive. Ils sont en train de liquider leurs affaires aux États-Unis ou de les confier à un partenaire ou à un proche.

36Ce dernier cas de figure s’accorde à l’état d’esprit d’une partie des Palestiniens qui, d’une part, gardent des relations financières, sociales et économiques avec leur patrie (envoi de capitaux, achat d’une maison, mariage, séjour des enfants pour apprendre l’arabe, etc.), comme si le retour était imminent ; mais qui, d’autre part, approfondissent leur attachement au lieu de résidence (établissement des affaires, achat d’une maison, etc.) On ne peut comprendre ce type de permanent sojourner si l’on ne se réfère pas à une position relationnelle complexe vis-à-vis de la société hôte et de la société d’origine. Nous allons donc examiner maintenant le système d’intégration de la société d’accueil.

37Notre démarche, jusqu’ici, postule l’existence d’une unité appelée Amérique du Nord qui comprend Canada et États-Unis ; or, sociologiquement parlant, les deux pays sont très différents, surtout en ce qui concerne la relation établie entre ces sociétés et leurs émigrants.

38Au Canada, le multiculturalisme fonctionne pleinement. L’État a créé le Canadian Ethnocultural Council, une organisation qui a pour objectif de favoriser l’échange interculturel et la préservation de la culture d’origine. Là-bas, on ne s’interroge pas sur l’adéquation ou l’inadéquation entre deux cultures ; on pense en terme de simultanéité. Dans ce contexte, un immigré peut appartenir à deux univers culturels différents sans être le moins du monde « schizophrène ». On est loin de la hiérarchie accentuée entre deux cultures, l’une « primitive », dominée, et l’autre « universelle » dominante, que l’on a l’habitude de rencontrer en Europe. L’État canadien subventionne les associations communautaires, y compris pour des projets concernant la préservation de la culture et de la langue d’origine. Il s’agit d’un type d’intégration communautaire efficace, même s’il a ses limites. En outre, une loi a été promulguée pour donner la primauté de l’emploi à six communautés étrangères, dont la communauté arabe.

  • 14 Il faut noter cependant que les Palestiniens ont subi, avant le processus de paix, une certaine fo (...)
  • 15 Les Arabes-Américains se considèrent comme Arabes plutôt que comme Palestiniens ou Syriens. Le cas (...)

39Rien que de très banal en somme dans une jeune société14. Ce qui l’est moins, c’est que certains interlocuteurs se considèrent d’abord comme Canadiens puis comme Palestiniens ou Arabes. Selon l’enquête de Ohan et Hayati réalisée auprès de la population arabe au Canada (1993), 9,1 % des Palestiniens de la première génération se considèrent comme seulement Canadiens, 26,3 % comme Arabes-Canadiens15, et 15,2 % comme Palestiniens-Canadiens, c’est-à-dire la moitié (50,6 %) ; alors que l’autre moitié se considère comme arabe (37,4 %) ou palestinienne (12,1 %). Quant aux Arabes qui sont nés au Canada, la plupart (87,9 %) se considèrent comme Canadiens, Arabes-Canadiens ou Palestiniens-Canadiens (respectivement 32,8 %, 37,9 % et 17,2 %), ce qui montre une intégration très accélérée pour la deuxième génération.

40Quand les hommes d’affaires parlent des investissements à entreprendre au Proche-Orient, il s’agit dans leur esprit de réaliser les intérêts de deux régions. Le type de joint venture qui « peut promouvoir l’économie canadienne tout en faisant profiter les Territoires occupés d’une technologie avancée » est favorisé. À l’initiative de l’Arab Canadian Business and Professional Organisation, une promotion de la technologie et des produits canadiens a eu lieu à Amman au mois de mars 1995.

41Nous avons rencontré des hommes d’affaires qui font la navette entre le Canada et l’Arabie Saoudite. Ils ont gardé des affaires dans le Golfe mais ont investi des capitaux au Canada, plus propice à une vie de famille : « J’ai voulu investir au Canada parce que ce pays est démocratique et tolérant. Tu peux te réveiller le matin pour lire un journal sans propagande. Tes fils et filles vont dans les universités de haut niveau. Ils vivent bien. (...) En Arabie Saoudite, tu vis dans un climat de racisme anti-palestinien. Tes enfants ne bénéficient ni de l’enseignement primaire ni de l’enseignement supérieur. » Des témoignages similaires ont été apportés par ceux qui ont émigré volontairement d’un eldorado du Golfe vers le Canada, où leur situation économique reste incertaine.

42Les Palestiniens-Canadiens sont actifs dans les organisations et les partis politiques canadiens. Ce fait nouveau est dû en partie au processus d’acculturation dans lequel les Palestiniens se considèrent - et/ou les Canadiens les considèrent -comme canadiens et non pas comme émigrés temporaires. Nous trouvons des membres dirigeants dans les deux grands partis : le Parti libéral et le Parti conservateur, bien qu’ils penchent plutôt vers le premier. Nous pouvons citer les cas de trois personnalités. Shawki Joseph Fahel, originaire de Nazareth, entrepreneur, arrivé au Canada en 1968 à l’âge de 18 ans, est secrétaire général du Parti libéral dans la ville de Waterloo-Ontario, président et sponsor de deux projets non lucratifs de townhousing, président de la Multicultural Groups for the Charlottetown Accord Yes Committee, de l’Arab Canadian Friendship Association et de l’Arab Business Association. Il est également membre d’une vingtaine d’associations et de commissions. Georges Farkoh, originaire d’Acre et réfugié au Liban avec sa famille, est concessionnaire Chrysler-Dodge. Arrivé au Canada en 1959 à l’âge de 12 ans, il devient maire d’Elliot Lake, petite ville de l’Ontario, en 1989. Ses origines sont connues de ses électeurs car sa mère s’est largement impliquée dans une association de défense des droits des émigrés. Enfin, S. Debani, Palestinien-Québécois, ex-ministre, est maintenant sénateur.

43Ces exemples témoignent de l’intégration des Palestiniens dans la société mosaïque canadienne.

44Dans le cas des États-Unis, l’hégémonie culturelle blanche anglo-saxonne éclipse l’importance du multiculturalisme. Ce dernier apparaît plus fictif que réel (Emmanuel Todd, 1994). À la différence du système français, qui cherche à assimiler les immigrés à travers l’école républicaine et laïque en effaçant les différences, le melting-pot se fait sur l’adhésion aux valeurs culturelles de Yamerican way of life tout en respectant les communautés ethniques ou religieuses.

  • 16 La plus importante organisation est l’ADC (Arab-American Anti-Discrimination Committee), fondée à (...)

45Lors de la deuxième guerre du Golfe, les Arabes-Américains ont subi une vague de racisme sans précédent. S’organiser est devenu urgent et nécessaire. Des organisations de défense se sont multipliées, sous différentes couleurs : régionales, arabes ou islamiques16. Or, un Arabe-Américain seulement sur trente milite dans une organisation, quand la proportion atteint un sur trois chez les Juifs américains. (Bernard Lalanne, 1992, p. 107). Quant à la communauté palestinienne, elle sort de l’ombre depuis le déclenchement de Yintifâda. Grâce aux images accablantes diffusées par les médias américains sur la répression israélienne, l’action politique palestinienne n’est plus assimilée au terrorisme. Révoltée par les témoignages des nouveaux émigrants en provenance des Territoires occupés, la communauté palestinienne se mobilise autour d’actions de solidarité avec ses frères de sang. Cette mobilisation, cependant, sera l’occasion de structurer la communauté. En étudiant les différentes actions entreprises par les hommes d’affaires palestiniens de Chicago, première ville par la présence des Palestiniens, nous avons dégagé trois types d’actions envisagées ou entreprises.

46Le premier type d’action donne la priorité à la mobilisation des Arabes en général, et des Palestiniens en particulier, pour constituer un lobby arabe. Ghassan Barakat, rédacteur en chef du journal al-Boustan et proche du milieu des hommes d’affaires, mène des actions dans ce sens à l’échelle de Chicago.

  • 17 Talat Othman, homme d’affaires palestinien, est le PDG de Dearborn Financial, une compagnie intern (...)
  • 18 Robin Zahran, président de l’Oak Brook Associates Financial Services, a donné 50 000 $ pour le fin (...)

47Le deuxième type d’action est entrepris par des hommes d’affaires palestiniens conscients de « l’impossibilité de rassembler une communauté arabe très divisée politiquement et idéologiquement ». Ils préfèrent entreprendre des actions individuelles : le soutien à un candidat politique, pour la mairie, le conseil général ou la Maison Blanche, se concrétise par une réception organisée par un homme d’affaires. Talat Othman17 et Hassan El-Khatib sont les meilleurs représentants de ce type d’action. Or, le soutien à la candidature d’un démocrate ou d’un républicain n’empêche pas le soutien à son adversaire. Les trois quarts de ceux qui donnent de l’argent le font pour les deux candidats antagonistes, car l’important, pour eux, c’est d’être « visibles » partout. En outre, ils tentent d’être présents dans les associations nationales sportives, sociales et de santé en sponsorisant leurs activités comme le font Othman El-Khatib et Robin Zahran18.

48Le troisième type d’action est mené au niveau de la communauté musulmane et consiste à enregistrer les noms sur les listes électorales à partir des mosquées et des centres islamiques. Il apparaît que cette action est efficace en raison de la mobilisation populaire qu’elle entraîne. En septembre 1994 on été collectés quelques milliers de noms. En outre, des actions sociales ont été menées en faveur de cette communauté, comme l’organisation de dîners pendant le mois de Ramadan. Ces actions sont destinées exclusivement aux musulmans américains. C’est-à-dire que l’argent est collecté pour un usage strictement américain. L’homme d’affaires palestinien Talat Othman, un musulman très modéré, préside l’Islamic Center of Chicago.

49Ces trois types d’action demeurent très limités par rapport à l’ampleur de la communauté palestinienne aux États-Unis, estimée entre 150°000 à 200°000 personnes, et dérisoires par rapport à l’ancienneté et au poids de la communauté arabe. Ceux qui réussissent à devenir des hommes publics se comptent sur les doigts d’une main. On peut citer à titre d’exemple deux personnalités : Johen Sununu, ancien secrétaire général de la Maison Blanche et Georges Salem qui, à l’âge de 32 ans, a été nommé par le président Reagan « Solliciter of labor », c’est-à-dire responsable suprême des lois du travail aux États-Unis, avec 850 juristes sous ses ordres (B. Lalanne, 1992, p. 105).

50On est loin de l’élaboration d’une stratégie qui regroupe et organise toutes ces actions. Elles restent éparpillées et reflètent plutôt une réaction. Prenons un exemple, même anecdotique, qui nous a été relaté par un homme d’affaires. Lors des funérailles d’un Palestinien de Peterson, New Jersey, un voisin, gêné par le stationnement de nombreuses voitures devant la maison du défunt, a appelé la police, qui a verbalisé. Awni Abu-Hadi, promoteur immobilier palestinien et directeur d’une société d’assurance, est allé voir le maire pour protester. Ce dernier lui a rétorqué que le voisin du défunt votait, alors que toute la communauté arabe ne votait pas. Abu-Hadi, sensible à l’argument, a alors mobilisé la communauté palestinienne de New Jersey, qui compte 15°000 personnes, pour qu’elles s’inscrivent sur les listes électorales. Il est devenu un membre actif de sa communauté et de sa ville. Il est aujourd’hui président d’une des commissions municipales. En 1984, il s’est présenté au Sénat mais sans succès. Désormais, la communauté palestinienne à New Jersey a son mot à dire dans la vie de la municipalité et est de plus en plus respectée.

51Au-delà des différences entre ces quatre types d’action, il s’agit d’une tentative à allure défensive pour constituer un lobby arabe ou islamique qui permettrait d’influencer la politique intérieure et étrangère des États-Unis. Mes interlocuteurs critiquent parfois de façon véhémente le parti pris des États-Unis en faveur d’Israël ou son indifférence à l’égard des revendications de la communauté palestinienne. Par contre, l’action politique des hommes d’affaires palestiniens au Canada ne revêt généralement pas une forme communautaire. Bien qu’ils soient issus de la première génération, Fahel et Farkouh sont devenus des personnalités publiques non seulement au niveau de leur ville, mais aussi de leur communauté. Ils ont été élus respectivement secrétaire général du Parti libéral canadien et maire, pas seulement grâce aux voix de leur communauté, mais grâce aussi à celles de la population canadienne.

Conclusion

52De la situation des Palestiniens en Amérique du Nord, on retiendra d’abord la diversité des classes sociales auxquelles ils appartiennent : marchands, industriels, banquiers forment une véritable élite autour de laquelle évolue un petit monde de boutiquiers, d’artisans, de colporteurs, etc.

53Les Palestiniens, surtout ceux qui sont partis après 1967, ne sont pas des migrants volontaires dont les motivations économiques seraient analysables en termes de liberté individuelle et de modernité, mais des migrants par nécessité - catégorie destinée à prendre une place croissante dans les relations internationales au XXe siècle. Les Palestiniens partis après 1967 ont le sentiment que leur départ est involontaire. Ayant subi l’occupation militaire et la confiscation de leur terre, ils ne supportent guère leur vie dans les Territoires occupés. Or, contrairement aux immigrés italiens ou irlandais, ils sont conscients que le fait d’abandonner leur terre a des conséquences néfastes sur la question palestinienne et ils se comportent donc comme des résidents temporaires bien qu’ils n’aient aucun plan de retour. L’exil est une situation familière dans la mesure où la plupart des Palestiniens ont en permanence à leur disposition l’expérience vécue de membres de leur famille ou d’amis qui ont pris le chemin de l’émigration. En ce sens, la « diaspora » signifie, plus qu’une attitude politique et culturelle, une série de liens familiaux forts avec les Palestiniens éparpillés aux quatre vents. Il est très rare de rencontrer un Palestinien qui ne vous parle pas d’une sœur en Amérique, d’un cousin en Syrie ou au Liban, d’un fils ou d’une fille dans un pays du Golfe.

54Dans le contexte des États-Unis, le racisme anti-arabe et la politique extérieure américaine hostile à la cause palestinienne ont renforcé le sentiment d’exil et ont produit une communauté palestinienne coupée de sa société d’accueil et plutôt orientée vers sa patrie d’origine (Louis Cainkar, 1988). Le cas des Palestiniens du Canada est de ce point de vue, comme nous l’avons indiqué précédemment, tout à fait différent.

55Notre enquête sur la diaspora palestinienne dans le Nouveau Monde suggère que les interactions entre « l’intérieur » et « l’extérieur » demeurent très fortes, mais que la distance géographique interdit d’établir des projets économiques communs. La diaspora a joué et joue encore le rôle de chambre de résonnance des revendications palestiniennes. L’extérieur s’est mis à la recherche de son identité dans le miroir que lui a tendu l’intérieur. Dans ce contexte, nous pouvons nous demander quel sera le rôle d’un groupe important comme les hommes d’affaires palestiniens en Amérique du Nord dans la prise de décision en matière de règlement politique national, mais également dans la gestion des affaires publiques. Nous tenterons de répondre à ces questions dans le chapitre V.

56Dans l’imbroglio général de transition nationale de l’entité palestinienne, les exilés vont hésiter encore longtemps entre le maintien dans le pays d’accueil ou le retour dans les Territoires autonomes. En tout cas, le retour n’est pas pour demain. Toutes les conditions de stabilité intérieure ou extérieure ne sont pas réunies pour l’encourager. L’euphorie qui a suivi la signature des accords de principe entre l’OLP et Israël n’a pas longtemps dissimulé les réalités politiques, économiques et sociales des Territoires autonomes. Ceux qui planifient leur retour ont accepté « la rose avec ses épines ».

Notes

1 On estime que 90 % des habitants de Bethléem ont émigré. 60°000 Palestiniens de Beit Jala ont émigré en Amérique latine, dont la moitié au Chili (Nabil ‘Alqam & Walid Rabi’, 1990, p. 50).

2 Selon une enquête exhaustive sur l’émigration dans le village de Tormos ‘Ayya (5 140 habitants) menée en 1989 par Nabil ‘Alqam & Walid Rabi’, seulement 40,2 % des habitants sont restés contre 59,8 % qui ont émigré (15 % dans les pays arabes et 44,8 % dans d’autres pays, en majorité aux États-Unis) (Nabil ‘Alqam & Walid Rabi’, 1990, p. 110).

3 À titre d’exemple, à son arrivée en France, un Palestinien ayant un document de voyage délivré par l’Office des réfugiés en Syrie, a vu son dossier pour l’établissement d’une carte de séjour traîner six mois durant dans l’administration d’une petite ville, Royan, où apparemment personne n’avait jamais été confronté à ce.genre d’individu venant de nulle part et ayant ce type de document. On a fini par lui attribuer la mention « nationalité syrienne »...

4 Depuis le début de XIXe siècle et jusqu’en 1920, le nombre de Palestiniens immigrés annuellement aux États-Unis s’élève à 3°000, puis retombe à 1°400-2°000. Avec les effets conjoints du déclenchement de la deuxième guerre mondiale, de la crise économique aux États-Unis et de l’instauration du système de quotas, l’effectif se réduit encore en 1941 à 790 (Jamal ‘Adawi, 1993, p. 121).

5 Le Bureau central palestinien des statistiques a estimé le nombre des Palestiniens aux États-Unis en 1979 à 100°000, Statistical Abstract, 1979.

6 On emploie ce terme traduit de l’anglais (Palestinian Americans), pour mieux tenir compte d’un type d’identification qui constitue à la fois une référence à l’origine et au pays d’accueil sans établir un rapport hiérarchisé entre les deux. Il est différent de ce que l’on a l’habitude d’utiliser en Europe comme, par exemple, les « Français d’origine palestinienne ». De même, on emploie les termes Arabes-Américains ou Palestiniens-Canadiens.

7 Une Palestinienne de Chicago nous a indiqué que sa famille de Jérusalem lui envoyait un billet d’avion pour qu’elle puisse venir la voir.

8 L’adjectif « américain » se réfère dans cette étude tantôt à l’Amérique du Nord, tantôt aux États-Unis, selon le contexte.

9 Entretien avec un conseiller du maire de Chicago, chargé de la communauté arabe.

10 Entretien avec Rachad Saleh, président de Palestine House à Toronto.

11 Assistance de type RMI (Revenu minimum d’insertion).

12 Tous les pourcentages figurant dans cette étude, sauf mention contraire, résultent de notre échantillon d’hommes d’affaires palestiniens. Comme nous ne pouvons démontrer la représentativité de cet échantillon, les pourcentages sont donnés à titre indicatif pour montrer l’importance d’une catégorie par rapport aux autres.

13 Il est temps de démystifier les discours arabes sur la « fuite des cerveaux ». En réalité, on peut reconnaître que ces « cerveaux » seraient utiles dans leur pays d’origine en tant qu’experts ayant accumulé une expérience dans les pays développés, au lieu de revenir de façon systématique pour être sous-employés ou se reconvertir dans des domaines ne relevant pas de leur compétence.

14 Il faut noter cependant que les Palestiniens ont subi, avant le processus de paix, une certaine forme de racisme, notamment de la part des médias canadiens qui les cataloguaient comme « terroristes » (Naila Daniel, 1994).

15 Les Arabes-Américains se considèrent comme Arabes plutôt que comme Palestiniens ou Syriens. Le cas des Libanais maronites aux États-Unis est le plus frappant : leur désignation, par les communautés non arabes, comme Arabes ou, historiquement, comme « Turcs » - au sens péjoratif - a renforcé une arabité fervente chez eux, comme l’ont constaté certains de nos interlocuteurs. Par ailleurs, les Libanais de la diaspora présentent une unité étonnante : ils semblent faire abstraction de leurs diversités religieuses et de leurs conflits internes.

16 La plus importante organisation est l’ADC (Arab-American Anti-Discrimination Committee), fondée à la suite de la guerre de juin 1967. On peut citer également NAAA (National Association of Arab-Americans) et CAIR (Council of American-Islamic Relations).

17 Talat Othman, homme d’affaires palestinien, est le PDG de Dearborn Financial, une compagnie internationale d’investissements et de management basée dans la banlieue de Chicago.

18 Robin Zahran, président de l’Oak Brook Associates Financial Services, a donné 50 000 $ pour le financement d’un programme de formation CQI (Continuous Quality Improvement) qui dépend de la EHS (Evangelical Health Foundation).

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable