Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lutte contre les stupéfiants en Égypte

 | 
Alain Roussillon

Des mots pour le dire

Texte intégral

1Deux « vocabulaires » s’affrontent pour « dire » la drogue en Egypte : deux discours et deux images du phénomène : une langue de bois officielle, dont le vocabulaire est fixé dès les années 30, qui dénonce les « poisons blancs » ou les « poisons noirs » ; un langage « populaire », éminemment évolutif et sensible à la diversité des situations, diffusé par les caricatures et les histoires drôles et, plus récemment par le cinéma et la télévision. On ne saurait faire le tour de ce langage. Tout au plus les termes que nous donnons ici visent-ils à permettre l’intelligibilité des textes présentés dans ce qui précède.

2al-burshâm : les « pilules ». Désignation d’ensemble des stupéfiants pharmacologiques qui se sont répandus à la fin des années 70 pour compenser la raréfaction des stupéfiants « naturels ».

3al-ghurza : lieu où l’on consomme de la drogue, parfois écarté et sordide, mais il en existe aussi, notamment à la cité des Morts, qui sont pourvus de toutes les commodités.

4al-gûza : pipe à eau dans laquelle on fume le haschisch.

5al-kayf : « accommodation », tout ce qui est susceptible de conduire à un état second, réputé agréable. S’applique à la fois à l’alcool et à toutes les formes de drogue sans distinction.

6al-ma’allimûn al-Kibâr : Les caïds, grands patrons ou gros bonnets de la drogue. Ceux qui ne « tombent » Jamais, mais dont tout le monde connaît les noms.

7al-Mazâg : synonyme de kayf. Littéralement, l’humeur qui vous pousse à choisir telle ou telle forme de paradis artificiels.

8al-manzûl : mélange d’huile de haschisch et d’opium.

9Mastûl : « défoncé », pris de drogue.

10al-mukhaddirât : les stupéfiants, terme générique qui désigne l’ensemble des substances susceptibles de produire chez qui les consomme un effet de distanciation par rapport à la réalité. Terme essentiellement péjoratif, en usage dans les milieux de la police et dans les journeaux.

11al-nadûrgiya : armée de réserve des trafiquants, chargés de faire le guet aux confins de leurs territoires, d’acheminer les clients et de donner l’alerte en cas d’intrusion des forces de l’ordre.

12al-qirsh : litt. une piastre, mesure de poids du haschisch, équivalent à environ trois grammes, à l’origine en référence à la pièce ottomane d’argent d’une piastre. Cette ambiguïté de sens est source d’inépuisables jeux de mots.

13al-sanf : litt. sorte, qualité. Désigne les différentes qualités de haschisch disponibles sur le marché

14al-sumûm al-sawdâ wal-sumûm al-baydâ : poisons noirs (haschisch, opium) et poisons blancs (coca’ine et héroïne). Termes attestés dans le vocabulaire policier et Journalistique depuis les années 20.

15al-ta’mîra : litt. La construction : ce que l’on place sur le dessus du narguilé (haschisch ou opium). Geste de couronner d’un petit morceau de haschisch le fourneau de la gûza.

16tazkara al-gamâgem : litt. Ticket de crânes, mélange détonnant d’héroïne populaire et de diverses amphétamines.

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable