Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lutte contre les stupéfiants en Égypte

 | 
Alain Roussillon

Répressions

Texte intégral

1La conduite de toute répression implique un consensus minimal dans l’analyse de ce qu’il s’agit de réprimer. En dépendent à là à fois la « tolérance » de la société pour les moyens mis en œuvre et la capacité des forces de l’ordre d’accomplir les missions qui leur sont confiées. En découle également le type de société qu’il s’agit de construire ou de reconstruire, et que façonnent les modes d’autocontrôle et de surveillance qu’elle met en œuvre. « Dis-moi comment tu réprimes... »

2Plusieurs « lectures » du phénomène de la drogue en Egypte, et particulièrement de la brusque transformation « qualitative » du problème avec le retour en force de l’héroïne, sont en compétition :

  • D’une part ce que l’on pourrait désigner comme la « théorie du complot » : le passage de toxicomanies « douces » traditionnelles à une toxicomanie infiniment plus destructrice et étrangère au « tempérament » égyptien est le résultat d’une conjuration dont les auteurs sont plus ou moins explicitement identifiés ou identifiables, mais dont l’objectif, est d’empêcher par tous les moyens le relèvement de l’Egypte. Un phénomène « allogène », en d’autres termes, indépendant du cours des choses en Egypte même, auquel le précédent de la guerre de l’opium imposée à la Chine fournit un modèle d’intelligibilité.

  • D’autre part, ce que l’on pourrait désigner comme une « lecture de classe », lecture « internaliste » qui impute aux options économiques et sociales du pouvoir et des classes dirigeantes le développement, dès lors endogène, du fléau. Le modèle explicatif est ici celui des lois du marché, le développement de la consommation de drogue ne faisant que pousser à leur limite le fonctionnement de ces lois, et la Chine – socialiste cette fois -offre le précédent d’une solution politique au problème de la drogue.

3Le problème est que chacune de ces lectures renvois à un type particulier, on pourrait même dire inverse, de répression. Dans une logique, la solution du problème réside dans le renforcement de l’action policière et dans l’identification et le châtiment exemplaire des « brebis galeuses ». Telle actrice de renom pourra être condamnée à cinq ans de réclusion, non pas tant pour avoir été convaincue de consommer de la cocaïne, mais pour l’exemple qu’elle donne à ses admirateurs. Dans la logique inverse, la répression policière apparaît, au mieux, comme un coup d’épée dans l’eau, au pire, comme la ruse suprême des trafiquants pour augmenter leurs profits, tant qu’elle ne s’accompagne pas de réformes fondamentales, engageant tout à la fois les grandes options économiques et le système d’alliances internationales du pays.

4Le problème se complique du fait que deux rationalités ou deux logiques juridico-répressives se trouvent en compétition :

5- d’une part, le droit « positif » tente de s’appliquer et de répondre à l’évolution du phénomène lui-même. La date charnière est 1960, moment où est adoptée la législation, en vigueur jusqu’aujourd’hui, qui réprime la contrebande, le trafic et la consommation de drogue. Mais c’est aussi l’époque dans laquelle s’enracine l’échec « structurel » du pouvoir à enrayer le phénomène. Trop sévère – elle prévoit la peine de mort – et irréaliste, car elle sous-estime tout à la fois la pratique sociale de la drogue et l’étroitesse des connexions entre l’establishment politico-économique et les trafiquants, la loi en devient « laxiste » : comment condamner un marchand de voitures, trafiquant à ses heures, dans l’Egypte de l’Infitah, quand le frère du chef de l’Etat lui-même a vu lui aussi dans la drogue un moyen rapide et sûr de s’enrichir ?

  • 1 Le Procureur général socialiste et le Tribunal de l’Éthique appartiennent à la panoplie judiciaire (...)

6L’aggravation qualitative et quantitative du problème, au début des années 80 – consécutive, d’ailleurs, en partie, aux succès remportés par les forces de police sur les trafiquants de drogues traditionnelles (haschisch et opium), qui ont favorisé le développement de contrebandes plus faciles et plus lucratives – appelle de la part des autorités deux types de ripostes portant implicitement constat de l’échec des méthodes jusque-là mises en œuvre. D’une part, l’intervention du Procureur général socialiste1 et du Tribunal de l’Éthique vient relayer l’action de la police quand celle-ci échoue à faire « tomber » un trafiquant notoire ou à obtenir un flagrant délit : la mise sous séquestre ou la confiscation que peut prononcer ce tribunal de biens dont la commune renommée – faute de preuves formelles – atteste qu’ils ont été acquis grâce au trafic de la drogue vise à couper les ailes aux trafiquants à défaut de pouvoir les mettre sous les verrous. D’autre part, le recours, annoncé par Ahmad Rushdi avant sa démission de ses fonctions de ministre de l’Intérieur, aux lois de l’état d’urgence vise à faciliter l’action de la police en la dotant de moyens d’investigation et de prérogatives d’interpellation des suspects accrus. Le paradoxe est que, dans les deux cas, le problème est pour les responsables de « contourner » le système de garanties que la loi égyptienne accorde aux accusés.

7L’alternative – mais sa mise en œuvre échappe largement aux pouvoirs publics pour appartenir directement à la magistrature – serait l’application effective de la loi dans toute sa rigueur, c’est à dire, comme y incitent de virulentes campagnes de presse, de prononcer et d’exécuter des peines de mort. De fait, c’est le parti adopté récemment par certains juges et une quinzaine de condamnations à mort ont été prononcées depuis le début de l’année 86, dans la plupart des cas contre des ressortissants étrangers (libanais, sri-lankais, grecs, israéliens...), sans qu’aucun n’ait pour l’instant été exécuté.

8- On retrouve ici la deuxième logique juridico-répressive à l’œuvre dans la société égyptienne, celle de l’application de la sharî’a islamique, dont de nombreux indices attestent qu’elle progresse au sein de la magistrature égyptienne. Le problème est que si la position des jurisconsultes islamiques est claire et unanime sur la qualification juridico-religieuse des stupéfiants, aisément prohibés par analogie aux boissons alcoolisées, il n’en va pas de même pour ce qui concerne la définition des châtiments encourus par les trafiquants ou les consommateurs. Nombre de docteurs continuent de considérer que la tolérance que manifeste l’Etat à l’égard de la vente et de la consommation d’alcool est au moins aussi grave, sinon plus, que la propagation du haschisch ou même de l’héroïne. Plus précisément, le raisonnement qui a permis d’étendre aux stupéfiants l’interdit coranique pesant sur la consommation d’alcool a pour effet simultané de limiter aux châtiments dont est passible l’alcool ceux qui pèsent sur les stupéfiants, schématiquement, la flagellation. L’argument est à double détente : il est tout aussi blâmable de déclarer licite ce que Dieu a prohibé que de prohiber ce qu’il a rendu licite, fut-ce par « omission ». Dans ces conditions, la répression de la drogue prend la forme de châtiments « dissuasifs », dont les docteurs ne sont pas mécontents d’abandonner la responsabilité à l’Etat, sans oser se prononcer, comme celui-ci le réclame, sur l’opportunité sociale (maslaha) de déclarer « licite » le sang des trafiquants. Cruel dilemme pour le Mufti de la République à qui revient de confirmer du point de vue de la religion, les peines de mort prononcées par les tribunaux du droit positif.

Diagnostics

Complot

9L’histoire, comme on dit, repasserait-elle les plats ? Se peut-il que les mêmes scènes, les mêmes débats, les mêmes péripéties se reproduisent à intervalles donnés, et dans ce cas, les mêmes causes produisent-elles les mêmes effets ? Avant de répondre à ces questions, Je voudrais vous raconter une vieille histoire, qui date de plus de 250 ans. En ce temps-là, la Chine était un Etat indépendant, gouverné par un empereur qui entretenait les meilleures relations avec ses voisins, vivant en paix et ne voulant de mal à personne, tant et si bien qu’elle ne se préoccupait pas d’avoir une armée puissante, s’en remettant à sa police pour maintenir l’ordre dans le pays.

10Mais l’Angleterre occupait son voisin, l’Inde, et caressait le projet d’occuper la Chine a son tour. Seulement où serait-elle allée chercher les forces nécessaires pour soumettre les millions de Chinois a sa domination ? C’est alors que l’Angleterre eut l’idée de lui envoyer l’opium. La majorité des Chinois devinrent opiomanes, de telle sorte qu’il fut dorénavant facile à chaque soldat anglais de soumettre à lui seul un million de drogués Chinois (...)

11C’est la même tragédie que certains voudraient voir se reproduire en Egypte. Encore une fois, c’est le continent indien qui sert de base d’attaque, mais cette fois-ci, le poison que l’on nous envoie est plus dangereux, plus fulgurant, adapté aux temps que nous vivons. Qu’il suffise de rappeler que les mafias qui tentent d’inonder l’Egypte d’héroïne ont envoyé, simultanément, près d’une centaine d’Indiens, Sri-lankais et ressortissants de nationalités diverses qui ont abordé le pays par toutes ses entrées à la fois : par Nuwaybi’ et Wadi Halfa... par les aéroports de Nuzha, Louxor, Le Caire, ... par les ports d’Adabiya, Port-Saïd, Alexandrie, ... Il ne fait pas de doute que si certains sont tombés entre les mains de la police égyptienne, nombreux sont ceux qui ont pu s’infiltrer dans le pays, porteurs de cette arme destructrice. Et les tentatives se poursuivent...(...)

12La question posée est pourquoi maintenant ? Pourquoi avec cette hâte ? Et pourquoi s’en prendre à la Jeunesse ?

13L’Egypte a réussi, au cours de ces dernières années, à diagnostiquer, dans une large mesure, l’ensemble des maux dont elle souffre et à identifier les remèdes possibles pour ces maux. Des solutions ont été apportées aux problèmes les plus pressants et les autres sont en voie d’être résolus, grâce à la mobilisation des bras de notre Jeunesse. La solution de tous ces problèmes signifierait pour l’Egypte abattre le mur du sous-développement et rejoindre la sphère des pays les plus avancés. Il n’est un secret pour personne que l’Egypte a accompli des avancées remarquables dans le domaine des industries militaires. Il n’est un secret pour personne que l’Egypte s’est dotée d’une puissante industrie civile et qu’elle approche de l’autosuffisance pour nombre de produits industriels. Il n’est un secret pour personne que l’Egypte s’est lancée avec vigueur à la conquête du désert, dont elle a entrepris d’exploiter les richesses, qu’il s’agisse du pétrole, des minerais ou des nappes d’eau souterraine qui la mettront à même de produire pour son peuple toute la nourriture dont il a besoin.... Six millions de feddans, par exemple, à l’est de Uwaynât... une oasis de vie... de quoi faire de l’Egypte un grenier alimentaire au niveau mondial... Tous ces rêves, il ne sera possible de les réaliser que grâce aux bras et à l’énergie de la jeunesse... D’où la hâte des ennemis de cette nation qui sont engagés dans une course contre la montre pour enchaîner les bras de cette jeunesse et dilapider son énergie au moyen de ce poison mortel venu de l’Inde.

Aux frontières égyptiennes : Le chef des mafias du crime organisé :
– Maintenant, on passe aux exercices pratiques. Le but de la manœuvre consiste à introduire cette cargaison de poudre blanche derrière les lignes de l’ennemi en déjouant ses systèmes de défense.
AL-AHRAM. 31/10/1985

14J’ai lu tout ce que l’on a pu écrire sur cette offensive brutale et les moyens que l’on propose de mettre en œuvre pour y faire face. Il s’agit, dans la plupart des cas de solutions « de luxe » : soigner les drogués... organiser des campagnes d’information... introduire le sport dans les écoles... Tout cela est beau et grand ! Mais la bataille dans laquelle nous sommes engagés exige que nous mettions en œuvre des solutions chirurgicales, après l’application desquelles il sera toujours temps de penser à appliquer des calmants et des baumes (...)

15Il nous faut livrer cette bataille avec détermination, rapidement, en planifiant notre riposte, à la mesure de l’attaque à laquelle nous faisons front.

16Il nous faut faire preuve de rapidité et de détermination en exécutant quiconque introduit en contrebande des stupéfiants en Egypte.

17Il nous faut faire preuve de rapidité et de détermination en exécutant quiconque se livre au trafic de la drogue en Egypte même.

18Il nous faut faire preuve de rapidité et de détermination en exécutant quiconque contribue à répandre la drogue en Egypte.

19Il sera toujours temps ensuite, après être venu à bout de cette bête féroce qui assiège l’Egypte par toutes ses issues, de soigner psychologiquement les toxicomanes ou d’intensifier les campagnes d’information.

20Wagîh ABOU ZIKRA, « Afin de briser le mur du silence » AL-NASR, 558, décembre 1985, p. 22.

Mafias

21Au cours du débat qui a eu lieu, la semaine dernière à l’Assemblée du peuple sur le problème de la propagation de la drogue et des « poisons blancs », le député Ahmad Mugâhid, membre du groupe parlementaire du Parti socialiste du Travail, a accusé la Mafia internationale d’être responsable de la propagation des stupéfiants en Egypte, qui vise à frapper le pays de l’intérieur. Au cours du débat, le député a présenté un exemplaire d’une revue allemande qui fait état d’un complot ourdi sous la direction de Kissinger, l’ex-secrétaire d’Etat américain, pour affaiblir l’Egypte du dedans. Le ministre de l’Intérieur, Ahmad Rushdi a par ailleurs admis que l’action d’une puissance extérieure est derrière la propagation des stupéfiants dans le pays.

22Le député Ahmad Mugâhid a demandé au gouvernement, en général, et aux services de lutte contre les stupéfiants, en particulier, de préciser leur plan de bataille dans la guerre de la drogue à laquelle est confrontée l’Egypte. (...) Au cours du débat parlementaire, le député a déclaré, explicitant les termes de sa question :

23« Tout ce qui a été dit <à cette tribune> n’envisage que l’un des aspects du problème. En tant que paysan, Je déclare que quand une mauvaise herbe apparaît dans un champ, le problème n’est pas de couper <ce qui dépasse> mais bien d’arracher les racines et de sarcler la terre. Nous n’avons pas encore véritablement posé le problème. Le ministre de l’Intérieur déclare dans son rapport qu’à l’ombre de la politique de l’Infitah, a prospéré une nouvelle classe de gens qui peuvent se permettre de consacrer 4 000 L.E. par mois à leur consommation de drogues « blanches ». Ce qui signifie que l’Ouverture économique, de productive qu’elle était censée être, est devenue consommatrice, puisqu’elle a favorisé la constitution de richesses illégales et inadmissibles qui débouchent sur la propagation de la drogue.

24La guerre à laquelle doivent faire face l’Egypte et le peuple égyptien, et qui vise à faire avorter le progrès économique, a pris aujourd’hui une forme internationale. Ce qui signifie qu’il existe des forces extérieures qui agissent de façon systématique pour affaiblir le morale et la mobilisation du peuple égyptien. »

25Le député Mugâhid a ajouté que les journaux du monde entier ont soulevé cette question et il a présenté <aux députés> un exemplaire d’une revue paraissant en Allemagne qui fait état de l’existence d’une Mafia internationale dirigée par Henri Kissinger qui concentre ses coups sur l’Egypte pour contrôler l’ensemble de la région, et au-delà, l’Afrique entière, et dont l’un des moyens favoris est la propagation des « poisons blancs », de préférence au sein de la jeunesse. Le député a ajouté :

26« Il y a, en Egypte même, des gens qui coopèrent avec cette Mafia internationale et qui en retirent des profits considérables qu’ils utilisent pour détruire l’élément humain égyptien. Ce type de mauvaises herbes n’a pu croître qu’à l’ombre de la politique de l’Infitâh qui les a produites. Le Tout-Puissant ne dit-Il pas : » Lorsque nous voulûmes détruire une cité, nous adressâmes d’abord nos ordres à ses citoyens opulents ; mais ils y commettaient des crimes. L’arrêt fut prononcé et nous l’avons exterminée (XVII, 17).

27AL-SHA’B 3/12/85

Franchise

28Disons les choses avec franchise, au lieu d’avoir recours aux sous-entendus. Tout le monde a compris l’allusion, mais ce qu’il faut, maintenant, c’est lire entre les lignes.

29Mustafa Amîn a parlé de la guerre des « poisons blancs » en accusant un Etat étranger de vouloir détruire notre jeunesse. Il a notamment écrit que cet Etat ne voulait avoir affaire qu’à un peuple de « défoncés ».

30Quant au Dr. Abdallah Shehâta, il a été encore plus explicite en déclarant à la télévision que cet Etat se trouve à nos frontières... D’autres encore ont traité du même sujet avec les mêmes allusions. Pourtant, l’affaire est claire : Israël est derrière la contrebande des « poisons blancs » vers l’Egypte ! (...)

31Les objectifs d’Israël sont clairs et il est patent que les services secrets israéliens et l’ambassade d’Israël <au Caire> y sont impliqués car le but est de frapper l’Egypte dans sa jeunesse et son économie.

32Cela n’a rien d’étonnant de la part d’Israël qui a toujours confondu son action comme Etat et comme armée avec son action comme « gang ». N’est-ce pas déjà l’armée d’Israël qui avait empoisonné les puits du Sinaî avec des virus pour contaminer ceux qui en boiraient ? L’objectif d’Israël est la liquidation du peuple palestinien et l’abêtissement du peuple égyptien (...) Rien ne saurait nous étonner de la part d’Israël qui est à l’affût de la moindre occasion de détruire ce que nous essayons de construire en Egypte. N’est-ce pas Israël qui œuvre pour isoler l’Egypte des Arabes ? Il y a là une tragédie que les Arabes ont faite de leurs propres mains.

33Voilà le véritable problème !
Muhammad AL-HAYAWAN, Chronique,
AL-GUMHURIYA, 2/11/1985

Colonialisme de l’intérieur

34Il nous faut déclarer la guerre a ce colonialiste oppresseur ! C’est au peuple lui-même de déclarer cette guerre car il y va de sa vie et de sa mort. Je suis convaincu que ce peuple, qui a su triompher au cours de la guerre d’Octobre, l’emportera une fois de plus dans cette nouvelle guerre. Mais nous devons être plus résolus et plus vigilants que jamais car ce colonialisme-là s’avance masqué, invisible. Il vit au milieu de nous. Il parle notre langue. Il confesse notre religion et partage avec nous toutes les circonstances de notre vie.

35Cet ennemi, c’est le trafiquant de drogue et ses armes sont le haschisch et l’opium -qui sont tous deux des armes importées. Ses objectifs sont de détruire la volonté de notre peuple, de pervertir ses mœurs et de propager l’anarchie et le crime. Et il a, hélas, largement réussi dans sa mission, comme en témoignent les enlèvements, les meurtres, les attentats à la pudeur.... Comme en témoigne aussi la corruption florissante dans les lieux de production et dans les services... Comme en témoigne encore la propagation des maladies les plus graves, tuberculoses et cancers qui minent la vitalité de la société.

36Les ravages qu’a causés cet ennemi en Egypte, même les colonialistes français, anglais ou israéliens en avaient été incapables. En effet, ceux-ci se contentaient d’être comme des boutons sur la peau alors que les stupéfiants pénètrent en profondeur le corps de la nation, comme un cancer du sang.

37Il est inutile d’évoquer ici le fait que ce sont nos ennemis, israéliens et autres, qui nous imposent cette guerre : l’on sait l’usage qui a été fait de l’opium contre la Chine. Le peuple chinois n’a pu se libérer des chaînes du colonialisme que le jour où il a mis les Anglais et l’opium sur le même plan et où il les a combattus au même titre.

38Au nom de la religion et au nom de la Patrie, le peuple égyptien et le gouvernement doivent se préparer à la bataille contre ce colonisateur tyrannique.

39Au nom de la religion, nous exhortons al-Azhar et son recteur à publier une fatwa pour condamner les stupéfiants au même titre que l’alcool et étendre aux trafiquants et aux consommateurs les châtiments définis par la loi islamique.

40Les partis politiques doivent se mobiliser pour la guerre contre la drogue et situer sur ce terrain et avec cet objectif leur compétition, avec le peuple pour arbitre.

41L’Assemblée du Peuple et les assemblées locales doivent aussi faire leur cette bataille et s’y associer de façon positive de telle sorte que chaque député soit mis devant ses responsabilités dans sa circonscription quant à son rôle dans cette bataille, tout comme les associations religieuses et les clubs...

42Que le slogan de cette bataille soit « Non aux stupéfiants ! ».

43Hasan DUH, « Déclarez cette guerre » Al-AKHBAR, 30/3/1985

Coïncidences

44Il ne fait pas de doute que le calendrier même de l’apparition du phénomène <de l’héroïne> et la rapidité de sa propagation exigent de nous une analyse approfondie, aussi importante que la recherche des causes ou la recherche de solutions. En effet, la recherche des causes prend bien souvent la forme d’une justification du phénomène et l’opportunisme intellectuel tend à répondre des idées et des points de vue sans relation directe avec le phénomène en question. De la même façon, la recherche de solutions vise le plus souvent à masquer la gravité du phénomène et à en dissimuler les symptômes, ou à les remplacer par des manifestations moins aiguës, si elles n’en sont pas moins graves. (...)

45En effet, nous nous trouvons, soudainement, en face d’une épidémie qui s’étend à un rythme qui ne correspond ni à la nature de l’épidémie elle-même, ni à notre propre nature ou tempérament. Ce sont cette soudaineté et cette progression qui posent la question de la nature même de ce qui est en train de se produire. Pour répondre à cette question, plusieurs éléments peuvent être soulignés :

  • Notre société n’a jamais connu un tel phénomène, du moins sous cette forme épidémique, même si l’on a pu entendre parler ici ou là de cas isolés.

  • Le coût de ce type de substances est extrêmement élevé – de 40 à 1000 L.E. par jour, soit mensuellement entre 1 200 et 30 000 L.E. pour chaque « renifleur » d’héroïne. D’où vient tout cet argent, surtout à l’heure actuelle, alors que nous vivons une crise économique et que la pauvreté s’étend.

  • L’héroïne se répand parmi les jeunes, dans la génération des 20 ans. Où trouvent-ils de telles sommes ? Est-il possible que ce soit leur argent de poche ? Ou bien l’obtiennent-ils en contrepartie d’activités très particulières qu’il conviendrait alors d’étudier très soigneusement !

  • Elle se répand chez un grand nombre de ceux que l’on désigne habituellement comme les « artistes », indépendamment de leur créativité réelle. Dans le temps, il était habituel de voir certains créateurs d’exception en proie à cette épreuve. Nous leur pardonnions peu ou prou cette fuite du réel en considération de leur œuvre, engendrée dans la douleur et les affres de la solitude, et à condition qu’ils continuent à produire. Aujourd’hui, les choses semblent avoir bien changé. Les artistes contemporains reniflent l’héroïne comme facteur de « convivialité ». Ils ne « sniffent » pas pour approfondir leur conscience ou pour vaincre une impuissance passagère à créer mais pour s’abrutir (...)

  • Ce phénomène s’est développé en parallèle avec l’exacerbation de la vague religieuse, ce que l’on a désigné comme les associations islamiques qui réclament avec fanatisme l’application immédiate de la sharî’a islamique. On aurait pu s’attendre à ce que ces deux phénomènes évoluent en sens inverse, c’est à dire que la tentation pour la jeunesse de fuir dans la recherche de sensations physiques décline à mesure qu’ils se rassemblaient dans la chaleur de la religion. Or c’est le contraire qui s’est produit et les deux phénomènes se sont développés concurremment, si bien que l’on peut se demander s’il ne s’agit pas là des deux faces d’une même médaille.

  • Cette propagation subite de l’héroïne se produit au cours de l’une des périodes les plus délicates de notre développement intellectuel et social. Au moment même où nous expérimentons l’efficacité de la démocratie, et où nous tentons de passer d’un système caractérisé par la contrainte à un système fondé sur la liberté, au moment où pèse sur nous la responsabilité de nos dettes, où nous tentons d’effacer les traces de l’agression qui nous a frappés dans notre humanité et notre dignité, en cette période où nous aurions besoin des facultés intellectuelles de chaque Jeune et de chaque adulte, de la créativité et de la conscience de chaque intellectuel, de la sueur de chaque producteur, voilà que toutes les formes de fuite hors du réel font un retour en force, dont la plus terrible est cette épidémie des « poisons blancs ».

46Où chercher les causes de tout cela ? Avant de proposer ma propre analyse du sens de ce phénomène, je voudrais formuler quelques remarques sur la façon dont on peut en identifier les causes.

  • En premier lieu, la recherche des causes ne signifie pas la recherche d’un « accusé » mais plutôt la recherche de ce qui fait la permanence de ces causes elles-mêmes (...) ; en d’autres termes, il ne suffit pas de dire que le trafic est la cause de la toxicomanie et que les trafiquants sont des criminels qu’il suffirait de châtier pour être tranquille. Ce qu’il nous faut rechercher c’est la fonction de ce trafic dans notre société, en comparant par exemple avec d’autres sociétés, qui produisent des stupéfiants, comme la Turquie ou le Liban mais ne les consomment pas et qui les exportent, ce qui leur permet de combler une part de leurs déficits commerciaux (...).

  • Il ne suffit pas de se contenter d’énumérer les causes qui s’imposent d’elles-mêmes au premier coup d’œil. En effet, derrière les causes toutes prêtes, il existe des causes profondes : ainsi, on ne peut s’en tenir à dire que la cause de la consommation de drogue est l’éloignement de la religion sans s’interroger sur les causes de cet éloignement lui-même.

  • Enfin, il ne suffit pas de rechercher les causes qui sont « derrière » le phénomène, c’est à dire ce que l’on désigne comme ses déterminants, mais il faut aussi s’interroger sur les objectifs que le phénomène lui-même tend à réaliser, c’est à dire sur ses causes finales. En d’autres termes, il ne suffit pas de constater que l’argent abondant dont disposent certains est la cause qui a rendu possible leur consommation de drogue, mais il faut se demander ce que leur apporte ou ce que réalise, de leur point de vue, la consommation de drogue – rompre sa solitude par exemple -, et que d’autres moyens, moins chers et moins dangereux ne permettent pas d’obtenir. Ainsi, il ne suffit pas de dire que le problème serait résolu en privant ces gens des revenus qu’ils consacrent à la drogue, mais il faut rechercher des moyens plus sains et plus efficaces, par exemple de les aider à briser leur solitude.

47Il faut considérer le phénomène de la drogue comme porteur d’un « sens », comme ayant quelque chose d’important à nous « dire », particulièrement à l’époque que nous vivons. Il peut s’agir d’un avertissement, d’un coup de semonce ou bien encore il peut révéler un complot planifié. Il analyse la situation dans laquelle nous nous trouvons et désigne les priorités qui doivent être les nôtres.

48Yahya al-RAKKHAWI, « L’héroïne : temporalité d’une surprise », AL-AKHBAR, 23/10/1985

Les lois du marché

49De nombreuses voix se sont élevées ces derniers temps, à la suite de l’extension de la consommation des drogues blanches en Egypte, pour demander l’application de la peine de mort à ceux qui trafiquent ces poisons. Je ne doute pas de la bonne foi de la plupart de ceux qui formulent une telle exigence : les études de sociologie politique montrent que dans une société qui vit depuis plus de 5 000 ans sous la férule d’un gouvernement central, les gens ne peuvent faire autrement que de penser que la décision du gouvernement et la force de la loi suffisent en elles-mêmes à résoudre tous les problèmes. L’étonnant est qu’ils persévèrent dans cette conviction alors que les hommes de l’Infitâh et autres affairistes en ont pris à leur aise avec bon nombre de lois sans encourir le moindre châtiment.

50Face à un danger comme celui des drogues blanches, on ne peut faire l’économie d’une compréhension scientifique du problème : la consommation de quelque drogue que ce soit, et par voie de conséquence l’accoutumance, obéissent, en fin de compte, à la loi de l’offre et de la demande, cette même loi dont le gouvernement, sa presse aux ordres et son dangereux parti de l’ombre (l’Association des hommes d’affaires égyptiens) ne cessent de chanter les mérites, sans pour autant en tirer toutes les conséquences, sans quoi ils n’auraient pas oublié de l’appliquer aussi au trafic de la drogue. En vertu de cette loi vénérable, les économistes établissent que l’interdiction de la consommation d’une substance ou les châtiments qui pèsent sur sa mise en circulation n’ont pas tant pour effet d’entraîner sa disparition que de provoquer la hausse de son prix, en compensation des risques additionnels encourus par les producteurs ou les importateurs. C’est la permanence de la demande qui induit la permanence de l’offre, et la demande elle-même ne peut se tarir que s’il devient impossible aux consommateurs de payer le prix de cette consommation.

51On peut trouver dans le cas de l’opium en Chine une illustration pratique de la façon dont joue cette loi de l’offre et de la demande. La Chine a entrepris de lutter contre les importations d’opium que lui imposaient les commerçants européens. Elle a livré pour cela plusieurs guerres et le gouvernement de Tchang Kai Tchek fit de la peine de mort le châtiment unique dans les affaires de stupéfiants sans parvenir à venir à bout de la consommation d’opium en Chine. Après la victoire de la révolution socialiste, en 1949, le gouvernement populaire aborda le problème d’un tout autre point de vue. En premier lieu, tous les efforts furent déployés pour détourner la jeunesse de la tentation de contracter l’habitude de consommer de l’opium, en la mobilisant pour la construction de la société nouvelle et en l’appelant à s’associer au renouveau d’un peuple millénaire et à la construction d’un Etat puissant. La demande étant ainsi liquidée, l’offre à son tour pouvait disparaître.

52En Egypte mime, les gens lucides savent très bien que la contrebande des drogues blanches a commencé en réponse à la demande de certaines couches de la société, dont les richesses se sont accrues à une vitesse prodigieuse, sans que leur niveau culturel puisse suivre, et qui ont vu dans l’élévation du prix même de ces drogues une raison supplémentaire de s’en enticher et de les offrir dans leurs soirées pour imiter ce qui se passe en Amérique. Puis la consommation s’est déplacée de ce premier cercle à ce qui en constitue l’environnement immédiat : enfants, amis des enfants, serviteurs, fournisseurs, ... Si bien que tant qu’il n’aura pas été possible de détourner les couches riches de la consommation de ces substances, le trafic des drogues blanches sera une affaire rentable, et les toxicomanes qui n’appartiennent pas à ces couches privilégiées n’auront pas d’autre choix que d’avoir recours à la violence et au crime pour se procurer l’argent qui leur est nécessaire. Quant aux gros importateurs de ces substances, eux-mêmes n’y touchent pas, ni de près ni de loin, et ils ont recours à des toxicomanes pour les distribuer aux consommateurs. Comment peut-on dans ces conditions fournir la preuve de leur culpabilité pour pouvoir les punir ?

Sur la porte : Les Entreprises de la grande Ouverture. – Qu’est-ce que c’est que cette histoire de construire l’homme égyptien ? Si des fois il s’était effondré et qu’il fallait le reconstruire, il faut que ce soit nous qui ramassions le pactole !
AL-AHALI, 16/1/1985

53Les spécialistes des stupéfiants dans notre pays ne connaissent-ils pas toutes ces vérités ? Je suis bien sûr qu’ils les connaissent mais peut être préfèrent-ils se taire pour préserver le climat et ne pas effrayer les investisseurs et pour rassurer le capital timoré ?

54Ismâîl SABRI ABD ALLAH, « La rationalité punitive » AL-AHALI, 5/11/1986.

Effets pervers

55Je suis personnellement surpris, et même médusé par le caractère « moutonnier » dont font preuve nos respectables organes d’information. Que le Président tienne des réunions avec des hauts responsables pour discuter des grands problèmes du pays, et notamment du fait que de très nombreux Egyptiens s’adonnent à de nouveaux types de drogues, jusque-là inconnues chez nous – ou plus précisément inconnues de notre génération, comme l’héroïne et la cocaïne – est une chose. Mais c’en est une autre que de voir les directives présidentielles se transformer en une hystérie qui saisit la société tout entière, et particulièrement la presse, la radio et la télévision. Les sermons religieux ne parlent plus que de cela tout comme la moindre émission de télévision, d’« Entretiens spirituels » (Hadîth al-rûh) à « Un instant, s’il vous plait » (lahza min fadlak), des programmes du soir ou de ceux du matin... Héroïne par ci, cocaïne par là... Mort subite. Poisons foudroyants. Impuissance sexuelle qui guette les toxicomanes. Démence...Systèmes physique et psychique ébranlés. Accoutumance. Rien à faire. On revient toujours à la cocaïne, et si l’on y revient, on y reste ! Cette fièvre qui nous saisit m’effare. Dans la voiture, dans l’autobus, avec les passagers des taxis. Dans les réunions familiales, quand il m’arrive de m’y associer. Dans les potins de mes visiteurs et visiteuses. Un déluge ! A croire qu’il suffirait d’ouvrir le robinet pour qu’en Jaillisse des torrents d’héroïne ou de cocaïne et qu’en ouvrant la fenêtre on risque d’être emporté par un ouragan de fumée de haschisch s’engouffrant dans la pièce en vous fouettant le visage, ou que si l’on est invité à un repas, les « farcis » le sont à l’opium ou à la noix de muscade.

56Que se passe-il ?

57Tout cela m’a réellement ébranlé et j’en suis venu à croire que nous étions atteints d’un malheur irrémédiable. J’ai deux fils, dans la fleur de l’âge. Qui fréquentent les clubs et autres réunions d’amis. Je me suis pris, ces derniers temps à scruter leurs yeux, cherchant à y détecter toute rougeur suspecte. Jusqu’à ce qu’un Jour ma fillette me demande : « Qu’est-ce que c’est, papa, la cocaïne ? ».

  • C’est une substance stupéfiante, lui ai-je répondu.

  • Cela, Je le sais, a-t-elle répliqué. Ce que Je voudrais savoir c’est comment cela se présente, quel est son goût, sa couleur ?

  • Ma foi, je n’en sais rien.

  • Comment cela ? N’as-tu pas fait des études de médecine ? on a bien dû te montrer des drogues ?

  • C’est vrai, on aurait dû nous en montrer, mais à l’époque où je faisais mes études, dans les années 50, il n’y avait pas, dans la section de pharmacologie, voire dans toute l’Egypte, le moindre soupçon d’héroïne ou de cocaïne. On nous a seulement montré un morceau de haschisch et un autre d’opium, déposés chacun dans un bocal soigneusement fermé et portant le sceau du chef de la section – que Dieu ait son âme. Lorsque nous avons demandé pourquoi ces bocaux étaient fermés, insistant pour pouvoir toucher et sentir ces substances qui pouvaient être l’objet de questions aux examens, on nous a répondu que l’on n’ouvrait plus les bocaux depuis qu’on s’était aperçu qu’à chaque séance de travaux pratiques, le volume de l’échantillon – particulièrement de l’échantillon de haschisch – diminuait régulièrement. Si bien que l’assistant de laboratoire, craignant de se retrouver en mauvaise posture si la drogue qu’il avait en dépôt venait à s’épuiser, décida un beau jour d’enfermer ces substances dans des bocaux afin que nul étudiant ne puisse plus y toucher. Devant nos protestations et notre inquiétude à l’idée que l’on pourrait nous présenter à l’oral un morceau de haschisch ou d’opium que nous ne saurions pas reconnaître, notre professeur répliqua : « Rassurez-vous, la drogue ne fait jamais partie des questions d’examen. Considérez-là comme hors-programme... Il suffit que vous puissiez la reconnaître à distance et vous n’avez aucun besoin de la toucher ni de la sentir. »

Au centre de désintoxication gratuite (ouvert Jour et nuit) :
- De quoi voulez-vous être désintoxiqué ?
- Des propos réjouissants et des nouvelles optimistes.
AL-AHRAM. 11/11/1985

58Ainsi, cette effarante campagne d’information a produit des effets malheureusement inverses de ceux qui en étaient escomptés, au point que l’auteur de ces lignes, poussé par la curiosité s’est pris lui-même à se demander quelle pouvait bien être la couleur, l’aspect ou le goût de la cocaïne. Je me mis à interroger certains jeunes gens, membres de l’un des grands clubs sportifs de la capitale pour constater qu’ils étaient extrêmement bien renseignés sur la « blanche » (la cocaïne) et sur la « brune » (l’héroïne), ainsi que sur toutes les façons de les consommer, soit en prises, par le nez, soit en injections. (...)

59Que dites-vous, après cela, des effets d’une information à côté de la plaque ? Elle suscite chez les jeunes cette curiosité insatiable à l’égard de cette substance mystérieuse et secrète dont tout le monde parle, qui est l’un des aspects de la nature humaine dont on ne peut se défaire. Je me rappelle qu’à l’époque où j’étais étudiant en médecine, sous le règne de Sidqi, se développait une vaste campagne de propagande anti-communiste, agrémentée d’arrestations massives. Tous, du plus jeune au plus âgé, nous nous sommes mis à parler du communisme, sans qu’aucun d’entre nous n’ait jamais rien lu sur ce sujet. Si bien que, piqués par la curiosité, nous nous mîmes à rechercher toutes les informations disponibles et quand l’un d’entre nous parvenait à mettre la main sur un livre traitant du communisme ou du socialisme, ou rencontrait une personne réputée de cette tendance, il avait l’impression d’avoir découvert un trésor et n’avait de cesse d’obtenir la réponse aux questions que nous nous posions. Certes, tous n’ont pas embrassé le communisme, mais bon nombre d’entre nous sont passés du stade de la curiosité à celui de l’étude, puis à celui de l’« accoutumance » !

60Notre comportement a été exactement le même à propos des groupes islamistes. Nous leur avons déclaré la guerre et nous nous sommes mis à parler d’eux à tort et à travers sans rien savoir de précis à leur propos. Or la jeunesse est par nature encline à s’intéresser à ce type de groupes, si bien que lorsqu’un jeune homme croisait un barbu, dans une mosquée, il restait cloué devant lui, le bombardant de questions et cherchant à savoir, tout ceci se terminant le plus souvent par son adhésion au mouvement. (...)

61Si vous le voulez bien, je voudrais marquer ici une pause, pour réfléchir avec vous. Il ne s’agit pas <seulement> de drogue ou de l’activité de services étrangers qui tenteraient d’« empoisonner » l’esprit de notre jeunesse. Il s’agit d’une question beaucoup plus grave qui concerne la manière dont nous traitons nos problèmes (...) Au fond d’elle-même, l’âme humaine abrite une puissance constructive, aimant et désirant la vie, et une autre, destructive, exaspérée par la vie et portée à y mettre fin. Les savants ont constaté que le nombre des fumeurs dans le monde, notamment parmi les jeunes, a augmenté démesurément depuis que les compagnies qui produisent les cigarettes ont été obligées par les gouvernements à apposer sur les paquets une notice précisant que « Fumer est très nocif pour la santé ». Cette notice fait vibrer en nous cette corde qui nous pousse à détester la vie et à souhaiter d’en finir, d’autant plus efficacement qu’il s’agit d’une fin qui n’implique pas de violence, comme de s’ouvrir les veines ou de se pendre avec une cravate. Cette puissance destructrice de la vie est séduite par toute substance susceptible de conduire à sa fin comme par la voix des Sirènes qui, dans les légendes, appelaient de leurs chants les marins dont les navires venaient se fracasser sur les rochers et qui périssaient noyés. C’est un appel secret, mystérieux, qui s’insinue en nous délicatement, tel l’appel d’un démon qui se présenterait à nous sous l’apparence d’une femme à la beauté irrésistible.

62Ainsi, par cette propagande excessive contre cette substance meurtrière, nous la rendons attractive pour une jeunesse innocente ou, dans le meilleur des cas, nous aiguisons sa curiosité a l’égard de cette chose, telle cette gamine ingénue qui me demande de quelle couleur est la cocaïne, quel est son goût et quelle est son histoire (...)

63Je ne peux conclure ces propos dénonçant l’approche erronée qui est la nôtre d’un problème passager sans évoquer ce que j’ai lu sous la plume du chef de la section des maladies nerveuses et psychologiques d’une de nos facultés de médecine. Cet éminent savant, chargé d’enseigner à des étudiants les méthodes de traitement de ceux qui s’adonnent à l’alcool, en leur qualité de malades, ce professeur, donc a déclaré, <à propos de la vague de décès dus à de l’alcool frelaté> que ce poison constituait la vengeance divine contre ceux qui boivent de l’alcool. Il a conclu son propos en implorant Dieu de faire périr toute personne consommant de l’alcool, frelaté ou non-frelaté. Peut-on imaginer qu’il s’agisse là de l’opinion d’un grand professeur et d’un chef de section, censé traiter <les alcooliques> en malades et faire tout son possible pour arracher à leur solitude ceux qui ont recours à lui pour les délivrer de la boisson ? A en juger par ses propos, il serait bien plutôt capable de verser lui-même le poison dans un verre d’alcool pour débarrasser le monde d’un pécheur impénitent !

64Le châtiment prévu par le Tout-Puissant pour la consommation d’alcool est la flagellation. Mais ce professeur, dont les écrits sont passés, on ne sait comment, inaperçus de l’auguste Conseil de l’Université du Caire réclame la mort pour le buveur, poussant à un crime beaucoup plus grave, en fait le plus grave de tous les crimes, celui d’ôter la vie.

65Est-ce cela, l’Islam ? Ou n’est-ce pas plutôt l’ignorance de l’Islam doublée d’une ignorance de la science, de la maladie, et de la façon dont on peut traiter des maladies sociales qui frappent les gens pour maintes raisons que Dieu seul connaît....

66Yusuf IDRIS, « Ouvrez le robinet, il en coulera de la cocaïne ! » AL-AHRAM, 11/11/1985, p. 13.

– Dans le temps, ceux qu’on envoyait pour nous arrêter avaient au moins le grade de général. Maintenant, Ahmad Rushdi nous envoie les chiens !
AL-AHRAM. 5/12/1985

Répressions

Manière forte

67Au cours d’une réunion du Conseil National pour les services – qui est l’un des Conseils Nationaux spécialisés, plus particulièrement en charge du problème de la drogue – la question du retour en force de l’héroïne et de la cocaïne, plus de 50 ans après leur éradication totale a été débattue. A cette occasion, l’un des membres du Conseil (...), le Dr Abd al-Qâdir Hâtem, a rappelé comment, entre 1930 et 1934, les autorités égyptiennes sont parvenues à éradiquer totalement ces deux substances et à mettre un terme à leur trafic.

68A cette époque, la police égyptienne était sous le commandement d’officiers britanniques, dont un certain major Hinlor (?) qui constitua un groupe de 21 policiers spécialisés dans la lutte contre les stupéfiants. Avec le concours des autorités internationales, et grâce à une surveillance minutieuse des trafiquants de drogue, ce groupe parvint à établir une liste des noms des « gros bonnets » convaincus de se livrer à la contrebande et au trafic. La difficulté était de les prendre en flagrant délit, ce qui aurait permis de les juger selon la loi. Le groupe du major Hinlor mit alors en œuvre une méthode « originale » pour se débarrasser d’eux. Après avoir repéré l’endroit où se trouvaient les trafiquants, ils le cernaient et les soldats se mettaient à tirer en l’air. Quand les trafiquants tentaient de prendre la fuite, ils étaient abattus sur place. A la suite de quoi le groupe justifiait son action en invoquant cette tentative de fuite.

69Après que ce type d’action ait été répété contre plusieurs contrebandiers et trafiquants d’héroïne et de cocaïne, la consommation de ces deux drogues disparut définitivement.... pour ne réapparaître que tout dernièrement.

70Je ne raconte pas cette histoire pour inciter à s’inspirer du passé. Mais nous savons tous que les procédures qui président aux enquêtes, aux arrestations et au jugement proprement dit <des inculpés> empêchent bien souvent la prononciation de châtiments sévères contre les trafiquants et les contrebandiers. Peut-être la méthode appropriée est-elle aujourd’hui la confiscation par le procureur général socialiste des biens des personnes convaincues de trafiquer ces poisons, sans attendre leur passage en jugement, au terme de procédures nécessairement longues et compliquées. L’important, en cette matière, c’est la précision des enquêtes qui doivent établir de façon sûre le fait que les fortunes visées ont bien été constituées sur la base de ce crime ignoble, le trafic de drogue.

71Mahmûd Abd al-Munim MURAD, «Point de vue», AL-AKHBAR, 4/2/86, p. 3.

État d’urgence

72Le ministre de l’Intérieur a annoncé que les dispositions de l’état d’urgence seraient dorénavant appliquées aux trafiquants de drogue. Depuis l’annonce de cette décision les questions s’accumulent : pourquoi maintenant ? Où était le gouvernement ? Pourquoi n’a-t-il rien fait au cours de ces dernières années, alors même qu’il déployait tout son zèle dans la chasse aux opposants et aux porteurs d’idées ? La situation nécessite-elle vraiment la loi d’état d’urgence, ou bien n’est-ce là qu’un nouveau prétexte pour en prolonger l’application ?

73Depuis que l’Etat a créé les Services de Sécurité Nationale, ceux-ci se sont révélés comme la force de répression la plus brutale contre les intellectuels, les étudiants et tous les partisans de la démocratie, plus brutale même que les forces armées. N’eut-il pas mieux valu que ces services s’en prennent aux trafiquants de drogue ? (...)

74Cela ne signifie pas que nous soyons contre l’application de la loi d’état d’urgence aux trafiquants. Cela signifie que nous sommes partisans de l’application de la loi ordinaire, car l’état d’urgence ouvre la voie à tous les abus de pouvoir dont les opposants sont habituellement les premières victimes, autorisant leur incarcération sur la base de l’humeur politique du régime, permettant de les déférer devant des tribunaux d’exception et les soumettant directement au bon vouloir du chef de l’Etat. Si bien que les garanties dont peuvent bénéficier les politiques sont incomparablement plus restreintes que celles dont bénéficient les trafiquants de drogue. Pour ne rien dire de la façon dont s’applique à chacune de ces catégories le régime carcéral lui-même (...)

75Le plus étrange est que la législation sur les stupéfiants est stable depuis vingt ans alors que nous sommes submergés sous un flot de lois d’exception destinées à réprimer les opposants politiques, publiées les unes après les autres à un rythme accéléré. Pourquoi la législation ne s’en prend-elle pas aux trafiquants ? Pourquoi le Procureur général socialiste n’enquête-il pas sur leur compte ? Pourquoi ne saisit-il pas leurs biens, alors que tel est le lot des politiques ? (...) Il faut y voir le signe de l’échec du régime à mettre en œuvre ce qu’il a appelé l’expérience démocratique en même temps que le révélateur de l’oppression matérielle et sociale, qui se traduit par l’incompréhension et le rejet réciproques des gouvernants et des gouvernés et l’autoritarisme du régime. D’où également la crise de confiance, renforcée par le constat du fait que l’Etat a jugé bon de mobiliser tous les moyens législatifs et policiers dont il dispose pour museler le peuple et ceux qui œuvrent pour l’intérêt général, au moment même où la mafia des stupéfiants se voyait laisser le champ libre pour détruire le peuple égyptien (...) Ceux qui demandent aujourd’hui l’application des lois d’état d’urgence pour protéger la société contre les « poisons blancs » sont les mêmes qui, à dessein ou non, se sont abstenus d’analyser ce phénomène dans ses racines économiques, sociales et politiques profondes. La politique de l’Infitah, en créant les conditions de l’enrichissement scandaleux de certaines couches, est à l’origine du fléau, car ce sont ces richesses qui constituent le marché naturel de ce type de drogues. Ce sont ces « nouveaux riches » qui consomment l’héroïne et il n’est pas normal que la société dans son ensemble paye de sa liberté la consommation de drogue de ces couches.

Saisie dune cargaison de drogue pour une valeur de 20 millions de LE
(1) – Si c’est cela notre récompense alors que nous participons à la campagne de « construction (ta’mîra, voir glossaire) !
(2) – Si ça se trouve, il n’avait pas transféré la caution bancaire à l’importation à la banque de Batniya.
(3) -Pourtant, toute l’opération avait un seul but : une »piastre« (qirsh) pour chaque citoyen !
(4) – La bêtise est qu’il n’a pas été assez prévoyant) s’il avait obtenu l’autorisation de la Commission pour les importations, tout se serait bien passé...
(5) – C’est ministre de l’Economie qu’on aurait dû le nommer ! Pas d’importation, pas d’exportation, et nous on fait nos petites affaires !
(6) – 20 millions de LE, ce n’est pas tant que ça ! On entre dans une période de sécheresse, il faut laisser les gens « boire » tranquillement* !

76L’adoption de mesures propres A combattre les « effets pervers » de la politique de l’Infitâh sur la structure économique et sociale de l’Egypte serait la seule solution pour prendre à la racine le problème de ces poisons. Mais les arguments mis en avant par le gouvernement pour Justifier le recours aux lois d’état d’urgence visent, en fait, deux objectifs : la fuite devant ses responsabilités, tout d’abord ; substituer aux « poisons blancs » un autre poison plus dangereux encore : le poison de l’état d’urgence. Le problème n’est pas celui de l’incapacité de la loi ordinaire à lutter efficacement contre les stupéfiants, mais celui de la négligence et de la corruption des appareils chargés d’appliquer cette loi. Quand, alors même que le châtiment encouru peut aller Jusqu’à la peine de mort, on constate que le crime continue à s’étendre au lieu de disparaître, cela signifie que ceux qui le commettent sont assurés d’être protégés de la rigueur de la loi (...) L’utilisation de la loi d’état d’urgence contre les trafiquants de drogue est un jeu politique qui vise i justifier le maintien de l’état d’urgence lui-même. Quant à la drogue elle-même, c’est un phénomène politique, et l’une des conséquences de la signature des accords de Camp David et de la normalisation des relations avec Israël.

77Mahmûd al-HUDARI, « L’état d’urgence, c’est seulement pour les politiques...Quant aux trafiquants, ils sont au-dessus de la loi ! »
Al-AHALI, 20/11/1985.

Le fond et la forme

78Quelles que soient leurs positions, tous les Egyptiens sont d’accord sur le fait qu’il faut venir à bout de la drogue et combattre résolument et par tous les moyens ce fléau social et économique.

79Mais ceux qui poussent l’enthousiasme Jusqu’à demander l’application de la législation d’état d’urgence aux affaires de drogue mélangent deux questions distinctes, dont l’une concerne le châtiment proprement dit et son application, et l’autre les procédures d’enquêtes, d’arrestation, de garde à vue, etc...

80Pour ce qui concerne la première question, on constate que la législation actuelle prévoit une gradation des peines qui va de la peine de mort, impérative dans les cas de contrebande ou de production locale de stupéfiants, à la peine de mort ou aux travaux forcés à perpétuité, pour les cas de détention ou de transport de matières stupéfiantes en vue du trafic, à des peines de travaux forcés ou de prison et à des amendes pour l’achat, la vente, la détention ou la consommation de stupéfiants, peines qui ne peuvent descendre en dessous de six mois de prison, dans le cas de consommation. Plus loin, la législation a prévu la possibilité de suspendre l’application des peines, dans ce dernier cas, quand le tribunal considère que l’accusé présente des garanties d’amendement permettant de penser qu’il ne récidivera pas.

81L’on peut en déduire que la législation actuelle et les châtiments qu’elle prévoit – de six mois de prison à la peine de mort – sont tout à fait adaptés, le législateur ayant laissé au Juge la faculté d’apprécier chaque cas en fonction des circonstances qui l’entourent. Ce n’est donc pas la législation qui est en cause, et il serait tout à fait concevable que le Parquet général lance un appel aux tribunaux pour leur demander de prononcer des peines plus lourdes. (...). En fait, la logique de ceux qui demandent le renforcement de cette législation et l’introduction de peines obligatoires tend à limiter la liberté d’appréciation du juge, ce qui est in admissible, celui-ci étant le seul en mesure de prendre en compte les circonstances particulières de chaque cas.

82Quant à l’appel à appliquer la législation de l’état d’urgence aux affaires de drogue, il s’agit, fondamentalement, d’un appel à un retour en arrière, visant à élargir encore les prérogatives d’un régime d’exception, qu’il s’agisse du parquet général ou de la police. C’est de surcroît un appel qui contredit non seulement les dispositions de la constitution mais aussi celles de l’état d’urgence lui-même. En effet, la constitution prévoit que l’état d’urgence peut être déclaré quand la sécurité ou l’ordre public sont menacés sur le territoire national ou l’une de ses parties, du fait d’une guerre, ou d’une menace de conflit, de troubles ou de catastrophes, ou encore en cas d’épidémie. Ainsi, du fait même que la loi d’exception est d’application générale, il ne convient pas de l’interpréter de telle façon qu’elle s’applique à un cas particulier, fut-ce la lutte contre les stupéfiants.

83Ahmad Fu’âd ’AMIR, « Pas de justification à l’extension des pouvoirs exceptionnels par l’application de l’état d’urgence aux affaires de drogue », AL-AKD, 28/11/1935.

Le prix à payer

84(...) Que restera-t-il à l’Egypte si ce fléau qui obscurcit les esprits, affaiblit les cœurs et paralyse les volontés engloutit sa jeunesse ? La situation est grave et il ne fait pas de doute qu’il y a là complot car il n’est pas possible que cette attaque soudaine des « poisons blancs » soit une manifestation spontanée ou le simple fait des circonstances. L’Egypte connait le haschisch depuis des années mais la situation n’était jamais arrivée au niveau de gravité de l’épidémie qui nous frappe depuis quelques années ou depuis quelques mois.

85Notre riposte doit être franche, énergique et résolue.

86D’une part, elle doit consister en une campagne d’information tous azimuts, mobilisant tout à la fois la radio et la télévision, la presse, l’église et la mosquée. L’important est que la prise de conscience que nous devons susciter doit être lucide, scientifique et ne peut se limiter à de belles phrases et à des discours creux.

87Mais si une telle campagne d’information est indispensable, elle ne saurait à elle seule suffire et la confrontation doit avoir un autre aspect, plus radical et plus efficace : celui de la répression et du châtiment, qui doit être sans pitié et s’appliquer sans hésitation.

88Peu de gens se sont autant que moi opposés aux lois d’état d’urgence. Pourtant, je suis partisan de l’adoption d’une loi d’urgence « spéciale » pour faire face à la situation actuelle, si les – détestables – lois actuelles d’état d’urgence ne suffisent pas ! Une telle loi permettrait d’atteindre deux objectifs :

  • D’une part, elle permettrait d’appréhender sans hésiter quiconque peut être soupçonné de se livrer à la contrebande ou au trafic de la drogue ou d’être associé d’une façon ou d’une autre à un tel trafic, et de le placer en détention jusqu’à ce que la vérité soit établie ou les soupçons dissipés. La véritable victime <des trafiquants de drogue> c’est l’Egypte elle-même et, pour protéger l’Egypte contre ceux qui veulent sa perte, nous avons bien le droit d’en venir à de telles mesures. Certains diront que l’application de la loi d’état d’urgence risque d’exposer tel ou tel individu à l’arbitraire ou conduire à soupçonner injustement tel ou tel autre. Je sais tout cela, et je sais que cela est détestable, mais quelle autre solution avons-nous quand il y va de l’avenir de tout un peuple et de la vie d’une nation. Qu’y pouvons-nous, quand bien même l’arbitraire ou l’injustice devraient frapper les familles ou les enfants des suspects ? J’exhorte les responsables de l’application de la loi d’état d’urgence à l’appliquer sans la moindre hésitation et sans redouter les accusations et les reproches de qui que ce soit, en incarcérant tous ceux sur qui pèse le soupçon d’être associés à de tels crimes. Il faut qu’une telle campagne soit implacable, à la mesure de la détermination implacable de ceux qui commettent ces crimes contre l’Egypte, et elle doit englober tous ceux qui, dans l’ombre, rendent possible l’assassinat de l’Egypte.

  • Quant au deuxième objectif que permettrait d’atteindre le recours à la législation d’état d’urgence, c’est l’accélération des procédures de mise en jugement des inculpés et il importe que des condamnations à mort soient appliquées aux contrebandiers et aux trafiquants de drogue. Je suis convaincu que dix exécutions seulement suffiraient à venir à bout de ce complot. La sauvegarde de l’Egypte ne vaut-elle pas l’exécution de dix de ses fils qui se sont rendus coupables de comploter contre elle, oubliant tous les bienfaits dont ils lui sont redevables ? Leur exécution est un devoir, plus encore que celles des meurtriers, car ces derniers tuent des individus alors que c’est toute une nation que tuent les trafiquants de drogue.

Sur le porteur de couteau : La Mafia de la drogue.
Sur la victime : Les capacités productives.
ROSE AL-YOUSSEF, 4/11/1985

89L’Egypte est en danger !

90Nous devons tous contribuer à la sauver avant que ne survienne le déluge.

91Yahya al-Gamal, « Ceux qui tuent l’Egypte », Al-Musawwar, 15/11/1985, p. 12.

Autocritique

92Ce qui se passe actuellement et les mesures législatives prises pour alourdir le châtiment en matière de contrebande et de trafic de drogue, qui tendent à rendre obligatoire le prononcé de la peine de mort en limitant la faculté reconnue au tribunal par l’article 17 du code pénal d’abaisser de deux degrés le niveau des sentences prononcées, mérite que l’on prenne le temps de la réflexion. En effet la sévérité des condamnations – à elle seule – ne saurait suffire à prévenir le crime lui-même. Ainsi, la vendetta reste considérée comme un devoir dans certaines régions de notre pays et l’on ne saurait s’y soustraire sans encourir la honte et la réprobation.

93Pour ce qui est de la drogue, force est de constater que sa pénalisation, tout d’abord, et l’aggravation de sa qualification pénale – de contravention à délit puis à crime, éventuellement passible de la peine de mort ou des travaux forcés – n’ont pas empêché la propagation du fléau, comme en attestent les informations publiées dans la presse sur les quantités saisies et le nombre des affaires portées devant les tribunaux. Si ce genre de recette – l’aggravation des peines – s’était révélé efficace, il ne fait pas de doute que nous l’aurions adopté pour bien d’autres problèmes : en effet, il est toujours facile, dans un régime de quasi-monopole du parti au pouvoir de faire adopter toutes les lois que l’on veut – même celles de plus sinistre réputation, et même si cela aboutit à créer un nouveau problème auquel il faudra par la suite trouver des solutions. !...)

  • 2 Le président Sadate lui-même était réputé être un hashshâsh impénitent et les rumeurs allaient bon (...)

94Le châtiment – à lui seul – ne peut suffire à prévenir le crime, d’autant moins qu’il vise des comportements individuels et concerne des actes qui revêtent, chez ceux qui les commettent, une toute autre signification que celle que leur donne la loi. Il ne fait pas de doute que les facteurs psychologiques ont une part importante pour ce qui concerne la toxicomanie. Certains peuvent ainsi considérer que consommer ces poisons constitue une marque de standing, quelque chose dont on peut être fier et se vanter en société. Le fait que certains de nos dirigeants2 n’hésitent pas eux-mêmes à se livrer à une telle consommation n’a pas peu fait pour répandre cette attitude et ils constituent, de ce point de vue, le pire des exemples. De même, le fait que les trafiquants de drogue de l’un des quartiers du Caire aient été les principaux partisans et supporters d’un ex-ministre de l’Intérieur pour son élection à l’Assemblée du Peuple... Ils n’ont certes pas soutenu cette candidature pour l’amour de Dieu et de la patrie, mais parce qu’ils y voyaient leur intérêt bien compris, même si cet intérêt devait prévaloir au détriment du peuple et de la patrie.

95Le trafic et la consommation de drogue sont des actes criminels, que ne commettent que les ennemis du peuple, de la patrie et d’eux-mêmes. C’est cela qu’il faut que le peuple comprenne et dont il faut qu’il prenne conscience. C’est ce qui fait, aussi, que l’on ne saurait écarter l’hypothèse que soient associées au trafic les hordes de juifs et de sionistes qui débarquent dans notre pays en nombre qui justifie – à tout le moins -que l’on s’interroge et que l’on enquête. La semaine dernière, l’un d’entre eux a été intercepté alors qu’il tentait de passer en contrebande 50 000 dollars. Au cours de son interrogatoire, il a avoué que cette somme constituait le prix d’une charge de drogue qu’il avait introduite dans le pays. Ne doit-on pas s’étonner de voir que les autorités égyptiennes l’ont relâché et l’ont autorisé à quitter le pays, comme s’il n’avait commis aucun crime ou aucun acte répréhensible ! De cette façon, nos ennemis sionistes s’emploient à gaspiller l’argent du peuple et à rendre vains ses efforts pour construire l’homme égyptien, la société égyptienne et la patrie égyptienne.

Saisie de drogue pour une valeur de 11 millions de LE – Toutes ces saisies, ça va finir par créer un marché noir... Et après ils viendront rouspéter !
AL-AKHBAR, 28/2/1985

96Nous devons faire face à nos problèmes avec détermination et en profondeur, rechercher les causes réelles qui font qu’ils s’accumulent, identifier les solutions qu’il est possible d’y apporter. Ces solutions peuvent être difficiles et coûteuses... Elles peuvent nécessiter du travail, des efforts, des fonds... Elles peuvent demander du temps. Cela vaut mieux que les solutions de facilité à court terme, qui ne peuvent servir de rien d’autant plus qu’il s’agit de problèmes liés de très près aux aspects sociaux et psychologiques. Nous avons besoin d’un programme de « conscientisation » religieuse, politique, intellectuelle, culturelle, sociale... Nous n’en ferons pas l’économie si nous voulons véritablement trouver des solutions à nos problèmes. Gluant aux solutions de facilité, du type de l’aggravation des peines, que préconise le gouvernement en pensant qu’il y trouvera tranquillité et répit, ce sont des solutions fautives pour lesquelles le gouvernement devrait être sanctionné de les avoir commises.

97Ibrâhîm AL-ZIYADI « Les solutions les plus faciles ne sont pas toujours les meilleures », AL-SHA’B, 3/12/1986

Un ressortissant israélien condamné à mort pour trafic d’héroïne

98Le tribunal criminel du Caire a condamné Amîh Yûsuf Tahhan, ressortissant juif israélien d’origine égyptienne, à la peine de mort par pendaison pour avoir été arrêté, au mois d’août dernier à l’aéroport du Caire, en provenance de Bombay avec un Kilo d’héroïne dans sa valise.

99Le dossier de l’accusé a été transmis le mois dernier au mufti, en préparation de la prononciation d’une peine capitale, après que l’accusé ait reconnu qu’il s’apprêtait à introduire la drogue dans les territoires occupés en empruntant l’itinéraire terrestre par Rafah, choisi en raison de la légèreté des mesures de fouille.

100Le mufti a confirmé la sentence capitale.

101AL-GUMHURIYA, 7/3/86

La mort !

102Le Dr. Muhammad Mahjûb, président de la commission des Affaires religieuses à l’Assemblée du Peuple a déclaré : la propagation des stupéfiants, et particulièrement de la cocaïne menace la paix sociale intérieure de l’Egypte. Ses conséquences ne se font pas sentir seulement sur la productivité au poste de travail mais aussi sur le niveau de la criminalité. Aussi, l’application de la peine de mort est devenue une exigence absolue pour répondre aux menaces qui pèsent sur les ressources humaines et économiques de l’Egypte. L’application de la peine de mort aux trafiquants ne contredit en aucune façon les dispositions de la loi islamique.

103Nous savons tous qu’il existe un régime d’état d’urgence qui permet d’incarcérer les trafiquants de drogue qui empoisonnent les gens et épuisent l’économie nationale en organisant la fuite des capitaux vers l’étranger, menant une vie de luxe et de gaspillage au prix du sang du peuple. La peine de mort pour quiconque fait la contrebande ou le trafic de drogue est la seule solution pour mettre un terme à la consommation de drague, de quelque nature qu’elle soit.

  • 3 WATANI est le principal organe d’expression politique de la communauté copte.

104Muhammad AL-SHARIF, « L’exécution des trafiquants de drogue est devenue une exigence nationale », WATANI3, 3/11/1985, p. 5.

Le châtiment absent

105En Egypte, comme en Iraq, en Thaïlande ou en Iran, il existe une loi prévoyant l’application de la peine de mort à ceux qui se livrent au trafic des stupéfiants. Depuis l’adoption de cette loi en Egypte, en 1966, elle n’a jamais été prononcée contre un seul accusé, alors qu’elle l’est régulièrement en Iraq, en Thaïlande ou en Iran. Si bien qu’en 1978, le représentant de l’Iraq a pu déclarer au 47ème congrès d’Interpol que son pays ne souffrait plus d’aucun problème de drogue après l’exécution de nombreux condamnés.

106Quant à l’Egypte, le trafic de drogue y a prospéré à l’ombre de cette loi si bien qu’elle figure parmi les tous premiers Etats consommateurs de stupéfiants au monde (...)

107Pourquoi la peine de mort n’est-elle pas appliquée à ces trafiquants qui déchirent la chair même de la société égyptienne ? Qu’en pensent les représentants du Parquet, les avocats, et pour finir les juges ? (...)

108Sâfi al-dîn Sâlih, qui compte parmi les avocats les plus réputés en Egypte pour les affaires de stupéfiants considère que si les juges avaient la conviction que les contrebandiers arrêtés étaient effectivement les commanditaires des opérations, ils prononceraient sans hésiter la peine de mort. Seulement dans 95 % des affaires de contrebande ceux qui sont arrêtés sont des jeunes gens poussés par la misère et l’appât du gain et qui ne servent que d’intermédiaires entre la source et l’importateur des stupéfiants. Ce sont ceux-là qu’on arrête dans les ports et les aéroports, pour la plupart Grecs, Sri-lankais ou Philippins, dont les âges varient entre 13 et 25 ans. Le juge considère, à l’examen de ces cas qu’il a affaire à des victimes de la pauvreté et de l’ignorance et il use de son droit de diminuer la peine d’un degré, prononçant des peines de travaux forcés à perpétuité plutôt que la peine de mort. De la même façon, tout doute ou vice de forme tend à bénéficier à l’accusé et <à favoriser> son acquittement, sur la base de la conviction du juge que celui qui se tient devant lui n’est pas le commanditaire et que, tant que ceux -ci existeront, il se trouvera toujours des milliers de pantins qui accepteront de courir le risque. Dans 90 % des affaires de stupéfiants, on ne coince que l’exécutant, comme en atteste le nombre des affaires enregistrées en Egypte entre le 1 janvier et le 30 mai 1985, soit en 5 mois. Au cours de cette période 2959 affaires ont donné lieu à l’inculpation de 2984 personnes, ce qui signifie que dans 97 % des cas, une seule personne est inculpée, le plus souvent des jeunes gens ou des comparses… !)

109Quant à Mumtâz Nassâr, Conseiller d’Etat, avocat et président du comité parlementaire du parti Wafd, il nous déclare :

110« Il ne fait pas de doute que la contrebande de stupéfiants est un problème d’une gravité exceptionnelle pour la société, l’un des plus graves qui soient. La drogue influe sur la vie des citoyens, amoindrit leurs capacités et leur productivité. D’une manière générale, la drogue ruine <le système> des valeurs qui orientent l’activité des individus dans la société. C’est pourquoi le législateur a veillé à prévoir une peine d’une exceptionnelle gravité pour punir la contrebande de drogue : la peine de mort par pendaison.

111Je considère que l’application de ce châtiment doit être limitée aux cas les plus graves, qui attestent d’une intention criminelle avérée, avec pour objectif de dissuader les autres trafiquants de persévérer. Si aux fardeaux qui pèsent déjà sur la vie des individus dans notre société, viennent s’ajouter des dangers nouveaux, il est nécessaire de réagir en tentant <par tous les moyens> d’enrayer cette forme de criminalité (...) dont les analystes ont établi qu’elle absorbe environ 10 % du PNB. Nos juges peuvent considérer que l’application de la peine capitale est un châtiment nécessaire pour écarter le danger et protéger la société de ses effets destructeurs. C’est pourquoi je considère qu’il faut maintenir dans la loi la disposition prévoyant la peine de mort pour les affaires de contrebande tout en laissant au juge la latitude d’apprécier quand cette peine doit être appliquée et quand elle ne doit pas l’être.

112Quant au Conseiller Sa’ad Abu ’Uf, ancien juge (...) qui travaille à l’heure actuelle comme avocat, il se déclare partisan de l’application de la peine de mort, avec une seule réserve :

113Le châtiment est en soi dissuasif, mais les châtiments ne peuvent suffire à soigner les problèmes, surtout en matière de drogue où il faut traiter les causes de sa propagation. D’autant que j’ai la conviction personnelle qu’il existe des causes politiques à ce phénomène, qui visent à la destruction du peuple égyptien et de sa jeune génération.

114Si la peine capitale était appliquée, il ne fait pas de doute qu’il s’ensuivrait une réduction sensible de la contrebande car une telle peine, par sa rigueur, représente le summum de la dissuasion.

115Il n’en reste pas moins que le juge, quelle que soit sa résolution, est soumis à la pression de l’opinion publique, et que celle-ci, en Egypte, n’est pas prête à accepter l’application de la peine de mort aux trafiquants de drogue.

116A l’inverse de l’avocat Sa’ad Abû ’Uf, Yusri Abd al-Karîm, président du Parquet spécial pour les affaires de stupéfiants du Caire considère que l’opinion publique en Egypte demande maintenant l’application de la peine capitale pour les affaires de contrebande, surtout depuis la propagation des amphétamines et des comprimés stupéfiants. Selon lui le degré de condamnation qu’exprime la société égyptienne par rapport à la contrebande de drogue a mime dépassé en intensité l’inquiétude qui s’était manifestée à l’occasion des récentes affaires de viol. Yusri Abd al-Karîm ajoute que le Parquet spécial pour les affaires de stupéfiants demandait systématiquement la peine de mort pour les accusés, mais qu’il n’avait jusqu’à présent jamais été suivi par les tribunaux qui choisissent d’abaisser d’un degré le châtiment en prononçant des peines de travaux forcés à perpétuité... ou en acquittant les inculpés à la moindre erreur d’exécution ou de procédure. C’est à cela qu’aboutit la faculté d’appréciation laissée au tribunal. (...) On peut se demander, <poursuit le procureur>, pourquoi la peine de mort est appliquée aux crimes de sang, alors qu’ils portent tort seulement à un individu ou à un nombre restreint d’individus, alors que les crimes de contrebande de drogue nuisent à des milliers d’individus.

117Nous avons sollicité l’opinion de législateurs, d’avocats, de membres du parquet. Il nous reste à connaître l’opinion des juges eux-mêmes : Pourquoi n’ont-ils prononcé la peine capitale contre aucun accusé depuis que celle-ci a été instituée en 1966. Selon le conseiller Ibrâhîm Tu’ayma, juge au tribunal du sud du Caire, des études criminologiques précises ont établi le fait que l’alourdissement des peines n’aboutit pas à interdire le crime, car le crime n’est pas la maladie elle-même, mais seulement son symptôme. Plus de 90 % des affaires de drogue ont pour cause l’analphabétisme, avec aussi la conviction erronée que la drogue exerce un effet positif sur les performances sexuelles. Il y a aussi le niveau social.

118Si l’on compare le cas des stupéfiants à celui des boissons alcoolisées dans la sharî’a islamique, on voit que la peine encourue par celui qui s’adonne aux secondes est la flagellation. Il n’est donc pas possible pour le juge de prononcer la peine capitale pour le consommateur de drogue. C’est pourquoi je considère que la peine de mort est un châtiment brutal et excessif, et que le législateur a été trop loin en la prescrivant. Il existe une distance considérable entre l’appréciation de la société sur ces crimes et celle du législateur et c’est cette distance qui interdit d’appliquer la loi dans toute sa rigueur. (...)

119<En fait> l’aggravation des peines prononcées a surtout eu pour effet jusqu’à présent de faire augmenter le prix des stupéfiants, ce qui signifie de plus en plus de gens tentés de se lancer dans le trafic. C’est ce qui me fait considérer que l’aggravation des peines n’est pas de l’intérêt de la société, dans la mesure même où plus elles sont sévères, moins elles apparaissent adaptées au juge »

120Enquête Magda MEHANNA, AL-WAFD, 10/10/1985, p. 3.

Légitimations

Opium du peuple

  • 4 Le shaykh al-Sha’rawi est l’une des figures les plus médiatiques de l’islam officiel égyptien. C’es (...)

121Le Shaykh Muhammad Metwalli Al-Sha’rawi4 s’est adressé aujourd’hui à la jeunesse pour la mettre en garde contre la propagation en son sein des drogues de toutes sortes. Le Shaykh al-Sha’rawi a notamment déclaré :

122Ce qui se passe, ces jours-ci, dans la société, les progrès de la consommation et du trafic de toutes sortes de drogues au sein de la jeunesse, est l’une des formes de l’invasion colonialiste, mais sous une forme nouvelle car ceux qui consomment ces drogues n’ont pas besoin d’aller les chercher au loin mais ce sont ces substances elles-mêmes qui arrivent directement au consommateur, avec tous leurs effets pernicieux et destructeurs. Ceux qui les introduisent veulent paralyser la pensée de notre jeunesse, la détourner de ses valeurs productives qui bénéficient au pays, vers des valeurs destructrices selon lesquelles plus rien ne compte. Les ennemis de l’Islam veulent entraîner vers l’abîme la pensée de notre jeunesse. Quant à ceux parmi les jeunes qui refusent les stupéfiants, ils tentent de les séduire par une philosophie matérialiste et permissive, à l’instar de la doctrine existentialiste ou du laïcisme (’ilmâniya), toutes doctrines qui pervertissent la raison.

123Or, les bases mêmes de la sharî’a islamique sont fondées sur la préservation de ce trésor divin que constitue la raison, dont le Tout-Puissant a fait le critère de la maturité religieuse. L’ennemi est libre de ses manigances. Quant à nous, il nous faut nous tenir sur nos gardes contre lui.

124Certains disent que ceux qui consomment ces drogues en éprouvent de la jouissance. Disons plutôt que des gens affligés de problèmes auxquels ils ne savent pas faire face trouvent un refuge dans ces substances abrutissantes et destructrices. L’Islam a son mot à dire sur cette question, lui qui exhorte à refuser la fuite et à prendre de front les difficultés, car ceux qui tentent de fuir sont toujours rattrapés et submergés par cela même à quoi ils tentaient d’échapper. Ainsi par exemple, certains jeunes rêvent d’une voiture ou d’un appartement et, ne parvenant pas à y accéder, sombrent dans le gouffre des stupéfiants. Nous leur disons qu’il s’agit là d’illusions, car ils se fixent à eux-mêmes des objectifs hors d’atteinte et au-dessus de leurs moyens matériels dans leur situation présente. Celui qui veut améliorer sa vie doit commencer par transformer son propre mouvement dans le cours de l’existence. Il doit travailler et travailler encore. Les superfluités ne sont pas exigibles au début de la vie. C’est seulement après s’être développé et avoir développé de la même façon son mouvement dans le cours de l’existence que toutes ces choses se réaliseront. Dieu est Véridique quand il dit

125« Dis-leur : Qui peut défendre de se parer d’ornements que Dieu produit pour ses serviteurs, ou de se nourrir d’aliments délicieux qu’il leur accorde ? Ces biens appartiennent aux fidèles dans ce monde, mais surtout au jour de la résurrection. »

126AL-AKHBAR, 29/6/1985.

Arrière-ban

127Après le glorieux « miracle d’Octobre », ses ennemis entreprennent d’imposer à l’Egypte une nouvelle guerre, une guerre contre les plus dangereux des poisons, entendez les boissons alcoolisées et les stupéfiants. L’ennemi a choisi sa flèche la plus acérée pour la diriger contre nous. Ce qui est le plus effrayant et de plus inquiétant, c’est que cette flèche vise essentiellement la jeunesse qui constitue non seulement le potentiel humain de l’Egypte mais encore, selon l’expression du Prince des poètes <Shawqi> « le pouvoir et la Nation, la puissance et l’emprise, la souveraineté avec ce qu’elle suppose ».

128Certains chercheurs, parmi les plus éminents, ont déjà abordé la question de la drogue et de l’alcool d’un point de vue islamique en se référant au Saint Coran. Il semble toutefois utile de compléter ce point de vue et d’y adjoindre certains préceptes chrétiens concernant ce sujet, empruntés aux paroles des trois grands apôtres, Saint Paul, Saint Pierre et Saint Jean, telles que les rapportent les saints Evangiles.

129Saint Paul, dans son Epître aux Corinthiens, sanctifie le corps :

130- Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu’un détruit le Temple de Dieu, Dieu le détruira à son tour, car le Temple de Dieu est sacré et ce Temple c’est vous.

131Puis il affirme l’emprise de Dieu sur vos corps :

  • Vous avez été achetés assez cher ! Glorifiez-Le dans votre corps et dans votre âme qui appartiennent à Dieu. (...) Saint Paul conclut ainsi son épître ;

  • Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez et quoi que vous fassiez, accomplissez tout pour la gloire de Dieu. (...)

132Saint Jean, lui, met en rapport la sainteté de l’âme et la sainteté du corps. Il dit ainsi à son disciple Gaius :

133- Mon enfant, je souhaite que tu prospères à tous égards et que tu te portes aussi bien que ton âme est vertueuse.

134Un grand nombre de versets de la Bible condamnent explicitement les boissons alcoolisées et les stupéfiants. En voici quelques-uns :

  • Ne regarde pas le vin qui paraît d’un beau rouge qui pétille dans la coupe et qui coule doucement il finit par mordre comme un serpent et par piquer comme un aspic.

  • Tu ne boiras ni vin, ni boisson enivrante, toi et tes fils avec toi.

  • Leur raisin est empoisonné, ses grappes sont amères et le vin qu’ils en tirent n’est fait que de venin de serpents et d’aspics. (...)

  • Il but du vin, s’enivra et se dévêtit. (...)

135Puis nous voyons Salomon le sage, énumérer les maux qu’engendre la consommation de drogue, narcotiques ou de toute autre substance nocive :

136Pour qui les malheurs ? Pour qui les « Hélas » ?

137Pour qui les querelles ? Pour qui les plaintes ?

138Pour qui les afflictions ?

139Pour qui les yeux rouges ?

140Pour ceux qui s’attardent au vin,

141Pour ceux qui vont en quête de vin mêlé.

142Ce qui s’applique au vin, à l’alcool et au « vin mêlé » s’applique aux différentes sortes de stupéfiants et autres « poisons blancs ». Aussi devons-nous rester vigilants contre toutes ces drogues qui se sont insinuées depuis l’étranger, à une vitesse stupéfiante, et nous devons déployer toute notre énergie et tous les moyens possibles pour leur livrer combat et en venir à bout. Les plus grands médecins, lors de leurs congrès internationaux, aux USA, à Londres et dans d’autres pays, ont répertorié les effets effrayants des stupéfiants et de l’alcool : insomnie, troubles nerveux, convulsions, brûlures d’estomac, dilatation du foie, néphrites, gonflement du cœur, épilepsie, hémiplégie, troubles mentaux, diminution des facultés mentales, folie...

143Archiprêtre Boulos BASILI « Alcool et drogue du point de vue de la religion chrétienne » AL-AHRAM, 2/11/1985.

Consensus

144« L’Islam et la drogue », tel était le thème d’un important colloque organisé par l’Université de Minya qui a rassemblé un grand nombre de sociologues, de spécialistes de la drogue ainsi que des représentants des forces de sécurité (...)

145Selon le Dr Ali Majdûb, conseiller au Centre National de Recherche sociale et criminologique, l’introduction des stupéfiants dans les pays islamiques remonte au troisième siècle de l’Hégire, mis à part le « qât », introduit plus anciennement au Yémen par les Ethiopiens. C’est en effet vers la fin du troisième siècle que les jurisconsultes musulmans commencent à mentionner dans leurs écrits le haschisch, qui se vit prohibé aussitôt par l’école hanéfite.

146Le traditionniste Abu Hajar al-Haythami, rappelle le Dr Ali al-Majdûb, considérait que l’absorption de haschisch, qui perturbe les facultés mentales de façon évidente, était un péché au même titre que l’absorption d’alcool. Cet avis fut partagé par Ibn Taymiya qui prescrivit d’infliger le mime châtiment dans les deux cas, c’est 1 dire le fouet, en considération du fait que les deux vices ont les mêmes conséquences. D’après Abû-Hajar al-Haythami, encore, le Prophète aurait dit « Ce qui à forte dose procure l’ivresse est prohibé, même à petite dose, sans qu’il soit établi de distinction entre les substances que l’on boit et celles que l’on mange. » (...)

147Poursuivant sa démonstration, le Dr Ali al-Majdûb a montré que l’Islam s’est toujours vivement préoccupé de la protection des facultés mentales de l’homme, et que ce principe s’applique tout autant à l’interdiction de l’alcool qu’à celle des stupéfiants. En effet, les méfaits physiques, mentaux, moraux, économiques et sociaux de stupéfiants tels que le haschisch, l’opium ou la cocaïne sont communément considérés comme aussi graves que ceux provoqués par l’alcool et il convient donc de les condamner au nom de l’Islam, sinon en vertu de textes précis, du moins par fidélité à l’esprit et à l’essence de cette religion et en conformité à cette règle fondamentale de la loi islamique qui est la prévention du mal et l’élimination des sources du vice. C’est pour cette raison que les jurisconsultes ont été unanimes à toutes les époques pour condamner l’usage des stupéfiants, dont ils ont pu observer les méfaits sur l’être humain, son milieu et sa progéniture et qui se sont révélés plus dangereux encore que l’alcool, explicitement prohibé par les enseignements divins et la Sunna du Prophète.

148Pourtant, comme le souligne Muhammad Fathi, directeur du Département des Affaires internationales et de la Planification au ministère de l’Intérieur (...), de larges secteurs parmi les musulmans continuent de penser, à tort, que l’Islam n’interdit pas la drogue. (...) Bon nombre de personnes ne voient d’ailleurs aucune contradiction entre le fait de se droguer et celui d’accomplir les rites de l’Islam, se fondant sur le fait qu’il n’en existe aucune mention explicite dans le Coran, la Sunna ou dans les propos des grands Imams et que, s’il ne s’en trouve pas d’interdiction formelle, c’est que cela est licite.

149Cette attitude découle d’une méconnaissance de l’esprit de la sharî’a islamique, de ses fondements et de sa portée générale, en même temps que d’un attachement trop exclusif à l’égard des quatre grands Imams considérés comme seule référence <au détriment d’autres penseurs musulmans>. Les quatre fondateurs d’école n’ont ni autorisé, ni interdit les stupéfiants tout simplement parce que les dangers de ceux-ci ne se sont manifestés réellement qu’à partir du sixième siècle de l’Hégire ou ils ont commencé à se répandre à la suite de l’invasion mongole. Lorsque les jurisconsultes découvrirent ces effets néfastes, ils s’accordèrent pour inscrire dans la sharî’a l’interdiction de l’usage des stupéfiants, les seuls à ne pas se rallier à ce consensus étant les malékites aux yeux desquels cette interdiction devait porter seulement sur l’abus de ces substances et non sur de petites quantités. (...)

150L’ensemble des jurisconsultes utilise le terme Khamr pour désigner tout ce qui a pour effet d’affecter la lucidité d’esprit, se fondant sur le fait qu’étymologiquement, le radical Khamara désigne « ce qui voile », appliqué par extension à tout ce qui « voile » les facultés mentales. Ils invoquent également le hadîth où il est dit : » Tout ce qui procure l’ivresse est Khamr et tout khamr est péché. « 

151On rapporte aussi que ’Umar Ibn al-Khattâb aurait déclaré, du haut du minbar même du Prophète Muhammad : « Le Khamr a été interdit par Dieu sous cinq formes, qu’il soit à base de raisin, de datte, de miel, de froment ou d’orge. Le Khamr est ce qui voile l’esprit. »

152Le Dr. Muhammad Fathi en déduit que l’interdiction des stupéfiants s’impose par analogie avec celle de l’alcool. Elle s’impose dans la logique des enseignements divins qui visent à consolider l’existence de l’Oumma musulmane en protégeant sa religion, l’âme de ses membres, leur progéniture, leurs biens et leur raison. La drogue, précise-il, ne fait pas partie des infractions passibles des châtiments coraniques (hudûd), contrairement à ce qu’en ont conclu certains jurisconsultes, car ces sanctions se limitent aux crimes explicitement condamnés par des versets du Coran ou des hadîth-s du Prophète et que nul n’a le droit d’y ajouter ou d’en retrancher quoi que ce soit. Partant, on peut dire que, pour l’Islam, le châtiment punissant l’absorption de drogue est une peine de censure ou d’avertissement (ta’zîr) laissée à l’appréciation du juge pour dissuader celui qui s’y adonne de continuer à le faire en même temps que pour empêcher d’autres membres de la société d’y prendre goût à leur tour. Le Musulman doit obéir aux injonctions divines et se détourner de ce que le Très-Haut a défendu. Cela lui est un devoir. Le seul moyen d’interdire la drogue et la boisson, d’une manière générale reste l’application de la Sharî’a.

153Hasan ABD AL-MUN’IM, » Pourquoi l’Islam a interdit les stupéfiants AL-LIWA AL-ISLAMI, 19/5/1933.

Cohérence

154Plusieurs personnes sont mortes récemment à cause de l’alcool. D’autres y ont laissé leurs yeux, ce don divin qu’aucun argent ni aucune richesse ne peuvent compenser, et l’on peut se demander si le sort de ceux qui sont morts n’est pas le plus enviable. Tout le monde parle autour de nous des nuisances de l’alcool, dont la production, la consommation et le trafic sont prohibés tant par l’Islam que par le Christianisme, et le peuple égyptien lui-même n’est pas réputé pour être enclin à s’adonner à la boisson.

155En Egypte, à l’heure actuelle, se réunissent force congrès et séminaires pour réclamer de mettre un terme à la consommation des stupéfiants et à la propagation des « poisons blancs ». De ces congrès et séminaires émanent force fatwa-s qui établissent que la drogue est prohibée <par l’Islam> au même titre que l’alcool. Mais ces congrès et séminaires se contentent de réclamer l’interdiction des stupéfiants sans réclamer celle de l’alcool ! Quel curieux raisonnement analogique (qiyis) ! Si le premier terme (al-asl), c’est à dire l’alcool, est prohibé, ce dont on déduit la prohibition de ce qui lui ressemble (al-shibh), c’est à dire les stupéfiants, pourquoi se contenter de demander l’interdiction du second, alors que celle du premier est encore plus nécessaire.

156Pourtant les masses ont précédé le gouvernement dans l’interdiction de l’alcool. Les gens ont peur pour eux-mêmes et pour leurs enfants. Les pilotes d’Egyptair ont ainsi refusé de faire voler des avions qui transporteraient des ivrognes. Les habitants des quartiers populaires ont exigé la fermeture des bars, eu égard pour les femmes et les enfants et parce qu’ils corrompaient le voisinage. Plus mime, les conseils populaires régionaux ont commencé à accéder au désir des populations – alors mime que par leurs compositions ils ne représentent que le seul Parti National – et l’on a entendu parler du refus opposé par certains de ces conseils au renouvellement des licences accordées aux bars et débits de boissons à Assouan, à Port Sa’îd et dans certains quartiers populaires du Caire et d’Alexandrie. L’on a entendu parler aussi d’un conflit à Héliopolis, les habitants d’un immeuble où se trouvait un bar refusant de vivre dans une ambiance corrompue. Il est du droit du citoyen de s’adresser à la justice pour obtenir de faire cesser la corruption dans son environnement. C’est ainsi que les voisins du consulat d’Israël ont intenté une action en justice pour obtenir le déménagement de ce consulat dont la proximité les dérangeait. Certains habitants de New York n’ont pas fait autre chose en refusant que soit loué dans leur immeuble un appartement à l’ancien président Nixon car les mesures de sécurité auraient perturbé leur vie.

157Notre attitude vis à vis de l’alcool est incompréhensible : l’alcool est prohibé <par la religion). Nous exigeons la prohibition des « poisons blancs » par analogie avec la prohibition de l’alcool. Et pourtant nous n’exigeons pas que l’alcool soit <effectivement> interdit. Certes, nous l’avons vu, il s’est trouvé des conseils régionaux pour annuler les licences de certains bars, et c’est là l’un des mérites du pouvoir local. Mais l’affaire nécessite une décision plus large. Et si l’on invoque le problème touristique que poserait une telle interdiction – encore qu’un tel argument soit honteux pour ses auteurs et irrecevable -, nous n’avons qu’à faire la même chose que le Pakistan. Seuls les grands hôtels y servent de l’alcool à leurs hôtes étrangers, mais cela se passe dans les chambres, entre quatre murs, et même pas dans les restaurants.

158Pour finir, que la malédiction de Dieu frappe ceux qui autorisent ce qu’il a prohibé et qui prohibent ce qu’il a déclaré licite. Ce qui se passe actuellement est seulement un début.

159Billet, Muhammad AL-HAYAWAN, AL-GUMHURIYA, 14/2/1986.

Bye bye Rushdi

  • 5 Voir glossaire.

160Sur le marché de la drogue, de nouvelles variétés de haschisch ont fait leur apparition : la première a été dénommée « Bye Bye Rushdi », quant à la seconde elle est désignée sous l’appellation de « Badr al-budûr » (litt. : la plus belle des pleines lunes, augure favorable, jeu de mot sur le nom du nouveau ministre de l’Intérieur, Zaki Badr). Le prix du qirsh5 de haschisch a par ailleurs baissé de 40 à 14 L.E. dès l’annonce de la démission d’Ahmad Rushdi qui avait promis de venir définitivement à bout du trafic des stupéfiants en Egypte.

  • 6 Le Moineau est le masque que prend le chroniqueur des "indiscrétions" du journal al-Wafd.

161Le Moineau6 a repris ses anciennes habitudes. Il est allé se poser dans le quartier de Batniya pour s’assurer de l’état du marché du « produit » (al-sanf) *. Là, le Moineau a pu constater qu’il est disponible en abondance et que la vente à découvert a repris après la démission d’Ahmad Rushdi. Le moineau a chanté et dansé avec les trafiquants qui tiraient des coups de feu en l’air et ont égorgé nombre de têtes de bétail, en signe d’allégresse pour la bonne nouvelle. Le moineau s’est laissé dire que le prix du « produit » allait connaître une baisse considérable au cours des prochains jours, les trafiquants ayant décidé de se conformer aux instructions du gouvernement et de baisser leurs prix pour alléger les difficultés du quotidien.

162Le Moineau a ensuite pris son envol en direction de la maison d’Ahmad Rushdi pour prendre de ses nouvelles. Là il a été surpris par une ronde de voitures luxueuses et le concert des Klaxons de tous ceux que réjouit la démission du ministre.

163« Bonne nouvelle pour les consommateurs... La fumée bleue monte à nouveau au-dessus de Batniya », AL-WAFD, 20/3/1986.

Notes de fin

1 Le Procureur général socialiste et le Tribunal de l’Éthique appartiennent à la panoplie judiciaire d’exception mise en place par Sadate pour contrôler toute velléité d’opposition. Le procureur général socialiste a autorité pour déférer devant le tribunal de l’Ethique quiconque contrevient par ses discours et ses comportements aux valeurs officielles de la société égyptienne. Le Tribunal de l’Ethique ne prononce pas de condamnations pénales mais des assignations à résidence et peut placer sous séquestre les biens des personnes poursuivies.

2 Le président Sadate lui-même était réputé être un hashshâsh impénitent et les rumeurs allaient bon train quant au "mélange" dont il bourrait son éternelle pipe.

3 WATANI est le principal organe d’expression politique de la communauté copte.

4 Le shaykh al-Sha’rawi est l’une des figures les plus médiatiques de l’islam officiel égyptien. C’est souvent lui qui prononce le prône télévisé du vendredi et il dispose d’une émission hebdomadaire, « Entretiens spirituels » (hadîth al-rûh) qui "cible" essentiellement les milieux populaires.

5 Voir glossaire.

6 Le Moineau est le masque que prend le chroniqueur des "indiscrétions" du journal al-Wafd.

Table des illustrations

Légende Aux frontières égyptiennes : Le chef des mafias du crime organisé :– Maintenant, on passe aux exercices pratiques. Le but de la manœuvre consiste à introduire cette cargaison de poudre blanche derrière les lignes de l’ennemi en déjouant ses systèmes de défense.AL-AHRAM. 31/10/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Sur la porte : Les Entreprises de la grande Ouverture. – Qu’est-ce que c’est que cette histoire de construire l’homme égyptien ? Si des fois il s’était effondré et qu’il fallait le reconstruire, il faut que ce soit nous qui ramassions le pactole !AL-AHALI, 16/1/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Au centre de désintoxication gratuite (ouvert Jour et nuit) :- De quoi voulez-vous être désintoxiqué ?- Des propos réjouissants et des nouvelles optimistes.AL-AHRAM. 11/11/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende – Dans le temps, ceux qu’on envoyait pour nous arrêter avaient au moins le grade de général. Maintenant, Ahmad Rushdi nous envoie les chiens !AL-AHRAM. 5/12/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Saisie d’une cargaison de drogue pour une valeur de 20 millions de LE(1) – Si c’est cela notre récompense alors que nous participons à la campagne de « construction (ta’mîra, voir glossaire) !(2) – Si ça se trouve, il n’avait pas transféré la caution bancaire à l’importation à la banque de Batniya.(3) -Pourtant, toute l’opération avait un seul but : une »piastre« (qirsh) pour chaque citoyen !(4) – La bêtise est qu’il n’a pas été assez prévoyant) s’il avait obtenu l’autorisation de la Commission pour les importations, tout se serait bien passé...(5) – C’est ministre de l’Economie qu’on aurait dû le nommer ! Pas d’importation, pas d’exportation, et nous on fait nos petites affaires !(6) – 20 millions de LE, ce n’est pas tant que ça ! On entre dans une période de sécheresse, il faut laisser les gens « boire » tranquillement* !
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/712/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Sur le porteur de couteau : La Mafia de la drogue.Sur la victime : Les capacités productives.ROSE AL-YOUSSEF, 4/11/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/712/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Saisie de drogue pour une valeur de 11 millions de LE – Toutes ces saisies, ça va finir par créer un marché noir... Et après ils viendront rouspéter !AL-AKHBAR, 28/2/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/712/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable