Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lutte contre les stupéfiants en Égypte

 | 
Alain Roussillon

Petite phénoménologie de la drogue en Égypte

Texte intégral

Estimations

1Les estimations qui circulent, amplement répercutées par les médias, quant aux dimensions quantitatives du problème de la drogue en Egypte n’ont pas tant une valeur objective qu’elles ne visent un effet que l’on pourrait dire « cathartique » : plus que de cerner le phénomène lui-même, elles ont pour fonction de faire prendre conscience à la population des dangers qui la menacent et des complots tramés contre elle. Dans cette perspective, l’exactitude des données le cède à l’emphase des chiffres, qui n’ont de sens qu’en ce qu’ils permettent de dire l’énormité du phénomène. A la limite, on le verra dans ce qui suit, seule la mise en comparaison rend « parlantes » les données objectives du trafic : 10 % du PNB... L’équivalent de l’assistance économique américaine... Le montant des subventions à la consommation assumée par l’Etat...Plus que les recettes du tourisme !

2Qualitativement, la façon dont se pose, en Egypte, le problème de la drogue n’est pas sans comporter également une large part d’ambiguïté : schématiquement, on pourrait dire que le problème posé est celui du passage d’une toxicomanie traditionnelle, socialement acceptée, sinon valorisée, où le haschisch tenait la première place, à des toxicomanies socialement « explosives » à base de produits pharmaceutiques détournés et d’héroïne. Or, sous l’appellation générique de mukhaddirât (stupéfiants), le discours des médias tend à confondre ces deux aspects dans une même condamnation, occultant par là le fait qu’ils revêtent des significations sociales profondément différentes. Un détail, tout sauf anecdotique, vaut d’être ici souligné : le discours de la presse confond, sous l’appellation de « poisons blancs », l’héroïne et la cocaïne, cette dernière en particulier, polarisant l’inquiétude des commentateurs. Or la cocaïne est, aujourd’hui, à la différence des années 30, quasiment absente d’Egypte. Si bien que l’on peut se demander si, en concentrant leurs attaques sur la cocaïne, les médias ne tentent pas de réactiver la mémoire collective de la société égyptienne dans l’espoir que le souvenir des « ravages passés suffise à exorciser les dangers du présent ».

Données brutes

3Selon un rapport établi par le colonel Isâm Ibrâhîm al-Tarsâwi, chef de département à la Direction générale pour la lutte contre les stupéfiants, le nombre de toxicomanes a atteint 1,5 million, soit 300 000 de plus qu’il y a trois ans.

4D’autre part, l’on considère habituellement que les quantités saisies correspondent à 20 % du volume qui parvient dans un pays et y est consommé. Les quantités suivantes ont été saisies en Egypte en 1985 :

  • environ 50 tonnes de haschisch, ce qui signifierait qu’environ 250 tonnes ont effectivement été introduites dans le pays ;

  • environ 300 kilos d’opium, 1 200 Kilos entrant dans le pays

  • 135 Kilos d’héroïne, ce qui porte la quantité consommée à 540 Kilos.

5AL-AHRAM, 14/3/1986

Drogue et subventions

6Le Dr. Mustafa al-Sa’îd, ministre de l’Economie, a annoncé devant les participants au Congrès national d’administration publique que la société égyptienne dépense, pour les besoins de sa consommation, 16 milliards de L.E. par an qui servent à financer, en priorité, l’alimentation, le logement, la santé, ... et le haschisch ! Ce dernier poste représenterait 10 % du montant global de la consommation égyptienne et coûterait a l’Etat 1,5 milliard de L.E. ! 100 millions de dollars prélevés sur les ressources en devises de l’Egypte ! C’est une terrible catastrophe, un désastre national ! Un peuple dont la moitié ne dispose pas du strict minimum vital... Deux millions de citoyens qui vivent dans les cimetières, les grottes, sous les tentes ou dans des cités d’urgence... Un peuple qui compte cinq millions d’infirmes de tous les âges – aveugles, paralytiques, sourds, muets, arriérés mentaux, anormaux congénitaux... A la campagne, les maladies endémiques demeurent sans remède depuis des dizaines d’années, jusqu’à devenir l’une des caractéristiques de notre pays, pour ne rien dire des maladies dues à l’ignorance, aux mauvaises conditions de vie – tuberculose, maladies vénériennes, troubles de l’appareil digestif, rénal, dermatoses, diabètes...(...)

7Le ministre ne nous a rien dit des sommes consacrées à l’achat des cigarettes ni du nombre des fumeurs. Il n’a rien dit non plus de ce que coûtent le thé, le café et autres excitants….

8Pas moins de huit milliards de L.E. consacrés au Kayf et à s’intoxiquer ! La moitié du budget de l’Egypte ... ! (...)

  • 1 Voir Glossaire.

9Comment peut-on concevoir qu’un homme qui vit, avec sa famille, dans un cimetière puisse fumer un narguilé bourré de haschisch ? Comment un va-nu-pieds peut-il tirer sur sa cigarette, environné de marécages résultant de l’explosion des égouts et baignant dans leur odeur, tandis que des armées de moustiques dévorent son corps ? Avons-nous perdu le sens de la décence ? Ou bien serait-ce là, mes beaux messieurs, notre concept de l’« accommodation » (al-kayf) ou un effet de l’ « humeur » * (al-mazâg) ? Ou bien l’humiliation, l’égarement, la maladie et le dénuement composent-ils un « tempérament » * national qui coule dans nos veines et que personne ne désire changer ? De combien d’ensembles d’habitat populaire disposerait-on aujourd’hui si les fonds pour les construire n’avaient été consacrés à la ta’mîra* ! Cent millions de dollars et peut être dix fois plus, acquittés par l’Etat, au prix du sang du peuple pour approvisionner le pays en stupéfiants et nous permettre de vivre dans l’inconscience.*1

Samîr MAS’UD, « L’État subventionne-il les stupéfiants ? » OKTOBER, 420, 11/11/1934

Samîr MAS’UD, « L’État subventionne-il les stupéfiants ? » OKTOBER, 420, 11/11/1934

La cocaïne trafiquée avec du lait en poudre :
– Rendons grâce à Dieu ! C’est quand même mieux que de le jeter dans les caniveaux !
AL-AKHBAR. 19/12/85

Economie de la drogue

10Il ne se passe pas de jours sans que les journaux n’annoncent la saisie par la police d’une nouvelle cargaison de drogue. 10 millions de L.E. de stupéfiants découverts à Matruh... Une lettre partie de la prison de Qanatir conduit à la saisie d’une cargaison de drogue d’une valeur d’un demi-million de L.E... La plus importante affaire de contrebande jamais enregistrée en Egypte : de la drogue pour 50 millions de L.E. a bord du navire « Slavia I » ... Arrestation de « Nâzir bey », chef de la filière indienne... Arrestation d’un ingénieur agronome en possession d’huile de haschisch pour une valeur d’un million de L.E. (...) On est noyé sous un flot de nouvelles de ce genre, de jour en jour plus nombreuses. Au point que nos quotidiens ne les publient même plus en première page, sous de larges manchettes, mais les ont reléguées dans les pages intérieures où elles n’occupent plus que quelques lignes qui passent inaperçues, a l’instar du cours des monnaies, des prévisions météorologiques ou de l’horoscope. (...)

11Pourtant, la lecture des nouvelles publiées dans nos journaux atteste très clairement du fait que l’Egypte est devenue un « pays-cible » pour le trafic de drogue. La preuve en est la diversité des nationalités des personnes appréhendées : de l’Indien au Palestinien, du Turc au Philippin, du Saoudien au Jordanien, du Pakistanais au Libanais...sans compter, bien sur les Egyptiens ! 7 000 tentatives de contrebande interceptées en 1982 ! (...)

12<On peut s’interroger> sur la valeur des montants transférés de l’économie nationale a l’ « égout » de la drogue. Selon les estimations les plus basses, ils atteindraient le chiffre fabuleux d’1,5 milliard de L.E., sans compter les dépenses engagées par l’Etat dans la lutte contre les stupéfiants (environ 150 millions de L.E.). Ces chiffres extraordinaires méritent que l’on s’y arrête. Un milliard et demi de livres est un montant monumental pour une activité qui détruit le plus important facteur de production dont dispose l’Egypte, à savoir l’homme. Cela l’est aussi pour une activité commerciale qui, illicite, échappe aux impôts et aux droits de douane. Cela l’est encore pour une société en voie de développement, endettée, pour laquelle chaque piastre compte pour briser le cercle vicieux de la misère et de l’arriération et la réalisation de ses grandis ambitions. Ce chiffre équivaut-, comme l’a souligné le ministre de l’Investissement et de la Coopération internationale, à la valeur des exportations égyptiennes moins le pétrole. Il dépasse les recettes du Canal de Suez, après la dernière augmentation des tarifs de transit. Il est supérieur aux recettes du tourisme, au montant global des salaires des employés du secteur public ainsi qu’au montant des impôts sur le revenu perçus par l’Etat. Il dépasse également le montant de l’assistance militaire américaine à l’Egypte (1395 millions de dollars) et représente plus du double des aides économiques octroyées au pays par les Etats-Unis (750 millions de dollars). Tout comme il représente plus du double des fonds difficilement obtenus par l’Egypte auprès de la Banque mondiale (700 millions de dollars) afin de combler le déficit de sa balance des paiements sur une période de trois années. Enfin, ce chiffre dépasse celui du déficit budgétaire, qui s’élève à 1,3 milliard de L.E. !...)

13Ces chiffres sont effarants. Ces comparaisons aussi. Ils se passent de commentaires. Il faut cependant ajouter que ces sommes, dont chaque piastre nous serait nécessaire, contribuent de surcroît a la hausse du cours des devises étrangères, notamment du dollar. En effet, la drogue est importée d’Inde, du Pakistan, du Liban et de certains pays d’Europe et son importation est financée en devises fortes, ce qui a pour conséquence une demande accrue de devises, notamment de devise américaine (...)

– Ne t’avise pas de dire que tu vends des qirsh ou des demi-qirsh ... Des -fois qu’ils nous prennent pour des trafiquants de devises !
AL-AHRAM. 26/2/1985

14Ainsi, les effets du trafic de la drogue ne se limitent pas à la destruction du potentiel humain productif de l’Egypte, mais dévore nos ressources en devises étrangères. Conduisant à la constitution de fortunes illicites, il favorise aussi l’inflation et la flambée des prix. Et nous n’avons abordé que les effets économiques du trafic. Les effets sociaux nécessitent une autre étude !

15Adel HAMOUDA, « L’économie de la drogue en Égypte » Al-Ahrâm al-Iqtisâdi, 782, 9/1/1984, p. 10 à 14.

Des gens

16La drogue, c’est immédiatement, en Egypte, une galerie de portraits, d’autant plus codés, « conventionnels », que le cinéma et la littérature s’en sont depuis longtemps emparés. Comme si le problème lui-même n’était perceptible, admissible, pour les médias et l’opinion qu’au prix d’une réduction de la diversité infinie des situations vécues à une série de types, plus ou moins caricaturaux.

17Combien de drogués y a-t-il en Égypte et qui sont-ils ? Les artistes, les boutiquiers et artisans, les ouvriers de Helouan ou de Mehalla al-Kubra ? Ou encore ces étudiants qui, en période d’examen, composent d’explosifs cocktails d’excitants et de tranquillisants pour pouvoir bachoter jusqu’à la limite de leurs forces et qui s’effondrent le jour de l’examen ? Les secteurs traditionnels de la société sont-ils les principaux responsables de l’extension du phénomène, ou les « nouveaux riches » de l’Ouverture économique sont-ils les vrais coupables ? La question est en fait, ici, celle de toxicomanies « sélectives » frappant telle ou telle catégorie sociale plutôt que telle autre. Depuis le début des années 80, l’Egypte est passée d’une situation de mono ou de bi-toxicomanie (haschisch et opium) à une situation de pluri-toxicomanie où, à côté de drogues spécifiquement utilisées par les secteurs les plus pauvres de la société (essentiellement le Maxiton en injection et les cocktails médicamenteux), ce qui fait la différence entre les divers types de consommateurs, c’est la qualité des produits consommés : la « pure » (prononcé à l’anglaise, héroïne blanche, jusqu’à 200 L.E. le gramme) ou le haschisch premier choix (60 L.E. le qirsh* = 3 grammes) pour les artistes et les marchands de voitures, le « ticket de crâne »* (héroïne brune plus Anterovioforme, 30 L.E. le gramme) ou le haschisch « populaire », coupé au henné (20 L.E. le gramme) pour les autres.

  • * Voir Glossaire.

18Et qui sont les trafiquants ? Quelques grandes familles, parfaitement connues des services de police, chez qui le titre de ma’allim* s’hérite de père en fils depuis des générations et qui ont fait de Batneya leur sanctuaire, ou quelques tribus du Sinaï, spécialisées dans l’acheminement par caravanes – avec, dit-on, la complicité d’Israël ou de la Syrie – du haschisch libanais ? Ou les responsables sont-ils ces innombrables « fourmis », étudiants ou chômeurs qui se font arrêter quotidiennement ou presque à l’aéroport du Caire et risquent jusqu’à une condamnation à mort pour avoir accepté de porter une valise, moyennant 500 L.E. pour le compte d’on ne sait jamais qui ? **

19Entre les trafiquants et leurs clients, entre profiteurs et Victimes, le discours de la presse opère un très étrange brouillage des responsabilités au nom de la réversibilité de la loi de l’offre et de la demande : si l’offre de drogue peut susciter une demande, celle-ci est à son tour à l’origine de l’offre. Telle actrice peut ainsi être condamnée à cinq ans de travaux forcés, non pas seulement pour avoir consommé de la cocaïne ou de l’héroïne, mais pour l’exemple qu’elle donne à la jeunesse et à ses admirateurs alors que de nombreux trafiquants, dûment répertoriés par la police s’en sortent le plus souvent faute de preuve.

Idéaltype

20Question : Comment consommes-tu le haschisch ?

21Réponse : Il y a plusieurs façons. On peut le fumer dans une gûza (pipe à eau) ou rouler des cigarettes. On peut aussi le préparer exactement comme du café, dans une Kanaka (cafetière pour le café turc) ou encore le manger, pur ou mélangé à d’autres substances.

22Q. : Est-ce que tu consommes du haschisch à des moments déterminés ?

23R. : Non

24Q. : A quel rythme consommes-tu du haschisch ?

25R. : A peu près douze fois par mois. Entre une et trois fois par semaine... Mais il y a des gens qui en prennent quatre fois par jour !

26Q. : Et quelle quantité consommes-tu à chaque fois ?

27R. : Un quart de « piastre » (qirsh*), soit environ un gramme.

28Q. : T’arrive-t-il de consommer du haschisch à un rythme plus rapproché ?

29R. : Quand le nombre d’heures où je travaille augmente. Plus je travaille d’heures, plus

30je fume !

31Q. : Cela veut-il dire que plus tes revenus augmentent, plus tu fumes ?

32R. : Au contraire, quand l’argent manque, j’ai plus de soucis, et donc plus envie de fumer.

33Q. : T’arrive-t-il d’être obligé d’arrêter de consommer du haschisch ?

34R. : Oui. Quand ma santé est trop mauvaise, ou quand je n’en trouve pas, et bien sûr, quand je n’ai plus d’argent.

35Q. : T’arrive-il de craindre le châtiment qu’encourent les consommateurs de drogue ?

36R. : Je ne pense jamais à de tels sujets !

37Q. : T’est-il déjà arrivé d’arrêter de consommer du haschisch ?

38R. : Oui.

39Q. : Et pourquoi as-tu recommencé ?

40R. : Quand je retrouve les gens que je fréquente, je ne peux pas faire autrement que de fumer du haschisch avec eux.

41Q. : Tu fumes du haschisch, et pourtant, tu voudrais t’arrêter ?

42R. : Si seulement je pouvais...

43Q. : As-tu essayé autre chose que le haschisch ?

44R. : Oui. Il m’arrive de prendre de l’opium.

45Q. : Après ton mariage, as-tu cessé de fumer ?

46R. : Au contraire ! C’est à ce moment-là que je suis passé à l’opium en plus du haschisch.

47Q. : Et pourquoi cela ?

48R. ; Parce que le haschisch renforce, sur le plan sexuel. Avec l’opium, les résultats sont encore meilleurs.

49Q.. : Qu’est-ce que tu sais de l’effet du haschisch sur la vie sexuelle ?

50R. : Je sais qu’il prolonge ton endurance, et aussi qu’il augmente ton désir... le haschisch aide l’homme à durer plus longtemps... il lui permet de vaincre la froideur de son épouse, causée par l’excision... il permet la jouissance de la femme.

51(...)

52Q. : Comment as-tu connu le haschisch ?

53R. : Au cours de séances avec des amis. Ils fumaient des cigarettes farcies de haschisch. Il a bien fallu que je fasse comme eux ! Et puis j’avais décidé de tenter l’expérience pour connaître enfin cette chose dont j’avais entendu parler.

54Q. : Ne penses-tu pas qu’il aurait mieux valu ne pas tenter cette expérience ?

55R. : Non. Il fallait que je prouve que j’étais un homme, capable d’affronter cette expérience.

56Q. : Et après que tu aies fait l’expérience du haschisch, pourquoi as-tu continué ?

57R. : L’habitude ! Et puis le haschisch te fait oublier tes problèmes...

58Q. : A quel âge as-tu commencé ?

59R. : Avant mes vingt ans.

60Q. : Te rappelles-tu d’un évènement en particulier qui ait pu t’inciter à consommer du haschisch ?

61R. : Le décès de mon père.

62Q. : Y a-t-il dans ton entourage des gens qui prennent du haschisch ?

63R. : Mon oncle maternel. Tout le monde savait que c’était un hashshâsh ! Je l’ai vu plus d’une fois fumer des cigarettes dont il disait qu’elles étaient farcies de haschisch.

64Q. : Accepterais-tu que ta sœur épouse, un consommateur de haschisch ?

65R. : Oui, je serais d’accord.

66Q. : Tes parents s’entendaient-ils ?

67R. : Non. Mon père avait répudié ma mère peu avant son décès.

68Q. Considères-tu que ton père s’est occupé de ton éducation ?

69R. : Mon père était trop occupé pour me consacrer du temps.

70Q. A quel moment de la journée prends-tu du haschisch ?

71R. : Le soir.

72Q. : Tout seul ?

73R. : Non. Rarement. D’habitude, nous sommes au moins cinq.

74Q. : Les gens qui participent à ces séances sont-ils d’une seule profession ?

75R. : Non de toutes les professions.

76Q. : Quel est le climat de ces séances ?

77R. : Gai. Plein de plaisanteries... Superficiel.

78Q. : Vous arrive-t-il de refuser quelqu’un ?

79R. : Oui. Les gens antipathiques.

80Q. : Le haschisch est-il interdit <par la religion) ?

81R. : Non. Il est désapprouvé (makrûh) mais pas interdit.

82Dr. Rif’at K’amâl, Dialogue avec un hashshâsh, Le Caire, Organisme général du Livre, 1985, p. 5 à 13.

Au IIIème Congrès international sur la lutte contre les stupéfiants :
– Je viens faire part à la conférence des résultats de mes travaux sur la ghubara et sur le Habbû (variétés de haschschich).
AL-AKHBAR 20/1/1985

Anti-héros

83Le ma’allim* lance du fond de son repaire un regard las en direction de ces intrus qui lui infligent leur présence importune. Réprimant difficilement sa révolte, il maudit l’infortune qui le paralyse, tel un lion blessé, dans cette Jungle dont il fut un jour le roi. Disparues, sa gloire et sa puissance, lui vers qui affluaient autrefois un flot ininterrompu de victimes consentantes. Que s’est-il donc passé ? Qu’est-ce qui a bouleversé le jeu ? Ou s’en sont donc allées soixante-dix années durant lesquelles il s’asseyait, rayonnant de prestige devant son étal, place Bahâdir, dans la ruelle des Roums ou rue des KahKiyîn. Tous les amateurs de drogue, ces poisons dont il avait hérité de ses ancêtres le commerce, se savaient à sa merci, victimes consentantes et avides de se ménager ses faveurs. Que ressent-il à présent qu’ils ont été privés, lui et son clan, du pouvoir qu’ils exerçaient sur 3/4 de kilomètre carré en faisant régner la terreur sur les 30 000 habitants de Batniya ? Où est donc passée son inébranlable assurance, qu’il avait acquise au fil de longues années de trafic impuni, sûr d’écouler ses vingt kilos quotidiens de haschich – sa vente minimum ! -, acheminés à partir de ses caches de la colline d’al-Darrâsa ? Songe-t-il avec nostalgie aux jours où ses nadûrgiyya* lui signalaient discrètement l’arrivée d’un étranger à proximité de son repaire ? Ces ruelles tortueuses, ces maisons accolées les unes aux autres avec leurs doubles issues qui lui permettaient la fuite ne suffisent plus aujourd’hui à le protéger (...)

84Il y a de quoi rendre fou ce roi déchu dont le cerveau machiavélique savait si bien déjouer les ruses de ses ennemis. Quel sera l’avenir de son clan – pas moins de 2 000 personnes ! - alors que lui-même n’a plus foi en son destin ? Les intrus qui lui imposent leur présence pesante savent qu’il ne supportera pas longtemps cette situation. Car le lion blessé ne peut rester longtemps immobile. Ses anciennes victimes ne peuvent plus le rencontrer et lui-même n’est plus capable de leur faire parvenir son appât. N’a-t-il pas dû, déjà, renoncer au prestige du grossiste pour n’être plus aujourd’hui qu’un simple revendeur ? Et voilà qu’il n’arrive même plus à faire venir le Kayf* quotidien des collines de Darrâsa, traversées à présent par la rue Salâh Sâlem et au milieu desquelles on a créé un jardin public ! La pénombre même, si caractéristique de cette zone, a été dissipée par l’électricité qu’y ont installé ces maudites autorités, décidées à tout gâcher. L’accès aux nouvelles caches, au cœur du désert, à trente Kilomètres du Caire, sur la route de Suez est lui aussi de plus en plus difficile : lors de la dernière tentative de réapprovisionnement, ce sont 47 Kilos de drogue qui ont été saisis par l’ennemi, 47 Kilos qui ranimaient au cœur du trafiquant l’espoir de voir la vie reprendre.

  • * Voir Glossaire.

85Le ma’allim en est encore tout abasourdi. Pas plus tard qu’hier, l « ennemi » a réussi à s’introduire au cœur de son repaire, dissimulé dans des ambulances. Cette fois, il a dû accuser le coup et prendre son mal en patience. Devenu plus prudent, il a appris à cacher le kayf quotidien dans les meublés des quartiers chics ». Au début, il a pensé : Qu’importe une descente de police de plus ou de moins ! Qu’importe même que les intrus entreprennent de créer, ici ou là des points de contrôle ! Toute cette agitation n’aurait qu’un temps et ce n’étaient pas les moyens qui lui faisaient défaut pour les réduire au silence s’ils s’avisaient de montrer les dents ! N’était-ce pas toujours le ma’allim qui riait le dernier ? **

– Je ne sais pas pourquoi, j’ai l’impression que si je m’arrêtais de fumer, je pourrais devenir bon, comme Adel Imam dans ses films.
SABAH AL-KHAYR. 20/12/1984

86Mais cette fois, il lui a fallu déchanter : la présence de ces intrus sur son territoire se fait de plus en plus pesante. Ils semblent bien décidés à ne plus quitter les lieux. Tous les Jours il peut souhaiter le bonjour et le bonsoir aux chasseurs à l’affût. Le lion blessé en arrive même à ne plus reconnaître ses chasseurs, si bien qu’il a dû se rendre à l’évidence : son repaire est bel et bien tombé entre les mains de ses ennemis et il ne lui reste plus qu’à se glisser, vaincu, vers une autre cachette (...)

87Le ma’allim a cessé de rire. Il sait à présent que les derniers à rire seront cette fois-ci Mustafa Kâmel, le patron de la brigade de lutte contre les stupéfiants et ses hommes, qui ont promis à Ahmad Rushdi de mettre fin au mythe du lion invincible et de son refuge inexpugnable.

88AL-AHRAM, 8 février 1985 p. 9

Brebis galeuses

89Chacun est libre. Libre de vivre comme il lui plaît. Libre aussi de mourir comme il lui plaît. Sauf certaines catégories de personnes. Sauf les personnalités publiques. Celles-là ne sont pas libres et leur comportement se doit d’obéir à certaines règles. Les artistes font partie de ces gens qui ne sont pas libres de leurs comportements. Et s’ils viennent nous dire : « Nous sommes des gens comme les autres ! », la réponse est « Oui, mais vous Êtes des étoiles ! Les gens vous considèrent comme des modèles et des exemples. Les Jeunes vous imitent... » De là vient le danger... Le danger que présentent pour la société une actrice alcoolique ou un artiste « renifleur » (d’héroïne ou de cocaïne) !

90Or l’affligeante vérité est que les « renifleurs » sont particulièrement nombreux parmi les artistes. On raconte ainsi l’histoire de cette chanteuse de renom qui, participant à des festivités officielles organisées par un important organisme d’information, sortit de son sac une « ligne » d’héroïne qu’elle inhalât indifférente aux regards réprobateurs des témoins avant de monter en scène en titubant pour chanter. On parle aussi de ce Jeune acteur dont l’étoile est montée récemment dans le monde du cinéma et auquel les critiques promettaient un avenir brillant et qui est tombé, lui aussi, victime de l’héroïne, même s’il affirme aujourd’hui qu’il se soigne. Et de cette jolie actrice, spécialiste des râles de séduction qui a commencé par boire avant de passer à l’héroïne. Ou de cet acteur à demi célèbre qui épousa une vedette renommée de l’écran, laquelle préféra le quitter quand elle s’aperçut qu’il « reniflait », un divorce dont les milieux artistiques parlent encore aujourd’hui.

91Ce que les gens ne savent pas, c’est qu’il existe au Caire des médecins et des psychologues qui se sont spécialisés dans la désintoxication des artistes et qui s’y sont fait des fortunes considérables. De telles cures durent trois mois, au tarif de 3 000 livres par mois, soit au total 10 000 livres environ. Et la file d’attente dans de tels établissements est longue, longue... L’un de ces spécialistes avoue traiter 70 cas par mois en moyenne, ajoutant que 70 % de ses clients sont des Jeunes gens et 30 % des Jeunes filles. En un mois, il a reçu 18 étudiantes de l’université !

92L’héroïne est un stupéfiant coûteux. Celui qu’utilisent les commerçants qui côtoient les artistes. Ces artistes que les Jeunes imitent dans tout, y compris dans le « reniflage ». Les victimes de ce stupéfiant maudit sont innombrables et il ne se passe pas de Jours sans que ne meure une nouvelle victime. Parmi ces intoxiqués, on compte un Jeune ingénieur, fils d’un conseiller à la retraite, le fils d’un ancien ambassadeur, étudiant à l’université, la fille d’un ministre, elle aussi étudiante, le fils d’un marchand de voitures connu et celui d’un important marchand de papier, le directeur d’une boite de nuit de la route des Pyramides et les deux fils d’un secrétaire d’Etat....

Mahmûd SALAH « Un feuilleton que les artistes écrivent avec leurs narines ! » AL-AKHBAR, 5/10/85, p. 9

Mahmûd SALAH « Un feuilleton que les artistes écrivent avec leurs narines ! » AL-AKHBAR, 5/10/85, p. 9

– Alors соmme ça, c’est toi le nouvel acteur ? Fais-moi voir ça, un peu !
AL-AKHBAR. 20/1/1985

Le prix fort

  • * Évocation d’une affaire, dans laquelle fut impliqué, en 1985, le compositeur Balîgh Hamdi, l’un des (...)

93La soirée du Nouvel An ne fut pas ordinaire. Le maître de céans voulait en faire une soirée des Mille et une nuits. Et pourquoi non, puisqu’il faisait partie de ceux que l’Infitâh (Ouverture économique) avait propulsés au sommet de la richesse et de l’influence en Egypte... Ce soir-là, il y avait de grands commerçants, des visages connus du monde de l’art et de la finance, des femmes, comme Samîra al-Malyân*. Et puis, bien sûr, de l’alcool, un éclairage tamisé, et du « sucre blanc », de l’héroïne, qui en fait ressemble plus au toucher à du sel raffiné légèrement humide.

94Effectivement, ce soir-là, la fête fut vraiment très chaude, surtout parce que le maître de maison ne s’était pas rendu compte qu’il était en train de dépasser sa mesure, les trois grammes qu’il avait l’habitude d’absorber chaque soir. Une irrésistible envie de dormir le prit et il se sentit incapable de soulever les paupières. Puis son sommeil se transforma en évanouissement, sa respiration prit un rythme saccadé, se fit de moins en moins perceptible... Personne ne s’aperçut que la tête du gros commerçant s’était affaissée sur sa poitrine, que sa main s’était relâchée et que son sourire s’était figé en un rictus dépourvu de sens.

95A l’aube, le médecin légiste établit que la mort avait été causée par un brusque arrêt du cœur. Le gros commerçant de la zone franche n’était pas la première victime de l’héroïne. En effet, la police a enregistré ces derniers temps cinq cas de décès similaires. Si l’héroïne est devenue actuellement une composante essentielle des réunions et des soirées des milieux aisés en Egypte, il est à redouter que demain elle ne contamine également les autres classes de la société.

96Ahmad HAMDI « Danger... héroïne ! » AL-MUSAWWAR, 3145, 17/1/85, p. 20

Même des femmes

97La ma’allima* Lola n’avait pas le moindre doute quant à l’efficacité du plan qu’elle avait imaginé pour la défense de son domicile, où elle injectait à ses clients des doses de Maxiton : elle avait disposé autour de son repaire des bonbonnes de butagaz pour les faire exploser en cas d’attaque et faire disparaître les traces de ses crimes. Mais son plan n’a servi de rien lors de la première attaque des forces de l’ordre du gouvernorat de Giza qui l’ont appréhendée en même temps que sa complice, six de ses hommes de main ainsi que 19 clients qui faisaient la queue en attendant leur injection et quatre autres individus qui étaient installés autour d’une table de jeu sur laquelle se trouvaient 2 250 livres. (...)

98Trois bonbonnes de Maxiton ont été saisies ainsi qu’une quantité de haschisch et des comprimés inscrits au tableau des stupéfiants. La complice de la ma’allima, Fâtima Badî, 35 ans, a raconté aux enquêteurs la trajectoire qui l’a conduite à sa perte, pendant qu’on essayait vainement de ranimer la ma’allima « Lola », de son vrai nom Fatima Rose Darwish, 45 ans, prostrée sur le sol sans mouvement après que sa dernière injection de Maxiton, dont elle consomme 40 cc. par jour, ait cessé de faire son effet. Fatima Badi’ dit qu’elle est née dans le quartier de Bâb al-Sha’riya, qu’elle est mariée depuis 20 ans et qu’elle a eu deux garçons dont l’un va à l’école secondaire. Quand son mari a été arrêté, pour de nombreuses affaires de vols et de cambriolages, elle s’est retrouvée sans ressource et a été entrainée à son tour sur la voie du crime. Elle s’est alors mise au service de trafiquants de drogue, toujours dans le quartier de Bab al-Sha’riya, avant d’aller s’installer à Gayyâra, puis à Bûlâq où elle a travaillé pour le compte du trafiquant « Dabsha », qui a été arrêté il y a quelques jours. Si elle-même avait la charge de pratiquer les injections aux Clients de la ma’allima, elle est aussi une toxicomane, consommant 30 cc. de Maxiton quotidiennement. Son revenu était de 200 livres par jour. Elle ajoute que cet argent ne lui servait pas à grand-chose car elle le reperdait presque immédiatement autour des tables de jeu et était obligée d’emprunter quelques livres à la ma’allima pour pouvoir tenir jusqu’au lendemain. Quant au revenu de celle-ci, il atteignait 2 000 livres par jour, auquel il faut ajouter le patrimoine que son trafic lui a permis d’acquérir et qui se compose d’un immeuble neuf, d’une épicerie, d’une camionnette de livraison, de deux voitures et d’un minibus, outre de nombreux bijoux en or.

99Muhammad TAHA

100« Quand une femme dirige un repaire pour l’injection de Maxiton »

101AL-AHRAM 28/12/85) p. 14

Milieu

102Le tribunal d’urgence d’Alexandrie a prononcé une condamnation à quinze ans de prison contre Mahmûd Sulaymân Othmân Mûsâ, député de la circonscription de Rosette à l’Assemblée du Peuple, ainsi que contre son frère. Dix autres personnes, dont le père et un autre des frères du député de Rosette ont été condamnées à dix ans de prison et à des amendes de 3 000 L.E., sous l’accusation de détention et de transport de stupéfiants portant sur 5,5 tonnes de haschisch interceptées par la police en avril dernier.

103AL-AHRAM, 15/2/1982

Scénariste

104Les services de sécurité ont mis la main, au Caire, sur une bande de malfaiteurs, dirigée par un avocat et scénariste de renom, qui a falsifié, au cours des deux dernières années, 160 dossiers relatifs à des affaires de stupéfiants, obtenant par ce moyen l’acquittement de la totalité des inculpés, tous trafiquants de drogue notoires. Pour prix des falsifications opérées dans leurs dossiers et de leur acquittement, l’avocat a reçu des trafiquants de drogue des millions de L.E. On précise que l’avocat en question, dont le nom est Muhammad Kâmel Abd al-Rahîm, est également scénariste pour le cinéma, et est l’auteur, notamment des scénarios de ... « Falsification de documents officiels » et « C’est nous les gars de l’autobus ». L’enquête effectuée par le procureur général (...) a établi que l’avocat a bénéficié de la complicité de fonctionnaires du parquet général pour les stupéfiants, de l’Organisme central des Comptes, de la Haute Cour de Justice, qui ont joué un rôle essentiel dans la falsification des rapports d’enquêtes, des déclarations des témoins, des quantités de drogue saisies. (...) Le parquet a ordonné la mise au secret de l’ensemble des accusés, à l’exception de l’avocat lui-même qui a réussi à prendre la fuite. L’enquête se poursuit pour mettre à jour l’ensemble des dossiers falsifiés.

105AL-AHRAM, 23/2/86, p. 1.

- Le premier a hérité de son père une grosse -fortune et a tout perdu dans les stupéfiants. Le second a eu un chagrin d’amour et a sombré dans l’alcool. Quant au troisième, c’est le cas le plus pitoyables il est intoxiqué de télévision.
AL-AKHBAR. 25/4/1985

Solidarités

106L’histoire des dix victimes de la drogue dont al-Gumhuriya a pris en charge la désintoxication

107Dix personnes se sont jusqu’à présent présentées pour profiter de l’offre d’al-Gumhuriya de prendre à sa charge les frais de la cure de désintoxication de personnes qui en exprimeraient le désir (...)

108Le premier à se présenter fut un comptable d’une quarantaine d’années, résidant à Shubra al-Khayma. Il nous écrivit une lettre dans laquelle il décrivait comment l’héroïne l’avait détruit. S’étant absenté de son travail plus de 15 jours, il avait été révoqué à la suite de quoi sa femme demanda le divorce, le privant de voir ses enfants, craignant pour leur santé mentale de les laisser voir leur père dans l’état auquel il en était arrivé. Il a un frère ingénieur et un autre médecin.

109Ensuite est venue une jeune fille, issue d’une grande famille, très belle et dont l’âge ne dépassait pas 25 ans. Elle a fondu en larmes en racontant son histoire. Elle a dit qu’elle jouissait de la confiance de sa famille qui l’autorisait à aller toute seule, plusieurs fois par semaine dans un grand club, sans même faire attention à l’heure à laquelle elle rentrait, confirmant en cela qu’une confiance excessive est une arme à double tranchant, dangereuse pour une jeune fille. Elle raconte que dans ce club elle a fait la connaissance d’un étudiant de bonne famille avec lequel elle passait de longues heures. Un jour de novembre dernier, il lui a présenté une petite quantité de poudre blanche qu’il lui a demandé d’inhaler, sans lui dire qu’il s’agissait d’héroïne (...) La jeune fille fond à nouveau en sanglots, expliquant que cette poudre blanche exerce un effet magique les premières fois mais qu’après en avoir consommé quatre ou cinq reprises, elle commença à ressentir de violentes douleurs à la tête et dans les reins, douleurs qui ne cessaient qu’en en prenant une fois de plus, en augmentant les doses.

110L’étudiant T.H. est le fils d’un gros commerçant. Au premier coup d’œil, on voit qu’on est en face d’un toxicomane. Ses vêtements sont sales et fripés, il a du mal à conserver son équilibre, il ne fait pas attention à son apparence ni à sa propreté. La drogue l’a vieilli prématurément.

111Il nous raconte que son père lui donne 300 livres par mois d’argent de poche, somme qu’il consacre entièrement à l’héroïne. Pire, il avoue que la dangereuse poudre a fait de lui un voleur qui n’a pas hésité à dérober les bijoux de sa sœur et même qu’il lui est arrivé de penser à assassiner ses parents pour hériter ! Encore une fois, les mauvaises fréquentations sont à l’origine de tout. Un ami, décédé depuis d’une overdose, fils d’un haut fonctionnaire, qui l’a invité à une « party » à l’héroïne, et qui lui a offert gratuitement les deux ou trois premières doses. Ensuite, ne le trouvant plus, il a dû se mettre lui-même à la recherche de la drogue à laquelle il consacre 50 L.E. par jour.

112L’ingénieur S.M. est un architecte qui réussit dans son métier. Il raconte qu’au cours d’une soirée, un gros entrepreneur pour le compte de qui il construisait un immeuble à Madinat Nasr lui a proposé une petite quantité d’héroïne. Après l’avoir inhalée, il s’est senti empli d’une énergie débordante qui l’a poussé à s’adresser au gros entrepreneur pour avoir une autre dose, puis une autre... et c’est ainsi qu’il est devenu esclave de cette habitude. En sanglotant il raconte que la poudre maudite lui a fait perdre son travail comme architecte indépendant. Pour pouvoir payer son héroïne, il a dû vendre sa luxueuse voiture, puis celle de son fils, étudiant à l’université (...)

113AL-GUMHURIYA, 3/11/1985

Des lieux

114Batniya. Entre 70 000 et 100 000 habitants. Coincée, pourrait-on croire entre la mosquée al-Azhar et ses dépendances universitaires, la voie périphérique Salâh Sâlem et les escarpements de Darrâsa. On y trafique la drogue depuis que le quartier existe ou presque, et sa topographie même semble avoir été façonnée par cette activité : un lacis inextricable de ruelles, des toits communicants, des accès en nombre limités, où il est facile de repérer tout intrus au quartier et, surtout, l’impossibilité d’y pénétrer autrement qu’à pieds. Batniya a été la cible d’attaques répétées de la part des forces de l’ordre qui ont tenté à plusieurs reprises de l’investir au cours de ces dernières années : en 1974, en 1980, puis en 1981, immédiatement après l’assassinat d’Anouar al-Sadate, opérations dans lesquelles furent mobilisés des centaines de policiers et de soldats, sans autre résultat que d’interrompre très provisoirement la vente à découvert... qui reprenait immédiatement après leur départ. A l’occasion de chacune de ces campagnes d’ « assainissement » de Batniya, le dossier du percement d’une voie pénétrante, façon Haussmann, qui permettrait aux forces de l’ordre d’imposer leur présence à ce quartier impénétrable refait surface. Sans résultat Jusqu’à présent, grâce essentiellement à la vigilance du service des Antiquités qui s’oppose à tous travaux qui feraient disparaître un nouveau pan de la vieille ville islamique, dans le voisinage immédiat d’al-Azhar, et grâce, dit-on aux millions de la drogue qui ont réussi jusqu’à présent à repousser aux calendes la réalisation d’un tel projet. Le paradoxe est que Batniya est située au cœur même du fief électoral de l’ancien ministre de l’Intérieur, Nabawi Ismâ’îl.

115Depuis la fin de l’année 84, les autorités égyptiennes semblent, quoi qu’il en soit avoir décidé de mettre un terme à l’activité de Batneya, ainsi qu’à celle d’un autre quartier chaud du trafic, Gayyâra au sud-est du Caire, que délimitent l’aqueduc de Saladin et la « Cité des morts ». Un tel résultat n’a pu être obtenu qu’en maintenant en permanence un dispositif d’occupation policière de ces quartiers mobilisant des centaines d’hommes et d’officiers, périodiquement remplacés pour éviter toute tentation de « pactisation » avec les trafiquants. Avec pour effet de multiplier les zones de trafic : Mît ’Uqba, gros village resserré sur lui-même et impénétrable au cœur du nouveau quartier de Mohendisîn, Madîna al-Salâm, ville nouvelle créée en plein désert, au-delà de l’aéroport international du Caire, Boulâq al-Dakrûr, zone d’intense urbanisation « informelle » ...

Dérives

116Mon problème était de trouver le début du fil, le début de la piste qui me mènerait au cœur de cet empire, dont les voies sont à la fois secrètes et connues de tous, comme balisées, mais se perdant dans les tréfonds obscurs du Caire. On parle de plus en plus aujourd’hui de l’extension de la consommation de stupéfiants de synthèse et du Maxiton consommé en injections. Mais personne n’a tenté de pénétrer ce monde de l’intérieur, de prendre place dans la file des toxicomanes qui tendent leur bras dénudé serrant les dents où se mordant les lèvres dans l’attente de l’aiguille et du flux de liquide froid dans leurs artères, dans l’attente de l’injection orange qui envahira leur corps et leur cerveau (...)

117Le début de la piste a été pour moi « Mûhi Qûta », approchant la quarantaine et, de son état, trafiquant de cachets. Il a été plus d’une fois en prison, mais à chaque fois il en est sorti pour reprendre ses affaires. Le théâtre de ses opérations s’étend de Sayyida Zaynab à al-Hilmiya al-gadfda en passant par certaines ruelles des quartiers de la Citadelle et de Mugharbilin. Sa maigre silhouette et son visage « décoré » d’une cicatrice provenant d’un coup de couteau racontent toute son histoire. Il se « charge » quotidiennement de trois sachets de cachets désignés, sur la bourse des stupéfiants comme « Abû Salîba » (lit. « le père la croix »), parce que les cachets sont ornés d’une croix. Il paye au grossiste chaque sachet de 100 comprimés 100 L.E. et le revend lui-même 150 L.E., soit un bénéfice quotidien de 150 livres, 4 500 livres par mois. 4 500 livres pour lesquelles il ne fait pas autre chose que de s’asseoir dans un café où viennent le retrouver ses clients à qui il remet dans les toilettes sa marchandise après avoir perçu son du (...).

118Mûhi Qûta connaît comme pas un le tableau des médicaments classés comme stupéfiants et mieux encore les médicaments qui n’y ont pas encore été classés. En même temps que ses comprimés, Mûhi Qûta vend des illusions. L’illusion d’un monde de force et de sexe. « Abu Salîba te donne la force d’un cheval ! »

119Quand Mûhi Qûta a eu confiance en moi, après deux ou trois tournées dans le monde obscur du Maxiton et des comprimés, il a commencé à mentionner d’autres noms... ceux des financiers – « Rawâyeh », « Kutkut », « Ahmad Hanafi », « Muhammad ibn Mahrûsa », du quartier de Darb al-Mahâbîl, les Oulad Nassâr, Mustafa Marzûq, ... tous les noms des « commerçants au million » qui te vendent n’importe quoi, de l’opium à la « pyure » (pure, prononcée à l’anglaise) en passant par les comprimés et le « ticket de crâne » (tazkara al-gamâgim)**. Des histoires que je n’ai crues que lorsqu’elles m’ont été confirmées de source officielle. Ainsi celle de Mahrûs et de sa mère Mahrûsa. Mahrûs était un simple cafetier dans le quartier de Darb al-Mahâbîl. En peu de temps, il a réussi en vendant des comprimés à faire construire un grand immeuble de rapport. Il est ainsi devenu un « commerçant au million » !) Et Kutkut. II n’emploie pas moins de 20 nadûrgiya** chargés de surveiller les alentours, et qui touchent chacun 20 livres par jour, sans compter leur ration de drogue à la fin de la nuit. Quel peut donc être le montant de leur trafic si sa seule protection coûte déjà plus de 400 livres par jour ? (...)

120Le bavardage à bâtons rompus a été mon entrée en matière avec Muni. Au cours de nos conversations, il m’a avoué qu’il prenait 10 comprimés par jour et qu’il avait été emprisonné à plus d’une reprise. « Je fais attention à ma santé, me dit-il. Je me fais régulièrement une injection de fortifiants pour que ma main ne tremble pas à cause des comprimés. Le problème avec le Maxiton, c’est qu’il te fait douter de tes nerfs. Si je te croise dans la rue, je peux avoir l’impression que tu vas me frapper et, du coup, c’est peut-être moi qui vais te frapper le premier ! Avec le Max, je peux rester éveillé trois jours de suite, après je dors pendant deux jours entiers... Avec 10 cm3, tu te sens comme un lion... Je me fais l’injection dans le bras, dans le cou ou dans les veines du pied, ou parfois, quand j’ai rencontré une femme, dans d’autres endroits du corps ! D’autres fois, je prends du Max mélangé avec de l’opium... » (...)

121Au fil de nos rencontres, Môhi Qûta m’expliquait l’état du marché : « Aujourd’hui, on trouve des comprimés, du Max de la « pure » et du « ticket de crâne » ... ? De la « pure » ... ? Du « ticket de crâne » ... ? « La première est un mélange d’héroïne et de codéine m’explique mon informateur. Durant la dernière période de Ramadan, son prix a atteint 120 livres le gramme, et il n’est redescendu à 80 livres qu’après la Fête. Le « ticket de crâne » est un mélange de comprimés divers et d’antérovioforme. On le trouve à 30 livres le gramme... Crâne veut dire la mort... Il faut être un sacré gaillard pour lui résister ! » (...)

122De tous les stupéfiants, le plus lucratif, est sans conteste le Maxiton. Le cm3 revient à dix piastres dans le laboratoire et est revendu à 75 piastres ou une livre selon le degré de concentration. Le moindre trafiquant en débite pas moins de 10 bouteilles par jour, ce qui veut dire un bénéfice de 500 à 600 livres... Les endroits où on le vend sont ouverts jour et nuit et proposent aux habitués, en plus de leur injection de Max, des tables de jeux ainsi qu’un lit avec une putain « collective ». La demande de Maxiton a augmenté avec le renchérissement de l’opium et du haschich et aussi à cause des récits mensongers répandus par les trafiquants sur la vigueur exceptionnelle qu’il procure, notamment la vigueur sexuelle et c’est peut-être ce qui explique l’association du Maxiton et de la prostitution.

123Quand il a commencé à s’habituer à ma présence, j’ai dit à Mûhi Qûta : « Je veux visiter les tripots du Maxiton ». Ma demande était franche et sans détours. Il m’a regardé avec suspicion et je me suis hâté d’ajouter que je ne voulais causer de tort à personne mais que je voulais seulement voir par moi-même ces endroits et que j’assumerai tous les frais de l’expédition. Mûhi Qûta a alors commencé à marchander : « Si tu veux voir les tripots du Maxiton, tu dois d’abord m’aider à faire enterrer les poursuites contre moi à la préfecture de police ». Tout en sachant très bien que cela n’était pas en mon pouvoir ni au pouvoir de personne, j’ai fait semblant d’accepter ses conditions. Rendez-vous fut pris à minuit dans un café. Le moment venu, je me suis senti envahi par la peur et la tentation de renoncer m’a saisi, mais la curiosité et ma résolution de pénétrer dans cet empire de l’ombre me poussèrent vers le rendez-vous de Mûhi Qûta. Bien sûr, Qûta n’était pas arrivé. Je m’installai dans le café, après avoir garé ma voiture à proximité, attentif à ce que tout paraisse normal dans mon comportement et mon attitude, au cas où il aurait décidé de m’observer de loin. (...)

  • * Hara : dans la topographie cairote, rue, ruelle ou ensemble de ruelles formant une unité géographiq (...)
  • * * Voir glossaire.
  • * ** Rab’ : unité d’habitation populaire dans la veille ville du Caire, comprenant, autour d’une cour (...)

124Une Niva verte. A son bord, Mûhi Qûta et moi-même. Les rues du Caire après minuit. La rue Ramsès. A notre gauche, l’administration centrale des prisons. A droite. A droite encore. Nous nous retrouvons dans une large hâra* qui ressemble à celles du quartier de Wikâla al-Balah. « Ne dis pas un mot, me recommande Qûta, et laisse-moi agir. Contente-toi de regarder. Je marche derrière lui. Je m’attendais à trouver une simple pièce à l’écart, comme les ghurza-s** traditionnelles. En fait, c’est une hâra tout entière consacrée au Maxiton qui s’ouvre devant moi. Un virage à droite et nous nous retrouvons dans la cour d’un ancien rab’***, où des pièces « volées », comme on dit ici, s’ouvrent le long des murs : deux cloisons de briques adossées au mur extérieur et un toit de contreplaqué. Devant l’une des baraques, un homme est adossé, comptant des billets de 50 piastres ou d’une livre. A côté, trois autres personnes. Le premier prépare une seringue, qu’il remplit avec le contenu d’ampoules collées avec un ruban de sparadrap. Un jeune garçon essaye de planter l’aiguille de sa seringue dans les veines de la main d’un homme, sans y parvenir tellement elles ont été perforées par les injections successives. « Laisse-moi m’en occuper dit l’homme qui compte les billets au garçon, et occupe-toi des clients. » Qûta tend son bras et dit « Quatre cm3 ». Le mur est crépi de plâtre blanc et éclaboussé de trainées de sang dont je ne tarde pas à comprendre l’origine. Avant d’injecter le liquide, on laisse la seringue s’emplir d’un peu de sang qui est expulsé après cela contre le mur. « Et toi ? » me demande le garçon. « C’est mon grand frère répond Qûta. » Je paye et nous partons. Au lieu de quitter la hâra, nous continuons à nous enfoncer dans les profondeurs du quartier, Qûta devant et moi derrière. Près d’une cahute de bois, une femme vêtue d’une robe en tissu industriel. Le bras tendu dans l’attente de l’injection. A côté d’elle, un gamin porte une couverture dans laquelle est enroulé un nouveau-né, en attendant que la mère ait fini ce qu’elle est en train de faire. Je ralentis le pas pour observer la scène et m’assois sur un tonneau renversé. Aussitôt la femme bondit et me fait face. « Attention à toi ». Son cri rameute les présents... « Tu cherches des ennuis ? »... « Je suis avec Qûta », m’empresse-je de répondre. « Ici, c’est la hâra Dabsha » m’informe Qûta, au moment où nous quittons le quartier, et il me propose d’aller finir la soirée rue Clot bey chez une femme qu’il connaît. (...)

Ahmad HAMDI « Le Caire après minuit...Les secrets de la guerre de l’opium » AL-MUSAWWAR, 3134, 2/11/84, p. 62 & s.

Ahmad HAMDI « Le Caire après minuit...Les secrets de la guerre de l’opium » AL-MUSAWWAR, 3134, 2/11/84, p. 62 & s.

– Dis donc ! Tu dois être un sacré gaillard pour avoir une mine pareille après la deuxième prise.
AL-AKHBAR. 17/10/1985

Femmes du monde

125Pour la seconde fois en moins de dix jours les services de police de Giza ont découvert un tripot dirigé par une femme divorcée qui organisait, sous le prétexte de réceptions privées entre amis, des soirées contraires aux bonnes mœurs pour le compte de certains commerçants de Wikâla al-Balah et de vendeurs de voitures. Au cours de ces soirées très spéciales, l’alcool coulait à flot tandis que s’élevait la fumée du haschisch et qu’étaient projetés des films pornographiques. Huit femmes ayant participé à ces soirées ont été appréhendées sur ordre du Parquet, trois voitures ont été saisies tandis que l’appartement <où se déroulaient ces soirées> a été placé sous séquestre ainsi que des bijoux et un montant de 1370 L.E., versé par deux commerçants pour l’organisation de la soirée interrompue par l’intervention des forces de police>.

126A l’origine de cette affaire, des informations parvenues aux services de répression des crimes de mœurs selon lesquels une femme divorcée, résidant dans la région des pyramides de Giza organisait, dans son appartement ou dans d’autres lieux, avec le concours d’un groupe de femmes ou de jeunes filles, des soirées particulières pour le compte de riches commerçants ainsi que des voyages d’agrément en contrepartie desquels elle percevait d’énormes sommes d’argent.(...) Ayant obtenu du Parquet l’autorisation de faire placer le téléphone de la femme divorcée sur table d’écoute, les enquêteurs ont pu enregistrer 25 conversations en moins d’une semaine qui établissent la gravité des activités de cette femme divorcée, et en particulier une conversation entre celle-ci et un de ses clients lui demandant d’organiser pour lui-même et un de ses amis une soirée d’agrément et de faire venir un groupe de femmes et de jeunes filles.(...) Les officiers chargés de la surveillance de l’appartement ayant enregistré l’arrivée de celles-ci, puis celle des commanditaires – un gros commerçant de Wikâla al-Balah et le propriétaire d’un hall d’exposition de voiture et d’une agence de location de films vidéo, l’immeuble fut cerné et un certain nombre de souricières mises en place autour de l’appartement d’où provenaient des rires et des éclats de voix. Au signal, la place fut investie, permettant aux policiers de constater la présence d’alcool en quantité, la projection de films pornographiques ainsi qu’une forte odeur de haschisch. Paralysés par la surprise, les participants tentèrent de justifier leur présence en prétendant qu’il s’agissait d’une soirée entre amis mais ils furent réduits au silence quand un morceau de haschisch fut découvert dans l’appartement ainsi qu’un certain nombre de cigarettes farcies de la même drogue. (....)

127Les personnes présentes ont été conduites au gouvernorat de Giza aux fins d’enquête. Simultanément, les services de police ont appréhendé les personnes dont les communications téléphoniques enregistrées établissaient qu’elles étaient en relation avec la femme divorcée et qu’elles participaient à ces soirées privées, parmi lesquelles une diplômée d’une université étrangère, une enseignante de Giza et une employée d’une compagnie d’assurance.

128Les conversations téléphoniques enregistrées par les services de police ont de surcroît permis de repérer l’existence d’une vive concurrence entre la femme divorcée <de la région des pyramides> et une autre femme installée à Héliopolis pour s’assurer les services de certaines jeunes filles. (...)

Ali Baba : Plus de trésors, plus de bijoux... Ma pauvre Mirgana, il va falloir que je te vende pour pouvoir continuer à sniffer !
AL-AKHBAR. 17/10/1980

129Le général Abd al-Hamîd Badawi, directeur général de la Sécurité pour la région de Giza et assistant du ministre de l’Intérieur a déclaré que les services de police déploient tous leurs efforts pour repérer les appartements utilisés à de telles fins contraires aux bonnes mœurs et à la sharî’a, ajoutant que le simple fait que les personnes appréhendées aient été prises sur le fait en train de consommer du haschisch, de boire de l’alcool et de regarder des films pornographiques, interdit de considérer ce type de soirées comme des activités innocentes et Justifie la mise en œuvre de procédures pénales. Le responsable de la sécurité de Giza ajoute que la plupart de ceux qui fréquentent ce genre d’endroits y dépensent un argent gagné illégalement et recommande aux citoyens de s’en tenir à l’écart et de prendre leurs précautions s’ils ne veulent pas être exposés à des poursuites judiciaires.

130AL-AHRAM, 5/10/1985, p. 14

Notes

1 Voir Glossaire.

* Voir Glossaire.

* Voir Glossaire.

* Évocation d’une affaire, dans laquelle fut impliqué, en 1985, le compositeur Balîgh Hamdi, l’un des grands noms de la chanson égyptienne contemporaine, dans le jardin duquel fut retrouvé le corps d’une jeune marocaine décédée dans des conditions demeurées obscures.

* Hara : dans la topographie cairote, rue, ruelle ou ensemble de ruelles formant une unité géographique.

* * Voir glossaire.

* ** Rab’ : unité d’habitation populaire dans la veille ville du Caire, comprenant, autour d’une cour, des appartements et des échoppes e commerçants et d’artisans.

Table des illustrations

Titre Samîr MAS’UD, « L’État subventionne-il les stupéfiants ? » OKTOBER, 420, 11/11/1934
Légende La cocaïne trafiquée avec du lait en poudre :– Rendons grâce à Dieu ! C’est quand même mieux que de le jeter dans les caniveaux !AL-AKHBAR. 19/12/85
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende – Ne t’avise pas de dire que tu vends des qirsh ou des demi-qirsh ... Des -fois qu’ils nous prennent pour des trafiquants de devises !AL-AHRAM. 26/2/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Au IIIème Congrès international sur la lutte contre les stupéfiants :– Je viens faire part à la conférence des résultats de mes travaux sur la ghubara et sur le Habbû (variétés de haschschich).AL-AKHBAR 20/1/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/711/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende – Je ne sais pas pourquoi, j’ai l’impression que si je m’arrêtais de fumer, je pourrais devenir bon, comme Adel Imam dans ses films.SABAH AL-KHAYR. 20/12/1984
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/711/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Mahmûd SALAH « Un feuilleton que les artistes écrivent avec leurs narines ! » AL-AKHBAR, 5/10/85, p. 9
Légende – Alors соmme ça, c’est toi le nouvel acteur ? Fais-moi voir ça, un peu !AL-AKHBAR. 20/1/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/711/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende - Le premier a hérité de son père une grosse -fortune et a tout perdu dans les stupéfiants. Le second a eu un chagrin d’amour et a sombré dans l’alcool. Quant au troisième, c’est le cas le plus pitoyables il est intoxiqué de télévision.AL-AKHBAR. 25/4/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/711/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Ahmad HAMDI « Le Caire après minuit...Les secrets de la guerre de l’opium » AL-MUSAWWAR, 3134, 2/11/84, p. 62 & s.
Légende – Dis donc ! Tu dois être un sacré gaillard pour avoir une mine pareille après la deuxième prise.AL-AKHBAR. 17/10/1985
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/711/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Ali Baba : Plus de trésors, plus de bijoux... Ma pauvre Mirgana, il va falloir que je te vende pour pouvoir continuer à sniffer !AL-AKHBAR. 17/10/1980
URL http://books.openedition.org/cedej/docannexe/image/711/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© CEDEJ - Égypte/Soudan, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable